Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Des pédopsychiatres s’inquiètent de la diffusion du film Tomboy dans les écoles

Est-ce faire œuvre éducative que de diffuser Tomboy aux enfants d’école primaire ? Les commissions du ministère de l’Éducation nationale l’ont estimé ; mais leur point de vue est critiquable. Il omet qu’un questionnement, aussi vivifiant soit-il pour la réflexion des adultes, n’est pas applicable aux enfants et adolescents. L’enfant n’est pas un adulte en miniature, et il s’impose de tenir compte des besoins propres à son développement psychologique et affectif.

[...] Le film est moins orienté vers une compréhension psychologique que vers une thèse dont la cinéaste n’a pas caché l’intention : la société actuelle, intolérante à la diversité des inclinations dites « de genre », les réprime. C’est donc une thèse idéologique qui est déployée, qu’une société adulte peut entendre et discuter.

Mais sa présentation auprès d’enfants est critiquable. Pour eux, être garçon ou fille, c’est une constitution corporelle, incontournable donne de départ, qu’il s’agit d’agencer avec cette autre, tout aussi fondatrice : les attentes de ses parents qu’il soit leur fils / leur fille. S’approprier son corps sexué en l’intégrant au devenir filiatif, tel est l’horizon d’un développement affectif, à cet âge captivé par l’envie de combler au mieux les parents.

La rêverie est certes banale chez l’enfant, de s’imaginer être de l’autre sexe, ou bien d’être d’une autre famille ; mais c’est sur la base d’une réalité qu’il sait intangible au départ, réalité de son corps comme celle des parents dont il est issu, avec laquelle il lui faut en définitive se construire. La rêverie est alors le gage d’une liberté que la vie imaginaire lui procure, s’évadant de la réalité, qui lui demeure un socle. À cet égard, les images du film Tomboy embarrassent la méditation enfantine, au risque de la piéger. Elles invalident la rêverie en imposant une thèse : l’évasion imaginaire vaudrait “pour de vrai” comme disent les enfants, elle serait une vérité brimée de Laure, un destin dont elle serait dépossédée, sans plus de référence ni à son corps propre (dont la sexuation intervient néanmoins dans le film, mais de manière brutale) ni à ses parents (la réaction sèche de la mère dépeignant des adultes intolérants). Des enfants et jeunes adolescents devraient être protégés d’une telle approche idéologique.

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

 

Pour découvrir et rejoindre l’action des Journées de retrait de l’école :
- jre2014.fr
- facebook.com/jre2014

Rebondir sur le sujet avec Kontre Kulture :

 

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Dommage qu’on ne les ait pas entendus avant. Il un peu tard pour avoir des craintes. Mais peu importe, leurs cabinets de consultation seront bientôt plein d’enfants détruits, ça fera marcher le petit commerce, un peu comme un garagiste qui jette des clous sur la route pour avoir des pneus a réparer. Ils sont inouïs tous ces débiles profonds.


  • Tomboy est simplement un film pour adultes.

     

  • Peut-être que les cabinets de consultation seront remplis d’enfants mais ils seront sûrement remplis d’instits, les uns pour troubles psychiques, les autres pour troubles physiques...c’est à prévoir.


  • a propos de pédopsychiatres, j’ai entendu marcel rufo dire que "la majorité des enfants abusés vont bien"

    émission "allo rufo" du 3 décembre 2012 sur france 5.

     

  • Les adultes n’aiment pas que l’on s’occupe de leur vie privée, encore moins que l’on s’occupe de leur vie sexuelle, pourquoi acceptent-t-ils que l’on pose des questions indiscrètes, auxquelles ils doivent obligatoirement répondre, à leurs propres enfants ?



  • L’enfant n’est pas un adulte en miniature



    C’est vrai et tellement évident ! Mais pour les satanistes qui dominent le monde aujourd’hui l’enfant est bien un adulte en miniature ! Il est même souvent dépeint au cinéma et dans le séries télévisés comme plus mâture, sage, raisonnable et émotionnellement stable que ces propres parents !


  • Nous on nous passait La Guerre Des Boutons.
    Celui en noir et blanc.

     

    • à moi on me passait des images fixes de Totolitoto ou d’ Epamimondas , et c’était bien !!! ((la guerre des boutons c’est bien aussi d’ailleurs )) cela n’a pas fait de moi ni un trans ni un homos et mes amies d’enfance ne se font pas des piquouses de testostérone pour avoir la moustache (sic !)nous somme tous devenus des gens NORMAUX


  • C’est Fourest en plus jeune sur la photo ? Y a comme un p’tit air de famille ! (lol)


  • Voilà un tweet du sénateur Jean-Pierre Michel à ce propos :

    "Tomboy est un chef-d’œuvre, magnifiquement subversif, de plus celui-ci permet de mettre un peu de plomb dans la tête des réactionnaires" (recopié en corrigeant l’orthographe...)

    Ben voilà, cela a au moins le mérite d’être clair... !

     

  • L’Education Nationale n’a pas à s’immiscer dans l’identité sexuelle de ses élèves, à la limite qu’elle soit appréhendée dans le domaine familial. Je vois cette ingérence comme une manière de faire entrer la pornographie dans les plus petites écoles. Le rôle de l’EN est de cultiver et d’éveiller le sens critique chez les enfants, qu’elle commence déjà par cela.
    Ces nouvelles manies de créer du chaos social de manière artificielle ne servent au final que la survie du système dont la jambe droite (l’UMP) par "opposition" au PS, pourrait proposer de calmer le jeu de son complice socialiste et faire un pas de plus en avant, malgré un quinquennat désastreux.
    Ordo ab Chao, c’est la manipulation des masses et l’escalade du pire dans la complicité.


  • Je pense que le problème commence à être ancien même s’il commence à être de plus en plus évident avec cette dérive de plus en plus délirante avec l’idéologie du genre. J’ai 49 ans et je crois que nombreux sont ceux et celles de ma tranche d’âge qui sont traumatisés parce qu’elle est la première génération a avoir subi les délires libertaires de leurs aînés. Je pense que la rencontre brutale de ces jeunes des années 70/80 de culture helléno-chrétienne avec l’idéologie libérale-libertaire a engendré de nombreuses névroses. Dans mon cercle d’amis et de connaissances, je connais des personnes qui souffrent de troubles affectifs et sexuels parfois graves. Certes, la France contemporaine ne les a peut-être pas inventé mais elle les a accentué par le discours dominant. Difficile de se remettre d’un traumatisme quand on veut vous fait admettre que c’est notre "archaïsme" qui est en cause et non un légitime sentiment de dépossession de son amour propre et de ses repères...

    Je traîne aussi mes propres casserolles et encore je m’en sors très bien (vie affective stable), mais j’ai les pires craintes pour mes enfants lorsque je vois ce que le pouvoir veut faire d’eux, par la théorie du genre et l’hypersexualisation précoce (voir par exemple ici : http://mobile2.lematin.ch/articles/....

    Et "l’imposture du libertarisme" n’est pas encore écrite, le sera-t-elle un jour ?


  • Mais non,
    Tomboy n’existe pas, ce film n’a jamais existé .... je vous dit


  • Le film a été diffusé sur ARTE si je ne me trompe, il y a une seamine environ ... le comité de surveillance de la chaine, dirigé par BHL, aura laissé passer ...


  • A force de troubler les gosses avec ces histoires de confusion des genres, je suis persuadée que quantité de jeunes collégiennes vont confondre élans amicaux et sentiments amoureux. C’est l’âge des amitiés exclusives entre jeunes filles, des confidences qu’elles partagent dans une relative proximité physique jusque là sans équivoque.
    Qu’adviendra t’il de ces sains échanges s’ils se chargent de malentendus, voire de sous-entendus ?


  • Je suis enseignante et ayant enseigné aux trois niveaux ( collège, lycée et université ) j’ai pu constater le niveau médiocre des élèves, donc je me dis que leur apprendre à lire et à écrire est ce qu’il faut faire en priorité.
    En tant que mère, je désapprouve le fait de passer des films de ce genre y compris au lycée justement pour éviter d’influencer des adolescents qui tâtonnent vis-à-vis la sexualité. Des personnes de ma famille sont médecins, et l’une m’a expliqué que beaucoup de personnes deviennent homosexuelles par influence.

     

  • http://www.jre2014.fr/2014/02/20/un...

    J’ai regardé cette vidéo et je me suis dit, le peuple allemand a -t-il été tellement traumatisé qu’on puisse lui imposer ces horreurs ?!! Qui cherche à humilier le peuple allemand ?


  • Ce cas est typique d’une caractéristique de la perversion, qui est le rapport au fantasme.

    Une personnalité saine pourra avoir des fantasmes transgressifs, mais aura conscience de leur transgression, en ressentira de la culpabilité et ne cherchera jamais à les réaliser. Par contre, en rêver lui apportera un soulagement temporaire de ses tensions psychologiques. Mais il fera constamment la distinction entre le monde du rêve et la réalité.

    Un pervers aura les mêmes fantasmes mais cherchera à les réaliser. Il n’éprouvera aucune culpabilité, les justifiera même par un raisonnement construit. Le fait de les imaginer ne lui suffira pas, il les réalisera coûte que coûte . Les mondes du rêve et de la réalité sont chez lui fusionnés. Il sera également d’une férocité extrême vis à vis de ceux qui tenteront de l’empêcher de vivre ses fantasmes.

    Maintenant, dans le cas de l’enfance, l’immaturité de développement fera que la frontière entre rêve et réalité ne sera pas parfaitement définie. Un enfant pourra rêver d’être d’un autre sexe. Il pourra réaliser ce rêve pendant un jeu de déguisement mais devra, grâce aux adultes, être conscient qu’il n’endosse une autre identité avec son déguisement que le temps du jeu. Le jeu terminé et le déguisement retiré, il reprendra sa vraie identité.

    Les adultes doivent donc permettre à l’enfant d’établir une limite nette entre rêve et réalité. Et c’est là que la théorie du genre révèle toute son horreur. En effet, elle explique à l’enfant qu’il peut choisir son sexe. Un fantasme de trans sexualisme sera présente comme un désir légitime devant être réalisé . Cette théorie tendra à gommer totalement la frontière encore floue chez l’enfant entre rêve et réalité. C’est en quoi cette théorie est non seulement perverse mais aussi pervertissante.

    Et ce film "Tomboy" en est une illustration.


  • L’éducation Nazionale avec le soutien du pouvoir socialo-maçonno-siono-sataniste prépare le pays a une vaste partouze géante, ou on ne sera plus qui est qui ??? qui fait quoi ???. Le chaos,le désordre,le chomage,la misère,la dégénérescence totale de l ’humain, voila en perspective la politique du changement (c’est maintenant) de ce gouvernement de psychopathes irresponsables..............Flamby. Tautau, Manu, Peillon, Belkacem Etc...Etc...la plus belle et fine brochette d’incompétents et de pitres mensongers qui ait fait main basse sur notre beau Pays.............qu’ils sont d’ailleurs en train de ruiner dans tous les sens du terme !!!.........


Afficher les commentaires suivants