Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Rwanda : deux témoins liquidés à la veille de leur audition

Question à Madame Taubira, garde des Sceaux et ministre de la Justice : comment la justice française va t-elle réagir alors qu’à la veille d’être interrogés, les témoins du juge Trévidic sont « liquidés » ?

Deux témoins du juge Trévidic ne témoigneront plus. Le colonel Patrick Karegeya, ancien chef des renseignements extérieurs de Paul Kagame prétendait prouver au juge l’implication de ce dernier, dans l’assassinat du président Habyarimana ; il fut étranglé le 31 décembre 2013 dans sa chambre d’hôtel de Johannesburg. Emile Gafarita, l’un des trois membres du FPR qui transportèrent depuis l’Ouganda jusqu’à Kigali les missiles qui abattirent l’avion du président Habyarimana a été enlevé à Nairobi le 13 novembre 2014. Il n’a pas réapparu depuis.

Tous deux étaient à la veille d’être auditionnés par les juges Trévidic et Poux qui enquêtent sur l’attentat du 6 avril 1994 qui coûta la vie au président Habyarimana, assassinat qui fut le déclencheur du génocide du Rwanda.

Après le meurtre de Patrick Karegeya, le général Kagame avait prévenu : « Celui qui trahit son pays, celui qui trahit le Rwanda, quel qu’il soit, ne peut pas s’en sortir sans payer le prix. »

La semonce était claire et nul ne pouvait ignorer que la vie d’Emile Gafarita serait menacée si sa volonté de témoigner contre son ancien chef venait à être connue. Dans une procédure de réouverture d’instruction, le résumé de ce qu’il allait dire au juge étant en théorie normalement accessible aux avocats, le général Kagame avait bien conscience des conséquences mortelles de telles déclarations pour son régime. Malgré cela, la justice française a été incapable de protéger ce témoin essentiel puisque ses ravisseurs ont été prévenus qu’il était depuis quelques semaines à Nairobi où il vivait clandestinement sous un nom d’emprunt dans l’attente de son départ pour la France afin d’y être entendu par le juge Trévidic.

Qui a livré l’adresse secrète d’Emile Gafarita à ses ravisseurs, se rendant ainsi complice d’enlèvement, probablement de torture et peut-être d’assassinat ? La convocation à comparaître devant le juge Trévidic est en effet directement arrivée chez son avocat français chez qui il était domicilié, or, ne connaissant pas son adresse au Kenya, ce dernier lui a transmis la convocation du juge par mail.

Une enquête administrative s’impose car il n’existe que trois hypothèses :

1) Celle d’une fuite au niveau du cabinet du juge.
2) Celle d’une interception des communications de l’avocat français par les ravisseurs,
3) Celle d’une fuite au niveau de l’ambassade France à Nairobi, cette dernière étant probablement chargée d’organiser le voyage du témoin.

Dans son livre La France dans la terreur rwandaise (Éditions Duboiris, 2014, p. 302), le journaliste Onana rapporte de graves propos tenus par le colonel Karegeya peu avant son assassinat : « (...) tout ce que fait votre juge [Trévidic] se trouve dans les médias, même les noms des témoins qui peuvent ainsi être retournés par Kigali ou assassinés. »

L’affaire, qui est gravissime, n’est plus du niveau du juge Trévidic, mais de celui de madame Taubira et du Quai d’Orsay. La France peut-elle en effet, et cela sans réagir, laisser ainsi « liquider » des témoins qui s’apprêtent à parler à un juge anti-terroriste ? Le silence des autorités françaises étant à ce jour assourdissant, la question doit être posée ; compte tenu de la gravité de l’événement, il serait logique qu’elle le soit par des députés.

Même si l’enlèvement d’Emile Gafarita porte un coup très sévère à la crédibilité de la lutte anti-terroriste française, il n’anéantit pas pour autant l’instruction en cours sur l’attentat du 6 avril 1994.

Le juge Trévidic, qui a succédé au juge Bruguière en 2007, n’est en effet pas désarmé car son dossier contient les nombreux éléments rassemblés par son prédécesseur : témoignages, numéros de série des missiles (respectivement 04-87-04814 et 04-87-04835) qui faisaient partie d’un lot de 40 missiles SA 16 IGLA livrés par l’URSS à l’armée ougandaise quelques années auparavant, lieu du tir des missiles, marque et couleur des véhicules utilisés pour transporter ces derniers depuis l’Ouganda jusqu’au casernement de l’APR situé au centre de Kigali et de là jusqu’au lieu de tir à travers les lignes de l’armée rwandaise, ainsi que le déroulé de l’action. Emile Gafirata, le témoin enlevé à Nairobi, allait raconter au juge comment il avait véhiculé ces missiles depuis l’Ouganda.

En juillet 2013 puis en janvier 2014, le juge Trévidic a pu interroger Jean-Marie Micombero, ancien secrétaire général au ministère rwandais de la Défense et qui, le 6 avril 1994, était affecté à une section chargée du renseignement dépendant directement de Paul Kagame ; le témoin lui a donné les noms des deux membres de l’armée de Paul Kagamé qui, le 6 avril 1994, tirèrent les deux missiles qui abattirent l’avion présidentiel. Il a également livré nombre de détails sur les préparatifs et sur le déroulement de l’attentat. [1] Ces déclarations recoupaient en les confirmant celles recueillies en leur temps par le juge Bruguière auprès d’autres témoins.

Relais constant des thèses du régime de Kigali, la presse française n’a fait aucun écho au scandale judiciaire et humain que constitue l’enlèvement d’Emile Gafirata venant après l’assassinat du colonel Karegeya. C’est pourquoi j’invite les lecteurs de ce blog à donner toute la publicité nécessaire à ce communiqué. [2]

Notes

[1] Voir à ce sujet l’interview recueillie par Pierre Péan intitulée « J’ai assisté à la préparation de l’attentat qui a déclenché le génocide » (Marianne, numéro du 28 mars au 3 avril 2014). Pour l’état des connaissances, on se reportera à B. Lugan, Rwanda : un génocide en questions, Le Rocher, 2013.

[2] Ils pourront également visionner un documentaire de la BBC qui, pour la première fois, présente une analyse objective du génocide du Rwanda et des vraies responsabilités concernant son déclenchement : Rwanda’s Untold Story [http://www.egaliteetreconciliation.fr/L-Histoire-inedite-du-Rwanda-29319.html, NDLR]

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Taubira elle s’en fout bien, la Justice elle s’en fout , c’est bien pour cela qu’il l’ont placé à la tete de la synagogue de la place Vendôme .


  • #1040078

    Par pur hasard !!! Bizarre !!! Les services secrets de nation à nation divulguent des noms de traîtres en pâture selon la doxa afin de ne pas entacher le nom de certaines huiles, probablement franco-rwandaises. Adage : Quand les branches de l’arbre à secrets meurent, cela veut dire que ses racines pourrissent jusqu’à engendrer sa mort. A mon avis, nos incompétents français : Orsay, justice, intérieur, DGSE doivent être les éminents instigateurs de la fuite voire des crimes commis, cela ne surprendrait nullement.


  • #1040097

    Brugiere et Trevidic....Comment dire....... "L éteignoir" et "l idiot utile"... Edgard j Hoover et "la commission Waren" ....2 belles "fripouilles"...

     

    • A quoi ont-ils réussi jusqu’à présent ces super juges, ces terreurs de Thémis ? A rien du tout, on leur dit de ne pas franchir certaines lignes jaunes, et ils obéissent : ce sont des FONCTIONNAIRES de justice, la Justice n’est plus depuis 1958 un POUVOIR, mais seulement une vague "autorité", elle a donc perdu toute indépendance .


  • Situation delicate.
    Y a t’il eu des cas similaires dans le passe du Quay d’Orsay ?


  • ces assassinats crédibilisent encore plus la thèse de l’assassinat !!!

    Ca deviens la même chose que la chouina et la règle mathématique 6-3=6


  • Tirer deux missiles à deux, sur un avion, bravo aux supermen de cette armée Africaine, ils vont pouvoir donner des cours au reste des armées de la planète. Quant au reste c’est comme d’habitude...


  • Tout les petits cons qui blament la France pour le génocide parc’que hair son pays c’est "cool" là on peut être certain qu’ils ne diront rien alors que les témoins se font assasssiner...

    Gerbant cette histoire. Faudrait une bonne nouvelle de temps en temps parmi tout ça.


  • Cela fait des mois que Marcel Ceccaldi, le très brillant avocat de la famille Kadhafi, répète que la "justice" française se refuse absolument à entendre les témoignages qui prouvent que le nabot a bel et bien touché 50 millions de Kadhafi, alors vous pensez le Rwanda 1994 ! c’est loin et les racailles au pouvoir doivent se sentir très proches du pro-israélien Kagamé .

     

    • On peut comprendre que la famille Khadafi se batte autant :
      recuperer 50 millions , plus interets, ca ca tourne autour de 100millions.
      Meme en enlevant les frais d’avocats.
      Bon ben allez y : recuperer les sous. On vous comprend.


  • Il faut que vous sachiez une chose : C’est Pierre Péan lui-même qui, en premier, avait démarré tout ce tapage en déclarant qu’il avait déniché ce Gafirita comme un nouveau témoin qui allait soit disant "changer le cours du procès". Il savait que le tribunal français allait innocenter les accusés cad Pr Kagame et ses coaccusés par la prononciation d’un non-lieu. Faute de nouvelles preuves, il veut retarder indéfiniment la prononciation du jugement qui, comme on le savait, allait se prononcer en faveur de l’état rwandais. Tout le monde connaît ce Gafirita comme faisant partie de la bande de Mutabazi qui voulait faire un coup d’état sinon assassiner le Pr Kagame. Vingt après, ce nouveau transfuge, qu’apporterait-il de crédible si ce n’est pas une nouvelle tentative désespérée, une nouvelle manœuvre dilatoire pour noyer leur honte, noyer une victoire judiciaire éclatante et dévastatrice en faveur du Président rwandais ? Gafirita que les adversaires de Kagame dans ce procès savent pertinemment qu’il n’apportera rien de nouveau au niveau judiciaire, après lui avoir fait tant de publicités, l’ont-ils fait disparaître afin d’entacher l’issue du procès dont ils sont sûr qu’il leur sera défavorable ?


  • La France a peur de l’homme fort de Kigali (Paul Kagame). Si la France ne suit pas ce qu’il veut, il va trainer la France dans la boue. Le Rwanda devient de plus en plus une grande puissance vis a vis de la France. Quelle justice Francaise ? C’est du cinema. Y-a-t-il quelqu’un pour sauver l’honneur de la France ? Salkozi et son ami ministre des affaires etrangeres ont vendu la France au Rwanda depuis bien long temps.

     

  • Cette histoire est vraiment maussade !
    Que peut faire Mme Taubira ? je crains que la réponse soit : pas grand chose.
    Au-dessus c’est le soleil !


Afficher les commentaires suivants