Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le nouveau film de guerre

Il s’approche... et s’éloigne du réel

Avant, le film de guerre était un peu con : il y avait les gagnants, et les méchants. Après un demi-siècle saturé de morale binaire, un tournant critique s’opère. Dans le sujet, la réalisation, l’acting et la photo : on montre la sale guerre, la guerre sans vainqueur, la guerre sans morale. On injecte du filtre (300), du silence (Saving Private Ryan, City of life and death), de la proximité (Stalingrad, 9 Avril), du lyrisme (La Ligne rouge), de l’hyperréalisme qui confine au surréalisme (Black Hawk Down).

Après l’avoir longtemps snobé, le film de guerre d’un côté s’approche du Réel en focalisant sur le soldat plutôt que sur les hauts gradés ; de l’autre il s’en écarte par le moyen de l’onirisme, faisant entrer l’homme-guerrier dans le grand cycle de la Nature et du Cosmos (Malick). Justification métaphysique de la guerre, ou questionnement tragique lancé à Dieu ?

 

Hamburger Hill (1987)

 

Viêt Nam, frontière du Laos, 1969. Un carnage en direct, avec les cotes (la fameuse cote 937) et les horaires de la progression américaine – la prestigieuse 101e Aéroportée, pour les puristes. L’histoire de cette bataille, c’est celle de l’éléphant qui prend une masse pour écraser une souris… qui se planque sous terre. Au bout de 10 jours d’âpres combats, les Américains perdront 400 hommes (350 blessés et 50 morts), les Nord-vietnamiens 600, qui disparaîtront furtivement avec leurs blessés. La préparation d’artillerie pas plus que les raids de l’USAF ne feront décamper le Cong, fermement implanté dans sa colline. Un réseau de galeries, tactique défensive inaugurée par Hô Chi Minh pendant la guerre contre les Français (1946-1954), ralentira les vagues d’assaut de l’infanterie US.
Le film insiste sur le sacrifice des uns et des autres, avec un gain de terrain qui sera très discuté en haut lieu, dans l’état-major américain : cette cote en valait-elle la peine ? Dénuée de valeur stratégique, elle sera d’ailleurs rapidement abandonnée après la victoire. Ni les soldats américains, ni les soldats vietnamiens n’en sortiront gagnants. Tout le monde perdra. Mais, là-haut, à Washington, un général aura peut-être gagné une étoile… Hamburger Hill, ou le dernier avatar d’un délire à la Custer.
Un film sur l’absurdité non pas de la guerre, mais du concept de « victoire », transfiguration d’une boucherie de terrain. Notons que Clint Eastwood s’est inspiré de Hamburger Hill pour sa paire de films.

 

Lettres d’Iwo Jima , Mémoires de nos pères (2006)

 

Dans le même ordre d’idées, le double opus – un film par point de vue – de Clint Eastwood sur le débarquement de l’Oncle Sam à Iwo Jima en 1944, relate un double carnage. Celui d’une préparation d’artillerie de marine stérile, qui exposera l’infanterie de débarquement aux canons et aux mitrailleuses japonais. Les Américains y laisseront 7500 cadavres, pour 20 000 blessés. Les Japonais, 20 000 morts.
Le parti pris du réalisateur fait du canon dissimulé dans la roche l’instrument du Destin, la gueule du Diable. Le soldat américain, confiant après les tirs de barrage de sa marine (8 cuirassés, 8 croiseurs et autant de porte-avions !), va vers sa mort sans qu’on puisse le prévenir. Le piège des nids de mitrailleuses enterrés dans le sable est redoutable, et se referme sur une plage transformée en abattoir. Il y a des phases crues, qui rappellent les explosions de violence de La Ligne rouge, faites pour briser l’harmonie naturelle. Mélange entre la sombre beauté de la forêt primaire et la férocité de la civilisation. Les arbres qui regardent les hommes tomber étaient là avant, et le seront probablement après…

 

La Ligne rouge (1998)

 

Malick divise : pour les uns, réalisateur fat et creux, pour les autres, génie de la composition. Les premiers se demanderont pourquoi les meilleurs acteurs d’Hollywood se précipitent pour figurer seulement dans l’un de ses rares films… Sa force, placer le réel dans l’irréel, le temporel dans l’éternité, et arriver à transcender la banalité d’une simple scène de famille (The Tree of life) pour en faire un tableau universel. En alternant douceur et violence, féminin et masculin, Malick nous donne à choisir entre l’enfer et le paradis. Mais l’homme n’a pas le choix, il est embarqué, par l’héroïsme, la contrainte, ou l’instinct. Alors il regarde ce qu’il a perdu. L’homme est un enfer au paradis…

 

300 (2007)

Ridicule ici, culte là (ridiculte), 300 inaugure une étape stylistique dans le film de guerre, dans une voie inexplorée : la transfiguration du réel historique, en l’occurrence dans le sens de la mythologie grecque. Enfin, d’une mythologie américanisée. Couleurs irréelles (le ciel a déjà couleur de l’Au-delà), vitesse irréelle, soldats irréels, impression irréelle. Tout fait figure de rêve, le cauchemar reste à distance : la boucherie les yeux dans les yeux, avant que l’artillerie ne permette de tuer de loin. Le courage du combattant était alors à son comble, et la résistance humaine pouvait supplanter le déficit d’effectifs. À la guerre, mieux vaut dix lions que cent moutons…

 

 

L’épisode retranscrit est celui de la résistance des fantassins des cités grecques face à l’invasion perse. Le film, hollywoodien en diable, met en scène 300 Spartiates, les seuls à faire front devant la vague qui approche, un million de soldats perses.
Sauf qu’en réalité, les Grecs étaient plusieurs milliers, et les Perses probablement entre 100 000 et 200 000, tous n’étant pas des combattants : dans toute armée, il y a les troupes de choc, les divisions de réserve, et l’intendance. Il est rare que l’ensemble participe à la bataille (ce qui ne fut pas le cas à Iwo Jima : les réserves sont entrées très vite dans le jeu, les troupes de choc ayant été anéanties). Parfois, un contingent se sacrifie pour permettre au gros des troupes de refluer en ordre, sur une ligne de défense plus ou moins prévue. C’est ce qui se passera pour les autres Grecs (les cités étaient indépendantes), qui ont quelque peu lâché les Spartiates, qui eux, tiendront bon, et jusqu’au dernier. Un sacrifice qui se raréfie dans l’histoire militaire, même si on peut rappeler celui de la Légion étrangère à Camerone, où 63 légionnaires feront face à 2000 Mexicains en 1863.

L’idéal sacrificiel perdra son sens pendant la Grande Guerre de 1914, avec ses centaines de milliers de soldats extirpés des tranchées à coups d’ordres, de menaces et de picrate, envoyés à une mort quasi certaine, et stratégiquement inutile. Ou ces offensives foireuses décidées par un état-major dépassé, jouant encore à la guerre mobile pendant une guerre de positions. Des généraux du passé, dont les conneries coûteront cher à chaque village de France… Alors oui, 300, c’est la guerre comme on la rêve : on meurt en beauté, pour la beauté du geste, et on a son nom gravé sur le Panthéon.

 

9 Avril (2015)

 

Frontière danoise, petit matin, 9 avril 1940. Fidèle à sa tactique de surprise, et sous le prétexte d’une opération préventive, une division blindée allemande franchit sans préavis la frontière danoise (et la frontière norvégienne par la même occasion). Quelques escarmouches ponctueront cette pénétration, paradoxalement bien acceptée par le gouvernement danois. Qui n’avait pas le choix, avec son armée symbolique. Et puis, les Danois sont des cousins aryens, d’essence germanique. Le pays souffrira très peu de l’Occupation.

Une seule escadrille de la Luftwaffe dans le ciel danois mettra un terme à toute contestation de la supériorité allemande, dans cette même journée du 9 avril. L’Allemagne sera chez elle au Danemark, ce marchepied vers la Suède (et son stratégique minerai de fer) et la Norvège, avec sa situation stratégique essentielle, face à la marine britannique. Alors, pourquoi un film sur une escarmouche, une poignée de morts, et un rapide cessez-le-feu ? Peut-être pour l’honneur, pour dire que tous les Danois n’étaient pas pro-allemands, ou en tout cas pronazis. Quoiqu’il en soit, rarement un film de guerre n’aura été aussi près de l’homme de troupe, plus encore que dans Full Metal jacket : on y découvre le quotidien du soldat, ses DO pénibles, son paquetage peu pratique, ses doutes, ses angoisses, son premier contact avec l’ennemi, les blessures, la mort, la retraite. Et la défaite, au bout du compte. Cette rivière qui charrie honte, incompréhension, et colère.

 

 

La petite unité qui intéresse le réalisateur est composée de jeunes hommes, encadrés par un sergent expérimenté et un lieutenant très compétent. Relativement mobiles (sur des vélos militaires !), bien entraînés, ils vont ralentir l’avance allemande, reculer en ordre, occuper des lignes de défense successives pré-établies. Les profanes y apprendront le travail d’une section d’infanterie, avec son mitrailleur et ses fusiliers. Qui réussiront, au début, grâce à leur connaissance du terrain, à entraver la progression du détachement blindé ennemi. Déjà, on sent que les cousins germains ne concourent pas dans la même catégorie : un nid de mitrailleuses ne peut rien contre une automitrailleuse, et encore moins contre un char. Des balles contre des obus… Mais l’honneur, l’honneur commande au lieutenant de se battre, alors que la situation politique exige de se rendre. Un film aussi simple que remarquable sur la chaîne de commandement qui lie le soldat au politique, le terrain à la décision, le courage humain ne pouvant contrer ni pallier le calcul cynique, parce que supérieur.

 

Fury (2014)

Dans la veine de l’hyperréalisme hyperlocal, Fury fait figure de modèle achevé. Nous voici « embedded » sur un char Sherman en 1944 dans une Allemagne pas encore de l’Ouest. La guerre en avril 1945 est quasiment gagnée pour les Alliés, la résistance allemande sur son sol – Blut und Boden, Sang et Sol – se délite. La supériorité matérielle, qui pèse du côté américain, ne suffit pas pour traverser le pays d’Hitler en sifflant Dixie. Les poches de résistance sont nombreuses, dissimulées, efficaces, et mortelles. Cinq ans de guerre non-stop ont aguerri les Allemands, qui sont devenus des spécialistes du combat tout terrain et toutes armes. La section de chars du sergent Wardaddy pénètre prudemment dans la campagne, sur des routes flanquées de bocages, talus et haies qui sentent le piège. Expérimenté et insensible, le sergent (Brad Pitt) reçoit une nouvelle recrue, incarnée par Logan Lerman, qui joue très bien l’humaniste un tantinet flippé.

 

 

La vie à bord du tank est correctement dépeinte : un char, c’est pas un salon de thé. Ça pue (le fuel), ça chauffe (le tube), ça fait un boucan du tonnerre (le moteur, les chenilles, les tirs, les impacts), et surtout, c’est un cercueil en puissance. Le moindre coup au but transforme la cage de métal en four, et les hommes en torches. Fury montre, sur les conseils de vétérans, comment fonctionne une section de chars. Le film de guerre nouvelle version se veut pédagogique, comme le préconisait Godard. Une section qui a pour mission de nettoyer le terrain pour permettre au gros de l’armée de progresser sans risquer de rencontrer un obus malencontreux. Le Sherman doit donc débusquer et détruire (« search and destroy ») les nids d’artillerie de plus ou moins gros calibre adverses. Souvent des canons antichar, ou des chars enterrés. L’essence manquant dans l’armée allemande, en cas de ligne de défense à tenir, de nombreux chars finiront ainsi, dans les granges, les taillis, les maisons. Fin peu glorieuse pour le symbole de la guerre mobile moderne. Le profane découvre la relation entre la tourelle, la conduite et le tir, les ajustements vitaux, la vitesse d’exécution, qui décident de la survie. La coordination, les réflexes, la domination de la peur. Car le char, même surarmé, est une cible permanente. Le film de David Ayer n’a aucune prétention morale, ni intellectuelle. Et encore moins de véracité historique. Mais quel film est vrai ?

Si à l’Est les Allemands résistent avec la dernière énergie aux avancées des Fronts biélorusse (Joukov et Rokossovski) et ukrainien (Koniev), à l’Ouest, on est très loin de l’extermination mutuelle. Le film profite des libertés qu’offre le cinéma pour imposer l’image d’une résistance farouche à l’envahisseur américain. On tombe sur la responsabilité du 7ème Art, qui se montre plus puissant que les livres d’Histoire pour imprimer des vérités dans les esprits les moins cultivés, les moins solides. Mais il y aura toujours des intoxiqués, des intoxiqueurs, des désintoxiqueurs et des désintoxiqués. Même en lisant les aventures d’un Lieutenant de chars (le livre d’August von Kageneck sur ses années Wehrmacht), qui peut se targuer d’approcher la réalité de ceux qui l’ont vécue ?

 

Stalingrad 1993, 2001, 2013

Attention, il y a eu plusieurs Stalingrad (et il y en aura d’autres), ce symbole éternel de la guerre moderne avec chars, avions et tout le bastringue… qui se transforme en combat à mains nues quasi préhistorique. La guerre au sol dans une ville. Le retour à l’âge de pierre, à l’âge du fer, celui de la pelle à tranchée en travers de la gueule de l’Autre.

 

 

Le premier Stalingrad occidental moderne sera celui de Joseph Vilsmaier, en 1993. Le choix du réalisateur allemand : fuir la macro-bataille pour zoomer sur une bande de Soldaten, sachant que les Allemands pouvaient partir (les Américains ont appliqué la même méthode pour le Viêt-Nam) entre copains d’une même ville, d’une même rue, histoire de solidifier les troupes avec de la vraie solidarité de terrain. Il y a bien sûr toujours un vétéran, un vieux revenu de tout, qui a survécu à toutes les batailles (nous sommes en plein hiver 1942-1943, le dernier pour la VIe Armée de Von Paulus), et qui regarde les jeunes comme des morts en puissance. Les soldats du rang n’y croient plus, mais se battent encore, plus trop pour l’Allemagne de Hitler, en laquelle ils ne croient plus (elle les a foutus dans une merde… blanche), mais pour leur survie immédiate, la prochaine heure, pas plus. Un lieutenant idéaliste (comprendre anti-hitlérien) tente désespérément de remotiver ses camarades, de remuer une hiérarchie intransigeante ; peine perdue. Le capitaine, sadique et fou, veille, réincarnation du Führer. N’oublions pas le nazi de service, qui abat des civils russes, femmes et enfants compris, et le communiste engagé malgré lui. Un petit condensé de l’Allemagne des années 30 placé dans le feu tragique de l’Histoire.

 

 

Là où Vilsmaier ajoute quelque chose, c’est sur la teneur réelle en nazisme de la Wehrmacht : ni ses chefs ni ses hommes de troupes n’étaient des nazis convaincus, ce qui ne les a pas empêchés de se battre avec une application impitoyable (même Claude Lanzmann jeune résistant ne peut s’empêcher d’admirer dans Le Lièvre de Patagonie l’organisation de combat allemande dans les maquis français, quand l’occupant est pris par surprise sous le feu des partisans), directement ou indirectement, pour le Führer. Idem dans le camp d’en face : les Russes qui défendaient Stalingrad défendaient leur peau, leur rue, leur ville (pour ceux qui en étaient originaires), et, de manière plus diffuse, Staline et son régime de fer. La guerre d’en bas n’est jamais la guerre d’en haut.

 

 

Transition toute trouvée pour passer au Stalingrad – Enemy at the gates – de Jean-Jacques Annaud, qui a le mérite de montrer Krouchtchev en commissaire politique, qui prend en charge le moral des troupes, et qui comprend qu’il faut faire appel au bon vieux patriotisme russe, jusque-là interdit par la propagande soviétique, dans un esprit supranational. Le patriotisme sauvera la Sainte Russie, et par ricochet les républiques de l’URSS. L’amour pas forcément viscéral du fantassin soviétique des armées frontalières envers le régime communiste basé à Moscou a entre autres expliqué la débandade des premiers jours, des millions d’hommes se laissant enfoncer par les blindés de l’opération Barbarossa. Une attitude en partie à l’origine de l’impitoyable vengeance de Staline contre ces mêmes soldats… Se rendre par divisions entières, c’était donner l’Union Soviétique aux fascistes allemands. Biélorusses et Ukrainiens le paieront plus tard…

Mais ce serait faire injure aux millions d’hommes qui ont laissé leur peau lors de l’attaque allemande. Soljenitsyne, en tant qu’officier d’artillerie, raconte le premier choc, terrible, devant une armée matériellement et tactiquement supérieure. Les cinq semaines que prendra la reconquête de la Grèce par les Allemands (les Italiens ayant raté leur coup) suffiront à retarder l’invasion de l’URSS, et probablement à empêcher une victoire définitive, calculée sur huit semaines par l’état-major. L’avancée germanique sera stoppée par l’hiver russe, qui ne doit pas faire oublier la résistance acharnée des défenseurs de Moscou. On connaît la suite.

 

 

Et donc, le Stalingrad d’Annaud ? Mal perçu à sa sortie, et du côté allemand, et du côté russe. Trop romantique, trop stylisé, on lui reprochera son histoire d’amour jugée déplacée entre le héros Zaitsev et la jeune… juive – concession d’Annaud à Hollywood ? – puis le portrait de l’ambitieux commissaire politique Danilov… un juif qui manipule le naïf berger de l’Oural, fabriquant un héros grâce à la presse (qu’il dirige !), tout en se tenant bien éloigné du dangereux front… Un cliché qui déplaira forcément à Hollywood.

Pas de love story chez Vilsmaier, à part une scène de viol avortée, mais la noirceur désespérante de son Stalingrad est contrebalancée par l’affection indéfectible que les survivants de l’enfer rouge se portent, une fraternité jaillie du fond du merdier. Il lui sera reproché de faire pleurer dans les chaumières sur une armée allemande en déroute, blessée, en proie au doute… Humaine, quoi. Conclusion : les Allemands n’ont pas encore le droit de produire des films historiques nettoyés des jugements de valeur dominants. Cela viendra.

 

 

Après la version franco-américaine, et la version allemande, il manquait la version russe. Chose faite en 2013 avec le Bondarchuk. Un feu d’artifice de cris, un bombardement de couleurs en 3D. Un ballet de corps-à-corps au ralenti, avec des relents de kung-fu… Un délire total, qui ne sera pas retenu pour l’Oscar du Meilleur film étranger. Un aller-retour entre les conflits quotidiens d’une société russe en miniature, (sur)vivant dans un immeuble à moitié crevé, et des combats d’anéantissement. On sent la grosse production poutinienne derrière, la réhabilitation de la puissance russe, qui ne se perd pas en conjectures diplomatiques et que l’on voit aujourd’hui à l’œuvre en Syrie. Les milliers de combattants du Front al-Nosra qui détalent comme des lapins peuvent en témoigner.

 

 

Nous avons volontairement écarté Apocalypse Now, un « acid movie » qui a été (psych)analysé jusqu’à l’os, et le premier Rambo, un film social sur le déclassement et la relation père/fils dans une société en mutation. Au fond, diront les pacifistes, tous les films de guerre sont à vomir, parce qu’ils justifient, avec plus ou moins de talent, le meurtre intra-humain. Le film de guerre « pacifique » ou antiguerre (le Kubrick des Sentiers de la gloire porte sur l’impossibilité logique d’une justice dans la hiérarchie humaine) n’existe pas encore : personne dans ce genre n’a les moyens de se priver de la fascinante violence cinématographique, qu’elle soit crue, exaltée, absurde ou glauque.

 

 

Cependant, le personnage du lâche dans Saving Private Ryan, arrive à transmettre en creux l’infinie dureté d’un combat à mort, d’un combat perdu : celui du camarade juif (on est chez Spielberg, ne l’oublions pas) poignardé en douceur, pendant que le lâche, paralysé par la peur, le laisse mourir au lieu de voler à son secours. Cas de conscience éprouvant, qui fait entrer le spectateur dans la bataille par son côté le moins glorieux…

 

 

Spielberg propose avec maestria au spectateur le miroir de sa propre lâcheté. D’autres verront dans cette scène forte la symbolique de la passivité ou de l’indifférence européenne devant le massacre des juifs... Le héros, incarné par Tom Hanks, un instituteur du pays profond transfiguré en chef valeureux, a la main qui tremble (comme celle de Valls, sauf que Valls n’est pas vraiment prêt à mourir pour son pays, sans qu’on sache s’il s’agit d’Israël ou de la France). C’est pourtant le lâche qui survit, abattant à la fin le prisonnier allemand « tueur de juif » qui le traitait logiquement de lâche. Les héros morts, le lâche peut gagner la guerre.

 

Le cinéma avait donc, à l’origine, pour mission de rendre la guerre esthétique, pour la justifier. Puis,après le choc du Viêt Nam, il a montré une guerre moins belle, et moins juste.

La première période (en gros un demi-siècle) du cinéma de guerre est carrément propagandiste. Elle atteint son apogée avec The Green berets (1968) et l’emblématique John Wayne, la star préférée de Staline – Mao, lui, sera fou de Bruce Lee, revanche spirituelle de l’Asie sur l’Occident. Le genre vire critique – à l’image de toute la société – à partir des années 1970, remettant en cause les codes fatigués et le concept de « victoire » avec (Apocalypse now en 1979, Platoon en 1986, Full Metal jacket en 1987), et Casualties of war en 1989. Sans abandonner complètement une propagande sous-jacente, ce cinéma devient réaliste dans les années 2000 – on pense à l’épique Black Hawk Down en 2001 (photo ci-dessous) ou au grandiose Kingdom of Heaven en 2005, tous deux réalisés par l’incontournable Ridley Scott, et enfin esthétique : le lyrisme patriotique outrancier du Stalingrad de Bondarchuk en 2013, la lumière des chars US qui déchire la grisaille nazie de Fury en 2014, les tableaux surnaturels de 300.

 

 

Chaque époque s’opposant nécessairement, fils contre le père, à la précédente. Les réalisateurs, eux, oscillent entre « message » et « pas de message ». Mais « pas de message », c’est encore un message. Dans City of Life and death (2009), Chuan Lu narre de manière documentaire – en éliminant tout dialogue – le massacre de Nankin, commis en 1937 par les troupes japonaises : entre 200 000 et 300 000 morts en six semaines. Pas de lyrisme (peut-être une goutte de Malick), pas d’esthétisme (à part cette petite concession au noir et blanc), pas de construction scénaristique classique (exposition/développement/résolution), tout est balayé. Le message qui passe : le choc trop humain entre innocence et cruauté, et l’incompréhension qui en résulte.

 

 

Depuis les années 1970, le film de guerre a grandi, il est devenu adulte. Plus crédible, mais plus retors aussi. On en veut pour preuve ce petit « doute du vainqueur » que les Américains injectent dans leurs œuvres pour « conscientiser » et contrebalancer leur impérialisme guerrier, bien réel celui-là, et autrement destructeur. Un pays qui tue des gens mais qui perd ses guerres, depuis 1945.

Avant tout, dans l’esprit des habitants de la terre, pour que fonctionne l’illusion impériale, il s’agit de poser l’Amérique comme camp du Bien, à l’aide des images. Et parce qu’une propagande trop primaire se retourne contre elle-même, le pouvoir de séduction magnétique dont dispose le cinéma par son impact sur l’inconscient est passé à un stade second (mais pas secondaire), celui du réalisme critique. Qui donne une responsabilité morale en plus au camp du Bien. Qui est toujours le même, notez bien, la critique n’allant pas jusqu’à l’inversion des valeurs. Auto-absolution pratique...
Ainsi, les trois couches de son évolution se retrouvent dans le film de guerre contemporain : un fond de propagande (correspondant à l’instinct), une couche de réalisme (la mémoire), et la dernière touche d’esprit critique (la conscience). Les épaisseurs respectives de ces trois strates géologiques variant selon les objectifs commerciaux de la production et les « besoins » politiques du moment.

 

 

Au fond, le cinéma (hollywoodien) n’aura servi qu’à montrer la force et justifier la violence de l’Amérique (toujours pas de film sur les bombardements démentiels en Irak, et leurs 700 000 à 1 500 000 de victimes civiles depuis 2003), quand le reste du monde relatait les grandes batailles ou les atrocités du passé, en s’interrogeant sur la nature humaine. Le questionnement philosophique sur le Bien et le Mal ici devient un calcul là-bas, et une justification du bien (américain) contre le mal (étranger). Hollywood serait-il le département Communication de l’US Army ?

 

Quelques chiffres

Le cinéma américain, c’est 500 films par an, pour un budget global de 35 milliards de dollars, soit 70M$ de moyenne par production. C’est aussi un secteur juteux à l’exportation (les blockbusters), qui écrase les productions nationales (80% des films qui sortent en Allemagne sont américains, 87% en Australie et en Espagne), à l’image du riz de « l’aide US » qui finit par supplanter les petites cultures locales en Afrique. On peut ainsi s’amuser à calculer le taux d’indépendance culturel d’un pays par rapport à la domination étasunienne : il est de 50% pour la France.
L’ingéniosité du dispositif américano-hollywoodien (économies d’échelle à tous les niveaux) consiste à savoir vendre, et vendre cher, sa propre propagande aux autres pays. Nous achetons donc de la publicité POUR l’Amérique. Et on ne parle même pas des séries télé, la nouvelle force de frappe de l’Empire en matière « culturelle ». Nous y reviendrons dans un deuxième volet.

Hollywood, ou la traduction culturelle de la politique impériale, voir sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1343753
    le 12/12/2015 par Zarathousthra
    Le nouveau film de guerre

    Jamais on se demande dans tout ces films pourquoi ces bonhommes sont là à s’entre-tuer en premier lieu. Parfois le héros se gratte la tête en se disant qu’il y a un truc qui cloche mais les mots ne viennent pas ou alors ça ne veut rien dire. On est alors tenu de considérer ce moment de flagrante faiblesse intellectuelle comme un trait de génie.


  • #1343773
    le 12/12/2015 par zarduck
    Le nouveau film de guerre

    Bon article
    Mais comment oublier "Idi i smotri" ?
    ("Come and see" en anglais)


  • #1343774
    le 12/12/2015 par Trontit
    Le nouveau film de guerre

    Concernant les trois cents Grecs aux Thermopyles ils etaient en effet 7000 milles, mais le roi Leonidas qui commandait la cohalition pan-Hellenique leur ordonna de partir vers le sud pour defendre Athenes et le Peloponnese. Donc resterent en effet 300 Spartiates et quelques centaines de Thebains et de Thespiens. Ces derniers ne se battirent toutefois pas car ils etaient de l’autre cote de la passe et furent ensuite epargnes par Xerxes...et se sont donc bien les 300 Spartiates qui ont heroiquement combattu seuls les hordes Perses...pour l’histoire, plus tard c’est Athanassios Diakos (1788-1821) qui resista heroiquement contre 8000 Turcs dans cette meme passe des Thermopyles, avec...48 hommes...

     

    • #1343872
      le 12/12/2015 par gaby911targa
      Le nouveau film de guerre

      Sauf que 300 n’est pas l’adaptation cinématographique d’une épopée mythologique, mais l’adaptation cinématographique d’un comic book, lui même inspiré d’épisodes et de personnages mythologiques.
      Qui plus est, on peut critiquer le contenu, les couleurs etc... Mais le film est fidèle pour ainsi dire à la planche près au Comic, qui soit dit en passant est considéré par les amateurs et les spécialistes du genre comme une pièce majeure (écrit et dessiné par Frank Miller notamment auteur de la série Dark Knight, Sin city, certains Dardevil) Après, j’entends qu’il faille être sensibilisé à ce genre artistique pour porter un jugement.


    • #1343981
      le 12/12/2015 par leonne
      Le nouveau film de guerre

      Exact, d’autant que justement et c’est la clé de cette incroyable résistance de 300 contre des milliers, le nombre ne servait a rien aux Thermopyles, la passe étant très étroite, bien d’avantage a l’époque qu’aujourd’hui d’ailleurs !

      De plus on ne peut pas vraiment parler de sacrifice des Spartiates, en tous cas pas au sens ou nous le comprenons aujourd’hui. La culture spartiates et l’éducation des guerriers depuis l’age de 7 ans en faisait des hommes (et des combattants)absolument hors du commun. Leurs psychologie nous echappe necessairement mais il est clair que pour eux il n’y avait pas de plus grand honneur que de mourir a la guerre, d’autant qu’en fait ils la faisaient rarement mais c’est une autre histoire.


    • #1344017
      le 12/12/2015 par Abdu
      Le nouveau film de guerre

      Grec ou Perse ? Quelle différence ? - - Illustration du combat entre la civilisation et la barbarie orientale dixit Hollywood et la Maison Blanche... Encore un peu, et ils diront que Zarathoustra et la philosophie sont nés en Belgique !


    • #1344144
      le 13/12/2015 par Trontit
      Le nouveau film de guerre

      Quelle difference ?

      Sans les Spartiates qui ont defendu la Grece, et si ils avaient en effet perdu, il n’y aurait pas eu l’essort de la Democratie Athenienne et probablement pas la Belgique...

      les Perses on une maginfique Civilisation mais malheureusement pas le demos, ca c’est Hellene. Ca a change dailleurs en Perse apres la venue d’Alexandre le Grand que les Musulmans appelent Al Kharnein, ou Zoul Kharnein puis avec son successeur Seleucos


    • #1344255
      le 13/12/2015 par matrix le gaulois
      Le nouveau film de guerre

      Ce qui n’a pas été relevé dans ce pourtant excellent article (dommage que vous ne parliez pas de Valse avec Bachir, Capitaine Conan, Dien Bien Phû et Requiem pour un massacre ou le traitement de la guerre dans les films français) c’est que le parti-pris non-réaliste de la bataille des Thermopyles avec ses couleurs sépias, ses perses monstrueux et ses spartiates nus comme des dieux grecs (enfin, en slip parce que...les USA, ça reste les USA) était peut-être intentionnel. Si vous lisez le comic-book : il y a un décalage entre la réalité, l’instant présent, celui au cours duquel le narrateur, le borgne qui a survécu à la bataille des thermopyles, et l’histoire romancée par ce dernier, la bataille en elle-même, coupée hors du temps avec cette lutte entre un Léonidas déifié et un Xerxès démonisé en une forme de Pinehead sans clous sur le visage mais bardé de bijoux dorés. Pour moi, la force cachée de la bd 300, presque réincarnée dans le film, presque, est cette allusion au principe même de propagande. La bataille telle que contée au lecteur est une invention en vue de fanatiser l’ensemble des grecs contre la menace d’invasion perse. Léonidas est montré comme mourrant héroïquement sous les traits perses, dans la réalité il a été capturé par les perses empalé à l’entrée des Thermopyles...une mort quand-même bien moins glorieuse. Cette bd est une excellente œuvre sur le principe de transformation du passé pour les besoins du présent.

      Le film a hélas perdu cet aspect, mélangeant temps présent et temps passé, brouillant ainsi la limite entre réalité transformée et réalité pure et était produit à une époque où l’Amérique Bushienne ressortait humiliée d’une guerre en Irak où le seul bénéficiaire sera au final l’Iran. Mais il avait lui-même de grandes qualités : petit budget, techniques graphiques pour transformer chaque image en tableau baroque, une interprétation assez correcte de Gerard Butler relativement juste, une musique pompée sur le Titus de Julie Taymor...mais bien réutilisée malgré tout. Un des derniers bons films des années 2000 avec Gran Torino avant l’avalanche de m*rde politiquement correcte d’une amérique des années 2010 pensant avoir rachetée sa virginité en élisant un Obama pape d’une idéologie sociétale-totalitaire dont Valls n’est qu’un pâle (pas de jeu de mot raciste) imitateur.

      Enfin, préférez ce 300 à sa suite, rise of an empire...un m*rde sans nom comme la plupart des films des années 2010 (pour ne pas dire tous).


  • #1343800
    le 12/12/2015 par dav
    Le nouveau film de guerre

    vraiment pas mon genre de cinema préféré...la meilleure guerre...la guerre des toiles aha !


  • #1343801
    le 12/12/2015 par Titus
    Le nouveau film de guerre

    Dommage que les films de guerre patriotique russes ne soient pas revus dans l’article. Je pense à Zvezda de Nicolaï Lebedev avec Igor Petrenko, ou à Brestkaya krepost, sans parler du magnifique Le prisonnier du Caucase de Sergueï Bodrov avec Sergueï Bodrov Jr, ou du grandiose L’Amiral d’Andreï Kravchuk.


  • #1343819
    le 12/12/2015 par Cincinnatus
    Le nouveau film de guerre

    Pour résumé, le film de guerre made in Hollywood était un peu con et reste toujours un peu con. Seule différence notable (c’est le cas de le dire) plus d’hémoglobine et de réalisme, tout en restant un outil de propagande de l’empire (Hollywood qui tapine pour l’empire) .
    Ou plus crûment, le film de Guerre est fait par des vieux Enc.lés pour des jeunes cons préférablement en bonne forme physique (excusez les termes mais autant appeler un chat un chat) plutôt évident non ?
    Dans ce cas précis, on revient encore et toujours à la définition de la Guerre par Von Clausewitz. Malgré ce maelstrom de propagande et de connerie ambiante réel/onirique/ héroïque mes fesses sur la commode de grand maman (pardon Mémé) il y a fort heureusement eu des Flimsses (ce n’est pas une faute de frappe) de guerre hors Hollywood (cette grande machine à laver les cerveaux) et avant 1987 qui méritent d’êtres vus.

    Paths of Glory (1957) de Stanley Kubrick.
    La grande guerra (1959) de Mario Monicelli.
    Uomini contro (1970) de Francesco Rosi.

    Cross of Iron (1977) de Sam Peckinpah.

    Das Boot (1981) de Wolfgang Petersen.

    Salutations Amicales et que la paix soit sur nous tous

     

    • #1343908
      le 12/12/2015 par Yuri G.
      Le nouveau film de guerre

      Parfait.
      J’ajoute "Requiem pour un Massacre", qui est à mes yeux le meilleur film de guerre de tous les temps.


    • #1344353
      le 13/12/2015 par Scutigere
      Le nouveau film de guerre

      "Johnny got his gun"... pas triste non plus par le black listé Dalton Trumbo...


    • #1344429
      le 13/12/2015 par matrix le gaulois
      Le nouveau film de guerre

      Valse avec Bachir est moins un film (d’animation) qu’un documentaire mais il reste très intéressant et semblait, en parlant de la guerre du Liban de 82 faire échos d’une certaine façon à l’échec israélien au Liban en 2006.


  • #1343829
    le 12/12/2015 par Pierre Lagaillarde & son orchestre
    Le nouveau film de guerre

    Mouais...

    pas un mot sur Pierre Schoendoerffer qui est monsieur film de guerre en France avec son mythique "La 317e Section" qui a inspiré "La section anderson" et "Apocalypse now redux" !!

    Pas un mot sur "Bombardement d’une maison" adaptation par Méliès du célèbre tableau "Les dernières cartouches" de Neuville le premier film de guerre de l’histoire.

    Pas un mot non plus sur le film de guerre de propagande PCI/FLN "la bataille d’Alger"...

    Bref y a du boulot camarades ! Laissez un peu tomber Hollywood et le Vietnam et interessez-vous aux classiques français !

     

    • #1344299
      le 13/12/2015 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Le nouveau film de guerre

      Il n’aura probablement pas échappé à ton oeil de lynx qu’il n’y a pas non plus "La Guerre des boutons", de 1962 !

      Pourtant repris en 2011 par Yann Samuell avec le génial Éric Elmosnino !

      (Titre de l’article : "Le nouveau film de guerre".)


  • #1343864
    le 12/12/2015 par Maurice Gendre
    Le nouveau film de guerre

    Qu’on me pardonne si ma lecture a été trop rapide mais il me semble que Kippour de Gitaï et Lebanon de Samuel Maoz ont été omis.
    Injustice réparée. Deux bijoux.
    On peut reprocher énormément de choses aux Israéliens mais certainement pas la qualité d’une partie de leur cinéma qui mérite le respect.


  • #1343880
    le 12/12/2015 par Simone Choule
    Le nouveau film de guerre

    Bon article, ces films reflètent en effet plus leur époque et leurs commanditaires que leur sujet eux-mêmes.
    Afin de compléter cette liste je propose d’aller voir : "Croix de Fer" de Sam Peckinpah, "Requiem pour un Massacre" d’Elem Klimov, "The Big Red One" de Samuel Fuller et "Cheval de Guerre" de Spielberg qui a tout de la fable mais qui contient beaucoup de bonnes choses sur le changement de paradigme que fut la première guerre mondiale.


  • #1343889
    le 12/12/2015 par Chuchemimb
    Le nouveau film de guerre

    "N’avez vous jamais envisagé ce que pouvait être une liberté réelle ? Se dégager de l’opinion d’autrui. Et même de sa propre opinion..." Colonel Kurtz, Apocalypse Now.


  • #1343904
    le 12/12/2015 par Vince55
    Le nouveau film de guerre

    Etant grand amateur de film de guerre je trouve que c’est un très bon article.

    Pour en revenir a Hamburger Hill l’objectif était la colline mais surtout de pratiquer le see search et destroy.

    Pour Fury,(étant plutot puriste en lisant beaucoup de magazines, livres, et témoignages de guerre) les canons antichars allemands qui loupent leur tir a 3, 400 mètres c’est juste marrant.En revanche pour l’ambiance,la bande son,les décors et les uniformes c’est le top mais les engagements de combats sont complètement ratés.
    Il y’a eu pas mal de résistance allemande meme a l’ouest en 1945.Par exemple il ffaut toute une division et 3 jours pour prendre Aschaffenburg près de Mannheim.
    J’ai toujours réver d’un film ou d’une série relatant la vie d’un équipage de Panzer. De l’as Kurt Knispel par exemple.As méconnu qui a pourtant "envoyé a la casse" plus de chars que Wittmann.Ne se considérant pas Nazi.Jamais rasé.Et a meme contesté et frappé un soldat SS qui tabassé a mort un prisonnier Russe.Il a meme jeter sa croix de fer qu’il avait reçu pour ses faits d’armes.
    M’enfin pour moi on ne peut pas mettre tout le monde dans le meme sac.C’est la guerre et tu est mobilisé pour ton pays.Que tu soit nazi,plus ou moins convaincu ou pas tu n’as pas le choix il faut y aller.


  • #1343956
    le 12/12/2015 par Mrpersonne
    Le nouveau film de guerre

    Perso, je trouve que les films de guerre de Kubrick sont des chefs d’oeuvres de pacifisme : à la fois violence crue et satire de l’absurdité de la guerre.
    Mais bien sur, il est impossible de passer à côté de films spectaculaires comme Apocalypse Now, Requiem pour un massacre ou la ligne rouge.
    excellent article


  • #1344005
    le 12/12/2015 par Godwin
    Le nouveau film de guerre

    « toujours pas de film sur les bombardements démentiels en Irak, et leurs 700 000 à 1 500 000 de victimes civiles depuis 2003 »

    Avant encore, n’oublions pas la guerre du Golfe, et la moins connue opération Desert Fox sous Bill Clinton en 1998 qui a consisté, déjà, à bombarder l’Irak.

     

    • #1344122
      le 13/12/2015 par NSX
      Le nouveau film de guerre

      Je me rappelle d’une scène dans Jarhead où on voit des soldats découvrir des colonnes de véhicules carbonisés avec des civils en cendre à l’intérieur, ça laisse penser qu’il s’agit du bombardement de la route de Bassora en 1991 quand l’aviation US a voulu couper la retraite de l’armée irakienne en déroute et a tué en majorité des civils


  • #1344015
    le 12/12/2015 par Danguis
    Le nouveau film de guerre

    Et celui là, rare film sur l Afghanistan




    La Bête de guerre (titre original en anglais : The Beast) est un film américain réalisé par Kevin Reynolds, sorti en 1988, d’après la pièce de théâtre Nanawatai (ننواتی , signifiant droit d’asile ou sanctuaire en pachto) de William Mastrosimone, sur le thème de la guerre d’Afghanistan de 1979 à 1989.

    En 1981, au cours de la guerre d’Afghanistan opposant l’armée rouge d’URSS et les Moudjahiddins de la résistance afghane, un équipage soviétique de char de combat T-55 mené par un commandant tyrannique et paranoïaque s’égare dans le désert Afghan. Il est pris en chasse par des Afghans équipés d’un lance-roquettes RPG-7 qui mettent tout en œuvre pour venger les civils tués lors de l’opération de destruction de villages perpétrée par l’escadron de chars soviétiques (en ouverture du film).

    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_B%...


     

    • #1344117
      le 13/12/2015 par NSX
      Le nouveau film de guerre

      Très bon film (peut être le meilleur) sur les chars, mais belle propagande aussi. Le mythe des freedom fighters afghans avec un armement archaïque qui combattent des Russes cruels et barbares, il y avait déjà Rambo III pour ça. Hollywood soutient ainsi le gouvernement US qui voulait faire passer l’Afghanistan pour le Vietnam soviétique, mais dans les faits l’Armée rouge s’est retirée invaincue de là bas avec de faibles pertes et sans avoir perdu de bataille majeure... peut être qu’elle y serait encore ou que l’Afghanistan serait rentré dans le XXe siècle s’il n’y avait pas eu Gorbatchev entre temps. J’aimerai bien un film qui nous montre que la CIA était en Afghanistan bien avant le GRU ou le KGB.


  • #1344023
    le 12/12/2015 par ras
    Le nouveau film de guerre

    personne ne parle des films plus anciens ?

    "TORA TORA TORA", "quand les aigles attaquent" etc...

     

    • #1344293
      le 13/12/2015 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Le nouveau film de guerre

      C’est précisément ce qui ouvre et motive les hostilités ! ...enfin, l’article :

      "Avant, le film de guerre était un peu con : il y avait les gagnants, et les méchants. Après un demi-siècle saturé de morale binaire, un tournant critique s’opère."


  • #1344047
    le 12/12/2015 par karel
    Le nouveau film de guerre

    Il y a un film des années 80 que j’avais trouvé franchement sympathique, quoique Holywoodien, avec des afghans résistant aux sovietiques (ouais évidemment, à l’époque, ils armaient les Talibans, que voulez vous, c’était les "rebelles modérés" de l’époque) ... C’est la bête de guerre. J’ai franchement aimé le coté très franchement réaliste du film, qui fait que, comme c’est la guerre, certes il se passe des choses plutot tragiques (Massacres de civils, des combattants qui se font défoncer dans des manières plutot sales, des femmes qui se font gazer alors qu’elle lancent des pierres sur des tanks...) mais que tout se passe pour des raisons completement connes, qui sont au final des situations franchement fréquentes : l’équipage russe d’un t-54 qui enchaine les incidents techniques et qui se retrouve à faire des incidents de tir alors qu’ils sont surs de se debarasser de l’enemi, oui qui empoisonnent les puits dans lesquels leurs potes vont boire, ou les résistants afghans qui se retrouvent à essayer de comprendre le fonctonemment d’un lance roquette pendant une attaque et se mettent à tirer par erreur, ou qui oublient les munitions... Ils les font toutes, des deux cotés, et le film arrive quand même a rester complètement sérieux. Une bonne guerre à la con.

     

    • #1344054
      le 12/12/2015 par Titus
      Le nouveau film de guerre

      La bête de guerre, bon film malgré un traitement à l’américaine. "Le prisonnier du Caucase", film russe sur la même guerre, montre des rapports à la fois plus réalistes et plus complexes entre deux soldats russes prisonniers et la population afghane. Je préfère le traitement russe à celui, plus manichéens, des américains.


  • #1344114
    le 13/12/2015 par The Shoavengers
    Le nouveau film de guerre

    Un point non évoqué : la guerre filmée par des gens qui ne l’ont jamais vécu (sauf Oliver Stone je crois).
    On reste dans le divertissement, la guerre est un sujet exploité comme un autre. Tout scénario (c’est-à-dire 100%) est basé sur un conflit à plus ou moins grand échelle, seul moteur narratif pour attirer les spectateurs.
    Les scènes de Méliès et des frères Lumière, simples expositions dénuées de ressorts dramatiques étant la démonstration que le seul type de cinéma viable pour l’époque moderne est celui inventé à Hollywood pour justifier la nature de son pays géniteur.


  • #1344211
    le 13/12/2015 par Sentenz@
    Le nouveau film de guerre

    Ce qui est flagrant depuis une quinzaine d’années dans les films de guerre américains c’est la justification de la guerre et de leurs interventions.
    A l’époque, dans les films sur la guerre du Vietnam par exemple, les soldats sont au bout du rouleau, à la frontière de la folie, on hésitait pas à montrer des assassins (’Apocalypse Now’, ’Outrages’ ou l’exemple de Barnes dans ’Platoon’) le message était plutôt :’Qu’est-ce qu’on fout là ?’, ’Notre jeunesse meurt’, ’Regardez l’horreur de la guerre et ses conséquences’, etc...

    Aujourd’hui la propagande marche à plein régime, les soldats sont tous fiers du devoir accompli et de partir au combat au nom de la liberté, et mon cul sur la commode (’American Sniper’, ’Jarhead’, ’Du sang et des larmes’, ’Le Royaume’, etc...), de gros messages patriotiques, une justification sans compromis des interventions américaines et bien-sûr cela depuis le 11 septembre...
    Je tiens à rappeler aux amnésiques qu’à Hollywood les français étaient traités comme des pestiférés après le refus de la France d’intervenir en Irak, les méchants ou les connards dans les films devenaient français quand ils étaient allemands, chinois ou russes par le passé.
    Sans parler du boycott de nos produits dans le même temps, ’vous êtes avec nous ou contre nous’, voilà tout l’esprit de l’oncle Sam quand vous ne vous soumettez pas à sa politique.

     

    • #1344227
      le 13/12/2015 par eric esot
      Le nouveau film de guerre

      il va de soit que même (et surtout) les meilleurs parmi ces film ont pour objet d’envoyer des signes (à répétition) pour qu’ils soient intégrés dans les systèmes cognitifs des amateurs suivant un processus bien connu aujourd’hui.


    • #1344311
      le 13/12/2015 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Le nouveau film de guerre

      Le Vietnam est traité aussi dans "Génération sacrifiée" ou "Les billets verts" au Québec (Dead Presidents), film américain des frères Hughes sorti en 1995.

      Là, les jeunes Afro-Américains qui reviennent, continuent pour partie le conflit, à leur "profit", mais dans le cadre urbain des grandes métropoles américaines.
      Ce serait un film totalement pessimiste, s’il ne balayait pas plusieurs décennies de Musique afro-américaine à travers sa superbe bande son.

      Le titre québécois, en soi, "Les billets verts" comparé à "Les Bérets Verts"...


    • #1344836
      le 14/12/2015 par alcalino terreux
      Le nouveau film de guerre

      Diiférence de taille entre "platoon" (viet nâm) et "Jarhead" (guerre du golfe) : dans le premier les types sont dans le feu de l’action, dans le second ils passent leur temps à se préparer à la guerre sans quasiment jamais la faire. Révélateur !


  • #1344235
    le 13/12/2015 par goran
    Le nouveau film de guerre

    J’avais bien aimé "De l’or pour les braves" avec Eastwood et Sutherland en conducteur de char, un film de la période 1970-75, mais qu’on ne voit plus guère sur les petits écrans...


  • #1344298
    le 13/12/2015 par lakotah
    Le nouveau film de guerre

    C’est un peu réducteur de qualifier les anciens films de guerre de binaires et cons. Je pense à certains qui privilégient la psychologie à l’action :
    - La canonnière du Yang-Tsé
    - Le bal des maudits
    - Tant qu’il y aura des hommes
    - Les plus belles années de notre vie
    - Le temps d’aimer et le temps de mourir
    En plus récent, il y a aussi :
    - Croix de fer
    - Das Boot
    - Voyage au bout de l’enfer.
    Je suis plus mitigé pour Fury où Brad Pitt reprend à peu près le même rôle que dans Inglourious Basterds. L’Allemand est quasiment le même que celui des jeux vidéo, juste bon à être une cible. La jeune fille allemande est une demi fille de joie juste bonne à faire prendre du bon temps au guerrier américain. David Ayer était déjà scénariste de U571 qui était dans la même veine. La scène du début où les sous-mariniers allemands fusillent des civils. Discutable, surtout si on a lu Les loups de l’amiral de Jean Noli. On est pas loin de l’anti-germanisme. Pour la subtilité on repassera.
    C’est le même type d’allemand que l’on retrouve dans Saving private Ryan. Quand il n’est pas réduit au rôle de cible, c’est un homme violent, immoral et prêt à trahir ses bienfaiteurs. Il faut toutefois reconnaître que Tom Hanks est excellent dans ce film dans un rôle très intéressant.
    On aurait pu parler des vieux films français tels que :
    - Les croix de bois
    - La Bandera
    On ne peut pas tous les citer


  • #1344315
    le 13/12/2015 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Le nouveau film de guerre

    La réalisatrice Kathryn Bigelow est une excellente recrue de la Propagande U.S.

    À l’issue de "Démineurs" (2008), j’avais pas fini ma bière que je voulais déserter mon canapé pour m’engager !

    Même pas le temps de voir "Zero dark Thirty" (2012), consacré à la traque d’Osama bin Laden !


  • #1344586
    le 13/12/2015 par Jean Doute
    Le nouveau film de guerre

    Les meilleurs films de guerre sont Skammen (La Honte) d’Ingmar Bergman, Furyo de Nagisa Oshima, La Vache et le Prisonnier d’Henri Verneuil, Lawrence d’Arabie et Le Pont de la Rivière Kwaï de David Lean.


  • #1344665
    le 13/12/2015 par Niko
    Le nouveau film de guerre

    Pas un mot curieusement sur "Come and see" intitulé bètement en Français
    "Requiem pour un massacre".
    Film Russe de Elem Klimov (1985) a voir absolument, entre rève (premiére partie) et cauchemard dans la seconde partie, vu a travers les yeux d’un adolescent l’horreur d’une guerre sans visage, difficile d’en sortir indemne aprés la premiére vision.


  • #1344894
    le 14/12/2015 par ohaitieaqui
    Le nouveau film de guerre

    la 317ᵉ Section de Pierre Schoendoerffer, sorti en 1965, adapté de son propre roman personne ne le cite, c’est pourtant sans moyens un film formidable, un document.
    Sinon Platoon et la Ligne Rouge, Apocalypse now, version longue, même si c’est pas réellement un film de guerre ou alors sous influence psychédélique.


  • #1345405
    le 14/12/2015 par AlexleRomain
    Le nouveau film de guerre

    Pourquoi ne pas évoquer "A l’ouest rien de nouveau" (1930) de Lewis Milestone.

    Un film terriblement réaliste pour l’époque qui narre le récit d’une section de jeune recrues allemandes durant la guerre 14-18, et nous montre non seulement la peur et la désillusion de jeunes soldats entraînés dans une guerre absurde faite au profit d’une petite élite dirigeante, mais aussi le sens du devoir et la valeur de cette jeunesse prête au sacrifice ultime (non pas pour cette petite élite) par amour pour ses compagnons d’arme, sa famille et sa patrie.

    L’un des meilleurs films de guerre de mon point de vue, avec dans la même veine, Das Boot, Full Metal Jacket, Platoon, "Né un 4 juillet" et Apocalypse Now.


  • #1346187
    le 15/12/2015 par Gerard John Schaefer
    Le nouveau film de guerre

    Rolala, la bourde ! on a tous oublié celui qui va au-delà même de l’article !

    Starship Troopers (1997), de Paul Verhoeven !

    ’mériterait un article à lui tout seul.
    À l’époque, pour la Presse "française", c’était Alerta antifascista ! lol


  • #1351578
    le 22/12/2015 par Elodie
    Le nouveau film de guerre

    J’ai constaté un élément important du cinéma hollywoodien de ces dernières années, et ça vaut aussi pour les séries américaines : la propension à l’auto-destruction. En effet, vous verrez que les films dans lesquels les villes américaines voire le pays lui-même sont réduits en cendres sont de plus en plus nombreux. Bien entendu, ça se termine toujours avec un gars qui s’exprime sur fond de bannière étoilée en disant qu’il faudra rebâtir, mais tout de même ...

     

  • #1358319
    le 31/12/2015 par laurent
    Le nouveau film de guerre

    On peut ainsi s’amuser à calculer le taux d’indépendance culturel d’un pays par rapport à la domination étasunienne : il est de 50% pour la France.

    Quelle est ce calcul et comment vous trouvez ce chiffre SVP


Commentaires suivants