Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Une nouvelle orientation sexuelle est née : la "digisexualité"

Prochaine étape : le mariage avec robot

Au Canada, des scientifiques annoncent l’apparition d’une nouvelle orientation sexuelle : la digisexualité. Autrement dit, celle des personnes qui chercheront à satisfaire leurs besoins sexuels uniquement grâce aux nouvelles technologies et à la réalité virtuelle.

 

Dans la revue Journal of Sexual and Relationship Therapy, des scientifiques canadiens annoncent l’apparition dans un avenir proche d’une nouvelle orientation sexuelle : la digisexualité.

« On peut affirmer que nous sommes entrés dans l’ère du sexe virtuel avec effet d’immersion », affirme le professeur Neil McArthur, directeur du Centre d’éthique appliquée professionnelle de l’Université du Manitoba.

D’après lui, le développement des technologies finira par pousser de nombreuses personnes à choisir comme partenaires des robots au lieu de leurs congénères.

« Il est indéniable que les robots sexuels arrivent. Les humains noueront des relations intimes avec des partenaires robotisés qui seront fabriqués sur commande pour satisfaire leurs désirs et faire des choses que leurs partenaires de chair et de sang ne peuvent pas ou refusent de faire », constate le professeur McArthur.

Les chercheurs appellent déjà les médecins praticiens à comprendre la nature de la « sexualité digitale » à être prêts à recevoir des patients digisexuels.

Selon les auteurs de cette étude, ce phénomène engendrera des problèmes dans les relations et conduira à des divorces, ainsi qu’au renforcement de sentiments tels que la culpabilité et la honte.

La Foundation for Responsible Robotics (FRR) pense déjà que dans un avenir proche les robots sexuels seront proposés dans les maisons de retraite et viendront en « aide » aux couples qui ont des relations à distance.

Seules quatre entreprises fabriquent aujourd’hui ces robots, mais les experts supposent que dans les décennies à venir leur nombre augmentera.

D’après Noel Sharkey, fondateur de la FRR et professeur honoraire de la robotique et de l’intelligence artificielle à l’Université de Sheffield, le recours à robots sexuels ou à des poupées gonflables est encore considéré comme une déviance sexuelle. Mais, il est clair que cela changera.

« Les recherches actuelles prennent en compte l’opinion de personnes peu informées. C’est pourquoi il est difficile de dire si les pratiques "digisexuelles" seront toujours considérées comme une déviance ou si leur large diffusion modifieront les normes sociales », affirme le professeur Sharkey, repris par The Telegraph.

La modernité libérale institutionnalise les déviances, voir sur E&R :

À lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et moi qui ai cru de prime abord, que les nouveaux classifiés faisaient des choses avec leurs doigts, uniquement ! Sur eux et les autres, évidemment. Parce que l’ordinateur s’en tape, évidemment.
    Oubliant les organes fait pour assouvir les passions bestiales et assurer la reproduction.
    Mais quel étourneau suis-je !

     

  • Ce n’est jamais que la robotisation de la prostitution après celle, annoncée, des chauffeurs uber !

    Évidement c’est un peu pénible de penser à toute les données qui seront collectées (pour améliorer le service bien sûr) à l’intérieur comme à l’extérieur...

     

  • Bon je n’ai pas lu l’article en entier mais cet article me fait penser à un film avec Stallone Demolition Man où dans une des scènes, Stallone souhaite faire l’amour avec Sandra Bullock. Elle lui propose de faire cela via un casque de réalité virtuelle. La réalité dépasse la fiction.

     

  • Je pensais que l’on avait touché le fond, mais visiblement, il y en a qui creusent encore...
    Nous vivons vraiment une période d’effondrement !

     

  • "Les recherches actuelles prennent en compte l’opinion de personnes peu informées."

    Par définition, si nous n’adhérons pas à leur projet transhumaniste, nous sommes peu informés... Pareil pour le LGBT, etc...


  • #1860579

    Du grand n’importe quoi pour alimenter les torchons médiatiques.
    Et qui va payer pour çà, "con" ? (avé l’accent).


  • Au milieu de toutes ces éminences grises, composées de professeurs, chercheurs et docteurs n’y a-t-il pas ceux que l’on nommait, autrefois, des " "aliénistes", c’est à dire des psychiatres ?


  • Arrêtez-moi si je me trompe :

    Si je comprends bien l’état criminalise les clients des prostituées (tout en leurs pompant leurs impôts) mais autorise la masturbation digitale ...

    NB :
    Digitale vient de "doigt" ...
    http://www.cnrtl.fr/definition/digital


  • Ca sera pour les pauvres ou les handicapés mentaux . Le grand luxe c’est le naturel, le "fait main"...

     

    • Je partage votre propos. La situation sera peut-être post-rationnalisée en "choix" par son acteur, mais elle sera objectivement toujours le resultat de la contrainte, financière en premier lieu. Je mettrais ma main au feu que, si le concept prend, les utilisateurs seront à 95 % des CSP-.


    • Je ne crois pas, un robot coutera toujours plus cher qu’une vraie femme et le ressenti ne sera pas le même, les bordels composés de poupées sexuels ont connu un grand succès au Japon au moment de leurs sortie mais quelques mois à peine après leurs ouverture ils sont pratiquement tous fermés...

      Un objet ne pourra jamais servir de substitut aux relations humaines, au pire il s’agira d’un sextoy particulièrement cher de plus pour compléter la collection des affamés sexuels et des nymphomanes en manque.


  • Un ersatz pour les pauvres .


  • #1860612
    le 13/12/2017 par Soral à raison, merde quand même !
    Une nouvelle orientation sexuelle est née : la "digisexualité"

    Ce monde part vraiment en couille

     

    • A partir du moment où l’on a compris que le monde était dirigé par des psychopathes fortunés, plus rien ne nous étonne.

      Simplement nous ne sommes pas obligés de suivre les sottises qu’ils financent, avec le travail de complices implicites ou explicites.


  • A quand le sperme en poudre pour bouche goulue nymphomane ?!...

     

  • #1860655

    Pourquoi pas, les relations humaines sont du narcissisme par le culte de l’individualité.
    Plus besoin de souffrir, les sentiments sont protégés.
    Le robot sera fidèle.


  • « digisexualité » , Ne vous fiez pas sur le coté pseudo scientifique , il s’agit de désigner une machine à masturbation , au lieu d’être manuel elle est automatique , l’idée est toujours de ruiner encore plus les pigeons , qui feraient mieux d’aller voir une pigeonne .


  • Lucifer est tombé sur la Terre et ne veut plus partir, c’est grave...

     

  • #1860765

    C’est un peu comme à la cantine chez Monsanto, il n’y a pas de bouffe Monsanto.
    Et tout c’est salopards ne laissent pas leurs mômes utiliser les réseaux et les tablettes.
    Et quand tu le fais remarquer au boulot on te réponds ’ah ben c’est normal, ils font ce qu’ils veulent".

    C’est bien la plupart des gens s’indigent suivant les sujets d’indignations proposés par le média obèse, jamais de leur propre réflexion.


  • Je n’ai pas bien compris. La digisexualité, c’est faire l’amour avec de grosses lunettes ?

     

    • Excellent ! Merci : "femme à lunettes, femme à lunettes alors femmes à grosses lunettes..." ok j’arrête.

      Gotainer (clip)— "femmes à lunettes"
      http://www.dailymotion.com/video/xsn6vu

      Femmes à lunettes
      Toujours en quête
      D’une bluette.
      Femmes à lunettes
      Nulles en mirettes
      Bonnes en goguettes.

      C’est connu de longue date
      Tellement c’est insolite.
      On le dit
      Pas tout le temps
      Arrêtez, pas si vite :
      Y a des fois où ça rate.
      Femmes à lunettes.
      Dire que les astigmates
      Sont toutes un peu presbytes.
      Pas si vite.
      Oui et non, peut-être pas, faut le dire vite.
      Simplement on constate.

      Femmes à lunettes
      Extrêmement gaites
      Comme nénettes.

      C’est selon, c’est pas sûr.
      C’est pas à cent pour cent.
      On le dit
      Mais quand même, enfin bon, ça dépend.
      Il faut voir les montures.

      Femmes à lunettes
      Pas forcément roulures
      Les faibles en mirettes.

      Pas si vite
      Pas toujours, mais souvent, c’est très net
      C’est la folle aventure.

      Femmes à lunettes
      Sous les lorgnettes
      Les cochonnettes.

      Femmes à lunettes
      Légère fixette
      Sur les noisettes.

      C’est quasi général
      Les gros bras constrictors
      On le dit.
      Les monsieurs, les matous, elles adorent
      Ça les rend cannibales.

      Femmes à lunettes
      Toutes dévergondées
      Rien que des créatures.

      Pas si vite
      Délicat, difficile, pas si sûr
      Faut pas cataloguer.

      On en a vu des bien roulées
      Yé yé yé
      Qui, malgré leurs doubles foyers
      Se laissent pousser les toiles d’araignées.
      Faut pas cataloguer.
      A côté d’ça, il y en a des
      Yé yé yé.
      On connaît de sacrées fieffées
      Qui ont dix sur dix des deux côtés.
      Faut pas cataloguer.

      Femmes à lunettes.
      Cette historiette
      N’est que sornette.

      En gros, a priori
      Dans toute affaire de myopes
      On le dit.
      On suppose au départ une salope
      On le suppute ainsi.

      Femmes à lunettes...

      Faudrait pas s’énerver.
      Toutes ne pensent pas qu’à ça.
      Pas si vite.
      Si ça s’trouve, c’est pas vrai, ça s’peut pas.
      Tout ça c’est inventé.

      Femmes à lunettes
      Pourquoi donc sont-elles si réputées
      Yéyé ?

      Femmes à lunettes
      On se fait des idées
      Yéyé.

      Femmes à lunettes
      Pour bien faire faudrait les essayer
      Yéyé.

      Femmes à lunettes
      Doit y avoir anguille sous rocher

      Gros bisou pour les féministes tout particulièrement celles à lunettes !


  • Ca reste une branlette, même améliorée...

    De la branlette intellectuelle mondialiste pour branleurs compulsifs...


  • "digisexualité" ça va rimer avec "déglingué" . Dans quel état vont devenir les mecs qui en useront ? A mon avis ils vont devenir impuissants avec de vraies femmes et fatalement rejoindre la misérable troupe des pédés .

     

    • Vous avez tout compris , il s’agit bien de rendre impuissant aussi bien physiquement que psychologiquement et au final rendre l’homme désarmé en gros une loque . Dans les années 90 des spécialistes se sont aperçus qu’au bout d’un certain nombre « de plaisir » il n’y a plus rien , cet infos n’a été diffusé qu’une seul fois dans les années 90 .
      Pourquoi d’après vous quand il faut faire un spermogramme on vous demande une abstinence de trois jours ?


  • Le sexe virtuel est présent dans des œuvres d’anticipation tels que "Démolition man" avec Sylvester Stallone, dans l’une des séquelles de "Ghost in the Shell" de Mamoru Oshi.

    Le sexe avec des robots a été prédit par Isaac Asimov dans "Le cycle des robots".

    Encore une fois ; la réalité rattrape la fiction.


  • Foutaises.
    La "digisexualité" ce sont des poupées gonflables sophistiquées, ces gynoïdes développées au Japon, mais ça ne remplacera jamais quoi que ce soit. Au Japon, les types qui sont poussés à ça sont juste désespérés, pour différentes raisons. Dès qu’ils le peuvent, ils évitent ça.

    Ce qui va arriver est plus pernicieux : ce sera la "digisexualité" pilotée à distance, c’est-à-dire que le partenaire robotique sera contrôlé par le partenaire humain de l’autre humain, à distance. Je ne sais pas si c’est très clair. ça passera par les sextoys connectés, etc. ce sera médié par des machines, et tout ça sera une dérision totale du sexe.
    On peut imaginer des scénarios de fous, avec des gens tout pourris, tout décrépis, qui vivent je ne sais où, dans un bunker souterrain, mais qui pilotent à distance des robots humanoïdes qui leur servent de pseudo-corps dans la réalité. C’est-à-dire qu’au lieu de vivre dans un monde virtuel, leur virtualité sera la réalité même.

    Mais faisons en sorte que tous ces délires ne se réalisent jamais.

     

    • Au Japon il y a 2 ou 3 ans ouvraient les maisons closes constituées exclusivement de poupées sexuelles ultra réalistes, on prédisaient déjà la fin de la prostitution classique ainsi que l’arrivé d’un substitut aux relations humains, au départ ces bordels d’un nouveau genre ont connu un grand succès mais ils ont rapidement commencé à fermer au bout de quelques mois car la clientèle était de plus en plus restreinte.

      Un objet ne remplacera jamais la présence d’une femme, voilà pourquoi ces " jouets" ne seront jamais rien d’autre qu’un divertissement temporaire pour les plus désespérés ou les plus pervers.


  • "Sexualité digitale" ça veut dire à la limite "sexualité avec les doigts".

    Qu’ils apprennent à parler français déjà : "sexualité numérique"


  • J’ai acheté un vagin usb en occasion sur e-bay pour tester.

     

  • Je me demande toujours ce qui provoque réellement ce genre de délire dans cette société ultra décadente ! La pollution de l’air, les produits dangereux ingérés via les aliments, des catastrophes comme Tchernobyl, les ondes permanentes...


  • Des volontaires pour prendre R2D2 en levrette ?

     

  • La suite c’est la DigiPride et le Digimariage .....


  • Je ne sais plus qui avait écrit cela ici ,mais ça m’a bien fait rire
    « Le masturbateur sera le dernier travailleur manuel. »


Commentaires suivants