Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

OCTOBRE

Le déconfinement n’aura été qu’une déconfiture de cochons, nullement un retour à la liberté et à la vie. Car la vie est masquée et la liberté surveillée. Quand on s’est perdu à jamais, on ne revient plus à soi, mais dans l’inconscience irréelle, dans les bras maternels de l’État Nounou.

 

D’être passé collectivement sous une si létale imposture a sonné le départ d’une humanité terreuse qui déterre ses lendemains en chantant le de profundis.
Le fait d’être tombé sous la coupe de cette géo-politique de terreur sanitaire, ridicule Ô combien, n’étant pas dieu possible, prouve l’existence du Micron.

L’État perd son caractère strictement rationnel de monstre froid, devenant de plus en plus border line, sadique, sournois, Yin. La baisse qualitative anthropologique, perceptible certes dans tous les domaines mais exponentielle dans le politique, correspond aussi à l’hystérisation narcissique, histrionique des nouvelles élites totalement restructurées par l’Ego transcendantal totalitaire féministe. Le fascisme sanitaire, le fascisme de la surprotection matriarcale, politique géototalitaire d’extinction de l’intelligence s’appuie non sur la démesure de l’hybris, destructrice, apocalyptique, du paleo fascisme, mais sur la rage narcissique de la pulsion de mort.
Le pouvoir et ses laquais, flics, toubibs, politicards et journaputes, serviteurs d’une pulsion de mort, qui ne doit pas être confondue avec la morbidité, avec le goût pour les choses macabres, les jouranaputes et les flics sont des petits jouisseurs narcissiques s’adorant eux même, aimant leur petit confort. La pulsion de mort est ici la tendance qui pousse à aller vers l’entropie, la solidification du monde, le néant métaphysique.
Depuis le temps que nous ingurgitons les sous productions en série FLICS HÔPITAL comment croire que la fourniture la plus standardisée des directives sanitaires soit une pure coïncidence ? Comme n’est pas une coïncidence l’Incendie de Notre-Dame. Pourquoi ont-ils foutu le feu à la grande cathédrale ? À la très svelte flèche qui nous protégeait de la Giga intoxication cérébrale ?

L’OMS avait annoncé une pandémie telle que la grippe espagnole qui a causé plus de quarante de millions de morts en Europe paraîtrait un rhume des foins. Pour lutter contre cette nouvelle Peste Noire, l’Officine Médicale Souveraine a mis au point une politique d’Oppression Mondiale Sanitaire.
Rapidement l’officine et ses valets gouvernementaux ont conclu qu’il fallait lutter contre les hérésies visant à remettre en cause le Dogme pandémique. Ainsi naquit la Sainte Inquisition sanitaire pharmacofasciste qui n’en était pas à son coup d’essai. Elle avait déjà soupesé l’absence de vigueur des Fornicateurs, en les obligeant à se mettre du caoutchouc toxique sur le phallus. Il y eut le SIDA et la capote laïque, démocratique et obligatoire. Aujourd’hui obligation est faite de se mettre la capote sur la figure, ce qui est tout à fait indiqué pour des Têtes de nœuds.

Je fus confiné dans sa villa avec ma Mère très antique, plutôt sourde . Autant dire que par les clameurs entendues le soir dans la Lucarne, dans l’incarne à Sion de la servitude, j’eus des lueurs éclairantes sur l’État présent du mental totalitaire (notez que je ne dis pas « idéologie »).
Les films débiles en lesquels les femmes accomplissent des exploits physiques et intellectuels qui laisseraient pantelants les anciens héros identificatoires de la phase historique précédente, étaient entrecoupés de spots sur le féminicide, où les malheureuses femelles de l’espèce subissaient en tremblant les sévices homicides des mâles. Elles étaient soudain essentiellement victimes, si faibles, si démunies ! Telle était volonté schiappine de lier le con décimé au confinement, avec son cher féminicide : « Confinés, n’en profitez pas pour tuer, ou harceler ! Sinon Gare ! »

Les héroïnes de ces séries où des femelles de compétition accomplissent des exploits surhumains, sont systématiquement des Flics ou des Toubibs. Le Commissariat et l’Hôpital, l’Hôpital et le Commissariat, sans cesse, et depuis si longtemps. C’est ça l’idéologie. Tout était donc là, présent, visible, lisible, prêt à consommer comme un sauté de neurones à la sauce blanche.
La préfiguration de la tyrannie sanitaire : la Fliquette et la Doctoresse, les nouvelles héroïnes identificatoires, en lutte éternelle contre le mâle blanc, serial killer, raciste, sadique, toxique ! Les anciens héros ayant été évincés au profit de la Fliquette et de la Chirurgienne, ces deux figures du fascisme sanitaire très Yin qui s’est installé sans fard, mais avec masque, avec une facilité déconcertante.
L’actualité rejoint la fiction débile, dans la suprême irréalité.

Pas besoin de l’ex tante à Tonton, comme pour le Onze, pour comprendre l’effroyable imposture. Il suffit de réaliser comment les effets spéciaux des séries, feuilletons et autres navets avaient ôté toute vraisemblance aux œuvres cinématographiques depuis si longtemps.
Alors, des avions virtuels, des grippes imaginaires, n’est ce pas....
Ce qui est virtuel est réel, ce qui est réel est virtuel
Tout commença quand on remplaça l’Exploitation de l’Homme par l’Homme par l’Oppression de la Femme par l’Homme.
On a validé ça, cette irrationalité fondatrice de la post-modernité. Tout devint factice. Il n’y a plus de réalité objective mais un consensus général de Représentation.

Nous le savons, du moins je suppose que vous le savez, le système dit capitaliste est entièrement sous perfusion monétaire par injections constantes de liquidités « astronomiques », depuis la crise de 2008 dite des subprimes, qui n’a permis que le sauvetage des banques, mais nullement la relance de l’économie productive.
Tous les calculs financiers pronostiquaient pour 2019 une crise supérieure à celle des subprimes ! Le COVID-19 vint à point pour qui savait attendre !

Les « soignantes », soigneuses, héroïnes soigneusement masquées de l’Arnaque, ont fourni le personnel laborieux pour faire reluire les dernières salles de soins du low cost médical dédié à la racaille cosmopolite qui a tout autant flingué l’hôpital public que la Bachelot et la Touraine réunies.

Les riches ont transformé les léproseries et grands Hôtels-Dieu, en lieux de réception, de défilés de mode, d’étalage partouzard, avant les départs en hélico vers les îles où se déflorent les jolies mannequins de 13 ans.
Les riches ont droit à l’hydroxychoroquine, efficace et pas chère.
Les pauvres devront, sous peine de survie, se faire injecter la thanatoxine, super onéreuse, létale et fatale.
Les riches ont masqué leur objectif de dépersonnalisation totalitaire.
Les pauvres masquent leurs pensées similaires sous leurs têtes analogues.
Le « peuple » n’est pas l’autre terme opposable à l’oligarchie, celle-ci pousse sur lui comme sa tumeur, le tuera certes, mais elle crèvera avec lui.... faut laisser faire et c’est très bien.

Hervé Ryssen jeté dans une cellule puante de Fleury-Mérogis comme cadeau pour Roch Hachana, voilà un présent de choix ! Ce que madame Annie Kriegel nommait en 1990 « l’Insupportable Police Juive de la Pensée » est devenu tellement effectif que la violence de cette effectivité d’aucuns vont la relier au bolchevisme. Aux dernières nouvelles Hervé Ryssen serait détenu dans les caves de la Loubianka, entre les mains rouges de la GPU.
Alors qu’il n’y a plus un centimètre carré de soviétisme sur la terre, ni la plus infime trace de sa tombe, son apparition spectrale, comme la seconde vague menaçante du Covid, aura l’effet cathartique attendu, d’extraire Ryssen des geôles du capital, avec télévision, pour le précipiter dans les cachots du bolchevisme, avec rats. Pourtant le pire supplice pour Hervé, n’est-il pas d’être condamné à la télévision comme unique ouverture de son enfermement ?
Le précipiter intellectuellement dans une prison imaginaire rend-il plus imaginable qu’il obtienne un soutien plus large de tous les amants de la « liberté d’expression » ?

La liberté d’expression ! Étant moi-même contre, j’ai bien besoin d’elle pour le lui dire ! C’est donc un véritable rapport amoureux.

Ô combien loin étiez-vous, capitaines des vaisseaux anciens, de nous offrir ne serait-ce qu’une parcelle de bon tabac à priser, une chique pour supporter les bourrasques et les vents contraires. Aujourd’hui à la barre des sous-dissidents de la mer, vous naviguez à vue, sur vos frégates en partance pour la Chine, entre les récifs imaginaires de contes à dormir debout : une Histoire pour les Tout-petits racontée par la mamie du kibboutz et le Capitalisme au viagra du papy d’Elf aquitaine.
Voyez-les, ces Nochers vernaculaires, agiter leurs hochets, les couches lourdes, dans leurs parcs à idéals, on leur a peint des châteaux forts, avec le Bon Tzar, le méchant bolchevique et les bonnes valeurs bien pleines, toutes ces vieilleries gonflées et rances, tellement obsolètes !

Vous avez pris la plus crasseuse réaction pour la révolution, Louis Philippe pour Robespierre ! Tu as raison monsieur Prudhomme avec ton Proudhon, il faut remplacer la vieille lutte des classes par les Métiers. Par exemple le Métier du Cul, qui réunit en un seul faisceau, le petit russe découpé à la scie, le scieur et Ben producteur qui vend un million chaque vidéo. L’économie ce gros mot, les connauds-mis, soit la reproduction du capital à l’échelle de « c’te planète », est bien davantage réalisée par les vidéos de sévices sur des enfants, que par la recherche « scientifique » !

Elle est revenue ! – quoi ?
« La multitude vile » ! Elle ne compte plus tant elle se compte, se chiffre, se dénombre, se démonétise de par sa démonie. Le Prolétariat remplacé, laisse place nette à la populace, grouillante, croyante.
Le Prolétariat remplacé devint le Nombre, la Grande-Bourgeoisie la bande de milliardaires, les Français les françaises des jeux, les Ancêtres les vieux cons à barbes blanches, les jeunes des djeunes à barbes noires... La France, sa Géographie, si belle, et si repue d’histoire, n’est plus que dans l’Esprit.
Il est tard, j’ouvre Balzac, ou Pascal, mon feu pétille dans l’âtre, je suis chez moi ; il n’y a plus personne.

Dans ma prison domiciliaire, avec mon antique génitrice nous regardions un Jeu. « Question pour un Gros con », je crois. Brillantissimes de culture générale, sports, cinéma, vedettes, animateurs d’émission, écrivaines..., les types savaient tout ! Moi rien. Soudain jaillit La Fontaine, cette source. Là, ils n’ont pas su. Ils sont restés hébétés, les yeux ronds, la mâchoire pendante, ils n’avaient pas bu de la Fontaine dans le creux de la main.

Félix Niesche

Retrouvez les textes de Félix Niesche sur E&R !

 
 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2559938
    Le 3 octobre à 14:12 par Palm Beach Post : "Cult !"
    OCTOBRE

    "Pourtant le pire supplice pour Hervé, n’est il pas d’être condamné à la télévision comme unique ouverture de son enfermement ?"

    en cellule, il y a certes un écran, mais il faut s’affranchir d’environ 7 euros hebdomadaires afin qu’il fonctionne

    si l’écroué 459-091 est seul en cage, il a tout loisir de ne pas subir cette merde,
    de ne pas se l’infliger

    de la même manière que la plupart des gens n’ont théoriquement pas à avoir la tronche rivée à un écran de portable, dans les transports ou ailleurs

     

    Répondre à ce message

  • #2559971
    Le 3 octobre à 14:39 par Tonio
    OCTOBRE

    Intellectuellement délicieux, et tellement bien écrit. Comme toujours avec ce bon Félix.

    La conclusion de la chronique est d’une profondeur rare.

     

    Répondre à ce message

    • #2560073
      Le 3 octobre à 16:28 par Sgueg vivant
      OCTOBRE

      C’est certain, je ne comprends même pas, enfin si, trop bien hélas, pourquoi certains y trouvent matière à critique négative.
      En lisant ces lignes qui redonnent ses lettres de noblesse à l’idée que je me fais de l’Esprit français , je me disais deux chose en une... Quel dommage que la majorité de mes franco semblables ne soit pas au niveau de saisir la grandeur d’un tel texte, offert comme confiture aux cochons, non vraiment, cet état des lieux vertigineux et puissant n’est pas accessible à tous, et dans mon malheur de le saisir peut être plus que l’ultra majorité de mes semblables masqués par l’inconscience de leur condition, ça me permet en même temps de profiter encore plus de la mienne en ces instants fugaces, oui je suis à même de m’élever de ce marasme humain par Félix Niesche , grâce à cette mise en perspective des abysses mondialistes douloureusement expérimentées et gracieusement accouchées, oeuvres textuelles salutairement offertes au jugements de la plèbe en plein stade de décomposition avancée des familles.

       
    • #2560217
      Le 3 octobre à 19:39 par Chouan au roy
      OCTOBRE

      Exactement, camarade. C’est remarquable. Une profondeur prophétique.

       
    • #2560530
      Le 4 octobre à 10:30 par merci Félix
      OCTOBRE

      Oui, la plupart des gens sont incapables de saisir l’ironie, ou même de comprendre les mots d’un tel texte.
      Que Félix Niesche continue d’écrire aussi brillamment pour une toute petite minorité. Dans le futur, il sera très lu.
      Oui, même La Fontaine, dans les fables duquel, les esprits bornés seraient capables de trouver du racisme et de l’antisémitisme. Par exemple, le lion, ce mépris qu’il exhale ! Alors que tout le monde se doit d’être un âne, voire un mouton. Là-dessus, au fond des forêts, le loup l’emporte et puis le mange, sans autre forme de procès.

       
  • #2560046
    Le 3 octobre à 15:57 par Système
    OCTOBRE

    Très juste et très bien écrit ! Je ne comprends pas l’animosité de Marion Sigauf à l’encontre de Félix..

     

    Répondre à ce message

    • #2560515
      Le 4 octobre à 10:13 par Lérins
      OCTOBRE

      Une piste de réponse : tant de talent littéraire chez Félix, joint à une rare profondeur psychologique et philosophique - comme ont bien dit les camarades juste au-dessus - la dépassent littéralement, la pauvre !

       
  • #2560112
    Le 3 octobre à 17:26 par Snayche
    OCTOBRE

    - "Il y eut le SIDA et la capote laïque, démocratique et obligatoire. Aujourd’hui obligation est faite de se mettre la capote sur la figure, ce qui est tout à fait indiqué pour des Têtes de nœuds."
    - Logique hystérisation de la société suite à sa féminisation.
    - "La préfiguration de la tyrannie sanitaire : la Fliquette et la Doctoresse, les nouvelles héroïnes identificatoires, en lutte éternelle contre le mâle blanc, serial killer, raciste, sadique, toxique !Les anciens héros ayant été évincés au profit de la Fliquette et de la Chirurgienne ces deux figures du fascisme sanitaire"
    L’enseignement moral général de la vie correspond à un juste milieu entre Einstein ayant dit que tout est relatif ; Moïse ayant dit que tout est loi ; Jésus ayant dit que tout est amour ; Mahomet ayant dit que tout est adoration ; et Freud ayant dit que tout est sexuel au niveau des divers degrés de noble retenue physique amoureuse, étant donc des degrés éduquants de pudeur, de respect ou d’intensité dans nos diverses relations familiales, sociales, affectives ou amicales ; et désormais dont suite à cet article que tout est symbolique.
    Tout ceci devant nous faire comprendre que toute la Création divine est bienveillance (sauf les grands péchés des hommes) car devant donc être considérée comme éducation morale.

     

    Répondre à ce message

  • #2560325
    Le 3 octobre à 22:37 par Vista
    OCTOBRE

    Si, la liberté d’expression existe toujours !
    La preuve, la maire LR de Noisy Le Grand s’extasie devant "l’œuvre artistique" de "jeunes" qui ont foutu en l’air avec les élus une infrastructure de plus de 10 000 000 d’euros payée par le payeur d’impôts français !
    https://www.francetvinfo.fr/culture...

     

    Répondre à ce message

  • #2560496
    Le 4 octobre à 09:36 par Marde
    OCTOBRE

    Eh bien Oui ! Mon brave m’sieu Nièche !
    Faut laisser faire et c’est très bien... comme disait Léo !

     

    Répondre à ce message

  • #2560734
    Le 4 octobre à 15:02 par Daktari
    OCTOBRE

    Ce n’est pas une surprise. La dictature des lâches, fourbes et pervers ne marche plus, elle courre. Elle poursuit son ordre de destruction ,avec l’aide de ses larbins en uniformes qui se prennent pour des héros en s’attaquant au peuple. La déchéance est bien entamée, l’enfer va s’ouvrir sous nos pieds les incubes et les succubes vont apparaître au grand jour. C’est un très mauvais signal de les voir s’attaquer à la bourgeoisie contrador qui forme leur électorat (bobo, petites et moyenne bourgeoisie qui se prennent pour l’élite) en fermant leurs lieux de réjouissance, comme les boites de nuits, restaurant, bars, notamment à Paris. Tout ce qui n’est pas eux n’est rien. Ils vont imposer leur vaccin/poison/espion à tout le monde en débutant par les fonctionnaires. Je suis infirmier dans le service publique, j’ai démissionné et prépare mon invisibilité administrative, enfin le stricte minimum. Car l’histoire commence maintenant : Alea jacta est.

     

    Répondre à ce message

    • #2561140
      Le 5 octobre à 06:27 par Kahlenberg
      OCTOBRE

      L’histoire commence maintenant, c’est ça.
      Enfin, comme on fait débuter l histoire par rapport à la pré histoire avec l’invention de l’écriture, la transformation des rapports humains engendrée par l’apparition d internet est peut être encore plus importante. Alliée aux biotechs et à l’ingénierie sociale, il y a tous les ingrédients pour dissoudre ce qui reste du monde que nous avons connu et en faire émerger un de cauchemar. Solve et coagula, ils n’ont pas d’autres programme.
      Et j’ai bien l’impression qu’on est au beau milieu du processus, tout est en train de "fondre" , la monnaie sera fondante aussi et numérique pour nous protéger bien sûr toujours. Au moins l’esclave dans l’antiquité avait parfois la possibilité d’acheter sa liberté. Nous envieront leur condition. Un esclavage technologique, sans possibilité d échapper à la multitude de capteurs 5G qui feront biper les réactifs injectés avec les vaccins, en attendant de les intégrer à l’ADN. Les dystopies toutes plus inquiétantes les unes que les autres vont se réaliser. Le pandemonium va commencer.
      Ce qui va se passer avec les visées sataniques, c’est que comme d’habitude elles croient toucher au sublime de la perfection et , n’ayant aucun pouvoir de création, elles vont déboucher sur une horreur invivable ,comme l’est déjà le monde moderne qui nous entoure du reste à bien des égards. Mais cette fois à une échelle bien plus grande encore. Et la disparition de cette horreur on la devra peut être à un humble maillon du Vivant. Je prie pour que des verrous de sécurité existent et que "leur projet" se fracassé, en étant malheureusement conscient que plus personne ne s’y opposera. Ils ont partie gagnée en ce qui concerne le consentement, exception faite de quelques uns que ER nous permet de lire.

       
  • #2560791
    Le 4 octobre à 16:47 par Théodore
    OCTOBRE

    En Asie, le Yin, la lune, la femme, sont les forces du chaos et de la désintégration. Le Yang, le soleil, l’homme, le rayonnement qui structure, l’ordre. Toute la vie est un subtil mélange de ces deux opposés.

    Aujourd’hui les forces de la désintégration attaquent le socle même de notre civilisation. Nous sommes dans une course vers la barbarie, je ne sais pas quand elle s’arrêtera. Mais je suis confiant. À jauger les forces en présence nous pouvons voir que même les pays les plus attaqués par ce mal résistent encore. Même si la lutte est terrible, et les fondations tremblent. Ce qui laisse un espoir pour les autres, très nombreux, qui ont du retard sur nous.

    Même si nos pays tombent, le reste de l’humanité n’a pas l’intention de plonger avec nous. J’espère que l’ordre l’emportera et éviterons-nous les effusions de sang.

     

    Répondre à ce message

  • #2560937
    Le 4 octobre à 20:35 par Théodore
    OCTOBRE

    Je partage ce sentiment. L’homme est un animal social et nous sommes faits pour faire corps avec un groupe. Moi qui ai un peu voyagé dans le monde j’ai compris le sens du mot Nation. Hélas cela n’existe plus en France. L’atomisation des individus est un phénomène abominable. C’est vraiment une crise de l’anthropologie avant tout.

     

    Répondre à ce message

  • #2561408
    Le 5 octobre à 14:36 par christian
    OCTOBRE

    Profondeur, poésie, justesse...
    Merci Félix pour cette bouffée d’intelligence.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents