Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Blaise Pascal par Henri Guillemin

Partie 1 :

Partie 2 :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #224071
    le 18/09/2012 par nabulio
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    Après on me dira que l’Église catholique ne mérite pas sa mauvaise réputation.


  • #224073
    le 18/09/2012 par Gisele
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    D’un coté Marion Sigaut brosse un portrait idyllique des gentils jésuites dont l’ordre a été éradiqués par les méchants des Lumières. Et de l’autre Guillemin, qui dans cette vidéo, donne une épouvantable image des jésuites casuistes, qui passent leur temps à tordre les mots et à mentir...

    Pas simple... Surtout que Mme Sigaut adore Guillemin

     

    • #224439
      le 18/09/2012 par pantoufle
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      La vérité doit se trouver entre les deux... Rien n’est vraiment noir ou blanc ; ça serait trop simple.


    • #224958
      le 19/09/2012 par olive
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      Si l’on prend en compte le XVIIIè (que je connais mieux que le XVIIè), il faut imaginer un combat à mort entre les 3 "partis" : celui des philosophes (qualifiés de philosophistes par leurs adversaires), celui des jansénistes (omniprésents au Parlement) et celui des Jésuites (qui ont la mainmise sur l’enseignement). C’est leurrer les gens que d’accoler l’étiquette d’humanistes à l’un des trois camps et de la refuser aux deux autres. En réalité, derrière tout cela, il y a toujours des hommes, des ambitions, des luttes d’influence, une aspiration au pouvoir. Ni blanc ni noir, comme je l’ai déjà expliqué, on navigue entre le gris clair et le gris foncé


    • #225244
      le 19/09/2012 par reblochon
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      cette description du casuiste de Guillemin me fait penser à Tariq Ramadan


  • #224092
    le 18/09/2012 par el vago
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    Très belle analyse d’Henri Guillemin.

    Il est très juste sur le style de Pascal, qui n’a rien de particulier dans la forme, mais qui dit des choses d’une ampleur considérables et tout ça, bien souvent, à travers de courts textes ou d’aphorismes. On ne ressort pas tout à fait indemne d’une lecture de Pascal, pour reprendre Baudelaire dans ses pensées du mal, un gouffre se crée soudainement autour de nous et sous nos pieds ...

    Pour ce qui est du pari, je trouve Guillemin un peu léger dans son analyse. Il ne va pas au fond de la problématique. C’est du Pascal sur la brèche dont il s’agit, celui qui est mondain et religieux à la fois, ce Pascal qui parle aux athées, à ses amis joueurs qui se divertissent. C’est qu’il souffre intérieurement le Pascal, et son véritable pari à lui est précisément de réussir à leur faire appréhender Dieu alors qu’ils sont si éloignés de lui, et il sait que la tâche est infiniment délicate.

    Pascal sait très bien qu’il ne les convertira pas par le pari, mais par contre ce pari qu’il va énoncer va leur parler, et les ammener à s’interroger. Pascal connait très bien leur terrain de jeu, il a les mêmes, on sait d’ailleurs que Pascal, en se jouant, est celui qui inventera les probabilités à travers la règle des partis. Pascal sait que ceux-là donneraient tout pour trouver une méthode afin de rafler le plus souvent la mise, et le Pascal mondain s’il leur parle si facilement de calculs, de probabilité, a beaucoup plus de difficulté à leur parler de Dieu, de ce Dieu qui compte pourtant tant à ses yeux. La dessus, d’ailleurs, Guillemin a tout à fait raison, dans ces milieux là, il y a tout autant d’athées, de libertins que de nos jours.
    Voila pourquoi il a trouvé ce moyen si ingénieux pour passer facilement la main au Pascal profond qui, au détour d’une conversation toute légère, en profite pour leur démontrer l’implacable martingale divine : avec Dieu, il y a si peu à perdre et tout à gagner.


  • #224123
    le 18/09/2012 par hahaha
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    ha ha , j ai tellement rigolé sur la partie 1 , ça m a fait pensé à quand j’étais gamin, "je jure que je l ai pas fait " à haute voix, tout en se disant dans son esprit " je l ai pas fait hier biensur, par contre aujordhui je l ai bien fait ce qu il me reproche "

    excellent Guillemin


  • #224144
    le 18/09/2012 par anonyme
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    Voir les écrits de Paul Sédir sur Pascal


  • #224160
    le 18/09/2012 par East
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    La première vidéo m’a laissé perplexe.
    Dans la conférence de Marion Sigaut sur les lumières elle nous avait bien expliqué que l’humanisme avait été porté par les Jésuites, lesquels d’ailleurs avaient intégré à leur corpus d’idées le fait que l’on est pas condamné à être écrasé toute sa vie par un pouvoir injuste et oppressant, alors que les jansenistes, qui ne sont même pas religieux, pronnent finalement ce que Guillemin appelle habituellement "l’ordre moral", puisque si l’on est misérable et exploité c’est que dieu en a décidé ainsi, rejoingnant justement le protestantisme calviniste sur ce point.
    Hors Guillemin lui présente les jansenistes comme des saints sans taches, calomniés par les jésuites intégrallement manipulateurs, et rien d’autre puisqu’il n’a pas une seule parole positive sur eux, sur le fait que le jansenisme rejoindrait les idées du protestantisme.
    Deux discours tellement divergeants sur un même sujet me semble impossible.
    Certes tout n’est pas ni tout blanc, ni tout noir, et dans ces nuances de gris on pourrait retrouver des abus de leur pouvoir par les jésuites, et quelques jansenistes oeuvrant pour le bien des plus faibles, mais là le contenu des deux vidéos est littéralement et intégrallement inverse !
    Si quelqu’un s’y connait sur le sujet je lui en serais reconnaissant d’éclairer ma lanterne car cette question me trouble.

     

    • #224359
      le 18/09/2012 par Antonin
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      Salut Camarade,

      Je pense que la Réponse tu viens de la donner toi même. Il n’ y a pas de noir ou de blanc mais beaucoup de gris. Madame Sigaut a fait le portrait des bons coté des jésuites et Monsieur Guillemin le mauvais. Je pense que ni l’un ni l’autre n’a tort ou raison mais que nos deux historiens favoris donne leurs deux points de vus respectifs de la chose. Madame Sigaut connait les interprétations de Henri Guillemin même celle qui ne vont pas dans son sens mais elle continue de le considérer comme un modèle (d’après ses propre dires) ! ^^

      Puises dans ces deux discours ce qui te semble essentiel au mieux renseignes toi par tes propres moyens, des tonnes d’outils sont a notre disposition pour ca et créer toi ton propre avis sur les Jésuites (ou n’importe quel autre sujet) comme le font a leurs manière Monsieur Guillemin et Madame Sigaut.

      Bien a toi


    • #224374
      le 18/09/2012 par thihen42
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      En effet, il serait intéressant d’avoir l’avis de Marion Sigaut .


    • #224652
      le 19/09/2012 par Julien
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      Je vais donner un point de vue qui pourra peut-être éclairer un peu tout cela. Je pense qu’il faut remonter à l’époque de la réforme et voir quels rôles ont joué certains jésuites dans la contre-réforme.
      A cette époque, les écarts de l’eglise temporelle étaient devenus tels que l’écriture ne pouvait valider certaines pratiques (lettres d’indulgence entre autre...). La grande critique des réformateurs est que Rome avait renversé l’ordre du salut qui se trouvait de nouveau dans les oeuvres et non pas dans la foi. De ce point de vue, les réformateurs considéraient le pape comme un des anti-christ calomniateur de la foi tels qu’ils sont annoncés dans les épitres de Paul, de Pierre et de Jean.
      Sur ordre du Vatican (concile de Latran), les jésuites sont chargés de produire une contre-interprétation pour sauver l’autorité papale. L’auteur de cette contre-interprétation est Francisco Ribéra (1537-1591) de l’Espagne Salamanca qui publia un commentaire à opposer aux études protestantes qui présentaient le Pape comme l’Antichrist. C’est à cette époque qu’est pondue la fausse doctrine de la venue de l’antichrist juste avant l’avénement du Christ (ce qui est la base de tout les délires eschatologiques des évangélistes...). Etant lecteur de la Bible, je n’ai jamais pu trouver un quelconque passage qui puisse appuyer cette thèse. De mon point de vue, les jésuites ont fait un travail d’escroc à cette époque.
      Si l’on considère (comme Pascal, les Jansénistes et les Protestants de l’époque qui ne sont jamais que le produit de l’ecommunication de Luther) que l’autorité suprême de l’Ecriture est fondamentale, alors on peut commencer à mettre le doigt sur ce qui les oppose réellement.
      A priori, de ce que j’ai compris, Marion Sigaut ne se positionne pas comme chrétienne. Pour elle, les jésuites humanistes sont une bonne chose puisse qu’elle place la République (par suite l’éducation...) comme valeur suprême. Un homme comme Guillemin qui confesse à mi-mot sa foi dans la vidéo 2 est à mon avis beaucoup plus sensible à cette notion de fraude sur l’Esprit des écritures. D’où la divergence de point de vue.


    • #224656
      le 19/09/2012 par Julien
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      Enfin, je souhaite revenir sur un point qui me semble important par rapport à le doctrine de l’Election qui est totalement caricaturée par Marion Sigaut. En de nombreux points (que se soient les Evangiles ou les Epitres) on trouve très clairement la notion d’élection au salut (si quelqun me le demande je pourrai faire une liste de versets...). En gros les Hommes ne peuvent pas se sauver eux-mêmes, seul Dieu est capable de les amener à lui afin que personne ne se glorifie (Jean 1). Si l’homme est libre de choisir son salut (donc par les oeuvres ou la volonté de la chair), alors sa volonté se place au-dessus de celle de Dieu qui alors n’est plus le Tout-Puissant (ce qui est plutôt gênant). L’élection n’est pas non plus un appel au péché puisque suivant la même logique de toute puissance de Dieu, ses élus sont guidés vers la sanctification. En gros pour saisir la doctrine de l’Election, il faut avoir fait une croix sur l’illusion du libre-arbitre.
      Le christianisme ne peut donc pas renier la notion d’élection de l’ancien testament (celle la même qui rend la nation d’Israël aveugle et tribaliste etc...) puisqu’il s’agit du même Dieu (Jesus-Christ est né juif et n’abolit pas la loi mais l’accomplit...). Par contre l’élection de la descendance d’Abraham est selon la foi et donc n’a rien a voir à voir avec un quelconque tribalisme (Epitre aux Romains).
      Donc la charité doit être pratiquée de manière universelle et sans acception de personnes, l’élection est spirituelle et non pas charnelle.
      De plus, le chrétien ne peut pas se quetionner sur le salut d’autrui, car c’est faire offense au sacrifice du Christ (epitre aux Romain 8). Donc une foi sincère ne permet pas la débauche élitiste telle que décrite par M.Sigaut. Cela ressemble plus à un délire religieux d’une secte. Je doute fort, vu les écrits de Pascal cités et la connaissance de Dieu et de l’Ecriture qui s’en dégage, qu’il cautionna ce genre d’énergumènes.


    • #225153
      le 19/09/2012 par East
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      Je te remercie, Julien, pour tes explications.
      Je ne saurais dire si cela est LA bonne réponse étant donné ma trop faible connaissance du sujet, mais ce que je peux dire c’est que ton argumentaire était limpide et m’a permis de comprendre qu’effectivement, selon la perception qu’on a de la religion, il est possible d’avoir une opinion qui diverge à 180° comme celle de Marion Sigaut et celle d’Henri Guillemin étant donné les actes aussi bien des jansénistes que des jésuites sur des plans différents de la religion.
      Défense de l’unité de l’église quitte à mentir pour les uns et référence aux écritures avant tout pour les autres, quitte à définir eux même ce qu’est le bien, menant à cet élitisme due à un probable manque de recul sur leur interprétation des écritures.
      Il y avait beaucoup d’autres informations qui m’ont intéressées, mais je soulignais ce comparatif car c’est celui qui m’a permis de retrouver mes repaires. Le reste grossira ma culture générale, un peu trop légère à mon goût.
      Je te remercie donc de m’avoir consacré ce temps pour me donner une réponse aussi claire que détaillée, et intéressante avec ça ^^.


    • #225366
      le 19/09/2012 par matteuv
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      Merci beaucoup Julien, tu devrais poster plus souvent c’est très interessant, et même si on ne le signale pas forcément nombreux sont ceux qui parcourent les commentaires.


    • #232562
      le 01/10/2012 par damien
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      @Julien

      Il y a une chose qui m’a marqué c’est que depuis Jésus, plus personne ne peut pour son salut.
      Ça me paraissait troublant au premier abord, mais je crois avoir saisi.

      C’est en effet Dieu qui décide. Comme tu dis Jésus est la pour accomplir. Il est révolutionnaire ou il remet
      les pendules à l’heure peut-être (après déviances des "élus").

      Cela emmerde pas mal les vétérotestamentaires, mais cela a permis le saut qualitatif à l’universel.
      Et c’est pour moi un signe de plus vers la nature messianique de Jésus.

      Je me souviens d’un dialogue avec un pasteur :
      * J’ai dit : "Jésus a lavé tout nos pêchers, ben alors banco allons péchons"
      - > trop simple comme tu dis, trop facile -> vers la sanctification

      "Le christianisme ne peut donc pas renier la notion d’élection de l’ancien testament"
      Je suis d’accord c’est pour cela qu’il y a un ancien et qu’il y a une nouvelle alliance répandu par la bonne parole.

      Donc la charité doit être pratiquée de manière universelle et sans acception de personnes, l’élection est spirituelle et non pas charnelle.
      - > Tout as fait, les actes de foi plus valorisé par Jésus que la loi, dans pas mal de choses on le voit élever le débat (à mon sens)
      "ce n’est pas ce qui entre dans la bouche d’un homme qui le rend impur, c’est ce qui en ressort"

      La foi, au dessus des actes, comme Abraham qui va jusqu’à la folie de vouloir tuer son fils pour être conforme dans sa foi ...

      A quels versets penses-tu pour l’élection ?


  • #224186
    le 18/09/2012 par Cyrene
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    Excellent comme toujours.

    Par contre, les jansénistes étaient bien plus intéressés par les épîtres de Paul que par les évangiles eux-mêmes comme le prétend Guillemin.

    Du coup, je ne sais toujours pas quoi penser de Pascal.


  • #224364
    le 18/09/2012 par Antonin
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    Je tiens a remercier E&R de nous fournir ces excellentes conférences de Henri Guillemin. Un régal pour l’esprit comme toujours.

    J’en profite aussi pour vous demander a tous si l’un d’entre vous connaitrait par le plus grand des hasard le nom de la symphonie que l’on entend durant le générique en début d’émission. Merci d’avance.

    Antonin


  • #224405
    le 18/09/2012 par pantoufle
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    J’aime beaucoup ce monsieur, je connaissais déjà ces vidéos. Il m’a donné le goût pour l’Histoire alors que je n’aimais pas ça à l’école : je trouvais cette matière triste et ennuyeuse, je n’avais pas les bons profs je crois. Monsieur Guillemin est tellement passionné et raconte d’une si belle manière qu’il donne envie d’en savoir plus sur l’Histoire. Je conseille à tout le monde ces conférences sur Jeanne d’Arc, la Commune et cetera ; c’est très bien fait.


  • #224411
    le 18/09/2012 par Victor H.
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    Je ne suis pas d’accord avec M. Guillemin, l’ortie est une plante remarquable. Tout comme la ronce qui offre de délicieuses mûres. Les entre-dévorements n’en sont pas forcément, et la nature offre bien plus de spectacles d’entraide entre les plantes (nécessité pour survivre) que d’entre-déchirements qui sont au final plutôt rares d’un point de vue global.
    La nature est un puzzle bien articulé qui ne demande qu’à être observé et compris. En sachant qu’il restera toujours une part de mystère, la nature divine. Là, c’est le mystique qui est en moi qui parle.

     

    • #224566
      le 18/09/2012 par pjh
      Blaise Pascal par Henri Guillemin

      Exactement, à l’époque de Guillemin, c’est à dire lors de l’apogée de l’agriculture industrialisée et chimique, la nature sauvage (mauvaises herbes, insecteurs) et improductive semblait pouvoir être domptée par la technique au bénéfice de l’homme.

      Aujourd’hui avec le recul on a compris que toutes les plantes et le regne animal participe d’un écosystème bien plus complexe que l’on ne l’avait envisagé. Ainsi les vers de terre (qui "s’entredévorent" d’après Guillemin), fertilisent et aérent la terre bien plus que le labour des tracteurs, les insectes pollénisent les plantes bien plus que l’on ne pourrait jamais le faire nous mêmes et la faune régule les nuisibles pour l’équilibre des cultures.
      La compréhension mécaniste et simpliste de la nature qui prévalait à l’époque des 30 glorieuses est aujourd’hui dépassée et nous sommes désormais humbles devant la complexité de son fonctionnement qui met en oeuvre l’infiniment petit (bactéries) et l’infiniment grand (le climat, les vents, les courants marins) dans une composition harmonieuse.

      Tout ce système extraordinaire et autonome sans qui nous ne pourrions pas nous nourrir, voila bien le miracle de la création divine qu’à coup sur Guillemin aurait su reconnaitre s’il avait pu vivre jusqu’à notre époque.


  • #224434
    le 18/09/2012 par Victor H.
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    Merci à E&R de relayer ce travail.


  • #224583
    le 18/09/2012 par Maillïw
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    Ca fait du bien d’écouter ce genre de vidéo. Entendre une vérité que l’on entend rarement. La connaissance du coeur oui...Le DIvertissement...Le fait qu’il n’y ait pas que la raison dans la vie, qu’on soit tous dans le même bateau...
    J’espère que d’autres explications de pensées de philosophes seront mises en ligne.
    Merci E&R


  • #225613
    le 20/09/2012 par Marion Sigaut
    Blaise Pascal par Henri Guillemin

    Guillemin est un historien non seulement remarquable mais également attachant. J’aime ce qu’il fait, la façon dont il le fait, et la comparaison que l’on fait parfois entre lui et moi me flatte.
    Mais je ne suis pas d’accord avec lui dans son analyse du jansénisme et des Provinciales.
    S’il avait su du jansénisme ce que j’en ai découvert, il n’aurait pas tenu de tels propos. Henri Guillemin était un humaniste, il aimait profondément son prochain et le message évangélique d’amour universel, je ne l’imagine pas cautionner des horreurs du genre « On plaît à Dieu par la pensée, par la parole, par l’action et par la souffrance... » de Saint-Cyran, ou l’abominable « Je connais le danger de la santé et les avantages de la maladie… ne me plaignez point, la maladie est l’état naturel des chrétiens, parce qu’on est par là comme on devrait être toujours… dans la privation de tous les biens et les plaisirs des sens, exempt de toutes les passions… et n’est-ce pas un grand bonheur quand on est par nécessité dans un état où on est obligé d’être ? »
    Pascal a abondamment calomnié les jésuites auxquels il a reproché leur indulgence (deux siècles plus tard on leur reprochera le contraire) et il n’a reculé devant aucun mensonge pour les discréditer, en leur attribuant notamment les abus de la casuistique même quand ils y étaient étrangers. Blaise Pascal est grandement responsable de l’image désastreuse qui circule sur les jésuites, ses Provinciales ont été une arme redoutable de diffamation.
    Henri Guillemin a le droit de se tromper, et je n’ai pas de peine à imaginer que s’il avait su ce que je sais (notamment sur la vivisection des chiens et l’éducation des enfants à Port-Royal et, plus tard, sur ce qui se passait à l’hôpital général, entre autres), il aurait révisé son jugement.
    Je crois que Guillemin se trompe, et simplement parce qu’il n’avait pas certains élements. Et ça ne retire rien à l’estime que j’ai pour son travail.


Afficher les commentaires suivants