Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

De la crédibilité du journalisme officiel : Dieudonné face à François Bugingo (2007)

Il y a quelques jours, le site d’information canadien LaPresse.ca révélait que le journaliste François Bugingo avait inventé de toutes pièces plusieurs de ses reportages internationaux. Dans un numéro de l’émission Le 3950 diffusé en 2007 sur TV5, l’humoriste Dieudonné avait rencontré François Bugingo et débattu avec lui, ainsi que Richard Martineau, Cathy Gauthier, Sophie Durocher, Luck Mervil et Marc Raboy, de la crédibilité du journalisme et de l’émergence d’une nouvelle information sur Internet. Extraits et analyse par avoscerveaux.com.

 

Voir aussi, sur E&R :

Un journalisme de qualité et très peu médiatisé,
à découvrir chez Kontre Kulture :

Soutenir l’information indépendante sur Internet :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Martineau, ça rime avec "gros blaireau", surtout à 10’30".
    Ce qu’il dit est lamentable au niveau du fond, et avec son phrasé/accent québécois, au secours !!!! (ferme là à tout jamais, physiquement)

     

    • C’est bien lui qui s’est invité chez feu Jacques Verges (paix à son âme) ?


    • La plupart des convives n’a même pas besoin de Dieudo pour être ri-di-cule.

      Mention spéciale pour l’ânerie numéro un, bien démontée par A. Soral au passage, la sottise dînatoire qu’on entend souvent dans la bouche des femmes quand le débat risque de devenir intéressant "(nin mais ch’pinse que) on devrait chaque matin se réjouir de vivre dans ce pays-lô (...) je lis 4 journeaux / jour (pfrt, et minteuse avec çô) les gens s’expriment" nan mais ferme-là en vérité et pour les siècles des siècles, AMEN !:D

      Dieudo fait des efforts énormes pour leur dire leur fait le plus poliment possible, mais ça a du être un repas assez pénible.


  • Belle initiative, toutefois un peu faible.
    Sur Er on trouve des articles bien plus complets et explicites sur la socio-engénierie impériale qui sait donner pour servir ses buts par exemple, illustration parlante, aux femens des cartes de presse AP.


  • La "question" qui tue ; Est-ce qu’un Michael Moore serait possible en Iran ?


  • Étant Québécois, je vous avoue avoir un peu honte de mes CONcitoyens.
    C’est fascinant de voir Dieudonné interroger François Bugingo, j’avais vraiment l’impression que Bugingo avait envie de se cacher sous la table....on c’est maintenant pourquoi.


  • Martineau, juste insupportable , faut voir comment l’a traité feu maitre vergés , exactement comme il le mérite et même moins. Les journalistes et la population de moutons ici à Montréal jouent les surpris et les choquées alors qu’ils savent bien que Bugingo est représentatif de leur ignominie .

    Je ne perd même plus mon temps à débattre avec les gens que je croise , sayer je suis blasé j’attends juste que tout s’écroule les gens se font b..... et en redemandent , à quoi bon brûler mes nerfs et mon énergie pour des masochistes , sodomites .

     

  • Une belle brochette de pervers narcissiques ! Classique. Le plus difficile face à tant d’arguties, de mauvaise foi et de mesquinerie, c’est indéniablement de garder son sang-froid, de rester calme sous la pression malgré le harcèlement en bande et les piques sournoises qui pleuvent. Un exercice de maîtrise de soi duquel Dieudonné se sort plutôt pas mal pour l’époque : beaucoup de tact en conservant le sourire intérieur, n’oubliant pas qu’il a en face de lui des spécimen humains frappés d’aliénation dans une hallucination narrative consensuelle.
    Je me marre mais ce doc m’ a fait penser au film "Coherence" ! héhé !
    Trailer "Coherence" : https://youtu.be/kxAOewNzz-8


  • 2007 : Je suis journaliste, je suis imputable.
    2015 : Je suis journaliste, je suis une pute.
    Comme quoi internet a bien révolutionné l’information dans le bons sens.
    À bon entendeur salut.

     

    • Martineau !!

      Bravo pour lui 99 pourcent des journalistes sont honnêtes oui et la marmotte elle emballe le chocolat
      personnellement je pense qu’il s’est trompé il faut juste remplacer honnête par malhonnête
      et encore je me demande ou il va chercher ce 1 pourcent qui n’ont pas peur de se faire virer au moindre pas de travers.
      Peut être qu’ils sont tous chez E R T V ou qu’ils ont un autre boulot pour assurer à côté mais quand on bosse dans des journaux qui vivent de la pub et qui appartiennent à des banques ou des industriels et largement subventionnés par l’état la sélection est vite faite, on a vite la crème de la crème qui remonte.
      On sait qui va les imputer et dans quel sens


  • « Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. » Jonathan Swift.

     

  • Le journalisme a toujours été un outil de propagande : point barre ! Par conséquent, les journalistes sont les manoeuvriers de la propagande. Comme le dit Dieudonné, un journaliste qui veut faire carrière est un journaliste qui ne sort pas des clous. Il met en exergue l’info qu’on lui dit de mettre en exergue. Pour s’en convaincre, il suffit de constater qu’avant des élections présidentielles, ce sont toujours les mêmes thèmes qui sont mis en avant : immigration et insécurité. Pour faire voter une loi sur le renseignement, on va mettre en avant les réseaux terroristes, fabriquer des mises en échec de tentatives d’attentat, révéler des affaires de pédophilie à l’école ou de pédopornographie alors qu’en temps normal c’est motus et bouche cousue...Le journalisme de propagande c’est celui qui fait dire à une chroniqueuse médiocre au 20 h de France 2 qu’il faut traquer tout ceux qui ne sont pas "Charlie"...Voilà ce qu’est le journalisme. Précisons encore qu’il est tellement facile d’avoir la carte de presse que celle-ci en perd toute sa valeur et n’est gage ni de compétence ni d’éthique. Un diplôme de médecine c’est tout autre chose...quand même !


  • marrant de voir qu’en fin de compte 1 des plus objectif sur la crédibilité des journalistes c’est ce François Bugingo et que les plus acharnés à défendre la propagande d’état sont ceux qui sont convaincu, comme un dogme religieux, que tout ce qui sort de la bouche d’un journaliste avec sa ptite carte est parole d’évangile...

    tout compte fait les plus dangereux ne sont pas les faiseurs de fausses infos qui ne font que profiter de la connerie des gens mais ceux qui les défendent bec et ongles ainsi que leurs doctrines... éblouis par les diplômes et les paillettes et le compte en banque ! bééééhhh les moutons prêts à se sacrifier pour protéger les Bugingo...

    Comme disait Coluche, les gens ne veulent pas voir la vérité sinon ils ouvriraient leurs fenêtres plutôt que leur tv... La majorité des humains veulent qu’on leur mente et ses gens se battront bec et ongle pour qu’on les laisse vivre dans les mensonges bien rassurants et simplets car la vérité ils n’en veulent pas... ils créeront même les Bugingo et quand un tombe ils le remplacent illico par son sosie


  • Assez rigolo.......regardez ,aussi, l’entrevue de Richard Martineau avec Jacques Vergès pour un meilleur aperçu de la profondeur intellectuelle de ce journaliste de second ordre.

     

    • ’’journalisme de second ordre’’ est un pléonasme. En effet, ’’l’activité’’ de journalisme en cache toujours une autre. C’est d’ailleurs dans cette ’’profession’’ que sont recruté la plupart des espions. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que cette ’’profession’’ est très souvent associée à la prostitution. Pour exercer dignement cette activité, faudrait-il avant tout aimer la recherche de la vérité et là les cas sont rares pour ne pas dire héroïques.


  • D’où venait les textes filtrés de Bugingo ?
    Comme est-il devenu analyste des politiques internationales pour TVA aux Québec en stage télécommander pour une carrière en France ?

    Les millieux panafricanistes ont crû que Bugingo était une filliale des réseaux de la France-Afrique, servaient d’ambassadeur médiatique, PR, Comm pour certains régimes et déformaient les histoires (Congo, Rwanda, Cote D’Ivoire) légitimant les interventions françaises en Afrique, très pro-USA, très anti Parti Républicain, bourré de préjugés.

    Une Sorte de BHL pour les Africains, jamais contredit, jamais contre-interogé... car joue sur des terrains que les auditeurs sont étrangers.

    L’analyse de la Presse ne permet pas de comprendre qui étaient les clients de Bugingo.

    Surprenant que quelqu’un l’a coulé. pourquoi ? surement que c’est car monsieur Bugingo avait un gros ÉGO qui l’a motivé a pas se faire d’amis dans la communauté journalistique du Québec ?


  • Qu’a fait Bugingo pour mériter un tel sort ?
    Va t’il nous le révéler ...

    On se demande pourquoi La Presse quotidien phare montréalais de l’Empire médiatique Power Corporation appartenant au groupe Paul Desmarais milliardaire franco canadien, (proche des Bush, parrain de Sarkozy) a décidé de liquider le petit Bugingo qui semblait bien le servir jusqu’alors ?

     

    • Vous avez raison. Ce Bugingo est le Kerviel des médias. On ne me fera pas croire qu’un journaliste qui dit être allé dans des pays dangereux n’était pas connu des services de sécurité de l’Etat canadien. Lorsqu’il disait être allé ici, les services secrets savaient que c’était faux ; lorsqu’il disait être allé là, ils savaient encore que c’était faux. Alors pourquoi l’avoir laissé raconter tout et n’importe quoi pendant 10 ans ? La réponse, on la connait tous.


  • Bugingo le dit lui-même : c’est la parution d’un éditorial qui fait événement et non l’évévement qui est traité dans l’article en question. D’autre part, quand il se déplace à l’étranger pour couvrir une révolution colorée quelconque et qu’il est ou pris dans sa chambre d’hôtel, ou transporté par les autorités du pays pour faire un petit tour touristico-politique bien arrangé, il ne peut qu’inventer des reportages.


  • Une bombe atomique, cette vidéo...


Afficher les commentaires suivants