Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les Turcs ont perdu tout intérêt pour l’Union Européenne

La Turquie a connu la croissance pendant que ses voisins européens s’enfonçaient dans le marasme, et désormais, elle a acquis une confiance en elle qui a atténué son intérêt pour une adhésion à l’Union Européenne, affirme Der Spiegel.

La Gazette Famagusta rapporte les résultats d’un récent sondage, organisé par TAVAK, une fondation germano-turque pour l’Education et la Recherche Scientifique, qui indique que seulement 17% des Turcs pensent que leur pays adhèrera un jour à l’UE, alors qu’ils étaient encore 34,8% l’année dernière. 76% pensent même que la Turquie ne sera jamais un membre de l’UE, pas même dans une décennie, et 28% ont estimé que la Turquie devrait engager plus de relations avec les BRICS pour compenser un échec de l’adhésion à l’UE.

Pourtant, en 2004, un sondage avait montré que 75% des Turcs souhaitaient que leur pays devienne un membre de l’Union Européenne. Désormais, ils sont moins de 50% à le vouloir. « L’enthousiasme du public pour l’UE a commencé à s’estomper il y a des années », affirme Cengiz Aktar, un chercheur politique d’Istanbul. « La crise de l’euro a renforcé cette tendance ».

A Ankara, le gouvernement évoque encore l’adhésion européenne comme un objectif de long terme, mais refuse que cela soit conditionnel. « Nous pensons toujours que la Turquie devrait rejoindre l’Union Européenne », avait dit le ministre des Finances Mehmet Simsek à la fin de l’année dernière, mais il avait ajouté que rejoindre l’euro ne serait pas une option envisageable, même si la Turquie devait plutôt se placer du côté de l’Allemagne et des pays bien portants de la zone euro plutôt que de ceux des pays du Sud qui connaissent des difficultés.

L’économie turque est en plein essor, avec un taux de croissance de 8,5% l’année dernière. La population du pays est jeune, et elle souhaite consommer. Mais la crise de l’Europe, le plus grand partenaire commercial de la Turquie, se fait tout de même sentir. Plus d’un tiers de ses exportations sont destinées à l’UE, tandis que 80% des investissements étrangers investis dans le pays proviennent de cette zone. Cette année, elle enregistre un ralentissement économique, et pour 2012, sa croissance n’est plus que de 3,2%.

La Turquie n’est pas seulement dépendante de l’Europe pour des raisons économiques. Pour beaucoup dans le pays, l’adhésion à l’UE est le gage de la poursuite des réformes pour apporter des progrès social et politiques. « En Turquie, il reste beaucoup à faire sur le plan des droits de l’homme, du niveau de vie, et de l’éducation », affirme Derya, une institutrice de 42 ans qui souhaite rester anonyme.« C’est seulement en adhérant à l’UE que nous pourrons mener ces réformes ».

Ces dernières années, le parti AKP (parti religieux et conservateur de la Justice et du Développement) du Premier ministre Erdogan a exploité la perspective de l’accession de la Turquie à l’UE pour mener des réformes qui ont permis de démocratiser le pays. Mais depuis plus récemment, les réformes se sont espacées. Des milliers de Kurdes, d’étudiants et plus d’une centaine de journalistes sont toujours derrière les barreaux pour des accusations qui semblent parfois absurdes, rappelle Der Spiegel.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’arrive pas à croire qu’il ya encore comme même 50% qui sont intéressés par l’europe, alors qu’ils savent très très bien que la seule et unique raison de leur non adhésion dans l’union "heureusement pour eux" c’est d’être musulmans.

     

    • Et comprends-tu pourquoi certains umpétistes - pour ne pas écrire autre chose - songent à voter Sarkozy en 2017 ? - information entraperçue sur BFMTV, de mémoire 51 % . Quelqu’un de renseigné pourrait-il énumérer les mesures positives adoptées par Sarkozy de 2007 à 2012 qui expliqueraient cet engouement prospectif ?


    • #209339

      "la seule et unique raison de leur non adhésion dans l’union "heureusement pour eux" c’est d’être musulmans."

      C’est mal formulé.
      Les européistes (en tant qu’agents des intérêts US pour faire simple) pour la plupart se contrefoutent du fait qu’ils soient musulmans ou non. Leur objectif c’est d’étendre la sphère d’influence US de la finance et de l’OTAN et de rendre impossible tout contrepoids politique (stratagème des chaînes). Les Etats Unis ont depuis toujours fait du lobbying pour l’intégration de la Turquie.

      Aussi sur tout un tas de sujet l’oligarchie se contrefout de la confession religieuse, ce qui l’intéresse c’est la domination. Cf. l’alliance actuelle OTAN / islamistes.


  • De gré ou de force la Turquie devrat adhérer à l’UE. Ensuite une fois que tous les pays de l’Est de l’ancien block communiste seront intégrés à l’UE, viendra les tours de la Syrie, du Liban et d’Israël (mais ils devront auparavant intégrer l’OTAN comme d’hab...)


  • le gourvernement turc est assez conscient que la plus grande part de leur croissance vient des investissements massifs européens qui représenteraient près de 63 % de leur croissance.

    De plus, les échanges étroits entre l administration européenne et turque ont mené à pas mal de réformes structurelles et une mise en ordre de la turquie.

    Le pays est de plus en plus sur un modele européen ( contrôles des douanes, comptabilité des entreprises etc).

    La population turque avait compris, dans les années 2000, que l’intégration à l’europe allait leur permettre d’aller y travailler facilement : cela en était le principal argument. Il était donc sur de mauvaises bases.

    Il faut plutôt se poser la question si cette baisse de ferveur de vient pas de la période de crise qui fait réagir tous les peuples à un léger repli sur soi même.

    Mais il faut surtout regarder l’impact des touristes européens qui passent leur temps à dénigrer l’europe dans tout conversation avec les turcs : la vie plus chere, une europe en crise, l’euro hors de prix, des regles et reglements etc.

    Les turcs perçoivent toutes les réformes structurelles impopulaires comme venant de l’europe, cela ne vous rappelle rien ?


  • les nationalistes Turcs doivent bien réfléchir quant à leur entrée dans l’UE :
    s’ils pensent pouvoir mettre la pression sur les pays européens (via leurs poids démographique, donc de vote), ils doivent surtout penser que l’entrée dans l’UE :
    c’est le Baiser de la Mort : dès qu’on y rentre on ne peut y ressortir vivant. la Turquie sera l’idiote utile des USA en attaquant la Syrie (pensant récolter quelques parcelles nord syriennes), mais sera quelques mois après, trahie par l’OTAN, notamment via des révoltes de kurdes et arméniens- organisées par la CIA et autres-, qui voudront eux aussi leur indépendance ; donc certainement guerre civile/ethnique en Turquie.

    la Turquie aux Turcs, l’Europe aux Européens !


  • Le plus grand bien qu’a fait Bruxelles à la Turquie c’est de refuser son adhésion à l’UE. C’est incroyable qu’il y ait encore à Ankara des gens qui militent pour embarquer leur pays dans le Titanic (UE) avec son équipage incompétent ! La Turquie doit surtout perdre son intérêt pour l’OTAN et les intérêts atlanto-sioniste. Un comble pour un gouvernement qui prétend s’appuyer sur les valeurs de l’Islam !

     

    • Pour la population, l’adhésion à l’UE relève plus du complexe d’infériorité. Ils pensaient qu’être dans l’UE = être "moderne".


    • titanic çà dépend pour qui car si la turquie venait à entrer dans l’europe elle serait un maillon fort !


    • #211487

      D’un point de vue Turque, l’entrée dans l’union européene permettrais de vendre a eux seul toute la consommation de tomates des européens... Pas cher pour nous, bien payé pour eux. La force commercial, leur expérience ainsi que les faibles coûts des salaires, les rendraient de loin les plus compétitifs. La prospective d’une "réorganisation" du moyen-orient peut s’avérer calamiteuse si : l’empire créer LE grand Kurdistan... et si la rue arabe les voient comme les aliers de toujours d’Israel... La bonne entente avec Israel ça n’était pas LA stratégie pour faire parti de l’union européenne ? L’opposition de principe à l’axe chiite est peut être autour de ces points...
      Un jeu (cruel) dangereux, les musulmans chiites ressortiront vainqueurs aux yeux des peuples arabes car l’alliance americano-sioniste est contre nature.


  • Ils devraient prendre pour modele la suisse qui a compris les veritable interets de l’UE : tres bien integrée dans l’espace européen (schengen) accords culturels et scientifiques ( CERN...) repondant aux standards et normes européenes , cooperation economique (OCDE), tout ça en gardant sa souveraineté politique et financière ( hors de l’UE et franc suisse)


  • C’est la preuve de 3 choses
    1/ Ce que beaucoup pensaient depuis longtemps, l’AKP s’est servi de l’adhésion à l’UE pour limiter de pouvoir des militaires dans le pays
    2/ Europe en crise ou pas, ce grand peuple n’a strictement pas besoin d’une adhésion à l’UE pour exister dans un monde de plus en plus multipolaire, suffit de regarder une carte, pont entre Europe Russie Moyen orient, avec tout plein de peuples ethniquement et linguistiquement proche dans toute l’Asie centrale jusqu’en Chine, que demander de plus...
    3/ Aux niveaux économie et diplomatie ils la jouent super bien depuis 10 ans, tout azimuts, un p’ti coté gaullien
    On est dans l’Otan mais on n’aide pas l’invasion de l’Irak en 2003, on s’engueule un peu avec Israël mais pas trop, on gère avec l’Iran, on dit qu’on veut entrer dans l’UE pour continuer a recevoir des investissements, trop fort les élites turques, j’aimerais bien avoir les mêmes ici

     

    • PS : si quelqu’un a des infos sur les relations diplomatiques récentes de la Turquie avec la Russie, l’ Iran, la Chine je suis preneur
      PS 2 : Sur la Syrie c’est sur qu’ils sont pas net, je propose une piste : les USA manipulent leur désir de puissance néo-ottomane

      Bon week end a tous


    • #211489

      La grosse peure des nationalistes Turques depuis toujours : la création du grand Kurdistan... Voilà, la menance/chantage il me semble.


  • Les turcs sont pas les seuls dans ce cas d’ailleurs..


  • c’est bien, et je me fous de ce qu’en pense le vlaams belang et ce genre de bon à rien a l’orgueil très supérieur effectivement, l’Islâm ne se modifie pas en fonction de leurs points de vue.
    maintenant qu’ils retrouvent de l’intérêt pour leurs religions et de vivre en accord avec serait encore mieux. (avec le reste des muslim et ceux qui se convertissent bien entendu)
    qu’Allâh nous guide ainsi que nos dirigeants, qu’Il les renforce dans le bien et que par eux Il remette les frontières en place.
    de toute façon chez nous laïcité VS démocratie trouvé l’erreur ?


  • Les Turcs ont perdu tout intérêt pour l’Europe ? Normal, personne ne souhaite acheter un ticket perdant.
    Mais cela n’empêche nombre d’entreprises tenues par des Turcs de pratiquer le travail au noir, l’utilisation de clandestins, le travail bâclé aux frais des assurances Françaises et les trafics en tout genre, rassurons-nous. L’exportation du sous-prolétariat du monde entier a toujours de beaux jours sur le territoire dit "Français".


  • « La population du pays est jeune, et elle souhaite consommer.  »

    La prière est dite, tôt ou tard, elle ira rejoindre le bourbier européen, une fois qu’elle aura détruit son énergie propre.


Afficher les commentaires suivants