Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Terrorisme : les dix axes de la politique de lutte contre la menace d’attentat en mer

La menace terroriste est multiforme. Elle a déjà été identifiée dans certaines conditions, comme dans le ciel avec les avions, ou sur terre, dans des endroits très peuplés. Ce que l’on sait moins, c’est que des attentats peuvent aussi avoir lieu en mer. « Un certain nombre d’accidents et d’attentats ont été évités, je ne peux pas en dire plus », assure ainsi Emmanuel de Oliveira, préfet maritime de l’Atlantique.

 

 

Pour sensibiliser les politiques sur cette cible moins connue, plusieurs chefs d’états-majors de l’armée de l’Air, de la Marine et de l’armée de Terre ont alerté les candidats avant l’élection présidentielle de 2017. Ils ont signé un rapport commun dans lequel ils demandent plus de moyens.
D’après ce rapport, il faut « réapprendre à penser la guerre parce que la mer, l’océan et l’espace méditerranéen notamment, est la confluence de toutes les crises qui représentent une menace pour la sécurité en France ». Cette menace particulière est également au cœur des préoccupations des services de renseignement. On distingue plusieurs risques en mer : la prise d’otage sur un navire de transport de passagers, les bateaux bombe, les charges explosives introduites à bord et les bateaux suicide. Les autorités disposent d’un dispositif complet pour anticiper ces attaques. Voici les dix axes lutte contre le risque d’attentat en mer.

 

PNG - 154.6 ko
La France possède le deuxième domaine maritime du monde

 

1 – Évaluer le risque

Sur le même principe que les fichiers S (comme sûreté de l’État) utilisés par les services de police, des mesures sont prises pour identifier et évaluer les bateaux ou les compagnies qui peuvent présenter un risque. Selon le colonel Joël Moléra, qui commande la gendarmerie maritime de Méditerranée, différents critères sont analysés : « La liste d’équipage, la nature de la cargaison, le port de provenance et de destination, l’historique du bateau », ainsi que d’autres critères qui sont gardés secrets par les autorités. Cette gendarmerie effectue plus d’un contrôle par jour.

 

2 – Surveiller la mer depuis la terre

La surveillance de la mer se passe aussi sur la terre ferme. Des murs de surveillance implantés le long des côtes françaises, constitués de sémaphores, vont être réactivés. Le manque de moyens humains avait conduit à leur fermeture mais, aujourd’hui, ces postes de défense et de surveillance maritime sont redevenus nécessaires. Ainsi, le sémaphore de la pointe du Grouin, dans la baie de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), longtemps mis en sommeil, a été rouvert en 2015. D’autres sémaphores pourraient être ouverts sur le littoral.

 

 

3 – Surveiller la mer depuis les airs

Les avions de la Marine nationale permettent, eux-aussi, de surveiller la mer. Leurs missions se sont accentuées : « On fait des vols quotidiens en Atlantique et en Méditerranée », explique Éric Janicot, commandant de la base aéronavale de Lorient. « La flottille met aujourd’hui en œuvre huit Falcon 50 Marine. Les équipages ont été doublés ».

 

 

4 – Surveiller en mer

Depuis plusieurs années, Naval Group (anciennement DCNS) travaille sur un concept de drone maritime. C’est un bateau sans pilote qui peut intervenir en mer depuis un poste qui se trouve à terre. « Nous envoyons ce drone de surface vers la trajectoire d’une embarcation pour qu’il nous ramène une image », explique Gilles Langlois, le directeur du centre de recherche technologique de Naval Group.

 

JPEG - 33.5 ko
Naval Group a mis sur pied un drone maritime qui permet de prendre des images de bateaux suspects repérés en mer

 

Si les drones ne suffisent pas, place aux grands moyens : le sous-marin. Emmanuel de Oliveira, le préfet maritime de l’Atlantique n’exclut aucun moyen en cas de nécessité. « Personne ne verra qu’un sous-marin est là et pourtant il fera une surveillance précise et efficace », souligne-t-il.

 

5 – Surveiller les passagers des ferries

La compagnie maritime Brittany Ferries, basée à Roscoff dans le nord du Finistère, transporte près de 2,7 millions de passagers par an, dont 85% de Britanniques. Elle a renforcé les contrôles pour l’ensemble des navires de sa flotte.
« Des agents de sécurité complémentaires sont désormais présents à bord. Ils peuvent être amenés à effectuer, sur certaines traversées, des missions de vérification des bagages des passagers aux pont garage ou à l’intérieur des navires », détaille la compagnie dans un communiqué. Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de Brittany Ferries et d’Armateurs de France, explique que le « niveau de contrôle permet de transférer auprès des autorités une liste des clients à bord du navire » avec toutes les informations concernant le voyageur et son trajet.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

La surveillance civile par drones en mer :

L’envers du décor terroriste, à découvrir chez Kontre Kulture :

 

Le terrorisme et ses dédales, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Beaucoup de moyens, juste pour observer. Avec un peu de chance, intervention après le massacre. Bref, de la fumisterie.

     

    • Tout à fait @Glaoui .
      Et qui dit beaucoup de moyens , dit bénéfices record pour l`entreprise de manufacture de drones !
      Entretenir la peur pour justifier la dépense , semble être un bon mobile ... au détriment des effectifs de la Marine Nationale , de l`armée de terre et de l`armée de l`air (encore que , ce dernier ...) .
      Mais bon , on ne va pas reprocher à de grosses entreprises de gagner de l`argent avec la promesse de créer 330 000 emplois ... ça reste à voir !

      La dernière vidéo semble énoncer les objectifs de surveillance multiples , un drone peut repérer une pièce de 2 euros à 150 mètre d`altitude , mais la surveillance pour les incendies de forêt n`a pas été évoquée ... curieux non ?
      Enfin , des drones "juste pour observer" peuvent servir à des tas d`autres organismes , comme ... le centre des impôts par exemple !


  • Mort de rire, c’est sur mieux vaut un drone, parce que des clandestins qui contrôleraient d’autres clandestins ça ferait un nouveau spectacle pour dieudonné, à la poubelle leur grand remplacement c’est les gouvernants qu’il faut remplacer et punir, si la France ne sauve pas ses deux dernières générations maintenant elle sera morte à jamais


  • Grâce à Égalité & Réconciliation et Alain Soral, je me suis engagé dans la Marine Nationale !