Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le premier sommet Israël-Afrique au Togo initiera-t-il un rapprochement ?

L’État hébreu à la recherche de reconnaissance (et de sécurité)

Le premier sommet Israël-Afrique a été annoncé pour octobre 2017 au Togo. Il marque l’intérêt croissant, économique et diplomatique, de l’un des partenaires « non traditionnels » et des plus discrets du continent. Ce sommet va permettre à Faure Gnassingbé, le président togolais, d’attirer l’attention sur son pays, tout en renforçant la relation spéciale qui existe déjà entre Tel-Aviv et Lomé – comme avec d’autres pays tels que la Côte d’Ivoire, la RDC, le Cameroun et le Rwanda.

[...]

Israël confirme néanmoins son retour diplomatique sur la scène africaine, commencé en 2009 avec la première grande tournée africaine (Éthiopie, Kenya, Ouganda, Nigeria et Ghana) du ministre des Affaires étrangères Avidgor Lieberman. Un exercice de rapprochement répété en 2014, cette fois au Rwanda, en Côte d’Ivoire, au Ghana, en Éthiopie et au Kenya. « Pendant des années, l’Afrique n’avait pas été considérée comme un enjeu important dans la politique israélienne », a expliqué sur les antennes de RFI le chercheur israélien Ely Karmon, de l’Institut pour la lutte contre le terrorisme au Centre interdisciplinaire de Herzliya, près de Tel-Aviv.

L’initiative, cependant, vient aussi largement du Togo, second partenaire commercial d’Israël en Afrique après l’Afrique du Sud en 2013 (en raison de gros achat portant sur du matériel de sécurité, à hauteur de 191 millions de dollars, selon l’IEI). Lomé a œuvré pendant des mois pour lancer un sommet sur la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée, qui s’est finalement tenu sous l’égide de l’Union africaine (UA) en octobre 2016, lui permettant de redorer son blason sur la scène diplomatique africaine.

[...]

L’Afrique, ceinture de sécurité « périphérique »

Pour mémoire, la plupart des pays africains ont rompu avec Israël en 1973 lors de la guerre du Kippour, à l’appel de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), solidaire de l’offensive égyptienne et des pays arabes. L’assistance technique apportée par Israël dans le développement agricole de 22 pays a alors pris fin, de même que les programmes de coopération militaire. Ils avaient permis de former les premiers pilotes de chasse du Zaïre, du Kenya, de l’Ouganda et de la Tanzanie, mais aussi des officiers tels que Joseph Mobutu et Idi Amin Dada.

La doctrine « périphérique » suivie par Israël visait à rompre son isolement diplomatique. « Tel-Aviv considérait que si elle ne répondait pas aux demandes d’aide militaire de l’Afrique, les pays arabes le feraient, notamment l’Égypte », écrit l’universitaire britannique Joel Peters, spécialiste des relations Israël-Afrique.

[...]

Il n’empêche : douze pays d’Afrique ne reconnaissent toujours pas Israël. Certains font partie de la Ligue arabe (Algérie, Comores, Djibouti, Libye, Maroc, Somalie, Soudan, Tunisie), d’autres pas (Guinée, Mali, Niger et Tchad). Le Maroc et la Tunisie conservent en revanche des liens avec l’État hébreu, contestés par leur opposition qui y voit une « normalisation » inacceptable. Une part importante des anciennes communautés juives du Maroc et de Tunisie, installées en Israël, reviennent chaque année fêter Pâques à Marrakech ou Djerba (45 000 visiteurs par an au Maroc).

Lire l’article complet sur rfi.fr

Pour comprendre les appétits israéliens en Afrique,
lire sur Kontre Kulture

 

La sécurité d’Israël vaut bien un peu d’antiracisme, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.