Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Voiture de police incendiée : lourdes réquisitions contre les militants "antifascistes"

Le procureur a requis vendredi de lourdes peines contre les neuf prévenus jugés pour l’attaque et l’incendie d’une voiture de police à Paris le 18 mai 2016 lors des manifestations contre la loi Travail.

 

Le parquet a requis vendredi de lourdes peines contre les neuf prévenus jugés pour l’attaque et l’incendie d’une voiture de police à Paris le 18 mai 2016, dont quatre ans de prison ferme contre Antonin Bernanos. Le procureur a décrit cet étudiant en sociologie de 23 ans, arrière-petit-fils de l’écrivain Georges Bernanos, comme « très impliqué dans des actions antifascistes ». Il a souligné qu’Antonin Bernanos « contestait farouchement » être celui qui frappe un policier assis dans sa voiture et fracasse la lunette arrière avec un plot métallique, lors de l’attaque quai de Valmy, à Paris, dont la vidéo est devenue virale. Pour le parquet au contraire, il y a un « faisceau » d’indices qui le désignent, allant de la couleur de son caleçon aux cernes sous ses yeux, en passant par la marque de ses chaussures. Pour le ministère public, le jeune homme, qui ne « se remet pas en cause », présente « clairement un risque de réitération ».

En récidive égale, puisqu’il avait été condamné en 2013 pour des « violences aggravées », Antonin Bernanos risque jusqu’à vingt ans de prison, en théorie. Le parquet a demandé pour les huit autres personnes poursuivies des peines graduées selon leur implication dans cet événement très médiatisé, intervenu alors que montait la contestation contre la loi Travail. Contre trois jeunes hommes, dont Angel Bernanos, frère cadet d’Antonin, ont été requis un an d’emprisonnement avec sursis pour le délit de « groupement formé en vue de commettre des violences », créé en 2009 à l’initiative de l’actuel maire LR de Nice, Christian Estrosi. Les deux représentants du parquet qui se partagent le réquisitoire, ont ensuite demandé un an de prison ferme, aménageable, contre Thomas Richaud, qui a donné des coups de pied et de poing dans le véhicule. Contre Kara Brault et Ari Rustenholz, qui ont frappé le véhicule à coups de plot métallique, respectivement deux et quatre ans de prison ferme ont été requis.

Lire l’article entier sur parismatch.com

À ne pas manquer, sur E&R :

La violence des antifas n’a aucune limite, lire sur E&R :

Voir aussi, sur E&R :

 

Comment le pouvoir utilise l’antifascisme pour désamorcer
la lutte sociale, à lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents