Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Boris Johnson menace l’UE : "La libre circulation des personnes se terminera en cas de Brexit sans accord"

Le gouvernement du Premier ministre britannique Boris Johnson a dit lundi vouloir mettre « immédiatement » fin à la libre circulation des personnes en cas de Brexit sans accord le 31 octobre, un durcissement de position par rapport au précédent gouvernement.

 

L’ancien Premier ministre Theresa May, à qui M. Johnson a succédé le 24 juillet, prévoyait une « période de transition » même en cas d’absence d’accord de divorce avec l’UE, permettant aux citoyens européens de se rendre au Royaume-Uni, d’y travailler ou d’y étudier sans démarches particulières.

La « libre circulation telle qu’elle existe actuellement se terminera le 31 octobre quand le Royaume-Uni quittera l’UE », a indiqué une porte-parole du 10 Downing Street.

« Par exemple, nous introduirons immédiatement des règles plus strictes en matière de criminalité pour les personnes entrant au Royaume-Uni », a-t-elle ajouté, précisant que les autres changements immédiats en vue de la mise en place d’un nouveau système d’immigration étaient « en cours d’élaboration ».

Elle a rappelé que Boris Johnson souhaitait introduire un système à points, sur le modèle de l’Australie.

The3million, association défendant les intérêts des quelque 3,6 millions de citoyens européens résidant au Royaume-Uni, s’est offusquée de cette annonce. « C’est irresponsable et cela ouvre la porte à une discrimination généralisée », a-t-elle tweeté.

Selon le gouvernement, à la fin juillet, plus d’un million d’Européens avaient obtenu un statut de « résident permanent » pour continuer à vivre dans le pays après le Brexit.

Début août, le Premier ministre avait annoncé un projet de délivrance de visas accélérée pour attirer les « meilleurs cerveaux » et permettre au Royaume-Uni de « continuer d’être une superpuissance scientifique » après le Brexit. Il a par ailleurs promis de protéger les droits des citoyens européens installés au Royaume-Uni à pouvoir continuer à vivre dans le pays, même en cas de « no deal ».

La liberté de circulation des personnes permet aux citoyens européens de circuler et séjourner librement au sein des pays de l’UE. Elle est l’une des quatre libertés fondamentales du marché unique, avec la libre circulation des capitaux, des biens et des services.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Acte 1 : Boris refuse la migrantaille transitant par l’Europe. Acte deux : il nous balance la sienne, récente ou ancienne, mais bien criminelle, une fois ses frontières protégées. Pour l’instant, il accueille à tout va du migrant plutôt asiatique, pas chinois, sans aucune gêne.
    À Londres, les résidents qu’on suppose européens en sont réduits à déménager vers d’autres horizons. Le maire s’appelle d’ailleurs Sadiq, très copain de madame Hidalgo. Les jets d’acide en pleine figure représentent environ 300 cas par an, des jeunes se font assassiner, quasiment par jeu, en pleine rue. Tout est amoché par la livraison de quartiers entiers au commerce de bas étage et au mauvais goût indo-pakistanais. Les écoles ne sont plus des lieux d’instruction pour les jeunes Anglais obligés de vivre avec des hordes hostiles et des profs idiots et larvés du cerveau, les filles peu argentées se maquillent outrageusement et finissent parfois dans des sales pattes "asian", sans même profiter d’une île au soleil ou d’un prince Androu. Tout est cher, les salaires ne suivent pas, sauf peut-être à la City.
    Donc la France, en première ligne, risque de subir une situation si intolérable que ça pourrait finir en guerre de sang. Nous aurions alors une dictature féroce et soudaine, remplaçant la dictature larvée mais encore vivable que nous subissons.
    J’espère me tromper. Autre hypothèse : un vidage de population excédentaire se préparerait. Reste à savoir de quelle population il s’agit.

     

    • L’Angleterre est libre échangiste dans l’âme...jamais les Rosbifs ne deviendront un pays comme la Russie : les Élites anglaises font la guerre aux pauvres et de ce fait, l’immigration continuera afin de contraindre les salaires toujours davantage ! Si vous croyez que Boris Johnson et Nigel Farage travaillent pour le peuple britannique, vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu’au coude !


    • @u roitelet

      Faux ! Les anglais ne sont pas des libéraux, ce sont des pragmatiques. Le libéralisme ne marche pas : on le voit avec le déclin de l’occident, ses échecs successifs à tous les niveaux confirment que le libéralisme ne marche plus ... Même Poutine l’a dit récemment. Cela fait depuis quelques années (surtout avec la recrudescence des accidents de train) que l’on discute beaucoup en Angleterre de néo-étatisme et de reprise en main de l’état sur une partie de l’industrie. Boris Johnson et Nigel Farrage travaillent pour le peuple car, si ça n’était pas le cas, ils se seraient inclinés devant la maffia européiste qui demandait à ce que le résultat des votes soit ignoré.


    • Indo-pakistanais ? Mauvais goût pakistanais tout court (pakistan occidental & oriental (bangladesh)). Les indiens (hindous, catholiques et sikhs) étant la population immigrée la plus intégrée, comparables aux portugais en France. Leur taux de réussite scolaire, insertion, réussite professionnelle étant les plus hauts de GB toutes ethnies confondues (dont anglaise, irlandaise et écossaise) et le taux de criminalité le plus bas.

      Je vais mettre les pieds dans le plat mais les plus désintégrés des "indo-pakistanais" ont tous un trait commun, l’islam, c’est pas politiquement correct mais hélas vrai. Ayant vécu 10 ans en GB je l’ai vécu de manière pragmatique, j’ai tenu à peine 3 mois dans l’enfer des quartiers

      pakistanais (Hyde Park de Leeds à 2 pas des terroristes ayant commis les attentats, ils vivaient à deux pas de la maternelle au coin de ma rue) mais ai vécu des années paisibles (Ealing) dans des quartiers "Asians" catholiques (Goa) et hindous.

      Ceci dit, quand j’ai remis les pieds à Londres en 2017, je rejoins Paul Joseph Watson, Londres (comme Paris) est devenu un trou à rats infecte, sale, bruyant et surpeuplé, en 2 semaines je n’ai pas rencontré un seul Londonien capable d’aligner une phrase grammaticalement correcte pour la simple et bonne raison que je n’ai pas eu l’opportunité de rencontre un anglais même à l’hôtel, le personnel était espagnol ! J’en ai profité pour visiter une dernière fois les war rooms de Churchill et le Natural History Museum sachant que je n’y retournerai hélas plus jamais (comme Paris).

      Je garderai de la GB un ancien vétéran de la WWII rencontré en 89 dans un pub de Whitechapel à Leeds qui m’a raconté le débarquement de Normandie avec un accent anglais du nord (Yorkshire) à couper au couteau...souvenirs souvenirs..

      Ce "hors sujet" nous rappelle combien il est déjà trop tard....


  • C’est du bluff ! Chacune de ces mesures doit être votée au parlement et de plus, plus d’un million de Britons vivent en Europe. Le Royaume uni est par essence sans frontières ; rien à voir avec un pays comme la Russie...

     

    • @u roitelet

      Complètement faux, de A à Z. De tous les pays d’europe, l’Angleterre est le pays qui a toujours la frontière la moins changeante et pour cause, elle est délimitée par la mer. Le million (chiffre qui prête à caution) de "britanniques" qui vivent sur le continent sont pour la plupart des baby-boomers jouisseurs et dorlotés qui vivent partout sauf dans leur pays et des ultralibéraux qui n’ont pas appelé à voter pour le Brexit. Je doute que Le Premier Ministre en ait quelque chose à faire de ces gens-là.


    • En effet, c’est du bluff. Nancy Pelosi vient de le dire très clairement : pas d’accord de libre-échange avec les US si la frontière est rétablie en Irlande. C’est simple, clair et net car un Brexit dur impliquerait le rétablissement de cette frontière et le Royaume-Uni ne pourra jamais s’en sortir sans l’aide commerciale des ricains. Le reste n’est que du pipeau de politicien.


    • @ Sherlock (mais pas Holmes)

      Nancy Pelosi est une démocrate, donc pas une référence en matière de vérité. Obama avait appelé (menacé) les anglais si jamais ceux-ci avaient voté pour le brexit...et ils ont quand-même voté pour. Trump lui, soutient Boris Johnson. Les démocrates sont européistes, les républicains, beaucoup moins...et ce n’est pas un démocrate qui est président.

      Trump et les vrais Américains (les républicains, donc pas les bobo-démocrates qui élisent des va-t-en-guerre comme Obama) savent qu’ils ont beaucoup plus intérêt à commercer avec la Grande-Bretagne indépendante, qu’avec l’union germano-européenne qui ne cesse de vouloir pénétrer le marché américain pour l’inonder de machines-outiles fabriquées à bas-coût par des immigrés hongrois ou turcs. Et comme les ultra-libéraux ont fort peu goûté l’obligation faite par le Président Trump de leur imposer des salariés américains à contrat américain : ce serait une victoire spirituelle pour eux que de pouvoir noyer le marché américain sous la production allemande. L’Allemagne est en effet une véritable menace pour l’économie mondiale et ne cesse de vouloir se venger de ceux qui l’ont ramené à la raison en 1945 (d’abord la Serbie (ex-Yougoslavie qui a affronté héroïquement les européistes de l’époque qui se faisaient appeler nazis) puis la Grèce (on l’a vu au moment du référendum de 2015), maintenant l’Angleterre et la Russie contre qui l’Allemagne aimerait bien une alliance (un imperium) continentale, le but étant aussi de "mater" les races inférieures latines (italiens et français).

      Mais ils aimeraient aussi se venger des américains, d’où le rôle déterminant de la Deutsch-Bank dans la crise des subprime.

      Les traités de libre-échanges (démocrates) ça marche dans les 2 sens et si les financiers américains sont ravi de pouvoir exporter de la viande de m... en Europe, c’est la haute-bourgeoisie allemande (et les collabo français, au pouvoir depuis mai 68) qui poussent le plus vers les traités de libre-échange avec les USA, pas l’inverse.

      Le reste n’est que du pipeau de dissident 2.0 qui n’y connait rien du tout à la géopolitique et ferait mieux de faire quelque chose d’utile comme rejoindre le peuple dans la rue plutôt que de continuer à parler de sujet qu’il ne maîtrise pas.
      Avoir comme référence Pelosi, c’est aussi crédible que de citer BFM TV comme source.


    • @Bayinnaung :

      Quand je cite la Pelosi, ce n’est pas pour ses affiliations démocrates mais à propos du sentiment pro-irlandais qu’elle incarne aux US. Trump est anglais, à l’origine, donc il est normal qu’il dénigre l’Irlande et ses velléités de réunification. D’ailleurs il dénigre tout, depuis les traités visant à limiter les armements militaires jusqu’aux accords commerciaux. Mais Trump n’est que de passage, très temporairement, alors que la communauté irlandaise aux US est fortement implantée et politiquement puissante. Je parle de ce que je connais, contrairement aux apparences, ayant passé quelques années outre-Atlantique. Comme disent les grands-bretons : attendre et voir. C’est plus efficace que de se prendre le chou sur des opinions à court-terme.


    • Je dirais même plus, c’est du gros bluff qui ne prend pas. Merkel ne vient-elle pas d’intimer un ultimatum à Boris en lui disant : "d’accord pour mettre le back-stop de côté mais tu as 30 jours pour trouver une alternative". Traduction : étant donnée l’absence complète d’alternatives viables à ce back-stop, Boris va être très mal dans sa peau de premier ministre d’ici un mois. C’est un non ferme déguisé en peut-être, pour qui n’aurait pas compris.


    • J’oubliais un détail qui tue. Pelosi n’est pas d’origine irlandaise, loin s’en faut, mais elle dirige la chambre des représentants à majorité démocrate et aux US, c’est pas comme en France : le président propose mais les chambres disposent. Si elle dit non à un accord de libre-échange en cas de réinstauration d’une frontière dure en Irlande, Trump aura beau faire toutes les promesses qu’il veut à BoJo, ça ne passera jamais. D’où le bluff.


    • @ sherlock

      Les irlando-américains sont aussi des travailleurs bien ravis de voir les entreprises revenir aux USA. En ce moment, les noirs se détournent du parti démocrate "à cause" de ça. Les irlandais seraient-ils plus stupides et bornés ?



      Merkel ne vient-elle pas d’intimer un ultimatum à Boris en lui disant : bla bla bla



      La grosse teutonne, l’affameuse d’enfants grecs, se donne des airs, mais elle n’a pas son mot à dire ! Légalement, la date butoir pour le Brexit est déjà passée. Johnson peut l’activer à tout moment et sans aucun accord ... il va attendre un peu surtout parce qu’il a une grosse envie de faire cracher les euro-germains au bassinet.



      l’absence complète d’alternatives viables à ce back-stop,



      Qui est un faux-problème.



      Boris va être très mal dans sa peau de premier ministre d’ici un mois



      Ce genre de réflexion est digne du Figaro ou de BFM TV : Johnson est faible, Johson est mal, le Brexit est un échec, la Tamise sera rouge de sang dès que les anglais auront voté pour le Brexit, il faut qu’ils revotent, etc. etc. ... Il faut savoir sortir de la matrice médiatique des fois et accepter le réel.

      Le Brexit sans accord est tout simplement inéluctable.

      Si Hilarante avait été présidente des USA, elle aurait pu faire pression sur la GB pour l’empêcher de faire son Brexit, mais le timing est trop serré pour l’UE avant qu’un(e) démocrate ne pose son c.. sur le fauteuil de président.



      J’oubliais un détail qui tue. Pelosi n’est pas d’origine irlandaise,



      Elle n’en reste pas moins une démocrate.



      mais elle dirige la chambre des représentants à majorité démocrate (...) les chambres disposent.



      Oui, en effet, elles disposent, mais elles ne font que ça. Si Trump ne fait pas de pressions sur la GB, la chambre ne peut pas le faire à sa place.



      Si elle dit non à un accord de libre-échange en cas de réinstauration d’une frontière dure en Irlande,



      Ben Trump aura beau jeu alors de présenter les démocrates comme des socialo-communistes opposés au libéralisme et ça les enfoncera encore plus, surtout quand on refait monter la sauce néo-mac-carthyste pendant 4 ans.

      Il ne faudrait pas oublier la politique politicienne dans cette histoire, qui prend bien souvent le pas sur l’idéologique.

      Et puis de toute façon, le peuple anglais a voté et si la GB ne peut pas faire affaire avec les USA, elle le fera avec la Chine (ancienne colonie).


  • Si les Anglais ont voté pour le Brexit c est afin de ne pas être envahi par les migrants : l UE prévoyait de leur en envoyer 600 000 . No way !

     

    • Et les mettre ou exactement et sous quelles conditions ? Lisez “who owns England ?” Par guy shrubsole et vous verrez pourquoi le plouc moyen anglais bave devant la qualité de vie française et les produits du terroir etc etc. Je ne souhaite pas que les français vivent le même calvaire que le citoyen lambda britannique. Après Thatcher on s’est fait royalement lynché par les bureaucrates de Bruxelles. La fin c’est quand ?


  • Ce Boris est un animal bizarre !
    Je ne lui fais pas confiance une seule seconde depuis sa prestation grostesque dans l’affaire, montée de toutes pièces par le MI-6, Skrypal ! Il a d’emblée accusé la Russie, sans preuve aucune, dans une mise en scène d’hystérique. L’objectif était de déclencher la WW3 sur la base d’une attaque d’un pays de l’OTAN ! Il est évident, qu’il était complice pour manipuler l’opinion publique. C’est vous dire la profondeur de son engagement sioniste... Au surplus, il affiche un look particulièrement "shocking" pour un homme politique qui passe pour du mépris.

    Nous jugerons sur pièce le moment venu... Pour moi, le Brexit aura lieu juste avant une crise économique majeure de l’€ et/ou juste avant une guerre (civile ou mondiale).


  • oui les Anglais ont compris les consequences negatives des mafias venant essentiellement du continent Italie et Albanie, et ils ne veulent pas de cela dans leur pays.
    Ceux d’italie avaient meme apparemment attaques des scientifiques travaillant en Angleterre, donc ce n’est pas etonnant que les gouvernement britannique est en train de dire a ces scientifiques de revenir. Reste a savoir si ces scientifiques vont revenir.


  • Le nouveau Teresa May pour faire echouer le Brexit. Vous pariez combien qu’il propsera un nouveau referendum entre un hard brexit et un soft valide par l’UE ?

     

    • Non c’est différent de Theresa May car cette dernière était en froid avec Trump alors que Boris Johnson semble être en bonne relation avec lui et Trump à déjà exprimé sa volonté de négocier un accord bilatéral avec Johnson c’est sans à dire sans l’UE !
      Ce que je croit c’est que Trump va donner son soutient et des garanties à Johnson pour un Brexit violent sans accord histoire de faire bien chier les deux pantins principaux de l’UE, Macron et Merkel !


    • @pierre loup
      Cela ne veut rien dire, Trump a aussi de bonnes relations avec Macron. Johnson n’est qu’un enieme pantin de l’oligarchie, il n’a pas le pouvoir de s’opposer a l’UE des Rothshilds.


  • Perso je pense que l Angleterre veut devenir la nouvelle suisse.
    Prendre le meilleur des européens et limiter nos chances pour la France sauf les rares exceptions.
    De toute façon l Europe de l ouest et l euro s effondrent
    Ils vont souffrir pendant 2 ans après cela va être l avenir la bas.


  • Le gendarme du monde n’a jamais été vraiment dans l’union européen mais a profité du marché européen et de sa monnaie comme il a profité du dollar. Le brexit cache quelque chose d’autre mais quoi exactement là est la question. (surement il faut chercher du coté de la city)

     

    • Le brexit fut à l’origine un référendum monté par Cameron et May, tous deux foncièrement pro-européens, pour avoir les coudées franches face à leur opposition politique et se débarrasser de Farage. Ça a fait flop, à la surprise générale. Il ne faut pas chercher à y voir autre chose. D’ailleurs la City est maintenant bien embêtée car elle a tout intérêt à ce que la GB reste dans l’UE pour ne pas laisser le champ libre à la Deutsche Boerse de Francfort (sur Main).


  • NIGEL FARAGE VIIIIITE !!!!!!


  • Hé, hé, …..
    Il semble que Boris a décidé de ne pas se laisser faire par les petits eurocrates de Bruxelles et je crois qu’on va bien rire dans les semaines qui viennent !!!

     

    • @gibis,on voit bien que tu suis l’actualité toi, Boris c’est le petit pion du CRIF anglais, c’est le russophobe par excellence c’est l’ami du Grand Israël et gibis reviens sur terre je crois que tu es un peu perdu !!!

      Hussein


    • Boris Johnson quelle vaste blague !
      Et pourquoi pas Boy Georges



      Le père de Stanley Johnson, Wilfred Johnny Johnson, est né Osman Wilfred Kemal en 1909 à Bournemouth, d’une mère anglaise et suisse, Winifred Brun, et d’un père turc. Le père d’Osman Wilfred Kemal devenu Wilfred Johnny Johnson, Ali Kemal (1867-1922), est un journaliste et ministre ottoman du sultan, tué pour ses sympathies anti-nationalistes pendant la guerre d’indépendance
      La mère de Boris Johnson, Charlotte Johnson Wahl (en) (née Offlow Fawcett), provient d’une famille d’intellectuels libérale de gauche et a épousé le conservateur Stanley Johnson en 1963, avant de l’accompagner aux États-Unis. Elle est la fille de sir James Fawcett (en), avocat reconnu et président de la Commission européenne des droits de l’homme, et de Frances Beatrice Lowe, une Américaine dont les parents étaient les universitaires Elias Avery Lowe, d’origine juive ashkénaze
      « J’ai l’impression d’être Juif quand le peuple juif est menacé ou visé par une attaque, et c’est là que ça ressort », a déclaré Johnson. « Quand je vois un peu d’antisémitisme, c’est là que je suis énervé et protecteur ».
      Le président du Conseil juif, Jonathan Golstein, avait réagi sur Twitter.
      « Les commentaires de Boris Johnson sont totalement honteux, avait-il écrit sur Twitter. Incroyable de penser qu’il était ministre des Affaires étrangères il y a seulement quelques semaines ».
      Edie Friedman, le président du Conseil juif pour l’égalité raciale, a condamné ce qu’elle a qualifié « de racisme masqué » de Johnson.
      Mardi, la communauté juive a pris un ton plus cordial en félicitant Johnson pour sa nomination, rappelant sa « longue relation positive » avec lui « à la fois en tant que maire de Londres et ministre des affaires étrangères ». Le Comité des Assistants des Juifs britanniques « a hâte de poursuivre cette relation alors qu’il entre à Downing Street », a déclaré Marie van de Zyl, président du comité.