Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Cette fois, le feu !

par François Morvan, vice-président de Debout la République

Dans les années soixante, l’écrivain nord-américain James Baldwin avait , dans un livre alors retentissant intitulé The fire next time, pronostiqué la survenue d’émeutes sanglantes si le mouvement des droits civiques ne débouchait pas sur une nouvelle justice sociale.

L’Angleterre d’aujourd’hui paye le prix de sa politique néolibérale menée depuis trente ans. Régression tout azimut des politiques publiques, ghettoïsation sociale et communautarisme ethnique débouchent aujourd’hui sur une violence incontrôlable.

Particularisme anglais ? En réalité, le présent de l’Angleterre est notre avenir s’il n’est pas mis fin à la politique suicidaire dans laquelle nos gouvernants, aujourd’hui “de droite” , hier ou demain “de gauche” nous enferment.

La crise économique est là, massive, depuis trois ans. Elle est la conséquence du choix stratégique fait par le capitalisme financier depuis trente ans : celui de délocaliser la production, surtout industrielle mais aussi celle des services, dans les pays à bas salaires.

Ceux-ci en ont partiellement profité et c’est tant mieux. Mais ce transfert a eu pour résultat d’assécher l’emploi et la production dans les pays dits “développés”.

Pour maintenir le niveau de vie et la paix sociale, on a eu recours au crédit bancaire massif aux Etats-Unis comme substitut aux salaires. En Europe, cette politique s’est combinée, à des degrés variables, avec le financement par les Etats de la crise sociale : traitement “social” du chômage de masse, soutien des revenus des ménages par la protection sociale. Mais ces politiques, dès lors qu’elles n’étaient plus adossées à une économie de croissance, ne pouvaient que déboucher sur des faillites en chaîne.

La faillite des banques américaines, plombées par des crédits gigantesques devenus irrécouvrables, entraînant tout le système bancaire international, a obligé les Etats à garantir sa survie. Mais du coup, c’est la dette des Etats qui est devenue béante, d’abord dans les économies les plus faibles, comme celle de la Grèce, mais potentiellement dans tous les pays d’Europe et aux Etats-Unis. A la faillite des banques, s’ajoute maintenant la faillite potentielle des Etats.

Mais où ceux-ci trouveraient t-ils les ressources nécessaires alors que la production économique continue à régresser et que le chômage de masse continue ?

A chaque replâtrage de cette spirale sans issue on nous annonce que le système est sauvé ! Aux communiqués de victoire sur la dette grecque répondent le lendemain les menaces d’effondrement des finances portugaises, espagnoles, italiennes. Aux Etats-Unis, le roi est nu. Le déficit colossal de la balance des paiements n’est plus contrôlé. Lundi, on nous annonce que la crise boursière qui a succédé à la dégradation de la note américaine est derrière nous. Aujourd’hui, les bourses replongent, et il apparaît désormais que les banques, hier renflouées par les Etats, sont menacées par la dette de ces derniers.

Et que proposent nos gouvernants ? Nos candidats à la “primaire” socialiste ? Changer de stratégie, relocaliser la production, taxer les importations des productions à bas salaires ? Bien sûr que non !

Entièrement soumis à la logique sans issue de la finance mondiale et des grands groupes industriels, il n’est question pour les gouvernements américains et européens que d’austérité, compression des dépenses publiques, hausse des impôts. C’est la médecine de Molière : traiter l’anémie par la saignée.

Nicolas Sarkozy veut faire de la réduction du déficit public une “règle d’or ”constitutionnelle pour l’après 2012. Que répondent ses pseudo-opposants : qu’il faut le faire tout de suite, car selon François Hollande, suivi par Martine Aubry, la réduction des déficits est une “valeur de gauche” !

L’endettement public n’est évidemment pas une solution s’il se contente de remplir un tonneau des danaïdes. L’action publique est au contraire essentielle si elle vise à relancer la production et l’emploi par des investissements productifs, et si elle repose sur une inversion de stratégie : permettre à nos industries de redémarrer par un protectionnisme raisonnable.

La seule solution pour les Etats européens les plus endettés est de retrouver une marge de manœuvre sur leur monnaie. Il faut donc en revenir à des monnaies nationales en Europe, au sein d’un système commun, pour permettre aux économies de respirer.

Accroché à une stratégie sans issue, n’ayant en tête que les intérêts à court terme des grandes firmes mondialisées, les gouvernements préfèrent aller à la rupture de tout le système.

Désormais, qui peut ne pas voir que le feu est là, dans la société et dans l’économie ? Et qui va payer la note de l’incendie, si ce n’est les peuples ?

La faillite politique et économique des dirigeants occidentaux, de l’Union Européenne, est totale. Il n’y a pas d’autre solution que de changer profondément de cap par une nouvelle politique économique, basée sur un rassemblement républicain de toutes les bonnes volontés.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #37322
    le 11/08/2011 par duc de Guise
    Cette fois, le feu !

    quelle platitude d’explication à côté de celle de Soral on file la métaphore le feu à Londres c’est le feu de l’injustice sociale un discours pauvre que pourrait tenir l’extrême gauche ; il manque une lecture stratégique des manipulations du pouvoir : empêcher toute révolte populaire en montant et laissant faire des rivalités ethno communautaires et justifier des lois liberticides qui seront bien utiles pour contrer les révoltes prochaines et légitime. Lecture qui certes n’est pas fausse mais qui rate l’analyse des enjeux réels du pouvoir . Ce sont les analyses événementielles de Soral dont nous avons grandement besoin pour comprendre, plus que de dénonciations même justes de la réalité sociale

     

    • #37349
      le 12/08/2011 par dex
      Cette fois, le feu !

      tres bonne analyse de votre part !


    • #37386
      le 12/08/2011 par V
      Cette fois, le feu !

      D’accord avec Duc de Guise.
      Bien sûr que ces émeutes ont pour cause la dé-civilisation de la société imposé par le libéralisme et la financiarisation de l’économie, véritable outil de mise en esclavage des peuples et de déstructuration des sociétés. Cet embrasement aurait été lancé par quelques officines que cela ne m’étonnerait pas. Le peuple anglais risque de se retrouver avec un genre de "patriot act" qui va lui couper toute possibilité de révolte légitime contre la folie des pouvoirs en place. Et qui sont les Kapo derrière ce stratagème ? Eux : http://resistancemusulmane.over-blo...


  • #37368
    le 12/08/2011 par Goupil
    Cette fois, le feu !

    ACHETEZ des Napoléons, achetez de l’or, soldez vos comptes en banque avant qu’il ne soit trop tard...

     

    • #37410
      le 12/08/2011 par Roum_all
      Cette fois, le feu !

      Ouais achetez de l’or !!!
      Comme ça avec un peu de chance vous aurez peut-être la chance de devenir les nouveaux banquiers d’après la crise.
      Comme quoi la crise présente et à venir n’a pas annihilé la philosophie de l’écureuil.


  • #37388
    le 12/08/2011 par riffi
    Cette fois, le feu !

    La revolution ne se fera en france que lorsque une grande partie de la population ne pourra plus manger à sa faim et quand sa arrivera, car sa arrivera, la solution sera dans les mains des elites financieres qui detiennent les richesses et les moyens de production ( seuls moyens pour organniser un nouvel ordre mondial ou national) et à ce moment la solution sera de les mettre au pouvoir (legitimement cette fois) et le peuple élu pourra nous exploiter commes les animaux que nous sommes à leurs yeux.


  • #37552
    le 12/08/2011 par seber
    Cette fois, le feu !

    Deux éléments me sautent aux yeux à la lecture de cette déclaration. Deux éléments ABSENTS de ce texte.
    Le premier : le mot "immigration". Entre les lignes, on s’aperçoit qu’il a été sciemment et subtilment contourné.
    Le deuxième : un manque total d’originalité. C’est du copier-coller du FN de A à Z, sauf en ce qui concerne l’élément numéro un.
    On peut y ajouter une absence de réflexion plus approfondie, et des concepts un peu vagues (Disparition de l’Euro ou pas ? Nationalisation des banques ou pas ? Quels nouveaux alliés ? Il y a le choix. Relancer la Production ? Voitures, i-phone et jets privés pour tous ? Relancer la société de consommation ? Sans moi).
    Bref, "Debout la République" n’apporte meme pas le petit plus qui le ferait se démarquer du FN et le rendrait intéressant ou utile. Et vu les chances des uns et des autres de tenir le manche un de ces jours......


  • #37562
    le 12/08/2011 par Mega
    Cette fois, le feu !

    Je crains le pire hélas.
    ça secoue en Grèce, en Espagne, au Portugal, en "Israel",
    ça saigne en Angleterre.
    Quand le malaise viendra en France, je crains le pire. Une sorte de 1789/commune/mai 68 ensemble,qui sera le roi décapité alors ?
    Si l’histoire se répète dans un certains sens, la fin sera différente et tragique pour TOUS !