Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le pape François soutient la Marche pour la vie du 22 janvier 2017

Venez nombreux !

Le pape François a apporté son soutien à une « Marche pour la vie » qui doit réunir dimanche à Paris des manifestants hostiles à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), dans une lettre rendue publique jeudi par les organisateurs.

Le pape « salue cordialement les participants à cette manifestation », écrit le nonce apostolique (ambassadeur du Vatican) en France, Mgr Luigi Ventura, dans un courrier publié par le collectif En marche pour la vie sur son site Internet. « Au-delà de la légitime manifestation en faveur de la défense de la vie humaine, le Saint-Père encourage les participants de la Marche pour la vie à œuvrer sans relâche pour l’édification d’une civilisation de l’amour et d’une culture de la vie », ajoute la lettre.

Comme ses prédécesseurs, le pape François, fidèle à la doctrine de l’Église catholique, est un fervent opposant à l’avortement. Dans le cadre du jubilé de la Miséricorde l’année dernière, il a cependant fait un pas en direction des femmes regrettant leur choix, en permettant à tous les prêtres d’absoudre l’avortement, alors que seuls les évêques avaient auparavant cette autorité.

Le collectif En marche pour la vie, qui regroupe cinq associations dont Choisir la vie, la fondation Lejeune, Renaissance catholique ou les Survivants, a suscité la polémique la semaine passée en publiant un encart de sa campagne « IVG tous concernés » dans des médias, notamment Le Figaro. Affirmant que « l’IVG est une lâcheté collective », ses affiches mettent en scène des proches d’une femme enceinte et visent à montrer que « chacun à un moment de sa vie, en tant que parent, ami, employeur, professionnel de santé, peut avoir une responsabilité dans une décision d’avorter », ont expliqué les auteurs. La ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol, des militantes et des associations féministes se sont offusquées de ce message « anti-avortement dans un grand quotidien national ».

L’Assemblée nationale doit se prononcer la semaine prochaine sur l’adoption définitive d’une proposition de loi prévoyant de pénaliser les sites pratiquant de la « désinformation » sur l’IVG, adoptée début décembre au Sénat. L’Église catholique en France, par la voix de ses évêques, a vivement critiqué la création de ce délit d’entrave numérique, dénonçant une atteinte « grave » aux libertés.

Le catholicisme et la défense de la vie, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Un miracle ?


  • Ne soyons pas à géométrie variable,

    et saluons cette déclaration du pape !


  • "La ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol, des militantes et des associations féministes se sont offusquées de ce message « anti-avortement dans un grand quotidien national »."
    A quand le délit d’entrave dans la presse papier ?


  • #1646936
    le 20/01/2017 par MaxdeCannes pas candidat à la fiche S
    Le pape François soutient la Marche pour la vie du 22 janvier (...)

    La place de Denfert sera donc pavée de bonnes intentions.


  • Mettre le mot pape entre guillemets aurait été sympa, pour le côté taquin. Ceci étant dit, le 18 février 2016 en rentrant du Mexique, M.Bergoglio répondant à une question concernant l’épidémie du virus Zika ou l’ONU a appelé à la libéralisation des lois sur l’avortement pour prévenir la naissance d’enfants avec des anomalies congénitales. A la question, est-ce une solution ? “L’avortement n’est pas un moindre mal, c’est un crime. Abattre un individu pour en sauver un autre, c’est ce que fait la mafia, c’est un crime, un mal absolu. (…) Il ne faut pas confondre le mal d’éviter la grossesse avec l’avortement. L’avortement n’est pas un problème théologique, c’est un problème humain, médical (…). En revanche, éviter la grossesse n’est pas un mal absolu, dans certains cas“. Il a explicitement fait référence à l’autorisation d’utiliser des contraceptifs donnée par Paul VI à des religieuses du Zaïre (actuel République démocratique du Congo) menacées de viol.
    On voit bien que l’église de Vatican II n’attache plus aucune importance à la foi et aux moeurs ( alors qu’il est sensé en être le garant ).
    Toujours au Mexique, il a appelé les jeunes à ne pas cesser de rêver. A la question de savoir quel était son rêve, il a répondu du tac au tac : “Aller en Chine, aller là bas… cela me plairait tellement !“. Quant à savoir s’il rêvait en espagnol ou en italien, le pape a répondu : “Je rêve en esperanto !“ Tout est dit.
    D’ailleurs, Un exemple de cet objectif militant est l’apparition récente du mouvement Europe Démocratie Espéranto qui promeut l’usage de l’espéranto comme langue commune équitable en Europe en complément des langues officielles.

    Plus récemment, d’avril 2011 à novembre 2012, des associations pro-espéranto ont lancé une campagne pour l’ajout de l’espéranto comme langue optionnelle au bac avec des outils de promotion traditionnels : pétition, liste de soutiens, affiches et tracts, site internet. Cette pétition a recueilli 33 380 signatures dont cinq des candidats à l’élection présidentielle française de 2012 (Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou et Eva Joly). De droite comme de gauche, on arrive à s’accorder sur la grande bouillasse mondiale même avec l’ostrogoth Bergoglio, les violons sont accordés et prions pour que le Saint Pape arrive et que cet imposteur dégage, son humanisme uniquement tenu par les lois physiques le perdra, il faut les lois intellectuels, c’est son rôle normalement.

     

  • Voilà ce qu’un vrai Pape aurait dit : "ils se montreraient fort indignes de leur noble profession médicale, ceux qui, sous l’apparence de remèdes, ou poussés par une fausse compassion, se livreraient à des interventions meurtrières.
    Ces enseignements concordent pleinement avec les paroles sévères que l’évêque d’Hippone [Saint Augustin] adresse aux époux dépravés, qui s’appliquent à empêcher la venue de l’enfant et qui, s’ils n’y réussissent pas, ne craignent pas de le faire mourir. « Leur cruauté libidineuse, ou leur volupté cruelle, dit-il, en arrive parfois jusqu’au point de procurer des poisons stérilisants, et si rien n’a réussi, de faire périr d’une certaine façon dans les entrailles de la mère l’enfant qui y a été conçu : on veut que l’enfant meure avant de vivre, qu’il soit tué avant de naître. À coup sûr, si les deux conjoints en sont là, ils ne méritent pas le nom d’époux ; et si dès le début ils ont été tels ce n’est pas pour se marier qu’ils se sont réunis, mais bien plutôt pour se livrer à la fornication : s’ils ne sont pas tels tous deux, j’ose dire : ou celle-là est d’une certaine manière la prostituée de son mari, ou celui-ci est l’adultère de sa femme »

    Quand aux observations que l’on apporte touchant l’indication sociale et eugénique, on peut et on doit en tenir compte, avec des moyens licites et honnêtes et dans les limites requises ; mais vouloir pourvoir aux nécessités sur lesquelles elles se fondent, en tuant un innocent, c’est chose absurde et contraire au précepte divin, promulgué aussi par ces paroles : « Il ne faut point faire le mal pour procurer le bien ».
    Enfin, ceux qui, dans les nations, tiennent le pouvoir ou élaborent les lois n’ont pas le droit d’oublier qu’il appartient aux pouvoirs publics de défendre la vie des innocents par des lois et des pénalités appropriées, et cela d’autant plus que ceux dont la vie est en péril et menacée ne peuvent se défendre eux-mêmes, et c’est assurément le cas, entre tous, des enfants cachés dans le sein de leur mère.
    Que si les autorités de l’État n’omettent pas seulement de protéger ces petits, mais que, par leurs lois et leurs décrets, ils les abandonnent et les livrent même aux mains de médecins ou d’autres pour que ceux-ci les tuent, qu’ils se souviennent que Dieu est juge et vengeur du sang innocent qui, de la terre, crie vers le ciel."
    Pape Pie XI – Casti Connubii – 1930

     

  • Attention !

    ce pape est des plus suspect.

    deja, c’est un pro-mondialiste jusqu’à la moelle. Et surtout, c’est un jésuite. A savoir, pour ceux ayant vraiment approfondi la question, des matérialistes au service "d’on sait qui..."