Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Mon frère, ce bourreau" : lettre d’Alexandre à son frère Yann Moix

Comme ses maîtres, Yann est devenu un spécialiste de l’inversion accusatoire

[…]

Je n’ai pas de frère.

Je suis le « mec qui habitait en même temps que Yann chez ses parents ». « Un médiocre ». « Une entité génétique similaire qui se balade quelque part sur Terre ». « Un raté ». Dernièrement, un « néonazi » ! Le sérail m’informe régulièrement des fulgurances moixiennes de mon frère à mon sujet…

 

« Ton frère te voue une haine infinie », m’a récemment confié un de ses plus vieux amis. Je l’ai toujours su au fond, mais sa confirmation est une gifle. Cinglante. Ma naissance, 4 ans après la sienne, aura donc été son chaos. La fin de son monde. Je serais venu sur Terre uniquement pour achever son règne. J’aurais, paraît-il, enfanté son malheur. Ma naissance n’aura été qu’un putsch.

Devenu adulte, j’ai longtemps déploré son absence mystérieuse et inexpliquée ; son silence, brutal, long, obscur. J’ai d’abord essayé de les comprendre, de les disséquer, d’en chercher les fondements. De guerre lasse. Je suis devenu un spectateur occasionnel, abasourdi de ses outrances, de ses mauvaises humeurs médiatiques, de ses prises de positions fielleuses, de sa harangue belliqueuse. Le soi-disant sniper est en fait un serial killer qui guette sa proie et la dépèce. Jusqu’à la prochaine.

Quand, au lendemain de ses inégales interventions, on me posait la question de notre parenté, un malaise profond m’envahissait. Voilà qu’on m’associait à cet être distribuant de la haine sur les plateaux de télévision et partout où il posait le pied.

Exister avec ce nom si encombrant forçait alors le respect. Ce nom – son précieux – qu’il protégeait avec hargne, était l’objet récurrent de ses menaces téléphoniques nocturnes : « Je vais t’envoyer des mecs chez toi qui te feront faire passer l’envie d’utiliser mon nom, pt’it con ! Il n’y a qu’un Moix sur Terre ! Et il n’y aura qu’un Moix dans la littérature ! Il n’y aura qu’un Moix dans le cinéma ! Moix, c’est MOI ! », éructait-il, avant de raccrocher, me laissant hagard pour le restant de la nuit. Moix, c’était lui. Moi, je n’étais que moi. Misérable et médiocre. Raté, il l’avait décrété. Tel serait mon avenir. Partout, j’avais désormais la sensation de voler mon nom, d’usurper son identité.

Dans sa vie, mon frère n’a que deux obsessions : obtenir le prix Goncourt et m’annihiler. Me nier, m’éliminer, me rayer de la carte. Par tous les moyens. Physiquement ou moralement.

Il y a quelques années, je tombais par hasard sur une émission de radio. À la question : avez-vous des frères et sœurs, Yann répondait aussitôt : « Non. Enfin si… Enfin, c’est tout comme… Il y avait à la maison un collabo qui me caftait à la Kommandantur ! ». Si j’étais son collabo, il était mon tortionnaire.

J’ai subi 20 ans durant des sévices et des humiliations d’une rare violence de sa part. Ceux-là mêmes qu’il décrit dans son roman, en les prêtant à nos parents. J’aurais rêvé d’un grand frère protecteur. Mais Yann était un grand frère destructeur. Chaque phrase qu’il m’adressait me sonnait comme des uppercuts. Il s’exerçait déjà sur moi à tester ses aphorismes de haine. Les mêmes qu’il assène dans ses arènes médiatiques. J’en retrouve parfois certains.

En matière de sévices, Yann faisait preuve d’une imagination débordante. Je rêvais d’un frère au cœur d’artichaut, il était mon Orange mécanique.

Tentative de défenestration du premier étage et de noyade dans la cuvette des toilettes quand j’avais 2 ans, passages à tabac récurrents dès que nos parents s’absentaient, destruction systématique de mes nouveaux jouets, jeux, maquettes, matériel de sport, souillage et appropriation de mes livres…

Je ne compte plus les matins où, pris d’une colère terrible, aussi soudaine qu’incontrôlable, il envoyait valser, sans autre raison que ma seule présence, la table du petit déjeuner à l’autre bout de la cuisine.

Je me souviens comme si c’était hier de ce jour, où, m’attrapant violemment la main, il me la coinça de toutes ses forces entre les persiennes métalliques de notre chambre et les referma sur mes phalanges. La douleur fut si intense que j’en tombais dans les pommes. Le lendemain, j’avais perdu tous les ongles. J’avais 10 ans.

Et cette fois, où, adolescents tous les deux, il me pourchassa, pour ne pas avoir voulu lui obéir (car il me fallait être à ses ordres) dans toute la maison avec un énorme couteau de cuisine en hurlant – prêt à me tuer – qu’il allait me « saigner comme un goret ».

Cette fois aussi, où il m’enferma à clé et me laissa prisonnier dans le grenier exigu de l’immeuble de notre grand-mère durant une journée entière alors que je n’avais que 7 ans.

Et puis toutes ces nuits d’effroi, où, à pas feutrés, il se glissait jusqu’à mon lit pour m’étrangler ou m’asséner des coups alors que je dormais déjà. Ses poings pleuvaient sur ma couette comme des giboulées. Mes parents ne se réveillaient pas, comme il l’écrit dans son livre, à cause de ses cauchemars incessants, mais en raison de mes cris de douleur ou de terreur.

[…]

Lire l’intégralité de l’article sur leparisien.fr

 


 

Bonus E&R : Réécouter Alain Soral à propos de Yann Moix

 

Entretien du mois, juin 2012 :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

127 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ces gens en concurrence avec leur propre famille, j’en sais quelque chose.

     

  • Avec l’autre hystérique , la Langot , ils forment un sacré duo de tordus !
    Et dire que ces abrutis vivent sur le dos des gilets jaunes , grace au racket exercé par le système et les medias-merde français !!


  • Si tout cela est véridique, je plains sincèrement Alexandre et je me dis que Yann est un "dingue".

     

  • C’est bien ça Moix , cruel avec les plus faibles mais servile et lâche devant les plus forts du moment . Si un jour au cinéma on veut trouver la caricature grotesque du collabo veule et tortionnaire on a qu’a prendre Moix , il a déjà le physique torturé du nain qui se veut géant auprès des géants pour un peu de pouvoir afin d’exprimer les désirs pervers dus a sa nature profondément envieuse .

     

    • Je me souviens avec bonheur du jour où il s’est fait remettre à sa place par la pianiste géorgienne Katia Bhuniatishvili à qui il reprochait de ne pas avoir un jeu transcendant( il voulait la comparer à Rubinstein). Celle-ci, d’une manière fort élégante lui a sorti une petite pique concernant les ratés de son espèce dont foisonnent les critiques et lui citait ce mot de Cocteau :"Le critique compare toujours, l’incomparable lui échappe". J’ai vu rougir le petit Yann, tandis que son complice Ruquier lui-même malgré son sourire de hyène légendaire regardait ses chaussures sous les applaudissements du public. C’était plaisir à voir !


    • J’ai retrouvé la vidéo du passage de Katia Bhuniatishvili et bizarrement la vidéo semble avoir était coupée à 12:28
      https://www.youtube.com/watch?v=ZLC...


  • Son porte-flingue de frère révèle au grand jour la psychopathie de son grand frère ; inconsciemment beaucoup de Français le savaient. Ses éructations grossières, par ses vices multiples en coucherie, un jour on apprendra qu’il était disciple d’un certain Epstein. Cette série de sévices ne peut croiser que la route d’un Epstein qui, à dessein, le faisait chanter à son tour. A mon humble ce jour viendra, il ne faudra pas s’en étonner puisque tout s’accélère en ce moment sur notre planète, la vérité, toutes les résurgences maléfiques éclosent comme un champs de tournesols cherchant la lumière.


  • Purée ! Moi qui pensais avoir été un enculé de première envers ma soeur me voilà un chouïa allégé de mon sentiment de culpabilité ! En fin de compte j’avais encore de la marge avant d’en arriver à un tel niveau de sadisme !

    En vérité je peux parfaitement comprendre la relation de l’ainé des Moix à l’égard de son petit frère, j’ai été aussi un bourreau de ma soeur. Toutefois ce qui est sidérant c’est qu’avec Yann Moix ce sadisme s’est perpétué jusqu’à l’âge adulte alors que chez moi et la plupart des autres personnes ayant vécu une expérience relationnelle similaire avec un frère ou une sœur cela s’est arrêté à la fin de l’adolescence...Avec Moix c’est la haine éternelle !

     

  • Soral toujours en avance.

    Moix et Angot sont pareils, des êtres pathologiques, névrosés, probablement suivis par une armés de psy.


  • Soutien à vous M. Alexandre Moix, le seul des 2 digne d’être appelé Monsieur.

    Mordicus !


  • A se demander ce que pouvaient foutre les parents pendant ce temps là...

     

    • #2264976

      Le malade pervers affiche un masque de normalité, il s’arrange au mieux pour être indécelable, afin de pouvoir continuer ses petites affaires, qui sont toute sa vie.

      Essayez à l’occasion de ce commentaire d’en prendre conscience, et d’en faire bon usage.


    • @palm...Votre commentaire lumineux a éclairé ma journée et m’a offert une leçon de vie inoubliable. Merci à vous, Dr Freud.


    • C’est un conseil qu’on souhaiterais avoir très tôt dans sa vie...

      Effectivement, lorsqu’on n’est pas dans la prédation, il est difficile de s’imaginer qu’une personne peut être mal intentionnée par nature/nurture. Les parents ne sont pas coupable (ou peut être d’ignorance ?)... le seul « coupable » (en dehors du tortionnaire) pourrait être le frère car son silence.. et sa tentative, sa ténacité je devrais dire... à garder un lien fraternel à conforter son frère dans son entreprise.

      Les parents n’y ont vu que du feu... car ne s’apercevoir de rien.... fait parti de la dynamique/relation. Son frère a du minimiser les faits... ou les a raconter de telle manière que les parents n’ont jamais du prendre la mesure de la situation. C’est la faute à pas de chance... Le diable s’attaque aux brebis éloignées du troupeau... Deux brebis...

      La famille, les religions et les prières ou activités en congrégation en resserrant les liens, permettent souvent d’élucider les problèmes avant qu’ils ne dégénèrent...


  • allez, hop ! une pierre de plus dans le sac à dos...il coulera plus vite.

     

  • Si seulement 5% de ce qui est décrit là est vrai, alors je ne regarderai plus ce type de la même manière ; en fait, je ne le regarderai plus du tout...

     

  • Quand on est (ou quand on naît) médiocre, il ne reste plus qu’à faire des crocs-en-jambe aux autres pour percer. Yannou, ne sois pas inquiet, tu ne fais pas partie du "club" dans lequel tu aimerais entrer mais tu en as déjà..........la mentalité pourrie.


  • Yann Moix, c’est LE cas d’école du pervers narcissique.

     

    • C’est tout à fait ça. De plus, si un jour Moix et Angot étaient internés en hôpital psychiatrique, il faudrait embaucher du personnel supplémentaire.


    • Ça se discute car en publique le pervers narcissique passe plutôt bien, pour Moix, tout le monde voit qu’il est dingo...


    • Bien vu ! C’est tout à fait ça ! Vous portez bien votre pseudo


    • allons, le pervers narcissique n’est pas une catégorie psychiatrique mais une invention de psychanalistes des années 80 (de la psychologie de Marie Claire pour être précis).
      En psychiatrie s’il fallait définir les symptômes du "pervers narcissique", cela rentre dans les symptomes de la schizophrénie ,une psychose ( un déni de la réalité) et une perversion (le sadisme)



      En psychiatrie, et donc plus généralement en médecine, ou en psychologie clinique, la notion de pervers narcissique n’est pas utilisée. Ni la classification internationale des maladies (CIM), ni le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), ni la classification française des troubles mentaux de l’enfant et de l’adolescent (CFTMEA) ne parlent de « perversion narcissique ». Ce concept n’a donc pas de validité clinique.



      Wikipédia


  • Pion de BHL, larbin de Ruquier. Encore un inutile de plus, auto-proclamé senseur et juge de paix. Un personnage très insignifiant, surmédiatisé et donc avec un pouvoir énorme.

    Important pour le repos de l’esprit et aussi des nerfs, de casser sa télé et ne plus lire la dizaine de journaux sous perfusion.

    Le frère, dont on se moque éperdument de ses relations avec son frère, va être un instant dans la lumière. La saga des Moix deviendra un instant une sujet de conversation en ville.

    Beaucoup plus intéressant que les gilets jaunes !!


  • Le témoignage de cet Alexandre est d’une tristesse abyssale. Heureusement qu’il a pu, malgré tout, se construire une vie plus digne que celle de son monstrueux frère...


  • on s’en doutait, mais là c’est confirmé le Yann et un grand malade !
    il a du faire une grosse bêtise pour que ça paraisse dans le pharisien ....

     

    • Quelques explications possibles : il est peut être puni par ses maîtres. Ou alors il est le bouc émissaire dans une histoire de billard à trois bandes avec ses patrons. Ils ne sortent pas d’histoires de coke ou de putes, ou une histoire de mœurs bien honteuse, donc ça ne doit pas être une correction sévère. Juste un rappel à l’ordre.


  • Une des grandes forces d’Alain Soral, est qu’il sait absolument tout sur les gens qui s’agitent pour faire le "buzz" à un moment ou un autre, notamment ce que ces gens voudraient cacher ou faire oublier !!!
    Ici, avec "le cas Yann Moix", c’est particulièrement flagrant !!!
    Je pense qu’on va encore bien rire !!!

     

  • ben ouais,les familles,les fratries c’est pas toujours rose... pour ca que l’individu libre c’est parfois mieux qu’une famille mal aimante.Pour ca que la liberté a de la valeur:on peut se barrer quand ca merde mais on ne peut pas obliger les autres a vous aimer...

     

  • "Moi, je n’ étais que moi". Moix et moi. Un "x" qui fait toute la différence. "x", l’ inconnue "x", "x" l’ inconnue ordurière. Non, la certitude ordurière en l’ occurrence, faut renverser les identités, tout le monde sait cela depuis "1984". La certitude ordurière érigée sur les plateaux TV, la certitude ordurière qui virevolte face aux opportunités politiques qui se présentent à elle et qui nous vomit tout son fiel.


  • "Cette fois aussi, où il m’enferma à clé et me laissa prisonnier dans le grenier exigu de l’immeuble de notre grand-mère durant une journée entière alors que je n’avais que 7 ans."

    Si ses accusations sont vraies, ça montre le niveau de perversité et de méchanceté de Moix.
    Je l’ai vu une fois, avenue Marceau, cet avorton insignifiant, il avait tout à fait le visage du petit tyran despotique.
    Manifestement, les branlées de Papa n’étaient pas suffisantes pour annihiler la cruauté narcissique de ce garçon.

     

    • Je ne veux pas défendre Moix
      Mais comment se fait-il qu’un enfant de 7 ans puisse disparaître pendant un journée entière ? Sachant en + que Y torturait son frère en permanence ... N’importe quel adulte en charge aurait vite su à qui s’adresser pour obtenir la vérité...


    • C’est clair Bruno, pour qu’un gamin de 7 ans harcèle et torture son cadet de la sorte, il faut vraiment que quelque chose ait cloché chez les parents aussi. Yann Moix a plutôt mauvais fond mais pour qu’il l’ait exprimé avec autant d’ardeur, il faut que le climat familial y ait été propice. La faute est souvent partagée...


  • Cain et Abel ,Joseph et ses frères, Esaü et Jacob , Osiris et Seth .. c’est aussi vieux que le monde.
    Et les parents ils n’ont rien décelé ???

    Un témoignage vraiment glaçant , à fendre le coeur ! et ce sale type se faisait chroniqueur ,critique ,juge, dans l ’émission de Ruquier..

     

  • "Je vais t’envoyer des mecs chez toi ".

    C’est sûr que cette larve, en dehors des émissions pourries du PAF, a plutôt intérêt à "s’entourer" pour régler ses comptes (si comptes il y a...). Comme dit Dieudo :"dans la rue, t’es pas chez Drucker, la rue, c’est pas les plateaux télé".


  • J’imagine le monstre d’énergumène à qui la Kommandantur macroniste pourrait confier les interrogatoires lorsque la bête sentira sa fin ! Il a appris sur son frère la torture physique et morale. Il a appris avec la bande à BH la sophistique !


  • #2264967

    Rien ne m’étonne de la part de Yann Moix. C’est un malade mental.
    Il a la "chance" d’être épaulé par BHL et Ruquier qui ne valent pas mieux.
    J’espère que ses parents et son frère amèneront l’affaire en Justice.
    En attendant Y. Moix doit jubiler tout narcissique qu’il est.
    Cet être m’a toujours insupportée, il est vil.

     

    • tout à fait.

      quand on pense que l’autre grande brelle de BHL disait de la litière ratture de Moix " qu’il faisait JOUIR les mots "

      bah putain, faut douter de rien.

      d’façon, avec des enculeurs de mouches comme eux faut pas s’attendre à ce que ça innonde le monde


  • Toute la psychopathie des tenants du système : ils prétendent aimez leurs lointains alors qu’ils vouent une haine sans limite à leurs prochains, son propre frére. L’immigré n’est qu’un outils, un acide pour faire disparaître leurs Fréres et les fruits de leurs labeur anonyme. Eux et leurs protégés sont incapable de créer quoi que ce soit, ils souhaitent que tout ce qui peut aider les enfants de leurs prochains à un jour labourer ce monde disparaisse. Au fond ils sont jaloux, veulent disparaître et nous faire disparaître avec eux.


  • J’ai lu le premier paragraphe. Pas plus. Cela n’a aucun intérêt.

    Et si c’était un pacte entre les deux : l’aîné s’étant fait sa petite place au soleil dans les media, cette sinécure où l’on est, essentiellement, surpayé par rapport à ce que l’on produit, il met en place avec son frère et pour ce dernier, une stratégie permettant de lui mettre le pied à l’étrier.

    Polémique familiale : tout le monde a une famille. Tout le monde est intéressé. plein d’épisodes prévus. On peut faire toute une saison là-dessus.

    La prochaine ? Après la polémique fratricide bien dégueu, il suffira d’organiser un rapprochement, des excuses, avec des rechutes, ça va de soi. Et hop, c’est déjà la fin de la 2ème saison !

    La 3ème ? Une collaboration des frères ennemis, bien sûr ! Si ça marche, la 4ème saison est déjà dans la boîte...

    Ils ont fait ça en Angleterre avec les frères Gallagher. Le monde merveilleux des medias.

     

    • Pas mal vu !
      Cependant, l’hypothèse d’une réelle guerre fratricide n’est pas à exclure. Salir les grands-parents de ses gosses peut devenir tout à fait insupportable à une personne relativement équilibrée. Et donc le frère, ne voulant pas que ces ordures soient avalées, défendant la vérité semble tout autant crédible.


    • Vous n’avez lu que le premier paragraphe. Et vous accusez en toute légèreté une victime de 20 années de maltraitance d’être un manipulateur et de duper les gens. Voila, encore injustice que ce pauvre Alexandre Moix subit.

      Par contre, moi, j’ai lu l’article entier /"Le Parisien". Et j’ai découvert deux êtres opposés, l’un qui vit dans l’ombre Machiavélique, et l’autre, dans l’ombre Christique.

      Lire l’article m’a permis à découvrir les nuances personnelles de ces deux opposés, chose qui m’a permis une conclusion objective, donc un jugement sérieux.

      J’ai aussi découvert qu’Alexandre est un très bon écrivain, chose que vous a échappé à cause de votre superficialité.

      La prochaine fois n’accusez pas la victime sans preuves, car sa croix lui y est déjà trop pesant !


    • @soldat du Christ

      Moi, je n’ai peut-être lu que le premier paragraphe, mais au moins je sais lire.
      J’ai écrit "Et si c’était un pacte". Ce qui signifie que je formule une hypothèse. Pas que j’affirme quoi que ce soit.


    • Je passais par là, je m’arrête juste sur un détail qui n’a pas pas de lien avec le fond de l’affaire. :P



      Et j’ai découvert deux êtres opposés, l’un qui vit dans l’ombre Machiavélique, et l’autre, dans l’ombre Christique.



      Il ne faut pas confondre Diabolique et Machiavélique.
      Machiavel n’avait rien de diabolique, bien au contraire, il suffit de lire "Le Prince" par exemple, qui est grosso modo un ensemble de recommandations politiques, pour s’apercevoir qu’il prend systématiquement le partie du plus faible contre le plus fort, et plus généralement du peuple contre la tyrannie.

      Machiavel était un fin stratège, c’est même un euphémisme de le dire, et c’est pour cela qu’à l’origine, on a inventé l’adjectif "Machiavélique". C’était pour indiquer quelque chose de : sophistiqué, prémédité, calculé, réfléchi et non pour désigner quelque chose de négatif. Seulement la ressemblance phonétique, et le temps, ont fait qu’aujourd’hui ce mot désigne aussi un procédé perfide. Ça me fait penser au mot "quasiment" qui n’existait pas avant que les journalistes ne le répètent en boucle pendant des décennies ("quasi" est le vrai mot). Ou encore, le mot verlan Ouf qui est entré dans le dictionnaire.

      Si on ne fait pas attention, les mots perdent leurs sens, et ils en acquièrent aussi de nouveaux qui pour le coup, sont hors sujet. Méfions-nous de la Novlangue.
      Parenthèse fermée. ;)

      PS : N’hésitez pas à lire Le Prince, il est vraiment excellent et de mémoire, il ne fait qu’environ 200 pages.


  • Finalement il ne pouvait être que comme ça pour cadrer avec le club qui lui donne droit au chapitre.


  • Haine à géométrie variable donc, car lorsqu’il s’agit d’Israël il est passé maître dans l’art de l’à-plat-ventrisme. "Ce qui mérite le moins de paraître est toujours ce qui se montre avec le plus d’impudeur"


  • Il faudrait étudier cliniquement ce Yann à la sale gueule, qui dit s’ennuyer avec les femmes et ne supporte épisodiquement que celles qu’il paie, d’un certain type asiatique bien docile. Dans un milieu modeste, pas intello, il serait peut-être devenu un vrai tueur sournois ; les psy lui auraient trouvé des raisons de défavorisé social, épiloguant longuement sur une fessée cuisante, reçue après une énième tentative d’élimination de son frère.
    Or il fut apparemment un garçon favorisé, ne manquant de rien. Ses parents ont assuré ses arrières fort longtemps, en se privant.
    Je trouve les parents Moix très coulants avec lui. On comprend, à la lumière du témoignage d’Alexandre, frère martyr de l’aîné, que sa maman un jour ait poursuivi le Yann avec un rouleau à pâtisserie ou un martinet (transformé en couteau par son psychotique de fils).
    Ce Yann a mérité cent fois la maison de correction. Jadis on envoyait au front (une guerre par génération) ce type de personnalité. Sans doute, il faisait dans son froc, mais par chance on pouvait espérer que l’ennemi ne le raterait pas. Dans le civil, laissé à lui-même, il se serait retrouvé aux galères, voire au gibet. Ou aux champs, à manier la faux, ce qui calme les bas instincts et fait un peu suer les méchants.
    Oui, le gène de la méchanceté et de la trahison doit exister.
    On disait aussi de ces gens qu’ils étaient possédés par le diable. Pas forcément faux.


  • Il faut toujours rester prudent quant aux lessive de linge sale familial... Yann Moix se répand depuis son indigeste "Naissance" sur son enfance supposée (?) martyr. Il réitère avec son "Orléans" en exploitant la même veine. Vrai ou pas, qui peut bien se délecter d’une lecture autobiographique où le biographe encore vivant se raconte par le menu et en se positionnant sciemment en victime ??

    On ne sait pas ce qui s’est réellement passé dans la famille Moix, hormis que les parents semblent, le père surtout, la trouver un peu lourdingue avec le lâcher du second bouquin. Un père sévère ne fait pas obligatoirement un bourreau, pour sûr, mais en ces temps de père castré, féminisé et donc sans autorité et portant sa progéniture sur le bide (comme pour imiter la grossesse, non ?) il est peu surprenant que le petit Yann en ai profité pour exploiter le filon, juteux et rentable, de la victimie systématique.

    Sur un plan plus "psy", je dirai que rien de tout cela ne m’étonne, j’ai toujours trouvé que cet homme avait une expression dans les traits du visage et dans le regard de notoirement tordu... ou pervers... et d’une rare prétention. Il s’écoute parler Yannou, il adore son moment lorsque le Ruquier lui refilait le crachoir pour faire ses "critiques".

    Il affichait déjà ses préférés, le Yannounet... si l’invité était de la communauté dont on taira la nom, il en passait des couches jusqu’à la larmichette et il n’avait pas son pareil pour faire des procès d’intention au moindre invité qui n’adhérait pas au shoahtisme !

    Je crois que cet homme est capable, en effet, d’aller particulièrement loin dans la dégueulasserie pour se hisser au faîte de la notoriété. C’est c’est sûr et certain. On connait tous comment ça se fini....

     

    • Il finira comme les autres au fond d’une poubelle, à l’instant où ils n’auront plus besoin de lui, ou parcequ’ il deviendra gênant, ou simplement s’ils ont besoin de sacrifier quelqu’un pour x raisons et qu’il n’y a que lui sous la main. Après tout il n’est pas des leurs, pour eux il n’est qu’un objet qui leur ressemble, et ils le traiteront comme tel.

      Et oui...


  • J’ai l’impression de me lire en parlant de ma soeur qui, elle, n’est pas célèbre. Elle végète au RSA. Quand elle prend contact avec moi, ou l’un de ses enfants, c’est pour insulter, invectiver avec le "clinggggg" puis le "glouglouglou" de la bouteille de mauvais rosé remplissant un verre vide.

    Moix, yann de son prénom, a été récupéré par l’olligarchie pour faire le sale boulot c’est la seule différence entre ma soeur et lui.

     

    • Faut renouer le dialogue sinon vous serez comme Moix. L’alcool est un fléau n’oubliez pas, pourvu que ça ne soit "que" du rosé, mais même.
      Pas dis que c’était facile, c’est même ce qu’il y a de plus dur la famille, mais chacun campe sur sa position c’est bon pour personne et ça n’ira pas en s’arrangeant.
      Faudrait pas croire que végéter est une situation heureuse.
      Enfin je porte pas de jugement, je parle en général quoi, déjà si elle appelle c’est qu’elle fait un pas vers vous, le jour où elle sera vraiment alcoolo elle appellera plus du tout.
      C’est cette société merdique qui crée les tensions et exige de tous le même effort alors que certains ou certaines sont plus fragiles que d’autres, les gens par nombrilisme l’oublient toujours, alors on se tire dans les pattes, on juge, ça rassure. C’est petit.

      Travailler à la réconciliation pour s’en sortir tous par le haut, tendre la main attendre celui ou celle qui traîne, le titre de ce site est particulièrement bien choisi si on y prête attention !
      C’est parce qu’il répond bien à une situation réelle, fruit d’une histoire, que vous n’êtes pas le seul, ni elle, à subir.
      Certains c’est les cachetons (même en couple) d’autres c’est alcool-clopes, arrêtons l’hécatombe. Faites du sport avec elle. Bon j’arrête là.


  • #2265004

    Ce serait une erreur de porter trop vite au pinacle l’autre frère. Pareille expérience n’est pas exempt de séquelles.

    Ses BD et son travail sont très orientés . . . On y retrouve Salomon et l’éloge du déraciné qui fuit un truc, en mode violon et pleurniche ( Albatros, les Russes blancs à Paris ).

    Exemple avec cet extrait d’intro de ses BD :
    " Depuis des siècles, il est un secret caché aux yeux des hommes que le roi Salomon aurait dissimulé après sa mort ..." Tout un programme ...

    Un train peut en cacher un autre.


  • On pourrait se demander si ce Yann Moix ne serait pas victime d’une possession démoniaque depuis son enfance...

    Peut-être que ses parents auraient dû contacter un prêtre tradi pour faire exorciser cet enfant, afin qu’il puisse être libéré de cette emprise démoniaque, et puisse retrouver la paix de l’esprit et la paix du cœur ?

    Mais il n’est pas trop tard : aujourd’hui, il existe encore des prêtres tradi exorcistes, et Yann Moix pourrait aller en consulter un pour se sauver avant qu’il ne se perde dans la noirceur de son âme...

     

    • S’il suffisait d’un exorcisme pour faire disparaître les orgueilleux, ça se saurait...la tradition dont vous parlez en est remplie ... !!


    • #2265030

      Henri-Pierre si vous connaissez un prêtre exorciste toujours en vie qui n’est pas lui même possédé par autre chose que le Saint-Esprit donnez nous en le nom ça pourrait être utile à beaucoup d’athées souhaitant revenir sincèrement à Dieu.

      Je croyais, peut être à tord, qu’il n’existait plus que des prêtres anti-Islam se faisant passer pour des exorcistes...


    • @Lynx dans la brousse

      C’est pas faux !! Des vrais prêtres à l’ancienne, efficace et courageux... ...il n’y en a plus depuis longtemps !! Aujourd’hui, la tradition est pour l’essentiel un repaire de planqués incapable de distinguer le catéchisme de la gnose...

      Alors convertir les athées ou chasser les démons... Houlala...Beaucoup trop fatigant !!!


    • Inutile d’essayer de le dédouaner. Y.moche n’est pas possedé mais damné. Il est dans cet état de dégradation mentale et surtout morale de son propre fait, volontairement. Il était pervers enfant et il jalouse même Alexandre de n’être pas pervers. Y.moix est damné par son culte de son propre ego et ses innombrables réitérations de blasphèmes contre l’Esprit Saint. CQFD


  • Marions Y. Moix, avec Angot ... ça ferait un couple du tonnerre !
    En effet, haine contre haine ... ça s’annule !

     

  • Yann Moix c’est le coup classique de l’ainé qui a réussi professionnellement et se fait passer pour le gentil, le travailleur intelligent et talentueux ( mais victime de sévices parentaux dans le cas pathologique de Moix).
    Alors que c’est un pervers narcissique, cupide et méchant.Surement jaloux des atouts du cadet que lui même n’a pas !
    Nous sommes comme d’habitude dans le monde de l’inversion.
    Le gentil, l’humain, est le méchant (kapo), "le looser", et le méchant, l’inhumain, est l’ange moralisateur, le "winner", la référence.
    La violence dont Yann Moix est le protagonniste principal est rejetée sur les autres.

    C’est gens (Moix, BHL, Ruquier, Angot) aiment se retrouver entre eux pour ramener leur pseudo science, se gargariser de leurs méfaits, de leurs méchancetés, de leurs vices, sous couverts d’être des bienfaiteurs de l’humanité et d’avoir en permanence raison.

    Ici bas, la méchanceté paye alors que l’amour perd (celui qui en donne)...


  • Je comprends mieux pourquoi il l’a mauvaise. Son cadet est bien plus beau et doué.

     

  • Et c’est cette engeance, cet agglutinat de malades psychopathes, qui nous dirige, qui mène la France, qui préside à la destinée de notre pays, qui détermine l’avenir de nos vies et de celles de nos enfants ...

    Il fut un temps où des rois, tels Saint Louis, n’avaient comme unique préoccupation que celle du bien de la France et des Français.

    Le même Saint Louis qui ordonna que fût brûlé le Talmud.

     

  • une bonne tête de ravagé, le Yann.

    il a trop lu " Levinas " ou trop bu " La vinasse "

    il lui reste plus qu’à retrouver l’esprit sain, mais quand on en est arrivé à ce point là, ça va être chaud pour sa gueule d’y parvenir tellement il est possédé.

    il devrait passer dans le prochain " on n’est pas couché " j’vais regarder pour voir jusqu’ou ira son naufrage


  • Mais Alexandre, ton frère est à sa place dans ce repaire d’aliénés qu’est la télé.


  • Merci et bravo à ce monsieur de nous confirmer à quel point son frère est un psychopathe. En plus tout cela est très bien écrit.


  • Si le parisien, organe officiel de la nomenclature au pouvoir, ouvre une tribune pour composter en public Yann moix, c’est qu’il a fait son temps et disparaîtra dans peu de temps. Remplacé par qui de compatible et d’équivalent ?


  • Si le frère est bien plus « lumineux » que Yann, c’est bien parce que le visage reflète l’âme...


  • #2265109

    Extrêmement triste.
    Quand un enfant est humilié/agressé quotidiennement, cela modifie la structure de son cerveau.
    Nous ne sommes pas toujours conscients des conséquences graves de nos actes.


  • J’ai été l’aîné de deux frères et deux soeurs et je les ai aimés d’un même amour.
    Je pleure encore aujourd’hui mon cadet trop tôt disparu...

    Je ne comprends pas cette haine de YM envers son cadet sauf s’il y a des problèmes de connexion dans les petites cellules grises ... ou effectivement de la possession !

    Je ne comprends pas aussi comment un tel laideron peut attirer autant de femmes, sachant surtout ce qu’il pense de la famille, des enfants et de la paternité ( je le cite : "Un chien qui passe là, pourrait être mon père !"). Cela me questionne aussi sur les femmes.

    Quoique, si je me souviens une des répliques d’une dame que j’essayais de convaincre de finir ses jours avec moi : "Mais DSK, je le trouve très attirant !".
    Ce jour là je me suis trouvé très beau...et surtout j’ai cessé de vouloir finir mes jours avec une "gente dame"...

    Intéressez-vous un peu au vrai visage de Robespierre. Avec une perruque YM est vraiment son sosie. Réincarnation ?


  • Yann Moix suinte la lacheté et la soumission par tous les pores.
    Fort avec les faibles, et faible avec les forts.


  • Restaurant Drouant Paris 2019 - Annonce : le prix Goncourt 2019 est attribué à l’unanimité du jury ........
    À Alexandre Moix pour son autobiographie non romancée "Mon frère, ce bourreau" ! Qui sont les bourreaux qui dominent la société française ? Merci M.Alexandre Moix de nous avoir mis sur la piste de la gangrène psychopathe qui hante les institutions, notamment les médias dont votre bourreau de frère est le prototype.


  • C’est comme ça qu’on les aime en Haut lieu...


  • La haine a un visage...ravagé par les névroses....
    et les marionnettistes adorent utiliser des sombres blancs qui détruisent des blancs lumineux


  • Il semble bien "qu’on est pas couché" (que Dieu merci je ne regarde pas), soit animée par des foldingos (après Christine, on a Yann). Moi ça me fait rigoler, mais est ce que mon ironie est politiquement correcte ?


  • Bim, Bam, Boum... ce bien qui fait mal..


  • Ayant lu la lettre d’Alexandre Moix, j’ai voulu donc regarder si une vidéo de lui était accessible pour renforcer mon opinion que j’ai eu de lui en lisant la missive.

    J’ai découvert un homme humble dont on devine sans problème la bienveillance ainsi qu’un sourire franc.

    Voici donc le lien de l’interview.

    https://youtu.be/GjTKNmBj4Sg

    Il mériterait bien plus d’etre reconnu.

    Il a juste mit en lumière la mythomanie, la perversion de celui qui devrait être son frère.

     

    • Merci pour le lien


    • La ressemblance est absolument frappante.


    • @Spinoza

      Oui physiquement il ressemble beaucoup à son frère. Pas de bol !


    • Quelle entrevue avec Alexandre ! Il nous transmet sa quasi dévotion pour François Truffaut avec une telle émotion communicative !

      La fréquentation du cinéaste lui aura permis dès l’âge de 17 ans de reconnaître un père spirituel : François Truffaut le cinéaste de l’enfance, admirateur de Jean Vigo.

      Truffaut lui a ouvert un horizon, une porte sacrée, celle du cinéma d’auteurs. Elle l’aura quelque peu guéri, émanciper du cercle internal familial où il y fut « le petit canard », de sortir de sa « nuit orléanaise » pour retrouver au travers de la galerie de personnages de la filmographie de Truffaut, une famille de cœur : Antoine Doinel, Christine Darbon, Fabienne Tabard, Julie Baker, ...et tant d’autres personnages.

      Le Fils en l’Homme nourrit, élève† ses enfants, ne les oublie pas, ne les trahit pas ...

      Quand le vrai cinéma français d’auteurs, nous sort des nuits et des brouillards, pour nous réconforter en « notre vraie mémoire » celle de notre vrai pays : il nous a construit, éveillé, verticalisé, réconforté en nos âmes blessées.

      Merci Messieurs Truffaut, Chabrol, Bresson, Sautet, .... nos mémoires d’EnFrance, celles qui nous unissent au vrai de nos douleurs et de nos joies, non trahies, non édulcorées, non saccagées par les griffes de la propagande de psychopathes fraternellement unis par le démoniaque  : jaloux, haineux, improductifs, vils copieurs, parasites qu’ils sont !

      Beau témoignage. Merci pour le lien, vraiment.


  • On comprend mieux la fascination de ce cafard de YM pour Israel. Il peut completement s’identifier ces psychopathes


  • Alexandre Moix est aussi lumineux que son frère Yann est sombre, que son témoignage ramène yann (qui est plus méchant que bête) dans le droit chemin, celui de l’amour du vrai, du beau et de la vérité.. Il y a eu des conversions tardives, ne désespérons pas.


  • J’ai croisé Y.Moix dans la rue, une fois.
    Instinctivement j’ai voulu lui serrer la paluche, puis immédiatement j’ai senti qu’il ne fallait pas. Petit mecton, qui n’inspire absolument pas confiance.
    Alors que j’ai serré la main du bon Dieudonné une demie douzaine de fois.
    On sent le mec généreux, chaleureux, bon.
    Le serrage de main : une bonne méthode pour sentir à qui on a affaire.


  • Lâche, colérique, violent, jaloux, égocentrique, le portrait est tiré. Il fallait être bien aveugle pour ne pas voir sur cette gueule de brute "enlettrée" et dans ses outrances, tous les attributs dépeints par son frère. Mérité retour de réalité pour cet histrion, salvatrices révélations pour ses victimes, donc. Le positif de tout cela, est qu’il est sur sa fin, nous n’aurons bientôt plus à souffrir : ni sa piètre plume, ni son fielleux verbe.


  • Yann M. a une haine inextinguible à l’égard de son frère Alexandre Moix malgré le fait que son père et son frère essayent de lui pardonner.. Alexandre Moix est papa de 4 enfants.. Intelligent, cultivé et semble éloigné de toute cette haine « fratricide ».. Le texte qu’il vient d’écrire en réponse à son frère est d’une très grande lucidité. je l’ai lu d’un trait. Quel talent. Yann M. a de quoi être jaloux.. Alexandre Moix est plein de talent.


  • le dévot de Sion.. un modèle de lâcheté traître à son sang, comme tout les Caïn de l’ histoire de la jalousie œdipienne et de la convoitise.
    si Yahvé ne choisi pas toujours ses fils, eux ne le choisissent pas par hasard...ce maître des parricides !


  • Suite du procès public qui doit confirmer ou infirmer ce que tout le monde pressentait déjà du chroniqueur de Ruquier. Si ce personnage n’était pas médiatisé, ce serait un fait divers parmi tant d’autres.

    J’espère que le public retiendra une bonne leçon de cette séquence et arrêtera de calquer son avis sur celle de chroniqueurs bidons : que chacun essaye de se forger un avis avec quelques minutes de recherches honnêtes !


  • "Passé quarante ans, on est responsable de la tête qu’on a."

    Yann Moix porte sur son visage sa perversité et sa noirceur, comme le portrait de Dorian Gray. Il sue le mensonge et la haine par tous les pores de sa peau.

    Il a gagné sa place sous les projecteurs par un travail constant de courtisan zélé et obséquieux de la secte qui tient la culture et les merdias en France. Mais peut-être que son nouveau roman est l’outrance de trop, l’excès qui va lui revenir en pleine tronche et le démasquer.

    On peut le souhaiter, d’autant plus que n’étant pas réellement membre de la secte, celle-ci ne se mouillera pas pour lui et n’hésitera pas à le lâcher s’il se révèle encombrant, quels que soient les vices, sévices et services rendus jusqu’alors.

    Souhaitons son éviction, d’autant plus que sa névrose égocentrique atteint un tel degré qu’il pourrait ne pas survivre à une chute et à un rejet dans les égouts d’où il n’aurait jamais dû sortir.


  • #2265286

    Je pense que le faux juif, Moix, va être lâché, que les dossiers vont tomber de tout cotés , Partouzes, Révisionnisme, Copinage Pas Très Net Pour La Communauté, Sexe Pas Clair, Même Louche, rappelons nous de Valls , sauf que là, ça va être puissance 10, jusqu’à maintenant il avait BHL, je pense que ça va pas durer, et que famille, connaissances et ennemis vont s’en donner a cœur-joie , et oui, quand on est hargneux, mauvais, vicieux, menteur, fourbe, traître, ça se retourne toujours contre soi, ou on s’en sort parce-qu’on est de la communauté ou on crève quand on est goy, Soral l’explique très bien et les exemples sont pléthores Joey Star, Dantec, Aymeric Chauprade, etc.... etc...
    Et oui Yann après le prix Renaudot ,tu vas avoir le prix Gros-Connaud


  • Je n’arriverai jamais à comprendre comment on peut haïr son petit frère... Cela me dépasse totalement, surtout s’ils ne sont que deux enfants. Encore plus à l’age adulte. Normalement on fait tout pour le protéger, pour l’aider...

    C’est dingue à quel point tout ceux qui prétendent combattre la haine sont les pires ordures. Comment peut-on infliger cela à son petit frère ??? Je plains ce jobard de Yann, pour son salut il doit se réveiller mais alors si cela arrive, il va en baver. Alexandre Moix semble bien plus costaud et sain.

    Je suis déconcerté, quel monde de fous, n’exister que pour soi-même est vraiment le pire des enfers. Yann tu vas très mal finir, je le crains.


  • C’est l’histoire qui se répète de Caïn et Abel.
    La jalousie fait des ravages dans le coeur de certains. Yann de ce point de vue, est un personnage très toxique pour tous ceux dont il est jaloux.
    On comprend un peu pourquoi il en veut aussi à ses parents : il les blâme de l’avoir détroné en ayant mis au monde ce deuxième petit frère. Même s’ils étaient les parents les plus attentionnés au monde, ce « crime » qu’ils ont commis suffit à les rendre tortionnaires, aux yeux de Caïn Moix.


  • Yann Moix,

    Comment ce personnage médiatique,
    célèbre participant des émissions de Ruquier,
    va-t-il gérer son explosion en plein vol ?
    Ses parrains vont ils ouvrir des parachutes
    pour éviter le crash ?
    Entend-t-on encore le son et la voix de Yann Moix ?
    Et le visage,l’a-t-on aperçu ?
    Yann Moix ,un personnage qui va passer à la postérité
    à la rubrique psychiatrique !.


  • Pour Yann Moix un psychiatre de renom voire une équipe spécialisée n’y ferait rien...un exorciste peut être ?..et encore ?!...

     

  • Yannou va passer un sale quart d’heure on dirait ! De là a ce que son passé révisionniste resurgisse il n’y a qu’un doigt ( dans son cul ).
    On va se marrer, l’entarteur entarté ... :-)


  • Ce que décrit Alexandre MOIX sur son frère ressemble à de la schizophrénie, c’est une maladie mentale grave, par ailleurs je trouve que Yann en porte les stigmates car tous les muscles de son visage sont crispés. Il n’est pas sain ni "saint" d’esprit... Cette affaire de famille va peut-être faire sauter Ruquier de son piédestal, je n’en serais pas étonnée...À suivre...

     

  • Son amour infini des migrants qu’il trompette à qui veut bien l’entendre n’est qu’une volonté d’occultation de son ignominie, de sa bassesse et de sa cruauté abyssales.

    Le parfait candidat aux basses oeuvres du régime macroniste et de sa perversité.

    (Soit dit en passant : il faut lire le texte dans son entièreté.)


  • Marrons nous un peu sur le dos de ce pauvre Y. Moix ! Ça tangue un Max ! On admirera à la lecture le petit côté « Je me décharge autant que faire se peut (mais c’est aussi difficile que peu crédible) sur le dos de mes anciens camarades tout en faisant semblant de me flageller ». Mais non, Yanou ! T’as rien compris, c’est l’inverse ! C’est ce que tu es devenu que tu devrais renier mais ça c’est impossible. On ne peut pas faire le choix de larbiner à ce point tout en conservant la moindre probité. https://www.google.fr/amp/s/www.nou...


  • Ecouté en podcast "Le Masque et la Plume" d’hier soir, dont le bouquin de Moix constitue l’apéritif. Emission enregistrée, je n’en doute pas, avant les témoignages de son père et de son frère contredisant le sien. Elle n’en est que plus savoureuse à écouter, tant l’animateur comme les chroniqueurs (dont Beigbeder) ne semblent pas douter un instant de la réalité de ce que Moix raconte, tout en notant à quel point les épisodes relatés sont invraisemblables, tant les sommets d’abjection montrés soi-disant par ses parents à son encontre, y compris en public, auraient dû susciter des réactions indignées mais "bizarrement", se seraient passés sans jamais entraîner de réprobation ou de dénonciation. Ça rappelle certaines affaires style "la fille du RER" dont on découvre après-coup qu’elles étaient de pures affabulations, mais non sans avoir entre-temps stigmatisé la "lâcheté" des quidams fermant les yeux devant ces agressions... Mais je digresse. En tout cas, sâchez que nos critiques boboïdes sont en pâmoison devant la dernière livraison de Moix, et Garcin d’insister qu’il devrait être écrit "récit" et non "roman" sur la couverture, et relater les soi-disants méfaits de ses parents sans la moindre précaution oratoire quant à leur véracité douteuse...

    Je me régale d’avance des mises au point embarrassées suite au courrier qu’ils ne manqueront pas de recevoir, car entre le moment de l’enregistrement et celui de la diffusion, beaucoup d’auditeurs se seront fait une idée bien différente de la leur du caractère romanesque de ce "récit"...


  • C’est marrant, dans cette simple lettre, Alexandre Moix démontre un talent littéraire supérieur à son frère.
    Plus authentique sans doute...


  • Combien de temps avant que Moix soit laché par la Kommandantur ?
    Combien de temps avant de ressortir ses dossiers revisionistes ?

     

  • Incroyable de cruauté... les parents ont pour moi la plus grosse part de responsabilité dans cette histoire. Que ce soit dans la souffrance de l’un, ou dans la haine de l’autre. Je suppose qu’ils ont traité le premier comme un enfant Roi ; et ils ont ensuite été incapables de protéger le second (du monstre qu’ils ont créé).

     

    • Merci beaucoup pour votre message.
      J’ai subi exactement la même chose avec ma sœur aînée. Je pourrais écrire strictement la même chose qu’Alexandre Moix.
      Dans mon cas, mon père n’a pas pu me protéger de cette psychopathe car notre pauvre mère était malade et a fini par partir d’un cancer qui n’en finissait plus de la faire souffrir. Mon père bien dévouée à ma mère la pauvre avait certainement autre chose à faire. Je n’en doute pas.
      Et puis lorsqu’il a voulu sévir contre ma sœur, il a été accusé de mauvais traitement, pour les quelques roustes plus que méritées et a été énormément culpabilisé par le reste des tantes et grand mère du côté de ma mère.
      "Ton père est violent, ton père est caractériel !!" j’entendais sans cesse ! Mon père savait surtout à qui il avait exactement à faire et je peux vous dire que s’il ’avait pas été présent malgré les circonstances, ma sœur aurait pu très certainement basculer dans la délinquance.
      Ces gens là sont prêts à tout. Y compris frayer avec la légalité.
      Heureusement que Yann Moix n’a pas d’enfants.


    • Bonjour Chloé. ;)
      Il m’est arrivé comme la plupart des enfants d’ailleurs, d’être méchant, voire même cruel, envers des gens et même des animaux parfaitement innocents, quand j’étais jeune. J’ai fais plein de choses que je regrette aujourd’hui :
      - comme sortir de chez moi avec une carabine, et dégommer tous les oiseaux que je croisais sur ma route...
      - comme frapper ma chienne parce qu’elle avait pissé dans la maison, alors qu’elle s’était probablement retenue avant de craquer, et que c’est moi qui l’avait enfermé finalement...
      - j’ai même eu une (très) petite période en mode racaille, où il m’est arrivé d’emmerder des types qui ne m’avaient rien fait, toujours à 3 contre 1... etc...

      - Aujourd’hui j’adore les oiseaux, comme tous les animaux en règle général, et il m’est arrivé d’en sauver au moins 4 ou 5 de la mort, y compris un magnifique faucon Pèlerin...
      - J’ai eu un chat pendant presque 10 ans, que je n’ai jamais frappé une seule fois.
      - Il m’est arrivé de prendre la défense de gamins dans le bus et le RER, qui se faisaient emmerder et même racketter par des racailles...

      Le tout n’est pas de se tromper, mais surtout d’en tirer une leçon.
      Toute souffrance sécrète en nous, une part de Soufre qui nous dévore de l’intérieur, si on ne l’exprime pas. Il n’existe que 2 façons de le faire :
      - par le Souffle, donc le Son
      - ou par le Mouvement

      C’est pour ça que les activités extra-scolaires sont très importantes. Elles permettent à l’enfant d’évacuer tout ça :
      - À travers l’Écriture, la Poésie, la Chanson, etc... (exprimer des Mots = exprimer ses Maux). Pour ceux qui préfèrent le Son.
      - Ou à travers la Musique, la Danse, le Sport, etc... Pour ceux qui préfèrent le Mouvement.

      Si ces alternatives sont absentes, la Souffrance s’exprimera quand même, mais via les Cris (pour le Son), et la Violence (pour le Mouvement).

      Peut-être que le Cancer de ta mère (paix à son âme), engendrait une immense souffrance chez ta sœur ; et peut-être que le début de la maladie a coïncidé à peu de temps près, avec ta venue au monde. Inconsciemment, elle a donc lié les deux faits qui pourtant, n’ont rien en commun. Quand on est enfant, on s’imagine beaucoup de choses...

      Si elle avait pratiqué de la boxe ou un art martial, tu n’aurais peut-être pas servi de Punching Ball ; le temps qu’elle grandisse & réalise ton innocence. Car analyser tout ça demande des années d’introspection et d’auto-critique. En espérant t’avoir aider en quoi que ce soit. Chloé qui éclot comme une fleur. ;)


  • La naissance de son frère à créé chez Yann Moix une blessure narcissique toujours béante. Sa méchanceté est un symptôme de sa souffrance. Ce n’est pas pour l’excuser mais la profondeur de sa haine ne s’explique que si on la lie à cet événement traumatique qu’à été son "remplacement" dans le cœur de ses parents... Ce qui explique sa haine envers son frère et ses parents. En fait Yann Moix a 4 ans et demi d’âge mental. Pauvre gars. Seul le Christ peut le sauver et lui apporter la paix du cœur.


  • Les « malimenteurs médiatiques » ont la fâcheuse tendance à en rajouter, à en faire de trop ! Ils se disent plus c’est gros, plus ça passe. Mon grand public connard et bête à la fois, ne va retenir que les actes les plus cruels et ainsi je frappe son imagination afin de créer une telle émotion que je suis sûr, bingo, de renforcer mon statut de victime à statut hautement privilégiée quand même et protégé - jusqu’à quand ? - dans LA sphère d’influence.

    Elle m’a autorisé et a donc consenti moyennant obéissance et grasse subsistance à entrer dans le cercle de « l’ensorcellement narratif biblique » autour de son état éternellement victimaire dont j’entretiens incidemment la perpétuation en exposant ma famille (et ainsi toutes les familles françaises de moyenne bourgeoisie notamment) à l’opprobre.

    Vous voyez, je suis comme vous « de la communauté » une victime-type de la famille française-type, d’une France que j’abhorre ... « Famille je vous hais » donc toujours de la haine à vomir à pleine giclée, baveuse !

    L’inversion accusatoire habituelle pour entrer dans la gloire, l’honneur du peuple élu. Moix est-il circoncis ? Va-t-il se convertir au judaïsme ? Épouser Dina ?

    Son bouquin révèle en inversé ce qu’il a fait à son frère Alexandre. Son inconscient étouffe : seul échappatoire, accuser son frère, sa famille des propres tentatives de meurtres - eh oui ! - qu’il a commis sur son jeune frère. Je suis désormais tranquille, ce n’est pas moi qui ait torturé mais mon frère : poubelle de mes propres turpitudes .... « Pas besoin de le prouver, puisque c’est arrivé !  »

    Il signe avec ce bouquin et tranche donc les liens familiaux puisqu’il en a shoasi d’autres, en sioniste pervers assumé.

    Quant à Alexandre, il va encore bénéficier de la protection divine de notre Vierge-Marie puisque déjà, la notoriété maléfique de son anti-frère (encore un anti-...) comme anti-Christ d’ailleurs, sera une bénédiction pour lui et pour son avenir professionnel dans le cinéma, grand spécialiste de François Truffaut.

    L’anti-frère se doute-il que la communauté exigera encore toujours plus, encore plus d’avilissements dans l’ignominie, en retour rien du tout : de l’illusion de servir à pas grand chose, son faux-argent gagné à se « pressetituer » dans les couloirs des médias aux ordres.

    Les frères Edmond de Goncourt et Jules de Goncourt français de souche n’offrent pas de prix à des traîtres, comme vous Yann-Adolfo Moix-Ramirez.


  • Rattrapé par son passé de psychopathe, il n’assume même pas :
    https://fr.sputniknews.com/france/2...


  • Moix se croit puissant mais il y a plus puissant que lui , c’est la communauté .Elle hait les antisémites et négationnistes mais elle hait encore plus les repentis , ceux qui demandent pardon .Sa carrière est finie .


Commentaires suivants