Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des drones de la taille d’insectes pour espionner les Gazaouis

Le mois dernier, le mouvement palestinien Hamas a annoncé avoir capturé un papillon électronique volant autour de la bande de Gaza.

La nouvelle a d’abord été relayée par Al-Majd, un site web proche du Hamas spécialisé dans les questions de sécurité, qui a indiqué que le techno-papillon était utilisé par Israël pour espionner et surveiller les bases militaires palestiniennes à travers l’enclave côtière de Gaza.

Il a également été suggéré que les papillons-espions ont été employés pour rechercher deux soldats israéliens qui auraient été capturés pendant la guerre de l’été dernier.

Plus de 2 200 Palestiniens – la plupart des civils – et 73 Israéliens, en majorité des soldats, avaient été tués pendant ce conflit.

Selon Al-Majd, l’une des autorités chargées de la sécurité à Gaza affirme avoir démonté le papillon-espion et trouvé des photos des soldats capturés dans la carte-mémoire.

Le site Al-Majd indique que l’e-papillon, à l’instar des drones et des ballons de surveillance déployés par Israël au-dessus de Gaza, est opéré et contrôlé via un système GPS qui a été trouvé à l’intérieur du dispositif.

Le papillon-espion mesure la taille d’un oisillon auquel il ressemble de loin. Il peut pénétrer dans des maisons par de petits trous ou des portes et fenêtres ouvertes, toujours selon Al-Majd.

En 2009, la chaîne de télévision israélienne Channel 2 avait diffusé une vidéo d’un serpent robotisé doté d’une camera qui imite les actions d’un vrai serpent. Le robo-reptile a été développé par le Technion, l’institut israélien de technologie, pour des opérations de surveillance sur le champ de bataille.

 

 

Rien de nouveau dans l’art de la guerre

Les quelque 1,8 million d’habitants de la bande de Gaza vivent sous la surveillance constante d’Israël.

Cependant, grâce aux nouvelles technologies, dans ce cas le conflit n’est pas aussi déséquilibré que d’habitude. Pendant la dernière guerre à Gaza, le Hamas avait révélé qu’il disposait de drones – baptisés « Ababeel », du nom d’oiseaux de combat mentionnés dans le Coran – capables d’espionner et de filmer des zones de peuplement israélien.

Le Hamas affirme que la mission de l’e-papillon-espion qu’il a capturé est de localiser les prisonniers de guerre. Israël, pour sa part, garde le silence au sujet de ces papillons virevoltant autour de Gaza.

Le Hamas aussi est actif dans ce combat, en menant notamment des campagnes de sensibilisation portant sur ces questions de sécurité et informant les Gazaouis des nouvelles techniques et tactiques d’espionnage utilisées par Israël et de la manière dont le Hamas peut récupérer les informations.

« Les usagers d’internet, en particulier les néophytes, pensent que personne ne peut découvrir ce qu’ils font sur le web – ils croient qu’en utilisant de faux noms et des pseudonymes sur les forums, par exemple, ils ne laissent aucun trace. Or leur navigation peut être retracée sur chaque site qu’ils consultent », explique Ibrahim al-Madhoun, un chercheur sur les mouvements islamiques basé à Gaza.

Al-Madhoun ajoute que la résistance palestinienne est elle aussi en train de modifier ses techniques.

« La résistance a développé ses capacités en matière de sécurité et de technologie suite au retrait israélien de Gaza survenu en 2005 », a-t-il déclaré à Middle East Eye.

Al-Madhoun estime que la connexion limitée de Gaza au monde extérieur a contribué à l’avancement de ses connaissances.

En 2006, lorsque le soldat israélien Gilad Shalit avait été capturé, l’armée israélienne avait utilisé de nombreuses techniques pour analyser la vidéo que le Hamas avait publiée sur sa capture en échange de la libération de dix-neuf prisonnières palestiniennes.

L’équipe technique du Hamas était consciente du fait que la technologie israélienne permettait de zoomer les images et de capturer les reflets dans les yeux de Shalit, et a donc fait en sorte qu’aucune image de ses ravisseurs ne soit visible, couvrant le visage de chacun, y compris le cameraman.

Al-Madhoun explique que le Hamas n’a jamais révélé les mesures de sécurité qu’il avait prises dans le cas de Shalit afin de ne pas compromettre ses chances de parvenir à un échange de prisonniers.

« L’expérience du Hamas a été renforcée par ses interactions avec les puissances régionales et par un espace web libre qui donne à la nouvelle génération la possibilité de se mettre à jour sur l’ensemble des développements de la sphère technologique », a-t-il poursuivi.

Les capacités militaires et de renseignement du Hamas n’ont certes rien de comparable avec celles d’Israël, qui dispose de l’armée la plus puissante de la région, mais ses campagnes de sensibilisation à Gaza, où les habitants sont désireux de tout savoir sur ceux qui préféreraient qu’ils ne sachent rien, sont assidues.

Sur son site internet, al-Majd indique que l’usage croissant par Israël de dispositifs électroniques fait suite à son incapacité à recruter un nombre suffisant de collaborateurs palestiniens. L’année dernière, le Hamas a fait pendre au moins dix-huit collaborateurs présumés qu’il accusait d’avoir coopéré avec les services de renseignement israéliens.

Le site web affirme qu’Israël cherche toujours à recruter des informateurs, ayant recours au chantage pour convaincre ces Palestiniens désespérés qui sont prêts à tout pour trouver un emploi leur permettant de gagner un salaire décent, accéder aux soins de santé et aux médicaments dont ils ont besoin, et sortir de la pauvreté et des difficultés. Israël les rétribue en échange d’informations sur les dirigeants palestiniens et les sites internet d’activistes à Gaza.

« La guerre technologique est susceptible d’évoluer », observe al-Madhoun.

« Son intensité pourrait diminuer, car les deux parties connaissent leurs capacités mutuelles, mais tous ont conscience du besoin de changer les règles du jeu. »

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On ne parle pas d’autonomie de l’appareil. Je suppose qu’elle ne doit pas dépasser la demi heure.

    Le vol ainsi que la transmission des données et le GPS, doivent réduire considérablement la durée de la batterie.

    Il me semble peu probable qu’un tel projet soit actuellement réalisable.

     

    • Franchement, non. Dans le civil, sans etre trop cher, tu peux avoir des petits drones qui tiennent une demi heure ou plus, en montant énormément les prix, une armée peut facilement se procurer des trucs plus puissants, plus autonomes et plus petits. Surtout si tu lui permets de se recharger au soleil.


    • Entre le GPS, les communications radio, les différents moteurs, le traitement de données sur le drone, les différents capteurs etc... la consommation serait énorme et fournir autant d’énergie par une microbatterie me semble totalement impossible.

      Je n’imagine même pas si une caméra était embarquée là ça devient très énergivore donc impossible sur un drone de la taille d’un insecte.


    • Ca fait plus de 10 ans que ces machines sont en developpement,
      Quand aux batteries ... les militaires ont accès à d autres choses.
      mais même si ca vole 30 min, c’est largement suffisant pour faire le tour d un immeuble, et regarder ce qui se passe dedans.

      Il y a le papillon, mais il y aussi les araignées, les cafards... certains peuvent marcher au solaire, ou se recharger avec d’autres techniques.


    • Voyons Karel… Les drones qui tiennent une demi-heure ? Déjà ils font une certaines taille… Et alimenter ça avec de l’énergie solaire, il faut aussi une certaine surface de capteurs… Dans un epapillon, c’est juste hors de portée de la technologie actuelle, même pour les militaires. Désolé de te décevoir, mais nous ne sommes pas encore dans le monde de Matrix.


    • la solution à votre problème :
      une station de recharge autonome amenée sur les environs du site par un drone plus gros de nuit par ex
      et récupérations des infos par la même occasion


    • Avec la nanotechnologie c’est largement possible


    • L’autonomie est en effet un probleme technique majeur, cela dit l’article ne rentre pas dans les details et il peut sagir de ce genre de systeme de controle d’insecte vivants.
      http://www.futura-sciences.com/maga...

      L’article de mon lien indique que ces recherches éxistaient déja en 2008, donc ils doivent etre relativement developpés aujourd hui.


    • Il est appelé epapillon mais l’article précise qu’il a plutôt la taille d’un oiseau, auquel il ressemble de loin.

      Du coup quand on voit l’autonomie que peuvent avoir nos Smartphones, tout en ayant caméra, wifi, applications, gps, et tout le tralala, ça parait probable. En tout cas, la batterie du mien est largement plus petite qu’un moineau...

      Il reste que le vol, dont je n’ai aucune idée de sa consommation.


    • #1183968

      J’avais vu dans un taser publicitaire que l’armée américaine avait développé une bestiole similaire (et probablement refilé sa technologie au petit technion israëlien). La bestiole était capable de recharger sa batterie simplement en se posant sur une ligne électrique de ville, dans la démo on la voyait surveiller une maison pendant des heures depuis son fil électrique. Dès lors, la bestiole est capable de fouiller des dizaines de maisons sans retourner à sa base, il lui suffit de retourner sur la ligne électrique quand ses batteries sont vides.
      C’est la même technologie que ce que les Coréens développent pour le rechargement des voitures électriques par transmission électromagnétique en implantant des pastilles spécialisés et reliées au réseau électrique à la surface de leurs routes. Les militaires en disposent depuis évidemment bien plus longtemps.
      Les Russes ont bien compris que la recherche en matière de guerre électronique était plus que jamais d’actualité : le meilleur moyen de neutraliser des drones, c’est de couper leurs moyens de communication satellite avec leur opérateur.


  • Je prédis un vif succès des appareils de brouillage dans les années a venir.

     

    • Moi, je prévois un grand succès des dispositifs IEM "fait maison" pour faire chier tout ces maniaques de l’espionite.
      Je me promène dans la rue devant un bâtiment ou il y a une organisation qui me fait chier , et vlan un coup d’IEM et plus de cameras, de micros, de wifi, de disques durs ...
      Pour les palestiniens, je leur conseillerais des dispositifs IEM embarqués sur des drones kamikazes.

      En plus c’est super simple a faire, pas cher, et par contre s’en protéger coute une blinde. Tout benef


    • Carrément ! Ou une sorte de bombe qui désactive les appareils électronique. Je rêve d’un missile sol-air qui aurait la même fonction. Ciao les avions de chasses & co., plus d’électronique de bord.


  • Je crois que je ne connais rien de plus lâche que l’armée israélienne...
    Ah ça pour jouer avec les joysticks, utiliser la haute technologie parce que vous avez le pognon, pour fabriquer des armes et outils d’espionnage d’inspiration toujours plus satanique, tout en étant bien à l’abri, pour ça, y a du monde.... Mais quand il s’agit d’aller se battre en face à face sur le terrain comme des hommes, là, y a plus personne...

    En revanche, les enfants palestiniens sont assez courageux pour défier des chars blindés avec de simples cailloux ! C’est normal, ils ont la légitimité, la justice, et Dieu en personne de leur côté...


  • Très intéressante technologie...faut informer Manu d’urgence !

    De plus, Made in Israel.....QUAND MÊÊÊÊÊMEEEE !!!

    Vite, faut en acheter une tripotée, et les balancer dans toute la France, pour voir ce que font les charlies !
    En plus c’est bientôt ’été , la période se prête à la circulation des insectes !

    Adishatz

    H/


  • Nous y voilà, ou quand la réalité dépasse la fiction (cf. ce film où le personnage principal s’était fait changer un oeil afin que la "libellule-drone" ne puisse le reconnaître. Quelle époque de m...e.


  • Tendre la nuit de grands draps blancs.
    Les rétroéclairer avec des projecteurs.
    Et les papillons drones viendront s’y coller.
    Avec d’autres cafards.


  • Non mais franchement... si ces messieurs du Hamas croient sincèrement que sur une vidéo, même en haute résolution et en gros plan, on peut reconnaître un visage sur les quelques pixels de la pupille, ils feraient mieux de regarder moins de séries américaines !

    On ne peut pas ajouter de l’information sur une image qui n’en contient pas.

     

    • #1183975

      Vous n’êtes pas très malin. Vous n’avez pas de smartphone ? Sur le mien, la taille de la lentille de l’objectif fait 3 millimètre, il prend des photos et des vidéos relativement correcte dans les lieux éclairés avec une petite possibilité de zoom. C’est un smartphone bas de gamme, le premier prix chez samsung il y a 4 ans. Aujourd’hui le haut de gamme prend des photos 1080p avec une lentille de cette taille et c’est une technologie disponible pour le grand publique, les militaires ont bien mieux.
      Vous avez vu la taille de la lentille sur le drone serpent ? Quel est la résolution des vidéos qu’elle prend à votre avis ?


  • Les micro-drones seront redoutables à l’avenir. La liquidation d’un ennemi par une petite piqûre ni vu ni connu de techno-moustique, c’est plus discret à organiser que l’assassinat de JFK. Si on ajoute à ça la puce RFID, on se dirige tout droit dans le monde décrit par l’Apocalypse de Jean. Où les méchants perdent. Amen.

    https://www.youtube.com/watch?v=0Jz...


  • Il va falloir fermer nos gueules si on ne veut pas recevoir une piqûre mortelle de ces gentilles petites bêtes .


  • #1182720

    Mon imagination paranoïaque, étayée de quelque expérience singulière, me porte à penser que les dernières technologies militaires ont pu réaliser un appareillage léger pouvant être connecté au système nerveux d’un insecte volant vif (ou vitrifié ?) et suffisamment robuste (insecte d’Amazonie ?) afin de contrôler ses mouvements et de l’envoyer en mission, par exemple s’il a des reflexes de pondeur, afin qu’il transmette un virus cancerigène à un dormeur... J’imagine que ce type de projet, d’actualité depuis 2000, met beaucoup de pays en concurrence et que la France n’est pas à la traîne


  • "En 2006, lorsque le soldat israélien Gilad Shalit avait été capturé, l’armée israélienne avait utilisé de nombreuses techniques pour analyser la vidéo que le Hamas avait publiée sur sa capture en échange de la libération de dix-neuf prisonnières palestiniennes.

    L’équipe technique du Hamas était consciente du fait que la technologie israélienne permettait de zoomer les images et de capturer les reflets dans les yeux de Shalit, et a donc fait en sorte qu’aucune image de ses ravisseurs ne soit visible, couvrant le visage de chacun, y compris le cameraman."

    Comment ? Zoomer sur un oeil dans une vidéo, au point de voir distinctement le reflet (donc encore zoomer) et identifier le visage d’un homme ? Par quelle sorcellerie, sinon envoyer un gros plan de Gilad en 4K ?

     

    • Exactement. Cela est possible seulement si la vidéo est en très haute définition. Il est vrai que certains logiciels sont en mesure d’extrapoler à partir de peu de données mais tant et aussi longtemps qu’il publient leurs vidéos en basse définition ils ne risquent pas grand chose selon moi. Cela étant dit, une couche de sécurité supplémentaire n’est pas à négliger quand les vies des militants sont en jeu. Ils font très bien d’être paranoïaque, la devise du Mossad étant : "Par le tromperie la guerre tu gagneras".


  • Dans le même genre, ils devraient faire des vers solitaires...
    et se les mettre où je pense !


  • On aurait bien aimé avoir une photo dudit papillon !


  • #1183083

    Facilement identifiable, facile a capturer, facile et détruire, ...
    lol ?


  • #1183119

    A quand les robots "change couches" autonomes ?


  • #1183124

    Sinon pour tout insecte pénétrant dans un domicile, il reste une méthode efficace, le coup de babouche et poubelle . (joke) .


  • #1183200

    C’était prévisible, Israël a un très beau bouquet d’entreprises d’armement et de technologies numériques, et je suis sûr que tous les labos militaires du monde entier bossent sur la miniaturisation poussée de ces drones, jusqu’à la nano-échelle (qu’ils soient imperceptibles à l’œil nu) depuis des années.

    C’est ce jour-là, dans pas très longtemps, vraiment, que la vie "privée" deviendra le luxe des riches (ceux qui pourront se payer des systèmes préventifs).


Afficher les commentaires suivants