Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Noémie Halioua sur RT : comment lutter contre la hausse des actes antisémites ?

« Comment lutter contre la hausse des actes à caractère antisémites (HACA) ? », se demande RT France. Déjà en corrigeant les chiffres fabuleux, serait-on tentés de répondre. Les actes antisémites étant comptabilisés par des associations communautaires, pour ne pas dire ultracommunautaires, il semble judicieux de réduire un peu la voilure avec laquelle on nous bassine chaque début d’année. Bientôt, il y aura un jour férié pour la sortie de ces chiffres nébuleux, légendaires, invérifiables. Et puis, un jour, peut-être compterons-nous les actes anti-Français.

 

RT France a organisé un débat de géants entre notre amie la bouillonnante Noémie Halioua et l’essayiste Charles Rojzman, auteur de Violences dans la République. Noémie, elle, travaille sur Drahi TV (i24News) pour la victoire des nationaux-sionistes, un peu plus sionistes que nationaux pour être précis.

 

Sammy dévisse

 

Sammy dévisse

On notera que l’animatrice du face-à-face annonce que les chiffres de la hausse des AA (actes antisémites, pas alcooliques anonymes) a pour source le ministère de l’Intérieur. Sauf que cette source s’abreuve chez les associations juives comme celle de Sammy Ghozlan, ultrasioniste de son état, qui jette en permanence de l’huile sur le feu intercommunautaire. Installé à Netanya, dite la « petite France » en Israël, il pilote le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) qui n’a de bureau et de national que les noms. C’est une coquille vide qui fournit des chiffres alarmistes à un ministère qui les relaye sans mot dire, et on comprend pourquoi quand on voit nos ministres de l’Intérieur défiler obséquieusement au dîner du CRIF. On se demande même s’ils ont le droit de s’asseoir...

Et quand The Times of Israel lui lance (en 2018) que les chiffres des AA ont baissé depuis deux ans et lui demande si « la peur a baissé en intensité », Ghozlan réplique :

« Absolument pas, elle s’est même étendue sur le territoire. »

C’est donc la peur, une peur « étendue » qui fait désormais figure de base statistique et non plus les actes en eux-mêmes, qui ne semblent pas suffisants pour justifier la répression accrue de la population française qui, on le sait, est fortement suspectée d’antisémitisme. Surtout les musulmans, depuis que les juifs ont besoin des chrétiens dans leur combat pour la sécurité...

Rojzman : « On ne voit pas que l’antisémite, c’est quelqu’un qui ne se voit pas, qui ne se perçoit pas comme quelqu’un de mauvais, mais quelqu’un qui réagit à la malfaisance des juifs, ça a été le cas depuis, depuis toujours dans l’histoire et c’est le cas aujourd’hui par rapport à l’État d’Israël qui est un peu le juif des nations, et où l’antisémitisme aujourd’hui s’est muté et c’est la malfaisance de l’État d’Israël qui est à l’origine de l’antisémitisme d’aujourd’hui, qui est parti d’un antisémitisme musulman à partir de la naissance de l’État d’Israël qui a eu du mal à accepter cette existence d’un État souverain juif à l’intérieur d’un territoire entièrement musulman, et il s’est ensuite transféré dans des milieux, des milieux je dirais de gauche en Europe à la fois chrétiens qui voient dans le Palestinien et les personnes du tiers-monde en général comme des pauvres face à un monde plus riche qui est le monde occidental et également l’État d’Israël et même la réussite de l’État d’Israël a augmenté même cet antisémitisme par rapport à cette question de la dynamique entre pauvres et riches, et puis le côté je dirais ce qui est resté du marxisme qui est la dynamique entre dominants et dominés et nous on voit des milieux qui sont d’extrême gauche aujourd’hui, d’extrême droite pour des raisons diverses qui ont accepté ce transfert de l’antisémitisme qui au départ était surtout d’origine islamiste. »

Noémie  : « Oui je suis assez d’accord avec vous, c’est pour ça qu’on parle de nouvel antisémitisme. Si vous voulez l’antisémitisme a toujours existé, la seule différence c’est qu’aujourd’hui il prend une nouvelle forme, il prend la forme de l’antisionisme, aujourd’hui on va pas dire “sale juif” on va dire “sale sioniste”. »

On peut dire sioniste tout court, ce n’est pas une insulte ? Si ?

On est un peu déçus, on pensait que le monsieur apporterait une réplique de gauche à la demoiselle, mais il n’en est rien, ils sont tous les deux sionistes, donc ce n’est pas un débat, c’est une propagande. On a perdu une heure, une heure d’écriture et de réflexion, c’est pas sympa. Encore un débat comme ça et on va vraiment devenir antisionistes !

L’émission du 22 janvier 2020 montre une Noémie toujours aussi plantureuse (un bébé à venir ?) et adorable quand elle se met en colère contre les antisémites :

 

À ne manquer sous aucun prétexte, même sérieux :

 






Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents