Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’image du sacrifice humain et le retour à la barbarie

L’exhibition des images du lynchage de Mouammar Kadhafi rend nos sociétés transparentes. Elles pétrifient et nous demandent de déposer les armes. Ce sacrifice traduit un retour vers une société matriarcale, vers un « état de nature ». En nous fixant dans une violence sacralisée, ces images nous révèlent que l’Empire étasunien constitue une régression inédite dans l’histoire de l’humanité. Elles attestent que l’objectif de cette guerre n’est pas seulement la conquête d’un objet, le pillage du pétrole ou des avoirs libyens, mais aussi, comme dans les croisades, la destruction d’un ordre symbolique, au profit d’une pure machine de jouissance, d’un capitalisme déchaîné.

l’occasion de la diffusion des images du lynchage de Mouammar Kadhafi, nos dirigeants politiques ont manifesté une étrange jouissance. « Strange Fruit » [1], ces images font immédiatement penser à celles de la pendaison de Saddam Hussein organisée le jour de l’Aïd al-Adha, la fête du sacrifice. Ces deux affaires nous inscrivent dans une structure religieuse qui, par la substitution du sacrifice humain à celui du bélier [2], restaure la figure primitive de la déesse Mère. Elle renverse l’Ancien testament et annule l’acte de la parole. Cette religion sans Livre se réduit au fétiche [3]. Elle n’a plus d’Autre, ni de Loi. Elle est simple injonction de jouir du spectacle de la mort.

Grâce à l’image, la volonté de puissance devient illimitée. La transgression n’est plus bornée comme dans le rite sacrificiel, ni dans l’espace, ni dans le temps, elle est constante. Elle fait écho à la violation permanente de l’ordre du droit enregistré depuis l’acte fondateur des attentats du 11 septembre 2001.

Un enfermement dans la tragédie

Le traitement du corps de Mouammar Kadhafi est révélateur de la tragédie vécue par le peuple libyen. Sa dépouille a été l’objet d’un double traitement d’exception, d’une double violation de l’ordre symbolique dans lequel s’insérait cette société. Au lieu, comme le veut le rite musulman, d’être inhumé le jour même, son cadavre, afin d’être livré au regard des visiteurs, a été exposé durant quatre jours dans une chambre froide. Cette exhibition s’accompagne ensuite d’un enterrement dans un lieu secret, malgré la demande de récupération du corps, adressée par son épouse à l’ONU.

Cette double décision du nouveau « pouvoir » libyen inscrit les populations dans une situation que la tragédie grecque a déjà traité. En interdisant à la famille d’inhumer le corps, le nouveau pouvoir politique se substitue à l’ordre symbolique. Supprimant toute articulation entre la « loi des hommes » et la « loi des dieux », le Conseil National de Transition les fusionne et s’octroie le monopole du sacré. Ainsi, il se place au-dessus du politique.

La décision du CNT, de refuser les funérailles à la famille et d’exhiber le cadavre, a pour objet de supprimer le signifiant du corps pour ne garder que la seule image de la mort. L’injonction de jouir de l’image du meurtre ne doit rencontrer aucune limite. Le fétiche perpétue la compulsion de répétition. La pulsion devient autonome et, sans différenciation, passe d’une image à une autre, de celle de la mort à celle de la mise à mort. Sa fonction est d’accroître la volonté de puissance.

Être maître de ce qui doit être vu

Ainsi, la profanation du corps n’est qu’un élément de sa fétichisation. L’essentiel se trouve dans les images du lynchage de Kadhafi. Capturées par GSM, elles occupent l’espace médiatique et tournent en boucles. Intrusives, elles apparaissent en temps réel dans notre vie quotidienne. À notre insu, elles nous capturent. Nous faisons partie de la scène, car, dans la pulsion scopique, le lynchage ne devient acte sacrificiel que grâce à l’objet-regard. Les images nous montrent des personnes en train de prendre des photos et de jouir du spectacle filmé. Elles exhibent l’instant du regard. Ce n’est plus l’objet qui est présenté en offrande, mais le sens qui se donne à voir, afin d’être maître de ce qui doit être vu.

Le lynchage en tant qu’image est une tradition occidentale. En photographiant leurs victimes, les membres du Ku Klux Klan exhibaient déjà le sacrifice humain comme un spectacle. Le traitement réservé à Kadhafi s’inscrit dans cette « culture ». Cependant, il s’en distingue sur un point. La mise en scène des actions du KKK était fortement ritualisée. Elle mimait un ordre social souterrain.

Ici, les images de GSM sont libérées de tout signifiant. Elles deviennent plus réelles que la réalité. Elles colonisent le réel qui, de facto, n’existe plus que comme anéantissement. Elles donnent à voir l’éclatement de la société et, ainsi, la toute puissance de l’action impériale. Ces images montrent un monde qui bascule en permanence. Elles nous placent dans l’effroi et installent la psychose. Elles détruisent tout rapport à l’autre et ne s’adressent qu’à des intériorités, à des monades dont on recherche le consentement.

Contrairement au langage qui nous inscrit dans un « nous », l’image s’adresse séparément à chaque individu. Elle empêche tout lien social, toute forme de symbolisation. Elle est le paradigme d’une société monadique. Ainsi, ces images nous en disent beaucoup, non sur le conflit lui-même, mais sur l’état de nos sociétés, ainsi que sur le futur programmé de la Libye : une guerre permanente.

Le sacrifice d’un bouc émissaire

Ces images donnent à voir la mise à mort d’un bouc émissaire. Elles constituent une actualisation de la notion de violence mimétique développée par René Girard dans sa lecture du Nouveau testament [4]. Par la répétition du sacrifice, elles nous introduisent dans une violence sans objet. Celle-ci devient compulsive. Si le bouc émissaire catalyse sur lui la violence, contrairement à ce qu’affirme Girard, il ne permet pas de l’arrêter. La paix ne peut être que momentanée. Elle n’est que préparation d’une nouvelle guerre. Chaque sacrifice appelle un autre. La destruction de la Libye doit être suivie de celle de la Syrie, de l’Iran...La violence devient infinie et fondatrice.

Comme dans les énoncés chrétiens, les commentaires des médias relatifs aux images du meurtre de Kadhafi transforment le bouc émissaire en victime émissaire. Si Kadhafi est lynché, c’est parce qu’il « a voulu mourir comme cela ». Il n’est pas victime d’une agression extérieure, il aurait obéit à une loi intérieure. Son exécution ne serait pas le résultat de sa volonté de résister, mais l’accomplissement d’un destin personnel. Cette procédure christique a été aussi mise en avant par René Girard. La figure du Christ opère un déplacement de la notion de bouc émissaire à celle de la victime émissaire qui s’offre afin de « racheter » le péché originel.

Ainsi, libres de toute dette symbolique, de tout corps social, ces images et leurs commentaires participent à l’inversion systématique de la Loi symbolique, ainsi qu’à l’état d’exception permanent, installé au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Sacralisé, le pouvoir politique, se substitue à l’ordre symbolique.

Une régression : du langage à l’image de l’unification à la déesse-Mère

Ces images nous ramènent à un stade où le sacrifice humain occupait une place centrale dans l’organisation sociale. Elles constituent un retour au phantasme primordial de l’unification à la mère [5]. Les travaux ethnologiques, ainsi que la psychanalyse, nous ont montré que le sacrifice humain opère un retour à une structure maternelle. L’amour et le sacrifice sont les attributs d’une organisation sociale qui ne distingue plus ordre politique et symbolique. Ce sont les paradigmes d’une société matriarcale qui réalise ici la fusion de l’individu avec le pouvoir maternel.

Ces images s’inscrivent dans une longue tradition chrétienne de renversement de ce qui fonde l’Ancien testament. Le récit d’Abraham est le moment instituant l’interdiction du sacrifice humain. La mort du Christ, au contraire, est le sacrifice d’Isaac inversé. Au lieu du bélier qui prend la place du fils donné, c’est le fils-Messie qui devient agneau [6].

Dans l’Ancien testament la mort du bélier est celle du dieu primitif. Elle symbolise ainsi un déplacement du sacrifice réel vers le langage : « Si dieu il y a, on le trouve dans les paroles d’alliance (le langage) » [7]. Ce mouvement inaugure l’existence d’un lieu producteur de la métaphore, de transformation du réel. Les opérations de déplacement et de métaphore, placées au cœur de ce récit, sont les procédures constitutives de la loi du langage [8]. La loi du langage est inscription de la non identité du mot et de la chose. Dans le conflit libyen, nous sommes dès le départ placé hors langage. Kadhafi est un tyran, car il est nommé comme tel. Les massacres réalisés par son régime n’ont pas besoin d’être prouvés, mais simplement affirmés. L’image du dictateur se suffit à elle-même. Elle n’intègre aucune contradiction et ne fait face à aucun réel. Elle est plus réelle que la réalité.

La fin de tout ordre symbolique

La loi du langage est acceptation que la langue est avant tout celle de l’autre. Elle est reconnaissance par l’homme de son incomplétude. Cette symbolisation opérée, par l’inscription de la dépendance de l’individu à l’autre, permet l’enclenchement d’un processus de reconnaissance mutuelle et ainsi la formation d’une société humaine [9]. Elle introduit une dette symbolique [10], un système de relations où l’individu trouve sa place et où il n’est pas son propre père. Cette dette, contrairement au péché originel, est unificatrice, car elle met en relation l’homme avec l’autre à partir d’un devenir.

Kadhafi était imparfaitement inséré dans le système capitaliste mondialisé. Il fonctionnait encore selon des valeurs relevant de la société traditionnelle, notamment celle du don constitutif de liens sociaux. Il a semblé fortement affecté par l’abandon de ses « amis » Sarkozy, Berlusconi ou Tony Blair... [11]. Il devait penser que ses différents cadeaux avaient installé un système de reconnaissance réciproque qui lui donnait une certaine protection. Il montre ainsi qu’il n’avait pas compris la nature du capitalisme. Dans ce système, toute relation sociale est abolie. Si dans les anciennes sociétés, l’échange d’objets sert de support à des rapports entre les hommes, dans le capitalisme, la marchandise et l’argent sont sujets. Les dons de Kadhafi ne pouvaient être perçus, par ceux qui les recevaient, que comme une avance sur ce qui leur revenait de droit. Les dieux obscurs de cette société ne peuvent être que ceux des marchés.

Des images de jouissance

Par la loi du langage, l’homme se distingue de la nature, de la déesse-mère qui n’a ni intérieur, ni extérieur. Le meurtre, au lieu d’être fondateur, est aboli afin de donner accès à la parole. Il s’établit alors un ordre humain distinct de l’ordre divin. L’individu n’est plus un enfant tout puissant. Il est séparé du pouvoir maternel.

Au contraire, les images du lynchage de Kadhafi nous ramènent dans l’originaire et la toute puissance. Elles nous inscrivent dans une structure religieuse d’avant la coupure opérée par l’interdit du sacrifice. Ces clichés nous réintroduisent dans la violence incestueuse, dans la jouissance de la pulsion haptique, dévorante [12]. Ici, l’impératif de jouissance supplante le politique. L’exemple le plus significatif nous est donné par l’interview d’Hillary Clinton qui accueille ces images comme une offrante. Hilare, elle exalte sa toute puissance et fait partager sa jubilation suite au lynchage : « Nous sommes venus, nous avons vu, il [Kadhafi] est mort ! » a t-elle déclaré au micro de la chaîne de télévision CBS [13].

La violence infligée au « Guide » libyen est aussi, pour les autres dirigeants occidentaux, un moment propice pour exprimer leur satisfaction et jouir de la réussite de leur initiative. « On ne va pas non plus verser des larmes sur Kadhafi », a notamment déclaré Alain Juppé [14].

Le corps meurtri comme icône de la violence

Les prises de position de nos dirigeants politiques, suite à la diffusion de ces images, nous confirment que l’élimination de Kadhafi est bien l’objectif de cette guerre et non la protection des populations. La tribune du 15 avril, de Barak Obama, Nicolas Sarkozy et de David Cameron, publiée conjointement par The Times, The International Herald Tribune, Al-Hayat et Le Figaro, nous avait pourtant communiqué qu’« Il ne s’agit pas d’évincer Kadhafi par la force. Mais il est impossible d’imaginer que la Libye ait un avenir avec Kadhafi » [15]. Ainsi, sa violence consisterait essentiellement dans le fait qu’il n’ait pas abandonné le pouvoir, alors qu’il était inconcevable qu’il reste. Son image incarnerait la tyrannie, puisqu’il n’a pas rencontré l’amour des dirigeants occidentaux envers les populations libyennes. « Il (Kadhafi) s’est comporté de façon très agressive. Il a reçu de bonnes conditions pour se rendre, il les a refusées », a ajouté M. Juppé.

Les médias nous confirment que « les dictateurs finissent toujours comme cela ». Les marques de la violence font apparaître l’invisible. Le lynchage devient la preuve même que le supplicié était un dictateur. Ces stigmates nous montrent ce que l’on n’a pu voir : la preuve des massacres devant être perpétrés par Kadhafi. Ils sont une révélation de son intentionnalité, de ce au nom de quoi l’OTAN a justifié son intervention.

Une identité est ainsi opérée entre les massacres attribués au colonel et son corps ensanglanté. Les marques sur le corps vivant, puis sur la dépouille, ne représenteraient pas la violence des « libérateurs », mais porteraient le signe du sang versé par Kadhafi.

La violence du meurtre nous montre qu’il s’agit bien d’une vengeance. Elle atteste ainsi que ses auteurs sont bien des victimes et que cet assassinat est de l’ordre du sacré.

L’exhibition d’un pouvoir sans limite

Les images de l’acte sacrificiel permettent à nos dirigeants d’exhiber un pouvoir sans limite. Le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, a révélé que l’aviation française, sur demande de l’état-major de l’Otan, avait « stoppé », c’est à dire bombardé le convoi en fuite à bord duquel se trouvait Kadhafi [16]. Il revendique ainsi un acte de violation de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. À cette occasion, Alain Juppé a aussi reconnu que l’objectif de l’invasion était bien de mettre le CNT au pouvoir : « L’opération doit aujourd’hui s’achever puisque l’objectif qui était le nôtre, c’est-à-dire accompagner les forces du CNT dans la libération de leur territoire, est maintenant atteint » [17]. La réussite de l’offensive de l’Otan s’est accompagnée, de la part des vainqueurs, de déclarations de plus en plus nombreuses actant la violation systématique, mais à bon droit, de la résolution de l’ONU. Le philosophe, écrivain, cinéaste, stratège et diplomate, Bernard Henri Levy a aussi témoigné dans son livre La guerre sans l’aimer que « La France a fourni directement ou indirectement de très importantes quantités d’armes aux rebelles libyens qui combattaient pour renverser Mouammar Kadhafi » [18]. Ces différentes déclarations attestent de la structure psychique de l’enfant tout puissant, phallus de l’État maternel, d’un pouvoir sans limite situé au delà de la parole et qui ainsi n’a pas à respecter ses engagements.

Ces différentes prises de position rappellent les déclarations de Tony Blair, reconnaissant qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive en Irak, mais que la guerre contre Saddam Hussein était justifiée, car elle avait mis fin au règne d’un dictateur.

La victime et le sacrifice : les valeurs d’un retour à la barbarie

Le meurtre de Kadhafi, cet acte de « vengeance des victimes », a pour conséquence qu’il ne sera pas jugé. Cet assassinat rencontre les intérêts des firmes pétrolières et des gouvernement occidentaux. Leurs rapports étroits avec le régime du colonel ne seront pas mis sur la place publique. La substitution des images du lynchage à l’organisation d’un procès devant la Cour pénale internationale a surtout pour conséquence que, au lieu d’être stoppée par la parole, la violence devient infinie. La Libye, tout comme l’Irak et l’Afganistan, deviendra le cadre d’une guerre perpétuelle. Quant à nos régimes politiques, ils s’enfoncent dans un état d’exception permanent. Celui-ci accompagne l’émergence d’un pouvoir absolu, dont l’acte politique se place au delà de tout ordre de droit.

Une intervention militaire, engagée au nom de l’amour des dirigeants occidentaux envers les populations victimes d’un « tyran » [19] et magnifiée par l’exhibition du sacrifice de ce dernier, révèle une régression de nos sociétés vers la barbarie.

Le traitement du sacrifice de Kadhafi comme une icône confirme le caractère chrétien d’une guerre faite au nom de l’amour des victimes. La destruction de la Libye, par les forces de l’OTAN, s’inscrit dans la longue tradition des croisades, des guerres contre la loi symbolique initiées au nom de l’homme-Dieu [20]. Celles-ci résultaient déjà d’une réorganisation de l’Europe occidentale sous l’autorité du Pape [21]. Aujourd’hui, ce conflit, encore davantage que la guerre en Irak, produit une subsomption totale des pays européens sous l’Empire étasunien.

La guerre pour la démocratie est la version post-moderne de la « guerre sainte ». Celle-ci était sacrée, non parce qu’elle portait contre les « infidèles », mais par le fait même qu’elle était prêchée par le Pape, le représentant infaillible de l’homme-Dieu. Aujourd’hui, le caractère sacré de l’attaque résulte du caractère naturellement démocratique de son commanditaire étasunien, dont le président a reçu le prix Nobel de la Paix au début de son mandat, avant même qu’il ait posé un quelconque acte politique. Ce prix consacre le président étasunien en tant qu’icône chrétienne, en tant qu’incarnation dans l’image, de la paix et de la démocratie. Dans cette version laïcisée, il ne s’agit plus de sacralisation de l’homme conçu à l’image de Dieu, mais à l’image de lui-même, de sa nature pacifique et démocratique.

[1] Chanson composée en 1946 par Abel Meeropol afin de dénoncer les Necktie Party (pendaison) qui avait lieu dans le Sud des États-Unis et auxquels les blancs assistaient habillés sur leur 31. Cette chanson fut offerte à Billie Holiday au cours de sa carrière, et rencontra un immense succès lors de sa sortie.

[2] Abraham, levant un couteau pour frapper son fils, trouve en lieu et place de l’enfant un bélier pour le sacrifice. C’est le bélier primordial qui doit mourir, l’animal-père, le père primitif, c’est-à-dire une lignée fantasmatique des ancêtres, mais aussi une divinité archaïque, une figure féroce de Dieu réclamant sans cesse des sacrifices. in Jean-Daniel Causse, « Le christianisme et la violence des dieux obscurs, liens et écarts », AIEMPR, XVIIe congrès international Religions et violences, Strasbourg, 10-14 juillet 2006.

[3] Paul Laurent Assoun, Le fétichisme, Que sais-je ?, PUF, 1994. « Le fétiche ou l’objet au pied de la lettre », in Éclat du fétiche, Revue du Littoral 42.

[4] Réné Girard, La Violence et le sacré, Le Seuil 1972.

[5] Le signifiant primordial du désir de la mère est normalement refoulé grâce à la substitution du signifiant du Nom du Père qui inscrit dans le langage. Le sacrifice est un retour à cet état de nature d’unification à la mère. In Catherine Alcouloumbré, « La métaphore paternelle », Espaces Lacan, Séminaire 1998-1999.

[6] Bible Chrétienne, II, Commentaires, Èditions Anne Sigier, 1990, p. 318, in Nicolas Buttet, L’Eucharistie à l’école des saints, Éditions de l’Emmanuel, Paris 2000, p. 38.

[7] Jean-Daniel Causse, « Le christianisme et la violence des dieux obscurs, liens et écarts », AIEMPR, XVIIe congrès international Religions et violence ?, Strasbourg 2006, p. 4.

[8] Elles sont le miroir de deux opérations langagières fondamentales que sont la substitution et la combinaison, à savoir l’axe paradigmatique et l’axe syntagmatique, lire : Vincent Calais, La théorie du langage dans l’enseignement de Jacques Lacan, L’Harmattan, Paris 2008, p. 59.

[9] Hervé Linard de Guertechin, « A partir d’une lecture du sacrifice d’Isaac (Genèse 22) », Lumen Vitoe 38 51987), pp. 302-322.

[10] Cette dette, contrairement au péché originel, est unificatrice car elle met en relation l’homme avec l’autre, à partir d’un devenir et non d’un originaire. Le péché originel au contraire enferme dans l’image d’un surmoi.

[11] « Kadhafi préférait "mourir en Libye qu’être jugé" par la CPI », La Libre Belgique et AFP, le 31 novembre 2011.

[12] « Le sacrifice se centre sur le noyau sacrificiel originel : l’endocannibalisme » in Pierre Solié, Le sacrifice fondateur de civilisation et d’individuation, résumé.

[13] « Hillary Clinton se félicite de la mort de Mouammar Kadhafi », Réseau Voltaire, 22 octobre 2011.

[14] « La mort de Kadhafi marque la fin de l’engagement de l’OTAN en Libye », LeMonde.fr avec AFP, le 21/10/2011.

[15] « Tribune de Barack Obama, David Cameron et Nicolas Sarkozy sur la Libye », Réseau Voltaire, 15 avril 2011.

[16] « L’aviation française a stoppé le convoi de Kadhafi, affirme Longuet », TF1, 20 octobre 2011.

[17] « La mort de Kadhafi marque la fin de l’engagement de l’OTAN en Libye », LeMonde.fr, Op. Cit..

[18] « Les coulisses de la guerre selon BHL », La Libre Belgique, le 7 novembre 2011.

[19] Jean-Claude Paye, Tülay Umay, « Faire la guerre au nom des victimes », Réseau Voltaire, le 9 mai 2011.

[20] Maurice Bellet, Le Dieu pervers, Desclée de Brouwer, Paris 1979, pp 16-17..

[21] Paul Rousset, Les origines et les caractères de la première Croisade, La Baconnière, Neuchâte11945.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le Colonel ne méritait pas çà, désarmé il a subi le lynchage...il sera regretté un jour. Plus tôt qu’on ne croit, regardez en Egypte,...seulement 6 mois.


  • C’est bien construit, j’adhère à la conclusion. La place du langage est bien introduite, mais trop superficiellement, ce qui fait déraper l’auteur.

    Le nouveau testament n’est pas un retour à la puissance, il est une réappropriation du logos pour une communication juste ; et fait suite à des déformations, des perversions pharisiennes, qui entrainaient son abandon et permettaient de contourner les lois du ciel.
    La vision de l’ancien testament me parait à côté de la plaque : on y trouve beaucoup plus de déformations du langage, d’abus de pouvoir et de toute puissance, divinatoire,outillée, ou même démoniaques, que dans le nouveau. Le traitement des croisades est lui aussi très expéditif, et l’interprétation faite de la chrétienté est insultante... C’est quoi ce délire de toujours confondre les religions avec les crimes commis par les hommes en leur nom ? Et les crimes commis par les institutions avec les hommes qui sont de l’aventure ?...



    Le traitement du sacrifice de Kadhafi comme une icône confirme le caractère chrétien d’une guerre faite au nom de l’amour des victimes.




    La je tique carrément. Faut pas confondre chrétienté avec évangélisme puritain et humanitarisme. En plus il y a retournement du sens ici. Kaddhafi est une figure christique ! Il est exposé comme fut exposé le christ. On peut pas accuser alors de chrétienne l’intervention, à moins de poser le présupposé de la perversion intrinsèque de la chrétienté. C’est très fourbe...

    Le rapprochement avec cette religion est totalement abusif en plus d’être inutile dans le raisonnement. On voit bien que ces éléments servent une réflexion juste, mais au prix de leur perversion : retournement typique de l’analyse sociologique qui n’a pas de bases culturelles de réflexion... Et puis, Homme-Dieu ? En quoi c’est chrétien ?! "Rendez à Dieu ce qui est à Dieu", "Détruisez l’anneau M. Frodon !" ... On confond ici avec le "Jésus"-grand-mage héros des Franc-maçons, type Saruman...
    Et désolé mais l’ordre naturel est structuré, symbolique et viril. C’est l’extraction de la cosmologie qui détruit la base du langage et permet la barbarie, justement en substituant le signifiant au signifié.

    Et à la fin, confondre individu et peuple, homme et démocratie, c’est carrément, hum... Bref. Une bonne thèse, avec apparemment un traitement sensé, qui arrive là où il faut : la dénonciation de la barbarie, mais avec beaucoup d’erreurs de parcours et de raccourcis boueux.


  • #68638
    le 25/11/2011 par Le Lion du désert
    L’image du sacrifice humain et le retour à la barbarie

    Pour l’empire du Mal sataniste la guerre est un rituel sanguinaire à grande échelle, l’énergie négative leur donne une adrénaline effroyablement monstreuse., tout comme le sacrifice d’enfants ne vous demandez pas de ce qu’il advient des millions d’enfants portés disparus, Kissinger, Les Bush et Clinton officient à ces rituels inimaginable pour un humain civilisé. Avant tout ils essaient de désintégrer notre esprit par des traumatismes psychologique et émotionnel. Cependant ici il est question d’une version extrême en laissant le souvenir de l’atrocité, détruire de manière brutale ce que représentait le martyr Guide Kadhafi en exhibant son corps comme un trophée de guerre . De tout temps ces hommes nobles et courageux qui sont les Grands de l’Histoire de l’humanité n’ont pas hésités à mourir pour nous et la Résistance, la paix et l’amour a toujours et suscitera toujours la jalousie du Sheytan.


  • Moi j’ai refusé de regarder ces images, et la photo ci-dessus est la première que je vois. Ce sera la dernière aussi.

     

  • #68695

    "Comme dans les énoncés chrétiens, les commentaires des médias relatifs aux images du meurtre de Kadhafi transforment le bouc émissaire en victime émissaire." Non, ce point n’est pas exact. Les énoncés chrétiens (les Évangiles) ont transformé le bouc émissaire en victime émissaire dans la mesure où, pour la première fois, contre la foule, ils identifient l’innocence de la victime. Dans le cas de Khadafi, c’est bien un bouc émissaire coupable que les médias nous ont donné à voir, mais un bouc émissaire accusé de faire des boucs émissaires. Cette inversion est caractéristique du politique post-chrétien. En effet, pour survivre à la révélation chrétienne, ce dernier tente de faire du christianisme le bouc émissaire de sa propre révélation et de prendre en charge à sa place la défense des victimes. D’où le caractère très nettement victimaire des sociétés contemporains. Illustration ultime : la shoah. Voir ICI.


  • Ce que je retiens malgré le lynchage des hyènes autour de lui puis de sa dépouille, c’est que le colonel Khaddafi est mort DEBOUT et dans son pays. Bref, une belle mort, honorable, celle de martyr. Il n’y a pas de meilleure mort pour un homme de cette trempe-là. Qu’Allah lui fasse miséricorde. De même pour ses enfants et petits-enfants morts dans cette guerre. On peut lui trouver ce qu’on veut comme défaut, mais c’était un musulman, qui se prosternait pour son Seigneur.
    Imaginez-vous un seul instant que Sarkozy et ses fils se sacrifieraient pour la France, debout sur le sol français en cas de guerre ?

     

    • c’est clair que non "maginez-vous un seul instant que Sarkozy et ses fils se sacrifieraient pour la France, debout sur le sol français en cas de guerre ?"
      Par contre il enverrait les goyes Francais ou plutot les veaux de Francais par millions à la mort et meme les 60 millions de Francais pour sauver 1 seul elu du diable


  • comme notre seigneur Jesus sacrifié le jour de la paque juive ’jour ou on sacrifié un animal"
    d’ou le nom donné par l"église l’agneau de DIEU
    lui aussi pris pour un animal


  • Parce que Abraham en sacrifiant son fils était issu d’une société matriarcale ?
    Parce que Sumer, Babylone, Carthage (phéniciens puniques proto hébreux) et les Aztèques sont des sociétés matriarcales ? Pourtant elles sont toutes championnes en sacrifices humains...
    Et les sacrifices dyonisiaques des grecs antiques (où la victime était démembrée pour rappeler le démembrement de Dyonisos par les titans), c’est matriarcal aussi ?
    Je ne savais pas non plus que les barbus de la CNT étaient matriarchistes...
    C’est marrant parce qu’il n’y a pas de traces de sacrifices humains dans les sociétés matriarcales (moso, minoens, hindus, naïrs, berbères...), qui au passage ne sont pas cencées exister.
    Et c’est bien l’Ancien Testament qui prône de long en large le sacrifice humain (exemple : le sacrifice de la fille de Jephté).
    Encore un article écrit par un ignare qui n’y connaît rien au matriarcat.
    Je préfère encore un vrai matriarcat, qui permet aux hommes d’être virils,
    Plutôt qu’un patriarcat, où les femmes sont interdites, et qui donc engendre pédérastie :
    N’est ce pas un barbu dela CNT qui sodomise Kadhafi ?

     

    • Parfaitement d’accord avec vous, voir aussi la pensée (unique) de René Girard.


    • bonjour/bonsoir,

      cet article est bien écrit, et intéressant mais...effectivement : pourquoi le sang (menstruation ?), le sacrifice humain (je donne la vie, je la reprends ?) et la symbolique (les femmes et les maths ?) seraient-ils les attributs féminins,

      et le langage (nommer, c’est dominé ?), la réciprocité (l’honneur... ? ), et le temps linéaire (le mâle et sa finitude ?) seraient les attributs masculins ?

      plutôt mysogine, l’article ?!

      ceci étant, il est vrai que moins on pense et plus les élites made in USA sont contentes (on avale mieux les couleuvres)

      je ne crois pas pour autant à la fin ultime de la civilisation : la barbarie revient en force, certes, mais c’est cyclique, non ? N’oublions pas que les USA VONT perdre leur suprématie !!!! ils angoissent, ont besoin de se rassurer...

      cordialement

      valdo
      Belgique


  • Marrant pour un article écrit par une femme libérée, Tülay Umay,
    Qui en a bien profité de l’émancipation des femmes en Turquie depuis la chute du califat Ottoman...
    Pour après cracher sur un matriarcat qu’elle ne connaît pas.

     

    • Vos références sur le matriarcat sont les bienvenue.
      Pas de lien, pas de renvoie dans votre commentaire.

      Jusqu’à maintenant vous vous êtes contenté-e de déblatérer sur ce texte sans vraiment amener une contre argumentation en général et sur le point du matriarcat en particulier.


    • Sachem souhaite un retour au matriarcat parce qu’il est convaincu que ça lui permettrait de se faire des tas de femmes. C’est tout.


    • Dans le matriarcat, il n’est pas question de baiser tout le monde,
      Mais d’aimer qui on VEUT.
      Parce que dans le patriarcat traditionnel, il n’y a pas de mariage consentant, pas de drague, pas de sexe hors mariage (culte de la virginité) et les femmes sont soumises... provoquant toutes les déviances sexuelles, telles la pédérastie. Pourquoi ? Pour garantir la filiation paternelle.
      Le mariage et le patriarcat ont mis bien longtemps à s’implanter en Europe.
      C’est par le travail forcené de Clovis (loi Salique), de l’Eglise et de Charlemagne que les dernières traces de matrilinéarité ont été effacées. Jusqu’à l’an 1000, bien souvent le mariage n’était pas obligatoire, et surtout réservé à l’aristocratie.
      Le lignage se faisant donc par la mère, et l’oncle maternel remplaçant le père.
      Exemples : William Wallace Braveheart, Tristan & Iseult, les Chevaliers de la Table Ronde...
      Même à Rome, la plèbe, donc les peuples vaincus alentours (Etrusques) étaient matriarcaux, et seule l’élite aristocratique, l’oligarchie des PATRICIENS étaient patriarcaux (et pédérastes de surcroît !).
      Pour avoir plus de détails, mon blog sur google "matriarcat totem".


    • #68906

      @Question : pourriez-vous éviter vos "é-e-s" à la fin de vos participes passés ? Ca me fout la gerbe. Le français fait remporter le masculin lorsque le genre est inconnu ou multiple. Pliez-vous à la règle.


    • A Sachem,

      Votre blog (enfin il n’y a que un article) ne fait que rabâcher les poncifs habituels et communément admis sur la distinction matriarcat / patriarcat sans vraiment poser les questions en terme systémique et de causalité.

      Pire, vous essentialisez :: patriarcat = pédérastie = violence = occultation de la femme et matriarcat = joie de vivre = bonheur = tout plein de bonne chose !
      En ce sens, vous êtes parfaitement dans la ligne idéologique de votre temps.

      Aussi, vous en restez à des poncifs et vous confondez violence et organisation sociale. Est ce que le matriarcat exclue toute forme de violence et de perversion ?
      Très curieusement, lorsque vous lisez "les réligions face aux femmes" d’Ariane Buisset, vous avez d’évoqué une religion matriarcale très clairement incestueuse :

      p380 "L’homme n’accédait au pouvoir que grâce à la femme qui lui permettait de partager sa puissance [...] sans laquelle il était incomplet" [...] D’une certaine manière, le paradis utérin qu’il avait quitté lors de sa naissance lui était rendu, magnifié lors de la pénétration de la femme aimée. La femme régnait sur le monde , de manière maternelle, tous les hommes étant potentiellement ses fils-amant. Les relations amoureuses étaient de type mère-fils [...] du fait de la supériorité mystique de la femme [...] et de sa capacité à rendre le monde fécond. [...] en gagant le droit de l’aimer, l’homme devenait enfin un être humain complet."

      Il n’existe à ce jour aucune vraie étude valable sur le matriarcat à part son évocation dans "The case for father custody" de Daniel Amneus qui vaut ce que ca vaut. D’ailleurs, chez les cultures matrilinéaire, le pouvoir politique reste dévolue aux hommes (musuo) ou lorsque les femmes ont le pouvoir politique, les hommes restent à la maison ...

      A lire : http://www.egaliteetreconciliation....

      De même, que sont 1000 ans d’histoire en regard des millions d’années d’évolution humaine. La civilisation n’a que 5000 ans. Vos propos sont donc à relativiser d’autant plus que plus c’est loin dans le temps, moins nous avons d’information plus on peut fantasmer ...

      Pour finir, vous illustrez parfaitement les propos de l’auteur de l’article qui dit en somme (lisez ses productions sur le sujet) que ce que vous associez au matriarcat (amour de l’autre ... ) relève de la fusion symbiotique mère - nourrisson et de l’effacement du réel.


  • #68721

    Je ne savais pas qu’on faisait de la psychanalyse à E&R !
    Tout cela n’est-il pas du délire étayé par des références délirantes ?
    "[Ces images] constituent un retour au phantasme primordial de l’unification à la mère"
    En voyant Khadafi réduit à l’état de beefsteak, vous avez envie d’aller tirer un coup avec maman vous ?
    Moi j’ai plutôt envie d’écrire "phantasme" avec un "f".
    On a pas la même libido.
    _ ;)

     

    • @Gérard

      En voyant Khadafi réduit à l’état de beefsteak, vous avez envie d’aller tirer un coup avec maman vous ?

      Non, et même sans l’image du carpaccio d’ailleurs :) (humour noir)

      Ceci dit, c’est quand même une barbarie (la sodomie au bâton c’est vraiment un truc de détraqué) et c’est une faute qu’il ne faudra surtout pas imputer à la France (en tant que peuple) mais aux instigateurs qui ne s’en cachent même pas.


  • #68735

    Nous arrivons en cette fin d’année à une acmé, une tension extrême du système qui verra la fin de notre civilisation.
    Nous ne voyons pas le Tsunami parce qu’il est sous nos pieds, nous surfons sa crête. Nous assistons à un coucher de civilisation pour paraphraser Michel Drac, effondré de le constater et de l’annoncer lors de sa dernière conférence à Toulouse. Cela n’a pu arriver qu ’après un lent et minutieux travail de sape des bases profondes de nos sociétés. C’est pourquoi ce n’est pas une crise mais un ébranlement gravitationnel. Nous sommes volés et niés dans notre humanité, ce sont des faits indiscutables. Il n’a y plus lieu de déchiffrer par les codes connus, de s’en référer aux anciennes lois, de parlementer. Le déni de démocratie et d’information, le pillage des ressources, l’escroquerie bancaire, la barbarie al quaeda militarisée, sont le modus operandi de cette chaosligarchie. Il y a trangression et inversion du sens et de la réalité. Nous entrons dans un monde invivable, inhumain, où l’issue finale est la mort pour un grand nombre. C’est le règne d’une mafia planétaire sanguinaire qui n’est elle-même que le pantin du Malin. Seul Alain Soral a su le synthétiser en montrant les structures qui soutendaient le tout. La voie est maintenant libre à la bête pour le grand sacrifice nucléaire. Nous ne pourrons plus jamais revenir en arrière.

     

    • #68775

      @Jasmin Indien :
      "Nous arrivons en cette fin d’année à une acmé, une tension extrême du système qui verra la fin de notre civilisation"
      Vous... je... vous pensez vraiment ?
      Mais alors... Patrick Sébastien, Dominique Farrugia, Sigmund Freud, Jean-Marie Bigard, Secret Story, la Shoah, Fdesouche... tout ça va disparaître ?!?
      Et Alain Soral, il synthétise pour ouvrir la voie au sacrifice nucléaire ?
      Salaud !
      Fumier !
      Ordure !


    • Mais Soral dit : " Que rien n’ est joué d’ avance, comme une partie de foot à la dernière minute".Si il gagne (Satan), c’ est seulement à la condition que nous perdions l’ idée puissante que tout peux arriver : que toute chose de la nature( l’ homme compris) est organique et en perpétuel changement. Rappelez vous de l’ intercession Divine sur l affaire DSK.


  • #68738

    C’est beau comme du Deleuze...


  • #68773

    Pouvu que vous dépassiez le nom et la forme, alors mon propos n’aura pas été vain.


  • Petite réctification, parfait article !

    Ce n’est pas Isaac (paix sur lui) qu’Abraham (paix sur lui) avait pour mission de sacrifier mais bien Ismael (paix sur lui).


  • Il y surement des verites dans cet article, mais il y a aussi beaucoup de delires et de choses inutiles.
    A trop vouloir reflechir ou philosopher on en perd le sens commun.


  • ORIGINE DU SACRIFICE DU PREMIER NE (hébreux, carthaginois...) :

    * Lors de l’avènement du patriarcat, le fils bute le père sur les ordres de la mère, parce que le mariage est un VIOL. Dans la juridiction gréco-romaine il n’y a aucune différence entre viol et séduction (DSK = avatar de Zeus). Exemple : Zeus tue Cronos qui tue Ouranos sur ordre de la déesse Gaïa. Persée tue Acrisios... Hérodote atteste que la colonisation de l’Attique par les grecs s’est faite par le viol, et le massacre des mâles autochtones.

    * Lorsqu’on est passé brutalement de la filiation maternelle à la filiation paternelle, il y eut de nombreux conflits pour la garde de l’enfant, disputée par l’oncle maternel et le père. C’est alors que les prêtres du Nouvel Ordre Patriarcal décidèrent de sacrifier le premier enfant au nouveau dieu, au dieu-père, plutôt que de le confier ni à l’oncle ni au père.

    * Le sacrifice du premier né permet aussi au père d’affirmer sa puissance paternelle, et de mettre en garde la mère contre tout complot contre lui ourdit avec ses propres fils.


  • La Libye de Kadhafi était le pays arabe le plus féministe !!!
    Garde des Amazones, écoles militaires pour femmes, et femmes pilotes d’avions de chasse...

    Selon l’historien Diodore de Sicile, les amazones africaines viennent de Libye. Elles avaient disparu bien avant la guerre de Troie alors que celles de Thermodon en Asie Mineure étaient en pleine expansion. Les Gorgones contre lesquelles avait combattu Persée étaient elles aussi originaires de la Libye.

    Les Touareg sont les descendants de ces Libyens dont parle Hérodote (géographe grec du Ve siècle av-JC), qui avaient leurs femmes en commun, qui ne demeuraient pas avec elles, et dont les enfants étaient élevés par les mères. Ils prétendaient que Minerve était la fille adoptive de Jupiter, car ils ne pouvaient admettre qu’un homme engendrât sans le secours de l’autre sexe : les femmes seules étaient capables d’un tel miracle.

    D’après certains mythologues, Artémis d’Éphèse est une divinité libyenne que l’on peut rattacher aux Amazones de Libye. Cette déesse symbolise la fertilité comme ce fut le cas pour le palmier ; alors on suspendait des grosses dattes en or sur la statue de la déesse et que l’on prenait pour des seins.


  • #68946

    Il est très risqué d’aborder le thème de la guerre nucléaire mondiale. Personne ne peut gérer cette information car elles est ingérable, vous la subissez, c’est tout. J’en ai eu confirmation quand j’ai interrogé ma divinité il y a 5 ans, je n’en suis pas l’auteur.
    Il est clair que nous avons affaire à des fous dangereux excités et que nous n’avons pas respecté des valeurs fondamentales et des vérités métaphysiques. Conclusion : nous allons le payer très cher. Si vous acceptez, vous êtes dans un processus d’expansion de la conscience. C’est tout. Vous n’échapperez pas à votre destin, informé, ignorant, atomisé ou pas. Laissez votre esprit se reposer et vous arriverez à trouver, si vous le demandez, des informations précises.
    Visualisez maintenant la suite, à 100 ans, 1000 ans, 5000...


  • cette glose est indigeste.pouaah


  • #70376
    le 30/11/2011 par spleen de paname, j’ai "rendez-vous avec Jesus"
    L’image du sacrifice humain et le retour à la barbarie

    c’est quoi ce délire ? TEXTE ET COMMENTAIRES
    allez vous branlez ailleurs y a des sites de cul pour ça et je vous conseille les mangas les japs sont plus raffinés même dans le plaisir
    moi j’ai pas l’intention de payer pour ces tarés
    la mort de kadafi est ignoble à vomir c’est tout
    à l’image des sous hommes qu’on a laissés gouverner et de leurs procédés
    et y paieront ces fils de putes
    un point c tout
    parceque DIEU existe
    y me l’a dit
    et mêlez pas jesus christ super rockstar ou le christianisme c’est pareil à tout çà mécréants incultes, ça vous portera pas bonheur et vous rendra pas plus intelligents !
    AMEN