Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le conte de fées nauséabond du "héros de l’Hyper Cacher"

Je vais revenir dans le présent article sur le parcours de l’homme qui fut présenté comme le « héros de l’Hyper Cacher » début janvier 2015 : un Malien sans papiers de 25 ans, à peu près analphabète, du nom de Lassana Bathily. Comme je me trouve en train de compiler toutes les attaques en France attribuables à et/ou revendiquées par l’EI depuis 2014, je suis fatalement tombé sur le morceau de bravoure de Lassana Bathily dans l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, le musulman qui a sauvé des vies juives. Il s’avère finalement qu’il s’agit pour sa partie la plus essentielle d’une histoire qui a été promue, déformée, et amplifiée pour les besoins d’un certain storytelling que médias et politiques, et les organisations communautaires juives qui les influencent, souhaitaient diffuser dans l’opinion mondiale, alors que l’émotion était à son comble.

 

Cette histoire n’est pas seulement immorale, elle est emblématique de cette société du spectacle où les fausses gloires sont couvertes de toutes les louanges et tous les honneurs, jusqu’à la nausée, et dont les gens honnêtes et véritablement courageux sont méthodiquement exclus, tenus à distance, voire diffamés et poursuivis. Lassana Bathily n’a pas seulement accédé au statut de héros national grâce à cette fable, il a pu acquérir la nationalité française en un temps record, obtenir un emploi à la mairie de Paris, être invité à l’étranger par de prestigieuses associations et organismes – juifs pour l’essentiel –, être reçu plus généralement par des grands de ce monde, fonder une association à son nom, écrire et publier son autobiographie chez un grand éditeur, et finalement entrer en politique en février 2019, pour les élections européennes.
Mais revenons pour commencer à ce conte de fées tel qu’il a été unanimement présenté dans les médias dans les jours suivants l’attaque de l’Hyper Cacher, et par l’intéressé dans son livre un an plus tard, les deux versions se recoupant peu ou prou.

 

Retour sur l’attaque de l’Hyper Cacher du 9 janvier 2015

Le 9 janvier, un peu avant 13 heures, Amedy Coulibaly pénètre lourdement armé dans le magasin du groupe Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, est de Paris, à deux pas du boulevard périphérique. Il abat deux personnes, et en retient quatorze autres en otage. Ceux-ci se ruent d’abord vers l’issue de secours au fond du magasin, mais celle-ci s’avère impossible à ouvrir, et ils descendent au sous-sol par un escalier en colimaçon. Au sous-sol ils trouvent un manutentionnaire de la supérette, Lassana Bathily, qui était en train de ranger des produits surgelés. Il leur propose d’abord de s’enfuir par le monte-charges qui donne non loin de l’issue de secours, mais ceux-ci refusent arguant de leur échec précédent et du bruit très fort du moteur du monte-charge qui les découvrirait immanquablement. Il parvient à en convaincre certains de se réfugier dans le congélateur, dont il a le sang froid de couper le moteur pour éviter qu’ils ne gèlent. Il prend quant à lui le risque du monte-charge. Parvenu à l’étage, d’un côté le magasin par où il peut être repéré, de l’autre la sortie de secours à deux mètres de là. La porte est bloquée par une barrette de sécurité en métal pour dissuader les voleurs. Il parvient à la faire sauter, la faisant retomber bruyamment sur le sol en béton, alertant Coulibaly qui se précipite dans sa direction, mais Bathily parvient à s’enfuir. Les autres otages qui ne sont pas entrés dans le congélateur sont contraints sous la menace de Coulibaly de remonter. L’un d’eux sera abattu quelques instants plus tard par Coulibaly en tentant de s’emparer de l’une de ses kalachnikovs. La caissière Zarie Siboni a le cran de lui mentir en prétendant qu’il ne reste plus aucun otage au sous-sol.

Parvenu à l’extérieur, il est vivement hélé par des forces de police qui le mettent en joue, le neutralisent et le menottent, le soupçonnant d’abord d’être un terroriste. Il lui faudra attendre près d’une heure pour faire valoir son identité, reconnu formellement par une personne habituée des lieux. Il se montre alors pour les policiers d’un précieux secours : bon dessinateur, il les aide à établir le plan du magasin, et, très à propos, leur indique que l’ensemble des clés du magasin se trouve sur un trousseau autour du cou de son patron blessé à la main qui se trouve non loin. Comme le trousseau en comporte beaucoup, il leur indique précisément celles qui leur seront utiles, en particulier la clé du rideau de fer défendant l’entrée du magasin.

Le RAID et la BRI lancent l’assaut à 17h20, Coulibaly est tué alors qu’il se précipite au dehors, apparemment sans aucune des armes dont il s’était muni pour l’attaque – 3 kalachnikovs, deux pistolets mitrailleurs, 15 bâtons de dynamite. Tous les otages libérés sont saufs, notamment les sept personnes enfermées dans le congélateur qui étaient restées en contact permanent avec l’extérieur grâce à leurs téléphones portables.

Lassana Bathily, modeste manutentionnaire de 25 ans, arrivé à l’âge de 16 ans en France, de confession musulmane, s’exprimant dans un français des plus incertains, détenteur d’un titre de séjour renouvelable mais courant depuis cinq ans derrière un passeport français, se trouve alors pris dans un maelström politico-médiatique inattendu et stupéfiant. Tel Cendrillon, le voilà soudain, d’un coup de baguette magique, passer de l’ombre à la lumière, de la précarité à l’aisance, de l’indifférence à l’adulation : sans le savoir il vient de gagner le premier prix d’une loterie improvisée dont il n’a pas acheté le billet.

 

Naissance d’un mythe moderne

Le CRAN lance une pétition (Conseil Représentatif des Associations Noires) demandant la naturalisation de Lassana Bathily et que lui soit remise la Légion d’honneur ; celle-ci atteint rapidement les 300 000 signatures.

Le jeudi 15 janvier, il reçoit un coup de téléphone personnel du président de la République, François Hollande, qui lui annonce que sa procédure de naturalisation est en train d’être accélérée.

Le 20 janvier, le précieux sésame lui est délivré à l’occasion d’une impressionnante cérémonie organisée à 19h30 dans la salle des fêtes du Ministère de l’Intérieur. C’est le Premier ministre en personne, Manuel Valls, qui le lui remet, en même temps qu’une lettre signée du président de la République, et la Légion d’honneur. Sont également présents le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, la garde des Sceaux Christiane Taubira, la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud Belkacem, les représentants principaux des grandes religions. Alors qu’il tentait en vain depuis 2011 d’obtenir la nationalité française, ne parvenant qu’à obtenir un permis de séjour renouvelable d’année en année, le voilà soudain en à peine une semaine propulsé citoyen français par la voie expresse et par la plus grande porte.

Les messages de félicitation pleuvent du monde entier et cela va durer des mois. Dans son livre, Bathily raconte avoir reçu les premiers temps près de 300 appels par jour, du monde entier. Une attachée de presse lui est même adjointe pour l’assister dans la gestion des multiples sollicitations dont il fait l’objet.

Le 10 janvier, il est publiquement remercié par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou lors de la cérémonie organisée à la Grande synagogue de Paris.

Lors d’un voyage officiel à Paris le 16 janvier, le vice-président des États-Unis John Kerry tient à le rencontrer et fait son éloge dans un discours prononcé à la mairie de Paris, auquel assiste Bathily, invité par madame le maire.

Le président Barack Obama lui rend également hommage :

« Le monde sait que des juifs ont été attaqués dans un supermarché casher à Paris. Nous devons nous souvenir de l’employé de ce supermarché, un musulman, qui a caché des clients juifs et leur a sauvé la vie. Et quand on lui a demandé pourquoi il avait fait cela, il a répondu : “Nous sommes frères”. Nous venons de pays différents, de différentes cultures et de différentes religions, mais il est important de nous inspirer des actes héroïques de ce modeste employé. »

Le 25 janvier, il est accueilli à l’Élysée, et François Hollande a ces mots : « Ah ! Voilà mon Français préféré ! »

Le 29 janvier, c’est en héros national qu’il est accueilli sur sa terre natale, le Mali, les autorités lui réservant un accueil officiel. Accueilli par le secrétaire général du haut conseil des Maliens de l’extérieur, Cheickna Kamissoko, il est ensuite reçu par la président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. On lui sait en particulier gré d’avoir « relevé le drapeau malien qu’Amedy Coulibaly avait jeté à terre ». Coïncidence, il se trouve en effet que Bathily et Coulibaly sont tous les deux Maliens, qu’ils sont de la même ethnie Soninké, et que les villages dont ils sont originaires ne sont distants que de 20 km l’un de l’autre. Le milieu dans lequel ils ont pris forme de 0 à 16 ans n’est pas le même.

Le 25 février, il reçoit un prix du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) lors de son dîner annuel, auquel participent 700 invités parmi lesquels François Hollande, Manuel Valls et une douzaine de ministres. Son président Roger Cukierman le présente sur Europe 1 comme « le jeune Malien devenu Français qui a été héroïque pendant la prise d’otages à la porte de Vincennes et qui montre encore une fois que, tous unis, on peut combattre le terrorisme ». Est récompensé également en cette occasion un film qui a par ailleurs fait un bide retentissant : 24 jours, d’Alexandre Arcady, consacré à l’affaire Halimi.

Le 3 mars, il est invité par des membres de la communauté juive de Cleveland en tant qu’orateur d’honneur pour la réunion annuelle de l’Ansche Chesed Fairmount Temple, dont la raison d’être est « de perpétuer la tradition juive et renforcer les vies juives grâce à l’apprentissage tout au long de la vie, le culte l’action sociale, des actes de bonté » Le rabbin Robert Nosanchuk le félicite en ces termes :

« Si M. Bathily n’avait pas accompli cet acte héroïque de cacher des Juifs, plus de vies auraient été emportées. Il a fait comprendre au monde que la haine ne l’emporterait pas. »

Au nom de la communauté juive de Cleveland, Cheryl Davis lui a remis une médaille en disant :

« M. Bathily a démontré comment, sans faire cas de la religion, de la race, et de l’origine ethnique, on peut agir en vue de la paix, comme une reflet de notre humanité partagée. »

À Cleveland il est également reçu par le conseil des associations américano-musulmanes qui lui remettent le « prix de l’honneur et du courage ».

Le 24 mars, le Centre Simon-Wiesenthal, dont la mission est de préserver la mémoire de l’Holocauste et de lutter contre le racisme, l’invite pour son congrès annuel à Los Angeles, et lui remet en cette occasion la médaille du courage. Il explique qu’il compte « créer une association pour son village au Mali », et « un autre projet en France pour aider les enfants d’immigrés ».

 

Lassana Bathily au centre Simon-Wiesenthal

 

Le 9 juin, il fait partie des trois personnes à qui est décernée la médaille du courage moral lors du forum annuel global de l’American Jewish Committe (AJCii) à Washington. Il y déclare notamment :

« Le meilleur que nous pouvons apporter à la barbarie et au terrorisme, c’est l’éducation pour tous, la construction de la paix, la promotion des droits de l’homme, et l’esprit de la liberté, la fraternité, et l’égalité. »

Les organisateurs quant à eux lui expliquent :

« Les rabbins enseignent que celui qui sauve une simple vie, c’est comme s’il avait sauvé tout un monde, car chaque génération contient en son sein le potentiel d’engendrer d’innombrables générations. Lassana, vous avez sauvé quinze mondes, ce jour-là à Paris. En agissant ainsi, vous avez fait ce monde, notre monde, plus brillant, plus porteur d’espoir, un monde plus humain. »

L’initiative de son invitation et de sa mise à l’honneur vient notamment de Michel Emsalem, le fondateur et actionnaire unique du groupe Hyper Cacher qui avait vendu ses parts de la société le 8 janvier, la veille de l’attentat.

 

[...]

Lire la légende de Lassana en entier sur francoisbelliot.fr

Hyper Cacher et vérité, sur E&R :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2197427
    Le 13 mai à 14:28 par Coïncidence /\
    Le conte de fées nauséabond du "héros de l’Hyper Cacher"

    - la veille de l attentat au Bataclan le patron avait vendu le Bataclan.
    - la veille de l attentat au Hyper ca$her le patron avait vendu son hyper ca$sher.

     

    Répondre à ce message

  • #2197445
    Le 13 mai à 14:46 par Que Toute Chair Fasse Silence
    Le conte de fées nauséabond du "héros de l’Hyper Cacher"

    Le plus étrange, c’est qu’interrogé par un journaliste, un des otages avait dit à l’époque que Bathily n’avait rien fait du tout. Le journaliste avait rebondi en disant "mais on en parle partout" et l ex otage de répondre : " vous savez ce que c’est, les gens ont besoin de héros, ça fait une belle histoire à raconter"
    Ça m avait marqué en terme de manipulation : l’image du noir tuant réel (Coulibaly) opposé à l’image du noir sauvant inventé.
    Le tout devant des otages qui disaient : non il n a rien fait mais c est pas grave, faites en un conte de fée.
    Ainsi parmi le peuple, à ceux qui disaient " toujours les mêmes" pouvait-on entendre la réponse toute servie : " ben non regarde, c est un noir qui les a sauvé !"
    Fallait pas donner envie à nos concitoyens de voter aux extrêmes et ainsi de nous retirer le pouvoir.
    La politique, toujours, même au fond des cadavres.

     

    Répondre à ce message

  • #2197454

    Pour reprendre les termes de Manu, homme de la circonstance : je connais un bidasse blancos qui vient de récupérer sous son aile bleu-blanc-rouge une jeune Blanchette égarée qui était autrefois sous la protection (le croyait-elle par le Sacrement du mariage) d’un demi-blackos, d’origine autant alcoolique que violente, origine s’étant révélée bien après « l’alliance » comme parfois. Notre ami bidasse blancos, engagé, se trouve régulièrement d’Opex au Mali à chasser le « sauvageons ».
    Cependant, donc, que notre ami illettré, vivant au black, grâce aux caves d’un Hyper Casher, lutte par la ruse, contre de méchants terroristes antisémites.
    C’est beau la mythologie.
    Et bientôt le Panthéon, aussi ?
    Mais la réalité ne pourrait-elle pas offrir l’interchangeabilité des personnages de sorte que l’on évite les métissages à marche forcée (qui font naître d’autres extrémismes...) ?
    Voyez notre premier demi blancos réfugié au fond de ses verres d’alcool : il n’est pas tant étranger aux natives (Amériques) qu’aux aborigènes du Temps du rêve (Australie) déracinés de leurs (propres) terres.
    De même, soyons sûrs que les bidasses, loin de leurs terres et des leurs, noient leur mélancolie dans la bière : dans d’autres foyers...

     

    Répondre à ce message

  • #2197477

    Très bien, eh alors ? des personnes qui ont sauvés des vies pendant la Deuxième guerre, il y en a eu des milliers, et qui ont même laissé leur peau, mais ce n’est pas pour autant qu’on en a fait un fromage , malheureusement .
    Mais la morale de cette histoire en fait et ça pour grossir le trait, c’est qu’un noir immigré sauve dans un magasin Cacher des Juifs, en les enfermant dans un frigo .Voilà exactement le point-clé de cette affaire .Prenez-en de la graine, Français de souche , les émigrés que vous refusez d’accepter sauvent des vies, alors qu’à Vichy vous les avez vendus ( salops de Français)
    Si personne n’a compris le message, pourtant ils ont mis le paquet .
    Après nous avons eu l’histoire de l’Africain émigré, qui grimpe sur les balcons pour sauver un enfant en détresse pendu par les mains .Encore un autre message de bravoure, ou une humiliation supplémentaire .Tout cela a des relents de merde ,et a une signification bien précise, car c’est bien pour cela qu’ils en font des tonnes .

     

    Répondre à ce message

  • #2197502

    C’est à la communauté concernée d’assurer le financement de sa reconnaissance, pas aux Français.
    Pourquoi un emploi à la mairie de Paris ?
    et pourquoi dans un pays au chômage, un Malien est-il employé par l’Hyper, plutôt qu’un Français ,
    La communauté doit lui assurer un emploi dans ses banques, ou ses magasins. On voit bien Lassana prêteur de deniers !
    Et puis il s’est tiré pour sauver sa peau en laissant les otages, non ? Aucun héroïsme particulier !

     

    Répondre à ce message

  • #2197558

    MDR ! le pauvre ! ils lui on foutu un beau costard et une belle paire de pompes et il le balade comme une bête de foire mdr ! le pauvre !! Il est content en + !! Que les anciens de sa communauté d’origine, les sages viennent un peu lui parler... ça fait rire quand même ! L’impudeur et le sens de la mise en scène de certains propagandistes n’a plus de limite mais bon même si ça fait un peu pitié juste pour la barre de rire ça vaut le déplacement ;)..... !

     

    Répondre à ce message

    • #2197910

      D’un Malien hyper caché ils ont fait un Congolais sapeur : c’est beau l’évolution. De la caverne à la lumière. De Hadès à Zeus, si ce n’est toi c’est donc ton frère...
      Darwin doit se fendre la gueule. Lévi-Strauss aussi...

       
  • #2197563

    Tres bon article à lire jusqu a la dernière ligne des notes de bas de page. Une synthèse sur une belle escroquerie !

     

    Répondre à ce message

  • #2197582

    Il n’est pas précisé sous quel statut était employé ce manœuvre bon marché... Avait il droit à un salaire décent ou bien était il nourrit par le jet du lance pierres ? Il se dit peu de chose concernant ce travail (déclaré ?) qu’il occupait.

     

    Répondre à ce message

  • #2197675

    Son cas me fais un peu penser au film "Being there" avec Peter Sellers. Ce jeune homme a été entraîné dans une histoire qui le dépasse complètement dont il peine encore à en saisir l’impact que cela ait provoqué dans sa vie de tous les jours. Un peu comme le film aussi "les dieux sont tombés sur leurs têtes". Ce type est d’une telle infériorité intellectuelle qu’il ne saisira sans doute jamais la manière dont il fut utilisé afin de servir d’autres intérêts. Bref, un imbécile heureux mais un dont le destin lui a finalement sourit.

     

    Répondre à ce message

    • #2198042

      Infériorité intellectuelle peut-être,cependant cet ex-immigré clandestin vit aujourd’hui un conte de fées...
      Non seulement une CI et un passeport tombés du ciel pour récompenser son entrée et son séjour illégal chez-nous mais en plus les voyages,les galas,les réceptions chez les riches et puissants de ce monde aux quatre coins de la planète et aux "frais de la princesse de Sion" avec prix bidule machin chouette pour la paix,la fraternité,blah blah blah et avec probablement un petit billet au passage à chaque remise,sans compter son assoce subventionnée par le contribuable et les royalties de son livre (écrit par un "nègre" vu qu’il est illettré et même pas fichu au bout de bientôt dix ans en France de parler correctement notre langue) que des milliers de neuneus bobos gauchistes "progressistes" et multiculturalistes ont du acheter,bref la vie de château quoi...
      Si Marcel,Jean-Jacques ou Kévin avaient cachés des Juifs dans le congélo on en aurait que très peu parlé dans les merdias voire on les aurait soupçonné d’antisémitisme pour les avoir cachés dans un tel endroit !!!

       
  • #2198857

    Ces manipulations sont absolument effrayantes... c’est comme pour celui qui a grimpé pour sauver un enfant accroché au balcon, j’aimerais aussi connaître toute la vérité.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents