Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La chute de Robespierre, la création de sa légende noire et le robespierrisme

Voici l’occasion pour Alexis Martinez de faire un rappel historique sur les événements qui ont mené à la décapitation du grand patriote, et la diabolisation dont il a fait l’objet après sa mort.

Cet entretien fait suite à l’hommage rendu par Raphaël Berland à l’Incorruptible publié le 10 thermidor. Riche en détails et en anecdotes, le récit qu’Alexis Martinez fait de Robespierre ravira les férus d’histoire et autres fans d’Henri Guillemin !

Petite précision apportée par Alexis après l’entretien : c’est Cambacéres, répondant à Napoléon, qui avait affirmé que le procès de Robespierre “fût un procès jugé, mais non plaidé“.

En conclusion, nous citons un extrait de l’Histoire populaire de la Révolution française par Etienne Cabet (1840) :

« De tous les faits qui précèdent ne résulte-t-il pas manifestement, en résumé, que les historiens qui ont sacrifié Robespierre aux Thermidoriens ont pris le contrepied de la vérité ? Pour nous, nous dirons à ses ennemis vainqueurs :

Vous l’accusez,

- d’être cruel… Non, c’est vous

- d’être la principale cause de la Terreur… Non, il l’est moins que vous

- d’être l’auteur du redoublement d’exécutions… Non, c’est vous

- d’avoir voulu prolonger les supplices… Non, c’est vous

- d’être un ennemi du Peuple… Non, c’est vous

- d’être un contre-révolutionnaire… Non, ce sont beaucoup d’entre vous

- d’être un usurpateur, un tyran… Non, c’est vous

- d’être envieux, jaloux, orgueilleux… Non, c’est vous ; il est plutôt trop modeste, et n’a pas assez le sentiment de sa force et de sa supériorité d’être ambitieux… Non, c’est vous, et c’est un malheur qu’il n’ait pas plus d’ambition

- Vous l’appelez assassin de la Patrie… Non, c’est vous.

Vous vous dites les amis de la vertu, de la modération, de l’humanité, de la République, du Peuple… Non, c’est lui. »

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #194553

    A vérifier
    Sous forme de livre, Adam Weishaupt délivre son ordre pour faire lancer la Révolution française par Maximilien Robespierre. Ce livre a été écrit par un des associés de Weishaupt, Xavier Zwack, et envoyé par courrier de Francfort à Paris. Cependant en cours de route là-bas, le transporteur est frappé par la foudre. Le livre détaille ce plan et fut découvert par la police et remis aux autorités bavaroises.

     

    • J’ai entendu parler de cette légende et je n’en crois absolument rien. Je commence à étudier la Révolution française de près et cette période est tellement complexe qu’il faudrait être totalement naïf pour croire qu’un seul homme aurait été capable, à lui tout seul, de déclencher la révolution française. Surtout qu’au début, en 89, Robespierre n’est pas tellement décisif, il est même plutot en retrait. De plus il était déjà Rousseauiste, son admiration pour Rousseau était connu tous et personne peut le nier, bien avant de recevoir cette soit disant lettre qui daterait de 1784. Encore une légende faite pour salir le nom de Robespierre, échos de la réaction thermidorienne.


    • #194868

      Il y a une anecdote assez incroyable mais assez connue (mais que j’ignorais il y a encore peu de temps), un signe de l’Histoire où les Grands Hommes semblent prédestinés.

      Louis XVI, sacré à Reims en juin 1755, rentre sur Paris, quand un élève du collège Louis-le-Grand lui tient, à genoux et sous la pluie, un discours élogieux. Et bien ce jeune homme de 17 ans n’est autre que Maximilien de Robespierre !


    • Euh... Il y a comme un petit souci, Robespierre est né en 1758...


    • #195458

      Sacre en 1775, et non 1755. Voilà !


  • Quelques erreurs techniques dans cet exposé mais exact sur la ligne générale.
    Erreurs :
    le 10 thermidor (28 juillet), 22 robespierristes sont exécutés vers 18 h, pas à 10 h du matin
    Il y eut bien une centaine de robespierristes exécutés, en trois jours, mais pas le 10 thermidor
    Ce n’est pas Barras, mais Léonard Bourdon qui mène l’assaut de la commune.
    Les robespierristes n’ont pas eu de procès mais sont bien passés devant le Tribunal révolutionnaire
    Procès jugé, mais pas plaidé
    Merci pour cette vidéo


  • #194562

    merci pour le partage !!


  • #194566

    A vérifier
    Un des personnages clés manipulés par Adam WEISHAUPT était un certain ROBESPIERRE. Celui-ci se fit confier la mission d’organiser la révolution française, et participa très activement à l’opération d’infiltration de la franc-maçonnerie française pour répandre dans la haute société française leurs idées prétendues révolutionnaires.

     

  • La revolution Française fut une revolution bourgeoise. C’est à nous de finir le travail pour une revolution au reel benefice du peuple.

     

    • Avant d’être une révolution "bourgeoise", La "révolution" française fut une révolution de parvenues !

      Quant au "peuple" il n’est pas constitué uniquement de ceux qui en sont dignes à vos yeux !

      Finir le travail ? mais quel travail ?

      Les bolcheviks enfants batards mais légitimes de Robespierre, ont justement voulu "finir" le travail en se basant sur les mêmes principes destructeurs que la "révolution" judeo-maçonnique de 89, ont à vu le résultat !

      Cette révolution de 89 visait avant tout la destruction des institutions Chrétiennes ! alors merci de NE PAS EN RAJOUTER UNE COUCHE SUPPLEMENTAIRE !

      Certains membres d’E&R ont une excellente analyse critique de la situation acutelle, mais hélas tout comme les anarcho/libertaires aliénés au système de pensée Rousseauiste, ils cherchent des "solutions" précisémment la ou les faits historiques n’ont jamais cessé de démontrer qu’il n’y avait que désillusions et espoirs sans le lendemain.


    • à partir de Robespierre (le 10 Aout 1791) la vraie révolution commence et se termine avec sa chute.Si j’ai bien écouté Guillemin, Robespierre n’était pas au comité de Salut Public qui avait la haute main sur le choix des exécutions. Fouquier-Tinville et les hébertistes faisaient couler le sang en faisant porter à Robespierre la responsabilité de crimes injustes contre le peuple pour le perdre . Ca a fonctionné ; Robespierre a perdu, le peuple aussi : plus de droit de réunion pour le peuple, plus de prix contrôlé sur le pain et j’en passe... car j’ai pas encore assez bien écouté Guillemin...Depuis, la bourgeoisie n’a jamais quitté le pouvoir, même si elle a du céder parfois au peuple certains avantages, comme avec le CNR, elle est sur le point de tout lui reprendre et de le laisser "nu devant le Roi" comme disait Bernanos.


    • @picadello

      Rien de bien surprenant au sort reservé à Robespierre ! Le Diable n’a pas d’amis ! et tout ceux qui pactisent avec lui l’apprennent un jour ou l’autre à leurs dépend..

      C’était la conséquence logique de cette "révolution" liberale/libertaire, et de toutes les "révolutions" de ce type fondé sur l’ imposture ideologique des "Lumières" dont "l’humanisme" coupé de la source transcendante de notre libre arbitre est un anti-christianisme pour lequel la fin justifie toujours les moyens.


  • Pour les nationalistes "de droite" Robespierre représente le mal absolu, pour ceux "de gauche" il est un héros de la patrie... Deux visions assez difficiles à accorder.
    Dans Comprendre l’empire, la thèse d’Alain Soral est que les nouvelles élites républicaines l’ont laissé liquider les tenants de l’Ancien Régime avant de le liquider à son tour car trop "incorruptible" et trop attaché au petit peuple, ce qui est plausible.
    Mais il reste toujours la "tâche" des massacres en Vendée, où les rebelles étaient en majorité de simples paysans ou artisans, certes rejoints par une petite noblesse revancharde...
    Disons que la politique n’est jamais propre et que le conflit était peut-être si acharné qu’il ne pouvait se terminer sans l’écrasement total d’un des deux camps... Mais ça m’empêche de voir en Robespierre un héros national

     

    • Mais en quoi Robespierre était il l’instigateur des massacres en Vendée ?
      Il faut savoir qu’à ce moment là de l’histoire la France était attaquée par une cohalition des armées les plus puissantes du monde et ce quasiment sur toutes ses frontières. Et il a fallut, en plus de la guerre, gérer une guerre civile à l’intérieur de nos frontières.
      C’est totalement injuste de mettre sur le dos de Robespierre les massacres vendéens, il n’était ni plus ni moins responsable que les autres.
      Les vendéens ont refuser de servir leur patrie en danger, la France, et de partir défendre leurs frontières(dont ils ne savaient même pas où elles se trouvaient), les vrais patriotes à ce moment là étaient les révolutionnaires et il n’y avait pas plus patriote que Robespierre. Ces gens qui ont pris les armes étaient des traitres à la nation française.
      Je vois que la légende noire thermidorienne joue encore bien son rôle. Surtout après la scandaleuse émission tv "L’ombre d’un doute" qui est un parfait exemple d’anti methode historique.


    • Rappel historique pour Myrdin : les femmes, enfants et vieillards français exterminés jusqu’au dernier par l’armée républicaine française ne portaient pas d’armes...


    • Oui ben c’est moche la guerre.
      Et Robespierre n’était pas un dictateur à décider tout seul, le gouvernement révolutionnaire n’était pas sous l’égide d’un seul homme.
      La révolution avait, comme je l’ai dit, face à elle une cohalition des plus puissantes armées du monde, ce n’est pas rien, et il fallait lever 300000 hommes pour défendre la patrie. C’est bien le tirage au sort des conscrits qui a mis le feu aux poudres et les partisans royalistes ont récupéré ces mécontents. Les vendéens menaçaient la république et il fallait agir vite pour ne être déborder de toute part. C’est l’histoire, les massacres ne sont pas propres à la république, il y en a eu d’autres avant et il y en aura aussi après, surtout lors des guerres civiles. Qui sont souvent les pires. Et l’armée Catholique et royale en a aussi pas mal pour son compte.
      Il y a surement eu de mauvaises choses, d’horrible choses, mais c’est une totale injustice de mettre c’est massacres et exactions sur le dos de Robespierre.
      Comme le dira plus tard Billaud-Varenne, "Robespierre était sans doute le moins coupable de tous les membres des comités."
      Il faut lire les discours de Robespierre, dans l’un d’eux par exemple il proscrivait les executions sommaires.
      Malheureusement, l’histoire Thermidorienne lui a mis tous les crimes sur le dos. Quand bien sûr il n’était plus là pour se défendre. Je rappelle que les vrais "pourris", les plus grands sanguinaires, ce sont justement ceux qui l’ont fait tomber, Barras, Fréron, Fouché et autres Tallien.


    • Quant il s’agit de défendre "la gueuse" tout les mensonges historiques semblent permis !

      Pour info, le comité de salut publique dont Robespierre était l’un des membres, exigea par écrit l’extermination de, je cite : "LA RACE VENDÉENNE". Ainsi contrairement aux mensonges colportés par les défenseurs de "la Gueuse", ce ne furent pas seulement les royalistes vendéens qui furent massacrés par les colonnes infernales, mais également les vendéens RÉPUBLICAINS ! (lire ouvrages de l’historien Reynald Seycher)

      Donc votre theorie de la "patrie en danger" ne tient absolument la route pour expliquer le génocide vendéen comprenant le massacre de RÉPUBLICAINS vendéens hommes, femmes et enfants.

      Dans les faits, la France catholique et royale, était menacé de l’intérieure par une bande de traîtres illuminés affiliés à la judeo-maçonnerie internationnale, et non par l’intervention des autres monarchies Chrétiennes qui s’efforcèrent de résister à cette gangrène d’inspiration satanique.


    • @ charles antoine :

      Ce que vous dites est partiellement vraie. Je dis bien partiellement... En ce qui concerne Reynald Secher son livre intitulé « La Vendée vengé » dont vous faite ici l’apologie est truffé d’erreurs historiques d’anachronismes et de révélations non sourcées. Cela à déjà été montré et démontré mainte et mainte fois par d’autres historiens.

      Un exemple simple, dans toutes les archives françaises recensés à ce jour il n’y a aucun document ni officiel ni officieux signé de la main de Robespierre qui approuve ou va dans le sens d’un massacre en Vendée et pourtant c’est bien lui qui en endosse toute la responsabilité.

      Je ne cherche pas à défendre quiconque mais lorsqu’on fait de l’histoire il faut s’efforcer de rester honnêtes et objectif au maximum...


    • @Antonin

      Et quant ont cite un commentaire il faut également s’efforcer de ne pas prêter à son auteur des intentions qui ne sont pas les siennes !

      En l’occurence J’ai dit : "Comité de Salut publique dont Robespierre était membre", mais je n’ai jamais imputé dans mes propos la pleine et entière responsabilité de l’ordre d’extermination de la dite "RACE VENDÉENNE" par Robespierre !

      Peu importe que le document officiel ayant donnée cette ordre d’extermination ait été rédigé ou pas par l’individu Robespierre, le plus important dans l’histoire est que non seulement ce document EXISTE, mais qu’il fut également rédigé par ceux qui tout comme Robespierre partageaient l’imposture ideologique des "LUMIÈRES".

      ET C’EST LA LE POINT FONDAMENTALE DE MON PROPOS qui certes ne prend pas la défense de l’ideologue Robespierre qui comme bien d’autres de ses contemporains fut séduit par un "humanisme" trompeur, fondé sur une imposture et reposant sur des chimères, car totalement coupé de la source transcendante de notre libre arbitre dont ce même "humanisme" illuminé s’est acharné à détruire les institutions millénaires.


    • charles antoine tu as une source exact à citer ?
      Car voici le decret relatif aux mesures à prendre contre les rebelles de la Vendée du 1er aout 1793 où il n’est nullement question de "race vendéenne" qui semble être un non sens historique, à la limite "race rebelle" je veux bien mais pas race vendéenne à moins d’avoir la preuve. Je demande à voir :
      http://rembarre.fr/p3b_v.htm
      extraits :
      "VII. Les forêts seront abattues, les repaires des rebelles seront détruits, les récoltes seront coupés par les compagnies d’ouvriers pour être portées sur les derrières de l’armée, & les bestiaux seront saisis."
      "VII. Les femmes, les enfants, les vieillards seront conduits dans l’intérieur ; il sera pourvu à leur subsistance & à leur sûreté, avec tous les égards dus à l’humanité."
      XIV. Les biens des rebelles de la Vendée sont déclarés appartenir à la République ; il en sera distrait une portion pour indemniser les citoyens qui sont demeurés fidèles à la patrie, des pertes qu’ils auroient souffertes.


    • @ Myrddin

      le terme employé lors de la parution au "journal officiel" de l’ordre d’extermination des vendéens, n’était effectivement pas "Race Vendéenne" mais plus exactement "RACE IMPURE DES VENDÉENS”.


  • Robespierre l’heritier de Rousseau et un homme avec des valeurs sociales qu’il à tenté de faire appliquer comme "le maximum" c’est un héritier de Rousseau.L’admiration de Napoleon concernant Robespierre est surprenante tant les deux hommes sont antagonistes, Napoleon etant l’archétype de l’homme ne recherchant l’appât du gain et son propre intérêt et apatride qui plus est malgré ce que l’on a essayé de faire croire .

     

    • il n’y avait rien de français en Napoléon, il n’ a fait que réaliser le plan de la haute finance de l’époque : casser les états catholiques européens, et mettre en place de pseudo-empires de papier- mais soumis corps et âme à la Banque...lui en a retiré la gloire et la fortune qu’il a recherchées toute sa vie...Mais à la fin, la Finance s’est jouée de lui ; et c’est ce qui est frappant, d’ailleurs : quels que soient les services que lui rendent les guerriers, la Banque finit toujours par s’en débarrasser en les reléguant dans les poubelles de l’Histoire...


    • Robespierre comme bien d’autres à voulu pactiser avec "le Diable" pour substituer au réel sa réalité utopique, et il en à payé le prix fort..

      Mon propos n’est pas de condamner L’INDIVIDU Robespierre, qui comme bon nombres d’autres Chrétiens s’est laissé séduire par l’imposture des Lumières et son "humanisme" trompeur, mais de demeurer sans concession face à L’IDEOLOGUE Robespierre.

      L’Homme est facilement corruptible face aux nombreux artifices de Satan, c’est pourquoi dans sa grande sagesse, l’Eglise nous à toujours enseigné le PARDON.

      Robespierre je te pardonne, mais ne me demandes pas d’oublier !


    • @Stephane

      Etonnant ce que vous dites sur Napoléon. Ne lui doit-on pas ces paroles, je cite : Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain.


    • @ Logidin :

      Ce n’est pas parce que Napoléon se rendait compte de la voracité des banquiers que ca faisait forcément de lui un électron libre qui échappait a leur contrôle...

      Justement qui d’autres mieux que lui pouvait avoir un tel discours ? Il est évident qu’ici il se décrit lui même.



    • Etonnant ce que vous dites sur Napoléon. Ne lui doit-on pas ces paroles, je cite : Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain.



      Justement il était bien placé pour en parler, il leur devait beaucoup...


  • Comme quoi chaque génération tombe dans le piège de l’hagiographie admirative de personnages peu recommandables aux yeux de l’Histoire.
    J’ai été, nous avons tous été plus ou moins robespierristes dans dans notre adolescence mais la lecture des faits avérés historiques (cf "La révolution française" de Gaston Duthuron) finit par nous enlever toute illusion envers ce tristes sire.
    Pour moi qui suis monarchiste et croyant, la révolution est véritablement une affaire luciférienne qu’il ne faudrait jamais revoir dans notre histoire. Donc il est normal qu’à un certain moment tous ces "diables" de révolutionnaires s’entredéchirent et s’entretuent. Tout cela pour déboucher sur un empire puis une restauration et des monarchies orléanistes petites bourgeoises puis encore des républiques bourgeoises et inégalitaires au possible... Nous avons en fait les régimes et les gouvernements que nous méritons tant à cause de nos actions que de nos lâchetés. Quant à l’illusion d’une république vraiment populaire je renvoie nos doux rêveurs aux expériences soviétiques et maoïstes qui laissèrent derrière elles des dizaines de millions de morts...
    J’ai trouvé cet exposé très maladroit, peu documenté et ponctué de nombreux "euh, euh" ou " je ne sais pas" et en plus de son aspect soporifique, très contre-productif et qui ne m’a pas poussé à "revoir ma copie" sur le citoyen Robespierre. Triste période que nous risquons un jour de revivre et je prie Dieu que cela nous soit épargné car avec des types comme Mélenchon la relève des Marat, Robespierre et autres allumés, tristes et dangereux sires est assurée. Amen !

     

    • D’accord avec toi.
      Robespierre fut un de ceux que le diable utilisa pour détruire l’ordre ancien.

      "Ce ne sont point les hommes qui font la révolution, c’est la révolution qui emploie les hommes."
      Joseph de Maistre


    • Le travail de sape avait déjà commencé au temps du régent, dont on dit qu’il fut grand maître, ce fut la noblesse du XVIII e qui corrompit le peuple, les grands de cette époque étaient pris d’une furie d’égalité et s’amusait à parler le jargon des halles.
      Le Roi était emprisonné à la conciergerie, il a fallut qu’il le soit dans un lieu hautement symbolique, on l’emprisonna donc à la prison du temple, ancienne bâtisse templière.
      En souvenir de Jacques de Molay.
      En suite, au moment même ou le Roi venait d’expier, un homme prit du sang royal plein les mains et les secouant sur la tête du peuple, cria d’une voix forte "peuple français je te baptise au nom de Jacques et de la liberté".
      Une partie du travail étant faite et c’était désormais contre l’église que le temple devait diriger ses efforts...


    • Ah bon, j’ai pourtant étudié l’inverse. A l’école de la république on nous a toujours enseigné que Robespierre était le méchant sanguinaire, un guillotineur hystérique. Alors que Danton lui au contraire est présenté comme le héros de la révolution, c’est l’homme de "l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace". Les hagiographie de Robespierre sont extrèmement rare, même Guillemin, qui était plutot favorable à Robespierre, n’a pas écrit une hagiographie. Et je vous conseil d’ailleurs de lire son livre sur Robespierre, riche d’enseignement.


    • Beaucoup d’entre vous (les monarchistes en tête) semblent oublier que Robespierre à toujours été contre l’exécution du Roi... Ce que j’affirme ici va surement en surprendre plus d’un mais le bourrage de crâne sur « Robespierre Le Régicide  » a tellement été marteler et remarteler que cette légende est devenu "vraie".

      Robespierre a toujours voulu qu’on épargne la vie du Roi. Mais dès lors que celui ci s’était retourné contre son propre peuple (la préparation de l’invasion de Paris avec les Austro-Prussiens) et que cela c’est su du grand public, il n’était plus possible de lui éviter la mort d’autant plus que c’était une aubaine pour un certain nombre de Républicains. Robespierre s’est contenté de suivre le mouvement et a voté la mort comme 90% des députés...

      Je vous accorde qu’on ne pourra pas dire la même chose de Saint Just.


    • @ Antonin

      Il est même tout à fait vrai que c’est le propre cousin de Louis XVI, le fameux Philippe d’Orléans, dit "Philippe Egalité" et traître Franc Maçon de son état, qui fit basculer le vote en faveur de l’execution de notre Roi. Il fut lui même arrêté et exécuté quelques temps après par la "Gueuse" (qui comme le Diable n’a pas d’amis)

      Encore une fois j’insiste sur le fait qu’il ne s’agit aucunement pour moi de condamner L’INDIVIDU Robespierre, mais de condamner L’IDEOLOGUE Robespierre défenseur acharné d’un système de pensée fondé sur une imposture.


    • malheureusement la révolution est tjrs a l’oeuvre dans notre pays


  • robespierre était plus qu’entouré : non seulement il avait la fine fleur des illuminés d’europe (dont ceux de weishaup) mais aussi avait-il deux fameux représentant du mouvement frankiste qui étaient de véritables agents du père jacob et du sabbataïsme en règle générale, les frères frey, qui furent décapités avec danton, comme c’est très bien raconté dans "le messie militant" d’arthur mandel aux éditions archè.

    L’idéaliser n’est pas moins stupide que de le diaboliser, la bête était tout de même plus proche de la Bête...


  • La vrai révolution sociale a eue lieu entre 1792 et 1795 avec Robespierre, ensuite tout à été détruit par la réaction thermidorienne.
    Au plus fort de la terreur, Robespierre n’était plus aux commandes.

    Quelques exemples d’avancées sociales significatives :

    - suffrage universel (réel pas la fumeuse du vote censitaire et la distinction citoyen actif/passif)
    - abolition de l’esclavage
    ’abolition des guerres de conquêtes
    - droit pour les salariés de se réunir pour défendre leurs intérêts (abolition de la loi Le Chapelier)
    - abolition des droits féodaux (abolition réelle ! Pas cette tromperie d’abolition précédente(la nuit du 4 aout 1789) , "au denier trente"c’est à dire qu’un paysan devait payer 30ans de droits féodaux pour en être libéré)
    - Mise en place du Maximum, prix maximum des denrées de premières nécessité
    - interdiction de l’agiotage sur les assignats ( peine de mort, oui , c’est rude)
    - interdiction de l’agiotage et sur l’accaparement des récoltes (ce que faisait Necker)

    Après la chute de Robespierre (le 10 thermidor anII(28 juillet 1794)), ces inacceptables avancées sociales seront totalement détruites. C’est la victoire des voltairiens et de la richesse mobilière avec laquelle la grande majorité des nobles vont s’associer ensuite par alliance.
    Un nouveau maximum sera mis en place : celui des salaires ! Remise au gout du jour de la loi Le Chapelier...
    Danton, vendu à la cour, à participer au sabotage de la révolution...lui et d’autres(les girondins) ont couverts Robespierre du sang du peuple. Finalement la France n’est jamais devenue une démocratie.
    Je demande à ceux qui accusent Robespierre ou un des ses acolytes d’avoir donné l’ordre de faire un génocide en Vendée de produire des documents !

    http://cdsweb.cern.ch/record/902811

     

  • Le crime des Vendéens fut de douter de la République selon le principe rousseauiste : “si le peuple pense mal, changeons le peuple”

    Ainsi vous obtenez les conséquences logiques et mathématiques du système de pensée Rousseauiste auquel adhéraient les membres du comité de salut public.

     

    • ce que c’est que le panurgisme et le manque de réflexion : vous ne savez pas que cette expression n’est pas de Rousseau mais est un "remake" simplifié (je commence à comprendre maintenant comment apparaissent dans l’histoire des "mots" jamais dit, déformées et attribuées à d’autres qu’à ceux qui les ont dit réellement !) d’une phrase de Bertholt Brecht ! (et bien sûr ce n’est pas ce qu’il pensait lui-même ! mais une critique grincante) "Le peuple a perdu la confiance du gouvernement. Le gouvernement a décidé de dissoudre le peuple et d’en nommer un autre"

      Quand à Rousseau, tout fascisant que soit son livre "le contrat social" je ne le vois pas du tout capable de dire des choses comme ça (oui, j’ai lu et relu le contrat social, et je trouve que cet étrange livre a une drôle de conception de la démocratie, et qu’il pourrait servir à fonder un régime fasciste aussi bien ! lisez-le ! vous verrez)


  • .
    Des évènement comme la Révolution française n’arrive pas par hasard et qu’autant de châteaux aient brûlé dans les campagnes n’est pas le fait des bourgeois franc-maçons...

    Nos fervents royalistes ici devraient appliquer la parabole de Jésus en qui ils croient avec tant de ferveur : celle de la paille et de la poutre dans l’œil...


  • robespierre a tout a voir avec e&r et avec soral... sa doctrine et son personnage !
    bravo de continuer à publier à propos de lui.
    commentaires droitards, dommage.


Afficher les commentaires suivants