Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Alger, Paris : des manifestants défilent pour dire "non" à Bouteflika

À 81 ans, Abdelaziz Bouteflika a annoncé le 10 février qu’il se présenterait de nouveau à la présidentielle algérienne, qui se déroulera mi avril.

 

« Pouvoir assassin », « Système dégage », « Seul le mandat du peuple ». Des centaines de manifestants se sont rassemblés ce dimanche après-midi place de la République à Paris pour protester contre le cinquième mandat que brigue le président algérien Abdelaziz Bouteflika.

« On a besoin d’un président valide », a déclaré Ahmed Ouaguemouni, 60 ans, ancien membre de l’opposition algérienne qui vit dorénavant en France. « Bouteflika, il est toujours à l’hôpital », a-t-il ajouté, tandis qu’un manifestant brandissait un cadre doré vide, symbole de l’absence du président octogénaire à la santé précaire, paralysé et quasiment muet.

Une photo géante du président Bouteflika, barrée d’un « non au 5e mandat », avait par ailleurs été accrochée au pied de la statue célébrant la République.

Lire la suite de l’article sur bfmtv.com

 

En Algérie, des dizaines de milliers de personnes ont défilé à travers le pays pour dire « non » à un 5ème mandat présidentiel d’Abdelaziz Bouteflika. Les manifestations ont été tolérées par la police et couvertes par l’organe de presse gouvernemental. De quoi relancer le débat sur un mandat qui divise jusqu’aux « décideurs » algériens.

 

En fin connaisseur de la politique étrangère africaine, Abdelaziz Bouteflika ne devait pas ignorer que les déplacements présidentiels en période de crise portent malheur. Nombre de présidents subsahariens en ont fait les frais, jusqu’à ces dernières années. Certes, l’Algérie n’est plus un pays à se laisser conquérir par quelque maréchal-président-fondateur. Pas depuis un bon moment. D’autant plus que la tendance semble révolue même outre-Sahara, où les transitions politiques sont de moins en moins violentes, de plus en plus transactionnelles, à défaut d’être franchement démocratiques. Dans le plus grand pays d’Afrique, les institutions sont bien rodées. L’armée, surtout, et quoique l’on pense de ses manœuvres ou marchandages politiques, est là pour jouer les garde-fous. Tout de même, le président algérien qui se rend dimanche à Genève, laissera derrière lui une Algérie bouillonnante. De quoi, troubler quelque peu son « court séjour médical ».

Après quelques manifestations sporadiques ces derniers jours, c’était le déferlement, vendredi, de plusieurs milliers d’Algériens pour dire « non » au cinquième mandat que brigue le président sortant en avril prochain. La capitale n’y a pas échappé. La précision n’est pas anodine. Depuis la marche des tribus kabyles, les Aarouch, en juin 2001, aucune manifestation n’est autorisée à Alger. À peine une demie douzaine de rassemblements, tout au plus, ont bravé l’interdiction. Souvent à leur frais. Jamais avec autant de succès.

Fait remarquable, en dépit de l’interdiction, les forces de sécurité ont fait preuve de retenue. Elles se sont contentées de surveiller de près, ou d’endiguer les marches en bloquant, selon les cas, des accès, des axes ou rues. Quelques rares heurts ont été signalés à Alger, auxquels la police a répondu par des interpellations. En fin de journée, les Algériens exposaient fièrement des photos et vidéos sur les réseaux sociaux. Une frustration, toutefois, de voir les médias passer sous silence leurs faits d’armes.

« Les rédactions pensaient que ça allait être un flop. Genre, quelques manifestants et des casseurs. Du coup, il y a eu une mobilisation minimale, ce vendredi [jour férié en Algérie], dans les rédactions. Puis, lorsqu’on a compris que c’était du sérieux, les journalistes ont commencé à protester mais les responsables ont eu peur et ont imposé la censure », a témoigné, sous couvert d’anonymat, un journaliste d’un média public algérien à Sputnik.

Étrangement, parmi les très rares médias à avoir relayé ces événements, figure…l’Agence de presse officielle, APS. Avec quelques précautions, certes. La raison d’être de la manifestation était balayée au moyen d’une phrase lapidaire : « Les manifestants ont également (sic) demandé au président sortant de renoncer à sa candidature à un nouveau mandat ». Tout de même, la couverture par l’organe de presse gouvernemental pourrait être « un signe sur le fait, qu’au sein du pouvoir algérien, la question du cinquième mandat ne soit toujours pas tranchée », estime Yahia Zoubir, professeur de relations internationales à la Kedge business school Marseille, dans une déclaration à Sputnik.

Lire la suite de l’article sur fr.sputniknews.com

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • pas de black blocs ?


  • Combien de main ou d’œil perdu ?


  • Le jour où le verrou Bouteflika lâchera, la France sera officiellement colonisée....

    Par la Grâce de Dieu : remigration !!

     

    • @ex
      la France est déjà "prise" par "qui vous savez",hélas ;


    • Remigration des Francs en Germanie, n’est-ce pas depuis cette époque que rien ne va plus en Gaule ?

       

      • Ethniquement, le gros de la population française n’est pas d’origine franque mais gauloise. Les apports romains, francs, alamans, burgondes, wisigoths et vikings sont négligeables.

        Et donc oui, la phrase "on est tous des enfants d’immigrés" est objectivement une connerie, sauf à remonter à l’arrivée des celtes au Ier millénaire av. J.-C mais c’est pousser le vice pro-immigrationniste très loin, et les mouvements de peuples antérieures à cette époque sont de toute façon très difficilement vérifiables à cause de l’absence de traces écrites.


    • c’est la france qui n’expulse pas les clandestins meme deliquant depuis 2003 sarkozy ministre de l’interieur
      c’est la france qui donne aux algeriens le RSA des le 1er jour et uniquement aux algeriens
      les autres c’est 5 ans de résidence
      c’est l’algerie que ca arrange d’avoir plusieurs millions de ressortissants à l’etranger
      economie de logement, baisse du chomage, entrée de devises en masse car tous les immigrés rentrent au bled avec des euros plein les poches..

      voila la recette de la réussite pour l’algerie.

      maintenant un pays de 38 millions d’habitants qui en a 10 millions à l’étranger ... y a comme un gros probleme.

      c’est l’islam qui détruit l’algerie


    • #2150773

      Ma conviction est que l’état profond français veut que boutef reste au pouvoir.. n’ayez pas peur on veut bien rester dans notre pays..


    • @kader
      En quoi l’islam est responsable du merdier algérien, argumentez votre pensée. Quand on a rien à dire le silence reste la meilleur expression.


    • La France sera à minorité blanche en 2060 et encore tout cela en se basant sur les chiffres actuel, d immigration de naturalisation,clandos ect ca veut donc dire qu on peut en étant optimistes dire en 2050...... voila , l avenir de la France il est déja connu minorité blanche, délinquance, paupérisation de prtout dans tout les secteurs chomage encore plus monstrueux QI moyen de 80 les perturbateurs endocriniens bien sur... ect bref la remigration c est trop tard, et pour le coups super utopiste


    • Le 25 février à 07:10 par Pitchou
      Alger, Paris : des manifestants défilent pour dire "non" à Bouteflika

      @kader
      En quoi l’islam est responsable du merdier algérien, argumentez votre pensée. Quand on a rien à dire le silence reste la meilleur expression.

      L’islam c’est n’avoir qu’un livre de référence, le coran. tout ce qui n’est pas dans le coran est réputé etre faux.
      Il se vend autant de livres au portugal pendant un an que dans tous les pays "arabes" en dix ans.
      Le coran c’est le contraire de la culture et de l’instruction. La paix civile qu’a faite Boutelkika avec le Front Islamique de salut était en fait une partition de l’algérie : Le FIS prend l’engagement de ne pas faire de politique de ne pas s’occuper de la caisse (qui reste aux mains du FLN) en contrepartie on donne la société civile au FIS qui islamise à outrance le pays.


    • @ kader, vous confondez Islam et "musulmans" : le Coran appelle à s’instruire au maximum (chercher le savoir) dans le chemin de la vérité mais les hommes appliquent ce qu’ils veulent comme ils l’entendent à dessein ou non (c’est du bricolage idéologique, par ex s’accommoder du prêt usuraire alors que c’est formellement interdit) en mentant, en trompant parfois, souvent, comme c’est le cas de ces corrompus au pouvoir en France, en Algérie ou ailleurs...
      Seulement, au final, ne pas oublier que chacun est responsable de ses actes devant Dieu.


  • Je ne comprends pas pourquoi le pouvoir algérien organise régulièrement des élections à candidat unique. Ils n’ont qu’à proclamer leur momie "président à vie" comme Aliyev en Azerbaïdjan.
    Il suffirait ensuite de le mettre sous coma artificiel avec un respirateur et il pourrait tenir son mandat encore 10 ans.

     

  • Intéressant d’observer comment les médias Français vont traiter les manifestants qui, eux, appellent clairement à éjecter leur Chef d’Etat.

     

  • L’Algérie se ridiculise, mais elle n’est pas plus ridicule que la France et ses législatives truquées depuis 60 ans !

     

  • De toutes les façons, si Bouteflika n’est pas en état de gouverner depuis un certain temps, cela veut dire qu’il n’est plus que le paravent qui masque le détenteur réel du pouvoir. Probablement un militaire, ou un dirigeant des services de renseignement ou de sécurité.
    Par exemple j’avais émis l’hypothèse "général Athmane Tartag" en commentant l’article d’ER de Septembre dernier, "Que cache la purge sans précédent qui touche l’armée algérienne ?" :
    https://www.egaliteetreconciliation...


  • En tant que franco-algerien j’aurais rêvé que la France aide l’Algérie a se débarrasser de ses dictateurs. Ne serait-ce qu’en diffusant des reportages télé sur la corruption du pouvoir ou son implication dans les grandes tueries de la décennie noire.
    Cela aurait scellé définitivement la réconciliation entre les peuples

     

  • Si la Mafia qui pillent le pays saute tout va changer .... une autre Algerie renaîtra

     

  • Facile de critiquer quand on est tranquillement à l’étranger surtout en France. J’ai des clients algériens avec qui j’ai discuté qui préféreraient que Bouteflika reste pour préserver une certaine stabilité .

     

    • « Y a aussi des "poissons volants", mais qui ne constituent pas la majorité du genre ! »
      A la limite, que vos clients algériens espèrent le maintien du clan actuellement au pouvoir pour continuer à surnager dans ce marigot de corruption généralisée, passe encore. Mais que ce clan ait l’outrecuidance de continuer à présenter ce mort-vivant comme chef d’Etat, c’est une insulte à la population et même à la mémoire de cet homme. Comment expliquer qu’ils ne soient même pas capables d’afficher une autre tête d’affiche ?


  • moi être français pas antisémite, et pas sémite non plus.
    moi être sous le Soleil en gilet jaune et craignant la colère du seul vrai Dieu.
    Arya


  • Je suis contre l’importation des revendications algériennes sur le sol de mon Pays. Je suis contre ces manifestants bi-nationaux en France. Je suis contre la future immigration sauvage annoncée (quoique, pour crever l’abcès...).
    Mais, par dessus tout, - sidéré -, je suis contre nos journalopes et commentateurs médiatiques français qui portent jugement sur M. Bouteflika (propos moqueurs sur son état de santé, sur la situation là bas). C’est honteux et insultant pour ce Pays. Nos bien-pensants journalistiques feraient mieux d’analyser et commenter avec autant de suffisance ce qui se passe chez nous et le cas de notre Chef d’Etat.

     

  • Les problèmes des algériens,
    c’est bête, mais si nombre d’algériens en France (et me dites pas que c’était des marocains parce que leur drapeau il est pas vert et blanc) n’avaient pas fait les trolls ces 20 dernières années je ne me moquerais surement pas de leur sort comme aujourd’hui.
    salut bonne journée.


  • Oh la belle "révolution colorée" qui s’annonce...


  • Bien triste pour ce pays qui, en réalité, a cessé de vivre en 1962. Le FLN est une arnaque dès le début, et la vraie erreur de la France aura été de donner le pouvoir à des terroristes. L’Algérie devait être indépendante mais avec le MNA au pouvoir.
    Mouvement indépendantiste plus modéré que le FLN, qui aurais construit un pays arabo-berbère-européens, avec l’œil bien veillant de la France.

    Grande erreur de De Gaulle, qui n’a pas laisser la victoire à son armée.
    Une Algérie bi-culturelle (orientale et européenne) aurait certainement été la plus grande puissance d’Afrique. La France et L’Algérie seraient aujourd’hui deux nations fraternelles.
    C’est un point de vue, je ne souhaite en aucun cas froisser nos anciens compatriotes.

     

    • Bon, ayant connu les deux côtés de la barrière (jusqu’après l’indépendance du Pays), et sans animosité aucune, au contraire, je pense que l’Algérie Française (bien menée) aurait été une solution plus bénéfique pour tout le monde que la future France Algérienne déjà « diluée » avant même d’avoir existé. On aurait un 1er Ministre ou un Président Français issu de notre Pays d’outre-Méditerranée, la belle affaire ! Les deux Peuples y perdront.
      Enfin si, sur ce sujet difficile, vous permettez un peu d’humour « caustique » (avec une part de vérité, donc) d’un non-Gaulliste au final.


Commentaires suivants