Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

1973 : faire son potager chez soi

« 1973 : faire son potager chez soi » : un sujet du journal de 13h du 19 avril 1973 diffusé sur l’ORTF.

 

La présentation :

En 1973, le journal télévisé se pose la question : pourquoi faire son propre potager alors que l’agriculture intensive permet d’avoir des légumes toute l’année ? Rencontre avec des familles rurales et urbaines qui cultivent leurs propres potagers.

 

 

Sur le sujet, ne manquez pas le guide pratique de Nicolas Fabre
chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2467338
    le 20/05/2020 par Fela Kuti
    1973 : faire son potager chez soi

    et vive le topinambour, qui va sauver mon dos à ma retraite, régénérer un bout de terre mal au point et accessoirement surprendre des invités qui viendront manger.


  • #2467356
    le 20/05/2020 par bouboule
    1973 : faire son potager chez soi

    Reportage très intéressant ! On voit toute la dégueulasserie commerciale avec la culture intensive pour les jardins familiaux, avec les engrais et les insecticides en vente dans le commerce.
    En revanche, la fermière au début de la vidéo n’utilisait pas d’engrais chimiques ni d’insecticides chimiques...
    Déjà dans les années 70 le vers était dans le fruit depuis au moins 10 ans...
    Les particuliers se sont empoisonnés avec le commerce d’engrais et d’insecticides chimiques...
    On voit la complicité de la journaliste, avec la télé et la publicité...
    A vomir cette société marchande !
    Gilets jaunes et désobéissance civile !!!!

     

    • #2467389
      le 20/05/2020 par Georges
      1973 : faire son potager chez soi

      C’est effectivement marrant au début du petit reportage, la journaliste ne pose pas LA question la plus importante... Pourquoi faire un petit potager sans intrants ni insecticides alors que ces personnes sont des agriculteurs et pratiquent en intensif avec le cocktail chimique associé...

      Déjà à l’époque les agriculteurs ne mangeaient pas ce qu’ils produisaient !!! Je ne veux pas fustiger les paysans et agriculteurs, mais c’est vraiment dommage cette loi du silence et ce manque de conscience... Parce que ça a empoisonné un paquet de personnes qui n’y connaissaient rien (et ça continue avec les épandages et les manifs pour épandre la merde que certains continuent d’utiliser de bon coeur !).


    • #2467479
      le 20/05/2020 par laurent71
      1973 : faire son potager chez soi

      Je connais un paquet de paysans et tous sont fiers de mettre leur production sur la table, en connaissez-vous seulement un ?
      Je peux vous trouver chacun une ferme sans problème, ça vous permettra de produire autre chose que du discours...


    • #2467535
      le 21/05/2020 par SherlockHolmes
      1973 : faire son potager chez soi

      Les paysans se sont retrouvés dans l’obligation d’utiliser des intrants dans ces années. Distinguons les céréaliers, des maraîchers.
      Les céréaliers français détenaient assez peu de surface au départ et pratiquaient la polyculture, l’élevage et la production de lait notamment afin de se garantir un petit pécule toute l’année. Les prix des céréales ont rapidement chuté à l’époque avec la croissance des échanges, de la mondialisation et de la fixation des cours des céréales. Le petit céréalier se retrouvait en concurrence avec l’agriculteur américain ou canadien par exemple qui était bien mieux outillé et qui a commencé à répandre des produits chimiques (Monsanto, BASF, DuPont...). Leur rendement augmentait au départ, et le risque de perte des récoltes était amoindri. Face à cette concurrence, l’agriculteur français n’avait pas d’autre choix que de suivre le train en marche ou mourir. Au fil du temps, le nombre d’agriculteurs a réduit et les tailles des parcelles ont augmenté. Je n’insiste pas sur les conséquences que cela a eu sur la faune du sol, sur les raisons de la réduction du rendement à l’hectare et le besoin permanent de toujours plus s’outiller.
      Les maraîchers ont vu apparaître de nouveaux ravageurs, typiquement le doryphore, le phylloxéra ou des charançons peu présents auparavant. Sans chimie, c’est la perte sèche pour les maraîchers de l’époque, il n’existait pas d’internet ou d’autres outils pour se renseigner facilement. Le seul moyen de lutter, c’était les insecticides. L’arrivée de nouvelles menaces a été concourante avec les fongicides. La démocratisation des intrants phosphatées a aussi joué son rôle à l’époque. Dans les premiers temps, ils augmentaient leur rendement de façon importante et les prix restaient identiques. N’importe qui à leur place les aurait utilisés. On ne parle pas du petit potager du voisin, mais de leur moyen de survie.

      Il est facile de critiquer avec notre vision de l’époque, de voir qu’aujourd’hui tout ceci a conduit à des maladies, a un besoin en permanence de ressourcer le sol, mais conjuguer à cela l’arrivée des quotas laitiers en Europe et vous verrez que l’agriculteur de l’époque n’avait pas vraiment le choix si il voulait vivre que de mettre les deux pieds dans la chimie.
      Le potager des particuliers n’a fait que suivre le mouvement propulsé par les professionnels. Les variables que je n’ai pas utilisées : l’arrivée de la grande distribution en France, le marché des semences, l’évolution des coopératives ...


    • #2467756
      le 21/05/2020 par paramesh
      1973 : faire son potager chez soi

      Laurent, je ne veux pas être méchant mais quand tu habites en Bretagne, si tu veux manger du bon porc il y a toute toute une industrie artisanale d’élevage de porcs pour la consommation autochtone, faite par les mêmes agriculteurs qui produisent du porc industriel, personne ne mélange les torchons et les serviettes : il y a le porc pour l’industrie et celui pour les particuliers qui ont les bons réseaux. En fait ça dépend des régions et des types d’exploitations


    • #2468060
      le 21/05/2020 par laurent71
      1973 : faire son potager chez soi

      Paramesh, chez nous les porcs naissent et engraissent dehors(label porc fermier plein air Auvergne.) et sont destinés à la consommation via les bouchers, comme tout un tas de productions d’excellente qualité en France, il faut se mettre dans le crâne que vous ne mangez pas ce que nous produisons, nous produisons ce que vous mangez, et tant que les gens se contenterons de becqueter toute la merde mal produite, parce qu’au moins cher, par l’agroalimentaire, il se produira de la merde.
      Plain le cul de l’avis de n’importe qui n’ayant jamais rien produit sur l’agriculture en général.
      Pendant que tous ces guignol ont passé le confinement à 75% du brut devant netflix ou la console, les acheteurs nous ont fait la peau, moins 18 centimes du kilo de carcasse sur les génisses, 30 à 40 euros de moins par agneau, le lait est passé de 340 euros la tonne à 191 euros j’ai vendu des chevreaux élevés sous la mère 60 centimes le kilo, et le tout avec des publicités des grandes surfaces scandant nous soutenons nos producteurs français !
      Des filières de qualité en France il y en a des tas, si les gens ne se donnent pas la peine de les trouver, qu’ils continuent de creuser leurs tombes avec leurs dents, c’est eux qui achètent de la merde en se plaignant du prix, mais il y a toujours une place pour le coca et le nutella dans le caddie...
      La plupart des pays ont arrêté où fortement ralenti leurs exportations agricoles(moins 75% des exports de riz de la Thaïlande qui représente 15% des exports mondiaux.), la Chine qui a des stocks stratégiques d’un an d’avance en farine achète tout le blé présent sur le marché, et la France ? Pas de stocks stratégiques et une multiplication des exports de blé par 5 !
      Il se pourrait que d’ici peu le troupeaux de débiles habitant mon pays se souvienne de qui le nourri et j’espère que ça va leur faire mal au cul...


    • #2468132
      le 22/05/2020 par Hax
      1973 : faire son potager chez soi

      @Georges Le commentaire le plus ridicule que j’ai pu lire sur E&R depuis longtemps. Il faut arrêter le délire, de quelle loi du silence parlez vous. Toute ma famille est dans l’agriculture et on a toujours mangé ce qu’on produit et les gens de la campagne mangent sans hésiter la culture locale, il suffit de voir les gens glaner pomme de terre dans les campagnes. La population agricole est celle qui a la plus grande espérance de vie en France donc on est loin du poison dont vous parlez.
      Marre des gens qui n’ont jamais planté une carotte, qui commentent l’agriculture et veulent donner des leçons après avoir vu un reportage youtube.
      Si on attendait après la permaculture Française la population serait pas prête d’être nourrie. La permaculture est juste bonne pour votre potager elle n’est pas praticable à grande échelle, il faudrait des millions de personnes qui retournent à la terre pour potentiellement faire fonctionner ca a grande échelle et ce n’est clairement pas la dynamique actuelle. Même avec l’agriculture conventionnelle actuelle il y a déjà une pénurie de main d’oeuvre incroyable en France, plus personne ne veut travailler à la campagne. Alors ceux qui parlent de la permaculture comme solution miracle et de la suppression complète des produits chimiques vous vivez dans une utopie totale. Avec un peu de chance en poussant votre combat jusqu’au bout vous arriverez juste a tuer l’agriculture Française et vous n’aurez plus qu’a manger des aliments d’import respectant des règles bcp moins strictes que l’agriculture Française. Les gens tenant ce discours anti produit chimique vivant généralement dans les centres villes et n’ayant au final aucune envie et courage de faire pousser le moindre légume eux mêmes. Votre discours est contre productif.


    • #2468266
      le 22/05/2020 par Yves-Sans-Logement
      1973 : faire son potager chez soi

      @laurent71
      C’est exactement ce dont nous parlions au téléphone
      Les moutons hurlent ,mais continuent a moutonner
      Comme tu dis ,ça boit du Coca, fume des Malboro ,mange chez MacDo, se tartine les fesses a Narbonne plage ,achète sur Amazon ou Carrefour ,est écolo en achetant du bio brésilien, dans les BioCoop, préfère le shit au Pellehaut, vit a Paris et vomit le rural, etc....
      T’as trop de boulot avec des cons pareil, y’a rien a faire avec ces lobotomisé du bulbes
      Télé, presse, Hanouna, RMC, Hollywood, Gaumont Mega CGR, Netflix, ça critique ici sur le forum, mais ça regarde camarade
      Les gars habitent en locataire , sont salarié, parfois au tertiaire, célibataire, sans gosses et viennent nous faire la leçon
      Salut l’ami a bientôt


    • #2468830
      le 23/05/2020 par Guignolerie excessive
      1973 : faire son potager chez soi

      @laurent71
      Ça ,c’est comme les natios qui portent des doc Martens, des Fred Perry, des 501 et des Haringtons ,qui bouffent du MacDo ,écoutent du ska et boivent de la heineken .....et viennent te faire des leçons de nationalisme et de patriotisme français ...au lieu d’écouter du biniou breton ou du boha gascon , mettre des bérets, boire un bon rouge local ou de l’Armagnac et des pantalons bien de chez nous
      On est dans l’absurdité la plus totale
      En France, les gens se détestent ,détestent leur histoire, leurs traditions, leur foi ..alors tu imagines bien camarade, que l’agriculture ne passe pas outre
      Et puis va faire comprendre ça, à des adolescents prépubére mental , qui ne sont que dans l’émotion et le sentiment ,en mode passionnel hystérique, comme Aymeric Caron
      Force et honneur camarade laurent71


    • #2469160
      le 23/05/2020 par paramesh
      1973 : faire son potager chez soi

      j’ai vendu des chevreaux élevés sous la mère 60 centimes le kilo



      putain, je comprends ta haine ! on est rentrés dans un monde de fous furieux. un monde qui flingue ses paysans mérite de crever, (et il va crever). quand je pense que quand j’habitais encore en France pour avoir du cabri pour pâques, il fallait s’y prendre bien à l’avance pour s’en procurer du bon et pourtant c’est pas ce qui manque les chèvres en Provence. Il y avait de la demande. Maintenant ils ont un filet mignon de porc sans goût et plein de flotte en promo chez carrefour à 12 euros le kilo (quand ils savent encore cuisiner) et ils sont contents. les gens oublient le principal , l’hygiène de vie commence par la nourriture, tout le reste est secondaire. le monde ne redeviendra raisonnable que quand les paysans redeviendront majoritaires dans la population. Le pays où je vis maintenant est encore comme ça et ça change tout : je suis fier et heureux d’être enfin paysan dans un monde de paysans. on fait le plus beau métier du monde car le plus gratifiant.
      Amicalement


    • #2469452
      le 23/05/2020 par Marx encule Hitler
      1973 : faire son potager chez soi

      Des gamins mentaux ,qui n’ont jamais connu la misère, la dureté et la force de production
      Si demain tout s’écroule, ils subiront bien plus que le prolétariat de la terre... le paysan


  • #2467723
    le 21/05/2020 par jesuismoi
    1973 : faire son potager chez soi

    Ce bon sens qui devrait nous pousser à nous affranchir de la société industrielle et commerciale en vivant le plus possible en autarcie alimentaire, énergétique, vivre mieux avec moins, sans travailler plus pour un système criminel qui anéanti le vivant et broie les individus les plus vulnérables.


  • #2467794
    le 21/05/2020 par brunrouge
    1973 : faire son potager chez soi

    Moi ne n’ai pas vu le reportage comme beaucoup de commentaires font état. J’ai vu des gens modestes, bien content d’avoir un jardin ouvrier pour produire de quoi se nourrir. Ceux qui connaissent, savent que pour produire des tomates, il faut se protéger de beaucoup de maladies. Je pense que dans ces années, les ouvriers des villes étaient bien trop pauvres pour avoir ces préoccupations écologiques boboïsantes. Enfin c’est mon avis.

     

    • #2469683
      le 24/05/2020 par paramesh
      1973 : faire son potager chez soi

      les tomates ? il suffit de planter avec une bonne poignée d’orties fraiches au fond du trou, et ne jamais arroser les feuilles . penser à changer de place d’une année sur l’autre et un peu de bouillie bordelaise ou un fil de cuivre autour du tronc pour éviter le mildiou et seulement s’il y en a alentour autrement l’ortie suffit . donc aucune chimie la dedans (à part le cuivre). en 20 ans de potager je n’ai JAMAIS utilisé de merdes chimiques. il faut juste connaître les trucs et éviter la monoculture (basilic et tomates c’est l’entente cordiale. il n’y a rien de plus simple à faire pousser que la tomate (si ce n’est la courgette)