Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Au-delà de la bourgeoisie

Comprendre l’Époque : entretien avec Alain Soral (Partie 7/8)

- « Est-il possible d’aller au-delà de la bourgeoisie ? »

Alain Soral répond aux questions de Pierre de Brague
à propos de Comprendre l’Époque !
Un entretien de haute volée découpé en huit parties.

 

(Si vous rencontrez des problèmes avec la lecture de la vidéo Odysee, privilégiez les navigateurs Chrome et Firefox !)

 

 

Les six premières parties, sur E&R !

À ne pas manquer, sur E&R :

 
 

Livres de Alain Soral (80)







Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2700615
    Le 6 avril à 06:11 par mordicus !
    Au-delà de la bourgeoisie

    Oxbone ?
    C’est quoi le vrai nom de l’auteur qui a écrit une trilogie sur la modernité ?

     

    Répondre à ce message

    • #2700775
      Le 6 avril à 12:14 par Nadia
      Au-delà de la bourgeoisie

      Je crois que c’est Éric Hobsbawn, que Alain a cité dans ses livres précédents.

       
    • #2700964
      Le 6 avril à 15:41 par Alain Soral
      Au-delà de la bourgeoisie

      Eric Hobsbawm.

      L’Ère des révolutions : 1789-1848
      L’Ère du capital : 1848-1875
      L’Âge des extrêmes : le court XXe siècle 1914-1991

      AS.

       
    • #2708932
      Le 18 avril à 17:08 par mordicus !
      Au-delà de la bourgeoisie

      Merci Nadia, Merci Patron !

       
  • #2700656
    Le 6 avril à 08:59 par De Bonald
    Au-delà de la bourgeoisie

    Intéressant. Il ne manque plus qu’à lire le livre pour approfondir la chose. La bourgeoisie qui détruit sa propre assise (la raison), ce n’est pas étonnant puisque cette base était fausse dés le début (en tout cas la raison voulant être dominatrice de tout) et ce qui est faux ne résiste pas au temps ni à la réalité. Le souci est qu’en laissant les mêmes décider de notre avenir, on va forcément vers bien pire puisque leur leitmotiv principal est de garder coûte que coûte le pouvoir et donc leur position dominante et qu’ils continuent en conséquence dans la même direction mais juste poussée beaucoup plus loin. Donc plus en avant dans l’erreur et l’égoïsme et ceci jusqu’à l’absurde total. Youpi ! Donc on passe de la raison à la déraison pure. La déraison pure étant donc l’aboutissement naturel de la raison lorsqu’on la laisse livrée à elle-même. Au final, à leur gauche, ces dominants ont une immense masse de gens dont ils semblent avoir trés peur mais qu’ils ont justement pour projet de contrôler totalement via l’introduction dans leur corps de technologie type informatique-IA, ceci afin de les neutraliser. Et à leur droite, trés trés peu de réactionnaires puissants capables de faire quelque chose ou même d’oser le faire, conséquence directe de la dégradation de la société toute entière depuis des siècles. Nous pouvons rajouter à cela une population générale globalement incapable de comprendre le message de ces mêmes réactionnaires, conséquence là-aussi directe de cette même dégénérescence, ces masses populaires les percevant même comme leurs pires ennemis, ceci résultant du lavage (ou plutôt encrassage) de cerveau qu’ils ont subi depuis des lustres. Bref : la partie est loin d’être gagnée pour nous ! Là il va falloir vraiment un nouveau Messie pour tirer tout le monde de ce trés mauvais pas. Ce qui est étonnant est que ce soit le Rav Dinovitz qui l’annonce et l’espère ce Messie (voir la vidéo récente sur ER). Et il a parfaitement raison, ce Rav, y compris dans sa compréhension non nunuche de qui sera exactement ce Messie. Je suis 100% d’accord avec lui !

     

    Répondre à ce message

    • #2701636
      Le 7 avril à 17:39 par ProtégeonslaPalestine
      Au-delà de la bourgeoisie

      "La bourgeoisie détruit sa propre assise (la raison)", dites vous : la raison n’est pas le principe fondateur de la bourgeoisie, mais son alibi premier pour faire vaciller les assises de la foi. Une fois la déchristianisation du monde occidental obtenue, la raison devient inutile car synonyme d’esprit critique. La bourgeoisie n’est pas un rapport à la vérité mais un positionnement face à l’opportunité. C’est l’opportunisme qui définit l’esprit bourgeois, et non les valeurs.

       
    • #2701786
      Le 7 avril à 22:04 par De Bonald
      Au-delà de la bourgeoisie

      La raison est seulement l’assise de son pouvoir sur les autres donc ? Et en conséquence et en d’autres termes juste la nouvelle "foi" à donner aux autres pour remplacer l’ancienne et les dominer ? Peut-être.....Mais est-ce certain qu’au début la bourgeoisie au sens large n’ait pas fonctionné elle-même et elle aussi en partie sur cette raison ? J’ai du mal à croire que dés le début ils aient été si dénués de toute valeur. Qu’aujourd’hui beaucoup le soient, surtout les plus puissants, je n’ai aucun doute là-dessus mais du temps a passé depuis 1789 et les choses ne sont pas allées en s’améliorant depuis, bien au contraire.Que la bourgeoisie ait été sans aucun scrupule dés le départ et n’ait pas cru au moins un peu à son propre credo me paraît douteux et il me semble qu’Alain dans sa vidéo laisse supposer qu’elle y ait crue elle-même un temps mais peut-être me trompe-je ? Je ne suis pas dans leur tête et n’ai pas non plus la science infuse. Encore une fois, je parle de la bourgeoisie au sens large, pas juste des usuriers.

       
    • #2701792
      Le 7 avril à 22:15 par De Bonald
      Au-delà de la bourgeoisie

      Je crois qu’à moins d’être totalement dégradé (et dérangé), personne ne peut vivre sans un minimum de valeurs morales. Et j’ai du mal à imaginer que la bourgeoisie, dans le sens large, en ait été à ce point de dégradation en 1789. Ca me paraît impossible vu l’époque.

       
    • #2701812
      Le 7 avril à 22:40 par De Bonald
      Au-delà de la bourgeoisie

      D’ailleurs si le bourgeois, au sens large, n’a plus aucune valeur morale et que de l’opportunisme, il n’a pas non plus alors de mauvaise conscience qui le dérange et donc nul besoin de compenser quoique ce soit comme c’était le sujet de discussion l’autre fois. Je connais des gens vraiment sans aucune valeur et ils ne compensent jamais !

       
    • #2701864
      Le 8 avril à 00:19 par ProtégeonslaPalestine
      Au-delà de la bourgeoisie

      @ De Bonald : "Mais est-ce certain qu’au début la bourgeoisie au sens large n’ait pas fonctionné elle-même et elle aussi en partie sur cette raison ? J’ai du mal à croire que dés le début ils aient été si dénués de toute valeur." : Si vous avez du mal à croire, le moment est venu d’aller élever des chèvres dans le Vercors pour vous éviter ce genre de tourmente. François Mitterrand a écrit : " La bourgeoisie a toujours choisi son intérêt, ou ce qu’elle croyait être son intérêt. Le patriotisme ne fait partie de ses intérêts que sous bénéfice d’inventaire. " Si Mitterrand, qui fut le Talleyrand du XXème siècle de par son esprit florentin, l’a écrit en 1995, alors il faut le croire : sa définition préfigure avec 25 ans d’avance le nationalisme insincère donc bourgeois d’un Zemmour, à savoir un patriotisme opportuniste = "sous bénéfice d’inventaire". La bourgeoisie n’est guère cet état d’esprit qui s’est corrompu au fil du temps mais la corruption inaugurale qui a vocation à s’inscrire dans le temps. Le cursus moral du bourgeois varie au gré des circonstances et sa loyauté temporaire est proportionnelle au gain qu’il peut en escompter.

      Exemple : Georges Marchais, entier comme un monolithe, était l’antithèse du bourgeois, tandis que Bayrou incarne l’exercice bourgeois de la politique : il est pote avec Macron sans conviction, comme il l’a été avec tous les présidents pour garantir sa survie. Bref, ce qui caractérise le bourgeois est la versatilité de son éthique au service de ses intérêts. Le noble d’esprit, toutes classes sociales confondues, est prêt à mourir pour ses valeurs : il y a donc plus d’aristocratie d’âme chez un Gilet Jaune prêt à y laisser un œil que chez un capitaine d’industrie qui a hérité d’un titre nobiliaire.

      "Je suis bilieux comme tous les diables et il n’y a de morale qui tienne " in Le Bourgeois gentilhomme de Molière. Je pense la criminalisation légale de la pratique du duel en 1914 est une loi éminemment bourgeoise : pourquoi défendre son honneur quand on peut se battre pour son intérêt.

       
    • #2702054
      Le 8 avril à 11:13 par De Bonald
      Au-delà de la bourgeoisie

      Sauvons la Palestine .....dans l’ensemble je suis d’accord avec toi mais bon......la caricature est quelque chose qui n’a aucune nuance et n’est donc pas trés fiable. L’être humain, bourgeois ou pas, est complexe. Concernant G. Marchais, je te propose de visiter le château dans lequel il vivait, à Champigny je crois et tu réviseras peut-être ton point de vue ?

       
    • #2702068
      Le 8 avril à 11:36 par De Bonald
      Au-delà de la bourgeoisie

      Pour le reste, je suis d’accord avec toi : ce qui caractérise la bourgeoisie, c’est la lâcheté, la couardise, l’intérêt, la faiblesse morale, le matérialisme etc.......Pas du tout le genre à mourir pour des idées !

       
    • #2702230
      Le 8 avril à 14:53 par ProtégeonslaPalestine
      Au-delà de la bourgeoisie

      Concernant le château de Georges Marchais, je m’inscris en faux avec le réflexe bien franchouillard qui consiste à quasi criminaliser Les acquisitions matérielles : à s’attarder sur la forteresse de Le Pen à Saint-Cloud, sur les costumes de Fillon ou sur le château de De Gaulle, on finit par perdre de vue l’homme et son combat. Mes parents ont un château impressionnant eux-aussi, obtenu au terme de 40 années de labeur dont 32 de rénovations sans relâche et pourtant, ils appartiennent à la classe moyenne : simple question de priorités et d’organisation financière. À quoi vois-je que mes darons ne sont absolument pas des bourgeois ? 1- Ils ont construit mon éveil à l’esprit critique et au sens de l’effort quotidien. 2- Ils m’ont gentiment fait savoir que je n’hériterai pas de leur château, qui sera vendu de leur vivant et dont la somme sera redistribuée à des particuliers dans le besoin. En gros, je repartirai avec leur bibliothèque, la richesse immatérielle, et 7000€ confiés au notaire pour les enterrer décemment, rien de plus. Donc si Georges Marchais a obtenu son fameux château en travaillant et en dehors de la spéculation boursière, je maintiens qu’il est plus aristocrate que bourgeois.

       
    • #2702437
      Le 8 avril à 19:35 par De Bonald
      Au-delà de la bourgeoisie

      Mouais.....sauf que Marchais lui, était communiste quand même ! Pas le Pen ni de Gaulle. Et je doute que Gorgio ait pu acheter son château avec ses quelques années de salaire de métallurgiste !

       
  • #2700743
    Le 6 avril à 11:34 par Boblagratte
    Au-delà de la bourgeoisie

    Peut-on vraiment classer la super-classe mondiale avec l’horrible petit bourgeois ?

     

    Répondre à ce message

    • #2700969
      Le 6 avril à 15:50 par Alain Soral
      Au-delà de la bourgeoisie

      Question qui montre une fois de plus toute la limite intellectuelle de celui qui la pose...

      Le travail c’est effectivement de classer - c’est à dire de mettre chacun à sa place - le grand bourgeois de l’hyper classe et le petit bourgeois de la PME, à l’intérieur de ce processus global qu’est la bourgeoisie.

      C’est ce qui s’appelle penser la bourgeoisie...

      Capito ?

      AS.

       
    • #2701076
      Le 6 avril à 18:32 par rhesus négatif
      Au-delà de la bourgeoisie

      Peut-on vraiment classer la super-classe mondiale avec l’horrible petit bourgeois ?



      comparons une merde de doberman et une crotte de rat

      nous constatons une difference de taille mais pas de nature.

       
  • #2700830
    Le 6 avril à 12:50 par Lancelot
    Au-delà de la bourgeoisie

    remarques en vrac :
    - Jean Piaget doit être relu de façon critique à la lumière des plus récentes expérimentations en psychologie du développement. Il disait que la numération venait assez tardivement, vers 6 ans. Or on sait désormais que même les nourrissons se surprennent d’une opération simple erronnée (S. Dehaene). Cela relativise ceux qui comme Freud affirmaient que toute la pensée est dépendante de la culture.

    - le LGBTisme peut être compris comme un calcul libéral rationnel, du point de vue des super-élites, dans le sens où cela leur permet de canaliser la décadence à leur profit. L’invention de la catégorie "SIDA" en 1982 et son faux coupable "VIH" en 1984, a mis un coup d’arrêt très net à la révolution sexuelle, du moins dans son côté transgression totale (il faut une capote). Par le biais des assoces, cette révolution fut récupérée dans "la lutte contre le Sida" qui elle-même a été récupérée dans l’absurde "mariage gay". Cette dialectique se voit mieux aux États-Unis qu’en France. Elle permet d’expliquer ce paradoxe : alors que l’institution patriarcale est quasi détruite, le système capitaliste s’en est très bien sorti.

    - un élément qui n’est pas abordé, qui explique rationnellement la déraison manifeste dans les crises d’hystérie féministes et végan, c’est l’influence inouïe des jeunes femmes dans nos sociétés d’individus atomisés. 50% des électeurs sont des femmes, et sans doute autant parmi les pigistes non chômeuses, or ce sexe n’a ni les mêmes intérêts (le siècle du suffrage féminin est celui de l’État-providence) ni le même câblage neurologique (ce qu’on constate tous les jours). Quand elles sont sérieuses elles abordent les choses sous une forme quasi-religieuse, d’où le retour du blasphème (P.C.). Tant que des hommes organisés ne reprennent pas en main l’information (donc l’esprit) et l’action politique, on laissera une faille béante à nos ennemis.

    C’est toujours un plaisir d’entendre un penseur de la globalité.

     

    Répondre à ce message

  • #2701056
    Le 6 avril à 18:03 par exTatiebaba
    Au-delà de la bourgeoisie

    Merci cher A.S.. Livre reçu aujourd’hui ! :) J’espère arriver à le comprendre aussi bien que ces vidéos passionnantes. Ensuite il faut que je retrouve mon "Comprendre l’Empire" dans mes cartons non déballés du Québec :) !! Plus ou moins 10 ans déjà depuis cette conférence dans cet improbable motel de Rivière-Rouge ! Ouille. :)
    L’histoire s’emballe depuis le début des années 90 il me semble, les 10 prochaines risquent d’être vraiment ""intéressantes"". Espérant avoir toujours le bonheur de vous suivre.

     

    Répondre à ce message

  • #2701146
    Le 6 avril à 20:34 par dollycomeback
    Au-delà de la bourgeoisie

    Définition de l’égalité apprise à la faculté de droit :

    Toutes personnes dans des situations différentes doivent être traitées de manières différentes.

    Exemple :

    Devant un escalier, l’égalité abstraite met l’homme valide et l’homme en chaise roulante au même niveau. L’un peut monter, mais l’autre ne le peut pas.

    La justice voudrait qu’il y ai une rampe à côté de l’escalier pour que les deux puissent monter à leur guise.

     

    Répondre à ce message

    • #2704435
      Le 11 avril à 14:24 par Oui, mais moi je suis juge.
      Au-delà de la bourgeoisie

      En gros, la justice fait l’inverse de la loi, car comme chacun sait, la loi est la même pour tous.

      En bref, la justice est l’inverse de ce que dit le discours public. Le jugement est, à la fin, politique.
      Ce qui explique certains verdicts.

      PS : j’ai traité le mot justice comme "institution judiciaire". Si tu l’as utilisé comme "ce qui doit être", mon propos reste valable. Une étape en plus fera le raccord.

       
  • #2701709
    Le 7 avril à 19:46 par Thomas
    Au-delà de la bourgeoisie

    Numéro 716, du 03 avril 2021, des Commentaires Eleison par Son Excellence Mgr Richard Williamson traitant sur le sujet.

    Lorsque j’étais enfant, les gens disaient que c’est l’oubli de Dieu qui avait conduit à la révolution russe de 1917. En 1983, maintenant que je suis un homme, je pense que cette même phrase résume toujours tout. Elle passe en revue tout le XXe siècle avec tous ses crimes, à commencer par la Première Guerre mondiale qui n’aurait jamais été possible si les cœurs des dirigeants européens n’avaient été vides de Dieu et pleins d’une hargne impie qui les a poussés par exemple à faire des gaz toxiques des armes de guerre. De même, pour la Seconde Guerre mondiale. Les Européens sont épuisés. Car la paix dépend de cœurs solides et non pas de la bombe nucléaire. Nous nous sommes trop habitués à des idées d’apocalypse. Dostoïevski a dit que les grands événements nous ont pris au dépourvu, et que le monde ne pourra être sauvé qu’après que les forces démoniaques s’en seront préalablement emparés.
    En attendant, le monde entier voit triompher Satan. En 1917, la classe dirigeante russe avait perdu la Foi et la religion menaçait de s’éteindre dans la classe ouvrière. La Russie avait pourtant connu une époque où tout était imprégné du christianisme orthodoxe. La piété – et non le matérialisme – façonnait la pensée et la personnalité des gens ; elle organisait leur vie. […]
    Une révolution commence toujours par l’athéisme, a dit Dostoïevski. Mais aucun athéisme n’a été aussi agressif que celui du communisme. Dans les années 1920, il y eut quantité de martyrs chrétiens en Russie, à tous les échelons de l’Église et de l’État, et on enlevait les enfants des bras de leurs parents afin de les couper de toute religion. Certes, Staline favorisa un temps la religion, mais ce ne fut que pour raviver le patriotisme russe contre Hitler ; Brejnev fit mine d’avoir des sentiments religieux, mais ce n’était que pour tromper l’Occident. Mais Khrouchtchev a démontré à quel point la religion restait profondément haïe par le Communisme et par tous les successeurs fanatiques du diabolique Lénine. Toujours est-il que, parmi tous ces fous qui persécutaient le Christ, aucun ne s’est jamais douté de ce qui, en définitive, devait un jour arriver, car sous le rouleau compresseur communiste, la conscience russe tournée vers Dieu a maintenant ressurgi, vive et profonde. Les chars et les fusées n’ont pas vaincu et ne vaincront jamais le christianisme.

     

    Répondre à ce message

  • #2701710
    Le 7 avril à 19:49 par Thomas
    Au-delà de la bourgeoisie

    Suite et fin.

    En Occident, la religion est plus menacée de l’intérieur que de l’extérieur. Au Moyen Âge, le sécularisme a surgi de l’intérieur, plus dangereux que nos chars ou nos fusées modernes. Aujourd’hui, son idéal ne s’élève guère plus haut que la vie courante, la liberté, et la poursuite d’un bonheur égocentré. Le bien et le mal sont des objets de moquerie. On oublie le cœur humain. Résultat : le mal sévit partout. L’Occident dérive sans cesse et perd sa jeunesse. Les médias blasphèment les noms de Jésus et Marie. Dans ce cas, pour quelle raison devrais-je m’abstenir de faire de ma liberté ce que je veux ? Pourquoi ne devrais-je pas haïr la société où je vis, puisqu’elle-même m’apprend à le faire ? Les faiblesses du capitalisme ne correspondent-elles pas aux faiblesses de la nature humaine ? Par exemple, la recherche de l’argent ne découle-t-elle pas du péché capital de la cupidité ? Certes, le capitalisme se targue d’établir l’égalité. Mais n’est-ce pas une égalité d’esclaves, dépourvue de toute valeur spirituelle ? Le capitalisme se targue de me rendre plus libre ? Mais si je suis « libre », cela ne signifie-t-il pas que je suis libre de haïr aveuglément ? Nous sommes loin du salut de l’âme qui ne passe jamais par l’argent ou l’abondance des biens matériels.
    Sans amour, la vie et l’art sont en danger de mort. En Occident, cela arrive par la faute volontaire d’hommes qui cherchent à prendre la place de Dieu. L’Orient et l’Occident ont oublié Dieu. Pourtant, la clé de toute notre existence n’est-elle pas dans le choix quotidien que chaque cœur humain doit faire entre le bien et le mal ? Les théories modernes qui recentrent tout sur la société d’ici-bas ont fait faillite, mais nous n’avons toujours pas rejeté leurs mensonges. Si nous ne nous tournons pas vers Dieu, nous ne trouverons jamais de solution à nos problèmes. L’ennemi est en moi. C’est nous qui nous pendons.
    La vie humaine n’est qu’une étape sur le chemin conduisant à Dieu. Cette vie dépasse les simples lois de la matière, c’est-à-dire les sciences physiques. En Dieu, nous vivons, nous nous mouvons ; nous avons notre être : Il est « l’Amour qui meut le soleil et les autres étoiles » (Cf. Dante, ligne finale de toute sa « Divine Comédie »). Oubliez les XIXe et XXe siècles. Nous devons monter à Dieu. Le soi-disant Siècle des Lumières s’est avéré un échec total.

     

    Répondre à ce message

    • #2702324
      Le 8 avril à 17:36 par François
      Au-delà de la bourgeoisie

      Venir ecouter et lire les messages ici, renforce ma foi.
      L’esprit vaincra toujours, nous en avons meme la preuve le Christ.

       
  • #2702239
    Le 8 avril à 15:05 par De Bonald
    Au-delà de la bourgeoisie

    Dans le tryptique Liberté-Egalite-Fraternité, la bourgeoisie a joué sur l’égalité parce qu’elle s’adressait à la classe sociale qui avait tout le monde au dessus d’elle et qui ne voyait en conséquence que des avantages et aucun inconvénient à ce principe d’égalité. Ils ont donc joué sur le défaut le plus répandu et facile en ce monde : la jalousie à l’égard d’autrui. La liberté et la fraternité étaient des concepts beaucoup plus vagues et qui déclenchaient moins de réactions spontanées.

     

    Répondre à ce message

  • #2702387
    Le 8 avril à 18:50 par Ed
    Au-delà de la bourgeoisie

    Faut bien que quelqu’un vous le dise :

    L’Europe (parce que l’Occident ça ne veut strictement rien dire) domine le monde idéologiquement, théologiquement, technologiquement, politiquement, matériellement et énergétiquement.

    Le monde tourne à son heure, selon son calendrier, elle contrôle absolument toutes les organisations mondiales, absolument toutes les institutions et agences internationales (renseignez-vous, c’est officiel et transparent)

    Elle n’est pas la première zone marchande mondiale fortuitement, et elle n’a surtout pas intégralement développé les USA et la Chine (et le reste) par charité chrétienne.

    Bref, ce qui fout le bordel dans vos têtes nationalisées, c’est que vous croyez autant au mythe du progrès technologique qu’en celui de la démocratie libérale,... erreur d’appréciation majeure ! mdr

     

    Répondre à ce message

    • #2702767
      Le 9 avril à 11:30 par De Bonald
      Au-delà de la bourgeoisie

      Bien sûr que l’Occident signifie quelque chose ! C’est la partie du monde dont la culture chrétienne est le fondement depuis longtemps ou au moins depuis ses grands débuts (ceux que nous connaissons en tout cas) en tant que nations structurées. Donc tu peux y ajouter les USA, la Russie, le Canada, la NZ, l’Australie et éventuellement l’Amsud et l’Amérique centrale peut-être......Pour le reste, personnellement en tout cas, je n’ai pas un esprit " nationalisé" puisque je désire que TOUS les pays, pas seulement la France, restent ce qu’ils sont, gardent donc leur identité propre. J’ai le désir que l’Espagne reste l’Espagne, l’Italie l’Italie, le Maroc le Maroc etc.......Maintenant si toi tu as envie de goûter dans le futur la même daube putréfiée ou sans goût aucun partout sur la planète, tu le regretteras fatalement un jour mais ce sera trop tard.

       
    • #2704408
      Le 11 avril à 13:41 par Ed
      Au-delà de la bourgeoisie

      Tu confonds "occident" (religion) et "colonisation européenne" (marché), bien que la nuance ne soit certes pas évidente, puis tu ignores pourquoi les nations ont été créées à la fin du XIXe (ONU), accessoirement, c’est pour ça que tu ne comprends pas c’qui s’passe ;)
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Occid...
      C’est pas l’Arménie, l’Uruguay, le Congo ou la Papouasie qui domine le marché mondial et qui impose son modèle techno-culturel dégénéré aux autres peuples, HIER et AUJOURD’HUI, c’est la France (Interpol/AIE/Total/Gaumont/Renault/Carrefour etc etc etc ), L’Autriche (AIEA/Kronospan/Redbull), l’Italie (Vatican/Faco/Fiat), les Pays-Bas (CPI/Shell/Philips), la Suède (5G/Volvo,Ikea), l’Allemagne (VW/Bayer/Thyssen), la Suisse (OMC/LSD/WWW), la Belgique (OTAN/puce/FN).… les grandes nations européennes, ni plus, ni moins.

       
    • #2704748
      Le 12 avril à 08:43 par De Bonald
      Au-delà de la bourgeoisie

      C’est sûr que Wikipédia est une référence ABSOLUE pour comprendre l’Histoire et la géopolitique.

       
Afficher les commentaires précédents