Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Turquie : face aux scandales politico-financiers, le gouvernement censure l’Internet

Le gouvernement turc (AKP) doit affronter deux échéance électorales majeures : les élections municipales d’abord, le 30 mars 2014, un préalable aux présidentielles qui arriveront en août. Des élections qui se dérouleront dans un climat pour le moins délétère. En effet depuis le 17 décembre 2013, des dizaines de patrons, d’hommes d’affaires, d’élus et de hauts fonctionnaires proches du gouvernement ont été inculpés dans plusieurs scandales politico-financiers.

C’est dans ce contexte que le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a proposé une loi permettant à l’autorité gouvernementale des télécommunications TIB de bloquer un site sans saisir la justice en cas d’atteinte à la « vie privée » ou s’il contient des informations jugées « discriminatoires ou insultantes ». Le président turc Abdullah Gül a promulgué la loi du gouvernement renforçant le contrôle de l’Internet, à condition qu’elle puisse être amendée.

Dans la journée du 18 février, un amendement proposé a contraint la TIB de communiquer sa décision de blocage à un tribunal, qui aura 48 heures pour se prononcer, faute de quoi celle-ci sera annulée.

Mais Erdogan avait également fait adopter le 15 février, après un débat ponctué d’échanges de coups de poing, un autre texte qui renforce son emprise sur l’institution judiciaire. Entre autres mesures, ce texte autorise le ministre de la Justice à ouvrir des enquêtes sur les membres du Haut-conseil des juges et procureurs (HSKY), une des plus hautes instances judiciaires du pays en charge de nommer ses plus hauts magistrats. Il permet également au ministre d’imposer au HSYK son ordre du jour.

Scandales politiques, justice aux ordres, contrôle de l’Internet dans un contexte pré-électoral à risque pour le pouvoir… Sur certains points, la Turquie a toute a place dans l’Union européenne.

 

Voir aussi, sur E&R :
- « Espionnage de l’Internet et atteintes à la vie privée : une bataille juridique »
- « La page Facebook d’Alain Soral censurée »
- « Cukierman tout-puissant »

Autour du sujet, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #733829
    le 20/02/2014 par égalité=égalité salaires smicards/ministres et pas théorie du genre
    Turquie : face aux scandales politico-financiers, le gouvernement censure (...)

    erdogan le turc bilderbergien franc maçon
    le tricheur qui travaille main dans la main avec la CIA et israel
    dehors
    celui qui est l’un des plus grands responsables du lachage des criminels vers la syrie (ils transitent presque tous par la turquie)

     

    • Laisse Erdogan, et occupe toi de la France.
      Au moin avec lui, la Turquie est passée de 0% a 10 % de croissance !!!!!
      Depuis que les sionistes avec kemal ataturk, ont aboli le califat ; la Turquie s est APPOVRIE !!!
      Allez critiquer ces pédophiles de politiciens français.


    • @fsm1453

      Les mois passent, les événements également, et vous, fidèle au post, toujours là à ne rien comprendre, à nous servir d’amuse gueule (que vous êtes), en bon laquais publicitaire qui s’est taillé le profile de l’idiot utile au service d’un nervi du système grossièrement déguisé en vizir...

      RM.


  • Ne jugeons pas trop vite.

    Dans toute guerre un pays doit être gouverné par un homme fort.
    Or nous sommes tous en guerre.
    ...

    Il semble qu’Erdogan ne soit pas un donmeh ; alors il pourra peut-être faire de grandes choses.

     

    • Erdoğan est un dönme, son père est Grecque et sa mère une Juive Georgien soit disant converti à l’Islam. La femme d’Erdoğan, Emine Hanım (Hatemi) est une Juive Arabe. Je n’invente pas, c’est Erdoğan lui-même qu’il l’a dit. Je suis Georgien et ma femme est une Arabe, mais bien sûr il a caché qu’elle était Juive. L’écrivain Ergün Poyraz a prouvé dans son livre "Musa’nın çocukları Tayyip ve Emine" "Les enfants de Moïse Tayyip et Emine" depuis cinq ans il est en prison à cause de son livre.


    • Les dönme ne vont pas à la mosquée, pourquoi ont-ils instauré la laïcité à votre avis ?


  • Quand je pense qu’il y a une dizaine d’années, je croyais que les grosses entreprises limiteraient la créativité et l’expression sur Internet...

    Ça nous pend au nez de ce côté aussi.

    L’extrême gauche ferme sa gueule sur les tweets censurés, ils ont déjà un autre bon exemple sous le nez. Mais il ne faudrait pas que l’exemple Turc ne les fasse trop réfléchir sur ce qui se passe aujourd’hui en France...


  • Ils sont où les Erdoğanist ?

    Ça deviens de plus en plus difficile à justifier ces temps ci..

     

  • Monsieur Recep Tayyip Erdogan se bat pour les intérêts de la Turquie
    Comme Monsieur François Hollande qui se bat en Afrique pour les intérêts de la France(entreprises ect)contre une fausse guerre contre les islamistes !!!
    J’ai pas entendu beaucoup parler Marine Lepen sur ce sujet là.
    La démocratie n’existe dans aucun pays c’est une farce de penser autrement.

    La Turquie à une histoire douloureuse de coup d’état et Monsieur Erdogan n’est pas à l’abri face aux rebelles qui disposent de toutes les armes pour le faire renverser il a peur pour son trône la justice qu’il applique renforce son pouvoir.

    La différence entre La Turquie et la France c’est que les lobby très minoritaires en France imposent leurs lois à la majorité est en Turquie c’est l’inverse.Les messages anti-turc ou anti-Erdogan sont mensongères ou dans certains cas très minoritaires.Le pouvoir religieux se renforce c’est une très bonne chose car les religions prônent la paix,à un tel point que l’une des forces de l’empire Ottoman c’est la religion pour tous,des rabins des imams des prêtres des patriarches pouvaient cohabiter ensembles pendant 624ans.E&R est plutôt pour la droite des valeurs de la France du Catholicisme moi je dirais la même chose en Turquie avec l’islam !
    Vous pouvez insinuer n’importe quoi sur " Erdogan " mais pour moi il est patriote, il triche peut être il ment peut être il vole peut être et disons même qu’avec lui c’est une dictature Kemal Ataturk était un dictateur qui libéra la nation des enemies.
    Si vous voulez remplacer Erdogan vous allez le remplacer par qui ? en étant sur que lui aussi n’est pas pire que lui ?Je connais pas sur terre une personne plus ou moins puissant ou un rôle important sans mensonge ni saint d’esprit.La démocratie est une farce !!!!!


  • Erdogan ou Poutine, c’est la même chose.
    Pour ceux qui ne connaissent la Turquie qu’à travers les discours des "laicards" turcs, alors vous connaissez le visage du sionisme en Turquie.
    Pour l’instant les attaques et "scandale financier" ne sont que des opérations menées par les franges socialistes (CHP) et sectaire (nurcu), toutes deux adeptes du NWO.
    Quand à la censure de l’internet, il convient de bien analyser le texte avant d’en conclure qu’il s’agit d’une censure stricto sensu.
    Cette loi fait suite à la propagande mensongère et diffamatoire menée par des factions extrémistes et violentes, sur des réseaux sociaux, lors des évènements de mai/juin 2013. Événements qui avaient fait l’objet d’une désinformation de la part des merdias internationaux, et présentant les casseurs, pilleurs en gentils manifestants pacifistes. La similitude avec les évènements en Ukraine et en Égypte est flagrante et laisse songeurs quand au résultat qui en était attendu en Turquie. Sur ce sujet je vous renvoi aux implications d’un certain Soros et Hotpor.
    Turquie qui a ouvert un procès contre les militaires impliqués dans les attaques de la Flotille pour rappel. (pas bon pour Israel, désolé bhl)

     

    • Il y a quelques temps les nurcus étaient les grands amis d’erdogan... chacun connaît leurs liens. Ne parlons mêmes pas des relations de l’akp avec israel, les états unis et la cia. Il est vrai que le chp n’est absolument pas la solution (même corruption, même soumission à l’impérialisme américain) La Turquie n’est pas indépendante et souveraine. Elle ne l’a (malheureusement) jamais été. La seule question est de savoir pourquoi leur "chien" si fidèle est devenu aujourd’hui indésirable ? Et quelles solutions de rechange "ses" maîtres prévoient-ils pour la Turquie ?


    • @ ayna
      Pour ce qui est des nurcu, ce sont des opportunistes, retournant leur veste au grès du vent et des pouvoirs en place. Leur objectif reste individualiste et non collectif, ils adoptent une structure organisationnelle et décisionnelle identique au schéma franc-maçon, voir israelite, leur but en soi est la recherche d’un bien être communautaire, que beaucoup qualifierait même de sectaire.
      Quant à leur relation avec akp, si vous suivez les actualités vous n’est pas sans ignorer leur soutient à la dernière tentative de renversement militaire.
      Pour avoir fréquenté leurs milieux associatifs respectifs ici en France, je peux vous dire qu’ils entretiennent des relations tendues. Par contre l’ouverture politique et sociale faite par les akpistes européens est beaucoup plus proche du modèle politique et social occidentale, dans leur fonctionnement, tout en intégrant une dimension religieuse moindre, bien que présente, dans leur relation à autrui.
      Maintenant j’aurais bien aimé que vous me donniez des exemples de l’impérialisme de l’AKP en Turquie, ainsi que des exemples concrets de corruption qu’aurait pu commettre les membres de ce parti sur ces 10 dernières années de pouvoirs, et non pas seulement des titres de journaux ou des coupures de presse, mais des comptes rendus et des décisions de justices allant dans votre sens, sans parler de la procédure en cours du 17 déc. 2013, la justice suit son cours sur cette affaire.
      Pour ce qui est de politique internationale d’Erdogan, elle est trop confuse et versatile pour pouvoir en tirer des conclusions explicites.


  • Concernant la politique exterieure de la Turquie, on peut toutefois noter une constante : la défense de la justice et de l’opprimé.
    Je m’explique.
    - Israël : sommet de Davos 2009, Erdogan et son fameux "one minute", il prend la défense des palestiniens et remet gentiment en place Shimon Perez, en lui disant ses quatres vérités sans détour,
    - Israël : flotille de la liberté 2010, Erdogan condamne fermement l’intervention démesurée de l’armée israélienne contre des civils, qui s’est déroulée sur les eaux internationales qui plus est. S’en suivra les déclarations fermes et l’ouverture d’une enquête et d’un procès à l’encontre des militaires impliqués dans l’affaire,
    - Egypte : coup d’état contre Morsi 2013, Erdogan dénoncera un coup d’état militaire contre un président élu démocratiquement, il fustigera le deux poids, deux mesures de la position des occidentaux sur cette affaire, (pour rappel l’Ukraine n’est qu’une pâle copie des évènements qui se sont déroulés en Egypte),
    - Syrie : 2011-2014 : une rébellion éclate, s’en suit un afflux incessant de réfugiés syriens aux frontières de la Turquie, plus d’1/2 million aujourd’hui, et 2 millions en tout avec les autres pays voisins. Soit 10% de la population totale du pays. Que dit Erdogan : si Assad n’est pas capable d’assurer la sécurité de son peuple, il serait temps que les choses changent. Il prend encore une fois partie pour les opprimés qui sont encore une fois le peuple. Position qui est, je vous l’accorde discutable, mais emprunte tout de même d’une intention de protection du faible qui vient se réfugier en Turquie, population qui soit dit en passant est majoritairement des sunnites. Bref un joli imbroglio.
    Voilà personne n’est parfait, et l’OTAN encore moins.


  • @salut Je vous ai écrit une réponse mais qui était beaucoup trop longue pour être publiée ici sous forme de commentaire. J’ai donc essayé de résumer ma pensée afin que vous ne pensiez pas que je déconsidère votre opinion par mon silence.
    Il est vrai que la mouvance de Gulen était très opportuniste jusqu’en 1997, date de l’exil de Gulen aux EU et de la mise sous tutelle du groupe par la CIA. Erdogan, ancien Frères Musulmans ( ?) est devenu à cette période un jouet aux mains de Gulen et de la CIA qui l’ont mis sous orbite sous la bannière du projet d’un « Islam social-démocrate, euro compatible ». C’est grâce à ces soutiens qu’il est arrivé au pouvoir. Pour remercier ses bienfaiteurs, il a permis aux acolytes de Gulen d’infiltrer toutes les strates de l’Etat (justice, armée, police…). Il le paye aujourd’hui très chère puisque tout le monde sait que les scandales dont Erdogan est l’objet sont divulgués par les hommes de Gulen. Erdogan, par un jeu d’équilibriste, réussissait jusqu’à récemment à rassurer ses maîtres et à charmer son opinion publique. Cf. Le Mavi Marmara et l’accord commercial signé par la Turquie avec Israël une semaine après les propos véhéments d’Erdogan sur l’Etat sioniste. Mais par mégalomanie (il a continué à financer les « rebelles » Syriens malgré les directives des EU) et par cupidité (cf. la fondation de son fils Bilal qui devait remplacer les entités de Gulen dans le juteux business des « dersane »(cours privés)), Il est allé trop loin et ses maitres l’ont rappelé à l’ordre en convoquant son homme de main, le chef des services secrets turcs Hakan Fidan à la Maison Blanche. Mais apparemment, il n’a pas compris la leçon et a essayé de se rapprocher de l’Iran (sans oublié de se remplir les poches d’or), de la Chine (par la négociation d’achat d’armes) et … il a fini par comparer le sionisme à un crime contre l’humanité. Concrètement, il a signé son arrêt de mort. On peut aussi remarquer qu’une rupture s’était opérée quand les EU ont lâché Morsi en Égypte. Les Frères Musulmans, ancien alliés, devenus aujourd’hui encombrants et gênants pour les EU. Pour finir, je voudrais dire que je ne me réjouis pas de cette situation. J’aurais aimé un leader fort qui aurait mené la Turquie sur la voie de l’indépendance même si celui ci ne correspond pas à mes idéaux mais Erdogan n’est pas cet homme. Pensez-vous vraiment que si Erdogan avait été ce type de dirigeant, la Turquie aurait pu vivre indemne depuis 2002 ?

     

    • bonjour Ayna et merci de votre réponse.
      Pour ma part Gülen était, et reste un opportuniste. Si il réside toujours en Pennsylvanie, peut être est-ce dans l’espoir de devenir un nouveau "Khomeini", c’est une pure supposition de ma part, mais ça rejoindrait votre opinion sur la main mise de la CIA sur Gülen, une carte qu’il pourra sortir de sa manche le moment venu.

      Pour les "dershane", je ne comprends pas l’implication de Bilal, en quoi et comment la transformation de ces institutions peut elle profiter à ce dernier ? !

      Il manque néanmoins deux inconnus à votre équation : d’une part la population turque, et d’autre part l’armée.
      Que ce soit pour l’un ou pour l’autre, tout deux ont passé les examens haut la main, jusqu’ici. J’attendrais la confirmation de mes propos lors des prochaines élections municipales le 30/03/21014.
      Un être humain reste un être humain, aussi fort qu’il soit, seul il ne vaut rien...même si il s’appel Erdogan.