Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Saint-Martin : une répétition pour la guerre civile ?

Irma a fait voler en éclat l’ordre public, le vivre-ensemble et la sécurité à Saint Martin. Anticipation et allégorie de ce qui attend la France : ce qu’un cyclone provoque aujourd’hui aux Antilles, l’immigration le provoquera demain en métropole.

 

Le passage de l’ouragan Irma sur le nord des Antilles a détruit, entre autres, la partie française de Saint Martin à 95 %, avec un bilan provisoire de 9 morts et 1 200 milliards de dégâts matériels – mais, plus grave, elle a détruit la société de l’île, préfigurant ce qui se passera demain en France sous l’effet de ce cyclone démographique et culturel qu’est l’immigration de masse.

C’est un classique de la littérature d’anticipation. Après la bombe, le maigre vernis de civilisation et d’ordre qui maintient ensemble les hommes en société tombe, et c’est l’horreur. Dans un décor ravagé ont lieu pillages et agressions. Pendant que des gangs rackettent les survivants terrés dans les maisons restées debout, des familles s’organisent pour piller les magasins d’électroménager. Ces scènes ont réellement eu lieu à Saint-Martin depuis vendredi, devant des gendarmes débordés, et même parfois sous les yeux mêmes du ministre des Outre-mer.

L’État n’a pas mis à profit le délai de cinq jours donné par les services météo pour acheminer sur place les forces de l’ordre nécessaires et il s’est effondré en quelques heures. Avant la catastrophe, Anne Laubiès, la préfète, avait affirmé : « Chacun doit être acteur de sa propre sécurité ». Les habitants pensaient qu’il s’agissait de leur donner des conseils de prudence, ils n’imaginaient pas qu’elle craquerait dans la nuit, hors d’état de prendre la moindre décision, tremblante de peur sous la bourrasque, au point qu’on allait devoir l’exfiltrer d’urgence en Guadeloupe, laissant la population, symboliquement, abandonnée.

 

Aujourd’hui Irma aux Antilles...

Le pillage était si généralisé (on ne s’en est pas tenu à écumer les boutiques éventrées : les magasins encore intacts étaient repérés et cassés à dessein), les agressions si nombreuses que les gendarmes recommandaient aux particuliers d’organiser leur propre défense. En s’excusant : « On n’arrive même pas à communiquer entre nous, on est complètement débordés. Défendez-vous comme vous pourrez. J’espère que vous avez des armes : tirez-leur dessus ». Alors, entre voisins, se sont constituées des « milices de garde », armées de fusils. Le bâtiment des douanes et son armurerie avaient été pillés. Des bandes armées circulaient. Elles ne volaient pas seulement des vivres ou des biens d’équipement, mais de l’argent. Des coups de feu ont été échangés. Le commandement même de la gendarmerie avouait ne pas arriver « à sécuriser tous les points ». Dans ces conditions, nul ne croit que le nombre de morts se limite à moins d’une dizaine. Nul ne sait si un vrai bilan pourra être établi, ni quand, ni si les autorités le divulgueront.

Les réseaux sociaux transmettaient dès vendredi des témoignages fiables de chefs d’entreprises, de médecins, d’avocats, faisant état de violences graves et d’un vrai climat de guerre civile, en l’absence quasi générale de forces de l’ordre. En revanche, les grands médias n’en parlaient pas, ne concédant jusqu’à dimanche que des pillages de nourriture, minimisant le danger. Les réseaux eux, avaient tendance à charger l’incompétence de l’État français en idéalisant la situation côté néerlandais de Saint-Martin. Il est vrai que le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a tout de suite pris la mesure d’une « situation grave » et que le roi des Pays-Bas, Wilhelm Alexander, acheminé d’urgence à Curaçao, n’attendait qu’une accalmie pour visiter l’île, ce qui contraste avec les vacances grecques d’Emmanuel Macron. Mais le quotidien Algemeen Dagblad décrit le chaos lui aussi, avec des embouteillages de pillards en camion et de gens circulant avec des « machettes et des revolvers ». En France, du côté de la préfecture, on préfère parler de « sabres d’abattis », cela fait moins peur, et les médias ont suivi les consignes euphémiques du pouvoir.

En fait, tout le monde a été pris de court, et c’est l’un des enseignements majeurs fournis par Irma. On reproche au gouvernement son manque de prévoyance. Ce reproche est justifié ou injustifié selon la façon dont on l’entend. Nul ne peut prévoir exactement l’effet d’un ouragan, et, comme l’a rappelé Mathieu Lenoir, Irma n’était pas le plus puissant jamais vu. Il ne faudrait pas tomber dans le travers d’un personnage du sapeur Camembert, célèbre pour avoir essayé les pompes la veille des incendies. Mais c’est l’explosion sociale, les conséquences culturelles et politiques du cyclone, qui n’ont pas été évalués correctement. Et qui ne le sont toujours pas. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a pensé se justifier en affirmant que le premier devoir était de donner à manger et à boire aux populations sinistrées. Il se trompe. La sécurité est la première des libertés, et des nécessités. On survit aisément trois jours sans manger. On peut être violée en quelques minutes, tué en une seconde.

 

...demain l’immigration en France ?

L’incurie grave, le manque de prévoyance criminel du gouvernement, porte sur l’appréciation qu’il fait de la société, de la France et des Antilles. Le ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a défendu ses services, c’est bien normal, même si l’on espère que la préfète sera sanctionnée. Mais le problème n’est pas un peu plus ou un peu moins de réactivité : c’est la société même des îles, et de la France qui n’est pas correctement comprise.

On apprend aujourd’hui qu’une partie au moins des bandes qui ont opéré existaient déjà, certaines étant liées au trafic de drogue, qu’elles étaient connues de la gendarmerie, qui ne les a pas réduites. L’impuissance de l’État est antérieure à Irma, celle-ci n’a fait que révéler la fragilité de l’autorité, sa complaisance. L’apparence de la civilisation a disparu d’un coup avec la maigre peur du gendarme qui subsistait. On est allé piller en famille. Les plus timides cherchent encore à se justifier : « Maintenant c’est "open bar". On prend dans les logements vides. C’est de la survie ». Ben voyons ! De même notre confrère La Dépêche du midi fait-il état de gangs qui défoncent les portes des maisons en hurlant « Dehors les Blancs ». Le vivre-ensemble a volé en éclat parce qu’il n’était qu’une fiction imposée par les élites et les médias.

Il suffit d’une catastrophe pour révéler cette extrême fragilité. Aujourd’hui Irma aux Antilles, demain l’immigration en Métropole. L’immigration intensive a déjà dynamité la société française. Dans les banlieues, dans les quartiers, des bandes ethniques font la loi, pillent, rançonnent, violent. L’État, très souvent, est dépassé. Il se retire, se retranche derrière les euphémismes et le déni. On a vu, lors des émeutes de 2005, on voit souvent, en queue des grandes manifestations, avec les casseurs, combien la haine, la volonté de détruire et de piller, de nier l’autorité de l’État, est grande. La submersion de la France par les migrants risque de servir de cordon d’allumage à un embrasement de l’immigration, et l’on aurait demain, après la catastrophe sociale, un paysage comparable à celui des Antilles après Irma : la guerre civile dans un pays éclaté, les forces de l’ordre partout débordées, des populations prédatrices traquant les plus riches et les plus faibles, les plus âgées, jusque dans leurs maisons.À Saint-Martin, il semble bien que les prédateurs aient formé des bandes ethniques.

 


 

Polémique autour de la préfète de Saint-Martin

 

Saint-Martin est en proie au chaos depuis le passage de l’ouragan. Dévastation, pillages, violences et scènes de racisme anti-blanc s’additionnent et les habitants dénoncent l’attitude des autorités. Beaucoup d’habitants de Saint-Martin soulignent que les autorités françaises sont plus promptes à venir en aide à des populations d’autres pays, alors que Saint-Martin est territoire français.

 

Les critiques sont également nombreuses à l’égard de la préfète de Saint-Martin. Elle a même été accusée d’avoir pris la fuite.

Le Décodex du Monde prétend garantir la vérité à ses lecteurs et écrit :

À notre connaissance, la responsable n’est pas intervenue publiquement depuis samedi. Selon Radio Caraïbes International, citant une source préfectorale, elle n’a pas été démise de ses fonctions mais « renforcée par deux sous-préfets, un de l’administration centrale et un sous-préfet de la Martinique ». Contacté, le ministère de l’intérieur n’a pas répondu à nos sollicitations pour l’heure. Que la préfète déléguée soit restée à Saint-Martin ou non, il est fallacieux d’affirmer qu’elle aurait fui face à la catastrophe, ayant été en première ligne le jour de la catastrophe et ceux qui ont suivi.

Le Monde prend ainsi la défense de la préfète, représentante sur place de l’autorité, et nie la fuite de cette préfète tout en écrivant « Que la préfète déléguée soit restée à Saint-Martin ou non » , ce qui est pour le moins confus voire contradictoire.

Quant à Radio Caraïbes International, dont Le Monde s’est bien gardé de livrer l’entièreté des propos, on peut lire sur son site Internet ceci :

C’est le Président de la collectivité de cette île du nord qui a, semble-t-il, rendu la situation impossible à camoufler. Daniel GIBBS a tenté durant plusieurs heures en vain de joindre la représentante de l’Etat à St-Martin et il s’en est inquiété. Dès lors, il était difficile de dissimuler l’évidence. Motif de ce silence : la sous-préfète déléguée de cette île du nord s’est trouvée dans l’incapacité d’assumer ses fonctions. Mais pas seulement elle. Toute son équipe. C’est le retour de flamme de la nuit du cyclone, où ils ont tous subi un choc traumatique dû au passage de l’ouragan, qui faut-il le rappeler, a détruit la préfecture de St-Martin. Une situation extrême qui avait obligé l’équipe préfectorale à passer toute la nuit dans une étroite pièce en dur, dans le noir, dans une grande promiscuité. « Elle a vu la mort en face », nous a déclaré une source préfectorale. Ceci explique cela et il a donc fallu prendre des dispositions pour gérer cette incapacité, avec souplesse.

Toujours en place

Reste que, Anne Laubiès, il faut le préciser, n’a pas été relevé de ses fonctions. Dans le langage convenu, elle a été renforcée par deux sous-préfets, un de l’administration centrale et un sous-préfet de la Martinique. Par ailleurs d’autres cadres de l’administration sont également arrivés sur l’île, pour garantir le plein exercice de l’autorité de l’État sur ce territoire totalement dévasté.

Fuite ou pas fuite, l’autorité s’est révélée défaillante, abandonnant les habitants de Saint-Martin à leur triste sort...

(Source : medias-presse.info)

En lien, sur E&R :

Éviter le piège de la guerre civile avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quand la pauvreté est installé comme à Saint martin,déjà avant le cyclone ,il faut imaginer après , quand un état comme la France ne prévoit rien pour ré-organiser l’ordre.Et c’est la que nous allons voir notre gouvernement à l’œuvre.Je pense que sa compétence va être à son paroxysme Cette ile est une poudrière .

     

    • #1799959

      Désolé mais "gouverner c’est prévoir", y’a rien eu de prévu donc vous attendez pas à ce que Macron rétablisse quoi que ce soit : fallait agir avant, maintenant c’est trop tard.
      Et ce sera pareil pour la France.
      Vous voyez bien qu’au gouvernement financièrement ils ne s’en sortent pas, pour prévoir les choses, çà demande des sous : sont-ils prêts à faire les investissements nécessaires au cas où, pour prévenir un danger climatique ?
      Bien sûr que non. Çà n’entre pas dans la logique du Capital ce genre de considération !
      Le capitalisme n’a rien de social, n’a rien d’humain !

      Aussi, le vivre-ensemble dans le chaos peut être provoqué par un crash bancaire : fermeture des banques, des DAB, ruées sur les magasins... çà peut aller très vite. La civilisation, surtout sous la 5ème, est hyper fragile, et fragilisée, effectivement avec l’immigration qui n’arrange rien.


  • #1799938

    Un gouvernement sérieux aurait envoyé préventivement plusieurs milliers de soldats pour prévenir les pillages mais on n’a surtout pas voulu le faire, "pour éviter de STIGMATISER" la population d’origine africaine . Encore aujourd’hui il pourrait faire quadriller Saint Martin, faire fouiller toutes les maisons et récupérer tout ce qui a été volé, mais il ne le fera pas, et pour la même raison : surtout ne pas choquer la "SENSIBILITE" des pillards ! Les voleurs vont pouvoir narguer les volés en exhibant ce qu’il leur ont volé ! Et quel exemple pour les racailles de métropole ! "On va pouvoir piller, le gouvernement s’en fout !"

     

  • Apocalypse now


  • Je ne lis nulle part que le crack était déjà un gros problème avant le cyclone, ni que la violence est déjà très présente aux antilles depuis un certain temps. Irma n’est que le déclencheur.
    Un de ces jours, on reparlera sûrement de Mayotte et tout le monde sera encore étonné ?

     

    • Très juste... Une seule consigne depuis des années, sur tout le territoire et pour tous les problèmes : pas de vagues. Jusqu’à l’ouragan...


    • exact
      +
      tout le reste

      c’est triste mais je pense qu’il faut raser l’ile, devenue immonde,
      faut tout flinguer
      renvoyer des immigrés
      rapatrier tout le monde
      ensuite construire proprement
      fermer la frontiere avec hollande si le blanchiment continue

      je peux vous garantir qu’il y a au moins une famille de mafieux qui a perdu beaucoup et j’en suis très satisfait (ai eu un tres gros probleme la bas)


    • " faut raser l’ile " !!!
      " faut tout flinguer " !!!
      Quand vous concluez que vous avez eu " un très gros problème là-bas ", je veux bien vous croire et on peut dire aussi que visiblement ce problème demeure.


  • #1799949
    le 12/09/2017 par Philippot, vite !
    Saint-Martin : une répétition pour la guerre civile ?

    Ce genre de catastrophe naturelle montre tout l’intérêt public de la préparation survivaliste des citoyens. Ceux qui étaient préparés ont pu se tirer d’affaire et aider ceux qui ne l’étaient pas.
    À trop compter sur les services de l’État pour assurer sa sécurité, son alimentation, son énergie et sa santé, on en paye le prix un jour où l’autre.

     

    • #1800225

      La préparation survivaliste n’empêchera pas les BAD de se faire raser par une catastrophe naturelle, ni de se faire piller par des hordes incessantes. Même une forteresse intacte bien équipée en défenses et en soldats finira par tomber.
      A mon avis, ceux qui étaient préparés se sont pris une double grosse claque en voyant que ça ne leur permettrait pas de résister à grand chose. Les pilleurs et les gangs sont préparés, équipés et organisés à la survie puissance 10. Un petit groupe de voisins survivalistes ne serait qu’une cible facile de premier choix pour se ravitailler en bouffe et en armes.


    • #1800343

      A mon avis, ceux qui étaient préparés se sont pris une double grosse claque



      Alors que dire de ceux qui ne se sont pas préparés du tout... A moins qu’ils dorment toujours... ?


  • Pardon mais il s’agit d’une guerre raciale ... les blancs n’ont pas attaqué les nouars.

    Au Japon, éthniquement homogène, les gens ne s’entretuent pas en cas de catastrophe de se genre.

    PS : je pisse au cul des ethnomasochistes qui viendront pleurnicher sur les pauvres nouars oppressées par les mechants blancs sionistes de St Martin ;)

     

    • #1801874
      le 15/09/2017 par Emmanuel pas macron
      Saint-Martin : une répétition pour la guerre civile ?

      C’est pas une question de couleurs mais de richesse. Les pauvres ( noirs ) pillent les riches ( blancs ), c’est aussi simple que ça. Allez dans les lycées privées bien bourges de Paris. Vous serez surpris à quel point dans la richesse il n’y a plus de couleur. Du coup, les différences de couleurs sont utilisées par les riches pour désunir les pauvres.


  • #1799960

    S. Martin a entrepris l’évangélisation des campagnes à dos d’âne ou à mulet, de village en village. Les routes de Touraine et du Berry l’ont vu passer. Il poussa en Auvergne, en Saintonge ; il prêcha dans la région parisienne comme dans la vallée du Rhône. Partout il remplaça les temples païens par des églises et des oratoires. Il fonda le monastère de Marmoutiers, où il demeura avec quatre-vingts religieux.
    La liturgie romaine appelle saint Martin "le merveilleux ressusciteur de trois morts". Comme, en se rendant à Chartres, dit S. Sulpice Sévère, il traversait une bourgade païenne, touché par les larmes d’une pauvre mère qui lui présenta le corps inanimé de son petit enfant, il le ressuscita devant tout le village, qui se convertit. Bergoglio le détesterait et ferait tout pour l’arrêter mais c’est pourtant le message envoyé. Sans foi ni loi, comme dans l’ancien testament, Dieu rétabli les lois, que cela plaise ou non, car sans lui, que la dégénérescence est grande.
    Avec S. Martin, apôtre des Gaules au IVè siècle, Dieu prévient son Royaume de prédilection, là ou son Sacré-Coeur triomphera bientôt pour le salut du plus grand nombre. 485 bourgs ou villages portent encore son nom. Le vocable d’église S. Martin ou le nom de village S. Martin est le plus répandu en France. C’est bien le retour aux fonds baptismaux de Reims ou ça. Que Dieu ait pitié de nous et qu’il ne manque pas de nous envoyer beaucoup d’autres messages car un siècle de darwinistes a eu le temps de se former, autant dire une horde de walking-dead nous attend. Les migrants sont un bon exemple et peu importe l’ethnie et la catégorie sociale, quand les jouisseurs ne pourront plus jouir, ça fera très mal. Merci de m’avoir fait pauvre et célibataire longue durée Seigneur !


  • #1799962
    le 12/09/2017 par La bête immonde
    Saint-Martin : une répétition pour la guerre civile ?

    Si vis pacem, para bellum.

    Préparons-nous au pire (la guerre civile) pour pouvoir éventuellement l’éviter ou pour y survivre si on ne peut pas l’éviter !

     

  • #1799972

    j’attendais de lire une analyse pointue de l’évènement et la voilà.
    Je n’aurais pas pu dire mieux.
    Je remercie tous ceux qui m’ont éveillé a la réalité de cette société , depuis je garde des pièces en argent un peu d’or et j’ai un fusil de chasse bien chargé
    je crèverai peut être mais j’en emporterai quelques uns avec moi....


  • #1799973

    Les racailles ont déjà toutes les armes utiles aux pillages, aux viols, aux meurtres.
    En cas de guerre civile, policiers et gendarmes sécuriseront leurs familles et leurs biens, les autres se d......

     

    • #1800231

      Exactement. Les gangs ont déjà tout ce qu’il faut pour survivre et même prospérer dans le chaos : organisation, logistique, planques, armes, vivres, et de nombreux larbins pour assurer le ravitaillement. Les policiers et gendarmes qui feraient le choix de se retrancher individuellement dans leur BAD familiale ne gagneront peut-être qu’un très léger sursis. Fallait démanteler les gangs quand il était encore temps au lieu de les laisser se développer...


  • Pillages à St-Martin puis en Floride...
    Alors que...Cuba, elle aussi durement frappée par Irma : aucun pillage rapporté !!

    Quelles leçons en tirer ??

     

  • #1800011

    L’Etat français, de bas en haut, est probablement juste un de plus laxiste d’Europe. Point. Pas besoin de longues explications et analyses.


  • #1800215

    Rien n’est hasardeux ; que ce soit avec Irma ou l’immigration les stratèges du chaos sont là pour exploiter la moindre occasion, "agitons le peuple pour s’en servir", pour provoquer une guerre civile.


  • #1800234
    le 13/09/2017 par Francois Desvignes
    Saint-Martin : une répétition pour la guerre civile ?

    Arrêter l’analyse aux effets ou aux causes immédiates signifie seulement qu’on refuse de voir les causes :

    - D’une part, que l’île de St martin soit peuplée de racailles et de blancs qui n’ont pas besoin de l’être ou de quelques noirs qui ne veulent pas l’être ne contredit pas que l’incurie du gouvernement est la cause de l’anarchie, et que cette incurie trouve elle-même sa cause principale dans l’épuisement spirituel et idéologiqe de la République.

    De ce point de vue, St Martin a révélé l’épuisement de la République.

    - D’autre part, les racailles "dans l’illégalité" et les blancs et les noirs "légaux" ont, à St martin comme en métropole, un point commun : ils croient sincèrement qu’Irma est la faute à pas de chance.Ils refusent d’avoir une lecture "céleste" des évènements, se cantonnant à une explication pseudo scientifique et matérialiste des causes. Dieu n’a rien à voir là dedans est leur conviction et cette conviction est élevé au rang de l’axiome.

    De ce point de vue, l’athéisme enraciné de tous est la cause de l’épuisement de la République.

    Mais pour un croyant, (et tous les croyants ne sont pas fous) seule l’explication céleste est cohérenteet par sa cohérence, prudente .

    Le constat est que Dieu, jaloux de Sa gloire, en a marre qu’on se foute de sa gueule et va donc continuer de cogner : Irma n’est qu’une friandise apéritive.

    Pourtant, ce n’est pas à ce stade que le discours est instructif mais ici :

    c’est l’idéologie mondialiste qui est le levain de l’athéisme et donc d el’épuisement de la république (l’Empire).

    Et Irma en révélant avec éclat cela, nous a rendu ce service :

    l’idéologie mondialiste n’a pas de système immunitaire, fétu de paille antichrétien, il ne résiste même pas à une tempête.

    Je rends donc grâce à Dieu de Sa miséricorde.

     

    • Je suis complètement de votre avis. Votre commentaire nous conforte, chrétiens dans notre ressenti de la Présence du surnaturel dans le cours des événements ! Ces châtiments échappent complètement aux quidams athéistes, parlant de reconstruire l’île dévastée sans avoir compris le message divin, ni même supposé que d’autres ouragans probables reviendront ? De la folie ....

      Irma presque anagramme de Mari()e et de mari, l’Époux Céleste, Notre PÊRE !

      Pour l’ordre inversé satanique, Irma est une voyante donc liée à leur magie noire !

      Quant à José, nous avons un prénom masculin d’origine hébraïque, transcription espagnole de Joseph, lui-même dérivé de « Yoseph », également hébraïque, signifiant « Dieu accroîtra ma descendance ». José, proche de Joshua !

      Il est étonnant de constater qu’après l’éclipse du 21 août 2017 qui s’est produite au États-Unis , encore un 21, jour aussi de la mort de Trotsky,ce sont formés au large de l’Atlantique des ouragans dévastateurs Irma et José.

      Ouragans naturels ? Ouragans artificiels ? fabriqués par la main de l’homme satanique grâce à la géo-ingenieurie WEATHERWAR101 montrant la fabrication artificielle d’Irma ? D’ailleurs, un film est déjà prévu comme par hasard il s’intitule GÉOSTORM ! Il ne se cachent même plus sûrs de leurre victoire ! ...

      La synagogue de Satan enclencherait-elle des cataclysmes dévastateurs pour créer son nouveau monde ? Produire son 21/12/2012 en temps réel, puisque cette date annonçait le début de la fin du monde chrétien dont Macron né un 21/12 est le porte-parole jupitérien pour en finir avec l’Ancien monde et ses valeurs ? De la folie tout ça !


  • "Nul ne peut prévoir exactement l’effet d’un ouragan, et, comme l’a rappelé Mathieu Lenoir, Irma n’était pas le plus puissant jamais vu"

    Je ne comprends pas que l’on puisse dire cela.

    On peut prévoir l’effet d’un ouragan. La preuve : celui-ci s’est déroulé exactement selon la prévision de l’ECMWF du 31 Aout, immédiatement reprise par les médias américains.

    On ne peut argumenter que la prévision n’était pas certaine.
    1-l’ECMWF (centre meteo européen payé avec nos impots) est le plus moderne et le plus fiable de la planète, raison pour laquelle les américains le prennent très au sérieux (il avait prévu Sandy sur New-York, ce qu’aucun météorologue américain n’avait réussi)
    2-la carte ECMWF du 31 Aout montrait au moins 50% de probabilité. C’est plus qu’assez pour agir immédiatement.
    3-Evidemment, lorsqu’un cyclone interagit avec le continent, ou une île de la taille de Cuba, les équations se compliquent et certaines données de départ sont imprécises, donc les prédictions sont moins certaines. Mais là, on est quasiment dans les conditions d’une expérience de laboratoire. Les seuls paramètres sont la quantité de chaleur stockée dans l’océan, et les caractéristiques de la masse d’air, choses qui sont parfaitement connues. L’estimation de la probabilité à 50% était parfaitement fondée.

    Quant à "Irma n’était pas le plus puissant cyclone", Certes les médias l’ont prétendu pour faire, comme d’hab, du putaclique. Et donc ? Cela change quoi au scandale. Le gouvernement a bullé pendant plusieurs jours, alors qu’un ouragan meurtrier avait plus de 50% de probabilité.

    En googlant "rapidly intensifying hurricane irma", vous trouverez les articles américains dès le 31 Aout avec les prédictions ECMWF. Le plus concis, mais avec l’essentiel, est celui du Huffington Post.

    Comment un ministre pourrait maitriser ces questions techniques ? Il suffit de savoir lire l’anglais pour comprendre dès le 31 Aout qu’il y a un sérieux problème. Et si l’on est un profane en météo, on téléphone au météorologue pour avoir les explications nécessaires.
    Ce n’est pas du tout ce qu’ils ont fait.
    Dans le Figaro, un article visiblement téléphoné par le gvt, fait la chronologie de ses actions. Ca commence donc par : "Dés le 3, le gvt a réagi dès l’annonce par la chaine météo". Pour ce gouvernement de communicants, le savoir produit par le travail des scientifiques n’a pas de valeur. Comptant donc sur les médias pour s’informer des risques météos, il agit comme un parfait capitaine de pédalo.


  • #1800253

    Gouverner un pays comme la France c’est un boulot à plein temps. Le laisser aller des dernières décennies laisse des traces cruelles pour les habitants de ces îles exposées. La nature est révélatrice, dans ces contrées, de l’inconséquence de nos dirigeants et du renoncement des plus hautes instances de l’ État.
    Bien triste quelle que soit la cause du désastre.


  • #1800290

    Le monde de demain (tout proche), c’est le communisme ou Mad Max ...

     

  • #1800342
    le 13/09/2017 par Jean Le Chevalier
    Saint-Martin : une répétition pour la guerre civile ?

    Une grosse catastrophe sur l’hexagone et vous verrez que les pillages ne sont pas seulement dans les îles lointaines. Ce genre de barbares sont aussi présents ici et depuis longtemps. L’immigration incontrôlée, la perte des valeurs de la France, l’absence de spiritualité dans le quotidien, l’éducation laxiste et une justice inefficace...nous glissons vers l’abyme...


  • #1800347

    Macron pas foutu de ne pas mettre sa cravate au milieu des ruines : on a la preuve définitive que ces types vivent dans un monde parallèle au notre....


  • Rien de nouveau à St-Martin. Je m’y rendais au début des années 2000 pour le travail et déjà cet insécurité ambiante régnait, où les entreprises d’importation et de distribution avait plutôt intérêt de cadenasser doublement leurs portes et où les voyous en roue libre circulaient librement. L’incurie de l’état est chronique là-bas, elle n’est pas née avec Irma.


  • #1800399

    ’’Défendez-vous comme vous pourrez. J’espère que vous avez des armes : tirez-leur dessus’’
    Mais non, pauvre connard, ils n’ont pas d’armes pour se défendre, parce qu’il est interdit d’avoir des armes pour se défendre, et tu le sais parfaitement puisque c’est toi qui les surveilles pour les empêcher d’avoir des armes pour se défendre. Tu sais que tu dois t’en prendre aux victimes et pas aux coupables et que toute défense est illégitime. C’EST LA LOI.

     

    • #1800431
      le 13/09/2017 par Philippot, vite !
      Saint-Martin : une répétition pour la guerre civile ?

      ils n’ont pas d’armes pour se défendre, parce qu’il est interdit d’avoir des armes pour se défendre




      N’importe quoi ! il est parfaitement autorisé d’avoir des armes chez soi pour se défendre !


    • #1800541
      le 13/09/2017 par La bête immonde
      Saint-Martin : une répétition pour la guerre civile ?

      Avant de traiter les gendarmes de pauvres connards, on se renseigne, sinon on risque de passer soi-même pour cela. La détention, chez soi, d’armes à feu de catégorie B et C est autorisée par la législation française.


    • #1800558

      La détention, chez soi, d’armes à feu de catégorie B et C est autorisée par la législation française.



      Oui, mais c’est réservé aux chasseurs, aux tireurs de compétitions, et aux membres de la polices et à leur proches... Ce que je veux dire c’est que le système fonctionne de sorte que ce ne soit pas si « facile » d’avoir le droit de posséder des armes à feu en France. Souvent il faut être coopté (égalité blabla... sur la commode) dans les rares « clubs » existants. Tout ça, plus pour désarmer le citoyen que par soucis de sécurité public (puisqu’un « gangster » ne va pas se poser de questions d’ordre légale pour posséder une arme..lui ! Il est donc factuellement avantagé sur ce plan face au citoyen.). Il y a la Loi et il y a la réalité des faits. Selon le milieu auquel vous appartenez et vos relations, vous aurez plus de facilité, ou pas. Ça relativise déjà la notion de "droit"...


    • #1800638

      Se défendre : la voie directe vers la prison.


    • #1800641
      le 13/09/2017 par Philippot, vite !
      Saint-Martin : une répétition pour la guerre civile ?

      @Rivarol



      Se défendre : la voie directe vers la prison.




      Certes, mais mieux vaut être vivant en prison que mort ailleurs.


    • #1800644
      le 13/09/2017 par Philippot, vite !
      Saint-Martin : une répétition pour la guerre civile ?

      @iskandar

      Oui, je suis tout à fait d’accord avec ton analyse. L’honnête citoyen est désavantagé par la loi face au cambrioleur et au meurtrier. Sachant cela, c’est de la responsabilité de chaque père de famille de se débrouiller pour avoir au moins une arme à feu chez soi en passant le permis de chasse ou en prenant une licence de tir sportif.


    • categorie B et C, ce n’est pas rien, ce ne sont pas des armes automatiques mais elles peuvent donner le change
      en 1930 tout le monde pouvait acheter un pistolet 6.35mm , manufrance en vendait par correspondance, et la France de l’époque, n’était pas violente comme celle d’aujourd’hui, mais
      le pays n’était pas ce qu’il est devenu
      lors de la débacle de 1940, il y a eu des exactions commises pas des salopards , mais sur l’ensemble, l’immense majorité a su garder l’essentiel de ses valeurs ET FAIRE SON DEVOIR malgrés l’adversité.
      qu’en serait t il aujourd’hui ? la réponse de ce gendarme en est le résumé
      alors si l’autorité que représente la gendarmerie et de ce fait chaque gendarme se réduit a cela en période de crise, et bien quelle valeur accorder a cette mème autorité en temps ordinaire
      car voyez vous plus qu’une force, qu’il ne pouvait avoir a lui seul, toute ces personnes ne recherchaient avant tout qu’une seule chose, sa présence a leurs cotés
      ce brave gendarme a préféré la présence des siens, libre a lui


  • #1800402

    ’’ ils n’imaginaient pas qu’elle craquerait dans la nuit, hors d’état de prendre la moindre décision, tremblante de peur’’
    Evidemment il est plus facile de faire des effets de nichons, de faire chier le monde, de se goinfrer en passant à la caisse que d’assumer les coups durs et d’être à la hauteur de ses responsabilités, c’est là que la Réalité fait le tri. Mais on savait déjà tout cela...on n’a aucune illusion à ce propos...


  • #1800459

    Je parie que cette "préfete" demain dira qu’elle est critiquée simplement parce qu’elle est une femme ; que l’univers de l’administration territoriale est dominé par les hommes. En somme que ceux qui la critiquent sont d’abord des misogynes, ensuite des sexistes, et enfin des nazis ; qu’elle vit "les heures les plus sombres" de sa carrière...


  • #1800550

    Il y a eu beaucoup plus que 9 mort, ceux sur place parle de 1000 morts, 9 morts c’est ce que tu vois en sortant 25 min de ton abris !


  • #1801594

    La préfète a été dégagée car elle avait critiqué les services..
    et donner le conseil d’organiser sa propre sécurité..


  • #1802249

    La sélection naturelle est de retour, et visiblement donne la faveur aux hors la loi sans scrupules face aux citoyens devenus de tendres moutons inoffensifs.
    Un conseil, allez dans un stand de tir, obtenez une licence, achetez une arme de catégorie C, avec le temps passez a la catégorie B, et préparez vous a devoir l’utiliser pour défendre votre vie ou votre famille ... Car la sélection naturelle, elle, ne vous attendras pas.
    Et soyez rassurés, un type comme Macron se fera bouffé tout aussi rapidement, ou sera obligé de s’exilé avec sa tripoté de garde du corps et vous laissera seuls face à la nature destructrice de l’Homme.


Commentaires suivants