Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Existait-il un agent double dans le camp de François Fillon pour la présidentielle ?

Dans son livre Déflagration (Robert Laffont), l’ex-directeur de la campagne de François Fillon Patrick Stefanini révèle le rôle trouble de François Sureau, avocat et ami du candidat, qui a écrit les statuts d’En Marche !

 

Patrick Stefanini a fini sa thérapie. L’ex-directeur de la campagne de François Fillon a éprouvé le besoin d’écrire, de se confier à la journaliste Carole Barjon pour comprendre pourquoi le ciel lui était tombé sur la tête. Pourquoi lui, le « soldat », le préfet et conseiller d’État taiseux voire timide, avait plaqué le candidat Fillon en pleine campagne ? Pourquoi l’homme des campagnes gagnantes de Jacques Chirac en 1995 et 2002 avait coupé, selon son expression, la cordée filloniste le 3 mars jour de la manifestation du Trocadéro ?

Dans son livre Déflagration dédié aux députés sortants battus en juin 2017, Patrick Stefanini livre un récit de ses (presque) quatre années passées au côté de l’ancien Premier ministre. Il refait le match. Mieux, il enquête. Et ses trouvailles surprendront les électeurs de droite, fillonistes ou pas. Son récit prend la forme d’un puzzle qui met en place petites et grandes choses. Et qui forme à l’arrivée un terrible tableau de cette campagne dont on comprend qu’elle devient impossible à partir du 24 janvier, jour des révélations du Canard Enchaîné sur les emplois de Pénélope Fillon.

[...]

Plus étonnant encore, François Sureau apprend-on, est le rédacteur des statuts d’En Marche ! lancé en avril 2016. Il y aurait donc un agent double dans la campagne de Fillon. Ce que Stefanini ne veut pas croire tout en s’interrogeant : « La seule question intéressante, au fond, est de savoir si François Fillon connaissait les liens de François Sureau avec l’équipe d’Emmanuel Macron, et si c’est en toute connaissance de cause qu’il a choisi de suivre les conseils de maintien de sa candidature ».

 

Un candidat solitaire

Dans ce livre-réquisitoire, l’auteur dépeint un candidat solitaire qui cultive à l’extrême le gout du secret, capable de disparaître vingt-quatre heures sans que personne ne puisse le joindre. Stefanini pointe son gout pour le luxe. Il rapporte ce conseil que lui avait livré en 2013 le chiraquien Bertrand Landrieu, ancien chef de cabinet de Joël Le Theule, premier mentor du jeune Fillon : « Sache cependant une chose : François Fillon est un hédoniste… »

Lire l’article entier sur parismatch.com

 


 

Fillon a donné 300 000 euros à Sarkozy,
affirme Stefanini dans son livre

Son livre s’appelle Déflagration. L’ex-directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, révèle que l’ancien Premier ministre a donné 300 000 euros à Nicolas Sarkoy après la primaire de la droite pour la présidentielle afin de lui permettre de boucler ses comptes de campagne.

[...]

Le « deal » conclu lors d’un déjeuner

Michel Gaudin, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, a confirmé pour Paris Match les informations de Patrick Stefanini. Selon lui, le « deal » financier entre François Fillon et Nicolas Sarkozy a été scellé lors d’un déjeuner, le 25 janvier dernier, organisé à la demande de l’ex-président, dont les comptes étaient dans le rouge.

Sa campagne pour la primaire, en 2016, lui a coûté 1,3 million d’euros et son parti, LR, lui demandait le remboursement de 300 000 euros. De retour à son QG après le déjeuner, François Fillon était « guilleret », écrit Patrick Stefanini. Il a décidé d’accéder à la demande de Nicolas Sarkozy et de puiser dans la caisse de son microparti, Force Républicaine, enrichi des quelque 10 millions d’euros que lui a rapportés sa victoire à la primaire, en novembre 2016.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Ce que Fillon n’ose pas dire, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Le crash programmé de la candidature Fillon, sur E&R :

 






Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article