Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Malgré l’hostilité de Washington, le gazoduc russo-allemand Nord Stream 2 est "entièrement achevé"

Le directeur-général de Gazprom Alexeï Miller a annoncé ce 10 septembre au matin que la construction du gazoduc russo-allemand Nord Stream 2 était « entièrement achevée ». Ce projet de 11 milliards de dollars doit permettre à l’entreprise russe de doubler sa capacité d’exportation de gaz vers l’Europe en passant par la mer Baltique. Un chantier stratégique longtemps retardé par des menaces de sanctions américaines et des tensions géopolitiques, et dont l’aboutissement pourrait bien rebattre les cartes.

« Nous avons tous intérêt à ce qu’au plus vite » l’Allemagne donne l’autorisation pour le lancement des livraisons de gaz, a dit Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe lors d’un briefing téléphonique avec des journalistes.

Menaces en série

Ce nouveau gazoduc pourra transporter 55 milliards de mètres cubes de gaz par an, suffisamment pour approvisionner 26 millions de foyers, selon l’opérateur de Nord Stream 2.

Mais le projet, qui représente une avancée géostratégique majeure pour Moscou, déplaît fortement à Washington, qui dit redouter l’augmentation de la dépendance de l’Europe vis-à-vis des importations énergétiques russes. L’administration Biden avait d’ailleurs menacé de sanctions « toute entité impliquée dans le pipeline Nord Stream 2 »... avant de s’avouer vaincue face à l’avancée inexorable du projet.

Nord Stream 2 permettra également à la Russie de ne plus être obligée de faire transiter par l’Ukraine 40 % de son gaz vers l’Europe, ce qui privera Kiev de 1,3 milliard d’euros de frais de transit que lui verse chaque année Gazprom. Ce qui avait poussé le président ukrainien Volodymyr Zelensky à affirmer, lors de la visite la chancelière allemande Angela Merkel le 22 août, que Nord Stream 2 était « une dangereuse arme géopolitique du Kremlin ». Ce 10 septembre le porte-parole de la présidence ukrainienne a ainsi ajouté que « l’Ukraine allait se battre contre ce projet politique russe jusqu’à son achèvement. »

 

Un projet qui rebat les cartes énergétiques

[...]

[...]

La fin de l’hostilité politique au profit de l’économie ?

Reste à voir si tous les adversaires politiques de ce projet se rangeront derrière la bannière de la coopération économique.

Si l’administration Biden a adouci son ton, à Washington, on continue de réfléchir à de possibles moyens de pression envers la Russie autour de ce projet. « Si nous ne pouvons pas arrêter le pipeline, comment en tirer le meilleur parti une fois qu’il est terminé ? », résumait ainsi un « haut responsable » américain cité par Reuters en mars 2021.

Quelques jours plus tôt, c’est Wolfgang Ischinger, ancien ambassadeur d’Allemagne aux États-Unis et actuel président de la Conférence de Munich, qui avançait ses pistes dans le Spiegel pour tenter de résoudre le « casse-tête Nord Stream 2 ».

Il proposait que l’oléoduc, une fois achevé, soit utilisé comme levier politique avec la mise en place d’un « mécanisme de freinage d’urgence avec la participation de l’UE qui pourrait être activé pour arrêter les flux du gazoduc si la Russie, par exemple, violait l’accord concernant l’utilisation continue de l’infrastructure ukrainienne de transit de gaz ». Il proposait aussi la création d’un « Paquet énergie euro-atlantique » qui prévoirait notamment un soutien accru à l’Ukraine dans « sa quête d’intégrité territoriale et de développement économique ».

Preuve que les opposants au projet russo-allemand n’ont sans doute pas dit leur dernier mot dans ce dossier...

Lire l’article entier sur francais.rt.com

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Si l’Ukraine n’est plus un outil de negotiations geopolitiques, elle sera vite abandonnee par les USA. Sans ses revenus lies aux pipelines, ils vont se trouver avec un gros deficit. Ils vont finir par rentrer sous le giron des Russes. Comme le Turkmenistan.

    Putin c’est vraiment le champion d’echecs. Il fait echec et mat partout ou les ricains essaient d’interferer. Si le gain d’influence Russe sur l’Europe pouvait s’accompagner d’un regain d’influence Chretienne, ce serait formidable.

     

    Répondre à ce message

  • Bah ça irait plus vite si les américains déclaraient le gaz russe propriété ukrainienne ne pouvant être exploité et vendu qu’avec leur accord à des clients par eux désignés et à leur propres conditions. Ça semble un deal très avantageux, non ?

     

    Répondre à ce message

  • Poutine œuvre pour le développement de son grand pays et le bien-être de ses concitoyens , pendant que les marionnettes cocainées européennes , cherchent elles , jour et nuit , par le mensonge, la propagande, et le crime à soumettre les peuples au lobby mondialiste qui les à installés à l’Elysée et aux autres postes de relais du plan de big-pharma et de big-brother !

     

    Répondre à ce message

  • Bravo à l’Allemagne, qui se renforce, et qui renforce sa position de puissance principale en Europe de l’ouest. Elle joue sa carte solo en Europe car elle conserve sa souveraineté.
    La France n’a droit qu’aux miettes que lui donnera l’Allemagne, car quand on commence à se soumettre, on finit par être méprisé et méprisable.

     

    Répondre à ce message

    • #2805930

      L’Allemagne a continué à retrousser les manches pendant que nous déclinons :à cause de mauvais choix politiques,industriels,syndicaux,sociaux.Les allemands ont continué à faire ce qu’ils savent faire:bosser.Nous ne pouvons pas lui en vouloir.Notre déclin a commencé avec Mitterand,on pourrait même dire,dans tous les domaines,et s’est depuis poursuivi avec ses successeurs,parce que gouvernés par le même petit esprit,or le peuple français a besoin de foi dans l’avenir,de se sentir reconnu aux yeux du monde,d’être libre (soit des politiques int. et ext. complètement différentes):ramenez la foi en la France,redonnez-lui son identité,bref,retroussons les manches à notre tour,et le pays repartira...

       
  • #2805783

    L’Allemagne est certes la plaque tournante des mondialistes d’outre atlantique depuis 45 , mais c’est la plus forte puissance de leur Europe façonnée par les " libérateurs " , donc cette petite entorse économique leur sera pardonnée par leurs maîtres , qui sont conscients de leur allégeance.

     

    Répondre à ce message

  • La plus grande hantise des états-unis, c’est bien l’alliance de l’europe (des six) avec la russie. Une alliance économique et militaire signerait, pour de bon, la fin de leur hégémonie. Fort heureusement l’UE est entre leurs mains...

     

    Répondre à ce message

  • Je me demande surtout quelle monnaie va être utilisée pour l’échange du gaz mais vu la fureur des USA, je mettrais bien un p’tit billet que ce ne soit pas en USD.
    On sait ce que la volonté de Kadhafi d’échanger son brut en pétro-dinar, s’exonérant du billet vert, lui a coûté et c’est nous qu’on a payé et qu’on a fait le boulot à leur place (sic). Avec BHL en Ministre des Affaires Étagères (re sic, avec ce qui reste du Quai d’Orsay, je me permets).

    Bon, il y aussi cette espèce de spectre qu’ont les américains de toujours considérer la Russie comme un facteur potentiel de bipolarité alors qu’ils se manifestent militairement en Mer de Chine méridionale et reconnaissent donc de facto, au moins une troisième force qu’est la Chine.

    Je crois qu’ils n’ont plus aucune stratégie et qu’ils s’emmêlent les pinceaux dans leur géopolitique.
    Pour nous, au vu de notre histoire diplomatique, ce serait plus que le moment de quitter le commandement intégré de l’OTAN et l’UE.

    La Marinière, faute de se mettre au boulot pour comprendre la seconde, dit maintenant qu’elle veut y rester pour ne plus avoir à en parler et afficher sa paresse. Il reste Asselineau mais il est moute par ses amours et Philippot qui est de loin le mec le plus sérieux et intelligent de tout le paysage politique français mais ne fait que 5%, et encore. Allez, on va se dire que la Divine Surprise...
    Et pis un Président homo, c’est progressisss (re re sic, j’avais 3 sic en crypto-monnaie à refiler, et puis je pense tous les jours à Ignatus et à tous ces cons).

     

    Répondre à ce message

  • Depuis le départ de Trump, les choses avancent ! Afganistan enfin libre, taïwan bientôt réintégrée à la Chine, gazoduc russo-allemand mis en place, Iran pas emmerdée pour son nucléaire, ... et pas de guerre !

     

    Répondre à ce message

  • A 3mn 39 : " les relations entre la Russie, l’Allemagne et la France s’améliorent".
    Le retour du réel toujours plus fort que les idéologies !

     

    Répondre à ce message

  • #2806041

    ET UNE QUENELLE GAZEUSE DE LA PART DE TONTON VLAD ! UNE !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents