Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Poutine à l’ONU

Les Occidentaux n’ont plus la maîtrise des affaires internationales

Le discours prononcé lundi 28 septembre à l’Assemblée générale de l’ONU par le président Vladimir Poutine a été au centre des débats. Ce discours a même éclipsé celui du président Obama, et a été suivi, le fait est suffisamment rare pour être signalé, par une tempête d’applaudissement venant des délégations de ce que l’on appelait encore, il y a trente ans, le « tiers monde ».

 

Un discours de combat ?

Ce discours a été significatif même si, dans son contenu, peu de choses nouvelles ont été dites. De ce point de vue, il n’a pas la dimension programmatique du discours de Munich en février 2007. Il faut ajouter que le cadre de l’ONU ne s’y prêtait guère. Dans un discours minuté, il faut aller à l’essentiel et l’on ne peut développer tous les aspects de sa pensée, en particulier en ce qui concerne le droit international [1]. Ce discours n’a pas la même densité que celui que Vladimir Poutine a prononcé lors de la conférence du Club Valdaï en octobre 2014 [2]. Dans ce discours, Poutine avait posé la question de l’hégémonie. Il n’était plus question d’une organisation multipolaire du monde, bien que cela reste un objectif de long terme pour la Russie, mais de ce qu’il appelait alors le « leadership économique ». Or, cette question n’est autre en réalité que la question de l’hégémonie. Cette question pose immédiatement le problème de guerre et de paix. La dramatisation des enjeux correspondait à la nouvelle période qui s’est ouverte avec l’intervention des puissances occidentales en Libye.

Mais, ce discours est important parce qu’il confirme ce que l’on savait depuis des années mais qui devient aujourd’hui évident : les puissances que l’on qualifie d’« occidentales », même si ce terme est très imparfait et fait implicitement référence à la « guerre froide », n’ont plus la maîtrise des affaires internationales. La réception qui lui a été faite à l’Assemblée générale des Nations unies le prouve. Nous sommes bien entrés dans le monde issu de la chute du Mur de Berlin et de la fin de l’URSS, ce XXIème siècle issu de l’avortement de la tentative des États-Unis d’asseoir leur hégémonie [3]. Mais ce monde n’est pas celui de l’hyperpuissance américaine. Il est devenu un monde multipolaire, et il le doit en particulier à l’action constante de la Russie, et de son président, depuis le début des années 2000. L’alliance Russo-Chinoise n’est que l’une des manifestations de ce nouvel état du monde.

De ce point de vue, le discours de Vladimir Poutine est un discours de combat.

 

Poutine où le compromis fondateur

Ce discours commence par un rappel des raisons de la constitution et des principes d’organisation qui régissent les Nations unies. Il rappelle ainsi les conditions qui ont présidées à la constitution de l’ONU, c’est-à-dire la « Grande Alliance » de la lutte contre le nazisme : « Le 70e anniversaire de l’ONU est l’occasion d’évoquer le passé et de réfléchir à l’avenir. En 1945, les pays ont uni leurs efforts pour penser à l’après-guerre, et c’est dans notre pays, à Yalta, que se sont réunis les chefs de la coalition antihitlérienne [4]. » Mais il ajoute immédiatement un point particulièrement important. Les pays membres de l’ONU peuvent ne pas tomber d’accord sur tous les sujets. Des divergences, traduisant des intérêts nationaux différents, peuvent les opposer. C’est pour cela que « le droit de veto a toujours été appliqué par tous les membres du Conseil de Sécurité. C’est normal. Au moment de la création de l’ONU, on ne comptait pas sur l’unanimité mais sur la recherche de compromis ». En mettant en avant la nécessaire recherche de compromis, Vladimir Poutine ne fait qu’étendre à la politique internationale un principe que nous avons hérité de Guizot [5]. Les compromis sont les fondements des institutions, et le processus d’institutionnalisation du monde n’est autre que le processus d’extension de la civilisation.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Notes

[1] Voir la déclaration du président Russe lors de la conférence sur la sécurité qui s’est tenue à Munich le 10 février 2007 et dont le texte a été traduit dans La Lettre Sentinel, n°43, mars 2007.

[2] http://russeurope.hypotheses.org/2967

[3] Sapir J., Le Nouveau XXIè Siècle, le Seuil, Paris, 2008.

[4] Les citations en italiques renvoient à la traduction en français du texte de ce discours, http://www.lecourrierderussie.com/2015/09/direct-discours-vladimir-poutine-nations-unies/

[5] Guizot F., Histoire de la civilisation en Europe, réédition du texte de 1828 avec une présentation de P. Rosanvallon, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1985,

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1280082
    le 29/09/2015 par Van
    Poutine à l’ONU

    Poutine à l’ONU faites vos jeux rien ne va plus ! :D


  • #1280101
    le 29/09/2015 par Brindavoine
    Poutine à l’ONU

    Poutine soutient Bachar, Ben Obama et Ben Hollande exigent son éviction .


  • #1280126
    le 29/09/2015 par francky
    Poutine à l’ONU

    Poutine sera l’homme du debut du 21 eme siecle, l’homme qui a su eviter que des fous declanchent la 3 eme et peut etre derniere guerre mondiale... Voilà ce que l"histoire devra en premier rappeler aux générations futurs... Tout le reste est secondaire...


  • #1280171
    le 29/09/2015 par paix et paix
    Poutine à l’ONU

    Le seul espoir que les zétazunis ne nous dépècent pas est entièrement entre les mains de la Russie à cause de la corruption (au moins mentale) du régime de l’Elysée.


  • #1280269
    le 29/09/2015 par Rahan Abitbol
    Poutine à l’ONU

    Force est bien de constater qu’après leur dérapage en Ukraine et maintenant en Syrie, les Etats-Unis ont, de plus en plus instinctivement, la rondelle qui se dilate à la simple vue de notre cher Vladimir !


  • #1280422
    le 29/09/2015 par Nettoyeur
    Poutine à l’ONU

    Les USA ne voient en l’Europe qu’un allié stratégique pour contrer, en cas de conflit mondial, le bloc Russie-Chine. Militairement parlant. C’est tout.
    Et si ça venait à se produire on l’aurait doublement profond...


  • #1280441
    le 29/09/2015 par vigile
    Poutine à l’ONU

    Paradoxalement Poutine rassure les gens qui l’écoutent : il est sûr de lui, mais modéré, raisonnable, et il n’a rien du dictateur impitoyable que nous présente les médias sionistes .