Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Attali à Cannes : microfinance, surendettement et suicides de femmes

Quoi de plus noble que d’aider les pauvres, me direz-vous ? Après la propagande de la Palme d’or promouvant les relations entre deux femmes, les people sont maintenant instrumentés par Attali pour vanter l’« émancipation » financière des femmes à travers le micro-crédit de son organisation PlaNet Finance.

Aure Atika, Virginie Ledoyen ou Laurence Ferrari ont toutes répondu à l’appel de Jacques Attali jeudi soir à Cannes et de son organisation « PlaNet Finance » afin de promouvoir le micro-crédit et le développement de l’entreprise chez les femmes.

 

 

Virginie Ledoyen déclare : « Le micro-entrepreneuriat est un véritable outil efficace de lutte contre la pauvreté car il permet aux femmes d’être autonomes, d’être reconnues par leurs communautés et de retrouver leur dignité [1]. »

Puisses-tu Virginie lire l’article qui suit qui t’expliquera en quoi l’usure asservit et non pas émancipe...

Microfinance, surendettement et suicides de femmes

12 février 2011, par Nicolas Sersiron

 

La crise actuelle du microcrédit dans l’Inde et les suicides de femmes, sont l’aboutissement du surendettement mis en place par le grand capital pour maintenir dans l’asservissement gouvernements et populations du tiers monde depuis cinquante ans. Un outil essentiel de la conquête. Après le retrait des armées d’occupation et les indépendances proclamées, la question était : comment assurer la continuité de l’extractivisme des ressources naturelles qui avait fait la fortune des pays européens mais surtout de leurs capitalistes depuis cinq siècles ?

Sans le maintien de l’importation des minerais, pétrole et produits agricoles à des prix si bas qu’il faut plutôt parler de pillage que d’achat, bien peu des grandes sociétés occidentales auraient pu continuer à générer les fortunes incroyables que détiennent leurs actionnaires aujourd’hui. La transformation de ces matières premières exclusivement au nord et la vente de biens de consommation de masse qui en sont issus sont à l’origine de la pauvreté d’un côté, et de la surconsommation et du gâchis de l’autre : injustice sociale et désastre environnemental.

L’instauration du système dette dès les premiers jours des indépendances, les assassinats des élus démocrates et la corruption des autres ont maintenu ces pays enchaînés en pérennisant le pouvoir exorbitant du Nord sur le Sud. Pour rembourser ces dettes majoritairement illégitimes, les pays les moins développés ont été contraints de poursuivre l’exportation de matières premières non-transformées et de maintenir leurs peuples à travailler pour des prix de journées, incapables de nourrir leur famille décemment.

Depuis les indépendances, la libéralisation imposée par le trio FMI-BM-OMC a entraîné : la disparition des barrières douanières protégeant les petits producteurs face aux mastodontes et aux produits subventionnés du Nord, les privatisations à vil prix des grandes entreprises publiques et la liberté de circulation des capitaux avec le libre rapatriement des bénéfices. Ces mesures ont chroniquement affaibli les États du Sud et appauvri leurs populations. Or, la croissance du PIB (produit intérieur brut) – 5 % en Afrique voire 8 % pour l’Inde – tant vanté par les adeptes de l’économie libérale, ne rend pas compte de la réalité vécue par la majorité de ses habitants. Pour avoir une idée du revenu national brut (RNB), celui qui va rester dans le pays pour y être réparti, il faut déduire des chiffres du PIB dont on nous rabat les oreilles, les revenus nets versés à l’étranger. Sans taxes douanières et après privatisation internationale de l’exploitation des ressources naturelles, avec des ETN (entreprises transnationales) quasiment pas taxées, ce qui reste du PIB pour faire fonctionner les services publics de santé, d’éducation et les investissements dans les infrastructures est extrêmement faible.

Avec de nouveaux prêts, les institutions financières internationales les ont poussés à rembourser des dettes odieuses, qui n’ont jamais servi aux investissements et au développement de leurs pays, mais plutôt à corrompre leurs décideurs et à enrichir les transnationales s’arrogeant les marchés publics locaux.

Ainsi, la dérégulation économique, qualifiée du mot « Consensus » de Washington par les plus forts, a été imposée au forceps financier aux plus faibles, délicatement nommé plan d’ajustement structurel. Elle a permis de maintenir le tiers monde dans le sous-développement. Car, en plus d’exporter de plus en plus de matières premières dont les prix baissaient, ces pays devaient exporter une partie importante des devises obtenues pour tenter de sortir du surendettement. Le libre-échange, avec concurrence faussée et étranglement des dépenses entraînant le sous-financement des services publics, leur a été imposé par le trio FMI-BM-OMC. Le but affiché : doper l’économie et dégager les sommes ponctionnées dans le budget pour rembourser les créanciers majoritairement étrangers.

En réalité, la fin cachée, et la réalité le prouve, a été le développement des profits d’une petite oligarchie financière internationale au détriment de celui de la justice sociale et du bonheur des peuples. C’est ce que vivent les populations du Nord depuis quelques années. Pour faire face au surendettement organisé des États, renforcé depuis peu par le sauvetage des banques, les gouvernements réduisent lourdement les dépenses publiques en préparant en sous-main leurs privatisations. Le FMI et l’OMC sont devenus presque aussi influents sur les politiques du Nord que sur celles du Sud.

Si faim et pauvreté ont reculé dans la Chine capitaliste et dictatoriale, plus de la moitié des humains vivent encore en 2011 dans une très grande pauvreté, (moins de 2 dollars par jour) sans parler des affamés dont le nombre va de nouveau augmenter avec la montée insupportable des cours des céréales en ce début d’année.

Depuis longtemps, pour s’entraider en cas de problèmes graves et assurer la sécurité de leur famille, les femmes ont su créer des tontines en Afrique ou des groupes de protections et de crédits en Inde. Ces diverses formes de microfinance mutualiste se sont construites sur des bases populaires et autonomes. Elles offraient un réel début d’indépendance aux femmes et leur permettaient d’échapper aux prêteurs privés pratiquant des taux d’intérêts usuraires pouvant aller jusqu’à 5 % par jour dans les cas ultimes, spécifiquement en Inde.

C’est bien l’extrême pauvreté du Bangladesh, résultat d’un partage inégal des biens communs de la planète qui a permis à la Grameen Bank de se créer comme institution de microcrédit et de grandir aussi rapidement. L’intention était socialement intéressante, mais comment imaginer qu’en prêtant des sommes d’argent minimes à des femmes, on va lutter contre la pauvreté globale dont les causes sont exogènes ?

Surtout quand les frais de remboursement sont 5 à 10 fois plus élevés qu’en Europe. Les chercheurs Roesch, Servet, Guérin et Morvant écrivent dans Le Monde du 13 décembre 2010 à propos du sud de l’Inde :

« Nos recherches établissent que les taux des prêteurs privés (…) les plus fréquents sont autour de 3 à 5 % par mois (soit 36 à 60 % par an) (…) le taux effectif est très proche de celui des IMF (institutions de microfinance) actuellement sur la sellette. »

Ce qui contredit la communication des IMF, qui ont toujours mis en avant le plus bas niveau de leurs taux par rapport aux prêteurs privés qu’elles qualifient volontiers d’usuriers.

La réussite de Muhammad Yunus, créateur de la Grameen Bank, a encouragé les grands organismes financiers de la planète à creuser ce filon en finançant ou créant d’autres agences de microcrédit.

« Investir dans une institution de microfinance donne une rentabilité des capitaux propres de plus de 20 %, un remboursement des prêts à 99 % et tout cela en permettant aux pauvres, et en particulier aux femmes, de créer leurs propres entreprises (…). Toutes nos enquêtes montrent que 90 % de la population d’Andhra Pradesh en Inde est endettée et ne survit qu’en passant d’un crédit à l’autre. Les familles prennent du crédit auprès des IMF non parce qu’elles ont “confiance” mais parce qu’elles ne peuvent pas faire autrement. Elles remboursent à 100 % non par “confiance” mais parce qu’elles ont besoin de renouveler le crédit pour vivre. Très souvent elles prennent un crédit pour rembourser un autre. »

En langage financier cela s’appelle de la cavalerie, c’est une spirale infernale dont on ne peut jamais sortir. Elle est par contre très profitable aux prêteurs. C’est exactement ce qui est arrivé aux pays en développement après la grande crise de la dette des années 80. L’emprunteur, se trouvant contraint de rembourser deux créanciers différents pour la même somme empruntée, risque de doubler les intérêts à payer. Quand les prêteurs, institutionnels ou privés, ne contrôlent pas le niveau d’endettement d’une femme indienne avant de lui octroyer un nouveau prêt qui, comme les précédents n’est pas destiné à un investissement productif mais tout simplement à faire face à un état de pauvreté insupportable, la vanne du surendettement est ouverte et le flot des drames qui vont en découler sera impossible à endiguer sans une aide extérieure ou une intervention de l’État. La pression insupportable des agents de certaines IMF sur de nombreuses femmes indiennes, déjà dans l’impasse du surendettement, ne peut que les pousser au suicide.

« C’est la première fois qu’un parti politique appelle au non-remboursement et cet appel vise plus particulièrement les deux plus grosses et plus connues institutions de microfinance d’Inde : SKS et Spandana. Elles sont accusées de pratiquer des taux d’intérêt « usuraires » et de pousser au suicide les pauvres femmes qui n’arrivent pas à rembourser. (…) Depuis des années, le microcrédit est présenté comme destiné à financer la création de micro-entreprises par des familles pauvres. Des recherches approfondies sur l’utilisation du crédit et le mode de gestion de ces crédits, notamment par une équipe IRD - Cirad ont mis en évidence que près de huit prêts sur dix sont utilisés comme crédits à la consommation, pour des dépenses de santé, pour l’habitat ou pour des dépenses d’éducation [2]. »

Libération titre le 10 février 11 : « Chez les paysans indiens, le surendettement tue. » 17 000 d’entre eux se sont suicidés en 2009, depuis 10 ans plus de 150 000. Si les IMF ne sont pas directement en cause, les marchands qui vendent à crédit engrais, pesticides et semences hybrides aux paysans pratiquent eux aussi une forme de microcrédit. Et celui qui subit une mauvaise récolte, due à des dérèglements climatiques ou d’autres causes imprévues comme des attaques d’insectes sur le coton OGM, ne peut rapidement plus s’en sortir avec des semences de plus en plus chères qu’il doit racheter chaque année à son marchand ainsi que les intrants chimiques dont les prix augmentent avec celui du pétrole.

Depuis les injonctions du FMI dans les années 90 pour une dérégulation financière en Inde, les banques agricoles publiques ont disparu. De nombreux mouvements altermondialistes soutiennent le passage vers une agro-écologie moderne, sans intrants chimiques, avec des semences paysannes échangées comme cela se faisait depuis des millénaires. Ce qui est une part de la revendication pour la souveraineté alimentaire.

Par fierté et pour délivrer leurs familles enchaînées par des dettes impayables, le paysan indien – souvent en avalant un pesticide qui a causé sa perte – ou la femme indienne préfèrent mette fin à leurs jours. En France, où plus d’un paysan se suicide chaque jour, le surendettement est la cause prépondérante, même si elle n’est pas la seule.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Notes

[1] http://www.laruedubac.com/basearticle/page.php?id=409

[2] Lemonde.fr, 15 novembre 2010.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • A revoir la séquence où Choron traite Aure Atika de "femme de ménage" qui devrait "aller repeindre des bagnoles chez Renault".

     

  • il suffit d’écouter les réactions de Jimmy jean louis et massimo gargia pour comprendre la fourberie !!


  • Pour ceux qui sont capables de sourire avec du vomi plein la bouche, la soirée à l’air d’être agréable.


  • C’est yacht people qu’il faut mettre en suggestion KK !


  • " Après avoir réparé les organes malades, on voudra les produire, puis créer les corps de remplacement. On produira d’abord des lignées de cellules souches, sans détruire l’embryon, ce qui rendra éthiquement acceptable la thérapie génique, puis le clonage thérapeutique, puis le clonage reproductif. On fabriquera en fin l’être humain comme un artéfact sur mesure, dans des utérus artificiels, pour permettre au cerveau de se développer davantage avec des caractéristiques choisies d’avance. L’ETRE HUMAIN SERA DEVENU UN OBJET MARCHAND." Jacques Attali, dans son ouvrage " Une brève histoire de l’avenir," Ed Fayard, 2006.

    Bien sûr qu’il ne vous veut que du bien le Jacquo !

     

  • le crédit ,le micro-crédit ect...
    je ne conais pas les véritables enjeux du micro-crédit et si oui ou non c’est "sympa".
    ce qui est génant est cette permanente solution par l’usure , ce coté "caritatif" qui perdure rime souvent avec miettes.

    comme une maniére d’endiguer les colére (dues à l’injustice criante des méthodes de la haute finance) en faisant les "généreux" ,cette brochette de "bourges" ne sait méme pas ce que c’est que de vivre au smic , et de rembourser les banques ( qui re-préteront pour le micro -crédit) au lieu d’investir dans le réel à une échelle conséquente.

    au lieu de ça ce genre de paravents tente le conte de fées ....pour se laver la conscience.

    je peux étre dans l’erreur en schematisant ainsi , mais quand je vois des attali(s) et autres exaltés s’exprimer sur les questions de fond idéologiques , j’ais du mal à me fier à la bonne intention de cette hyper-classe qui d’interviews en interviews parlent d’ou ils sont , pour donner des leçons et des solutions qu’ils ne vivront jamais par eux mémes.

    charitée bien ordonnée commence par sois méme .
    alors que tout ce beau monde commence par partager , et cesse de relayer le verni de la pensée seguelienne.... "les chinois avec 100 euros par mois ,ils sont heureux !!".


  • L’art de se donner bonne conscience en chiant à la gueule du monde...Tout une science...

     

  • qu’elles sont idiotes ces femmes : ben parce que les femmes s’en sortent bien alors c’est bien le micro-credit parce que ca les aide a s’en sortir.
    Elle a pete une durite la brunasse ou elle nous prend vraiment pour des cons ?


  • J’adore la lucidité espiègle de Massimo "C’est un grand cirque"...^^


  • Quel pied ! Un manque de naturel de ce tonneau est purement divin.

    C’est une publicité ? En tout cas, c’est du grand art. Vous avez vu les sourires contraints ? Ce qui est bizarre, c’est que les lèvres entrebâillées ne révèlent pas les canines de vampire que l’on s’attend à voir si l’on se fie aux yeux pochés.

    Cet Attila a vraiment des ressources pas possibles. Mais où donc trouve-t-il ses putes ? S’il bande sans viagra, il va faire des jaloux, il a l’air si heureux.


  • J’ai moi-même crée ma Fondation ( une journée de plus pour les éphémères) 50 Euro la cotisation...


  • Tout cela me rappelle un film documentaire sur les efforts d’une OGN tentant de mettre en place des solutions de micro-crédits après le passage du raz de marée en Thaïlande.
    Une femme ayant tout perdu était incitée à faire des gâteaux et à les vendre autour d’elle.
    Pas de chance impossible de faire comprendre à cette femme que les gâteaux qu’elle donnait habituellement à ses amis et voisins, ceux-ci allaient maintenant devoir lui payer.

    Comme pour les femen auxquelles ces pétasses renvoient, il s’agit bien de destruction des liens sociaux. Marx nous l’avait déjà dit.


  • Une expérience : le Maroc avait lancé, il y a quelques années, le concept de micro-crédit. Beaucoup de femmes ont pu en bénéficier. C’était une manière de le émanciper(sic !) de la tutelle familiale. Rares sont celles qui ont pu rembourser les banques.
    D’abord le problème de l’usure et (surtout ?) la mondialisation. Quoique faisaient ces dames, le prix de revient de ce qu’elles produisaient (confectionnaient) était plus cher que la marchandise chinoise bas de gamme.
    Des problèmes familiaux éclatèrent au point que Le roi M-VI a dû éponger tous les crédits. L’expérience pris fin.
    itmas


  • j’adore le Bounty qui explique qu’il aimerait qu’on applique cela à haïti !
    quel traitre à son peuple !
    si on applique cela à Haiti, ils sont morts § déjà que cela va mal pour eux, mais si on veut les enterrer, on fait micro-crédit !

    combien de traitre à leur peuple va-t-on encore devoir subir !

    je pensais que nous les blancs nous étions champions avec notre élites corrompues, je m’aperçois que tout le monde a ses traîtres !!

    et encore une fois c’est par les femmes que ce fléau arrive comme par hasard ! on va me traiter encore de mysogine, mais quand allez-vous comprendre que leur donner les rennes est la choses la plus idiotes que les civilisations occidentales aient fait !
    Le système se sert d’elles pour s’imiscer partout !
    On pourra surtout aussi remarquer l’argumentaire de la aure attika (pin-up de la communauté) : les femmes tiennent le cordon de la bourse de la famille !
    parler de la famille et de la mère de famille à une époque où on met des culs sur les abris-bus et où les homos adoptent des gamins, je trouve cela très déplacé de venir parler de la famille traditionnelle quand il s’agit de défendre le fric de papa Attali !

     


    • j’adore le Bounty qui explique qu’il aimerait qu’on applique cela à haïti !
      quel traitre à son peuple !
      si on applique cela à Haiti, ils sont morts § déjà que cela va mal pour eux, mais si on veut les enterrer, on fait micro-crédit !

      combien de traitre à leur peuple va-t-on encore devoir subir !



      espérons pour lui que le jour ou les haïtiens se rendront compte qu’ils se sont fait mettre il sera loin, sinon il risque de finir décoré du collier du père lebrun  :) (spécialité haïtienne)


    • Qu’est-ce qu’un "Bounty" ?


  • Arriver enfin, (enfin !) a endetter même les plus pauvres, même les plus misérables.
    Quelle belle conquête de l’humanité !

    Attali arrive à ne pas vomir en se voyant dans la glace tous les matins ?

    Attali devient le prototype du savant fou. Il s’est perdu dans son propre cerveau. Il n’est plus parmi nous.

    Il veut endetter les intouchables (dalits) de l’humanité et pour lui c’est un bien, un progrès. Il est fou.

     

  • le seul qui dit quelque chose d’important sans " se monter la saigue " comme disaient mes potes corses du temps de la fac, c’est Massimo !


  • #423330
    le 01/06/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Attali à Cannes : microfinance, surendettement et suicides de (...)

    Dis-donc, Jacquouille, t’aurais pas dépassé l’âge limite pour l’euthanasie que tu prônais il y a de cela trente ans ?
    Un membre de la communauté aussi honnête et droit devrait donner l’exemple, tu es donc élu démocratiquement pour expérimenter ta propre thèse, heureux ?
    Toujours prêt à rendre service aux hommes qui s’engagent, c’est quand tu veux.


  • Aaaah, quel défilé de gens libres, rebelles et indépendants. Un festival de libres-penseurs, un Festival de Connes millésimé !


  • les banquiers sont sans aucuns scrupules ils savent que plus quelqu’un est pauvre plus il a de chances de rembourser son crédit et chose "louable" de la part des banquiers ce sont les plus petit crédit qui ont le taux d’intérêt le plus élevé et plus on est pauvre plus le taux est élevé ceci s’explique scientifiquement par la volonté mathématicienne de laisse les pauvres encore plus pauvres et les très riches encore plus riches ainsi si un pauvre réussit pour prospérer et innover il est contraint de vendre sa meilleure idée et finit soit ruiné soit spolié de sa boite par l’actionnaire principal mafieux qu’est devenu sa banque !
    bref l’expression vache à lait explique ceci quand une vache rapporte elle est exploité et puis en dernier lieu devenu non rentable elle est vendu à la boucherie !


  • C’est pratique les idiotes, on peut leur faire dire n’importe quoi.

    Par idiotes je fais évidemment référence au genre et non au sexe, il n’y a aucun sexisme dans mon propos.

    Sinon pour l’avoir vérifié au Maroc, le micro-crédit n’est rien d’autre que de l’usure nov-langué.


  • C’est effectivement "grand cirque", ces gens là sont des parasites d’une stupidité affligeante. il est temps que les Français se débarrassent de ces guignols, de ces opportunistes qui paradent fièrement devant nous et qui donnent des leçons à la terre entière.


  • le jacouille a vraiment la süss oppenheimer attitude.

    au japon la place estd éja prise, puisque les yakuza ont deja mis en place le micro crédit depuis des décennies :

    un artisan risque de faire faillite parcequ’il ne peut pas racheter du nouveau matériel et aucune banque ne veut lui prêter la petite somme dont il a besoin en raison de son insolvabilité.

    il va voir les yakuza qui lui prêtent sans discuter, mais a un taux plus élevé.

    par contre si il ne rembourse pas a temps, le premier avertissement c’est quelques pains dans la gueule plus une pénalité de retard, le deuxième c’est un séjour a l’hôpital avec les jambes pétées et de nouvelles pénalités, et la troisième fois il sert d’exemple pour les autres débiteurs.

     

    • On appelle ce genre d’usuriers des "Yamikin" au japon.
      Pour l’étymologie il me semble que Yami=Ténèbres et Kin=Or. Enfin il me semble.
      Il y a un manga sur ce thème sorti en France (Ushijima l’usurier de l’ombre).
      J’ai lu les 4 premiers volumes et c’est franchement glauque (mais très bon).

      Pour ce qui est des yakuza le livre de David Kaplan et Alec Dubro "Yakuza, la mafia Japonaise" est extrêmement intéressant et montre que ceux-ci ne sont pas forcément -et ce malgré les apparences- aussi nationalistes qu’on pourrait le croire et peuvent même carrément servir de cheval de troie à l’empire et au mondialisme (cf Yoshio Kodama).

      Enfin j’ajouterais que le mythe du mafieu romantique et rebelle au système n’est justement qu’un mythe véhiculé par le cinéma et que la mafia qu’elle soit Italienne, Japonaise, Indienne ou autre n’existe jamais par elle-même et n’est jamais que le produit et l’instrument d’un système (à moins d’être une organisation minuscule). D’ailleurs en Italie le régime qui a fait le plus de mal à la mafia au point de quasiment l’éradiquer est celui de Mussolini.


  • Que sont ces gens ? que représentent-ils pour s’en croire naturellement et orgueilleusement photographiables ?

    Remarquez avec quelle aisance ils se pavanent dans ce lieu de débauchés où il doit y régner une concupiscence sans nom.

    Mais le plus malheureux, le plus regrettable, c’est qu’ils n’existeraient pas sans l’intérêt d’une bonne moyenne de petites gens qui salivent à s’en mouiller la bavette, de ce rêve dépaysant que ce monde de pouvoir et de brillance leur flanque dans leur regard morne et routinier : en effet, ces victimes du système, troqueraient bien leur place pour y accéder.

    voilà, ce qui à mon sens est le plus pernicieux.


  • Sous les paillettes, la pourriture...


  • Pendant mes études en école de commerce, on a eu droit a plusieurs heures de cours sur la micro finance et le micro crédit.

    Dans une école, soit disant spécialisé dans le "développement" et "l’humanitaire", je peux vous assurer que le concept séduisait pas mal d’étudiants et la plupart étaient plutôt favorable à ce genre "d’aides" !!!

    Plusieurs de mes camarades ont fait des stages dans ce domaine là et certaines y travaillent toujours. Pour ma part, tchao la finance et bonjour l’électricité ! ha ha...

    En cours on nous enseigne que l’emprunt est un bon vecteur de croissance avec le fameux "effet de levier". Faudrait expliquer à certains qu’acheter de l’argent à dette sur une longue période est une énorme absurdité !!!!!!!!!!!!!!

    Exemples de la microfinance : permettre à un agriculteur d’acheter des poules pour revendre les œufs, permettre à une femme d’acheter un four pour vendre des repas dans la rue, etc...


  • #423529

    la déclaration de virginie ledoyen et vraiment pitoyable comme si les femmes étaient seule a souffrir de pauvreté ,encore une opération de communication et d’ingérence humanitaire qui cachent des intérêt financiers .

    ps Attali et l’autre sorciere ont vraiment le faciès caractéristique de l’ élite fourbe et dégénérée


  • Pour info ; Virginie Ledoyen, compagne d’Arieh El Maleh (le frère de Gad)
    Quand-même !!!


  • C’est une bande annonce du prochain Yacht People ?

     

  • C’eat une bar-mitzhva, c’est ça.. ?? o_O


  • Comment une société peut elle en arriver à vénerer ce qu’elle a de pire ?

    Que penser des valeurs qu’elle portent ?

    Que dire du peuple qui entre dans ce jeu de dupe ?

    Vaut il vraiment la peine qu’on se batte pour lui ?

    Pour ma part, je ne crois plus que la concience de ces choses là puisse gagner un jour la majorité.

    Aprés avoir épuisé toutes les options pour changer la société, mon seul objectif est de changer les choses pour moi avant tout.

    La marginalité est devenu indispençable dans une société pareille.

    Si je ne peux pas influer le cours des choses, pas question de participer à ce bordel.

     

    • Mais tu es, vis, respire dans ce monde...Cette indignation que tu ressens et cette énergie qui en résulte doit être partagé. Le changement global, ou plus précisemment le retour à l’ordre naturel et immanent, se fera très très progressivement. Jamais de démarches auto-centrées, c’est exactement ce qu’il veulent. La dissidence égoïste ne vaut pas mieux que l’individualisme libertaire. Courage.


    • Amen Brother ! Je comprends tout à fait ce que tu ressens mais....ALMANZOR a raison.


    • Je crois comprendre ce que tu ressens aussi, mais je ne sais pas si ALM... (je sais plus) a raison, en partageant l’energie positive que tu ressens tu butera toujours face au mur de la connerie humaine qui est tres tres grand, et qui a une influence tres negative sur le progres personnel limité par le temps, si la resistance se bat c’est pour qu’un jour sa descendence puisse jouir de l’integrale sagesse et energie positive (vers la quelle doit se diriger le monde en passant certainement par le mal), la resistance elle même se sacrifie (a different degrés) au profits de ceux la. Enfait tu as l’air d’etre au courant, je parle plutôt aux autres, a vrai dire je ne sais pas quelle est la solution car la marginalité totale est une impasse, mais bon dieu quesqu’il est dur de trouver une ame animée parmi tous ces automates, Syd Barret est devenu fou, Kurt cobain s’est suicidé, Soral est present gloire et tranquilité a lui, enfin bon, on vera comment se deroulera ce voyage au bout de la nuit, bonne etoile a toi, il y a surement des méthodes pas trop comprometantes pour passer le message, mais bon, effectivement ce monde est déjà bien entamé


    • Ce que je trouve le plus désespérant c’est que lorsque l’on cherche à ouvrir les yeux à un proche, il te crache à la figure en te traitant de facho, de parano, de qu’est-ce je peux y faire, je m’en fou laisse moi je fais ce que je veux (qu’il croit).

      En gros la majorité de la population est lâche et préfère pratiquer la politique de l’autruche, c’est tellement plus confortable de faire semblant de ne pas voir. Je pense qu’il faut être capable d’une certaine empathie pour trouver la force de se révolter contre ce système débile.


    • J’en etais venu au même constat, pour conclure il y a longtemps maintenant qu’il y a une majorité de masse stupide, conditionnée et egoiste au final, pour une minorité de personnes à l’esprit libre, surpassant leur ego et capable de reflexion independante.

      Je donnerais un rapport approximatif de 90-10%. La masse, par son nombre, est obligatoirement subie,
      directement, par le triomphe de leur ego vindicateur bien que de dimension reduite. Exemple bête mais revelateur d’etat d’esprit, celui garé comme une m*rde parce que trop feignant pour bouger son cul sur 30m, sans comprendre que ses 20sec economisées vont les faire perdre a 10personnes obligées de circuler sur l’autre voie en alternance. Voire retarder une ambulance, creer un accident. Cette masse ne voit que son interet/sa jouissance personnel(le) immediat(e)/a court terme
      ou bien indirectement, par son soutien financier aux entreprises/politiques/systeme qui même si elles lui sont nuisibles, ont la faveur de son esprit lavé par un conditionnement televisé et publicitaire, et malade d’agents chimiques. Ce sont les mêmes qui, si vous tentiez les liberer d’un joug totalitaire, viendraient vous cracher a la gueule et vous jeter des tomates pourries lors de votre execution publique, galvanisés dans un esprit populaire coupe du monde, façon william wallace.
      Il ne faut rien en esperer, ni les hair, c’est juste une constante dans le temps, le troupeau apeuré a besoin de repere et suit une minorité de decideurs, bien incapable d’assumer ses choix, par lacheté intellectuelle il suit le mouvement. Maintenant cela ne signifie pas qu’il faut leur laisser le volant non plus, ni même decider de l’entretien. Ce pourquoi la democratie est un mensonge, d’ailleurs même quand elle se proclame, il ne s’agit que d’un deguisement de l’oligarchie, c’est toujours le fric et les puissants qui decident.
      Par contre, la minorité de personnes qui, même si d’opinions contraires ou divergentes, est capable d’auto reflexion et de construction logique, alors celle ci, même à 1/10, vaut le coup et fait supplante par sa qualité l’oppression de la masse

      Sinon attali fait vraiment penser au diable, déguisé en pere noel. Dans toutes ses interventions de lobbying en plateau télé (à se demander s’il a un double des clefs) il fait preuve d’un cynisme et d’un culot inimaginable, surtout qu’assez intelligent pour savoir ce qu’il fait...Effrayant ce petit vampire ..


  • Toute mesure qui consiste en une jonglerie monétaire est par essence contre-révolutionnaire. On ne change pas le système, on ne sort pas du système, tant que l’on ne fait pas sienne la devise : Largent est un tyran !


  • il y as de la pourriture qui s’ignore .....


  • Odieux, infâme mais hélas pas nouveau.

    Le meilleur moyen de se soustraire à ces gens-là est de se passer totalement de ce qui leur donne un pouvoir sur nous : la Finance. Un chemin de liberté par si difficile à concevoir à condition de sortir de leur système et des "valeurs" qu’il véhicule. Ce qui arrivera un jour ou l’autre, nécessairement.


  • Par bonne foi, j’ai visionné cette vidéo trois fois.
    S’il n’y avait que des femmes comme cela sur terre,
    moi aussi, je me serais fait P.D. Toutes refaites,
    dépourvues de féminité (la vraie), trop sophistiquées
    pour être honnêtes. Tout ce petit monde va bien ensemble.

     

    • 30 ans sur la cote, quand j’etais serveur, des "extras" à Cannes j’en ai fait des pelletés.
      Conclusion ; Des putes, de la coke, des putes, des pseudo-minets, encore des putes et des escrocs a toutes les sauces et a tous les coins de rue...
      Comme quoi, rien n’a changé. ^.^


    • C’est clair, "Mondaine" pour obtenir ce qu’elles veulent le plus : de la reconnaissance, ça fait tellement de bien à leur petit ego étriqué.

      Comme vous le dites il y a de quoi devenir PD quand on voit ce genre de femme. Dieux merci, elles ne sont pas toutes comme ca. Mais les types qui draguent a coup de liasses de billets (enfin si on peut appeler ca draguer), ne rencontrent que des mondaines et pensent que le monde n’est donc fait que de ce genre de femme.


  • Je viens de voir des hordes de démons sous apparence humaine.
    Doit-on se faire photographier avec des prostituées avec en fond d’écran des logos de marques qui pompent les richesses de ces pays pauvres que soi-disant on veut aider ??

    Quel satanisme !!!

     

    • oui exactement, vu par un 3e oeil.. ils ont poussé jusqu’à utiliser les logos de Partouche (jeux d’argent, casinos..) ce qui annoncent la couleur de leur "micro credit", ainsi que le logo de Taittinger (champagne, dont par ailleurs l’heritier dirigeant est egalement membre du comité consultatif de la banque de france) parce qu’il va bien falloir celebrer les bénéfices ! Comme on dit le diable se cache dans les détails


  • "Les femmes qui tiennent les cordons du foyer" ? Mais, Virgine, tu es possédée, tu travailles pour les fascistes momophobiques de la haine ! Comment oses-tu imposer aux femmes de tenir un foyer ? Ça rappelle les heures les plus sombres de notre histoire ! (entre 14h30 et 16h)

     

  • à propos de la façon dont les banques présentent les crédits immobilier :
    exemple un appart à crédit taux 6%
    la banque dit : le taux de crédit est de 6%

    il serait donc aisé de penser 6% de 100000€ cela fait 6000€.
    simple.
    à part qu’en réalité au bout de 12 ans de remboursement cela fait 40% pour la banque. donc 40000€.

    le taux de 6% est en fait un taux dans une formule très complexe qui n’a rien à voir avec un simple pourcentage.
    http://www.guideducredit.com/HTMcor...

    rien à voir avec un crédit à la consommation.

    cela peut paraitre naïf de transmettre une info aussi évidente. cela dit je me suis fait avoir lors de mon premier crédit immo, étant très jeune et ignorant à ce ce moment là.


  • Quelle bande de michetoneuses ces actrices apatrides...


  • Jacques attali fait parti des moins pire de l’oligarchie, c’est un parasite qui s’inquiète ,comme tout parasite, de la destruction de son hôte.
    Il y a une autre branche qui souhaite notre destruction , par le moyen de de "la guerre de tous contre tous" nous monter les uns contre les autres de manière a ce qu’ils gardent les mains propres.
    Car il n’y a pas assez de ressources sur terre pour satisfaire leurs cupidités.


  • #425768

    Un usurier reste un usurier ...
    Apprement Muhammad Yunus a regretté sa création d’apres Imran Hossein mais bon le mal est fait !


  • J’aime bien Virginie Ledoyen mais qu’est ce qu’elle est conne...


  • Et ben, il a du en tâter de la miche recousue et du cerveau trépané, le père Attali. J’espère qu’il restait encore quelques aiguilles.

    Quand tu vois leurs tenues, parler micro-crédit me fait autant marrer que les frocs à une jambe.


Afficher les commentaires suivants