Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"No Border", doctrine mondialiste de l’invasion migratoire

La jungle de Calais, conséquence d’un calcul oligarchique ?

On apprend très tardivement par nos médias mainstream début novembre que la venue et la vie des migrants à Calais ne seraient pas aussi spontanées qu’on voulait bien nous le faire croire. Et qu’en coulisses un réseau de militants No Border serait à l’œuvre pour organiser les déplacements des « réfugiés » et décider du niveau de violence à l’encontre des forces de police.

 

L’investigation n’ira pas plus loin, remplacée le 13 novembre par une nouvelle urgence médiatique. Rappelons que l’organisation No Border à l’image des collectifs antifascistes européens est une association « de fait » donc non déclarée. Malgré cette absence de statuts officiels et donc l’anonymat complet de ses responsables vis-à-vis des autorités préfectorales, les groupes No Border bénéficient, comme nous allons le voir, du soutien des plus hautes institutions européennes.

Au cœur de la doctrine No Border, une vision immigrationniste ultra-radicale : l’abolition pure et simple des frontières. Le gros des troupes se compose de jeunes anarchistes et antifascistes, nomades le plus souvent et en rupture familiale, dont le recrutement par d’anciens gauchistes mériterait un article et une enquête à lui tout seul.

 

 

Le réseau No Border organise depuis une grosse dizaine d’années les No Border Camps (campements sans frontières). Au départ symboliques (Strasbourg en 2002, Bruxelles en 2010, Stockholm en 2012), ces campements s’étalaient en général sur une dizaine de jours durant l’été et permettaient aux organisateurs d’afficher avec arrogance leurs velléités en matière de dérégulation des flux migratoires. Au-delà de l’opération de communication, il s’agissait aussi de faire le compte des troupes militantes qui se retrouvaient à l’occasion de ces grand-messes libertaires. À l’époque, les campements No Border bénéficient d’un traitement encore candide et discret de la part des médias. À l’exception des sites antifascistes « autonomes » Indymedia, c’est le site institutionnel européen Unitedagainstracism.org qui faisait le gros du travail de promotion (et surtout d’organisation logistique).

« Ce sont des gens qui sont venus les pousser à l’altercation... Ils les poussaient, ils les poussaient » (ERTV dans la « jungle » de Calais)

 

 

En juin 2009, à l’occasion du No Border Camp Calais, l’organisation s’installe durablement dans une ville par l’intermédiaire d’une entité locale créée pour l’occasion : la CMS (Calais Migrant Solidarity). Cette association recrute et encadre depuis les militants No Border sur place. Le sponsoring de la CMS par l’organisation européenne United against racism et la Unity Bank (domiciliée dans l’État « paradis fiscal » américain du New Jersey) en dit plus sur les accointances mondialistes du réseau No Border. United against racism affiche sans complexe son soutien au CMS et à nombre d’associations antifascistes (dont le très suspect Collectif Antifasciste Paris Banlieue de Clément Méric). À noter que le site antifasciste francilien officiel La Horde (ça ne s’invente pas !) fait d’ailleurs la publicité de United. En 2008 pourtant, des militants anarchistes sincères, dissidents de la CNT (Confédération Nationale du Travail), s’étaient émus des connections inquiétantes entre le site d’information antifasciste français REFLEXes et le réseau United. Car au contraire des nombreuses associations antifascistes qu’elle promeut, United n’a jamais caché ses sponsors : européistes et mondialistes.

 

Des sponsors, très nombreux, qui méritent d’être étudiés en détail :

« Since 1992 financial support was received from various sponsors such as : European Commission(General Budget/Socrates/Grundtvig/Youth in Action/Erasmus+/DG Employment Social Affairs/TACIS IBPP), Council of Europe (European Youth Foundation/European Youth Centres),OSCE-ODIHR, Heinrich-Böll-Stiftung, World Council of Churches, Olof Palmes MinnesFond, Cultural Council Sweden, Ministry of Education Slovenia, Green Group-, Socialist Group-, and GUE/NGL Group in the European Parliament, European Cultural Foundation, Stiftung West-Östliche Begegnung, Aktionsbündnis Gegen Gewalt, Rechtextremismus und Fremdenfeindlichkeit Brandenburg, Home Office UK, Ministry of Interior-BZK NL, Federal Department of Foreign Affairs CH, the Matra Programme of the Netherlands Ministry of Foreign Affairs, Instituto Português da Juventude, National Integration Office Sweden, Service Nationale de la Jeunesse Luxembourg, LNU – Norwegian Youth Council, Europees Platform Grundtvig, Friedrich Ebert Stiftung, Federal Social Insurance Office (Dep. for Youth Affairs) CH, Swiss Coordination Office of Youth for Europe, Federal Service for Combating Racism (Fund for Projects Against Racism) CH, Migros Kulturprozent CH, Comunidad de Madrid, Ministry of Youth and Sport of Azerbaijan, The Swedish National Board of Youth Affairs, Rothschild Foundation, Local Municipality of Budapest, Youth Board of Cyprus, Jewish Humanitarian Fund, Foundation Remembrance Responsibility and Future, Minority Rights Group Europe, OSCE – Mission to Skopje, Finnish Ministry of Education and Culture, Provincie Noord-Brabant, Open Society Foundations, Children and Youth Development Fund Georgia, Final Frontiers Internet, Dijkman Print and others.
This website has been funded with support of the Council of Europe (European Youth Foundation), the Erasmus+ Programme of the European Union and the Open Society Foundations.
 »

Traduction du dernier paragraphe : ce site Internet a été soutenu par le Conseil de l’Europe (La Fondation européenne de la jeunesse), le programme Erasmus de l’Union européenne, et les fondations de l’Open Society (Société Ouverte, on peut imaginer à quoi).

Pour résumer, une myriade d’associations européistes tournées vers la jeunesse (le mot youth apparaît pas moins de 11 fois dans le descriptif des sponsors ci-dessus) avec en tête de proue le programme d’échange européen d’étudiants Erasmus : une parenté essentielle pour le recrutement des militants antifascistes d’une manière générale et No Border en particulier.

 

 

Les très financières et communautaires Rothschild Foundation (qu’on ne présente plus), Open Society de George Soros ainsi que la très protestante World Council of Churches nous rappellent que le combat de United est tourné exclusivement vers les minorités et les mémoires qui vont avec. La dernière campagne de United en novembre sur Twitter s’intitulait d’ailleurs « Didn’t we say NEVER AGAIN ? » (« N’a-t-on pas dit plus jamais ça ? »).

Mais les plus intrigants de ces supporteurs restent sans nul doute les ministères de l’Intérieur du Royaume-Uni et des Pays-Bas : et on comprend mieux pourquoi la pilule fut dure à avaler pour les derniers militants intelligents de la CNT. Car parmi les plus de 5000 associations européennes du réseau United, nombreuses sont celles qui se revendiquent de la clandestinité et de l’action violente (le CMS No Border l’a démontré à Calais en créant des émeutes « sur commande » et nous ne ferons pas l’insulte au lecteur de lui faire l’historique des actions coercitives dont le réseau antifasciste français a le secret). Un vrai casse-tête (au figuré bien sûr) pour un militant d’extrême gauche honnête.

 

 

Le gouvernement français se sert très opportunément et très régulièrement du « phénomène » No Border en particulier et plus généralement antifasciste ou écologiste ultra (Notre Dame des Landes, COP21, Clément Méric) pour fuir ses responsabilités …. et détourner l’attention de l’opinion publique des vrais problèmes (immigration, délinquance, chômage, Union européenne, TAFTA, OTAN ...). Bref, les No Borders semblent incarner à merveille une minorité (de plus) dont le système pourra continuer à jouir à l’infini.

Le réseau tentaculaire et les métastases Soros, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1353814
    le 25/12/2015 par Yéti_déporté_au_Benêtland
    "No Border", doctrine mondialiste de l’invasion migratoire

    Il y a un petit passage sur le transhumanisme (Chap : l’homme d’après) dans le dernier bouquin de De Villiers.
    C’est la première fois que je lis quelqu’un qui fait explicitement le lien entre oligarchie mondialiste, multi-ethniquage, transhumanisme, et le libéralisme de Nietzsche (De V cite un autre penseur du même acabit). Il cite aussi Laurent Alexandre (bouquin "la mort de la mort") qui parle du "neuro-goulag" futur possible, mais je n’ai pas lu son bouquin.
    Dans le monde nietzschéen de 2 castes, aristocrates et esclaves, la morale chrétienne (des esclaves) est abolie, l’inégalité absolue (mortel/immortel) régie par le Marché (pour Nietzsche la loi du plus fort), paradigme nécessaire pour la civilisation (le temps libre et la jouissance des maîtres pour l’art et les passions). Ce qu’affirme aussi les transhumanistes, c’est aussi le par-de-là la morale pour l’expérience de l’homme augmenté H+.
    De là, la guerre contre les nations, les peuples trop organisés, car tout le monde ne sera pas immortel.
    Mais que faire de leurs colons "Autres", dans la contre révolution conservatrice ?

    "Tuer un animal loup est passible de prison, tuer un homme-foetus est recommandé. Animal devenu sujet va à la rencontre de homme devenu objet. De la différence de degré seulement entre espèces. Pour moi, immortel augmenté, homo sapiens n’est guère plus qu’un trisomique, espèce qui a échoué, à avorter." H+, le cyborg

     

    • De Villiers se réfère à des ouvrages anglais, anglo-saxons... Imprudent.

      Nietzsche vomissait les idées anglaises - leur utilitarisme, leur interprétation matérialiste des choses, leur niaiserie morale, leur inintelligence, leur volonté d’uniformiser le monde - quel intérêt de voyager si c’est pour voir la même chose partout ? demandait-il -, leur grande médiocrité philosophique, leur absence d’esprit, leur libéralisme, etc etc... Ni Spencer avec sa philosophie d’épicerie, ni Darwin (!) qui a vu le contraire de ce qu’il fallait voir, ne sont épargnés. L’Anglais est la marotte par excellence de Nietzsche. Résultat : ils sont vexés qu’un tel maître les mettent si bas ! Et comme ça n’ose pas répliquer - avec quel arme ? -, ils nient l’affaire en se faisant pote avec lui.

      Transhumanisme ? Tous les penchants et préjugés à l’oeuvre ici sont rejetés chez l’Allemand... Voir Ceux qui veulent rendre l’humanité meilleure dans Le Crépuscule des Idoles ou Comment philosopher à coups de marteau ... .


  • Excellent article pour ceux qui croient encore aux "révolutions" spontanées... !!!

    Le chaos comme outil de gouvernance...juste avant le fascisme d’état ouvertement déclaré !

     

    • #1355635
      le 28/12/2015 par Chevalier Lefebvriste...
      "No Border", doctrine mondialiste de l’invasion migratoire

      @spirit
      Les petites mains antifascistes et no border devraient lire autre chose que la doctrine débilitante de la Horde et les textes de leur groupes de rap abrutissant !
      Ou lire tout simplement (mais peut-être ne sont-ils pas en age de lire ou intellectuellement déficient ?? )
      https://www.youtube.com/watch?v=ark...
      (Sang Mêlé) - "NI OUBLI, NI PARDON" tout est dit et dans le nom et dans le titre (niveau de tolérance extrême au dialogue)
      « L’usure est le cancer du monde que seul le scalpel du fascisme peut extraire de la vie des nations. »
      « Le capitalisme pue. »
      Ezra Pound (10 décembre 1943)



      En Mussolini, Pound voyait non seulement un homme d’Etat qui avait renversé la ploutocratie, mais quelqu’un qui avait fait de la politique une forme d’art. Pound déclara : « Mussolini a dit à son peuple que la poésie est une nécessité de l’Etat, et en cela il a exprimé à Rome un niveau de civilisation plus élevé qu’à Londres ou Washington ».




      «  On en pense ce qu’on veut, mais derrière il y a une vraie réflexion, pas juste un slogan débile, braillé derrière un drapeau sectaire et une horde de dégénérés !  »
      Antifa No border = idiot utile, semeur de trouble !


  • Le Capital contre les peuples, les collabos du Capital, la chair à canon du Capital...
    A nous de mettre de l’ordre dans tout ça dans la futur.

     

  • la fin des nations a sonné, le processus semble irréversible car l’histoire souffle du côté des mondialistes...

     

    • ? ????????????????????? Ah tu ne dois plus lire ER depuis plusieurs mois,dans ce cas....
      Un certain Poutine a dit non au mondialisme et l a stoppé !!!!!


    • #1354350

      Mais si on réfléchit ...qui fait l’histoire ?


    • à l’ancêtre...

      Les hommes ne font pas l’histoire, cher ami, seuls ceux qui suivent le mouvement écrivent l’histoire...l’histoire est destruction systématique de l’ancien au profit du nouveau. Ainsi, Bismarck ne pouvait pas ne pas réussir l’unification des principautés prussienne et allemande en un vaste ensemble : l’histoire était de son côté ; mais Hitler et napoléon, malgré leur génie, ne pouvaient qu’échouer : la dialectique de l’histoire et son sens leur étaient contraire !!!
      Ainsi, à la lumière de ce que je viens d’expliquer, le sens de l’histoire et les forces productives actuelles ( la puissance de la finance apatride ) balaiera les nations et les frontières, quoique nous en pensions par ailleurs...


  • Excellente petite enquête ! Bravo à vous !


  • Un antifa intelligent rejoint E&R !


  • #1354443

    Par pure curiosité, j’ai essayé de parcourir les sites cités à la recherche déséspérée d’une base idéologique, de textes fondateurs histoire de comprendre sur quels principes et idéaux ces groupes sont fondés. Histoire de voir quelles accroches ils utilisent pour attirer des militants.
    Le site de "la horde" est un parfait exemple. A part des flyers débiles et des slogans fainéants, rien. S’ils étaient autre chose qu’une coquille vide, ils essaieraient au moins de faire semblant d’essayer de recruter ou de rallier des gens à leurs idées, non ?


  • Cet article est une bonne synthèse simple de ce qui se passe à Calais. Je confirme tout cela, en tant que proche et membre d’associations d’aide aux "sans papiers".
    Notre combat depuis 2008 a été de séparer les "vrais" migrants, des "faux". Travailler avec la préfecture et la police, qui mènent une action remarquable (malgré le manque de moyen). Réinformer les militants, qui subissent un lavage de cerveau continu, notamment sur les dangers des "no borders", le cercle vicieux des subventions (certaines associations ont besoin de ce flux de migrants pour exister...), sur les mafias, et la prostitution dans ces camps.


  • No border, mais quand même, pas jusqu’en Angleterre, merde !