Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

Les dépenses de la première dame détaillées par la Cour des Comptes

Dans leur rapport annuel sur l’Élysée, les magistrats de la Cour des comptes expliquent ne pas pouvoir chiffrer le coût total de la première dame pour les finances publiques. Mais ils listent quand même toutes les dépenses qui lui sont liées. Le montant dépasse les 280 000 euros par an.

 

Le passage que la Cour des Comptes consacre à Brigitte Macron débute par un avertissement en forme de déception. Ses magistrat affirment que même si la charte de transparence mise en place par Emmanuel Macron prévoit que la Cour puisse suivre les dépenses de son épouse, « cette forme de comptabilité reste à ce jour insuffisamment développée pour réaliser complètement cet exercice ». Cela n’empêche pas les Sages de la rue Cambon d’aligner les frais et les chiffres.

Pour commencer, ils rappellent que Brigitte Macron dispose d’un directeur de cabinet et d’un chef de cabinet, ainsi que de deux secrétaires, dont l’une est également affectée au secrétariat du conseiller porte-parole.

Lire la suite de l’article sur capital.fr

Les tenants et les aboutissants de l’affaire Benalla-Macron,
ne pas manquer sur E&R :

Décrypter l’actualité en temps réel grâce à Kontre Kulture :

 






Alerter

71 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2012777
    Le 26 juillet à 10:20 par Elyes
    Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

    On est clairement pas face au plus grand scandale de l’univers.

    On nous jette en pâture des 200.000€ de frais tandis que les banques et multinationales brassent sur notre dos des centaines de milliards.

     

    Répondre à ce message

    • #2012908
      Le 26 juillet à 14:25 par mondialisto-sceptique
      Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

      Bien d’accord avec vous Elyes. C’est vraiment le seul genre d’animation qui permet aux journaleux (d’essayer) de faire croire qu’ils sont un contre-pouvoir.

       
  • #2012825
    Le 26 juillet à 12:04 par crachetonvenin2
    Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

    La vie et donc le grand train de l’état. Pour ?
    Y avoir aussi ses positionnements pour des emplois privés en extérieurs divers ?
    Quels objets à ajouter à ces dépenses dans un cadre autre comme des "dons" ou autres transports divers ?

     

    Répondre à ce message

  • #2012853
    Le 26 juillet à 12:56 par europhobe
    Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

    Je trouve tout de même étrange ces défections en série chez les politiciens : François Fillon, Laurent Wauquiez, Macron, même Mélenchon se radicalise par rapport à 2012 je trouve...

    On a l’impression que la cassure se fait de plus en plus nette entre les intérêts des banques et mondialistes et ceux du peuple français bien compris (et que le peuple commence finalement à comprendre).

    Comme si le système se radicalisait de plus en plus, exigeait de plus en plus et que même le plus servile des politiques ne peut plus suivre s’il tient à sa place. L’exploitation salariale appliquée aux politiciens finalement, avec une exploitation de plus en plus prégnante et insoutenable.

    C’est bon pour nous ça j’ai envie de dire.

     

    Répondre à ce message

    • #2013293
      Le 27 juillet à 05:55 par sedetiam
      Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

      Les plus belles quenelles étant détenues par les banques qui utilisent, la liste ci-dessous n’étant pas exhaustive et servant d’exemple sémantique, des noms fort peu à propos de la réalité :
      - La Banque Populaire, qui doit peut-être comme ses soeurs, sponsoriser le populisme le lundi, lui faire faire la guerre le mardi, la lui faire perdre le mercredi afin de l’enfiler d’un crédit le jeudi : compta. le vendredi matin et fermeture tôt l’après-midi pour cause de « jour du poisson » jusqu’au samedi soir...
      - Le Crédit Agricole : cela fait très chauvin, proche de soi, belle des champs, amourettes et aiguille dans la meule de foin : au fait, la nomination crédit, c’est pour payer les grands céréaliers, les géants de l’agrochimie ainsi que les tracteurs qui trouvent, grâce à leur GPS, le tiroir-caisse de la banque, à défaut la corde pour se pendre ?
      - La Société Générale : ce sociétal fait très social et très général comme si tout le monde en était : M.C.S.L.C. (acronyme d’une chanson des regrettés Jeanne Aubert ou autre Fanon), aussi.
      - Le Crédit Mutuel : là, c’est le pompon. Sauf la part mutualisée des intérêts des crédits que se partagent les actionnaires, la seule réelle mutualisation est dans la dette : lorsque s’effondre le Ponzi l’espace d’un moment, hop, c’est le con_tribuable lambda qui casque ; nul besoin d’être client. C’est du bol ! Pour l’obole...
      Ils ont même le cynisme (selon Diogène de Sinope) d’en parler à leur chien... lorsque la publicité vient aboyer dans le poste.

      Et, cerise sur le zigoteau, quand bien-même il y aurait quelques astucieux à faire péter leurs crédits - qu’ils soient bénis - en faisant fonctionner les assurances, ces dernières, nées du même moule que la Bête, reporte(rai)ent le coût du risque à prendre en charge, sur les sociétaires lambdas de part le monde, toutes primes confondues.
      C’est bien foutu l’enc... anaillerie.

       
  • #2012911
    Le 26 juillet à 14:28 par Syzygy
    Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

    A la Cour des Comptes il y a très probablement un valet franc-maçon prêt à servir la soupe pour une médaille et/ou de l’avancement ! Nous sommes sous occupation sioniste.

     

    Répondre à ce message

  • #2012957
    Le 26 juillet à 15:52 par Nono
    Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

    Et avec tout ce pognon, elle a quand même toujours une bouche de singe...
    Vous avez vu cette protubérance ? Ça dépasse son pif.
    Quand elle baisse les yeux, sa bouche lui cache tout le reste de son corps.
    Elle peut toujours dépenser notre tune en fanfreluches de luxe, ça reste une guenon en Pravda.
    Allez, je vais aller mater un peu ma femme qui s’occupe des fleurs dans le jardin, elle ne porte qu’un petit short en jeans et un débardeur (y en a même pas pour 10 balles de textile...) et qu’est ce qu’elle est belle.
    Bonne journée les amis.

     

    Répondre à ce message

  • #2013001
    Le 26 juillet à 17:06 par Victor Von Berg
    Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

    "Quand je pense à ce fric de dingue qu’on dépense pour toi, Bibiche, et quand je vois que tu ne rajeunis même pas..."

    Victor Von Berg

     

    Répondre à ce message

    • #2013062
      Le 26 juillet à 18:58 par effai
      Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

      Macronella va essayer l’EPO, et nous fera peut-être le tour de France en roulotte ?sacrée Macronella, même les gitans d’Amiens n’ont pas osé faire ça aux français !

       
  • #2013081
    Le 26 juillet à 19:36 par Rat Caille
    Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

    D’accord, c’est une parasite de plus. Mais j’apprécierais qu’ils fassent un rapport sur EDF et les EPR qui ne fonctionneront JAMAIS, sur ITER, ce projet ubuesque qui nous a déjà coûté 15 milliards d’euros, sur les dépenses du matériel militaire acheté à l’étranger et qui ne sert à RIEN et accessoirement à toutes les assos de m*** financées par l’État (dilcrade, licrade, mrap, etc)... là ça ferait plus sérieux et "démocratique" !

     

    Répondre à ce message

  • #2013083
    Le 26 juillet à 19:36 par Yasmine
    Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

    Luxe ostentatoire, privilèges, cour et intrigues de cour, pillage et gaspillage du trésor dit public, le public sommé d’ouvrir de temps à autre un œil ( faussement ) naïf sur le pot aux roses à la manière d’un lapin de six semaines, et ce pour des intérêts qui ne sont pas les siens ; droite, gauche, ça fait des décennies et des décennies que ça dure, pour ne pas dire des siècles ; et "on" aime ça puisqu’"on" vote encore, "on" y retourne à l’urne, même brisés par la déception, peu importe ; il est si bon de vouloir croire en son pouvoir de citoyen et à l’éventuel sauveur, c’est à dire à la carotte qui fait avancer l’âne.

     

    Répondre à ce message

  • #2013448
    Le 27 juillet à 12:15 par dixi
    Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

    Non mais, cette Mme Macron ne s’est pas mis avec son petit gigolo pour rien .C’est une carnassière la dame, elle aime se pavaner dans la luxure, c’est une dévoreuse, ça se voit comme le nez au milieu de la figure .Déjà, avoir une famille, et se trinquer un jeunot de sa classe plus vieux que son propre fils pour en faire son amant, faut avoir de la suite dans les idées et une sacrée perversion .Alors les dépenses... Pomponette n’est pas là pour faire des économies , mais pour profiter de tout ce que peut lui offrir la présidence de son bien-aimé, avec le pognon du contribuable .Normal, il faut bien rattraper la différence d’âge .
    Nous avons une belle paire de glandouilles dans ce pays

     

    Répondre à ce message

  • #2013878
    Le 27 juillet à 21:46 par listener
    Après l’affaire Benalla, l’affaire Brigitte ?

    En tous les cas, de ce couple on peut dire à tout le moins que ni lui ni elle ne donne l’impression de faire souvent la vaisselle.

    Philippe Bouvard aimait à rappeler que lorsque, jeune journaliste, il était allé annoncer le premier à Mme René Coty l’élection de son mari à la présidence de la République, elle a réagi de la sorte : "C’est vrai ? Bon, et bien alors, ce soir je vais lui faire une tarte..".

    Autres temps, autres moeurs et autres "styles".

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents