Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Causerie au coin du couvre-feu

Le Couvre-feu, et sa réduite sociabilité, laisse peu d’occasions de cultiver l’art de la conversation.

 

Une mienne connaissance, bigote et crypto-féministe, m’ayant dit à propos de l’emprisonnement de Hervé Ryssen que « la liberté d’expression ne devait pas être confondue avec l’expression de la Haine », je lui ai rétorqué que la haine n’était qu’un sentiment, humain trop humain, parfois bien légitime, et qu’elle-même, qui avait milité pour libérer la criminelle avérée Sauvage avait donc justifié « la Haine » homicide de cette dernière.

— Ce n’est pas la même chose, cria-t-elle, indignée, sa Haine était une haine privée, non pas des propos de haine aveugle et systémique contre des gens en vertu de leur origine ou de leur classe ! La nazisme a commencé comme ça je vous le rappelle !

— Hé non, suprême Volaille, lui ai-je rétorqué avec cette urbanité qui fait mon succès auprès du sexe que l’on a pu trouver beau en des temps reculés, rien n’a jamais commencé comme ça ! Par des mots, des phrases ! Et le nazisme moins que tout le reste.

M’ayant grossièrement tourné le dos, je n’ai pu étayer mon argumentation. Faisons-le ici, s’il vous plaît. Le nazisme n’a pas eu pour origine des mots, des phrases, des livres, mais :

1 l’abjecte boucherie impérialiste de 14-18
2 l’écrasement des ouvriers désarmés dans les rues de Berlin par la soldatesque qui n’avait pas su vaincre dans les Flandres et l’Argonne. Les corps-francs se vengeaient de ces salauds de communistes qui les auraient poignardés dans le dos. (Pourtant ces salauds de communistes leur avaient rendu un fier service en Russie !)
3 le blocus et les réparations démesurées exigées par la fRANCE.

Donc le National-socialisme allemand est la conséquence :
→ de la rapacité de l’impérialisme anglais horrifié par le dynamisme du jeune capitalisme allemand
→ de la pourriture de la social-démocratie allemande et du gouvernement des sales parvenus Noske et Ebert.
→ de la vilenie de la bourgeoisie capitaliste française qui fit la guerre uniquement pour exterminer conjointement le prolétariat révolutionnaire et les meilleurs fils de la ci-devant noblesse, et fit subir à l’Allemagne une dure et humiliante occupation par des troupes Black Live Matter avant la lettre.
Si des paroles de haines ont été prononcées, ce ne sont pas elles qui ont crées ex nihilo le jeune mouvement fasciste, mais l’implacable guerre civile de 12 ans menée par une armée de volontaires en chemises brunes, le génie politique d’Hitler, la crise systémique internationale du capitalisme qui précipitait le capital allemand dans une impasse, l’atroce misère matérielle et la cruauté d’une injuste oppression.

Mais si j’avais dit tout cela à cette sotte péronnelle de valeurs actuelles, je serais plus sot qu’elle, car tenir des propos intelligents à une stupide féministe BCBG est digne de la Laiterie suisse et ses trayeurs de mamelles. (Qu’est que c’est cette mode suisse ? La Suisse comparée à la France, historiquement, ressemble à une laiterie près d’une centrale nucléaire.) On relira ceci.

Par delà les aimables zopinions de toutes ces aimables Dindes romaines, comment un peuple réputé si spirituel comme celui de l’afRANCE a-t-il pu sombrer dans les abysses de l’abrutissement et de la soumission devant une terreur thérapeutique parfaitement artificielle ?
Quel infantilisme d’esprit, quel manque de force intellectuelle ! Le féminisme tout puissant qui a élevé lE politique à la hauteur d’une perpétuelle scène de ménage a définitivement atrophié et l’intellect et les sensations des ’contents-pour-rien’ qui présentent presque tous, comme le dit Nietzsche, « un côté inauthentique et exhibitionniste ».

D’autres, qui sont mes frères et sœurs dans notre asile sublunaire, subodorent quelques relents de chambre capitonnée et de camisole de force du côté de chez Macron. Un couvre-feu inutile, irresponsable, insensé !
Hélas, je crains qu’il soit au contraire parfaitement sensé, logique et implacable. Il s’agit du lent apprentissage de la dictature militaire qui continue tranquillement de s’installer, avec ses mises aux arrêts domiciliaires, ses masques et ses couvre-feux.
Même si l’État-Major de l’Otan-fRANCE ne met pas en avant un général quatre étoiles, et laisse l’apparence du pouvoir à son Pantin, c’est bien, inéluctablement, inexorablement la dictature militaire que l’on apprend aux français.

Si l’on rapporte la dictature sanitaire à la lutte des classes en France on a la gradation : Bataclan-État d’Urgence, Révolte Fluo, Dictature militaire.
Cette caste dégénérée ne fait illusion que sur les Romains, car elle va encore à la messe. Pourtant l’on sait que ces Saint-Cyrien sont autant d’anti Syrien, qui ont été les transporteurs de djihadistes puants à Raqqa et ailleurs.

Nous sommes tous égaux devant la terreur policière « sanitaire », mais parfaitement inégaux quant à sa perception. Voilà mes chers amis ce que je voulais vous dire, au coin du couvre-feu, avec un goût de cendre dans l’âme.

Félix Niesche

Retrouvez les textes de Félix Niesche sur E&R !

 
 






Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2570960
    Le 18 octobre à 13:48 par Lérins
    Causerie au coin du couvre-feu

    Mille merci, cher Félix, la chaleur communicative des bûches rougeoyantes de votre âtre, perce les murs de ce "confinement" hallucinant, insensé...les mots nous manquent pour décrire cette ignominie, dernier avatar des saloperies, traficotages, trahisons, concussions, népotisme, cooptation mafieuse de toute cette classe politique corrompue jusqu’à la moelle, qui voudrait nous faire croire qu’elle prend soin de notre santé, en nous infligeant la pîre perte de liberté que les Français aient connue peut-être depuis plus de deux siècles, à l’époque de la Grande Terreur.

    Jusqu’à quand cette farce macabre durera-t-elle ? Je constate que vous n’êtes guère optimiste, et l’intensité des flammes du foyer que vous avez allumé pour nous, laisse place aux frissons de haîne, et aux voix intérieures qui nous crient "Vengeance".

     

    Répondre à ce message

  • #2571005
    Le 18 octobre à 14:35 par Rekedi
    Causerie au coin du couvre-feu

    Ça me rappelle Céline lorsqu’il dit "D’après les Saintes Ecritures au début était le verbe. Ah non ! Au début était l’émotion. Le verbe n’est venu qu’après."

     

    Répondre à ce message

  • #2571036
    Le 18 octobre à 15:39 par Jean-Jacques bourrin
    Causerie au coin du couvre-feu

    Une dictature militaire ne peut être que nationaliste comme le franquisme par exemple. Sinon elle signerait son arrêt de mort par les possibilités énormes de déstabilisation étrangères avec des frontières ouvertes.
    Nous sommes toujours dans la ploutocratie mais avec un capitalisme en fin de vie qui ne sait plus trop où il va et n’a plus rien à offrir financièrement à la majorité. Donc on obtient du sang et des larmes comme du temps des révolutions industrielles, des guerres mondiales, des colonisations-décolonisations, des chocs pétroliers etc

     

    Répondre à ce message

    • #2571561
      Le 19 octobre à 08:57 par PAS
      Causerie au coin du couvre-feu

      Trois tours s’écroulent grâce à deux avions en fer forgé et pis c’est tout. C’est la seule leçon d’histoire que je retiens désormais.

       
  • #2571050
    Le 18 octobre à 15:56 par marion
    Causerie au coin du couvre-feu

    À propos du deuxième paragraphe :
    Ceux qui sont frappés par la maladie de la gauchitude, trouvent toujours une excuse ou un argument fallacieux pour prouver à toute force qu’ils ont raison. Il ne leur viendrait pas une seconde à l’esprit qu’ils pourraient se tromper. Car eux seuls détiennent la vérité, et tous les autres ont tort. À un certain niveau, on peut parler de maladie mentale.

     

    Répondre à ce message

  • #2571097
    Le 18 octobre à 17:08 par stf
    Causerie au coin du couvre-feu

    Le traité de Versailles injuste...
    Il faudrait rappeler que le pactole payé aux teutons après 1870 fut en terme de PIB supérieur à ce qu’on leur a demandé pour la grande boucherie.
    Et tout fut payé, rubis sur l ’ongle, pas comme les boches...
    D’ailleurs une large part du butin de 1918 a été demandé par les angliches et les yankees nouvellement arrivé après la bataille.Alors que côté français c’était une juste évaluation des destructions de villages entièrement rasés. Les anglo sionisstes n’ont pas eu la moindre maison rasée.

     

    Répondre à ce message

    • #2571215
      Le 18 octobre à 19:48 par Malbec
      Causerie au coin du couvre-feu

      Le traité de Versailles injuste...
      Il faudrait rappeler que le pactole payé aux teutons après 1870 fut en terme de PIB supérieur à ce qu’on leur a demandé pour la grande boucherie.
      Et tout fut payé, rubis sur l ’ongle, pas comme les boches...



      La France a remboursé sa dette due au pays Boche au bout de trois ans. La dernière tranche des réparations Versaillaises a eté viré en 2010.

       
  • #2571110
    Le 18 octobre à 17:31 par Fred Chouille
    Causerie au coin du couvre-feu

    Merci Félix
    Traite des femmes : je suis pour, le lait maternel est bien meilleur pour la santé de nos enfants que le lait de vache. Faisons comme avec les génisses dans nos campagnes : après le premier veau, traite matin et soir.
    Sur le Bataclan : n’avons-nous pas désormais assez de recul pour comprendre qu’il s’agissait de représailles à l’encontre des services français qui avaient abandonné leurs mercenaires djihadistes en Syrie lors de l’intervention russe en 2015 ?

     

    Répondre à ce message

  • #2571146
    Le 18 octobre à 18:20 par Rodes roger
    Causerie au coin du couvre-feu

    Ce doit être dur pour Félix d’être à la niche. Les philosophistes solitaires sont-ils tous déprimés per se ou est-ce déportés par l’ennui que ces intellectuels bourgeois croient combattre parce qu’ils écrivent ?

    J’ai peu d’empathie pour les E.pisseries des pékinois qui se salissent en salissant, qui s’oublient en oubliant où ils sont. Qui croient marquer leur territoire et s’épuisent en vaines grattures. Qui couinent sur tout ce qui leur fait peur et mettent l’horreur à l’honneur.

    J’en ai marre que l’on confonde art de la plume et droit au crachat stylé, de ces gens qui disent "ils" quand ils parlent de nous, les français. Qu’ils se cachent au fond de leur trou idéologique malodorant et nous laissent tranquilles. On a besoin de personne pour nous raconter ce que l’on est en train de vivre.

     

    Répondre à ce message

  • #2571585
    Le 19 octobre à 09:44 par Gopfdami
    Causerie au coin du couvre-feu

    Le "gauchiste" veut toujours avoir raison, il n’est donc pas à une contradiction prêt. Ses techniques préférées dans une conversation (au delà de l’usage assidu de sophismes), c’est : " ce n’est pas la même chose !", suivi du "point Godwin", pour finir par l’arme absolue "le rayon laser de l’antisémitisme".
    Si vous voyez sortir dans un débat ces 3 atouts (excuse - petit et 21 ;) ) vous savez à qui vous avez affaire.

     

    Répondre à ce message

  • #2571889
    Le 19 octobre à 15:15 par Ras le bol
    Causerie au coin du couvre-feu

    Y’a pas que le couvre feu de remis en place y’a les chemtrails aussi. Depuis samedi plus moyen d’avoir un ciel bleu pour la journée, ils larguent massivement. Le ciel est complètement blanc à partir de 14 h alors qu’il n’y a pas de nuage, tant ils ont largué de saloperies. Le soleil est là mais entièrement voilé par ce qu’ils déversent. Hier c’est la première fois de ma vie que je voyais un couché de soleil blanc, on ne distinguait plus aucune couleur, plus de jaune ni de rose ni d’oranger, je l’ai pris en photo car j’en croyais pas mes yeux. Vous vous rendez compte du nombre de tonnes de saloperies qu’il faut déverser dans le ciel pour faire cela ?!

     

    Répondre à ce message

  • #2572011
    Le 19 octobre à 18:03 par Krunk
    Causerie au coin du couvre-feu

    Texte magistral.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents