Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’enigme Jeanne d’Arc Partie 5 : Temps perdu

"Les dossiers de l’Histoire" de Henri Guillemin

Après l’épisode de la victoire de Jeanne lors du siège d’Orléans, Henri Guillemin s’attache à la description de la vie privée et des goûts personnels de cette jeune fille, comme son attrait pour les objets luxueux.

Sur le plan militaire, Jeanne d’Arc participe aux offensives sur la Loire alors qu’une ombre commence à planer sur son destin : l’Université de Paris a dénoncé Jeanne à Rome comme hérétique.

Partie 5 : Temps perdu

Demain, partie 6 : Le sacre de Reims

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #144740

    C’est pationnant mais je pense que jeanne en fait n’était autre qu’une mascotte de troupes car je vois mal une jeune fille de 1m58/60 se battre réellement contre un ou des soldats de métier plus grand qu’elle , elle gonflait le moral des troupes ça c’est sûr et c’est ce qui a dû lui valoir le bûcher de la part des collabos de Paris qui ont sûrement du se dire si on brûle la mascotte les troupes perdront confiance devant les Anglais à Paris .

     

  • #144744
    le 30/04/2012 par charles antoine
    L’enigme Jeanne d’Arc Partie 5 : Temps perdu

    Qu’il est agaçant de constater que certains athées laïcards incapables de se défaire de leurs endoctrinement républicain et maçonnique, n’entrevoient qu’un vulgaire combat politique derrière ce qui demeure avant tout un combat spirituel dont l’objectif principale était de preserver l’intégrité de la fille ainée de l’Eglise, et par la même l’intégrité de l’Eglise elle même.

    Si la France n’avait pas été Chrétienne et Catholique jamais les voies celestes n’auraient inspirés Sainte Jeanne D’arc, et jamais la petite Jeanne n’aurait ainsi eu ni la volonté, ni la force de prendre les armes pour bouter la perfide Albion hors du royaume catholique de France.

    Encore aujourd’hui, les athées laïcards sont toujours tentés de récupérer et d’instrumentaliser des combats spirituels et religieux à des fins purements politiques, vidant ainsi le combat spirituel de Sainte Jeanne D’arc de tout son sens intrinséquement religieux, et plus grave encore, privant la France du rôle qui est spirituellement le sien.

    Plutôt que de se revendiquer d’un fait historique indissociable d’une Monarchie de droit divin dont ils seraient aujourd’hui incapables de soutenir la restauration puisqu’ils refusent toute autorité religieuse se situant au dessus du pouvoir politique temporel, que les athées laïcards commencent par êtres un peu cohérent avec eux mêmes.

    Et quand bien même ces obscurantistes athées endoctrinés par le républicanisme maçonnique seraient pour l’établissement d’une république débarassé de l’influence des loges, le fait de vouloir continuer à substituer leurs propres lois et leurs propre réalité au réel d’un univers dont ils ignorent pourtant le sens et l’origine, ne fait strictement aucune différence avec les objectifs de la synagogue de Satan, qui elle aussi conteste toute forme de vérité révélé et toute forme d’autorité religieuse gardienne du dogme de la foi.

    "Je suis ci venue de par Dieu le roi du Ciel, corps pour corps, pour vous bouter hors de toute France." (Jeanne d’Arc aux Anglais, 1429.)

     

    • #145050

      Jeanne était une fille inspirée, une vraie croyante humble et sincère qui a vécu sa foi et sa mission jusqu’à la mort. C’est à très juste titre qu’elle a été canonisée, car dans une époque de défaite, d’illégitimité et de division, elle a provoqué une explosion d’espoir qui a enclenché le processus qui a mené à ce que les Anglais soient chassés pour de bon.

      Cependant, dans son entourage et plus loin, il était surtout question d’intérêt et de calcul. La légitimité du roi anglais sur une partie de la France (au départ, la France est ce qu’on appelle aujourd’hui l’Île-de-France, mais étant le fief de la monarchie depuis des temps très reculés, par métonymie on s’est mis à appeler tout territoire qui reconnaissait l’autorité royale du nom de France) était soutenue par l’Université de Paris, que le Pape, qui était plutôt du coté du Dauphin mais de manière très timorée, n’a jamais désavouée ou excommuniée. L’Eglise était donc divisée, à l’image du territoire. L’autorité du Dauphin était contestée par les Bourguignons, et à peu près ignorée par le duc de Bretagne. Ces deux grands féodaux font et défont le roi selon leur bon vouloir, car même en temps de paix, il ne peut de toute façon pas régner sans eux. Le pouvoir du roi, en dehors de ses possessions et forces propres, est l’aide que viennent lui fournir ses vassaux dans l’exercice de celui-ci.

      Je la jouer genre France éternelle, une et indivisible, avec un roi choisi et régnant pour la gloire de Dieu, c’est vivre dans le fantasme historique comme le premier gauchiste boutonneux venu qui va venir expliquer qu’avant 1789 on mangeait sa propre merde sous les coups de fouet d’un dictateur sanguinaire et tout puissant, puis que d’un seul coup c’était maxi bucket de chez KFC pour tout le monde.

      L’histoire est une science. Les passionnées obsessionnels ne s’y font pas, mais alors qu’ils se taisent. Répandre des mensonges, même pieux, est un crime contre la vérité, qui ne jaillit pas des concepts et des idéaux, mais qui dans le domaine de l’histoire est une accumulation lente et très loin d’être idéale de faits complexes et partant dans tous les sens, et qui ne peut être analysée qu’à partir des faits, tirés des sources, que la science historique a pour but de décortiquer, classer, synthétiser. Et ton "analyse", Charles Antoine, à des vieux relents de romantisme fin XIXe bien périmé, inséparable d’une certaine mentalité bourgeoise qui cherche à se donner des frissons en niant le réel pour vivre dans le fantasme.


    • #145094

      Moi je suis de l’avis d’alain Soral ou Dieudonné : c’est le vainqueur qui écrit l’histoire , forcément d’une main il en fait un bras donc à mon avis faut pas trop fanstasmer sur l’histoire de jeanne d’arc . Si on voudrais en faire une histoire fanstastique on dirais d’elle qu’elle entendait des voix et que des anges lui parlaient , pareil si on voudrait la faire condamner au bûcher pour sorcellerie on dirais AUSSI qu’elle entendait des voix et qu’elle était donc possédé . Dans la réalité elle pouvait tout simplement expliquer que c’était sa conscience et sa foi chrétienne qui la guidait mais à son époque peut-être qu’on avait une autre façon de décrire ces choses et c’est cette façon qu’on retrouve sur les document d’époque .


    • #145363
      le 01/05/2012 par charles antoine
      L’enigme Jeanne d’Arc Partie 5 : Temps perdu

      @Gotfried

      Ton commentaire révéle ta foi en "l’Homme Dieu", qui d’un point de vue historique s’avère être la pire des superstitions.

      Point de romantisme chez moi, seulement la foi en Jésus Christ fils de Dieu et en sa parole révélé, qui plus est renforcé par les apparitions et les révélations de la trés sainte Vierge Marie faite à des enfants autant à Notre Dame de Fatima, qu’à Notre Dame de la Salette.

      Mais bien sur un obscurantiste athée endoctriné par la foi en "l’Homme Dieu" et qui à encore l’orgueil de croire que les hommes sont capables de se sauver par eux mêmes, ne peut rien y comprendre.. pour l’instant du moins..


    • #145431

      Tu parles de jésus , il était un "mondialiste" , un "imigrationiste" , il voulait judaiser tous les non juifs c’est ce qui lui a valu d’être pourchassé par les juifs orthodoxes pour qui être juif c’est une race et pas une onction qu’on donne au 1er goy venu . Le fait que ces Goys nouveaux convertis au judaisme (par le bathême qui remplace symboliquement la circoncision) furent interdit d’accés dans les synagogues cela contribuat à la naissance du Christianisme .


    • #145568

      "Tu parles de jésus , il était un "mondialiste" , un "imigrationiste" "

      Merci Protis pour ces quelques secondes de rigolade, je n’avais pas le moral.


    • #145628

      @Charles Antoine

      Avoir une foi forte est une chose. Mais essayer de la faire déteindre de manière boufonne dans des domaines, et surtout selon des modes où elle n’est simplement pas pertinente en est une autre. Prenons la comptabilité. Nul n’aurait l’idée d’invoquer Dieu pour expliquer l’absence ou la présence "inexplicable" de fonds. L’arithmétique est simple, elle a ses lois et l’homme de foi n’a, vis-à-vis des comptes, qu’un seul type de comportement et de réaction possible : la probité et la précision. Et bien l’histoire, c’est pareil. C’est une science, et elle a ses lois, qui sont celles de l’étude rigoureuse des documents, afin de comprendre des évènements ou une période. Evidement, on ne peut pas chacun étudier soi-même les documents, c’est le travail des historiens, qui d’un amas disparate de documents font une synthèse.

      Toute autre méthode, et en particulier la tienne, n’est pas de l’histoire. C’est de la bonne vieille propagande à la mode bourgeoise XIXe siècle. Ca en va jusqu’à sortir des espèces de vieux concepts tout boîteux, et les balancer à tout va sur les détracteurs. Oui tu es un obscurantiste, mais pas par ta foi, mais par ta manière de récupérer un travail scientifique, à savoir l’exhumation depuis les documents de connaissance sur une époque, pour ensuite les faire passer au travers d’une vision qui n’est pas faite pour gérer ce type de données. C’est la posture symétrique aux crétins de matérialistes qui disent que Jésus n’a pas pu naître d’un mère vierge, qu’il n’a pas pu ressusciter, etc. Ils récupèrent ce qui s’est transmis par une tradition qu’ils méprisent et détestent, et qu’ils sont complètement incapable de comprendre et de respecter, et la traine dans la boue de leur ignorance et de leur étroitesse d’esprit.

      Celui qui aime vraiment Dieu sait qu’il est Vérité, et plutôt que de raconter des conneries, se taira. Moi, par exemple, je n’y connais rien en ornithologie, alors quand je vois passer un oiseau, je ne pars pas dans des grandes théories selon lesquelles telle espèce sur-protégée se met à en remplacer une plus commune mais qui disparait pour une raison X ou Y. Je la ferme, et concernant l’histoire, Charles Antoine, c’est la posture que tu devrais adopter, car pour l’instant, tu es un vaniteux incapable d’admettre qu’il n’y comprends rien, et qui projette sa vision du monde tordue et maniaque dans l’immense vide que laisse son ignorance dans ce domaine. Et laisse la foi en dehors de ça, tu ne lui fais pas honneur.


    • #145910

      @Charles Antoines,
      Ca fait plusieurs fois que tu pars en croisade comme ça, et à chaque fois tu brandis la "foi en l’homme dieu" comme un anathème. Or, il me semble que l’homme-dieu, c’est Jésus, et avoir foi en lui n’a jamais été un mal...
      Et désolé, mais l’intégrité de l’église est inaliénable : elle n’est pas soumise à l’intégrité de la France. Si Dieu a inspiré Jeanne, tant mieux, mais les voix du seigneur sont impénétrables, alors je te prierai de garder tes conclusions géopolitiques tactiques pour toi et de laisser les projets divins à qui de droit, parce qu’à ce compte là on aurait tôt fait de justifier la révolution *argh* !
      La foi n’est pas affaire de causalité...

      @Protis,
      "N’allez pas par-delà les mers, chercher les prosélytes" parole du seigneur.