Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Brésil : la baisse du prix des transports ne calme pas la fronde

Des heurts violents ont à nouveau opposé mercredi soir manifestants et policiers dans plusieurs villes du Brésil. L’annonce d’une baisse du prix des transports en commun ne suffit pas à calmer la fronde sociale et de nouveaux appels à manifester jeudi ont été lancés.

C’est la hausse de ces tarifs qui avait provoqué il y a dix jours la révolte, en pleine Coupe des Confédérations de football qui se déroule du 15 au 30 juin. Le Brésil fait face aux plus grands mouvements sociaux depuis vingt ans. Certains observateurs les comparent déjà aux récentes manifestations en Turquie ou même aux soulèvements des printemps arabes.

Cédant à la pression populaire, les mairies de Sao Paulo et Rio de Janeiro, les deux plus grandes villes du pays, se sont résolues mercredi à baisser les tarifs des transports en commun. D’autres villes avant elles avaient fait le premier pas mardi.

Malgré cette victoire, les protestataires ont continué à crier leur colère. De violentes manifestations ont eu lieu à Niteroi près de Rio et à Fortaleza, dans le nord-est du pays, tandis que des milliers de personnes défilaient dans une ambiance plus calme dans les rues de Belo Horizonte (sud-est), la capitale Brasilia, et Rio Branco en Amazonie.

À Fortaleza, ville du Nord-Est, des échauffourées violentes ont eu lieu en marge du match Brésil-Mexique de la Coupe des Confédérations - remporté par la Seleçao brésilienne 2 à 0. Quelque 25 000 protestataires s’étaient massés dès le matin aux abords du stade, protégé par un impressionnant dispositif de sécurité.

Jets de pierre et gaz lacrymogènes

Environ 10 000 manifestants ont jeté des pierres aux forces de sécurité. La police a répliqué avec des tirs de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc.

Impuissant à désamorcer la fronde sociale, le gouvernement avait annoncé dans la matinée l’envoi en renfort de troupes d’élite de la police pour protéger les six villes hôtes de la Coupe des Confédérations : Rio, Recife, Fortaleza, Belo Horizonte, Salvador de Bahia et Sao Paulo.

Les protestataires, surtout des jeunes des classes moyennes qui se mobilisent via les réseaux sociaux, dénoncent la précarité des services publics de base au regard des milliards dépensés pour l’organisation du Mondial-2014.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Des hommes et des femmes courageux contre le sport-spectacle gonflé des vices de l’Empire !


  • La révolte des nations...

    Vite !!


  • Quand on y réfléchit, c’est assez atroce !

    On construit des stades ultra modernes et flambants neufs au milieu de taudis et de favellas en tout genre ou les gens n’ont rien et crèvent régulièrement de faim !

    Recife, Fortaleza....des coins misérables du Nordeste Brésilien.

    On trouve des milliards pour le foot mais pour le peuple, makache ! On construit des stades à 200 mètres desquels les gens vont continuer à mourir en silence.

    C’est vraiment saisissant ! Ca permet bien de voir quelles sont les vraies priorités aujourd’hui !!!

    Monde de m.... !!


  • Dépenser des milliards pour des mecs qui tapent dans un ballon.
    Voilà le sens des priorités des gouvernements !
    Ce n’est même plus du "pain et des jeux" : le pain que l’on va manger
    sera empoisonné (Mal Bouffe) et les jeux vont finir de soutirer les quelques
    deniers qui reste dans la poche du pauvre bougre. Non le mot d’ordre c’est
    crevez tous !


  • Ronaldinho a fait un gros bide
    « 
    Ce n’est pas avec des hôpitaux qu’on va jouer la coupe du monde » Un truc du genre.

    Les brésiliens se déchainent contre lui sur les réseau sociaux (je me demande si il vont pas le tuer) ahahahah.


  • 1) on croyait les Brésiliens plus fans que ça du foot
    2) le mondial , qq soit mon opinion sur ce spectacle rapport bcp de pognon
    3) à qui profitent les manifs une fois le prix des transport rétabli à son niveau antérieur aux manifs ?
    4) l’Empire ne serait il pas fâché de remplacer l actuelle présidente par une créature fabriquée tout exprès pour lui et à sa dévotion
    5) les manifestants ne seraient ils pas l objet d’une manipulation/récupération d envergure ?


  • Encore une FAUSSE REVOLUTION du NOUVEL ORDRE MONDIAL ...

    Ils leur faut le chaos mondial pour instaurer un nouvel ordre ordre mondial !