Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Fake news – Alain de Benoist : "Les grands médias ont toujours relayé les mensonges d’État"

Volonté de « judiciariser » la lutte contre les Fake news, élections en Corse, la situation catalane où encore les déclarations récurrentes du Pape François en faveur de l’immigration, Alain de Benoist fait le point sur l’actualité.

 

Breizh-info.com : Que vous inspirent les déclarations d’Emmanuel Macron sur le projet de loi contre les « fake news » ?

Alain de Benoist : On pense évidemment à Orwell, mais on ne peut pas se borner à dénoncer les menaces supplémentaires que va faire peser sur la liberté d’expression la mise en œuvre de ce nouveau dispositif de censure. Il faut aussi s’interroger sur la notion même de fake news – de « fausse nouvelle » si l’on préfère la langue française au sabir américain. Or, Macron se révèle ici d’une étonnante naïveté, à moins qu’il ne s’agisse seulement de mauvaise foi.

Il semble en effet s’imaginer que les « nouvelles » sont soit vraies, soit fausses. On aimerait que ce soit si simple ! En matière d’information, la vérité est qu’il n’y a pas de vérité (absolue). L’information objective n’existe pas : elle est toujours le reflet de la subjectivité de qui la fournit. Il y a seulement des journalistes qui s’efforcent d’être honnêtes, et d’autres qui ne le sont pas. À côté de la « fausse nouvelle » manifeste, relevant d’une véritable désinformation, une nouvelle peut être faussée, tronquée, biaisée. La place qu’on lui donne, la façon dont on rapporte les faits, les titres employés jouent également.
Un exemple simple : quand la presse fait l’éloge de l’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens, qui vient de mourir, en rappelant les noms des écrivains qu’il a lancés et soutenus, sans jamais citer celui de Renaud Camus, qui est l’auteur dont il a publié le plus grand nombre de livres, peut-on dire que l’information est objective ? Il y a des mensonges par omission.

N’oublions pas non plus que les grands médias, qui se flattent aujourd’hui de « décoder » les fake news chez les autres, ont toujours été les premiers à relayer les mensonges d’État, des « armes de destruction massives » de Saddam Hussein jusqu’au prétendu « charnier » de Timisoara. Et que dire des délires antirusses qui feront bientôt attribuer à Poutine la responsabilité des dérèglements climatiques ?

Dans une société normale, c’est au lecteur de se faire une opinion en lisant des choses contradictoires. On ne peut pas lui mâcher par avance la besogne en lui disant ce qui est digne de confiance (selon quels critères ?) et ce qui ne l’est pas. Ou bien alors, comme dans 1984, il faut tout de suite instituer un ministère de la Vérité – ce dont nous ne sommes d’ailleurs pas très loin. À l’heure où tant de nos contemporains s’emploient à ne pas voir ce qu’ils voient, on pourrait aussi s’interroger sur le statut du réel dans la société postmoderne. « Dans le monde réellement renversé, disait Guy Debord, le vrai est un moment du faux ».

 

Comment la presse alternative devra-t-elle s’organiser selon vous demain, entre censure des réseaux sociaux et ce type de projets de loi ?

Je lui fais confiance. Même dans les pires dictatures, on trouve toujours des moyens de contourner les obstacles. C’est la vieille histoire des fabricants de coffres-forts et des cambrioleurs : les systèmes de protection s’améliorent toujours plus, mais les techniques des perceurs de coffres s’améliorent aussi. Peut-être faudrait-il seulement que la « presse alternative » envisage de se renouveler un peu, pour ne pas se réduire à des commentaires, toujours les mêmes, sur des sujets qui sont toujours les mêmes aussi. Les choses les plus justes, quand elles sont mille fois répétées, finissent par ennuyer.

Sur Internet et les réseaux sociaux, j’ai toujours été personnellement réservé. Ceux qui ont cru que la Toile allait offrir une « liberté totale » à l’« information alternative » ont à mon avis été trop optimistes. Les libertés incontestables offertes par Internet vont être de plus en plus encadrées, c’est-à-dire limitées. On s’apercevra alors qu’Internet est aussi le plus extraordinaire moyen que l’on ait jamais inventé pour surveiller, contrôler et fliquer.

[...]

Le pape François n’a de cesse d’appeler les populations européennes à accueillir les migrants. N’est-ce pas finalement un message criminel vis-à-vis des populations européennes ?

Les déclarations du pape François ne sont un problème que pour les chrétiens qui ne les approuvent pas. Ceux qui ne sont pas chrétiens y verront la confirmation qu’il ne faut pas compter, pour défendre son identité, sur une religion qui, face aux menaces, ne sait parler que d’amour, de repentance et de pardon.

Le pape est dans son rôle quand il appelle à faire preuve d’esprit de charité devant la détresse et la souffrance humaines. Le problème est qu’il confond la morale publique et la morale privée. Pour le reste, il ne fait que prendre plus au sérieux que certains de ses prédécesseurs la vocation universaliste qui est inhérente à la religion dont il se réclame. Saint Paul le disait déjà : le peuple de Dieu ne se confond avec aucun peuple particulier. Tous les hommes sont frères, puisque tous fils du même Père. L’idée même de Dieu unique implique la notion d’humanité. Les autres distinctions, de peuples, de langues, de cultures, ne viennent qu’après – d’autant que le christianisme est aujourd’hui en train de devenir une religion du Tiers-monde.

C’est évidemment ennuyeux pour ceux qui veulent faire des « racines chrétiennes » un repère identitaire, mais c’est ainsi.

Lire l’article entier sur breizh-info.com

Sur la désinformation massive des médias dominants,
lire sur Kontre Kulture

 

Alain de Benoist, sur E&R :

 






Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Les grands merdias, tous sionistes sans exception, ne font que mentir et n’annoncer que des "fake news" . Ce que Freluquet 1er appelle des "fake News", ce sont tout simplement les rares informations véridiques rapportées par des médias "marginaux" .

     

    Répondre à ce message

  • La "liberté d’expression", au fond actuellement, c’est quoi ?

    C’est le fameux "dérapage". Ce qui n’est pas dérapage n’a aucun intérêt. D’ailleurs, le système ne parle que des dérapages, le reste n’intéresse personne.

    Galilée a dérapé, Voltaire a dérapé, Rousseau a dérapé, et au moment de la révolution, la France a totalement dérapé.

    Dérapons, dérapons encore, dérapons toujours... et la France est sauvée !

     

    Répondre à ce message

  • Les grands médias ont toujours relayé les mensonges d’État

    Cette partie du titre ne reflète pas exactement ce qu’à dit De Benoist, c’est-à-dire "ils ont toujours été les premiers à relayer". Autrement dit, parmi tous les médias, ce sont eux, les grands medias qui jouent aujourd’hui au Decodeur, qui ont été les plus empressés, et donc les plus coupables, de diffuser des fake news. Il faut dire que les autres medias ont l’habitude de suivre les "grands medias de référence".

    La nuance ne me parait pas anodine, car je je ne crois pas que l’on puisse affirmer qu’ils auraient toujours tout relayé. Il est surement arrivé qu’ils n’aient pas envie de relayer, et dans ce cas, nous n’en avons rien su, forcément. Il est aussi arrivé que, à l’encontre de la volonté du gouvernement français, ils relayent des mensonges qui étaient ceux de l’État US (période Bush).
    Conclusion : puisqu’ils ne sont pas des relais obéissants, ce sont eux qui détiennent le pouvoir que confère l’usage des fake news. Et je soupçonne Macron, avec son inquiétant projet de loi, de vouloir récupérer ce pouvoir.

     

    Répondre à ce message

    • Je crains que vous ne soyez en retard.

       
    • @ pleinouest35
      Je ne considère pas que mon hypothèse soit certaine. Mais je suis convaincu que sa probabilité est sous-estimée.
      Nous verrons bien. Avec un peu de chance les évènements futurs permettront de dire si elle était exacte, ou fausse.
      Bref, soit je suis dans l’erreur, soit je suis comme un precog, en avance. Donc je serais curieux de savoir comment, selon vous, je pourrais être en "retard".

       
    • En réponse à JP :

      "Et je soupçonne Macron, avec son inquiétant projet de loi, de vouloir récupérer ce pouvoir".

      Il l’ont déjà me semble-t-il, ils ne veulent pas qu’il leur échappe.

       
    • @ pleinouest35
      Si j’ai bien compris votre point de vue, vous considérez que Macron ou les oligarques des médias, c’est kif-kif-bourricot. C’est un tout, unique, que vous désignez en écrivant "ils".
      C’est là que nous divergeons. Il est indéniable que Macron et les médias étaient cul-et-chemise avant l’élection. Mais celle-ci est passée. Les promesses de Macron aux oligarques ne sont pas forcément toutes respectées. Par exemple, la politique étrangère de Macron au Moyen-Orient satisfait-elle Mr. Drahi ? Ce n’est pas évident.
      Bref, selon moi, Macron et les oligarques, ce n’est pas la même chose. Actuellement, les oligarques impriment les news qu’ils veulent, et Macron subit. Et cette situation pourrait expliquer, au moins partiellement, l’apparition de ce projet de loi.

       
    • JP
      Pardonnez-moi, je me suis mal exprimé (et avec des fautes d’orthographe).
      Ce que je pense, c’est que finalement Macron n’est qu’une marionnette.
      Que donc c’est joué d’avance plus qu’improvisé.

       
  • En effet, gardons-nous d’être trop optimiste, mais je remarque une chose : censurer les "fake news" m’apparaît assez compliqué ; déjà, il faudrait lister les informations sur lesquelles la dissidence aurait menti, ensuite, rien que pour E&R, je fais une liste de quelques sites d’où proviennent les nouvelles qui sont publiées sur ce site : breizh-info.com, france3-regions., francetvinfo.fr, france24.com, letemps.ch, lefigaro.fr, ouest-france.fr, lexpress.fr, franceinter.fr. etc.

    E&R produit du contenu, certes, mais la majorité des informations que ce site transmet sont en fait des hyper-liens vers des articles de sites d’information officielle.

    Et même s’ils empêchent les gens de faire circuler les informations issues des médias du système (ce qui serait comme se tirer une balle dans le pied, en effet, tous les journaux détestent se faire gratuitement de la publicité, c’est bien connu) qu’est-ce qui empêchera de traduire des news issues sites d’information officiels étrangers (en dehors de Sputnink ou de RT ; on peut aussi publier des info de CNN, Fox News, BBC, etc., regardez le travail de traduction du site les-crises.fr, par exemple).

    Je pense qu’ils vont réussir à faire fermer un ou deux sites, qu’ils vont coller une ou deux amendes à e&r pour un ou deux détails et crier ainsi victoire pendant des jours sur toutes les chaînes subventionnées, mais que dans l’ensemble, ça va être un gros coup d’épée dans l’eau qui n’aura eu comme avantage que de parler de ça plutôt que parler du chômage ou de l’insécurité ; comme ce fut le cas avec l’affaire Valls-Dieudo en 2014 où on a eu droit à une véritable comédie qui a duré des mois et à la fin : Dieudo n’a pas été (encore) en prison et continue encore de faire ses spectacles.

    Ceci dit, ce serait plutôt pour RT France que je me méfierai. Cette chaîne vient chasser sur les terres de beaucoup de gros prédateurs télévisuels et en France, notre bourgeoisie déteste la concurrence.

     

    Répondre à ce message

  • No news, bad news.
    Que faire à des merdias et une engeance politique corrompue ? le président, de mausaise foi ? c’est plus une nouvelle c’est un signe distinctif.

     

    Répondre à ce message

  • Liberté d’information ,Internet ,...
    et les migrations et le Christianisme .

    Sur le premier sujet ,accord total avec A de Benoist .
    Sur le second sujet ,désaccord total .
    Trouver que le pape est dans son rôle de mission
    universelle c’est confondre non seulement
    "morale publique et morale privée",c’est aussi
    confondre la mondialisation de Wall Street,avec
    la solidarité chrétienne entre les peuples .
    Jésus a chassé les marchands du temple ,ce qui lui a
    sa condamnation à mort par le Sanhédrin .
    Le pape Bergoglio ,sous les applaudissements des
    médias se fait le défenseur des migrations, c’est
    à dire des drames engendrés par les marchands
    du temple .A de Benoist confond le Christianisme
    des pharisiens qui pullulent de plus en plus chez nos
    élites,avec le christianisme des peuples qui est celui
    de Jésus. Alain de Benoist nous taquine ?
    Eh bien ,réagissons .Chrétiens Réagissez !
    C’est peut-être ce que souhaite A de Benoist .
    Le peuple contre les élites,un sujet fondamental .

     

    Répondre à ce message

    • En effet, j’ai tiqué aussi là-dessus. J’ose espérer qu’il n’a pas approfondi ce sujet ni sa réflexion à ce titre pour dire un truc pareil. On est au-delà du léger. Mais c’est un vaste sujet, qui amènerait à aborder le thème de la chrétienté sous pression extérieure mais surtout, pire encore, attaquée en son sein et en son siège même. Je crois pour ma part qu’il s’est passé quelque chose d’énorme avec et depuis la « démission » de Benoît XVI.

       
    • @Eric

      Alain De Benoist a toujours été un athée néo-païen plus ou moins anti-chrétien, j’aurai tendance à dire qu’il pense parfaitement ce qu’il sur le sujet.

       
  • #1876563

    "Les déclarations du pape François ne sont un problème que pour les chrétiens qui ne les approuvent pas. Ceux qui ne sont pas chrétiens y verront la confirmation qu’il ne faut pas compter, pour défendre son identité, sur une religion qui, face aux menaces, ne sait parler que d’amour, de repentance et de pardon."

    Le problème ne vient pas du fait que l’on désapprouve ou pas ; il vient du fait que cela ne correspond en rien à l’enseignement catholique traditionnel, et que de surcroît cela ne représente qu’une opinion personnelle, mais en rien un enseignement doctrinal. Si d’aventure cela était le cas, il serait nul et non avenu en ce qu’il contredirait le Magistère traditionnel.

    Après, si l’enseignement catholique ne se résumait qu’à la repentance, la paix et l’amour, que l’on m’explique comment des peuples entiers s’y serait rallié, ensuite comment une telle "religion" aurait-elle pu produire cathédrales et abbayes, les Croisades, les Missions...
    Une philosophie ne suffit pas à elle seule pour établir une religion ; ensuite c’est une vision totalement faussée, dévoyée et réductrice...
    Enfin si vous enlevez la religion de l’identité, que reste-t-il ? A peu-près rien...
    C’est sûr que vu sous cet angle là, c’est vraiment inciter les jeunes paumés à se convertir à l’Islam !

     

    Répondre à ce message

  • "fake news"

    ...y aura du boulot avec toutes les histoires abracadabrantes imaginées et empilées sur conflit de 39/45 et ses origines !!!!!!

     

    Répondre à ce message

  • #1876608

    Merci à ER de relayer cela, notamment l’analyse claire d’AdB sur l’oxymore "racines chrétiennes". Salutaire.

     

    Répondre à ce message

    • Tu n’as pas compris la phrase de De Benoît. Alain De Benoît ne dit pas du tout que « racine chrétienne » serait un oxymore. Il ne nie pas l’existence des racines chrétiennes de la France. il dit seulement que, comme le christianisme est une religion universelle, elle ne peut pas être un « repère identitaire ». Ce en quoi il a tort, puisque tous les peuples ne sont pas chrétiens et chaque peuple chrétien a sa manière particulière d’être chrétien.

       
  • #1876778

    « L’information objective n’existe pas : elle est toujours le reflet de la subjectivité de qui la fournit. »
    Avec tout le respect que je vous dois, M. De Benoist, une « fake news » sera toujours une « fake news », indépendamment de toute subjectivité. Votre subtilité tend à brouiller les cartes, et j’en donne un exemple, quand vous concluez : »Le pape est dans son rôle quand il appelle à faire preuve d’esprit de charité devant la détresse et la souffrance humaines. » Or la question est de savoir si sa défense des migrants est criminelle ou pas vis à vis des peuples européens. Vous répondez qu’il est dans son rôle, et par des raccourcis faciles, vous dénigrez le Christianisme et assenez la plus grande fausse information de la planète : les racines chrétiennes de l’Europe ne sont pas un repère identitaire !
    PS : la vraie nouvelle, c’est que ce Pape n’est qu’un usurpateur, comme ses prédécesseurs qui se sont arrogés faussement le titre de « chef » de l’Eglise. La Bonne Nouvelle, c’est que Jésus-Christ est le Chef de l’Eglise, et qu’Il aura le dernier mot.

     

    Répondre à ce message

    • #1876870

      Je ne serais pas allé jusque-là, mais bien vu ! Attention cependant : le sédévacantisme est un piège qui ne mène nulle part, il est pape point barre ; mais la méfiance vis à vis d’une institution occupée par l’Ennemi est de mise. Cependant nous avons le Magistère traditionnel pour nous guider, en attendant la fin de l’éclipse qui nous masque le vrai visage de l’Eglise. Et tous les faussaires seront jugés, Bergolio et ses complices ! Mais en attendant, aucune action humaine ne pourra changer le cours de ce qui est écrit !

       
Afficher les commentaires précédents