Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Jour de colère des éleveurs

Ils bloquent les routes, attaquent les hypermarchés, mettent la pression sur la grande distribution et le gouvernement : la jacquerie des éleveurs brise la quiétude d’un été chaud. Mais les jeux sont faits : les éleveurs sont pris dans un étau, entre la concurrence mondiale déloyale et la structure inadaptée de leurs exploitations.

 

 

Comparativement à son collègue allemand, brésilien ou américain, l’éleveur français travaille à petite échelle, à moins de 100 bêtes, pour un revenu moyen en dessous du Smic. Peu organisé collectivement, il ne peut tenir tête à la « grande distrib », qui fixe les prix, et étrangle les fournisseurs. Mais la puissance du distributeur n’est pas l’apanage des éleveurs : tout les producteurs y passent. Non, ce qui fait la particularité de l’éleveur français, c’est, paradoxalement, la qualité supérieure de sa viande due à la sous-industrialisation de son entreprise. Si en termes de prix il ne peut rivaliser avec ses grands voisins mondiaux, question qualité, il les bat à plate couture, même si ses vaches ne sont pas exemptes d’engraissement rapide et discret ; sans cela, ce serait la mort de la majorité des exploitations. Les Américains ont leur feedlots, les Français ont l’Italie…

Second paradoxe, la France n’est pas autosuffisante en viande, et doit en importer. D’où la chasse aux factures et autres preuves de traçage des bêtes étrangères (souvent allemandes) dans les hyper et supermarchés, quand les éleveurs font une descente. Plus, évidemment, la question du prix d’achat et de revente (autour de 5€ le kilo pour le bœuf, revendu plus du double).

Et si, au lieu de refaire l’inventaire des problèmes de la filière, nous évoquions les portes de sortie de la crise ?

Elles sont étroites, et sans pitié : la qualité, et le prix. Hausse conjuguée de ces deux facteurs, sans quoi, tout disparaîtra sous la pression de la concurrence déloyale, les portes de l’Europe et de la France étant grandes ouvertes à la production industrielle internationale de viande. Les traités commerciaux à venir ne nous laissent pas le choix : l’Europe est un gruyère. Il y aura donc deux viandes, et deux filières : une pour la grande consommation, l’autre pour un public plus exigeant, sur les critères de traçabilité, d’origines… L’éleveur français de petite envergure doit se réapproprier son terroir, qui est riche, et qui a été abandonné pour tenter de faire du chiffre et du poids. On a vu le résultat. Le modèle productiviste, dans ce domaine, est arrivé à ses limites.

 

 

Personne ne demande ici de boycotter la viande « étrangère », mais de choisir l’éleveur qui a choisi la qualité, qui vendra en boucherie (ce qui n’exclut pas la grande distrib), un peu plus cher, avec des garanties sur les circuits courts production/consommation, un respect de l’environnement, des animaux, et donc du consommateur. Car dans ce conflit, que l’aide très électorale du gouvernement (600 millions d’euros) ne résoudra pas, le consommateur est roi : c’est lui qui fixe la règle du jeu, et peut sauver la filière « qualité ». La consommation est un pouvoir, il est temps que les Français s’en aperçoivent, et l’utilisent à grande échelle. Les class actions sont interdites par le système, pas le boycott. Nous voyons tous l’efficacité du boycott de produits venant de pays qui ne respectent pas certaines règles, qualitatives, ou humanistes, par exemple…

Un jour, il est probable que les consommateurs intelligents seront organisés en syndicats ou corporations, qui auront un poids économique, et donc politique. Par exemple, le syndicat des acheteurs ou amateurs de viande de bœuf pourra « tuer » un produit trop mauvais, trop cher pour ce qu’il est, ou mensonger. Quel producteur pourra résister à un tel boycott ? Quel distributeur osera proposer dans ses rayons un produit mort-né ? Les consommateurs de viande, en attendant ce bras de fer, doivent aujourd’hui prendre en main le sauvetage de la filière. Quant aux éleveurs, accusés de tous les maux, jusqu’à se faire taxer d’empoisonneurs par des médias mal informés ou tordus, ils doivent privilégier la qualité et le terroir, car la bataille de la quantité est perdue d’avance.

À ne pas manquer, sur E&R :

 

Sur le règne de la quantité, voir aussi :

À lire, chez Kontre Kulture :

Soutenir les productions agricoles et artisanales de qualité
avec notre partenaire Aubonsens :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1235116
    le 24/07/2015 par bofpwr
    Jour de colère des éleveurs

    Le remède contre la concurrence déloyale c’est le protectionnisme, pas "la qualité" ou je ne sais quelle autre concept abstrait ...

     

    • #1235294
      le 24/07/2015 par Sylvain
      Jour de colère des éleveurs

      Tout à fait d’accord avec toi camarade, la qualité est un concept plus qu’abstrait. Le con-sommateur est bien incapable de déterminer en toute objectivité ce que peut-être la qualité. La seule solution, c’est une remise en cause de l’ensemble des traités de libre échange.
      Cet article me semble bien incomplet et rédigé à la hâte (désolé, mais il faut tout de même le dire).
      Le problème de la compétitivité n’est pas lié à la taille des exploitations. En France, ce sont souvent les exploitations de grande taille qui ont le plus de mal à boucler (la main d’oeuvre salariée représente une charge considérable).
      Les problèmes sont beaucoup plus liés à l’obligation de se plier à des normes souvent absurdes et très coûteuses (justifiées justement par ce concept foireux de qualité), mais aussi dans le cas de la concurrence déloyale de l’Allemagne à l’emploi de main d’oeuvre payée à des niveaux scandaleusement bas dans les abattoirs. Dans des pays où il n’y a pas de salaire minimum, la main d’oeuvre originaire des pays de l’est est une aubaine.
      On pourrait disserter des jours entiers sur la question, les solutions sont pourtant simple comme dans tous les secteurs de l’économie, l’état français doit reprendre le contrôle de ses frontières et de ses politiques économiques.


    • #1235323
      le 24/07/2015 par Robin
      Jour de colère des éleveurs

      Et comment les agriculteurs peuvent-ils mettre en place le protectionnisme ? Bah ils ne peuvent pas, ils n’ont pas le pouvoir, c’est bien pour ça qu’ils doivent manifester. Alors comme solution, on fait ce qu’on peut, comme miser sur la qualité du produit pour vendre par exemple.


    • #1235350
      le 25/07/2015 par goy pride
      Jour de colère des éleveurs

      Exact car à notre époque il n’y a plus grand monde recherchant la qualité ou capable de distinguer un produit alimentaire de qualité à un de mauvaise. A cela s’ajoute le facteur économique, les gens préfèrent encore bouffer de la merde plutôt que de payer le double pour de la qualité. De ce fait la qualité à prix prohibitif ne peut pas être autre chose qu’une niche étroite pour les gens ayant encore du goût et les moyens de se le permettre. Une filière entière ne peut pas se reconvertir dans le luxe, il ne parviendrait pas à écouler leur production. Il faut tout simplement revenir au protectionisme. Si les éleveurs parvenaient à vivre décemment de leur activité dans les années 60. 70...en offrant à la fois des produits de qualité et à des prix accessibles à tous c’est qu’il y avait une raison !

      Une preuve que les masses populaires ont en partie perdu leur aptitude à distinguer la bon du mauvais est lors de l’application des directives européennes concernant le lait et la fabrication du fromage dans les années 80. Avant cela le moindre camembert premier prix (à l’époque à peine 5 francs, moins d’un euro si je me souviens bien...) était au lait cru et succulent ! D’un jour au lendemain on s’est retrouvé avec des camemberts "plâtreux" qui ne développe aucun arôme en vieillissant. Je me souviens aussi du parmesan en poudre "bas de gamme" vendu dans ces petits sachets en plastique, il avait un arôme d’une puissance incroyable ! Du jour au lendemain ce fromage est devenu une espèce de poudre salée sans goût...même le parmesan d’appellation contrôlée "parmigianno" n’a plus de goût ! Qu’à fait le bon peuple face au vandalisme de son alimentation ? Absolument rien ! Il n’y a que quelques "bourgeois" qui ont gueulé et ont obtenu quelques modifications des directives européennes afin d’obtenir le droit de continuer de fabriquer avec du lait cru certains fromages vendus à prix prohibitif...quant au calendos premier prix du "pov’ con" c’est au lait pasteurisé, finie la bonne époque où l’on pouvait manger de la bonne bouffe même en achetant le moins cher...
      Le protectionnisme ne sera pas suffisant. Par exemple les Français ont des salaires raisonnables mais subissent trop de ponctions (taxes, impôt, loyer, assurances...)...si nous revenions à des niveaux d’imposition et taxation raisonnables, idem pour les loyers, le prix de l’immobilier...une augmentations sensible du prix de l’alimentaire serait plus aisément encaissable...il y a nécessité d’une réforme globale.


    • #1235521
      le 25/07/2015 par Bib
      Jour de colère des éleveurs

      Et en attendant le Grand Soir du "protectionnisme", ils font quoi, les agriculteurs ? Ils se touchent ?

      Contrairement à votre commentaire, le conseil donné par l’article est l’inverse d’un "concept abstrait", c’est un conseil pragmatique donné aux agriculteurs : en attendant des jours meilleurs, repositionnez-vous (ça c’est un concept économique très concret) plutôt que d’entrer pas dans un jeu où vous avez déjà perdu.


    • #1235579
      le 25/07/2015 par bofpwr
      Jour de colère des éleveurs

      Je ne dis pas que les Agriculteurs ne doivent pas s’adapter, mais je pense que ce n’est que reculer pour mieux sauter. Le problème touche tout le tissu économique et si chacun ne s’occupe que de ses propres problèmes sans comprendre que c’est le modèle de société qui est responsable des difficultés de tous, alors le rouleau compresseur libéral va continuer à avancer...

      Certes, chaque catégorie de producteur ne peut pas décréter le protectionnisme unilatéralement, mais tous ensemble ils peuvent participer à légitimiser un nouveau modèle de société, par leur soutien à une vision globale alternative au modèle néolibéral.

      Malheureusement, les gens ont oublié que c’est justement cet individualisme qu’ils aiment tant qui les désarme face au rouleau compresseur de l’atomisation sociétale.

      La "révolution" c’est quand les producteurs de tous les corps de métiers reconnaissent qu’ils représentent la société elle-même et s’unissent pour la changer.

      Quand une catégorie de producteurs réclame des "allègements" ou des "aides" du reste de la société, c’est une jacquerie.


  • #1235123
    le 24/07/2015 par Paul82
    Jour de colère des éleveurs

    Il faudra bien un jour remettre en cause les délires du libéralisme, ainsi que pas mal de traités européens !

    Quant aux solutions (à défaut de rétablir des douanes), oui la qualité, en passant par la bio.... ou mettre la clef sous la porte.


  • #1235178
    le 24/07/2015 par cftc
    Jour de colère des éleveurs

    Rien n’est fait pour les paysans. Ce n’est pas un relèvement de 4ct par litre de lait qui changera quoi que ce soit aux problèmes auxquels ils sont confrontés puisque de nature structurelle. La nature structurelle des problèmes réside avant tout dans l’ouverture des frontières ce qui met en concurrence des modes de production totalement différents c’est-à-dire des structures de coûts de production qui varient énormément. Il y a certes une tentative de certains paysans d’aller vers le gigantisme pour profiter d’économies d’échelles. Mais ce gigantisme n’aboutira à rien et les paysans le savent très bien. En effet :
    1/ culturellement ces fermes ne sont pas acceptées
    2/ ...mais surtout les paysans savent que le processus n’est pas achevé puisque le TAFTA devrait rentrer en vigueur bientôt. Il est annoncé pour les années à venir...et là, les paysans auront en face d’eux des fermes de la grandeur d’un département, donc en termes de coût impossible à concurrencer.
    Aucun espoir en vue donc, c’est ce qui créée le désespoir de la paysannerie. La pseudo mesure qui consiste à augmenter le prix du lait n’est qu’une mesure pour gagner du temps. Les paysans savent très bien que si la logique se maintient leur sort est joué. Ce qui me fait dire que les choses sérieuses commencent.

     

    • #1235354
      le 25/07/2015 par goy pride
      Jour de colère des éleveurs

      Une réforme structurelle est incontournable mais ce qui complexifie la chose c’est qu’elle ne doit pas toucher seulement l’agriculture ! Le protectionnisme serait une premier pas dans la bonne direction mais insuffisant ! Par ailleurs même ce premier pas pourtant relativement simple à mettre en place est impossible dans le cadre de l’UE !
      Selon moi il feront évoluer la situation dans la direction suivante : les technocrates vont encourager d’un côté une agriculture de qualité dont les produits seront vendus à des prix prohibitifs que seul 20 à 30% de la population pourront se permettre de consommer. Quant aux sans-dent il boufferont de l’importation de merde ou du local "industrialisé" (Ferme des milles vaches")...le problème sera de gérer les dizaines de milliers de paysans "surnuméraires" qu’il faudra écrémé en douceur pour éviter la révolte...


    • #1235463
      le 25/07/2015 par emmaB
      Jour de colère des éleveurs

      Oui, une réforme structurelle est indispensable, mais il y a un os : les décombres de l’Etat Français n’ont aucun pouvoir pour la mener, en réalité. Ce sont les marges scandaleuses des grandes surfaces qui étouffent les agriculteurs (toujours ce fameux parasite qui ne produit rien), mais là, la clique élyséenne est impuissante !

      C’est bien pour ça que Le Foll ne peut "qu’appeler" les distributeurs à revoir leurs prix, en gros tout ce qu’il peut dire c’est "siouplaît ?" Donc, "échelonner" les dettes des agriculteurs et balancer une aide par ci et une aide par là ne résoudra rien du tout, n’est pas viable dans le temps et c’est encore une fois se foutre de la gueule des producteurs.

      En conclusion, nous n’avons pas, chez nous, le pouvoir de maintenir une économie viable et saine, d’ou le caractère totalement illusoire de la démocratie. Dame démocratie a rendu son dernier souffle le jour où nous avons dit NON à l’Union Européenne mais qu’on nous l’a imposée de force. Tôt ou tard, il faudra reprendre le pays.


  • #1235227
    le 24/07/2015 par Odyle
    Jour de colère des éleveurs

    Tout a fait d’accord avec l’article. D’après une expertise l’espérance de vie des Européens devrait baisser de 9 ans des conséquences de la signature du traité transatlantique. Pesticides et OGM entrainent cancer, obésité, problème cardio-vasculaire etc...
    Il faut donc s’habituer à privilégier la qualité et boycotter les produits dangereux pour obliger les puissants de l’agroalimentaire à revoir leur stratégie.
    L’école devrait enseigner non seulement à lire, compter et manger !


  • #1235275
    le 24/07/2015 par Henri
    Jour de colère des éleveurs

    Pas du Gruyère, de l’Emmenthal. Si l’on parle de produits de l’agriculture, soyons précis. Le Gruyère n’a pas de trous.
    Un Suisse
    P.S. Psst, en France, vous ne pourriez trouver un autre mode de contestation que de tout péter ou/et de faire c... les autres ?

     

    • #1235348
      le 25/07/2015 par petit-chat
      Jour de colère des éleveurs

      Lorsqu’un mouvement est mené par des syndicats, celui-ci est toujours dirigé contre les usagers, jamais contre les responsables qui les arrosent avec force subventions !


    • #1235414
      le 25/07/2015 par Antoine
      Jour de colère des éleveurs

      Je suis bien d’accord avec notre ami helvète, s’en prendre à ses semblables qui n’y sont pour rien, c’est incompréhensible. Ce ne sont pourtant pas les cibles qui manquent pour s’attirer la sympathie de ses semblables ( péages, parcmètre, radars, lieus de pouvoirs, distribution de bouffe gratuite etc...)
      Veulent-ils être détesté comme les taxis OU BIEN ?


  • #1235276
    le 24/07/2015 par Marguerite
    Jour de colère des éleveurs

    1. Calculer le prix du produit fini.
    2. Donner le prix juste aux agriculteurs (c’est à dire le prix qui leur permettent d’assumer leurs charges + leurs vies, leurs familles).
    3. Protectionnisme. C’est à dire on achète à l’étranger que ce qui nous manques ! Il est absurdes de balader du lait de Suisse en Italie et de leur acheter du lait italien pour la Suisse. Idem France et Pays Bas pour le lait, ou cochons de la perfide albion vers la France sauf ce qui manque, si cela manque.
    4. Règlementer le prix de l’alimentation animale de manière à ce que cela soit viable pour les producteurs et je parle aussi des semences et des traitements prophylactiques.

    Pour le reste c’est partout le même problème.
    Ici en Suisse, pour le blé, jusqu’à présent, il fallait un temps de chute déterminé. Temps de chute = teneur en gluten.
    Les valeurs requises sont tellement élevées, que le pain confectionné avec tiens seulement 6 heures avant de sècher et de redevenir de la poudre. (levure chimique oblige).
    Maintenant que les producteurs y sont arrivés, depuis cette année, c’est la teneur en proteine qui fait foi, en plus bien sûr. Avec des appareils de mesures qui coûtent la peau des fesses ou un bras, au choix.

    Donc les agriculteurs, ne lâchez rien surtout pas des promesses de plans d’urgence ou de subventions. Ne soyez pas assister, mais bottez leur le cul, là ou ça fait mal : le porte monnaie.

    C’est le votre aussi, mais foutu pour foutu, il n’y a rien à perdre. Leur porte-monnaie est plein et le votre vide.


  • #1235280
    le 24/07/2015 par petit-chat
    Jour de colère des éleveurs

    Les éleveurs se trompent de cible. Qui a pris, et a renouvelé, des sanctions contre la Russie sans tenir compte des conséquences sur le pays le plus "agricole" d’Europe ?
    Les Bonnets Rouges, eux, ne s’étaient pas trompés de cible en voyant leurs entreprises mourir...
    L’affameur, c’est l’État avec ses subventions, ses règlementations, ses normes. En Nouvelle Zélande, ils l’ont bien compris.

     

    • #1235905
      le 26/07/2015 par Antidote
      Jour de colère des éleveurs

      Comme l’indique Pierre-Yves Rougeyron. « Dans les années 60, c’est le ministre qui fixait le taux de marge de la grande distribution », et il y avait un regard sur toute la chaine de distribution, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Les gens au pouvoir en France, ou « les affameurs » ne travaillent que dans l’intérêt de l’usure et de la rapine des lobbys qui détiennent la grande distribution.
      Entretien : Pierre-Yves Rougeyron
      https://www.youtube.com/watch?v=urt...


  • #1235303
    le 24/07/2015 par Luciole
    Jour de colère des éleveurs

    Il serait temps de dire que ce n’est pas que les conséquences de la crise économique mais la combinaison de la crise économique qui va permettre l’instauration du TAFTA ainsi que les sanctions Russes concernant l’importation et l’exportation des produits agricoles et laitiers .


  • #1235309
    le 24/07/2015 par laurent71
    Jour de colère des éleveurs

    comment faire un choix de qualité pour le consommateur lambda quand le traité transatlantique interdira l’étiquetage spécifique au nom de la lutte contre les barrières non tarifaires(choix de vie)...

     

    • #1235452
      le 25/07/2015 par Jayjay
      Jour de colère des éleveurs

      Tout a fait d’accord .
      Agitation syndicaliste organisée de toute pièce afin de légitimer la nouvelle "normalisation" du TAFTA à venir .
      Une fois que ces agriculteurs (FNSEA) manipulés auront bien fait chier le monde pour 4 centimes sur le litre de lait , qui voudra prendre la défense des autres agriculteurs privilégiant d’autres filières lorsque ce traité ultra libéral les empêchera tout bonnement de travailler ?


  • #1235519
    le 25/07/2015 par dixi
    Jour de colère des éleveurs

    Il y a un choc de 2 mondes :
    1/ l’agriculteur et sa petite ou moyenne exploitation qui est la pour avoir de bon revenus et pouvoir en vivre décemment ,en faisant de bon produits.
    2/ l’industriel ,le transformateur,l’acheteur,la grande surface,sont la pour faire du fric ,augmenter leur revenu ,sans se soucier du produit qu’ils vendent ou transforment .La seule chose qui importe pour eux est LA MARGE .point .
    Soit le consommateur est prêt à bouffer de la merde, ou alors il essaye de continuer ,avec ses moyens de faire vivre le petit producteur ,car je pense que c’est un combat qui est vital et nous concerne tous.


  • #1235637
    le 25/07/2015 par Le duc
    Jour de colère des éleveurs

    Je viens de lire que la qualité, c’était "abstrait". On vit bien dans le même monde ? Il n’y a rien de plus concret, et de plus difficile, que la qualité. Mais c’est du difficile durable.


  • #1235711
    le 25/07/2015 par Sous-Citoyen
    Jour de colère des éleveurs

    Le consommateur est libre de bouffer de la merde ou pas. Après tout, s’il est veut bouffer de l’OGM, du bœuf au hormone made in USA (TAFTA), libre à lui, s’il est assez con pour ça. S’il refuse de payer un peu plus cher sa viande française, c’est son choix.

    Nous ne sommes pas de gros mangeurs de viande mais nous allons une fois par semaine chez notre artisan (maître) boucher. Nous nous sommes permis, un jour, de lui demander la provenance de sa viande. Il n’a pas hésité à nous montrer sa paperasse et avons pu constater que sa viande bovine provenait de vache limousine, ses poulets sont véritablement fermiers, etc... Nous n’en demandions pas autant.

    Il y a des gens sérieux qui travaillent bien. Certes il faut y mettre le prix. Or, j’ai plusieurs fois constaté que ses jambons (blanc, serrano,...) étaient moins cher chez lui que les produits vus en supermarché.

    Les consommateurs savent lire et savent très bien ce qu’ils donnent à bouffer à leurs gosses et à eux même.

    J’explique toujours à mes enfants pourquoi j’achète la viande (soutient à la filiale de notre pays) chez le boucher et pourquoi j’achète les légumes, que je ne cultive pas, chez notre maraicher local. La majorité des légumes que nous consommons, je les cultive dans mon potager (120 m2 pour 2 adultes et 3 enfants).

    Nous nous en sortons très bien ainsi puisque nous sommes Smicards.

    Il faut donc un minimum de volonté de la part des consommateurs mais plus je fais de commentaires ici et là, plus j’ai l’impression d’être un extrémiste.

    Je ne vous dis pas bon appétit mais plutôt bonne chance devant vos assiettes.


  • #1235774
    le 25/07/2015 par Rey
    Jour de colère des éleveurs

    Dans le lait il y a du pus , dans la viande des vaccins et des antibiotiques. Agriculteurs faites des légumes bio et vendez les plus cher.

     

    • #1235783
      le 25/07/2015 par laurent71
      Jour de colère des éleveurs

      @Ray, évite de raconter des bêtises, va travailler chez des producteurs et tu verras bien ce qu’il y a dans ton assiette. les normes de qualité bactériologique en lait et en viande sont des obligation de résultat APRES analyse les normes bactériologiques sont trop basses pour laisser passer une mammite sur 100 vaches et les antibiotiques sont recherchés à l’état de traces. si tu bois du pu et que tu mange des antibios plains toi auprès des responsables qui ne sont pas les producteurs français.


  • #1235851
    le 26/07/2015 par DavidR
    Jour de colère des éleveurs

    Je comprends le désarroi des éleveurs, ils sont les perdants dans un système industriel et de libre échange qui s’est mis en place depuis 30 ans. Je suis végétarien aussi je ne devrais pas me sentir concerné et même me réjouir de la "crise" que traverse les éleveurs qui bons ou mauvais envoient tous les bêtes qu’ils aiment à l’abattoir pareillement.

    Mais je sais ce qui va remplacer ces éleveurs perdants ; l’élevage industriel, qui est l’ennemi commun à abattre et contrairement à ER, je ne me résoudrai pas à accepter cette fatalité et je ne suis pas le seul. Pourquoi ?

    L’élevage représente l’industrie la plus polluante et la plus destructrice de l’environnement à ce jour. L’élevage industriel réclame des quantités astronomiques d’aliments 80% de céréales, qui monopolisent 29% (un tiers) des surfaces terrestres sous forme de pâturages et de cultures ; 2/3 des terres agricoles dans le monde sont consacrées à l’élevage ou à la production d’aliments pour le bétail.

    La France est le premier importateur européen : 22 % du soja exporté par le Brésil lui est destiné. Du soja transgénique...Une alimentation sans produits animaux émet de 7 à 15 fois moins de GES qu’une alimentation qui contient de la viande et des produits laitiers.

    En moyenne, une alimentation carnée nécessite plus de 15 000 litres d’eau par jour et une alimentation végétarienne 5000 litres. À titre de comparaison, 1 kg de bœuf équivaut à une année de douche.

    Une diminution importante de la consommation de viande. Ce serait aussi efficace que de diviser par deux le parc automobile mondial - GIEC. La consommation de viande en Europe et en France est une cause de la déforestation en Amérique du Sud, 80% de la déforestation en Amérique Latine est lié à l’élevage.

    En France, 90% des nappes phréatiques sont polluées par les pesticides (cultures) et les nitrates (lisier). 22% des émissions de méthane proviennent du lisier, des flatulences et des éructions du bétail ; l’élevage représente plus de 15% de tous les rejets de gaz à effets de serre devant toute l’industrie automobile.

    Bref, au niveau écologique, il est prouvé que l’industrie mondiale de la bidoche, est un désastre. Et je n’évoque pas la souffrance de milliards d’animaux...

    Rêver d’un autre modèle de qualité et de terroir à défendre pour une élite qui a les moyens, réduire sa consommation de viande pour n’acheter que de la qualité, si cela peut donner bonne conscience, c’est très bien, mais ce ne sera pas suffisant.


  • #1235852
    le 26/07/2015 par Je ne suis pas charlie
    Jour de colère des éleveurs

    La politique de la ferme des 1 000 vaches, c’est bon pour qui, l’industriel ou le petit agriculteur ?


  • #1235868
    le 26/07/2015 par ccristo
    Jour de colère des éleveurs

    Les politiques n’ont rien à faire de la situation des agriculteurs, celle-ci dure depuis des années. Pourquoi ne pas s’organiser pour contrer la grande distribution ? Il pourrait être judicieux de réaliser des magasins où il y aurait tout sous le même toi (épicerie viande légume) mais seulement avec des producteurs 100% Francais. Réaliser un grand partenariat entre les différents agriculteurs et artisan. II n’y aurai plus besoin d’intermédiaire de grande surface, ce qui permettrai de fixer eux même leurs tarifs et de réaliser leurs propres marge. Le consommateur lui viendrait pour les même choix qu’en hypermarché mais avec des produits de bien meilleurs qualités. Je serai partant d’établir ce projet.


Afficher les commentaires suivants