Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Charpentier à l’ancienne, ou le retour en force de la tradition

Il s’appele Paul Zahnd et travaille le bois à l’ancienne, sans les outils modernes. Cela nécessite beaucoup de main d’œuvre, mais un investissement en matériels quasiment nul.

 

 

N’oublions pas, dans la même veine, la menuiserie japonaise traditionnelle (le texte est en anglais mais c’est l’image qui compte) :

 

 

Les menuisiers et charpentiers japonais ont de quoi impressionner. Par un savant jeu de découpes et de limes, ils imbriquent à la perfection des lames de bois, pour construire des meubles ou des charpentes. Un procédé qui ne demande ni de percer, ni de clouer.

 

 

Des assemblages de bois modélisés

Si vous aimez les jeux de casse-tête en bois grandeur nature, vous risquez bien de passer de longues minutes sur The Joinery. Son créateur, qui travaille dans l’industrie automobile est un collectionneur d’ouvrages sur le travail du bois. Trouvant bien souvent les explications difficiles à visualiser, il crée des gifs pour illustrer la façon dont les pièces s’assemblent en un tour de main.

 

 

Lire l’article entier sur 18h39.fr

Et pendant que l’industrie française périclite, on peut voir que l’artisanat traditionnel n’est pas mort. Il y a même un regain de vocations, par exemple en menuiserie, pour rester dans cette filière :

 

 

Le phénomène qui touche l’agriculture (techniques écologiques, remise en cause du tout-industriel, recherche de la qualité) touche d’autres métiers, particulièrement le bâtiment, où de jeunes Français renouent avec les techniques traditionnelles, agrémentées de connaissances contemporaines. À l’heure des maisons vite construites et vite obsolètes (durée de vie d’une maison préfabriquée, 50 ans), on recommence à construire dans le dur et le durable. Le durable, un concept d’aujourd’hui qui était auparavant implicite !

 

 

Le génie français dans l’art de la survie,
lire sur Kontre Kulture

 

Métiers, la force de la tradition, sur E&R :

 






Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1828286

    YES !! Remercions notre ( Créateur Artisan) nos MAINS, elles sont plus belles à regarder qu’un Tableau " abstrait " qui ne veut rien dire ou faire....

     

    Répondre à ce message

  • #1828293

    Ce jeune homme transforme des produits bruts (des troncs d’arbres) en produits finis (des charpentes) à la seule force de ses bras. Il produit donc de la richesse.

    Cette richesse devrait être matérialisée par l’émission de monnaie émise par le pays dans lequel se trouve ce jeune homme, monnaie qui ne devrait pas retourner entre les mains de l’état, ou tout du moins, n’y retourner que partiellement en échange d’une vie en toute sécurité, avec justice, instruction, soins hospitaliers efficaces et bien évidemment sans production d’intérêts puisque monnaie nationale.

    Analysons maintenant le travail de ce jeune homme dans le monde rotschildien :

    La création de richesse qu’il a produit de la seule force de ses mains a été matérialisée par l’emission de monnaie d’une banque privée (BCE, FMI...) non adossée à de l’or, et remboursable avec intérêts à cette banque. Que se passe-t-il donc ?

    Sur 10 coups de hache :

    - 2 vont à l’état (TVA)
    - 2 vont au RSI (en échange d’une protection sociale pour les migrants, d’une retraite composé de points boum-boum, et d’une pseudo-prévoyance avec grand grand délai de carence)
    - 2 vont à nouveau à l’état (Impôt sur les société cette fois)
    - 1 va encore aux communes/collectivités (CVAE (contribution sur la valeur ajoutée des entreprises), CFE(contribution foncière des entreprises), taxe d’enseigne)
    - 1 va au comptable (vous savez, celui qui n’est en fait là que pour informer l’état de l’activité détaillée de votre entreprise). Vous ne pensiez pas qu’il était là pour vous quand même ? Comment pourrait-il savoir mieux que vous comment va votre entreprise alors que vous travaillez tous les jours dedans quand lui la re-découvre 1 jour chaque année ?

    Il reste donc 2 coups de pioche à notre ami pour vivre (si je ne tiens pas compte de son impôt sur le revenu, de sa taxe d’habitation et de sa taxe foncière, car sinon il ne lui reste qu’un coup de hache pour lui).

    Mais, mais, mais, me direz-vous, il doit bien y avoir une contrepartie tout de même dans ce système Rotschildien, sinon, plus personne n’irait bosser (hum hum).

    Rassurez-vous, il y en a bien une pour notre jeune ami :

    Il bénéficie d’une vie en toute sécurité (attentats du bataclan), d’une justice (mur des cons), d’une bonne instruction (théorie du genre) et de soins hospitaliers efficaces (8h d’attente au service des urgences de certains hôpitaux).

    Vous voyez, le système Rotschildien n’est pas ingrât

     

    Répondre à ce message

  • #1828357

    Hormis le fait qu’il travaille beaucoup moins vite, quel est l’intérêt de pratiquer de telles techniques ?
    Il dit qu’il n’a pas de frais de machine, bon ok mais si il met 10 fois + de temps en M-O, au final lui et le client n’y trouveront pas leur compte.

    Bref, le mec a quand même l’air de se galérer sur des tâches simple comme un força juste dans l’objectif d’être un puriste, je ne suis pas certain de comprendre ça démarche...

     

    Répondre à ce message

    • #1829467

      Bonjour,

      Pour avoir bossé un peu avec Paul, l’intérêt technique est une solidité de la pièce inégalée (puisqu’on s’arrange pour conserver le coeur de l’arbre), l’intérêt économique est qu’on valorise des chênes dont le diamètre ne permet pas une utilisation en menuiserie ou en charpente traditionnelle (et qui donc est voué à finir en bois de chauffage). De plus il a une bonne connaissance de sa forêt et se fournit dans les environs autour d’une coupe ’raisonnée’.

      Enfin ce que j’ai compris de sa démarche c’est qu’on va à l’opposé de ce que fait un entrepreneur type, enchainant les chantiers à ouvrir/ chantiers à finir pour lesquels les distances parcourues sont épuisantes. La course permanente occasionnant toujours plus de dépenses et nécessitant donc de faire rentrer plus d’argent. Il se contente de 4 chantiers dans l’année, taille le bois en hiver et pose en été (journée plus longues).
      C’est une philosophie de travail globale On travail dans un silence relatif (bruit des haches), pour des amoureux de belles charpentes. Le rendu est assez incroyable (surtout en réno) ce qui permet de rendre quasi invisible une pièce nouvelle au milieu d’ancienne.

      Voir son site pour plus de détails sur ses réalisations. C’est une personne profondément humaine et intéressante. J’ai passé un mois avec lui et on a parlé de bien plus que de charpente. J’éspère ne pas avoir trahi l’esprit de son travail !

       
  • #1828415

    Je suis toujours fascinée par les vieilles charpentes et l’aura qui s’en dégage où l’on trouve d’ailleurs quantité d’orbes !
    Il existe encore des gens merveilleux qui reprennent la formation d’anciens métiers. J’ai récemment fait refaire des fauteuils et constaté que c’était une jeune femme qui avait participé à la rénovation...un art qu’elle avait appris avec passion lors d’apprentissages. Pur bonheur partagé !!
    Il semblerait que l’artisan laisse son empreinte et une certaine vibration sur les éléments de construction...finalement comparable à une œuvre d’art.

     

    Répondre à ce message

  • #1828444

    Je suis moi-même menuisier de formation, et j’ai fini enseignant dans cette discipline, tous les assemblages que l’on voit sur ces vidéos, je les ai enseignés à mes élèves et réalisés entièrement avec de l’outillage à main, c’est la meilleure manière d’apprendre la précision du geste et de la mesure.
    Cependant, il n’y a pas de débouchés pour de telles pratiques si ce n’est la possibilité sur chantier de faire quelques retouches ou adaptations nécessaires ; car le temps c’est de l’argent et le coût en main d’œuvre fera qu’on n’est pas compétitif, donc lors de l’établissement d’un devis on est sûr de perdre le marché.
    Avec une petite formation sur machine on peut faire un pseudo menuisier avec des personnes que l’on pourra payer à moindre coût, car sans formation réelle et donc sans possibilité de revendiquer un salaire adéquat, car ils seront remplaçables par n’importe qui, on pourrait penser à des migrants par exemple qui seront contents de prendre un poste pour 1200€ par mois en travaillant 12h00 par jour voir plus si le chantier doit être terminé, mon record a été de 27h00 de travail d’affilé, mais je ne compte pas les journées de 16h00 à 20h00 en entreprise, pas par plaisir ni cupidité, mais par crainte de perdre mon emploi si je refusais. Voilà pourquoi tout ce savoir se perd.
    Mais bon, avec le libre entrepreneuriat et un retour au salaire du moyen âge, un bol de soupe et une livre de pain par jour, qui sait on pourrait revoir un jour le retour des métiers manuels, après tout il faut bien des sans-dents pour que nos élites arborent les leurs éclatantes, en première page des magazines people et à la télé.

     

    Répondre à ce message

  • #1828510
    Le 28 octobre à 03:35 par Gloire à l’armée du Rhin
    Charpentier à l’ancienne, ou le retour en force de la tradition

    Le chant de l’armée du Rhin (je ne dirais plus jamais la m* après la vidéo de Marion Sigaut sur les massacres de septembre) chanté par le public à 7:30 et 13:00.

    Tout les publics ne se valent pas.

     

    Répondre à ce message

  • #1828524

    Magnifique, mais en France ce jeune homme ne tiendra pas 15 ans comme cela, traumatismes physiques, risques de blessures, stress, difficultés du marché, comportement des clients, ponctions du fissc... tout cela aura raison de sa bonne volonté et de son moral.
    Parole d’artisan.

     

    Répondre à ce message

  • #1828680

    Au passage, belle quenelle épaulée du jeune artisan à 1’14’’ mn, glissée en finesse !!!!

     

    Répondre à ce message

  • #1828686

    Hautement respectable travail et demarche.Etonnant d’ailleurs de voir ce maigrichon abattre un tel travail il a le cœur solide.Ce qu’il dit sur les outils qu’il utilise est interessant également.Neanmoins je pense qu’il devrait faire ce qu’il fait occasionnellement,tous les charpentiers devraient l’avoir fait une fois,sur le long terme ce sera difficile pour lui de tenir.Par ailleurs il a appris beaucoup de choses dans son cap et par lui meme par contre on a du mal a comprendre qu’il n’utilise pas des chaussures de sécurité avec coque en acier pour trancher a quelques cm de ses pieds.

     

    Répondre à ce message

  • #1829726

    C’est excellent, je n’ai rien d’autre à dire :-)

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents