Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Catherine Arenou, maire de Chanteloup en feu, avait pourtant suivi les conseils d’Attali

On dit que ce sont les forêts mal entretenues qui brûlent, celles qui étouffent sous les buissons sauvages et qui n’ont pas de tranchées anti-feu entre les blocs d’arbres. Les villes, c’est pareil : elles peuvent prendre feu si leurs édiles refusent de regarder la réalité en face. Et un jour, le bois est tellement sec qu’on n’a même pas besoin d’un pyromane pour que tout prenne feu.

 

Avant de vivre la destruction par le feu du chapiteau de la « réussite », enfin, qui symbolisait la réussite dans sa ville, madame le maire de Chanteloup-les-Vignes, Catherine Arenou, se pensait bénie des dieux, tant elle avait donné tous les signes d’allégeance possibles à la dominance. Elle a ainsi reçu l’empereur du socialo-sionisme français, à défaut d’être le président de tous les Français, le sieur Jacques Attali, qui sera peut-être anobli un jour. Jacques d’Attali, ça sonne encore mieux.

Après les émeutes de ce début novembre, le seigneur Attali a pu se rendre compte qu’Arenou avait bien écouté ses leçons d’« économie positive », comme le conseille Positive Planet, le think tank mondialiste de micro-crédit du conseiller des présidents successifs de la République franc-maçonne.

 

 

L’avenir inclusif et durable, on a vu ce que ça a donné dans le réel. Dans le cadre du Forum du Havre, sur lequel nous allons revenir, Arenou a aussi rencontré le ministre de l’Éducation Blanquer, l’arbre républicain dont le président Macron se sert pour cacher la forêt de la déséducation généralisée.

 

 

Le clip archipositif du LH Positive Forum :

 

 

La conférence sur la « justice sociale dans nos territoires » avec l’intervention très remarquée de la très charismatique Catherine Arenou, un débat animé par la très grande journaliste Audrey Pulvar qu’on retrouve souvent dans les débats des amis du CRIF :

 

JPEG - 186.7 ko
Audrey pose ici aux côtés du président de la République Serge Kalifat et son représentant pour la société civile Emmanuel Macron

 

Voilà pour les présentations, passons à la passionnante conférence, qui résout depuis 35 ans tous les problèmes du vivre-ensemble dans les banlieues françaises :

 

 

À l’écouter, on sent que la vicomtesse de Chanteloup a l’autorité nécessaire pour faire régner l’ordre dans son fief. À travers elle, on sent la puissance de la pensée républicaine, et une aura qui dépasse les limites géographiques de sa mairie : elle veut « accompagner ces habitants sur une lecture nouvelle ». Ces mots très forts lors du Forum Positif ont dû résonner encore plus fort dans l’oreille des brigandins qui ont incendié le chapiteau de la réussite,

 

 

Mais rien ne peut arrêter ce bulldozer du Bien, qui écrase et reconstruit tout sur son passage : force reste à la loi !

 

 

On le constate avec Catherine, « l’inclusion » qui revient sans cesse dans sa bouche n’est pas chose facile. Mais comment inclure des gens qui ne veulent pas être inclus ? De force ?

Le Premier ministre, appelé en renfort dans le fief d’Arenou, est venu constater les dégâts. Du symbole de la réussite, il ne reste rien, que des cendres et des regrets. Mais le plus grand des Français après Emmanuel Macron montre les dents, des dents qui font trembler la « petite bande des imbéciles irresponsables » :

 

 

Voilà ce dont les Français ont besoin, qu’il s’agisse de Français pacifiques ou de racailles : d’autorité ! Le duo Macron-Philippe, avec leur larbin Castaner, qui est au fond du trou, un peu comme Bruel mais pour d’autres raisons, a su montrer les crocs contre les ignobles Gilets jaunes qui voulaient s’en prendre au vivre-ensemble entre les riches et les pauvres. Nul doute qu’ils sauront écraser la révolte des banlieues dans le même sang, en énucléant quelques racailles et en arrachant leurs mains incendiaires !

 

 

Bonus : la petite histoire parallèle de la banlieue

Il semble que le blanc-seing accordé aux désœuvrés dans les quartiers par 35 ans de gestion socialiste, c’est-à-dire au mieux d’yeux fermés, au pire de remontée du fric de trafics dans les caisses de certains élus, ait fini par dépasser les deals locaux des édiles avec les représentants des associations, qui s’avèrent être contrôlées plus par des « grands frères » ou des caïds que par des habitants au sang républicain.

Ces trafics arrangeaient tout le monde, élus, associations, dealers, même si on a eu droit à une petite guerre contre la drogue, mais rien d’équivalent à celle de la DEA contre les cartels colombiens. Il ne fallait surtout pas que la police aille mettre son nez dans ces affaires, puisque une partie du fric remontait dans des caisses politiques. L’absence de la police dans ces quartiers a donné aux racailles ce sentiment d’impunité auquel on assiste aujourd’hui et on sait tous que la mayonnaise aura du mal à rentrer dans le tube.

De la même façon, la faiblesse chronique et calculée (cela arrangeait un certain « service » détaché de l’État) de la justice locale dans l’Yonne a permis à des tueurs en série de proliférer dans ce département en toute tranquillité. Là où l’État est faible, la corruption et la mafia sont forts.
La question de fond, c’est : qui a affaibli l’État dans ces quartiers, et pourquoi ?...

Sevran, Chanteloup et les autres, sur E&R :

 






Alerter

72 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2315054
    Le 5 novembre à 20:58 par Ducon de Les Gonnesses
    Catherine Arenou, maire de Chanteloup en feu, avait pourtant suivi les (...)

    T’as appelé à voter qui mémaire ? À faire barrage au fâchisme avec macron ? Ben, te plains pas ! vive le vivre ensemble et ses petits aléas !

     

    Répondre à ce message

  • Ces temps-ci, les mégots semblent prendre positions.

     

    Répondre à ce message

  • Ah ah ah ah !! ça fait sérieux et compétent ! du style les conseils viendront de Neuilly et de Saint-Germain-des-prés ma bonne dame ! Dans la famille compétences qui nous coûtent un bras je demande .... " Les Baltringues " ! ;)

     

    Répondre à ce message

  • #2315321
    Le 6 novembre à 09:31 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Catherine Arenou, maire de Chanteloup en feu, avait pourtant suivi les (...)

    lorsque tu concentres des pauvres,
    tu crois que ça va produire quoi ?

    pour le moment, ils sont à la périphérie de ta ville,
    ce que tu nommes la banlieue

    avec beaucoup de mépris
    et aussi, avec beaucoup d’envie,
    parce que ces gens-là sont forcés d’avoir une vraie vie que tu n’as pas
    et tu te rends compte que tout ton fric ne peux pas te le permettre

    le Système sur lequel tu penses vivre s’effondrera-t-il ?
    et si oui, quel sera ton sort ?

     

    Répondre à ce message

  • De toute façon, ces gens ne sont pas des manifestants violents ayant des revendications, ce sont tout simplement des insurgés contre l’état.

    Il faut tirer à balle réelle, après sommations évidemment, c’est la seule réponse convenable dans ce cas. Rien d’autre ne marchera jamais, je vous le garanti. Tant que ces individus ne rencontreront aucune résistance ils continueront, toujours plus loin.

    Je sais que ces propos sont choquants dans ce pays engauchisé mais c’est ce qui aurait été fait, depuis longtemps, dans n’importe quel pays normal...

     

    Répondre à ce message

  • Moi je trouve que les racailles (à Macron) coopèrent bien avec Attali et le Pouvoir Profond, ils monopolisent les médias engendrent la peur des gens et participent grandement à ce que nous n’entendions plus parler des Gilets Jaunes !

     

    Répondre à ce message

  • C’est un coup des Russes, Poutine sûrement, ou peut être c’est Bachar el-Assad !

     

    Répondre à ce message

  • Excusez-moi, je vous en rajoute une couche.

    Vous voyez là les autorités françaises (enfin ce qui en tient lieu) sont dans la situation du premier de la classe qui se fait bolosser et qui ne dit rien car il espère que ses agresseurs vont se lasser. Ça n’arrivera pas, ça n’arrive JAMAIS. Bien au contraire les humiliations sont de plus en plus pénibles car il faut sans cesse plus pour que les petites brutes de cour de récré aient leur petit plaisir.

    Là c’est pareil, les violences ne s’arrêteront jamais si on ne fait rien ou trop peu. Au point où en sont les choses on ne peut plus faire l’économie d’une réaction violente.

    Il n’y a pas de raison que ça dégénère en guerre civile si les choses sont bien faites. D’abord Macron doit dégager Castaner et lui coller tout sur le dos puis nommer un général pour bien marquer le changement. Ensuite il faut expliquer qu’il y a eu beaucoup de laisser aller avant, que la situation a mal été évaluée (à cause de ministres de l’intérieur incompétents par exemple) mais que maintenant c’est terminé.

    Les émeutiers doivent être qualifiés systématiquement de ce qu’ils sont : des insurgés contre l’état français. A chaque sortie il doivent se faire défoncer au LBD comme les gilets jaunes, systématiquement ; et, si la situation l’exige, il faut tirer à balles réelles, après sommations. Les meneurs doivent être arrêtés et condamnés à des peines exemplaires.

    Si on fait ça, il n’y aura pas de guerre civile, la grande majorité des gens comprendra très bien. La guerre civile aura lieu bien au contraire si on ne fait rien...

     

    Répondre à ce message

    • #2316141
      Le 7 novembre à 07:45 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Catherine Arenou, maire de Chanteloup en feu, avait pourtant suivi les (...)

      "A chaque sortie il doivent se faire défoncer au LBD comme les gilets jaunes, systématiquement ; et, si la situation l’exige, il faut tirer à balles réelles, après sommations."

      lol, commentaire typique d’une personne derrière un écran

      ce n’est pas la réalité d’une cité :
      le temps que tu fasses tes "sommations",
      le mec, il a pris le large,
      et y’en a 36 autres qui rappliquent pour te fracasser

      on voit d’abord que tu ne sais pas de quoi tu parles,
      mais que de surcroît, tu crois aux règles du système que tu dénonces pourtant

      tu ne connais pas la sauvagerie,
      et je prie pour que tu n’y sois jamais exposé

       
    • Non mais arrêtez de jouer les vieux sages... Vous fantasmer comme tant d’autres sur le jeune de banlieue, un tire de LBD et les types tombent par terre comme n’importe qui, hein. S’il y en a des dizaines sur le pavé chaque soir (plus la garde à vue et la condamnation derrière), les émeutes vont vite s’arrêter faute de combattants. Les forces de l’ordre sont formées pour ça, encore faut-il que la hiérarchie veuille réellement intervenir, ce qui est un autre problème.

      Mais bon c’est comme ça quand on se fait bolosser on n’ose pas agir car en réalité on a honte de ne pas l’avoir fait dès le début et ça continue donc encore et encore... jusqu’à ce que la situation devienne réellement invivable.

       
  • #2316018

    Sans oublier tous ces gens médiatiques donneurs de leçons de morale qui ne paient pas leurs impôts, dont certains apparaissent dans votre article...

     

    Répondre à ce message

  • Elle a le look du syndicat de la magistrature.
    Son langage corporel est déjà insupportable sans même l entendre parler.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents