Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La "droite hors les murs", ou l’échec d’une "alt-right" à la française

La solution : gauche du travail, droite des valeurs et retour de la burne !

Cet archipel de personnalités, de micro-mouvements et de médias aux contours flous est un foyer d’agitation permanent à droite, mais qui se retrouve aujourd’hui dans une impasse politique de plus en plus visible.

Incarnée médiatiquement par Robert Ménard, Éric Zemmour ou Patrick Buisson, ainsi que par l’ancien candidat à l’élection présidentielle Philippe de Villiers ou l’ancien ministre de la Défense Charles Millon, la « droite hors les murs » a vu ses rêves s’envoler ces derniers mois. Elle se rêvait comme une « alt-right » à la française, mais sans Donald Trump, et sous une présidence faisant preuve d’un syncrétisme idéologique propre aux expériences césariennes, elle se trouve aujourd’hui fort dépourvue.

L’échec de François Fillon, puis surtout la désastreuse performance de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron lors du débat de second tour de l’élection présidentielle, ont sonné le glas des rêves de cette petite galaxie. L’éclipse politique de Marion Maréchal-Le Pen, que n’a pas compensé l’élection à l’Assemblée nationale d’une députée « hors les murs » en la personne d’Emmanuelle Ménard, n’a pas amélioré l’optimisme de cet aréopage de personnalités en quête d’un débouché politique.

Malgré son traditionnel pessimisme, cette droite s’était pourtant laissée porter, quelques années durant, à un relatif optimisme quant à ses chances de peser politiquement. Les cinq années de présidence de François Hollande lui avaient fait espérer une influence exponentielle. La Manif pour tous (LMPT) avait donné naissance à un vaste mouvement conservateur, aux marges duquel une myriade de groupes militants avaient pris leur essor. Après la présidence Sarkozy, le retour de flamme identitaire avait porté le débat public à incandescence. À l’automne 2016, la primaire de droite avait porté François Fillon, soutenu par les militants les plus conservateurs de la droite parlementaire, à la candidature à l’élection présidentielle. Économiquement le plus souvent libéraux, marqués par un conservatisme militant, les membres de cette droite « hors les murs » aspiraient alors à changer le programme trop « à gauche » (c’est-à-dire étatiste sinon statolâtre) du FN et à imposer des mesures programmatiques à LR.

 

« Oz ta droite » sans magicien

Si cette « droite hors les murs » est privée d’un instrument de formation de cadres politiques, elle n’est pas démunie d’outils pour mener son combat symbolique. Elle dispose de relais comme Boulevard Voltaire ou Valeurs Actuelles, ce qui demeure un réel atout. Surtout, elle bénéficie d’une municipalité de taille importante avec Béziers, dans l’Hérault, capitale d’un univers fiévreux dont l’opiniâtre animateur est Robert Ménard. Vitrine ou laboratoire, Béziers sait aussi se faire forum des droites au cours de rencontres autour de figures comme Éric Zemmour ou Jean-Yves Le Gallou, conviés pour des conférences dans la cité héraultaise.

Le rendez-vous qui s’y tint en mai 2016 devait ainsi être le détonateur d’une insurrection d’un peuple de droite soumettant les états-majors partisans FN et LR. Mais l’affaire fut compromise quand Marion Maréchal-Le Pen quitta les lieux suite à une de ces polémiques et un de ces coups d’éclat dont la « droite nationale » (c’est-à-dire l’extrême droite lorsqu’elle se nomme elle-même) a le secret. « Oz ta droite », le « Podemos de droite » de Robert Ménard, ne trouva pas son magicien.

Pour que « Oz ta droite » existe et pèse politiquement, il aurait fallu, d’une part, qu’aucun groupe n’occupe le même espace politique. Or, le cavalier seul des identitaires, aux idées très proches de la majorité des personnalités de la « droite hors les murs », prive sans doute ce mouvement d’une capacité d’impulsion politique débordant les frontières de Béziers et de sa circonscription législative. Ce mouvement identitaire, sans être assimilable dans son ensemble à cette « droite hors les murs », a d’ailleurs contribué à lui fournir des cadres politiques (le cadre du Bloc identitaire Christophe Pacotte fut ainsi un temps éphémère membre du cabinet de Robert Ménard), voire des élus, comme Philippe Vardon, devenu conseiller régional de PACA sur la liste FN. Une confirmation du débouché électoral d’un mouvement identitaire qui impose ses mots et occupe l’espace convoité par la « droite hors les murs ».

Lire la suite de l’article sur slate.fr

Pour le retour de la radicalité et de l’avant-garde en politique, une seule solution : la réconciliation de la gauche du travail et de la droite des valeurs !
Les explications d’Alain Soral :

 

Pour comprendre la fécondité d’un « nouveau CNR », chez Kontre Kulture :

 

Militer pour la réconciliation nationale

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ça change un peu des articles débiles habituels mais l’analyse reste très partielle.
    Marine a raté le coche de la "manif pour tous", quand Frigide Barjot était en fait exactement sur la même ligne qu’elle. Elle aurait pu siphonner les voix de Fillon et les ajouter aux siennes. C’est du passé désormais, il est trop tard.
    A vouloir faire la même tambouille marketing que la gauche en communautarisant et divisant l’électorat, la droite "nationale" se retrouve dans la même situation.
    Il se peut que rien ne bouge pendant les ans qui viennent. Dans ce cas, gare à nous.

     

  • Beaucoup ne croient plus en grand chose. Les politiques nous trahissent et nous, en tant que petits élus, nous sommes pris pour des cons. Personnellement, je ne crois plus en rien. J’ai toujours voté mais maintenant je vais laisser tomber.
    Le problème c’est l’homme et tant que l’homme ne travaillera pas sur lui-même, on arrivera à rien.
    Malheureusement, d’une part, l’environnement actuel ne tire pas les gens vers le haut et d’autre part les gens ont peur des infos diffusés sur E&R. Les gens sont des trouillards, qui préfèrent s’amuser. La vérité fait peur.
    Que faire ?

     

  • Cet article oublie le principal la partition du peuple en différentes communautés sociales et ethniques donc fin de l’homogénéité politique in fine la lutte des classes .
    Ce pays n’est plus gouvernable que par compromission et ordonnance sans aucune adhésion.
    Par contre la bourgeoisie très minoritaire se rassemble sur le plus petit multiple commun qui se trouve non dans leurs cœurs comme certains voudraient nous le faire croire pseudo droite où gauche mais dans leurs portes monnaies.
    En conclusion la droite hors les murs ne veut rien dire car pour bâtir des murs, il faut avant tout qu’ils soient assis sur de solide fondation ce qu’elle n’a pas...


  • l’Alt-right américaine est née en vers la fin des années 2000, une dizaine d’années plus tard ces militants font gagner la présidentielle à Trump.

    J’ai la nette impression que Slate prend un peu ses désirs pour des réalités car la version française de l’Alt-right n’est même pas encore née, il est évident qu’elle n’a pas pû remporter la présidentielle puisqu’elle n’existe pas...

    Dans les pays de l’Est de nombreux groupes institutionnels, médiatiques, ou des associations font la promotion du patriotisme et des valeurs traditionnelles, il n’est donc pas étonnant que ces sociétés soient fortement conservatrices.

    Mais en France où se trouve la presse de droite ? Où se trouvent les groupes de """hooligans""" organisant des évènements patriotiques dans les stades et dans la rue ? À quel moment fait on l’apologie de la patrie française au sein des programmes scolaires ?

    Évidemment la première chose à faire pour imposer ses idées au sein de la société et de conserver le pouvoir par la suite est de d’appuyer sur ses relais dans la société civile.

    La gauche tient les médias, l’Education Nationale, et est soutenu par toute une galaxie d’association en tout genre faisant la promotion du féminisme, de l’antiracisme, du multicturalisme ou de la théorie du genre, il n’est donc pas étonnant que les idées gauchistes aient autant d’emprise en France car tout est contrôlé par la gauche.

    Pour conserver le pouvoir et sauvegarder les valeurs traditionnelles il aurait fallu que la droite s’oppose radicalement à la gauche au lieu de tenter de s’aligner sur celle ci, la droite aurait dû purger les médias et les institutions de la présence gauchiste ainsi que de subventionner des initiatives conservatrices par des fonds publics ou par le biais de ses soutient financiers.

    Mais comme les dirigeants de la droite sont des lâches sans conviction tout est parti en vrille...

    C’est là que l’on peut mesurer la stupidité et l’amateurisme de MLP qui au lieu de rechercher des soutiens financiers dans les milieux d’affaires pour soutenir ou créer divers groupement et médias amis du FN celle ci a passé son temps sur les plateaux TV et s’est mise à parler de sujets qui n’intéressent pas les français....

    Après lorsque l’on prend comme conseillers des gauchistes comme Phillipot il n’est pas étonnant que l’on fasse n’importe quoi.

     

    • Votre commentaire n’est pas inintéressant par certains côtés. Dommage que votre conclusion vous fasse retomber dans les travers hémiplégiques dont vous êtes apparemment incapable de vous défaire.


    • @Eric

      Je fais peut-être une fixation sur Phillipot mais il m’insupporte de plus en plus avec son attitude arrogante et jusqu’au boutiste, en effet il s’obstine au sujet du Frexit alors qu’il s’agit d’une proposition à laquelle les français ne sont pas prêt, la sortie de l’UE est typiquement le genre de sujet dont les gens se fichent complètement au point où ils se contentent de répéter ce que l’on leurs dit dans les médias, vouloir en faire un thème de campagne est une preuve de bêtise car les électeurs ont tant été conditionné à ce sujet que mécaniquement ils feront ce que l’on leurs a dit de faire.

      Les souverainistes parlent souvent de l’ascension fulgurante de Farage, du UKIP et du Brexit mais ils oublient qu’avant le UKIP il y a eu Tchatcher et que les tories ont toujours été eurosceptiques, il y a aussi le fait que toute la presse conservatrice dont les titres de vendent à des centaines de milliers d’exemplaires chaque jours (The Sun, The Daily Mail, The Times...) a toujours été opposé à l’UE, alors forcément la campagne en faveur du Brexit s’est faite dans un environnement à peu près favorable.

      Qui plus est il faut dire que Phillipot n’est absolument pas sur une ligne national conservatrice mais gaucho-souvrainiste petite bourgeoise, en effet il se fiche complètement de la situation démographique de notre pays(il considère le "grand remplacement" comme une théorie complotiste), il est favorable à l’avortement, parle sans arrêt "d’extrême droite" comme un vulgaire trotskyste, etc.

      En un mot il s’aligne de manière systématique sur le gauchisme en utilisant leurs mots, en professant leurs dogmes( féminisme, antiracisme, LGBTisme, etc), en reprenant leurs symbolique et en crachant sur l’identité du peuple de part son jacobinisme.

      Personnellement cela ne m’intéresse pas de gagner des élections si c’est pour obtenir une sorte de PS anti UE qui ne ferait rien de plus que d’entériner le Zeitgeist actuel en de remettant rien en cause, on a déjà eu la droite à Chirac, Sarkozy ( que j’ai eu l’erreur de soutenir dès le premier tour) pour quel résultat ? Toujours plus de gender, de LBGTisme, d’antiracisme, de multicturalisme et de mondialisme...

      Je ne veux pas d’un Mélenchon ou d’un Chevènement bis mais d’une version française d’Orban ou de Poutine, et j’ai le sentiment qu’avec Phillipot ce ne sera pas demain la veille tant ses prises de positions sont éloignées des nôtres.



    • j’ai le sentiment qu’avec Phillipot ce ne sera pas demain la veille tant ses prises de positions sont éloignées des nôtres.




      Sur quoi est basé ce sentiment ? Philippot est à 99,9 % sur la ligne ER.


    • Vous en faites " un peu " trop, comme vous dites. Voir en Philippot un jusqu’au boutiste est assez fort. C’est peut-être vous plus que lui qui avez un problème de jauge. Et la plus importante de ses positions est celle sur l’Europe où, niveau alignement sur le " gauchisme ", faudra repasser. Sur ce thème, et pour avoir lu vos interventions pour le moins frileuses (euphémisme), c’est plutôt vous le gauchiste :-) De toute façon il est parfaitement stérile de parler de cela puisque le FN est aux fraises.


    • #1788595

      " Sur quoi est basé ce sentiment ? Philippot est à 99,9 % sur la ligne ER. "
      .
      Oui, c’est exact. Nous partageons ce constat. C’est justement ce qu’il vous fait remarquer ...
      .
      On ne suivra jamais un parti pseudo-patriote qui suinte le gauchisme et vante la protection animale. Et pourquoi pas l’amour avec des chèvres tant qu’on y est ?On n’est plus à cela prêt dans la propagande d’épuration et de métissage.
      .
      Philippot et sa bandes de donzelles ... C’est clair que ça transpire la testostérone tout ça ...
      .
      Quant à leur fan club, leurs arguments sont identiques à la gauche : c’est l’énumération de sentiments et du dénigrement ad-hominem, voir de la déshumanisation, donc du terrorisme intellectuel. LA gauche a toujours prospéré sur le terrorisme. Sans lui, elle n’est rien.
      .
      Cette session de l’histoire politique fronçaise ne peut conduire qu’à du jambonnage de masse. Vous n’avez absolument aucune idée des forces que vous êtes en train de mettre en mouvement . . . vous les gauchistes infiltrés et déguisés en natio.
      .
      En ne laissant plus aucune possibilités à l’opposition d’exister, vous vous tirez une balle dans le pied.
      .


    • Je viens de lire le post de 13:07 @Mort de rire. J’en viendrais presque à retirer tout ce que j’ai dit concernant vos excès :-) Là on est tombé sur un maître Jedi en matière de grand n’importe quoi. Mes plus plates et sincères excuses donc :-)


  • Cette « droite hors les murs »est bancale dans son profil. Car si dans son ADN l’on retrouve, sans problème, une sensibilité Nationale et Patriote. Il lui manque une réelle sensibilité Sociale et Populaire...et les voix qui vont avec...


  • Slate et la Droite...

    Slate prend ses désirs ou se persuade
    que ses désirs sont des réalités .
    C’est intéressant.
    Slate ,malade de l’Empire déclinant,
    se rassure et encourage Philippot .
    C’est bidonnant !


  • Ils n’ont pas d’argent .

     

  • La vérité , c’est que cette droite "hors les murs" ne veut pas sortir de l’UE. Et vouloir jouer les souverainistes tout en restant dans l’UE est une contradiction majeure. Dès lors, passer son temps à taper sur les musulmans ne peut pas faire diversion très lontemps et surtout ne permet pas toujours de ramener à soi l’élite du pays ni d’élever le débat : ça finit par donner des vidéos à la Boris le Lay : distrayante sur le fond mais inoffensive pour le système...


  • Pseudo droite française, vous êtes maudite
    Voici pourquoi :

    L’échec de la droite française date de 1945.

    Ce que le FN a essayé de faire (se faire accepter par la République) la droite l’avait tenté au lendemain de l’épuration : le ralliement à la République.

    Ce ralliement lui a toujours été fatal, les mêmes causes entrainant les mêmes échecs.

    Si la droite se revendique française et elle s’y doit ou renoncer à exister, alors elle ne peut être qu’antirépublicaine, assumée et militante.

    Les droites sont fières d’être françaises mais ont honte de se soupçonner antirépublicaines.

    Alors que toute l’histoire française et toute l’histoire de la république enseignent que la république n’a jamais été française mais qu’antifrançaise et la France jamais républicaine mais qu’anti républicaine.

    Entre la France et la République il faut choisir, servir l’une et donc combattre l’autre.

    Ainsi :

    Le Drapeau de la France est le drapeau blanc
    Celui de la République le tristement tricolore, son négatif déployé
    Lequel saluez-vous ?

    La fête nationale française est le 15 août, fête de l’Assomption
    La fête de la République est le 14 juillet son contraire.
    Laquelle fêtez-vous ?

    l’Hymne de la France universelle est l’Ave Maria
    L’hymne de la République contingente, la Marseillaise sanguinaire
    Lequel chantez-vous ?

    La Loi constitutionnelle de la France est le Décalogue
    La loi constitutionnelle de la république est la Déclaration des Droits d el’Homme
    Laquelle appliquez-vous ?

    La Devise de la France est Pro Gloria Dei et Mundi salutant
    La devise de la République est "Liberté Egalité Fraternité " son négatif
    Lequel servez-vous ?

    Le symbole de la France est la Fleur de Lys, symbole trinitaire
    Le symbole de la République est Marianne, inversion de la généalogie du Christ
    Devant lequel vous inclinez-vous ?

    Le Roi de France est le Christ et seulement Lui, mort pour nous.
    Le président de la République celui que d’autres nous désignent.
    Lequel élisez-vous ?

    La fête des vétérans pour la France est la victoire miraculeuse du 18 juin 1429 de Patay.
    La république fête ses victimes morts inutilement pour elle le 11 novembre.
    Laquelle connaissez-vous ?

    Puisqu’ainsi il est évident que

    tout oppose la France à la république,
    incompatibles entre elles,
    nées pour se combattre,

    Comment pourriez-vous aimer la France tout en la trompant avec sa meurtrière ?

    Pour dix talents d’argent ?
    Vous nous avez trahis ?
    Vous êtes maudits !

     

  • Le vrai problème c’est la fin de la croissance économique dans nos pays.
    Quand le gâteau grossit sans cesse, c’est facile de le partager.
    Quand il rétrécit, chacun se replie sur ses acquis et les requins se font plus agressifs.
    Alors, pourquoi manquons-nous si cruellement de croissance ? Des réponses :
    Joseph Tainter : "L’effondrement des sociétés complexes"
    Richard Heinberg : "La fête est finie"
    Bien à vous, soyons courageux.
    _