Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

La journée de la Femen est passée. Une poignée de pauvres filles a tenté de relancer le mouvement sorossien moribond à Berlin, mais le cœur n’y était pas, les seins non plus. Et les médias s’en foutent désormais, ces images sont devenues tristement banales. La pornocratisation de son combat a envoyé le féminisme dans les décors.

 

 

Heureusement, il reste une branche plus pragmatique du féminisme, elle s’appelle le socialisme (au vrai sens du terme) et ne fait pas de différence entre hommes et femmes. Il s’agit de sortir du combat de chacune contre chacun, de chacun contre chacun, une sorte de guerre civile induite par l’idéal concurrentiel du libéralisme.

Les rapports individuels sont atteints et ce, jusque dans le couple, la famille. Toutes les relations gratuites doivent être brisées sous prétexte de libération de l’individu qui est censé être tout, mais qui n’est rien sans les autres. Ceux qui s’y prêtent, souvent les plus fragiles et les moins lucides, tombent dans un piège socialement mortel.

 

« Je ne sais pas trop comment changer la donne. Elle a beaucoup pris l’habitude de décider. »

Dans le deux pièces d’Isabelle, on sent qu’il manque une présence, celle qui mettrait une limite aux exigences tyranniques de l’enfant. Cette présence s’appelle le père et le mondialisme tente de s’en débarrasser car il le considère comme une résistance à son Nouvel Ordre social (NOS). Toute autorité, tout mur entre le NOS et l’individu doit être abattu.

C’est toujours la nouvelle tyrannie qui dénonce la vieille tyrannie. La femme doit se libérer de l’homme annonce le NOS, on a vu le résultat. Le désir sexuel devient une agression, on ne sait plus où mettre le curseur : un regard, un geste, un mot peuvent devenir un crime. Récemment, l’injonction féministe est entrée curieusement en conflit avec l’injonction sioniste, qui font pourtant toutes deux partie du NOS.

 

JPEG - 42 ko
Astrid de Clèves

 

Elle s’appelle Astrid de Villaines, elle est belle, c’est la princesse de Clèves. Le vilain s’appelle Frédéric Haziza, et il a agressé sexuellement la belle sur la chaîne publique LCP. Reconnu coupable en interne, il a été blanchi par la direction qui craint la réaction du lobby sioniste (fioniste en l’occurrence). Le vilain n’étant pas punissable – Shoah oblige ? –, Astrid est partie, et revient avec un livre sur le sexisme dans lequel de nombreuses femmes de toutes conditions ont témoigné. Madame Figaro l’a rencontrée.

« Vous ouvrez votre livre dans les écoles et les collèges, là où « tout commence ». Vous avez rencontré des élèves et participé à l’analyse des résultats d’un questionnaire lancé auprès d’une centaine de lycéens d’Île-de-France. Qu’avez-vous constaté ?
J’ai observé une sorte de paradoxe. J’avais l’impression d’avoir face à moi des jeunes avec une double personnalité. D’un côté, des réflexions ultra machistes et misogynes. Certaines choses m’ont énormément choquée, “quand je serai grand, je battrai ma femme”, “les garçons ont des pulsions sexuelles, c’est pour ça que les filles risquent d’être violées”, “c’est normal que les mamans s’occupent des enfants”. Mais d’un autre côté, ils ont conscience qu’un ensemble de choses sont anormales et ils sont très en avance sur plusieurs questions. Pour plusieurs d’entre eux, tout le monde doit être à égalité, les congés paternité et maternité doivent être alignés. Certains utilisent l’écriture inclusive, sans savoir que ça s’appelle comme ça. Je trouve ça très encourageant. »

Ce qui nous a choqués, ce n’est pas le côté « je tombe des nues, les élèves sont sexistes et tradi en amour », mais le coup de l’écriture inclusive encourageante. Et les mamans qui s’occupent des enfants... Malgré ces dérapages, Astrid a le mérite de sortir de son cas personnel pour englober toutes les femmes qui souffrent de la violence, sexuelle ou pas, des hommes. Mais il n’est pas sûr que ce combat contre les violences masculines avance avec des clitoris géants dans les rues. On dirait plutôt une lesbienne pride dans l’esprit du Vagin de la Reine de ce pauvre trou du cul d’Anish Kapoor.

 

JPEG - 496 ko
Le sonotone de Versailles

 

Pour en revenir au conflit des injonctions mondialistes, féminisme contre sionisme, pas une seconde la Mère Figaro n’a prononcé le nom d’Haziza. En revanche, il a été beaucoup question de l’église dans le sujet sur les religieuses abusées sexuellement par des prêtres. La dernière nouveauté en date de la presse sioniste. Et féministe. Là pour le coup les deux font la paire.

L’encart suivant est tiré d’un article du Monde en date du 8 mars lui aussi et centré sur la « lutte contre l’analphabétisme sexuel », sous-entendu les hommes n’en ont rien à branler du clito.

 

JPEG - 61.7 ko
C’est nul, les mômes des cités peuvent même pas jouer avec

« Bouchera Azzouz et Ouarda Sadoudi, des Ateliers du féminisme, Julia Pietri, du Gang du Clito et Axelle Jah Njiké, administratrice du Gams, dénoncent, dans une tribune au Monde, la représentation tronquée du clitoris dans la majorité des manuels scolaires de sciences naturelles et ses conséquences. »

De la même façon que Najat Belkacem voulait faire entrer l’homosexualité, la théorie du genre et les pratiques sexuelles adultes dans la tête des enfants, une bande de gousses tente de clitoriser l’espace social.

 

 

On comprend à travers tous ces exemples que le but de toutes les organisations activistes relayées aveuglément ou complaisamment par les médias ça n’a jamais été l’égalité H/F, qui n’a aucun sens dans la nature, mais bien la séparation et le rabaissement. La séparation entre l’Homme et la Femme, et le rabaissement de l’Homme (donc de la Femme, qui y perdra aussi), droit dans la ligne du projet mondialiste satanique.
Le perdant, c’est l’Amour.

 

Bonus : la liste des signataire de la clitorisation du social

Premiers signataires : Angèle (chanteuse) ; Mouloud Achour (animateur TV) ; Lisa Azuelos (réalisatrice) ; Pénélope Bagieu (autrice) ; Jean-Marc Barr (comédien) ; Daphné Bürki (animatrice TV) ; Ghada Hatem (médecin-chef de la Maison des femmes de Saint-Denis) ; Axelle Jah Njiké (Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles et mariages forcés [Gams]) ; Karine Le Marchand (animatrice TV) ; Lio (chanteuse) ; Clara Luciani (chanteuse) ; Danielle Mérian (avocate militante) ; Guillaume Meurice (humoriste) ; Elie Sémoun (acteur) ; Bruno Solo (comédien)…

Après cette liste d’intellectuels de premier plan, voici le mot d’ordre (piqué dans Le Monde) qui consacre le passage du social au sociétal :

 

 

Au fait, quand les hommes auront été définitivement séparés des femmes, qui va défendre ces dernières contre les nouveaux prédateurs que le mondialisme nous promet ?
Peut-être que les femmes dés-hominisées (débarrassées des hommes) de demain regretteront leurs anciens bourreaux...

Le 8 mars, sur E&R :

 






Alerter

74 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2157200
    Le 9 mars à 16:55 par H. K. Daghlian
    Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

    Question existentielle : pourquoi TOUTES les féministes que je connais sont des thons ?
    Autre question non moins existentielle : Pourquoi cette névrose du zizi ?

     

    Répondre à ce message

    • #2157447
      Le 9 mars à 23:07 par graziano67
      Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

      Question intéressante. Lors de la journée de la femme en mars 2018 je me suis trouvé dans le métro a Buenos Aires dans une rame bondée de féministes pures et dures avec pancartes pour la légalisation de l’avortement et accompagnées de quelques mecs. J’ai vécu plusieurs années en Argentine et les femmes argentines sont en général belles, élégantes et bien faites, mais ce jour là je crois que toutes les filles laides du pays on dû se retrouver dans cette rame et les mecs n’avaient aucune virilité apparente. C’est quand même bizarre de voir que les hommes et les femmes qui militent pour l’avortement soient ceux là même qui ont le moins d’attrait sexuel.

       
    • #2161040
      Le 16 mars à 16:58 par domus
      Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

      qu’est-ce qu’ils vous ont fait les thons ? Laissez-les nager tranquilles.

       
  • #2157231
    Le 9 mars à 17:33 par Lovyves
    Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

    Bonjour,
    beaucoup de moqueries ;
    mais pas un mot sur l’excision.

     

    Répondre à ce message

    • #2157293
      Le 9 mars à 19:24 par marty
      Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

      Pour ceux qui connaissent l’Afrique de l’ouest où l’on excise très souvent (80% en Guinée Bissau), c’est une pratique perpétuée par les femmes et on voit des hommes qui s’y opposent pour leurs filles.
      C’est une question de coutumes archaïques comme la circoncision (peut-être moins traumatisante et moins dangereuse).
      Le fait est qu’une fille non excisée sera très mal vue au village et le quand dira-t-on est aussi colporté par les femmes.

       
  • #2157253
    Le 9 mars à 18:05 par La Morche
    Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

    Ce monde part en clito !

     

    Répondre à ce message

  • #2157429
    Le 9 mars à 22:32 par lucius
    Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

    Pour donner courage à cette maman un peu désespérée, mon épouse a allaité chacun de nos 3 enfants pendant 2 ans... soit 6 ans d’allaitement.... Ca n’a pas toujours été facile, au début, mais une relation intense s’est développée entre elle et les enfants. Et pour les plus curieux, non ses seins ne "tombent" pas, à plus de 40 ans.

     

    Répondre à ce message

    • #2157812
      Le 10 mars à 14:54 par DavM29
      Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

      Je confirme, ma femme est en pleine forme au sens propres comme au figuré et ce malgré les allaitements

       
    • #2158022
      Le 10 mars à 20:34 par H. K. Daghlian
      Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

      Ma femme a allaité nos deux enfants pendant deux années (avec un petit bonus pour la première qui ne voulait pas arrêter). Le troisième est en train de suivre ses ainés. J’ai constaté qu’il s’établit un lien très fort entre l’enfant et sa mère quand elle l’allaite, par comparaison à des amies qui ne donnaient que le biberon. Parfois même, le seul moyen de calmer ses petites crises de pleurs est le sein, ça a le même effet qu’un sédatif (en infiniment moins toxique) !
      En plus, l’allaitement bloque le cycle pendant quelques mois, en plus de la grossesse, ce qui fait retarder la ménopause et le vieillissement de manière spectaculaire, ma belle sœur a eu sa petite dernière à 48 ans - un accident selon elle : ) - sans aucune aide médicale, elle et sa fille de 6 ans maintenant se portent à merveille. Quid du cancer du sein qui ne touche pratiquement pas les femmes qui allaitent, alors pourquoi se priver ou culpabiliser ?

       
  • #2157468
    Le 9 mars à 23:48 par Sedetiam
    Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

    Que l’on se rassure : tout ceci est de la daube nécessaire à quelques-unes pour manifester et à la Bête pour tenter d’isoler plus encore les femmes et en faire des consommatrices compulsionnelles lorsqu’elle (se doivent) se devront, de combler un vide existentialiste.
    Cependant, celles qui ne sont pas dans le giron « parisien » n’ont franchement rien à foutre de toutes ces conneries. Je ne sais si je vis dans un Magic Kingdom ou non, mais dans le panel de filles et de femmes de 15 à 65 ans qui gravitent dans mon proche entourage et que l’on peut quantifier à 30, rien ne semble avoir changé : elles font ce qu’elles veulent de leur corps sans jamais vouloir passer pour des putes, elles tiennent le discours environnant sur deux ou trois bricoles qui s’estompent vite, mais, sans qu’il soit besoin de ne rien dire, lors des rassemblements et quelles qu’en soient les raisons, elles s’associent toutes entre elles pour débarrasser, faire la vaisselle, plier le linge, cependant que les gus font toujours les mêmes activités et jacassent autour de la mise en oeuvre de la bouffe et autres bricolages. Ainsi les plus jeunes d’entre elles me font plus penser à ma grand-mère qu’à ces connasses qui se déshabillent dans la rue pour faire valoir, croient-elles, leurs droits. (L’égalité - avec elles - des nénettes vivant sous l’Équateur étant, dans l’esprit de ces rebelles, pour demain)
    La vraie seule chose qui soit venue parasiter le relationnel au sein de regroupements festifs est l’intrusion du téléphone portable et des réseaux qui l’accompagnent. L’on ne sait dire, tant il faudrait faire une analyse comparée, au regard de ce qu’il amène de facilités à s’organiser, se déplacer, photographier, partager différemment et/ou archiver, si cet appareil apporte plus de détérioration que d’améliorations.
    Pour le reste, l’instinct grégaire qui sied à l’être humain, lequel se « divise » inéluctablement en deux genres lors d’activités présumées communes, rien ne semble avoir RADICALEMENT changé. Seuls les amoureux des premiers jours restent collés-serrés, inséparables. Les autres rejoignent instinctivement leur groupe d’appartenance...
    Pour le cercle plus large encore où se trouvent à graviter des homosexuels, lorsqu’ils ou elles arrivent à se séparer l’espace d’un instant, là aussi elles ou ils rejoignent leur groupe d’appartenance, hormonal dirons-nous...
    Soros, c’est 89 piges de manigances, l’existence de l’homme et sa nature profonde c’est 2,8 millions d’années. DTC

     

    Répondre à ce message

  • #2157484
    Le 10 mars à 00:34 par SamTitiyé
    Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

    Leur Dada c’est la subvertion de l’espace public par l’argent extorqué au sans dents déclassé pour se foutre bien sa minette qui ne demanderait que ça. Le summun du mépris de classe. Tiens le gueux, goute à l’art contemporain que t’as payé de ta sueur pour gerber. D’ailleurs, faire gerber le passant qui ne comprend pas, c’est bien là qui souligne que la performance à réussie. C’est de la merde, ils le savent et c’est pour cela qu’ils pompent le denier public. Tout les mouvements pro-machins, toutes les luttes contre l’antibidule, sont du même acabit. Subvertir en permanence les composantes de la sociéte incompatibles au groupe défendu pour catalyser la sidération de chacun, et effet cathartique qui rend le révolté réel impuissant, épuisé par sa propre sidération. Une manière efficace pour maintenir les frontières entre les classes.

     

    Répondre à ce message

  • #2157505
    Le 10 mars à 02:28 par dav
    Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

    les femmes qui jouissent pas cest souvent de leur faute...moi je nai jamais eu de probleme...parce que les connes ca me degoute

     

    Répondre à ce message

  • #2157567
    Le 10 mars à 08:53 par beebop
    Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

    Je suis une femme, et j’ose le dire , j’ai voulu connaitre mon corps lorsque j’étais ado . Je suis quinqua . Si je peux affirmer que le plaisir clitoridien est bien là ( surtout quand on s’est débarrassé des interdits moraux et autres péchés .. ) , il manque toujours ce plus qu’est la pénétration ,le corps de l’homme, ses caresses, son odeur , bref LE mâle ! Nombre de femmes se plaignent de ne pas atteindre l’orgasme ,les mecs sont maladroits ,il n’y a pas de femme frigide et blablabla ! FAUX , si ces connes prenaient le temps de guider leur partenaire souvent décontenancé par le corps de la femme, par ses attentes, si elle leur parlaient , ELLES PRENDRAIENT LEUR PIED .. ET surtout, qu’elles arrêtent d’écouter ces truies frustrées que sont les féministes ,mvt majoritairement gouinassier ,castrateur , qui veut à terme l’éradication du mâle. Si ces pseudos femelles n’y prêtent pas garde, elles verront leurs enfants mâles tués à la naissance , puis la sélection des embryons femelles qui s auront droit de vie ! JE HAIS CES CREVURES GAUCHISTES et je ne me gêne pas pour les descendre partout où elles s’affichent

     

    Répondre à ce message

  • #2157699
    Le 10 mars à 12:59 par Regnum Christus
    Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

    Dire que ma femme m’a donné plusieurs garcons et plusieurs filles et qu’elle en attend un dernier , j’avoue qu’à la maison ça file droit , pardon les gars j’ai pas tous ces problèmes
    Et quand je vois ça je reste pantois
    Mais que sont devenu ces femmes ?

     

    Répondre à ce message

  • #2158268
    Le 11 mars à 11:47 par Nuit blanche
    Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

    Le féminisme, une des pires idéologies façonnées par l’esprit moderne - et Dieu sait ce qu’il en a produit.

    Et cette maladie dure, comme le marxisme et d’autres variétés du même virus.

     

    Répondre à ce message

    • #2158471
      Le 11 mars à 19:22 par fajs
      Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

      Jolie commentaire, mais je ne vois pas ce que Marx a jamais réalisé dans votre histoire !
      [ finalement, tout le monde cite Marx sans jamais l’avoir lu ! ]
      Marx nous prévenait et Debord l’a rappelé dans ses commentaires de son livre "La société du spectacle" .
      ON VOUS L’AVAIT BIEN DIT !
      _

       
    • #2158520
      Le 11 mars à 21:33 par Nuit blanche
      Les Femmes, l’Homme et le Clitoris

      Fajs,

      Où voyez-vous une citation de Marx dans mon commentaire ?

      Je crains, toutefois, de devoir vous décevoir, car j’ai lu Karl Heinrich Mordechai Marx, et j’en lu même beaucoup, du Marx, depuis sa thèse sur le matérialisme antique jusqu’aux Grundrisse et les trois volumes du Capital (mais pas les manuscrits sur les théories de la plus-value), en passant par l’Idéologie allemande et la Contribution à la Critique de l’économie politique et bien d’autres écrits, ainsi que de bonnes parties de sa correspondance (eh oui, auf Deutsch !).

      Ensuite, il y a le marxisme et ses multiples variétés - qui dévie souvent de la pensée du maître.

       
Afficher les commentaires précédents