Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Alt-right américaine : son histoire, ses enseignements

Profitant de l’effet choc des événements de Charlottesville, les divers médias occidentaux – pourtant si prompts à dénoncer les amalgames – ont redoublé d’efforts et de malhonnêteté pour enfermer tous les militants conservateurs dans une seule et même case : des républicains pro-Trump aux racistes du KKK, en passant par les libertariens ou les nazis de Vanguard América, tout ce beau monde porterait une commune responsabilité dans la mort de la jeune militante antifasciste. Un tel procédé – utiliser une partie pour nommer le tout – permet de jeter le discrédit sur la totalité des militants conservateurs, sur l’administration Trump, et sur toutes les droites en général.

La presse francophone a d’ailleurs brillé par son ignorance, étiquetant ce rassemblement comme étant celui de l’Alt-right, mot fourre-tout que les grands esprits de gauche utilisent pour désigner un axe du mal qui irait des néo-libéraux presbytériens aux racialistes païens partisans de la décroissance… Or l’Alt-right est bien plus que ça : elle n’est pas un parti, elle est une réaction devenue un mouvement. Et pour comprendre ses idées, il faut comprendre le contexte dans lequel elle est née.

Depuis l’ère Obama, les Social-Justice Warriors (SJW) américains, grands déconstructeurs de la civilisation occidentale, bénéficient d’un monopole écrasant de l’espace public : droits des LGBTIQQP+ ou des noirs, antifascisme, afro-féminisme, handiphobie, grossophobie, ils prospèrent en défendant les minorités face à la supposée oppression dont le mâle blanc hétérosexuel serait l’artisan. Les médias libéraux (de gauche), la télévision, les universités... ils affichent partout l’étendard de leur lutte pour le « progrès », pour l’amour et la tolérance, demandant l’interdiction des propos « offensants », réclamant des safe-spaces (espaces interdits à toute personne non « oppressée »), demandant l’application d’une politique de discrimination positive, etc. Mais les revendications légitimes et pleines de bon sens du départ ont rapidement installé un climat totalitaire dans le pays, où toute critique du dogme officiel est sanctionnée par une mise à mort sociale. La mésaventure dernière de l’employé de Google, licencié pour avoir critiqué la politique de « diversité » de l’entreprise, en est une preuve.

Face à ce déferlement bien-pensant, un petit village résista encore et toujours à l’envahisseur : ne pouvant exprimer une contradiction publique, de jeunes américains ont lancé sur Internet une véritable contre-culture. De Pepe la grenouille au dieu égyptien Kek, ces jeunes conservateurs exclus de l’espace public ce sont regroupés pour échanger, fédérés autour de symboles qu’eux seuls pouvaient comprendre.

 

 

Mais cette réaction adolescente « anti-gauchiste », est bientôt devenue un mouvement structuré autour de leaders d’opinion influents (S. Molyneux, P.J. Watson, B. Shapiro, M. Yannopoulos…), souvent issus de la droite libertarienne – opposée au pouvoir centralisé. L’Alt-right, caractérisée par son rejet de l’idéologie progressiste et sa défense des libertés individuelles face au léviathan étatique, venait de naître, rappelant aux vieux républicains ce qu’est vraiment le conservatisme.

Les idées de cette nouvelle sphère, très proches d’un anarchisme de droite, sont les suivantes : rejet du néo-libéralisme déraciné qui « remplacerait les cathédrales par des supermarchés si cela était économiquement viable », rejet du socialisme (grand tabou américain, Guerre Froide oblige), rejet de l’idéologie du Progrès et de la Déconstruction qui pousse le peuple américain à la division en « racialisant » le débat politique et en créant des clivages artificiels (genre, identités sexuelles, pseudo-oppression) ; affirmation d’une géopolitique isolationniste, affirmation de la liberté individuelle comme principe fondamental, affirmation d’un utilitarisme national (l’État ne doit autoriser que les pratiques pouvant être généralisées sans dommages)...

En somme, l’Alt-right n’était initialement qu’un moyen de prendre le contre-pied de l’idéologie dominante libérale, qu’il s’agisse du libéralisme économique ou culturel. L’Alt-right n’était donc que l’aile droite d’un parti républicain peinant à faire face à la déferlante progressiste sans renier ses propres principes.

Les attentats, la crise migratoire et le mouvement Black Lives Matter ont changé cela : les médias ne laissant pas de place au débat, l’Alt-right s’est rapidement positionnée sur ce créneaux à travers le site Breitbart (mélange entre Fdesouche et Égalité & Réconciliation). La critique de l’immigration et de l’Islam face à une élite vue comme xénophile et islamophile, est devenue un marqueur important d’une Alt-right se cherchant encore et venant de trouver son dernier élément doctrinal : la défense de l’Amérique face au mondialisme. Mais cela a aussi ouvert les premiers clivages au sein du mouvement.

Celui-ci a définitivement éclaté lorsqu’il eut à prendre position sur Black Lives Matter, ce mouvement d’extrême gauche très similaire à celui né à la suite de la mort d’Adama Traoré en France : sous couvert de défense des intérêts des Noirs, BLM entend surtout détruire la supposée domination blanche. Le glissement est vite identifié : en 1890, le juif était responsable de la mauvaise santé de la nation ; en 2017 le Blanc est l’artisan d’un grand complot planétaire pour maintenir les minorités sous sa tutelle… Il n’en reste pas moins que l’Alt-right s’est profondément divisée face à la rhétorique et aux exactions de ce mouvement : après tout si l’extrême gauche lutte impunément autour d’intérêts raciaux, pourquoi ne pas faire pareil en assumant de défendre les intérêts des WASP (Blancs protestants) ?

Et voilà l’Alt-right divisée, une partie des militants reniant ses principes : ce mouvement qui était né en opposition à l’idéologie clivante et culpabilisante de la gauche, qui était né de la volonté de garder les américains unis en rejettant la racialisation du débat politique, venait de se briser.

Il n’en fallait pas moins pour que l’ultra-droite racialiste tire parti de ces divisions, trouvant dans ce réservoir de jeunes désillusionnés un vivier à militants. Une partie de l’effectif de l’Alt-right est donc passé à l’ennemi, rejoignant le KKK ou Vanguard America et emportant avec elle armes et symboles.

 

 

Mais une très large partie de l’Alt-right est restée fidèle à ses engagements initiaux. Tous sont conscients d’une chose : on ne peut combiner l’anti-étatisme libertarien et le séparatisme racial. Connaissant leur histoire, ils savent que si la ségrégation raciale et les Jim Crow laws furent possibles, c’est avant tout parce que l’État le permettait. Être étatiste c’est donc accepter des lois potentiellement racistes et liberticides ; et inversement, être raciste, c’est donc être obligé de s’appuyer sur l’État pour triompher. Conscients de cette dialectique, la grande majorité de l’Alt-right a refusé la radicalité.

C’est sur cette partie du mouvement, qui avait refusé la compromission, que Trump s’est appuyé pour remporter l’élection. Car comme un étudiant conservateur dans une fac de gauche (pléonasme), le pauvre Donald s’est retrouvé isolé, incapable de trouver des relais dans la presse traditionnelle. Il a donc fait du pied à l’Alt-right, assumant leur rhétorique pour bénéficier de leurs réseaux. S’inféodant cette petite minorité agissante, il revivifia la droite américaine, faisant appel au bon sens de l’Américain moyen et de tous ceux qui n’étaient pas convaincus que la non-binarité sexuelle, l’afroféminisme ou le trouple soient des avancées pour l’Amérique. Et le voilà président.

La suite nous la connaissons. Recherche de conciliation oblige, il a pris ses distances avec cette jeune droite – dont il a de toute façon déjà le soutien –, préférant essayer de séduire les vieux dinosaure du Old Party. Il n’en reste pas moins que la presse américaine n’a pas franchement apprécié de se faire humilier par des ados fans d’un dieu-grenouille et sortis d’un forum Internet. Déçue, jalouse ou terrifiée (un peu des trois peut-être), elle a donc commencé à miner ce mouvement avec un objectif clair : tuer ce sursaut conservateur dans l’œuf et retirer à Trump toute légitimité. En effet, Trump ayant été élu avec le soutien de l’Alt-right, réussir à faire passer celle-ci pour le repère du « Mal » permettrait de jeter sur le président un discrédit éternel, le plaçant dans une position défensive constante.

Selon un schéma bien rodé, la presse a donc fait en sorte de dénoncer l’Alt-right comme étant un repaire de néo-nazis, d’antisémites, de racistes et de sexistes. Dès lors il était facile de demander au Président de se justifier d’un tel soutien : car si des racistes soutiennent un homme politique, c’est qu’ils doivent se reconnaître dans les idées de celui-ci, et donc que celui-ci doit être raciste. Raciste ? Heures-les-plus-sombres, bruits-de-bottes, chancelier à moustache, président à moumoute... CQFD. Et les « sécessionnistes » de l’Alt-right ont offert à la presse des arguments en béton.

Sauf qu’il s’agit ici d’une malhonnêteté crasse : si des néo-nazis se revendiquent aussi de l’Alt-right, aucun militants de l’Alt-right ne se revendique aussi du KKK. Bien au contraire. Comme nous l’avons déjà démontré, il y a une contradiction intrinsèque à supporter des idées suprémacistes tout en étant contre la centralisation étatique…

 

JPEG - 53.7 ko
Paul Joseph Watson

 

Pour paraphraser P. J. Watson, leader d’opinion influent, disons qu’il existe deux Alt-right. La première, qui est majoritaire et qui a participé à la victoire de Trump, est composée de jeunes gens conservateurs, qui aiment porter des casquettes pro-trump, sortir des drapeaux du Kekistan et arborer des t-shirt de Pepe la grenouille : celle-ci est ouverte à tous, Blancs, Noirs, homos, musulmans… L’autre, composée de quelques milliers d’individus tout au plus, est obsédée par la race, les juifs et les Noirs. D’un côté un mouvement de plusieurs millions d’Américains, de l’autre quelques allumés avec capuchons blancs et drapeaux à runes. Évidemment, c’est de ce second mouvement que la presse parle. « La partie pour désigner le tout », disions-nous…

Or vouloir justifier la victoire de Trump par le soutien (résigné mais réel, reconnaissons-le) de quelques nostalgiques de l’aigle allemand est d’une idiotie sans nom. Sur 300 millions d’Américains, on estime à environ 60 000 le nombre de partisans du KKK et à moins de 0,2 % le nombre d’affiliés à des groupes néo-nazis. C’est déjà trop dirons nous, mais c’est bien loin des 51 % d’électeurs qui ont offert la victoire au milliardaire. Dire que Trump doit son élection à ces hurluberlus néo-nazis reviendrait à dire, en cas de victoire de Marine Le Pen, qu’elle doit sa présidence au militantisme des 400 adhérents (et encore…) du PNF ou du GUD… La vérité est que Trump ne doit sa victoire qu’au sens commun des Américains – certes ravivé par une jeune droite dynamique et assumée – mais il ne doit aucunement son mandat aux nouvelles chemises brunes ; et il n’a pas non plus à sentir une quelconque culpabilité après les événements de Charlottesville.

Ainsi, quand un jeune Blanc haineux adhérent d’un groupuscule nazi (ce n’est pas faire une reductio ad hitlerum que de les qualifier ainsi, ils le revendiquent) décide de s’inspirer du Califat pour tuer des antifascistes, Trump n’a pas à ressentir une once de culpabilité. Il n’a pas non plus à présenter de quelconque excuses pour le « climat de haine » que son élection aurait supposément créé. Contrairement à ce que répète la presse, les groupuscules racistes n’ont pas prospéré depuis l’élection. Le KKK déclare avoir reçu tout au plus quelques centaines de nouvelles candidatures seulement, ce qui est bien peu compte tenu de la situation actuelle.

On peut donc déclarer sans rougir que la vraie Alt-right américaine, c’est-à-dire cette nouvelle droite conservatrice, cette jeunesse politisée, fait preuve d’un sang froid incroyable. La victoire de Trump a offert un prétexte à l’extrême gauche pour redoubler d’efforts dans leurs revendications, dans leur déconstruction et dans leur destruction : pressions politiques, chantage à la bien-pensance, multiplication des groupuscules (anti)fascistes, actions violentes, intimidation, assassinats de policiers, etc., sont devenus monnaie courante. En face de cette violence politique – qui légitimerait justement une radicalisation de cette jeune droite – à l’exception de la petite minorité déjà citée, les partisans de Pepe gardent le cap, sans radicalisation. Au contraire, cette droite alternative se positionne même sur un créneau simple, qui fait écho à notre combat français : la réconciliation.

Au lendemain de l’événement tragique de Charlottesville, alors même que l’Alt-right n’avait aucune raison de se justifier des agissements de quelques suprémacistes galeux opposés à la pensée du mouvement, la plupart des leaders d’opinion ont condamné cette violence politique et cette atteinte à la liberté d’expression et de manifestation (violence qu’ils connaissent bien pour en avoir fait les frais depuis des années). De P. J. Watson à H. Avalon, tous ont condamné l’attaque en rappelant la pureté de leurs convictions. En avons-nous entendu autant de la part de l’extrême gauche quand un partisan de Black Lives Matter à froidement exécuté plusieurs policiers ?

 

 

Mieux encore, le sur-lendemain, lors d’un rassemblement de l’Alt-right à Seattle, Joey Gibson a tenu un discours d’une bonté remarquable alors qu’il essuyait les insultes et la violence de contre-manifestants (anti)fascistes : il s’est dit « absolument écœuré » par l’attaque, s’est dit sidéré par « ces fous avec des torches [le KKK, NdA] » dont l’objectif est « de diviser ce pays », et a rappelé que la volonté de la droite avait depuis toujours été de « réconcilier et d’apaiser l’Amérique » et de « défendre la liberté d’expression de tous » ; cela avant de demander une minute de silence et de prière pour la jeune militante tuée… En avons-nous entendu autant de la part de l’extrême gauche quand un militant de Bernie Sanders a ouvert le feu sur des parlementaires républicains ?

Le fait est que l’Alt-right n’a rien à se reprocher. Au contraire elle a même fait un mea culpa que personne n’espérait pour essayer d’apaiser les esprits. Évidemment, cela ne l’a pas protégée des critiques : promouvant une liberté d’expression totale (aujourd’hui légale mais rendue impossible par le militantisme d’extrême gauche), elle est accusée d’agir en sous-main pour les groupes les plus extrêmes.

Mais assurons nos homologues outre-Atlantique qu’ils n’ont aucune honte à avoir, et qu’ils font même preuve d’un courage et d’une patience remarquables : parvenir à rester en équilibre entre les attaques physiques de l’extrême gauche et les pressions menaçantes de l’extrême droite relève aujourd’hui de l’impossible. Obligés de manifester avec des casques de vélos pour ne pas risquer d’avoir le crâne ouvert par un gentil pavé de gauche, ils maintiennent leur cap insensibles aux critiques : personne « n’aura leur haine », car ils œuvrent pour l’apaisement.

Ils défendent des idées fondamentalement opposées à la droite racialiste mais lui sont assimilés ; ils promeuvent la liberté d’expression mais sont traités de « nazis ». Ce qui est stupide car en mettant dans le même panier les racialistes et les conservateurs, deux choses peuvent se produire : d’abord, ce que recherche la presse, cela permet d’exagérer le danger des conservateurs, désormais vus comme des monstres en puissance. Mais après coup, cela peut avoir l’effet inverse, en banalisant le mal que représentent les vrais nazis : si être nazi c’est, comme l’Alt-right, utiliser Pepe la grenouille, alors voilà le mal du nazisme minimisé et réhabilité par ceux-là même qui voulaient le pourfendre…

Quoi qu’il en soit, peu importe que les efforts de la droite ne parviennent pas à lui offrir une légitimité – elle sera toujours trop à gauche pour le KKK, trop à droite pour la presse de gauche –, sa stratégie semble la bonne.

En refusant d’user des méthodes de l’opposition (racialisation du débat, violence, police de la pensée) et en refusant de rester un « anti-mouvement » (anti ne veut pas dire « opposé à » mais « l’inverse de » ; la même chose mais en miroir) l’Alt-right a brisé le cercle vicieux de la politique américaine, où la radicalité d’un camps nourrissait la radicalité de l’autre. En refusant l’extravagance politique mais en s’entourant d’une esthétique vivifiante (une mystique, dirait La Rocque), cette jeune droite authentiquement conservatrice, si elle survit aux attaques qui pleuvront sur elle au cours de ce mandat, devrait s’imposer comme un acteur majeur de la vie politique américaine. Quoi qu’il en soit, s’il ne s’agit pas de copier ce modèle américain en France, l’étude de l’Alt-right a tout de même beaucoup de choses à nous enseigner à nous, Français du camp national.

 

 

D’abord, nous devons faire preuve de la plus grande prudence face au traitement que fait la presse des événements américains : bien que nos pays n’aient que peu de choses en commun d’un point de vue historico-politique, nos médias prennent un malin plaisir à importer les débats américains sur notre sol. Cela a évidemment pour but premier de nuire à la droite française qui, qu’elle le veuille ou non, aura à se justifier des égarements de la droite américaine… De là à demander à Marine Le Pen de condamner les événements de Charlottesville, il n’y a qu’un pas - ce qui serait aussi stupide que de demander à H. Clinton de condamner l’attaque à la bombe des (anti)fascistes marseillais contre les royalistes de l’Action française… Mais bon, Marine Le Pen a soutenu Trump, or Trump était soutenu par l’Alt-right, qui utilise Pepe la Grenouille comme symbole ; or le KKK utilise aussi Pepe comme symbole, et le KKK est proche de Vanguard America, qui est ouvertement nazi. Donc Marine Le Pen est nazie, CQFD, le sophisme est parfait.

Mais au-delà de cette culpabilisation par association, discrète donc très pernicieuse, la transposition du débat politique américain en France est autrement plus nuisible qu’elle importe avec elle un bagage idéologique. La mondialisation économique entraîne en effet une mondialisation du débat politique. Ainsi, notre pays se voit aujourd’hui secoué par des débats qui nous étaient auparavant étrangers. Ce qui a pour effet de diviser profondément le pays. À l’affirmation d’un racialisme des « afro-descendants [noirs, NdA] » autour du mouvement des Indigènes de la République va répondre une tentative de communautarisation des Blancs... À l’introduction de la rhétorique victimaire SJW et de tous les -ismes qui en découlent, va s’opposer un mouvement reprenant une esthétique fasciste et viriliste. Contre la réappropriation de l’héritage anarchiste ou communiste de la gauche, certains Français répondent en manifestant leur nostalgie du nazisme allemand ou de toute autre doctrine autoritaire pourtant étrangère à l’esprit français. Au féminisme destructeur va s’opposer le mouvement MGTOW, tout aussi négateur de la complémentarité hommes-femmes. Et contre l’affirmation d’un faux épicurisme libéral-libertaire, certains s’enferment dans un ascétisme ou un isolement qui ne confinent plus au contrôle des désirs mais en leur destruction morbide… Un camp nourrit l’un, et ainsi de suite, dans une spirale infernale qui ne peut entraîner que la destruction de l’un par l’autre, ou de l’autre par l’un.

Et c’est le dernier principe que nous nous devons d’affirmer. La France est un chef-d’œuvre de l’Histoire, un ensemble architectural d’une finesse et d’une précision incroyable. Elle est une cathédrale de « petites patries », ces belles pierres que le sang versé par les aïeux, véritable mortier national, lie ensemble. Parmi les clefs de voûte qui permettent de maintenir la cohésion de cette merveille, la plus importante est sans doute la politique. La politique, clef de voûte du grand édifice millénaire qu’est la France… Si la France se divise dans des débats que la politique ne peut résoudre, où seule la violence trouve sa place, alors la France meurt. Nous ne pouvons donc pas accepter cette division nationale que l’affaissement moral des Français et les diverses influences ont rendu possible. Nous devons réaffirmer la vocation séculière qui est la nôtre : faire preuve de mesure et de tempérance sans céder aux provocation, refuser la violence, refuser les clivages, œuvrer à la cohésion nationale. L’union des Français n’est pas qu’un souhait, c’est une nécessité. Sans cela, le grand édifice français s’affaissera sur lui-même, n’ayant pu résister à ce vent d’ouest qui traîne dans son sillage des charognards prêts à s’attaquer aux civilisations qui montrent des signes de faiblesse. La France est unie, ou la France n’est pas.

Pierre Terrail

Le politiquement incorrect à la française, c’est sur E&R !

 

Sur la chasse au mâle blanc hétérosexuel, chez Kontre Kulture :

La réconciliation de tous les Français autour de la gauche du travail
et de la droite des valeurs, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 

Militer pour la réconciliation nationale aux côtés de Dieudonné et Alain Soral

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1785324

    Si j’ai bien compris l’esprit de cette analyse (qu’on ne trouvera qu’ici !), il faut arrêter de se positionner par rapport au Système et de s’en servir de référence, construire sa propre route.

     

    • Vous constaterez paradoxalement que tous les noirs s’appelle Washington... mais aucun Lincoln.
      C’est curieux car il est censé avoir aboli l’esclavage.
      Alors que le premier l’avait institué et institutionnalisé.
      Pourquoi un si grand homme que Washington figure sur un vulgaire billet de 1 dollar ?
      Parce que c’est le billet que le peuple manipule le plus. Il faut donc qu’il l’ait constamment sous les yeux.
      Ainsi, plus le billet est gros ... plus ce sont des inconnus.
      Et quand c’est un billet de 10.000 dollars c’est un quasi inconnu : Salmon P. Chase !
      Qui est ce Mr Chase ? Un Juriste et le secrétaire... de Lincoln !
      Ils devraient faire un billet de 1 million de dollars... avec son domestique.


  • Article très intéressant merci à l’auteur.

    Je suis surpris qu’on ne le rappel jamais mais le kkk est lié à la franc-maçonnerie, ses rituels et ses costumes bizarre ne sont pas que du "folklore".
    Le kkk s’organise en chapitre, comme les franc-macs et comme les gangs de motards hors la loi... ces fameux gangs de motards dont les membres aiment à s’appeler les 1%, c’est à dire les 1% de la population qui se considèrent au dessus des lois.

    Un autre point commun de ses organisations est qu’elles sont toutes infiltré par la CIA.
    Alors ca ne m’étonne pas de voir le kkk tenter de diviser l’Alt-right.


  • Excellente analyse toute en nuance. Merci !


  • Le problème de ce genre de mouvement est qu’il est tout de suite subvertis par des individus qui s’en réclament, organisent eux même des rassemblements et se mettent a faire des saluts nazis. Que ce soient des opportunistes ou des agents du gouvernement l’éttiquette alt-right et devenue toxique depuis déjà Décembre 2016 environ, quand tout les médias ont filmés Richard Spencer (Un type riche et pas nette et qui se revendique de Trump, aussi pris en photo avec la famille Bush) faire un salut nazis avec son groupe au nom de l’alt right et de Trump.

     

  • #1785444

    Sargon of akkahd et no bullshit sont a recommander pour ceux qui parlent le Shakespeare.

    Le compte you tube de Paul joseph Watson est en suspend : il y a ici une véritable chasse au gens de droite, sérieux ça fait peur. Notre propre premier ministre sur un plateau télé a mis en garde TOUT LE MONDE,pas une personne nommément comme Soral ou Dieudonne, non, tout le monde, de mesurer nos paroles sur les réseaux sociaux et que le gouvernement était pour y voir. Grâce a l’amalgame dont parle cet article, ils risquent de ratisser large...

     

    • Euuuuuh au fait c est qui notre premier ministre ???? Non je demande cela parce que ne regardant plus la tele je ne sais même pas que notre premier sinistre etait intervenu et en quelle circonstance ????
      Merci


    • #1785537

      Le "bon docteur", Philippe Couillard".


    • Salut à tous,

      Dans l’esprit du message du camarade la malicieux, depuis deux jours, le "Daily Stormer" de Andrew Anglin n’est plus en ligne (off line).
      une source ici :
      http://www.independent.co.uk/life-s...

      C’est intéressant car en fait la décision de ne plus rendre ce site accessible, n’a pas été prise par une quelconque autorité de justice, mais par deux multinationales : Google et GoDaddy (pour ceux qui ne sont pas familiers avec cette dernière entité, quelques données de base :
      https://en.wikipedia.org/wiki/GoDaddy

      On voit donc que de plus en plus, la conformité au pçlitiquement correct, va être assurée par les multinationales du web (les fameuses GAFA), et celà, en dépit du premier amendement de la Constitution US !
      C’est très très grave, et ça serait bien que les gens fréquentant E&R prennent conscience de tout ça !
      Je suis désolé de ne fournir que des références en anglais, mais bien entendu, aucun média même "hors système" n’a parlé de tout ça !
      Peut-être qu’E&R et ses équipes anglophones en feront un sujet, c’est comme ils le sentent.

      Pour les camarades anglophones, vous pouvez chercher " The Daily Stormer + off line", vous verrez que ceux qui en parlent le plus sont des sites de la mouvance de times of Israel, on se demande pourquoi.

      Dans l’absolu, Andrew Anglin (fondateur et administrateur du site), devrait poursuivre Google et GoDaddy pour violation du premier amendement, et la justice US devrait, toujours au nom de ce premier amendement, ordonner à ces deux multinationales, de rétablir l’accès au site !
      C’est une donnée à suivre, un bon test pour voir si la justice US ressemble à la notre...ou pas ?
      Aux dernières nouvelles, le daily stormer aurait été à nouveaux joignable pour quelques heures en ".ru", mias aurait ensuite été à nouveau off line.
      Visiblement, une solution d’accessibilité via le dark web et Thor serait à l’étude.
      Affaire à suivre donc.
      Adishatz
      H/


  • J’ajouterais (en toute modestie) un passage de Mr. Anthony Sutton dans "Wall Street et la révolution Bolchévique" :

    Tant que le lecteur regarde l’histoire du monde en des termes marxistes du conflit entre le capitalisme et le communisme (NdT : ou même du faux-paradigme politique induit “gauche-droite”…), alors les objectifs d’une telle alliance entre la finance internationale et la révolution internationale demeurent élusifs [...[

    [...] Cette technique utilisée par les monopolistes pour aveugler la société a été mise au point au début du XXème siècle par Frederick C. Howe dans “Les confessions d’un monopoliste” :

    “Dans un premier temps, la politique est une partie nécessaire des affaires. Pour contrôler les industries, il est nécessaire de contrôler le congrès et les régulateurs et ainsi faire que la société travaille en fait pour vous, les monopolistes.” Ainsi, d’après Howe, les deux principes d’un monopoliste à succès sont :

    “D’abord laisser la société travailler pour vous, puis faire de la politique un business.” Ceci, écrivit Howe, est la base fondamentale qui régit le gros business [...]


  • Quelle magnifique analyse et quel beau message : contre les forces de division ( division ou un extrémisme nourrit l ’ autre jusqu ’ à ce qu ’ ils finissent par se détruire les uns les autres ; division qu ’ exploitent les charognards "prêts a s ’attaquer aux civilisations qui montrent des signes de faiblesse" ) , gardons le cap comme ces leaders de cette nouvelle droite authentiquement conservatrice américaine lesquels refusent la radicalisation des "anti . . ." (qui se rejoignent d ’ ailleurs dans la même violence ) et imperturbalement continuent a parler de Réconciliation , d ’ Unité, de calme , de Mesure , d ’ Harmonie , des mots et des caractères si français . Ils nous montrent le chemin de la force tranquille contre l ’ "extravagance" et l ’ hystérie de la gauche totalitaire et de son média unique .


  • Devant l’inculture crasse de nos média, que peut-on espérer ? Trump a fait le bon choix et en effet lui et la droite alternative n’ont pas à rougir de quoi que ce soit.

    "il y a une contradiction intrinsèque à supporter des idées [...]"

    non, to support se traduit par soutenir, et non pas supporter (terme qui prête à confusion).


  • Tout à fait remarquable.


  • #1785609

    Merci. ENFIN une analyse E&R qui fait la différence (fondamentale) entre libéralisme et NEO-libéralisme, qui sont des opposés polaires et pas des nuances.

    Car effectivement, l’anarchisme de droite, donc le libéralisme, sous entend peu ou pas d’état, donc peu ou pas d’oppression. Tandisque l’anarchisme de gauche demande l’imposition de normes à travers un état égalitaire (de résultat et non d’opportunité) DONC totalitaire.

    Pas étonnant que les hackers notamment par exemples soient des anarchistes de droite tandisque les anarchistes de gauches sont pro-EU, pro-métissage forcé etc...


  • Merci pour ce bel article


  • La droite américaine, ou l’extrême droite pour être politiquement correct, c’est également le gros bordel aux USA.
    Il y a énormément de grands noms dans cette droite nationale américaine, de Watson à Jones etc... Il y a les petites gueguerres comme partout.
    De ce que j’ai vu, les conservateurs "authentiques" ont utilisé Charlottesville pour se dédiaboliser aux dépendx des Néo Nazis (il y en a, c’est vrai, style KKK) mais aussi aux dépends des autres mouvements, dont l’Alt Right de Spencer (la manif s’appellait "Unite the Right"...) qui elle, est certes pro-blancs, mais je trouve sa doctrine intéressante bien qu’impossible.
    On a donc d’un côté les Néo Nazis et l’Alt Right de Spencer avec David Duke diabolisés comme suprécistes blancs et antisémites, de l’autre, les Watson, Cernovich, Shapiro, l’Alt lite (mouvement stupide), qui se dédiabolisent tranquillement tout en rejetant la défense des blancs (Spencer est plus un défenseur de la race blanche qu’un suprémaciste), l’antisémitisme et presque même l’homophobie. A noté que ceux là n’évoquent presque seulement la question de l’islam (qui est légitime bien évidemment, mais pas le seul facteur), et quand il s’agit du mondialisme, ils ne nomment personne.
    Pour moi, cette évènement est une victoire du mondialisme, qui pourra tranquillement ressortir cette évènement quand il sera pointé du doigt un peu trop précisément, et toute personne évocant un malaise sera affillié au KKK et à Charlottesville.
    Enorme satisfaction cependant sur la réaction de Trump, très lucide et qui ne s’est pas couché cette fois, heureusement qu’il est là pour contrer la propagande médiatique.

     

    • #1785729

      Premièrement, vous ne trouverez jamais aucun mouvement uni de par le monde. De là à parler de bordel...
      Deuxièmement, les mouvements conservateurs/libertariens/alt-right ou tout ce que vous voulez ne sont pas si diabolisés aux Etats-Unis. Méfiez-vous du prisme idéologique qui déforme tout en France.
      Troisièmement, ils ne sont pas marginaux du tout : la preuve, ils ont fait élire Donald Trump. Commençons par en faire autant en France.
      Les Etats-Unis est (sont ? on ne sait plus comment qualifier ce machin) un pays décadent mais il reste une colonne vertébrale autrement plus maousse à casser qu’en France. Le cumul des problèmes sociaux, raciaux, religieux, idéologiques est tel là-bas que je préfère cent fois ma place en France. Je ne m’appelle pas Dany Boon, moi.


    • Pourquoi dites-vous que l’alt lite est stupide ? je ne suis pas un spécialiste des USA mais il me semble que c’est la branche modérée de l’alt-right (dont fait parti Paul Joseph Watson souvent relayé ici par exemple).
      Faut pas croire non plus qu’on gagnera idéologiquement en faisant des bastons contre les antifas grimés en captain america ou en Leonidas aux couleurs de l’Amerique (même si c’est marrant et donne un coté "cool" aguicheur), on gagnera en étant des conservateurs cools, propres sur eux, réalistes, open-minded et "séduisants" dans différent sens du terme. Normaliser totalement l’idéologie quoi, c’est nous qu’avons raison bordel.

      Alors certes convaincre les SJWs, radicals feminist etc c’est perdu d’avance même en étant irréprochables, mais convaincre l’immense majorité de la population qui est peu politisée et qui n’a que de fragiles préjugés sur nous (nourris par les médias dont ils se méfient de plus en plus), la oui, c’est clairement jouable et être moderés, intelligents tout en étant "aguicheurs" seront nos outils de réeussite.


    • #1785901

      Tous les mouvements US Neo Nazis ,Ultra right , Alt right and co, sont noyautés par des Sionistes (pour étre poli) idem en UK.
      .Que ce soit (( Spencer ,Anglin, Molyneux )) ou de nombreuses anciennes personnalités de grand leaders qui agitaient des idéologies Fascites ou prétendument Nazies ont été démasquées au fil du temps, comme provocateurs, agents- doubles travaillant pour la CIA le FBI et le gouvernement .Ce sont des faux culs et nullement anti sémites ,c’est là le problème.
      Ils ne sont surement pas homophobes et refusent le role des femmes dans leur mouvement . Lorsqu’ils sont dénoncés leurs sites web disparaissent ..


  • Article intéressant mais l’auteur situe mal l’Alt-Right sur l’échiquier politique. C’est un mouvement qui se décrit explicitement comme racialiste/ethno-nationaliste et antisémite/anti-judaïque dont les diagnostics sont très proches de ceux d’Alain Soral. Leurs solutions le sont moins ("Race War Now !").
    Soit dit en passant, le jab à leur encontre "obsédés par les juifs et les noirs" est franchement cocasse quand on le lit sur E&R.

    Paul Joseph Watson est ainsi typiquement considéré comme un "shill", un vendu, ou comme on dit chez nous, un demi-intellectuel qui ne fait pas le travail jusqu’au bout.
    Hunter Avallone produit du cassage de SJWs en série - et participe ainsi au Kulturkampf, je critique pas - mais ne produit pas vraiment de contenu politique.

    Aucun des deux personnages précités ne se revendique alt-right.
    Les Kekistanais évoluent autour de figures extrêmement centristes, genre Sargon of Akkad, et rejettent le label d’alt-right, qu’ils considèrent souvent comme infamant (extrême droooate).

    Concernant la supposée antinomie entre une politique ethno-nationaliste et la réduction des pouvoirs de l’Etat, bon nombre d’intervenants "alt-lite" ont fait le deuil de leurs idéaux libertariens et admettent aujourd’hui la nécessité d’un contrôle strict de la frontière américano-mexicaine.

    Bref l’auteur nous vend comme des alliés des centristes agacés par le politiquement correct et crache sur des nationaux-socialistes conscients de la question bretonne sous prétexte qu’ils ont le mauvais goût d’être racialistes. Ca sent le tacle indirect (et un peu forcé) à Conversano et sa bande. J’en profite pour infirmer l’idée selon laquelle les nazis manqueraient d’humour, le Daily Stormer est hilarant et leur absence totale d’autocensure m’évoque un Ryssen des grands jours.


  • #1785813

    Article qui mélange tout et son contraire.

    Watson, Yannopoulos, Molyneux ou aucun autre des personnages cités ne se sont jamais revendiqués de l’Alt-right, ils ont simplement tentés de prendre le train en marche en 2015-2016 avant de rejeter aussitôt label, ils sont d’ailleurs très mal vus à cause de ce qui est ressenti comme une trahison. Les véritables portes paroles de l’Alt-right seraient plutôt à chercher du côté de Jared Taylor ou de Richard Spencer( plus ou moins créateur du mouvement).

    Pour savoir qu’est ce qu’est l’Alt-right il faut retourner là où tout a commencé c’est à dire le forum /pol/ de 4chan car c’est de ces fils de discussion que sont sortis tout les memes et dont sont distillés les idées au travers du Web.

    Pour commencer l’Alt-right n’est pas affilié aux libertariens car leurs objectifs et fondements idéologiques ne sont en aucun cas les mêmes, ce mouvement ne lutte pas pour défendre la constitution des USA et les libertés individuelles mais l’identité occidentale menacé par le politiquement correct ainsi que les intérêts des hommes blancs hétérosexuels par rapport aux SJW (gauchistes du net american).

    Ce mouvement est depuis des début un groupement composite rassemblant des factions tels que les anarchcaps (anarchistes ultra capitaliste), aux natsocs( pro fascistes), en passant par la neoreaction et les conservateurs à la Jared Taylor.

    Pour ce qui est du racialisme il s’agit au contraire d’une thèse développé depuis le départ, que ce soit pour défendre les américains blancs ou pour dénoncer les idéologies multiculturalistes et diversitaires à l’aide de diverses statistiques il a toujours été question de race.

    PS : il est faut d’affirmer que les régimes autoritaires sont étrangers à l’histoire de France, que ce soit la monarchie de droit divin, à la première République du temps de Robespierre ou du Directoire, sans oublier les empires napoléoniens ou le régime gaullien, la France n’a jamais manqué d’exemple de gouvernement autoritaires.

     

    • #1786449
      le 18/08/2017 par envolées_des_incultes
      L’Alt-right américaine : son histoire, ses enseignements

      Entièrement d’accord sur tout.
      .
      Concernant Sargon of akkad cité plus haut, j’ai vu 3 ou 4 vidéos. C’est du libertarien de base. Le type tire sur tout ce qui bouge sous prétexte de collectivisme. Il voit des bolchos partout. hahaha. Clairement un allié du capital, car autant chez nous, ce genre de discours peut s’entendre, autant aux US, les possibilités de monter son affaire existent. Et puis il nous gonfle avec son "Enlightenment ". Ça fait genre, j’viens d’avoir mon tablier et donc, j’suis supérieur à vous.
      .
      Sur le PKK, il avait organisé une marche a Charlottesville, peu avant celle de l’Alt-right.
      La police locale s’est interposée entre le PKK et la population, permettant ainsi au PKK de défiler sans problème. "Ils" ont extrêmement bien protéger le PKK.
      .
      Quelques semaines après, l’Alt-right défile, elle se fait lyncher, car la police les hache en petits groupes et les envoie au casse-pipe vers les groupes antifa qui les attendent avec des projectiles en tous genres, de l’acide, de la pisse, des barres de fer, etc ...
      .
      Si après ça, les ricains n’ont pas compris la supercherie et les manipulations qui se déroulent sous leurs yeux ...faut couper le jus.
      .
      Sur l’amalgame que fait l’auteur entre des racialistes et le KKK, c’est juste risible tellement c’est le même procédé que la gauche.
      .
      Comme si l’on ne pouvait pas définir ce qu’est vraiment être racialiste, raisonnablement, sans tomber dans la haine de l’autre, et le faire coïncider avec le bien commun. La nature le fait depuis des millénaires...
      .
      Mais bon...Admettons, on ne l’est absolument pas ... On fait comment ? On se laisse humilier et virer de chez nous par tous les migrants ? Il n’y aurait pas une histoire de légitimité quand même un peu quelques part ?
      Pourquoi fallait-il être raciste avec les Allemands, mais il ne faudrait pas l’être avec le reste de ceux qui nous envahissent ?
      .
      " on ne peut combiner l’anti-étatisme libertarien et le séparatisme racial.". => Alors "on" est un con.
      .
      Faire le jeu de l’ennemi en diabolisant le racialisme, c’est du marxisme de base des années 50. Il semble plus judicieux et simple de l’assumer. Mon oncle est Algérien et je suis raciste. J’aime pourtant cet oncle comme aucun autre. Comment est-ce possible à votre avis ? Ne manquent-ils pas des nuances à votre grille de lecture ? Entre assumer son racisme, et s’affilier au PKK, y a un gouffre.
      .
      Sur le nazisme, je préfère le dédiaboliser et restaurer des vérités, que d’accompagner les mensonges ennemis.


  • #1786130
    le 17/08/2017 par Blanche Québécquoise
    L’Alt-right américaine : son histoire, ses enseignements

    Le souci c’est qu’ici chez E&R ainsi que chez Boulevard Voltaire ou ailleurs en France on ignore généralement qu’il y a deux Alt Right. Et de fait c’est surtout la deuxième (la minoritaire) qui a le vent en poupe…

    Du coup cet article est plutôt salutaire (comme d’hab avec la rédac du site ; ) ).

    MERCI


  • Qui est ce Pierre Terrail ?

    Il est excellent, sont texte est salvateur et remet les points sur les i. C’était nécessaire.

    Je le remercie du fond du coeur pour ce texte qui vient encore réafirmer (après quelques doute que j’avais) que E&R oeuvre bien pour la raison, pour la réconciliation et pour la France.

    J’ai la larme à l’oeil

    Un grand merci à Pierre Terrail

    Un français musulman et patriote.


  • Il faut effectivement s’intéresser aux évènements aux USA. Les leaders d’opinion cités dans cet article sont très intéressants en ce qui concerne la critique de la gauche Américaine soit la gauche libertaire (qui ressemble aux NPA et aux PS en France) mais il ne faut surtout pas croire que ces leaders d’opinions sont sur notre ligne.

    Un bon nombre d’entre eux font partie du lobby que l’on n’a pas le droit de nommé, Ils sont aussi aux antipodes des idées d’E&R et des intérêts bien compris de la France et du petit peuple Américain.

    Commençons par Ben Shapiro qui a activement supporté Trump.

    Voici sa vision de Putin :

    https://www.youtube.com/watch?v=1Lo...

    D’après lui les deux buts de Putin sont :

    1. Etendre le territoire de la Russie car son rêve est de reconstruire l’union Soviétique. Pour ce faire, il a dégagé les gentils oligarques d’après la période Eltsine parce qu’ils étaient des capitalistes.

    2. Il veut détruire l’Otan.

    Stefan molyneux, le grand intellectuel qui passe son temps à dire que les socialistes (terme englobant les lecteurs de Marx) ne peuvent attirer que les personnes à faible QI. Il ne comprend même pas ce qu’est l’exploitation économique de la classe prolétaire par et au profit de la classe capitaliste :

    https://youtu.be/1TgdLkGwbTw?t=40s

    Il fait une vidéo sur Marx « la vérité sur Karl Marx » après avoir lu un livre écrit par son historien préféré, regardez le resultat :

    https://www.youtube.com/watch?v=yA2...

    Sans oublier son analyse sur le Venezuela et Chavez … je me demande ce qu’en pense Vincent Lapierre :

    https://www.youtube.com/watch?v=nTH...

    Pour terminer, Milo Yannopolous, le gay friendrly de la communauté de lumière qui vient guider les Goys, nous offre sa vision sur Israël

    video

    Je n’ai malheureusement pas le temps de traduire les videos. J’espere que E&R fera un travail plus en profondeur sur ces divers mouvements car bien qu’ils aient un ennemi commun cad les SJW ce que l’on appelle les gauchistes, abrutit manipule par nos maitres. Ils sont à la droite du capital et pour la plus part néo-conservateur.


  • #1786329

    L’Alt-Right (terme inventé par Richard Spencer lui-même, racialiste assumé) a toujours été explicitement pro-Blanc. Tous ceux qui disent que c’est autre chose sont des nouveaux venus qui ont pris le train en cours de route sans savoir de quoi il s’agissait. Cet article en est un exemple : il fait accroire que l’identitarisme blanc est une évolution récente Vous confondez l’Alt-Right avec l’"Alt-Lite".
    Mais je comprends que E&R ne veuille pas reconnaitre que l’identité blanche est un concept de plus en plus porteur dans la jeunesse occidentale.

    Aussi, je ne sais pas pourquoi on parle encore du KKK, ce groupe désuet qui n’a plus aucune sorte d’influence même à l’Extrême-droite et qui est a été infiltré à fond par le FBI, soit dit en passant...

     


    • Mais je comprends que E&R ne veuille pas reconnaitre que l’identité blanche est un concept de plus en plus porteur dans la jeunesse occidentale.



      C’est surtout que E&R souhaite la réconciliation (entre droite et gauche, et entre identitaires et d’origines étrangère) comme écrit dans l’article. (et accessoirement en grosse lettre en home du site....)

      Tu as l’aire de le découvrir mais c’est ce qui explique le ton de cette analyse, donc ouais quand tu mets les pieds sur ce site pose toi les bonnes questions.


    • #1786859
      le 19/08/2017 par envolées_des_incultes
      L’Alt-right américaine : son histoire, ses enseignements

      D’accord avec Libertarien.
      .
      La déconstruction de l’anti-racisme est à l’œuvre, car c’est un piège fabriqué par les dominants pour servir leurs intérêts de classe et uniquement cela. Sapir et Phillipot sont à contre-courant et leur dogmatisme idéologique devient de plus en plus insupportable.
      .
      Ce concept mortifère de l’anti-racisme va céder sous le poids, de la vérité qui se répand via le net, du nombre de pauvres qui va grandissant, de la violence croissante entre les puissances et groupes d’intérêts, le travail des médias "alternatifs", la déliquescence de nos institutions qui déjà ne fonctionnent plus correctement pour grands nombres d’entre-elles.
      .
      Il y aura toujours les mêmes singes hurlants en face, mais vu leur niveau de bêtise, ils ne feront pas long feu dès que ça passera aux choses sérieuses.
      .
      La volonté associée à l’intelligence ne leurs laissera aucune chance, même avec le soutien des élites. Ces dernières, sentant le vent tourner, feront comme d’habitude. Telle une girouette, elles tourneront.


  • Tant que cette engeance Occidentale, venant du plus loin de la gauche cardinale et portant manigance, ne vient pas déboulonner la statue de Bayard en s’alliant les envahisseurs des autres points cardinaux, la France de Pierre Terrail peut dormir sur son socle, qu’elle aime relever le gant quand la nécessité fait loi.


  • "La France est unie ou la France n’est pas" : déplorable naïveté unanimiste. Je suis navré de vous décevoir mais le combat a déjà lieu et il s’intensifiera de plus en plus entre les nationalistes et les planétariens républicains libéraux-libertaires. ça ne sert à rien de vouloir réconcilier les irréconciliables, ils se définissent par des buts précis, le combat ne peut être évité que si l’un des deux camps renonce à ses objectifs. Personnellement je ne mise pas la dessus. Et je ne comprends pas vraiment ce qui gène l’auteur de cet article dans le nazisme américain, s’il y a bien un groupement politique opposé aux agissements et à la propagande talmudo-sioniste aux états-unis ben ce sont les nazis désolé de vous le dire.
    Ce qui est lamentable c’est la pusillanimité de cette alt-right modéré qui tente de se dédiaboliser aux dépens des vrais opposants au judaïsme politique.


Commentaires suivants