Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Commune de Paris (1871) partie III

"Les dossiers de l’Histoire" de Henri Guillemin

Le régime de Napoléon III s’écroule avec la guerre contre la Prusse voulue par Bismarck.

Deux jour après la capitulation du Second Empire à Sedan, le 2 septembre 1870, la république est proclamée.

Partie 3 : Il faut en finir :

(Demain, partie 4 : ’’Le 18 mars’’)

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #112780
    le 05/03/2012 par borowic
    La Commune de Paris (1871) partie III

    "La Dernière Classe," par Alphonse Daudet

    ...........Tout à coup l’horloge de l’église sonna midi, puis l’Angelus. Au même moment, les trompettes des Prussiens qui revenaient de l’exercice éclatèrent sous nos fenêtres... M. Hamel se leva, tout pâle, dans sa chaire. Jamais il ne m’avait paru si grand.

    « Mes amis, dit-il, mes amis, je... je... »

    Mais quelque chose l’étouffait. Il ne pouvait pas achever sa phrase.

    Alors il se tourna vers le tableau, prit un morceau de craie, et, en appuyant de toutes ses forces, il écrivit aussi gros qu’il put :

    « VIVE LA FRANCE ! »

    Puis il resta là, la tête appuyée au mur, et, sans parler, avec sa main il nous faisait signe :

    « C’est fini...allez-vous-en. »

     

  • #112905
    le 05/03/2012 par san real
    La Commune de Paris (1871) partie III

    tout cela est éloquent merci ER je ne connaissait pas tout cela ça en dit sur les politicien les élites et les généraux.


  • #113022
    le 05/03/2012 par babar2
    La Commune de Paris (1871) partie III

    Quel historien passionnant et passionné ! J’ai écouté avec avidité ses émissions sur Jeanne d’Arc et c’est fascinant. J’en ai appris plus sur la manipulation politique, le révisionnisme historique, la couardise et la duplicité des humains qu’en des années.
    Merci de me l’avoir fait découvrir.

     

    • #113410
      le 06/03/2012 par Bérenger
      La Commune de Paris (1871) partie III

      J’ai finis cette série d’entretien également, et l’amour pour Jeanne transpire de chacune des paroles de Guillemin. Pas pour un nationalisme forcené, ou par jeu politique, mais parce qu’il voit "sa petite Jeanne" comme un sacré bout de femme, avec ses qualités et ses défauts.

      J’ai compris également que l’église qu’on m’a appris à détester est une suite de saloperie non pas pour des raisons religieuses, mais bien à cause du pouvoir politique qui allait avec, attirant les salops, et corrompant les autres. Les résistants qui voulait appliquer cette religion étaient au contraire massacrés. C’est le lot de toutes organisations pyramidale il faut croire ... La théorie du niveau d’incompétence se marrie très bien avec celle de Soral de la saloperie minimum requise pour passer au niveau suivant, agissant en filtre.


  • #113058
    le 05/03/2012 par machiavel1983
    La Commune de Paris (1871) partie III

    J’ ai du mal à comprendre.

    1. Il y’ avait des tumultes sociaux et une grosse fracture sociale lié à une exploitation des classes inférieures par les classes bourgeoises ;
    2. Les classes dirigeantes Françaises ont choisi la tactique de la diversion en déclarant la guerre à la Prusse pour juguler les antagonisme de classe au nom de la solidarité nationale.
    3.Ce faisant les classes dirigeantes ont armé la canaille comme elle l’ appelait.
    4. Il y’ a des batailles perdues et tout d’ un coups les classes dirigeantes se rendent compte que leurs véritable ennemie n’ est pas la Prusse mais les classes inférieures qui sont armés et prêt à risquer leur vie pour la patrie.
    5.Les classes dirigeantes s’ allient à la Prusse pour réduire les petites gens.

    Ce que je ne comprend pas, c’ est le point 3.Quelle erreur !Comment ont ils pu commettre une telle maladresse ? Et ensuite, le point 4, pourquoi tout d’ un coups elle se rendent compte de cette faute ?Je n’ arrive plus à trouver de la cohérence dans tout ça, quelqu’ un pourrait-il m’ éclairer ?

     

    • #113116
      le 05/03/2012 par Antonin
      La Commune de Paris (1871) partie III

      3 Les classes dirigeantes ont armé la canaille car l’armé Prussienne fonçait droit vers Paris.

      4. Effectivement les classes dirigeante se sont rendu compte que c’était une erreurs. L’élite a donc tout simplement changé ses plans vu que la canaille se retournait contre elle. Elle avait désormais besoin de l’armée Prusse pour faire tenir tranquille les insurgé de Paris mécontent de la politique du gouvernement Provisoire et de ses manipulation (notamment sur les forces vive de l’armée française et sur les vivres encore très abondantes.)


    • #113281
      le 06/03/2012 par machiavel1983
      La Commune de Paris (1871) partie III

      Merci Antonin.
      Mais ce que je n’ arrive pas à saisir, c’ est pourquoi les classes dirigeantes françaises ont renoncé à vaincre la Prusse, car les petites gens se sont révoltés après les trahisons !

      Guillemein explique que pendant que le peuple parlait d’ union nationale ( ce que voulait les élites pour juguler les antagonismes de classes, elles ont donc réussi sur ce point ), les élites trahissaient et ce sont ces trahisons qui ont finit par exaspérer le peuple.

      J’ ai l’ impression que Guillemin nous explique que ce sont les défaites militaires qui ont conduit les élites françaises à reconsidérer leur stratégie et à faire alliance avec la Prusse, la question c’ est pourquoi ?Je ne sais pas si je me fait comprendre.


    • #113385
      le 06/03/2012 par Mwana Ya Lola
      La Commune de Paris (1871) partie III

      @Machiavel

      Les élites s’étaient rendus compte que la guerre qu’elles avaient déclenché contre la Prusse, elles ne pouvaient pas la gagner, la Prusse était trop forte. Ils s’étaient gourés. Entre-temps, le peuple qu’ils avaient chauffé à blanc et armée voulait continuer la guerre et considérer que les élites voulait trahir la Patrie. Enfin de compte, les Prussiens se sont arrêtés à la Porte de Saint-Ouen et ont regardé les Français s’entre-tuer.


    • #113468
      le 06/03/2012 par Antonin
      La Commune de Paris (1871) partie III

      @ Machiavel1983 :

      L’élite Parisienne a renoncer a battre la Prusse car l’emprisonnement de Napoléon III représentait pour eux une opportunité en or pour Rétablir la république et ainsi mieux préserver leurs privilèges. Rappel toi que juste avant de déclarer la guerre à la Prusse, Napoléon III avait lâché du lest en faveur des ouvriers notamment en autorisant les unions de travailleurs (ancêtre des syndicats) ce qui leurs permettait d’exiger des avantages comme par exemple la diminution du travail des enfants. Napoléon III ayant été fait prisonnier par les Prussiens à Sedan, l’élite a sauter sur l’occasion pour constituer un nouveau gouvernement Républicains plus apte a préserver leurs biens. Ainsi une Victoire contre la Prusse allait contre leurs intérêts car elle conduirait à la libération de Napoléon III et donc au retour de l’empire face à leurs nouvelle république. C’est pourquoi Adolphe Thiers le chef des républicains cherchait a tout prit la capitulation de la France le plus rapidement possible et pourquoi il a sans hésiter donner la Lorraine et L’Alsace au Prussiens en échange de l’armistice.


    • #113479
      le 06/03/2012 par Antonin
      La Commune de Paris (1871) partie III

      @ Mwana Ya Lola : Tu te trompes, la raison de la volte face des élites n’était pas la supériorité militaire Prussienne au contraire. L’armée Française était mieux équipée et plus importante en terme de soldats. Ce qui avait causer les premières défaites françaises face à la Prusse (notamment à Sedan avec la capture de l’empereur) c’était le manque d’organisation de l’armée française et la supériorité tactique (et non technique) de la Prusse. En hiver 1871 lorsque l’armée Prussienne était aux abords de Paris, Il aurait suffit d’une percée de la part de Gambetta et ces 100 000 hommes pour venir a bout des 40 000 Prussiens de Bismarck. Mais Thiers a fait annuler l’attaque pour les raisons que j’ai énumérer plus haut....


    • #113552
      le 06/03/2012 par machiavel1983
      La Commune de Paris (1871) partie III

      @antonin @enfant du paradis
      Merci de vos réponse je dormirai moins idiot !


    • #113563
      le 06/03/2012 par dédé
      La Commune de Paris (1871) partie III

      J’ ai l’ impression que Guillemin nous explique que ce sont les défaites militaires qui ont conduit les élites françaises à reconsidérer leur stratégie et à faire alliance avec la Prusse, la question c’ est pourquoi ?Je ne sais pas si je me fait comprendre.



      Parfaitement.

      1- si Napoléon III avait vaincu le problème ne se serait pas posé.

      2- c’est bien la défaite qui a mis en péril le régime social et dès Sedan et la capture de Nap.III. Les élites paniquées ont alors pensé, au pire, qu’avec la présence militaire des Prussiens, pour peu qu’on s’entende avec eux et c’est ce qu’a réussi Thiers, le travail serait plus facile. C’est à dire faire appel, au besoin, à Bismarck pour écraser la "canaille" qui commençait à bouger et réclamait une république sociale.

      3- Armer les prolétaires fût une erreur, on ne maîtrise jamais tout, il y a des ratés aussi...


  • #113094

    Ca date de quand exactement ces émissions d’Henri Guillemin ?

    Je me souviens que ça passait sur la chaîne Histoire sur le cable et puis il y a eu la TNT et bizarrement la chaîne Histoire ne faisait plus partie du bouquet...

    Ca permet au moins de mesurer l’étendue du travail de sape effectuée depuis 40 ans par les soixantehuitards aux commandes dans ce pays.

     

    • #113127

      Du centenaire de la commune toto. 1971


    • #113302

      La réponse est sur le site de la RTS :



      Diffusés du 22 octobre 1966 au 24 juin 1972, Les dossiers de l’histoire étaient animés par Henri Guillemin. Face à la caméra, durant une trentaine de minutes, l’historien présentait un personnage historique de premier ordre ou une période importante. Il se consacra ainsi à la vie de Jeanne d’Arc, à la Commune de Paris, à Napoléon ou à la Révolution française, entre autres.



  • #113198
    le 06/03/2012 par Le Lion du désert
    La Commune de Paris (1871) partie III

    "Le régime de Napoléon III s’écroule avec la guerre contre la Prusse voulue par Bismarck."

    Absolument pas elle lui a été imposé comme Guillaume II, le tratre Bazaine à trahit l’armée à Sedan, Napoléon III était un pantin soumis au juifs comme sont père, des guerres maconnique napoléonnienes meurtrières qui ont décimés la fleur des citoyens de 1789 à 1958, des milliers de français sacrifiés sur les champs de batailles victimes d’une conscription, inappliquée sous la Royauté. La France édifié par 40 générations de rois depuis Clovis Gardien des lieux saints qu’elle tenait du Royaume des francs, de François Ier et de Solimane le Magifique . Elle était le pays le plus peuplé et le plus évolué d’Europe avant l’invasion des juifs, c’est une vengeance de ces satanistes anglicans protestants contre le catholicisme français qui avait fait perdre à l’Angleterre ses colonies d’Amérique convoitée par les rats assoiffés de sang.


  • #113239
    le 06/03/2012 par lebreteurfredonnant
    La Commune de Paris (1871) partie III

    Un régal comme d’habitude.
    Merci !


  • #113535
    le 06/03/2012 par anonyme
    La Commune de Paris (1871) partie III

    La citation de robespierre des français dans un tel état de misère et d’insécurité, qu’ils n’ont plus le temps de chercher les causes de leur situation, et se rappeler les droits que la nature leur avait donné, le commentaire de Guillemin là-dessus, c’est la situation actuelle !
    On en est de nouveau là !
    La conscience de classe a pratiquement disparue, toute la culture politique et de combat qu’avait jadis le peuple et la classe ouvrière, est entièrement à refaire (et c’est pourquoi il y en a tant qui votent pour la première démagogue venue ...). Et les "maîtres" s’appuient confortablement là-dessus ; et devant l’absence de réaction (suffisamment diffusée, consciente, structurée, ce n’est malheureusement pas quelques blogs conscients et indignés qui pourront faire une révolution, et regardez ce qu’a donné le fameux mouvement de la puerta del sol : rien !)
    Et comme c’est parti Mélenchon ne percera pas, et Asselineau ne pourra même pas se présenter.


  • #114834
    le 09/03/2012 par dédé
    La Commune de Paris (1871) partie III

    Thiers en 1870 et Pétain en 1940 même combat !

     

    • #114943
      le 09/03/2012 par Des Localisations
      La Commune de Paris (1871) partie III

      Exact dédé, à une différence près :

      en 1870, la Résistance est en France.

      en 1940, la Résistance est basée et prend naissance à Londres en GB