Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Après les politiques et les journalistes, les humoristes se cassent la gueule

On a mis la photo de la Bajon avec un peu de nichon car ce coup-ci son texte n’est pas explosif, ça sent les vacances, mais elle a bien bossé. Ce n’est pas la Bajon qui se casse la gueule : à part l’émission de radio où elle intervient, elle a su habilement accompagner avec un humour très « fiscal » la fronde de la France périphérique depuis deux ans, sans aller jusqu’à une remise en question du Système. Mais ne demandons pas la lune à la brune.

 

 

Pour élever un peu le niveau de férocité, voici un extrait du dernier spectacle de Blanche Gardin, qui fait salle comble partout en France, pendant que Jamel arrête, fatigué (ses spectacles mal écrits sont foireux), que Gad regarde ses pompes (pompes/pomper, clin d’œil), et que les humoristes de one man show en général tremblent. Ils tremblent à l’idée de faire partie de la prochaine fournée de CopyComic [1].

 

 

Blanche incarne sur scène ce que Houellebecq décrit dans ses livres : la fin de la race supérieure occidentale, de l’homme occidental rongé de doutes, prêt à se laisser marcher sur la gueule par toutes les victimes ou minorités possibles et imaginables, femmes, migrants, juifs, homos, trans, intersexes, animaux de corrida et poulets de batterie.

En faisant exploser un paysage politique figé dans sa graisse en 2017, le jeune mondialiste Macron a provoqué une réaction en chaîne qui a commencé par la révolte des Gilets jaunes, et tout le monde a dû se positionner par rapport à cette nouvelle donne sociale. Les politiques comme les journalistes ou les humoristes.

On a vu les people chier dans leur froc à Paris pendant les journées de décembre (2018), on a entendu une mouche voler dans les grands appartements bourgeois quand le peuple en colère se faisait bastonner. Depuis, la cote des people s’est effondrée : pas un ou presque pour soutenir le mouvement. Des fins de carrière brutales sont à prévoir. Déjà, Dubosc, abonné à la Tsedaka de qui vous savez, ne fait plus du tout rire. Il ne faudrait pas qu’il s’expose avec un quatrième opus de Camping, ça pourrait mal se finir au box office.

Du côté politique la plupart des personnalités ont perdu ce qui leur restait de crédibilité, on ne les entend plus, ou plutôt elles sont inaudibles : leurs vieux discours de merde les condamnent à la casse. Peut-être en verra-t-on un jour quelques unes en jaune...
Et les journalistes ? Aphatie, qui concentre en lui toutes les vertus du perroquet-système, ce sont les crevettes qui en parlent le mieux :

 

 

Tout « l’ancien monde » dont parle Dieudonné dans ses vidéos se casse la gueule, en silence, parce que les agents du Système, qu’ils soient politiques, journalistes ou humoristes, n’aiment pas la mauvaise publicité.
Mais ils se cassent vraiment la gueule : la plupart n’ose plus foutre un pied dehors sans escorte, ce qui augure de lendemains qui chantent la Carmagnole...

 

 

Johnny en révolutionnaire en 67 ? On va plutôt mettre celle-là, même si cette Révolution sentait déjà le roussi, relire La Franc-Maçonnerie et la Révolution française de Talmeyr...

 

 

Dans le genre Carmagnole on a la Buzyn qui s’est fait chahuter pendant sa visite des urgences de La Rochelle. Pour l’instant, ce n’est que du chahut, ça reste très républicain. Mais ça pourrait changer un jour.
Ne ratez pas la Buze qui joue très mal la compassion pendant que tout le personnel lui gueule dessus... L’image de la fracture politique aujourd’hui.

 

Notes

[1] E&R est-il le CopyComic des politiques et des journalistes ?

La Bajon ou la Française qui dit « merde », sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

48 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Aaaaaaah, beaucoup de bonnes nouvelles.
    Merci !


  • Dire que les malades serrent la main de la buzynstein en souriant. Des françaises qui font des bisous à leurs tortionnaires et qui seraient capables d’abandonner leur mari même s’il était le plus attentionné des hommes. A vomir !!!!

     

  • Vous m’excuserez mais les femmes ne me font vraiment pas rire. Et puis pour être franc y a peu de français qui me font rire pour l’instant. En ce qui me concerne, il faut vraiment remonter aux temps de Les Inconnus. Qu’on me donne les Richard Pryor, Eddy Murphy, Aland Carr, Cody,...


  • apathie, rugy, l’idiot du film camping, avec ce genre de têtes à claques, on n’aura jamais assez de mains !!!

     

    • Surtout l’autre qui raconte qu’il n’a bouffé que des crevettes... lol
      Et ça veut jouer les bonshommes donneurs de leçons : qu’ils gardent celles de l’Histoire à l’esprit ; car, lorsque la roue tourne...


    • #2238927

      "Surtout l’autre qui raconte qu’il n’a bouffé que des crevettes". Attention : le prix des crevettes sauvages monte jusqu’à 36 euros le kilo et même au delà, alors que le homard ne facture qu’entre 30 et 35 euros le kilo.

      M’étonnerait que de de de Rugy se soit gavé de crevettes d’élevage à 12 euros le kilo... En essayant de réparer une bourde il en a commis une autre.

      La science nous dit que l’univers est constitué de 4 choses :
      - les protons
      - les neutrons
      - les électrons
      - les groscons


    • @ La Résistance En Marche,

      Alors encore mieux ! Ah, ah !
      Autant n’a-t-il bu que de l’eau du robinet : quelle bande de cloches.
      Voilà le truc qui mérite le goudron et les plumes... en direct. J’imagine déjà les records d’audience.


  • Blanche Gardin est vraiment drôle. On sent l’influence de Dieudonné dans l’écriture.

     

    • Heuuuu... une influence de Dieudonné sur les trucs de la Gardin ? Alors avec beaucoup beaucoup d’imagination et d’effort...

      Gardin n’est pas plus subversive que les sketches de fin de dîner du samedi soir dans les brasseries parisiennes où les jeunes femmes se réunissent en éclusant bières et clopes, histoire de se sentir égales aux hommes.

      Les humoristes, pléthoriques sur les scènes nationales françaises, essentiellement privées par ailleurs, ne font rire que les publics dont l’attente n’est pas bien méchante... ils veulent juste "se marrer" mais surtout pas être assimilés à un "méchant public" qui pense mal. Alors les humoristes, dont effectivement Dubosc est l’emblème parfait, se contentent de raconter leur petite vie ordinaire ou celle de leurs voisins... c’est toujours plus facile de se payer la tête d’autrui.

      Gardin, de son côté, est l’emblème en effet de la femme française de 40 piges : celle qui essaie d’être encore féminine d’apparence mais dont le langage est celui d’un charretier, la vulgarité en plus. Dommage qu’elle ne traduise pas ses sketches en anglais, elle ferait un tabac aux USA tant elle représente la française des années 50 le cynisme désabusé en rab.

      Et effectivement, Gardin c’est un peu la Houellebecq du seule en scène. Elle est très probablement aussi dépressive dans la vie que l’est l’auteur de l’Extension du domaine de la lutte... une lutte que ces deux là laissent aux authentiques mecs viriles, courageux et actifs.

      Globalement, l’humoriste des années 2019 c’est celui ou celle qui mettra le mieux en scène la dépression collective qui affecte le pays entier. Et le pire c’est qu’il y a vraiment un public pour écouter ça ! Se voir en miroir dans les sketches déprimants de Gardin ou les récits désabusés de Houellebecq et aimer s’apparente à du masochiste...


    • Quand je vois le regard que lui porte certaines femmes , je sais qu’elle touche juste. Oui elle est dépressive et désabusée, c’est même sur ça qu’elle parvient à faire rire, comme la plupart des humoristes. Mais là où elle est intéressante, c’est qu’elle dit la vérité sur ce que pensent les femmes des hommes, de la sexualité dans la vie de couple, ou de la jouissance pour la femme d’avoir le pouvoir de détruire un homme qui l’aime. Pouvoir donc les femmes usent et abusent sans limites aujourd’hui car le système les y encouragent. Voilà pourquoi elle dérange autant, ce franc parlé très masculin dérange énormément les femmes qui ne supportent pas de l’éntendre de la bouche du femme, encore moins d’une hétéro, désabusée des hommes, sans pour autant n’avoir aucune haine contre eux, bien au contraire. Et en tant qu’homme détruit par les femmes, ça fait du bien de voir qu’une femme soucieuse pour les hommes existe encore. Ça repousse les idées suicidaires le temps d’un sketch.


    • @ Lynx dans la brousse et Sev’

      Assez d’accord sur vos commentaires complémentaires : effectivement madame parle comme ces filles contemporaines qui se réunissent et jactent sur les « mecs » en parlant comme des « gonzes » : les femmes en rient (un peu moins celles qui trouveront Blanche, vulgaire) car cela leur rappelle toujours quelqu’un, mais se marrent plus encore le gars qui est resté bonhomme, tout en sachant et en continuant de les foutre à poil ; de la manière la plus simple qui se cantonne au physique et à ses atours et de la manière la plus subtile et la plus jouissive qui touche à leur psyché, dans les deux sens du terme : autant mythologique, qu’analytique. Car il n’y a jamais rien de mieux que d’être soi-même avec une femme vraie, qui s’assume comme telle, afin de répondre à ses attentes : mais d’être un clodo avec une hypergame, un fauché (ou radin) avec une duplice, tel que son père et ses frères avec une exogame, un macho à tendance misogyne avec une féministe, une raclure ou un voyou avec une princesse ; la liste de rôles contradictoires, à prêter aux casse-bonbons, aux déglinguées et autres faussetés, n’étant pas exhaustive... Certes est-elle perverse : mais ces dernières ne sont-elles pas pléthore ?


    • Réponse à Lynx dans la brousse

      Que Gardin "joue" la femme d’aujourd’hui avec sa déprime et le langage supposé être celui des hommes, c’est probablement vrai mais en partie seulement... heureusement la majorité des femmes dont vous parlez ne sont ni déprimées, ni ne ressentent le besoin de parler comme les charretiers !

      Si les foules se précipitent pour écouter Gardin, c’est, de mon point de vue, davantage parce qu’elle leur représente la petite citadine paumée.

      Gardin parle de son état à elle, de sa vision, de ses analyses hommes / femmes, mais ce n’est certainement pas l’état de la majorité des femmes. Et si tant de gens vont la voir c’est surtout parce que pour le moment elle "tranche" en regard de la pléthore humoristique qui tente d’entrer dans le monde du "être vu et reconnu" par le biais du seul-en-scène. Les hommes aiment toujours les contrastes !

      Autant Julie Ferrier est une femme d’un authentique talent (comédienne de théâtre avant tout, ayant travaillé la danse, le clown...) autant Gardin est essentiellement une femme qui monte sur scène pour juste raconter ses petites angoisses de citadines en manque d’amour. Gardin, ce n’est rien d’autre que ça. Elle a juste eu la bonne idée de se présenter costumée façon femme des années 50 (à l’évidence plus élégante que les tas d’aujourd’hui) et de contraster son propos en le truffant de vulgarité sur un ton doucâtre.

      Et le monde artistique ne s’y trompe pas sur la durée. Ferrier est passé très vite au cinéma dans des rôles majeurs et elle y démontre son évident talent d’incarnation. Gardin, fera un peu de cinoche in fine parce que les médias savent utiliser la notoriété ponctuelle pour faire du fric, mais elle glissera rapidement en bas des affiches au bout d’une poignée d’années. Observez comment fonctionne le système de la "culture de masse" et la durée de vie de toutes les nouvelles starlettes du cinoche... même celles qui ont été "molièrisées" ou "oscarisées" !

      Terminé les longues carrières à l’ancienne. Aujourd’hui, les chercheurs de têtes à exploiter piochent dans le vivier des humoristes, les imposent ici et là dans des productions médiocres puis les jettent. Gardin sera comme est aujourd’hui Forresti : lentement oubliée. Il n’y a pas de talent puissant , il y a juste des rigolos de service sans conséquence. Essayez d’imaginer, entre autres, Gardin en Lucrèce Borgia, en Andromaque, Séphise ou Roxanne... ça serait comique, pour sûr !


    • J’avais une ex qui était fan de Florence Foresti. Ça m’avait dégoûté d’elle. Une autre qui voulait m’enculer avec un gode ceinture, elle était pourtant très féminine. Une fois une amie d’une autre, me parlait ouvertement du doigt dans le cul, comme si ça devait m’exciter. Étrange toutes ces femmes phalliques que j’ai rencontré. C’est quand même dégueulasse. Je dois être un macho très féminin pour avoir eu droit a tant de femmes qui voulait m’enculer. La dernière à réussi, j’aurais préféré un doigt dans le cul plutôt qu’une telle encule à tout les niveaux de mon existence.

      Pour la durée des femmes artistes, c’est pas vraiment mon problème Je leur demande juste de coller à ce dont j’ai besoin dans mes blessures pas soignées du moment , pas de les aimer dans plein de rôles différents. par exemple quand je vois Blanche Gardin me faire sourire, je me dit la pauvre, elle est humoriste faute d’avoir trouvé le bon gars pour elle, car elle a jamais osé être une sale pute, comme 99 pourcent des femmes.

      Elle me fait me sentir humain, non je n’ai pas la haine de 100 pourcent des femmes. C’est pas mal déjà de réussir ça pour une artiste non ? D’ailleurs elle me rappel une femme particulierement marrante que j’ai aimé n’avoir jamais su aimer, pourquoi les femmes font des carrières d’artiste si ce n’est à cause des amour impossibles. Combien de petit déjeuners heureux à se marrer perdus à jamais dans les méandres de l’insatisfaction féminine. J’espère que le paradis existe, où on oubliera toutes ces conneries pour de bon.


  • Avant son suicide, François de Rugy a écrit sur le mur : le homard m’a tuer.

     

    • Excellent (bon jusqu’à dimanche, ensuite on va passer à autre chose)... tous les gauchiasses qui suivent Ruffin Perlimpinpin reprennent cette boutade, alors qu’elle vient d’E&R, MDR


    • De Rugy qui se défend en expliquant qu’il souffre d’une intolérance aux crustacés ... DSK est vraiment trop con , il aurait dû dire qu’il souffrait d’une intolérance à la turlute ...


    • @ SuperDupont,

      N’en croyez rien : c’est ce qu’il a fait, parlant saumure, pour avoir prétendu qu’il ne savait pas qu’il s’agissait de moules d’élevage. Plus loin, concernant le Sofitel, s’est-il formalisé de nous annoncer une relation inappropriée. Une rencontre prise à la légère : pas lourde, donc.
      Sans parler de naviguer en eaux troubles, si nous somme pas ici et par deux fois, dans l’univers des crustacés, je ne sait pas ce qu’il nous faut.


  • #2238718

    Timsit aussi a raccroché, "Hitler était un génie" chez Cohen/C à vous, 1ère seconde :
    - https://www.youtube.com/watch?v=3gk...


  • La Buzyn aurait tenté de me serrer la main , je peux vous affirmer que je lui aurais dit d’aller faire son cirque ailleurs ,et qu’il y a un personnel hospitalier qui veut lui parler ,ou alors d’aller consulter un otorhino


  • Je pense que les humoristes ont mangé leur pain blanc .Il va falloir qu’ils envisagent la reconversion au plus vite, sans quoi ils n’auront plus qu’en enfiler un gilet jaune .
    Dans la vie, il faut choisir son camp, mais surtout éviter de lécher les culs..


  • "hopital, en colère !" ; du drapeau CGT à la con
    des réflexions sur le homard sans doute
    ben ouai, un haut fonctionnaire d’état ça doit bouffer du homard ;
    qu’est ce que ça peut foutre,
    encore de la connerie gauchiste 1789 à deux balles, celle dont on ne sort pas depuis 200 ans, celle qui ne voit rien à 2cm de son pif, mais qui adore ses petites histoires, ses petits scandales qui n’en sont pas, sa mythologie de populace qu’on excite où on veut, quand on veut, et qui réagit comme on lui dit.
    Scénarios qu’on lui rentre "au chausse pied" (comme dirait la Gardin), ça frétille pendant 2 semaines, ça donnera quelques billets à faire aux faux-comique de france inter, et après ??

    Bien sûr utiliser l’argent public pour faire de beaux repas c’est pas bien ("pas bien !" tiens, vla un beau slogan très efficace pour la CGT) mais bordel foutez-moi un Roi, et qu’il mange du Caviar s’il veut, mais qu’il mette de l’ordre dans cette chienlit, c’est tout ce qu’on veut nan ? alors on s’en tape du homard, on s’en tape des affaires fabriquées et des tronches plastifiées à la téloche, et du drapeau de la CGT qui doit aussi en bouffer du homard en douce (grand bien lui fasse !). Que c’est idiot la politique, vue par un cerveau du XXIème siècle.

     

  • La Bajon, j’adore dans tous les sens du terme !

     

  • Et pourtant, La Bajon, depuis "Trésor Public"et "Mère Noêl", pantoufle et stagne dans son art ; coïncidence, depuis la tentative de "nazification" (voir le lien ER sous l’article).
    Terminé le soutien affiché aux Gilets Jaunes, les tacles appuyés et les "punchlines" pertinentes. La brune a quelque peu aseptisé ses vidéos, pétries de bienpensance (a phase sur Bardella est un bon indicateur, le thème "écologiste" de la précédente en est un autre), fait de la vanne plutôt facile et qui égratigne à peine, tout en conservant cet apparat d’insolence contestataire. Je mettrais un billet qu’en plein pic Gilet Jaune (décembre-janvier), elle ait subi des petites pressions (ou obtenue une contrepartie, celle de pouvoir rester dans ce métier) pour édulcorer son propos et le rendre plus acceptable pour le système.
    En revanche, j’apprécie de plus en plus Blanche Gardin qui m’évoque parfois Desproges dans son genre. J’avais du mal un temps, mais je réalise qu’elle titille quand même bien la pensée unique par fulgurances...


  • Très honnêtement, "La Bajon" me ferait plus vite bander que rire. Les "vannes", moi...
    Par contre, Gardin, j’ai regardé jusqu’au bout. Et elle, ce serait plutôt... l’inverse que l’autre...

     

  • Pour moi, le plus grand humoriste, et loin devant tout le monde, reste BHL.

     

  • LA seule qui me fait rire là dedans est Labajon , sauf sur le christ ! ( toujours le même : sur les autres on ironise jamais , cherchez l’erreur !) .
    et à l’hopital Velpo , c’est un vrai sketch avec la « Buzyn » !
    Le reste , c’est vraiment pas ma tasse de thé .
    Le pire c’est que je me suis coltiné johnny , en live à l’ORTF de l’époque ! ( à pleurer ) .


  • Le problème avec les humoristes actuels, et surtout les humoristes féminines, c’est la recrudescence de vulgarités dans le discours. Je revoyais avec joie hier soir un spectacle de Florence Foresti de 2005, où elle taclait habilement hommes et femmes tour à tour, faisait des sketchs avec de la gestuelle, des imitations, ...etc., et non pas seulement un stand-up ponctué de clichés sexuels à outrance comme dans la plupart des prestations de Blanche Gardin...
    Ne pas confondre grossièreté et vulgarité. J’ai l’impression que les femmes font un concours permanent avec les hommes (dans ce domaine et dans d’autres). "Bigard est grossier, je vais montrer que moi aussi en tant que femme je peux m’exprimer dans des termes orduriers...". Et bien non, ça passe mal ; cela ne démontre pas une "mise à niveau" homme-femme, mais plutôt un manque d’intelligence et d’habileté flagrants de la part de la gente féminine dans ce domaine.
    Rares sont aujourd’hui ceux qui ne font pas dans l’humour crasse, et c’est bien dommage (merci Dieudo, heureusement !), hommes comme femmes, alors quand allons nous retrouver de vrais humoristes, avec de vrais talents d’écriture et de comédie ?


  • Madame la ministre qui parade,larmoyante parce oui,une responsable à ce niveau peut s’émouvoir, pendant que les soignants vocifèrent et,ce faisant,perturbent le "repos" des malades:ces soignants ne font vraiment pas honneur à leur mission !
    Quelle honte !S’ils ont de l’énergie pour gueuler ,c’est qu’ils ont de l’énergie pour bosser !Et puis,syndicaliste dans le public,c’est une deuxième vocation.
    Heureusement qu’il y a une responsable politique(tout comme Fillon en maison de retraite) qui se penche sur la question et qui pourra dire,fièrement et à juste titre,par la suite :"oui,j’y étais !Parce que c’était de mon devoir d’aller au chevet de l’hopital"
    Une buse ? (vous m’avez scotché ER !) Dans toute sa splendeur !
    Merci les caméras (je dirais "blaireaux" pour rester dans le bestiaire)pour nous avoir aussi montré que les urgences ne sont que des salles d’attentes bien calmes,bien sages...


  • #2238859

    La carmagnole ptêt mais vive le Roy quand même ! ;)


  • Bientôt, on ne pourra même plus rire, déjà qu’on ficelle la parole, la pensée pas loin. Les comiques ne pourront plus faire leur vrai " travail " qui est de mettre le doigt où ça fait mal en tournant ça en dérision, car parfois il vaut mieux en rire tellement c’est dramatique, insupportable. C’est le rôle du fou du roi. On a bien vu ce que Dieudonné subit pour s’en convaincre. Il ne nous restera plus que les histoires de toto, ça en dit long sur l’esprit critique qui mourra avec les humoristes. " animaux de corrida et poulets de batterie. " Eux ne font pas chier le monde, alors qu’on les laisse vivre tranquilles. Ne pas tout mélanger svp.


  • L’ humour style, " one man show ", ça ne va pas aux femmes, même si elles peuvent être pernitentes, elles basculent très vite dans une vulgarité que je trouve moins accepatable que pour les hommes, elles ne me font donc pas rire , leur féminité en prend un coup, par contre, une femme peut avoir un humour raffiné et littéraire à travers des réparties savoureuses, comme dans les vieux romans anglais, ou bien comme Arletty, qu’on a revue ici même, alors là d’accord, humour, non conformisme, intelligence et avec classe !

     

    • "une femme peut avoir un humour raffiné"

      Oui, en effet, mais que dans la langue anglaise (et non pas l’anglais parlé aux States) pour la simple raison que cette langue s’y prête à merveille pour ça. Je suis plus de culture anglophone que francophone. Les femmes, comme pour bcp de mecs, ne me font pas rire ; déjà rien que le fait qu’on soit obligé de rire pour vous faire plaisir et passé pour un mec cool me déprime. Mais quand j’habitais à Londres, j’ai découvert des séries humoristiques comme "Keeping up appearances", "The Vicar of Dibley", " You rang my Lord",...Des séries dans lesquelles les femmes ont un rôle prépondérant. Eh ben ces séries ont un succès mondial, sont des véritables cultes dont certaines expressions sont rentrés dans le language populaire.


    • Pour frayer dans le domaine de « l’image » et de ses contours harmonieux, je vous comprends : mais nous avons tort. Si l’on focalise là-dessus essentiellement, l’on se fourvoie car, pour l’immense majorité, vous verrez ce qu’il en est de la féminité idéalisée passé 70 piges. Tout juste retraitée, en somme.


    • @sa majesté
      Entièrement d’accord , d’ailleurs j’adore l’humour anglais, le vrai, bien-sûr, il est si subtil, et d’accord aussi, les humoristes actuels ne me font, en général, pas rire du tout !


  • Sous couvert de la défense des malades (on ne parle jamais du système de santé qui se casse la gueule) c’est plutôt : "Un petit billet Mam Buzyn siouplait !"
    Rien à attendre de ces syndicats de fonctionnaire...


  • La Bajon me fait marrer par la Gardin !
    Pour certains, la Bajon ne va pas assez loin et gnagnagna...
    La Bajon fait du social, la Gardin du sociétal... je crois que tout est dit !

     

  • C’est une vue de l’esprit où la Buze fait de l’allergie aux sales pauvres de la classe moyenne hospitalisés ?
    J’espère qu’elle n’a pas chopé une infection nosocomiale là-bas. Les sales pauvres ça a des maladies bizarres.


  • Pour faire rire, il faut avoir le sens de l’humour et de la dérision, je ne connais aucune femme regroupant ces deux qualités, qui disparaissent souvent à l’adolescence pour les filles. Une femme humoriste est juste un imitateur de plus, et si elle sort de ce schéma, ça descend rapidement au dessous de la ceinture. C’est peut-être pour cela que les humoristes hommes se cassent la gueule, ça manque littéralement de couilles.


  • Bien sûr que les Français boycottent les humoristes. Les provocateurs, les dérangeants, les Le Luron, Coluche, Desproges, n’existent plus, ou alors ce sont des parias
    Rajoutez à cela que beaucoup sont des plagiaires purs et simples, comme le petit Elmaleh qui s’est fait récemment atomisé bien comme il faut...


  • Ça y est, elle devient chiante la Bajon... besoin de se réinventer ou de gagner plus ?!


Commentaires suivants