Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La dissuasion militaire iranienne inquiète de plus en plus Israël

Avigdor Liberman : "C’est une provocation et une claque"

L’annonce à Téhéran, samedi, concernant le test réussi d’un missile balistique d’une portée de 2 000 kilomètres et capable de transporter des ogives multiples pour frapper différentes cibles, fait évoluer de manière phénoménale l’équilibre militaire au Moyen-Orient.

 

Israël et les quelques 45 000 soldats américains déployés au Moyen-Orient – Jordanie (1 500 hommes), Irak (5 200), Koweït (15 000), Bahreïn (7 000), Qatar (10 000), UAE (5 000), Oman (200) – entrent dans le rayon d’action du dernier missile iranien. L’Iran a démontré une capacité de dissuasion qui prive les États-Unis et Israël d’une option militaire.

Le test de missile indique la méfiance stratégique de Téhéran vis-à-vis des États-Unis, après les remarques outrageuses du président Donald Trump contre l’Iran dans son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies. Dorénavant, Trump devra faire très attention à sa menace de déchirer l’accord nucléaire iranien. Une telle imprudence de Trump ou des législateurs au Congrès (imposer de nouvelles sanctions) pourrait être saisie par Téhéran pour reprendre son ancien programme nucléaire, ce qui aurait des implications profondes, compte tenu de ses capacités de missiles.

Le président Hassan Rouhani a pris une ligne dure après son retour à Téhéran en provenance de New York. Il a prévenu que si Trump violait l’accord nucléaire, « nous serons fermes et toutes les options seront devant nous ». Le ministre des Affaires étrangères, Mohammed Javad Zarif, a déclaré au New York Times que, si les États-Unis voulaient renégocier l’accord nucléaire, Téhéran aussi insisterait sur la renégociation de chaque concession qu’il a faite : « Êtes-vous prêt à nous rendre 10 tonnes d’uranium enrichi ? « 

Rouhani a prononcé un discours véhément lors d’un défilé militaire vendredi à Téhéran en soulignant que l’Iran n’avait besoin de la permission d’aucun pays pour renforcer ses capacités de missiles. Il a ajouté :

« La nation iranienne a toujours été pour la paix et la sécurité dans la région et dans le monde, et nous défendrons les personnes opprimées yéménites, syriennes et palestiniennes que cela vous plaise ou non ».

« Tant que certains parleront avec le langage des menaces, le renforcement des capacités de défense du pays se poursuivra et l’Iran ne demandera l’autorisation d’aucun pays pour produire divers types de missiles », a déclaré samedi le ministre de la Défense, Amir Hatami.

Ce qui émerge, c’est la détermination de l’Iran à consolider son influence en Syrie. Les États-Unis devront peser attentivement les répercussions avant de faire une intervention (Israël met la pression pour cela). Encore une fois, l’Iran pourrait établir une présence à long terme en Syrie. La milice chiite aguerrie soutenue par l’Iran et qui lutte en Irak et en Syrie est une véritable armée de 100 000 hommes et l’Iran est en mesure de forcer l’éviction des forces américaines d’Irak et de Syrie.

L’administration Trump doit prendre avec le plus grand sérieux la menace à peine voilée faite mercredi par le général Mohammad Ali Jafari, commandant du corps des Gardiens de la Révolution islamique (en réaction au discours de Trump à l’ONU) :

« Il est temps de corriger les erreurs de calcul des États-Unis. Maintenant que les États-Unis ont pleinement montré leur nature, le gouvernement devrait utiliser toutes ses options pour défendre les intérêts de la nation iranienne. Prendre une position décisive contre Trump n’est que le début et ce qui est stratégiquement important, c’est que les États-Unis devraient voir des réponses plus douloureuses dans les actions, le comportement et les décisions que l’Iran prendra au cours des prochains mois. »

Le test de missile balistique a été effectué dans les trois jours qui ont suivi la menace du Général Jafari. De même, le calendrier du test de missile peut être vu dans le contexte du référendum prévu pour le 25 septembre par les Kurdes du nord de l’Irak, pour un Kurdistan indépendant. Téhéran n’a aucun doute sur le fait que le projet du Kurdistan est une entreprise israélienne et américaine pour créer une base permanente dans cette région hautement stratégique, dans le but de déstabiliser l’Iran et de saper son essor régional en Syrie et en Irak.

Sans surprise, Israël est furieux au sujet du test de missile iranien. Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, l’a qualifié de « provocation et de claque à la face des États-Unis et ses alliés », et une tentative de les tester. De toute évidence, Israël panique parce que l’Iran est progressivement et inexorablement en train de le dépasser comme le numéro un de la puissance régionale au Moyen-Orient. Cependant, au-delà de la rhétorique, Israël ne peut pas faire grand-chose contre la montée de l’Iran.

Israël a stupidement poussé Trump à provoquer Téhéran juste à ce moment-là, alors qu’il avait à faire face à la crise en Asie du Nord-Est. Une stratégie de confinement contre l’Iran n’est plus possible. La sagesse serait que l’administration Trump engage le dialogue avec l’Iran dans un esprit constructif pour influencer sa politique régionale. Les menaces n’ont jamais été efficaces contre l’Iran. À maintes reprises, elles se sont révélées contre-productives.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et oui , nous ne sommes plus dans la préhistoire des poussifs Skuds de Saddam. Les perses ont d’excellents ingénieurs.

     

    • #1809294
      le 28/09/2017 par Révolutionnaire khoméiniste
      La dissuasion militaire iranienne inquiète de plus en plus Israël

      En effet, et merci de votre lucidité.

      Je sais que vous ne le faites pas par malice, au contraire, mais si je peux me permettre une observation, l’emploi du terme ’Iraniens’ est toujours préférable à celui de ’Perses’, pour plusieurs raisons :

      - d’une part, personne en Iran n’emploie l’adjectif ’perse’ pour désigner les membres de la nation et a fortiori ses ingénieurs ;

      - secondement, la substitution de ’Perse’ à ’Iran’ est activement et sciemment encouragé par l’empire, de sorte à cultiver des idéologies ethno-séparatistes parmi les différentes composantes linguistiques du peuple iranien, dans le but de provoquer une guerre civile à même de provoquer la balkanisation du pays, conformément aux plans Oded Yinon, Grand Moyen-Orient etc.

      Que ces groupuscules ethno-séparatistes sont artificiels, imaginés et conçus depuis Tel Aviv, Washington et Bruxelles est une évidence, tant la société iranienne est intégrée et non-communautarisée par essence, grâce à plus de deux millénaires de cohabitation et d’interactions mutuelles dans un Etat unifié. On tente d’"américaniser" la société iranienne en promouvant la ségrégation suivant des lignes tribales et supposément "ethniques", dans l’optique d’un affaiblissement de l’idée d’appartenance nationale commune. La propagande "made in USsraël" tente en vain de présenter l’Iran comme un Etat exclusivement perse, "répressif" face aux minorités.

      Or, la réalité est qu’une grande majorité des Iraniens a des racines mixtes - et par mixtes, nous entendons mélanges entre groupes autochtones de l’aire civilisationnelle iranienne, et non pas un sans-frontiérisme "universel" généralisé.

      Entre Iraniens, nous ne vivons pas et n’avons jamais vécus séparés les uns des autres, les quartiers (ghettos) ethniques ou raciaux, la discrimination ethnique dans l’accès aux postes de pouvoir, cela n’existe pas chez nous (le Guide Suprême a des origines azéries, le maire de Téhéran est en partie kurde). L’urbanisation croissante (plus de 60% de la population vit en ville) accentue encore ce phénomène. De sorte qu’avec le temps, les appartenances sub-nationales s’effacent de plus en plus au profit de l’identité nationale.

      Le nom ’Iran’, ne signifie rien d’autre que ’pays des Aryens’ (Aryanem Vaejo en Perse Ancien et Eranshahr en Perse Moyen). Le concept de l’Iran comme pays commun à tous les groupes iraniens a cours depuis l’Antiquité déjà. Voir par exemple : http://www.iranicaonline.org/articl...


  • Ca grince des dents chez les chiens de guerre du sionistan.
    Il ne faut pas grand chose pour faire une belle journée, ceci me suffira amplement jusqu’à demain.
    Merci

     

  • Il est toujours malheureux que les imbéciles ne connaissent que le langage de la force ;l’Iran a raison de se défendre contre les vélléités de certains de ses voisins


  • "La dissuasion militaire iranienne inquiète de plus en plus Israël".

    Moi, elle me rassure...........

     

  • Ne soyez pas si optimiste...Ils ont plus d’un tour dans leur sac...

    Je ne vois plus aucun moyen d’éviter la création d’un kurdistan indépendant ...En tous cas la partition du moyen orient est bien en marche ? une étape décisive a été franchie avec ce referendum d’autodétermination, BHL l’a bien compris, tous les sionistes du monde l’ont bien compris, ...
    La prochaine bataille est Kirkuk là où se trouvent le pétrole, le nerf de la guerre et de l’indépendance économique, il est urgent pour la Turquie, Iran, Irak de stabiliser la Syrie, et surtout pour eux comment faire partir les américains...Ça va être très très compliqué car les US ne roulent que pour Israël...
    Un renversement d’alliance du Kurdistan irakien n’est pas non plus impossible, car après tout pourquoi jouer les supplétifs d’Israël ? Mais que donner en contrepartie... ??? Même moi je ne vois pas ce qui pourrait faire déguerpir les US, peut-être que les Russes ont une petite idée ?

     

    • Bizarrement, la guerre d’indépendance kurde pourrait rapprocher Sunnites et Chiites autour de la construction d’un Etat national pluriethnique et multiconfessionnel ... Ce qu’était l’Irak avant de Saddam (paix à son âme) !


  • L’Iran a subi, a fait le dos rond et a patiemment attendu. Il est maintenant doté des capacités militaires qui lui permettront de se défendre. Israel et les USA le savent. Staline avait agi de la même façon avec l’Allemagne et le fameux Accord de non agression (Pacte germano-soviétique comme disent les anti-communistes primaires et les réviseurs de l’Histoire !). Si l’Iran s’était engagé dans une guerre lors du bombardement de son réacteur nucléaire, il aurait été transformé en un autre Irak ... "Cheikh mat" : le "roi est mort", ou comment voir le monde comme un échiquier !!!


  • Heureusement, que les populations se rebellent contre le nwo, et je trouve les dirigeants très courageux et intelligent. C’est pas évident de ne pas se faire écraser face aux USA car soit tu deviens son esclave, comme nous soit tu te fais écraser avec ses 700milliards de budget de la défense us. La Russie a en parti réussi à retourner la situation. Qui a aussi remilitarisé l’Algérie sinon on en aurai déjà entendu parlé de la guerre là bas.

    Il faut savoir qu’ils sont prêts à tout pour venir à leurs objectifs,quittent à infiltrer les gouvernements d’agents américains pour déstabilisé la cohésion. Employer des mercenaires voir des armées de l’OTAN qui change leur uniforme pour créer des guerres civiles et prendre le pouvoir pour mettre des pantins.

    Tout cela dans le but de supprimer toute opposition et exploiter les pays que ce soit en instaurant une dictature. Bien sûr exploiter les ressources du pays via des multinationales. Aussi détruire le système et imposer une banque qui finance les intérêts des rotschild. Qui suce les richesses et mets les peuples à genoux, sans espoir de se redévelopper avec la dette.

    Voici, les idées du néolibéralisme des think thank américains, c’est tout sauf de la démocratie. Il l’ont fait en Afrique et elle est morte. Maintenant, ils le font aux pays arabes car ils sont plus faibles et qu’ils refusent de devenir des esclaves via la dette. Connaissez vous un pays démocratique non endetté à part la Russie qui s’est subtitué aux jougs des cartels de la finance mondiale ?


  • #1809366
    le 28/09/2017 par Révolutionnaire khoméiniste
    La dissuasion militaire iranienne inquiète de plus en plus Israël

    Petite précision, qui n’ôte rien à l’analyse de M. Bhadrakumar : les deux essais connus du missile Khorramshahr (du nom de la ville frontalière du sud-ouest de l’Iran libérée, après son occupation par Saddam, grâce à l’appui de la population locale dépourvue de moyens, au terme d’une résistance héroïque et acharnée) ont été antérieurs de plusieurs mois à leur annonce publique par l’Iran.

    Ce n’est pas que l’Iran vient de tirer le missile après le discours de Trump à l’ONU et les dernières menaces et sanctions étasuniennes, c’est que la télévision publique iranienne a choisi ce moment là pour révéler l’existence du Khorramshahr et en diffuser pour la première fois des images.

    Images que voici d’ailleurs :
    http://www.youtube.com/watch?v=n2Lq...

    Le programme balistique iranien s’est poursuivi et se poursuivra indépendamment de la conjoncture politique du moment, car c’est le fondement de la doctrine de défense du pays. Il est de ce fait totalement non-négociable et représente bien davantage qu’un simple outil circonstanciel de plus dans la confrontation quotidienne opposant l’Iran aux régimes qui lui sont hostiles.

    Notez que le Khorramshahr est doté d’un engin à combustible liquide très semblable au Paektusan / Révolution du 18 Mars dévoilé par la Corée du Nord il y a quelques mois, que Pyongyang intègre au missile à moyenne portée (6000 kilomètres) Hwasong-12. Le Paektusan est capable d’une poussée de 100 tonnes, c’est à dire nettement supérieure à celle affichée par l’engin soviétique RD-250 dont il s’inspire. La version iranienne parait plus élaborée encore, vu l’absence d’ailerons à grillage, dont la fonction est entièrement assurée, sur le Khorramshahr, par des tuyères à poussée dirigeable ! Les images diffusées par la télévision iranienne l’indiquent nettement, et la manoeuvre effectuée par l’ogive peu avant impact, capacité très utile pour contourner les défenses anti-missiles, abonde dans ce sens.

    Comme d’habitude, les responsables étasuniens ont tenté de désinformer le public à propos de l’essai, d’abord en prétendant qu’il aurait échoué du fait de l’explosion du missile en plein vol (les images de la télé iranienne prouvent au contraire qu’il y a bien impact de l’ogive au sol), puis en suggérant, par l’intermédiaire de Fox News, que l’essai dont se prévaudrait l’Iran serait "factice" car ayant eu lieu plus loin dans le passé - or, l’Iran n’a jamais affirmé que l’essai était récent, c’est Trump qui l’a suggéré à tort via son compte Twitter.