Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Courrier des lecteurs

Agriculture en crise : la réussite du système

Bonjour,

J’ai 23 ans et suis fils d’agriculteur, issu d’une modeste exploitation laitière en Bretagne.

Étant exaspéré par le contexte économique, financier et politique de ce pays, et compte tenu des actuelles manifestations paysannes, je me permets de vous contacter pour vous proposer le papier joint à ce mail.

Je vous laisse libre de donner suite à cette proposition de diffusion.

Souhaitant apporter ma pierre à l’édifice.

Bonne réception.

A.

 


 

Agriculture en crise : la réussite d’un (du) système

Si vous pensiez que la situation économique agricole est inquiétante, détrompez-vous ! Elle ne s’est jamais aussi bien portée. Enfin pour ceux qui ont mis en place le système et en perçoivent les fruits…

Crise porcine, crise laitière, crise bovine… Il y en a pour tous les goûts ! Mais ce terme est-il employé à juste titre ? En toute logique, non. Sa répétition effrénée n’est que le reflet de l’aboutissement d’un modèle économique et financier, qui touche d’ailleurs plus largement les travailleurs français de tous secteurs.

Le premier volet du système, celui de la dette, touche les paysans depuis la sortie de la Seconde Guerre mondiale. Dans un objectif d’autosuffisance alimentaire au niveau national, la France accepte le Plan Marshall. Ce dernier vise à moderniser les exploitations par voie de mécanisation, fertilisation, irrigation…

Autrement dit, les autorités d’époque incitent les paysans à contracter des emprunts pour développer leur ferme. Avec des taux d’intérêt allant jusqu’à 20%, le paysan ne travaille plus pour lui mais pour le remboursement de la dette.

Notons tout de même que l’application de ce modèle a été réalisée dans un cadre protectionniste. En effet, l’Europe des Six a décidé de mettre en place la PAC (Politique agricole commune). Cette dernière a établi un cadre permettant aux paysans de ne pas être impactés par les importations de marchandises sur le territoire. De plus, par un soutien financier, elle permet aux agriculteurs d’exporter leurs produits à un tarif concurrentiel.

Ce système a réellement joué son rôle protectionnisme. Mais au fil des années il s’est révélé de plus en plus couteux, alors même que les agriculteurs n’ont pas vu leurs revenus augmenter !

Pire encore, afin de conserver un même niveau de salaire, l’agriculteur est forcé d’agrandir sans cesse son exploitation. La dette bancaire devient alors omniprésente.

Cette absence de recettes a pour origine l’emprise totale des industriels et distributeurs sur les produits agricoles, deuxième volet du système. David contre Goliath. Jamais les autorités n’ont impliqué les paysans à la commercialisation de leurs produits. On leur demandait seulement de produire. La transformation et la commercialisation sont l’affaire de grands groupes.

Ainsi l’agriculteur est isolé, individualisé et pris en tenaille. D’un côté les dettes s’accroissent, de l’autre les produits n’augmentent pas. La captation des richesses se réalise donc par l’organisme bancaire, les industries agro-alimentaires et les distributeurs.

Au fil des années l’Union européenne (UE) et la zone Euro comptent de plus en plus de pays en leur sein. Le traité de Maastricht, grand frère du traité de Rome, entérine un modèle économique libéral. Ce dernier aura pour effet de donner le pouvoir à l’Économie (à l’hyper-classe financière) sans que le politique ne puisse intervenir. Le second est alors sous contrôle du premier.

Les politiques ne deviennent plus que des pantins médiatiques. D’un point de vue agricole cela se caractérise par un abandon total du protectionnisme. On crée ainsi une grande zone de libre-échange sans harmonisation des normes en pratique. L’actuelle UE à 28 est ainsi source de concurrence déloyale.

Les différentes réformes de la PAC, sous influence américaine, soumettent de plus en plus les agriculteurs aux marchés mondiaux et à la concurrence étrangère.

Pour les centrales d’achat des distributeurs, qui sont aujourd’hui au nombre de 4, la croissance des marges est de plus en plus forte. Quoi de plus normal dans une économie libérale d’acheter au coût le plus bas pour revendre au prix le plus haut possible. Leur absence totale de patriotisme est d’ailleurs fortement compatible avec ce modèle économique. Les coûts de transport ne représentant qu’une part infime de leurs charges, autant acheter là où les produits sont les moins onéreux.

Par la manipulation des cours des matières premières et les effets de la spéculation, un alignement vers le bas est rendu possible.

Ce rapport de force, totalement déséquilibré, entraîne le paysan dans une entière soumission au transformateur et au distributeur. Et ce, alors même qu’il est le seul à prendre l’ensemble des risques (climatiques, sanitaires, alimentaires, environnementaux…).

De par la production de denrées rapidement périssables, les plus soumis sont les éleveurs. Ce sont d’ailleurs les moins à même de défendre leurs intérêts au vu de leurs journées bien chargées. C’est ainsi que le premier syndicat agricole français, la FNSEA, n’a été dirigé que par des céréaliers.

On ne peut même pas les qualifier d’agriculteurs au vu de leur emploi du temps très bureaucratique. Symbole de l’aboutissement de cette dérive, l’actuel président n’est autre que Xavier Beulin, PDG du groupe AVRIL (anciennement SOFIPROTEOL), poids lourd des huiles et protéines végétales.

Il ne souhaite en aucun cas maintenir une agriculture familiale en France, il la préfère industrialisée. Les agriculteurs de demain ne seront donc officiellement que des salariés de grands groupes. Ce n’est d’ailleurs qu’une question de temps, puisque le Traité transatlantique, élargissant la zone de libre-échange à l’Amérique du Nord et harmonisant leurs réglementations sur les nôtres, scellera le sort de nos paysans.

Ainsi, jamais la FNSEA, à l’instar de la CGT, ne défendra sa base sur les crises actuelles. C’est un leurre absolu, d’autant que Xavier Beulin est dans les petits papiers des politiques. C’est l’Emmanuel Macron de l’agriculture.

Ce constat général est donc applicable à l’ensemble des secteurs d’activités en France.

Il n’y a rien à espérer des politiques en place, totalement sous l’égide de Bruxelles, elle-même à la cheville des grandes multinationales, fortes de leur lobbying intense dans les couloirs du Parlement européen.

Pour s’en sortir, il conviendra de mettre à mal ce système. Cela passera nécessairement par un abandon de l’UE et de la zone euro à profit d’une France qui retrouve sa souveraineté.

La seule issue possible est donc le renversement rapide de l’échiquier politique par le peuple. Ce dernier œuvra pour l’élaboration de ses propres lois, à son service, tel que le défini finalement le concept de Démocratie.

 

L’agriculture écrasée par le mondialisme, sur E&R :

 

Voir aussi :

15 juin
Courrier des lecteurs
Un artisan contre l’injustice fiscale
8
18 mai
Courrier des lecteurs
À propos d’Alain Soral et de l’anti-électoralisme
38
3 mai
Courrier des lecteurs
Comme un navire au milieu de la tempête, restez ce capitaine imperturbable
7
12 avril
Courrier des lecteurs
Le salut de la France
24
6 avril
Courrier des lecteurs
Je vous écris d’Algérie...
37
17 mars
Courriers des lecteurs
46
5 mars
Courriers des lecteurs
Certains hommes sont de la race des lions
8
Novembre 2018
Courriers des lecteurs
"Grâce à vous je suis certain de ne pas mourir idiot"
32
Octobre 2018
Courrier des lecteurs
27
Octobre 2018
Courrier des lecteurs
Monsieur Soral, vous êtes l’un des derniers résistants français, qui se bat contre le véritable ennemi !
17
Septembre 2018
Courrier des lecteurs
30
Septembre 2018
Courrier des lecteurs
J’ai été antifasciste mais ce temps est révolu
15
Août 2018
Courrier des lecteurs
Alain, vous êtes un penseur, eux ne sont que des youtubeurs
12
Juillet 2018
Courrier des lecteurs
Vous m’avez rendu ma liberté de penser
16
Juin 2018
Courrier des lecteurs
Des contes yiddish pour des écoliers français
44
Mai 2018
Courrier des lecteurs
7
Avril 2018
Courrier des lecteurs
Vous êtes un pare-feu indispensable contre l’injustice
2
Février 2018
Courrier des lecteurs
38
Janvier 2018
Courrier des lecteurs
Le courage contre la tyrannie mondialiste
4
Décembre 2017
Courrier des lecteurs
Ne lâchez surtout rien, le peuple vous soutient
17
Décembre 2017
Courrier des lecteurs
Unir en soi gauche du travail et droite des valeurs
54
Novembre 2017
Courrier des lecteurs
"Elle vit où Marine Le Pen ? À Neuilly, Auteuil, Passy ?"
23
Novembre 2017
Courrier des lecteurs
Un jeune homme en colère contre le néoféminisme
10
Novembre 2017
Courriers des lecteurs
Poursuivez votre œuvre et votre combat aussi nobles que dangereux
3
Septembre 2017
Courrier des lecteurs
Égypte – Une enfance dans la rue
10
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1383311
    le 28/01/2016 par le gaulois
    Courrier des lecteurs

    Merci pour ces éclairages qui donnent aussi une vision de ce vers quoi" nous" allons...enfin ce vers quoi les vendus nous emmènent sous prétexte d’harmonisation
    Et au prix de combien de vie !
    Que celui ou celle qui se veut être représentant(e) de la France commence déjà par s’insurger contre ces drames qui touchent aussi la terre.
    Cet espace fertile-pour l’instant- dont nous disposons est aussi notre richesse.
    J’ai souvenir du témoignage d’un ami dont un cousin tenait une exploitation laitière et qui vendait à perte:le lait finissait dans le fossé
    C’était il y a 20 ans,déjà.
    C’est dire que nos dirigeants se sont bien bougé le c... pour protéger cela !
    Salutations


  • #1383320
    le 28/01/2016 par Parmentier Thomas
    Courrier des lecteurs

    Les agriculteurs intensifs et éleveurs intensifs, certifiés Mosanto , OGM, pesticides. Il faudrait déjà faire un point sur votre mode de travail. Avec vos gros tracteurs. Vous avez ruiné les sols, ruiné nos nappes phréatiques, ruiné les plages des côtes d’Armor. A ruiner la nature,vous vous êtes ruiné vous même. C’EST UNE CATASTROPHE. Comment voulez vous que le peuple soit avec vous alors que vous l’empoisonnez. CERTAINEMENT qu’il va falloir vraiment tout remettre à plat, et tout remettre en cause.

     

    • #1383451
      le 28/01/2016 par anthony
      Courrier des lecteurs

      Quand tu tires ta chasse d’eau 3 fois par jour, ta merde, elle va où ? les usines, les infrastructures urbaines ne polluent pas peut-être ? comment veux tu nourrir 67 millions de Français alors qu’en 2016 , nous ne sommes pas autosuffisants. Avant de faire ce genre de déclaration, il faut bien connaitre les dossiers ..


    • #1383548
      le 28/01/2016 par ddaavv
      Courrier des lecteurs

      Cette vision est vraiment un condensé de la culture médiatique et internet. La na ture décrite comme un best of du pire est très loin de cette catastrophe et les paradis de biodiversité épargnés (ou abandonné de l’agriculture sont de vrais déserts et déserts sociaux, une bonne chose ?? (mais rassurez vous ces zones d’abandons progressent...


    • #1383554
      le 28/01/2016 par Parmentier Thomas
      Courrier des lecteurs

      Je connais le dossier Anthony, t’inquiète pas. Je connais malheureusement que TROP BIEN ce dossier. De mon côté j’investis dans le renouvelable et l’environnement. Alors tes chasses d’eau tu te les gardes.


    • #1383615
      le 28/01/2016 par Paysan Breton
      Courrier des lecteurs

      @ Anthony

      Avez-vous déjà entendu parler des stations d’épuration ?

      @ Thomas

      Je lis depuis quelques jours un nombre impressionnant de commentaires de ce genre. On ne fait pas tant de foin quand il s’agit de produits industriels malsains ou de services inqualifiables. Pourquoi ? Parce que ce qui a fait l’âme de la France, c’est cette trinité : une terre, un roi, une Eglise. Aujourd’hui, notre terre aussi se fait souiller comme une vulgaire prostituée, livrée à une horde de cinglés par ceux qui en avaient la garde, les paysans. De la même manière que l’Eglise est le corps mystique du Christ, la Terre est le corps mystique du paysan. Et de la même manière que le Christ aime l’Eglise, l’homme doit aimer sa femme, le roi ses sujets, le paysan sa terre.


  • #1383335
    le 28/01/2016 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Courrier des lecteurs

    La lucidité est dans le pré... et les veaux au Parlement, meuh !

    Bref, un constat que la population ferait bien d’admettre au lieu, comme ici parfois, de voir le monde agricole comme une structure monolithique dont les acteurs sont tous des victimes.
    Juste un bémol concernant les taux d’intérêt à 20 %, dans l’immédiat après-guerre ; l’inflation réelle annuelle atteignait 50 % voire plus et pouvait être de l’ordre de 15 % au début des années 80, de quoi relativiser un peu d’autant que "l’effet levier" d’une inflation maîtrisée peut générer une certaine prospérité pour la population (ce qui déplaît aux zélites financiarisées, convenons-en).


  • #1383348
    le 28/01/2016 par Niconyme
    Courrier des lecteurs

    Sur le sujet, quelques documentaires qui à mon avis méritent notre attention, sur la mécanisation de l’agriculture, avec le tracteur, venu des États-Unis avec le plan Marshall.
    Un exemple parmi d’autres : les variétés anciennes de blé ne résistent pas au tracteur et donnent, avec une culture mécanisée, un pain de piètre qualité. Cela a amené les semenciers à entrer dans une boucle infernale en élaborant, par croisements, de nouvelles variétés qui sont certes adaptées au tracteur... mais pas à notre organisme. D’où le nombre croissant d’allergies ou d’intolérances au gluten. Pour les curieux, Thierry Casasnovas traîte très bien la question.

    Voici donc les documentaires en question :

    Le Tracteur d’orgueil :
    https://www.youtube.com/watch?v=-zZ...

    Les "Dé-tracteurs" :
    https://www.youtube.com/watch?v=bzh...

    Aussi, toute cette technologie, aussi coûteuse que flatteuse, conduit lentement mais sûrement à la ruine, à tous niveaux.

     

    • #1383410
      le 28/01/2016 par patroclus
      Courrier des lecteurs

      Très bien vu ! Si ces abrutis avaient eu du pif, ils auraient senti la bite leur forcer le fion. Au lieu de ça, ils étaient tout content d’enculer leurs copains en produisant X fois plus. Le retour de la médaille, malheureusement, ce sont toujours les génération suivantes qui en payent le prix. :(


  • #1383349
    le 28/01/2016 par Protag
    Courrier des lecteurs

    Quand les plus hauts suicides viennent de la Police (protection du citoyen) et des Agriculteurs (la nourriture du citoyen), on peut se dire que la France est dans une situation la plus extrême qu’il soit ...
    En attendant, la priorité du gouvernement, c’est la lutte contre le racisme ...
    JEANNE, au secours !


  • #1383361
    le 28/01/2016 par Athéna
    Courrier des lecteurs

    Triste et implacable réalité... d’autant que le ou les peuples français et européens (s’ils existent encore en tant que tels) ne semblent pas réagir ou vouloir se débarrasser de ce Monstre qu’est devenu l’UE et qui est en train de nous digérer, pas de peuple, pas de démocratie, peuple où es-tu ? Ou bien devons nous accepter de rentrer dans un nouveau monde, avec "un homme nouveau" qui ne présage rien de bon.


  • #1383380
    le 28/01/2016 par dixi
    Courrier des lecteurs

    La seule et l’unique politique constructive passe par le FN en renversant ce
    gouvernement qui nous mène dans une destruction totale de la Nation et de ses richesses .Si les Français veulent retrouver une France avec :sa monnaie, son agriculture ,sa recherche , son éducation, ses entreprises, son armée, son savoir faire ,sa jeunesse,son patriotisme .La souveraineté d’un pays est la clef de sa réussite et je pense qu’ il est temps de virer les salopards qui nous gouvernent .

     

    • #1383802
      le 29/01/2016 par likaon
      Courrier des lecteurs

      Vous êtes bien optimiste !
      Le FN a certes un programme différent, mais il joue le jeu politique , républicain !

      En plus ce parti suscite une opposition bruyante , ce qui rendra toute réforme sérieuse difficile à appliquer...et on sait bien que quand une réforme va contre les puissants, ils n’hesitent pas à recourir aux pires manipulations.

      Il faudra vraiment un large soutient populaire au FN pour pouvoir réformer, sinon on va retomber prestement dans le jeu politique habituel (la politique de caniveau).
      Je ne doute pas de leur bonne foi, mais ca va être difficile, et d’être élus, et d’appliquer leur programme...


  • #1383382
    le 28/01/2016 par delphin
    Courrier des lecteurs

    Très justes revendications ; mais puisque stéphane Le Foll (alias moumoute-man) nous dit qu’il n’y peut rien, et que c’est pas lui qui fixe les prix... le peuple peut s’organiser, lui !

    Le tafta va finir d’étrangler le plus vieux métier de l’humanité, dans le pays qui possède sans doute un des sols les plus fertiles au monde ! Un crime, donc.

    Revoir sur l’avant-dernière vidéo du mois, l’évolution de la paysannerie traitée par AS, un des plus beaux sujets qu’il m’est été donné d’entendre ....


  • #1383389
    le 28/01/2016 par ras
    Courrier des lecteurs

    On attend avec intérêt un avis éclairé de ceux ayant trouvé des excuses à "miss Malibu" qualifiant toutes ces personnes injustement et aveuglement de "producteurs de nourriture satanique"


  • #1383549
    le 28/01/2016 par ddaavv
    Courrier des lecteurs

    Mouais un peu vite vu aussi, l’agriculture est à l’image de la société, l’endettement originel est aussi lié à l’exode rural, à l’apparition de ce qui a substitué l’huile de coude. La facilité était bien de quitter la campagne et cela a très bien marché les premières décénnies, après il a toujours fallu réajuster le tir (quel système évolue en préservant chacun de ses acteurs, y compris ceux qui se dissocie de l’évolution du temps ?) Le problême est de tout appeler agriculture, imaginez que l’on range le gardien de prison au même rang qu’une directrice de l’INA sous le terme de "fonctionnaire". Un céréalier reste un agriculteur, après la maladie de l’enfilage de casquette est une honte qui est un sport national. En tout état de cause, les agriculteurs ne se rendent pas compte que le système est à bout au vu de leurs requêtes, et les citoyens ne se rendent pas compte que la société doit être chamboulée et qu’il serait bon de se pencher sur l’agriculture qui annonce bien le bordel international, la déchéance d’un modèle social français et la mise en danger de chaque individu. Chacun va crever dans son coin...

     

    • #1384187
      le 29/01/2016 par Marius
      Courrier des lecteurs

      Pas d’accord l’exode rural est lié au remembrement.


  • #1383555
    le 28/01/2016 par terreaterre
    Courrier des lecteurs

    Le paysan français, surtout le breton, doit impérativement être européiste (les subventions), rejeter le FN, voter à gauche, attendre comme d’hab la venue de the fool, adhérer à la fnsea et tout... Là, il pourra être aidé et ponctuellement s’en sortir en préparant le terrain pour le tafta et la mosanto-agriculture. Accessoirement, on acceptera (par atavisme, truc d’hier) ses élucubrations, ses petites manifs, le fait qu’il nous casse les couilles avec ses barrages et le déversement de son fumier. Ceci dit, même subventionné, il est quand même con le péquenot ! Enfin, vaut mieux jouer au mille-vaches qu’au mille-BORNE dans ce pays.

     

    • #1383669
      le 28/01/2016 par laurent71
      Courrier des lecteurs

      @terreaterre, demain matin comme tous les matins d’hiver je vais me lever, boire le café et allez panser mes chèvres on ne trait pas encore les chevreaux ne vont pas tarder il y a un quartier de lune lundi, puis j’irai ouvrir le poulailler et nourrir les cochons, on les tue samedi en famille, une vrai saint cochon, ensuite j’irai voir mes chevaux puis affuter ma tronçonneuse et partir abattre en forêt, ma femme m’aura préparé mon casse croute sandwich à l’omelette et un thermos de café je vais rentrer vers 18h il fait encore nuit tôt, je passerai voir mes bêtes, nourrir mes chiens, Laika a fait 5 chiots la semaine dernière, fermer le poulailler, rentrer à la maison prendre une douche et manger en famille une soupe faite avec les légumes de notre potager, puis après avoir regardé sur E&R ce qui à occupé le monde aujourd’hui j’irai me coucher, c’est con un péquenot... J’ose pas imaginer le job à la con et la vie de merde que tu as pour dégueuler sur tes frères, allez j’vais m’coucher, c’est pas l’tout mais demain ça sonne à 5h...


    • #1383753
      le 28/01/2016 par Eric
      Courrier des lecteurs

      Merci laurent71 pour ce salutaire, et plein d’humour, retour à l’envoyeur. Bon courage à vous.


  • #1383561
    le 28/01/2016 par saliha
    Courrier des lecteurs

    Je suis vraiment attristée de voir ce jeune homme qui ne peux même pas reprendre le fruit du travail de ses parents et continuer à produire par son courage et sa jeunesse.
    C’est vraiment désolant,...Merci pour votre témoignage je prie pour que l’humanité reprenne le dessus.


  • #1383601
    le 28/01/2016 par Chris
    Courrier des lecteurs

    « Ça eu payé ! » Eh bien dansez maintenant. Revenez mettre les mains dans la terre au lieu de diriger votre exploitation depuis votre PC

     

    • #1384718
      le 30/01/2016 par ananas split
      Courrier des lecteurs

      "Revenez mettre les mains dans la terre au lieu de diriger votre exploitation depuis votre PC"
      La ferme gérée comme dans les années 60/70, c’est fini. Une exploitation agricole se gère comme une société, avec toute la paperasse qui va avec...Ho, réveil mon garçon ! Ceux qui n’ont pas fait cette transition crève ou sont déjà dans la tombe. Certain corps de métier se plaignent d’avoir de plus en plus de bidule à remplir...quid du monde paysan ? Je claque des doigts et je me paye une compta, c’est ça ? Haaaa la télé, qui te montre un agriculteur qui a un tracteur géré par satellite et tout électronique..arrêtes la télé et va voir par toi même que c’est une minorité ou comme on les appelle, des américains, grand propriétaires terriens, eux ne sont pas dans la difficulté mais ne représente qu’une minorité (oui doublon mais faut que cela rentre..). Allez, va danser..


    • #1385235
      le 30/01/2016 par Stanislas
      Courrier des lecteurs

      Ah... La main mise des dirigeants sur les paysans a trop souvent été l’objet de convoitise, aujourd’hui c’est encore plus complexe, ils n’en restes que 4 millions malheureusement....


  • #1383639
    le 28/01/2016 par Stanislas
    Courrier des lecteurs

    L’une des solutions pour créer un système durable, est de consommer localement ses produits (alimentaires notamment), à l’échelle du département par exemple.
    La vente direct de produits biologiques peut être moins chère lorsque les éleveurs bio ne s’alignent pas sur les prix des conventionnels.
    Faire son potager est aujourd’hui devenu "anti-système"...

     

    • #1385351
      le 31/01/2016 par laurent71
      Courrier des lecteurs

      @Stanislas, nous ne sommes plus que 700 000...


    • #1385957
      le 31/01/2016 par Stanislas
      Courrier des lecteurs

      Nom de D*** ! En effet, avec les salariés agricoles ce doit être autour d un million et demi...
      Et dire que c’était dans les années 70 qu’ils étaient 4 millions....
      Ainsi, par cette proportion actuelle d’agriculteurs, il peuvent exercer une forte pression sur les dirigeants français, auquel nous, les citoyens éclairés peuvent s’ajouter, défendre ceux qui nous nourrissent. L’évolution de la révolution doit passer par une union sociale pour faire face aux problèmes économiques et écologiques.


  • #1383648
    le 28/01/2016 par pador40
    Courrier des lecteurs

    un agriculteur avec qui j’ai discuté (fils et arrière arrière petit-fils d’agriculteur) détenant une ferme cédée de père en fils avec plusieurs hectars, m’a confié qu’il devait faire des investissements et qu’il n’avait plus la possibilité de le faire. Il vend au fur et à mesure tous ses hectares de terre, juste pour rembourser les emprunts qu’il a déjà fait...Le toit de sa ferme tombe en décrépitude, il ne peut le réparer et vit dans des conditions complètement insalubres. Chose inouïe, il me confie avoir reçu de la MSA un courrier lui proposant un service de psy gratuit pour palier à sa misère ! cocasse, non ?


  • #1383736
    le 28/01/2016 par seb
    Courrier des lecteurs

    Technicien Itinerant en Charente maritime et en Vendée .... tout les jours je vois de nombreuses exploitations agricoles, des champs immenses tous labourés avec des tracteurs "connectés" énormes qu’il faut bien financer, de nombreux épandages aussi...on sait maintenant les dégâts et les scandales de l’agriculture intensive, productiviste et dépendante des marchés donc des spéculateurs ......
    Plutôt que de manifester pour rien si ce n’est obtenir quelques subventions européennes..."pour soutenir les filières comme ils disent".....`
    C’est peut-être le bon moment pour revenir a la terre avec une agriculture paysanne respectueuse des sols et de l’environnement et de l’humain en fin de compte....
    Cuba est un très bonne exemple ... Poussé par la faim les Cubains ont fait du maraichage et des potagers partout ...le pays est devenus leader mondial de l’agriculture biologique et urbaine... ! Viva la Revolucion !

     

    • #1383847
      le 29/01/2016 par ras
      Courrier des lecteurs

      Cuba ETAIT un très bon exemple car en tendant un pont vers l’amerique ils signent leur fin !
      En effet les crises passés avec les usa tout comme le communisme en Europe avait naturellement préservé une sorte de ruralité authentique


  • #1383782
    le 28/01/2016 par likaon
    Courrier des lecteurs

    Un article fort intéréssant,et bien écrit.
    Mais (...) c’est toute la société qui est à revoir !
    Chaque secteur d’activité, un par un, fait le constat suivant : nos modes de vie/production sont à l’origine d’un déséquilibre impossible à surmonter.

    N’importe quel professionel de n’importe quel secteur dit la même chose... à croire que cet espèce de nihilisme destructeur est organisé de toutes pièces ! et voulu,et souhaité !
    Comment se fait-il que tant d’activités se détruisent d’elle-mêmes ?
    (On les pousse à , je ne jette pas la pierre, ni aux paysans, ni à quiconque )

    L’Homme se détruit lui même, en quelque sorte ... et les modes productions sont liés aux modes de consommation, même si les fabricants/distribueurs en profitent, ca ne change pas le problème de base. (qui serait le consumérisme/consommation forcené ?)

    Pour prendre un exemple simple, si on mangeait moins de viande, on pourrait la payer plus cher, et bénéficier d’un produit de meilleure qualité, ce qui profiterait à tout le monde, en principe . (le règne de la quantité détruit tout).

    Mais je rejoins l auteur, ce sera vraiment l’affaire de tous, il faut savoir ce que l’on veut pour notre pays à un moment !


  • #1383811
    le 29/01/2016 par goy pride
    Courrier des lecteurs

    Il s’agit d’une restructuration qui a débuté me semble-t-il dans les années 80 avec le Crédit Agricole qui faisait du "forcing" auprès des agriculteurs pour que ces derniers s’endettent afin de moderniser leur exploitation. Cela a créé la première vague de disparition des paysans. Ensuite il y a eu l’offensive des régulations et normes européennes qui sont venues à bout de presque tous les derniers petits paysans incapables de s’aligner sur ce modèle. Maintenant il s’agit de faire un dernier écrémage...Je me souviens il y a une quinzaine d’années j’expliquais cela à des gens qui me regardaient avec des yeux médusés ! Les gens ne réalisaient pas, parfois même et souvent en fait les premiers concernés, que tout ceci est le fruit d’une stratégie délibérée de destruction du monde paysan et non pas les conséquences accidentelles de la prétendument inévitable et souhaitable modernisation. Maintenant que beaucoup de choses sont devenues évidentes je me demande parfois si certaines personnes se souviennent de moi en se disant "Putain, ce dingo qui voyaient des complots partout il avait raison !"


  • #1384037
    le 29/01/2016 par matthlegeux
    Courrier des lecteurs

    monsieur jean gionio decrit tout ce qui se passe actuellement dans le monde des agriculteurs dans son livre lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix écrit en 1938

    les agriculteurs avait le pouvoir de choisir étant donne que c est grâce a eux que le peuple pouvait vivre (se nourrir).
    voici un lien de ce livre en pdf ....

    http://nazoke.free.fr/lettre-aux-pa...


  • #1384293
    le 29/01/2016 par bibi
    Courrier des lecteurs

    " Pour s’en sortir, il conviendra de mettre à mal ce système. Cela passera nécessairement par un abandon de l’UE et de la zone euro à profit d’une France qui retrouve sa souveraineté."
    mettre a mal ce systeme c’est presque inevitablement faire le coup de force ,du genre de ceux que bruxelles et le gouvernement ps encouragent et felicitent quand ils ont lieu ailleurs et sont organisés par le gouvernement us et soros

     

    • #1384356
      le 29/01/2016 par durandal
      Courrier des lecteurs

      Bin justement le problème est là, Soros & Cie ne s’emmerdent que rarement à créer de toute pièce ces "coups de force". Il leur suffit de pousser et dévier des colères existantes. Rien ne dit que cela ne se reproduira pas pour le prochain coup de sang du coq français, il est même possible que ça ait déjà commencé. C’est pour cela que le patron avec E&R annonce dès le début de sa création la couleur concernant la lutte armée, c’est actuellement probablement la plus sûr façon de ce jeter dans la gueule du loup.
      Je ne dis pas qu’une foi qu’on nous aura tiré par les cheveux pour nous jeter dans la bataille il n’y aura pas moyen de retourner la donne, mais cela demande une structure solide politiquement et avec un bon niveau de hiérarchisation et un appui extérieur (les maquis ne s’auto-alimentent pas).
      Le mythe du patriot faisant sa propre révolution avec ses petits camarades c’est ce qui amène systématiquement des mai 68, Maïdan, Tharir... Un fiasco annoncé.


    • #1384363
      le 29/01/2016 par durandal
      Courrier des lecteurs

      Bin justement le problème est là, Soros & Cie ne s’emmerdent que rarement à créer de toute pièce ces "coups de force". Il leur suffit de pousser et dévier des colères existantes. Rien ne dit que cela ne se reproduira pas pour le prochain coup de sang du coq français, il est même possible que ça ait déjà commencé. C’est pour cela que le patron avec E&R annonce dès le début de sa création la couleur concernant la lutte armée, c’est actuellement probablement la plus sûr façon de ce jeter dans la gueule du loup.
      Je ne dis pas qu’une foi qu’on nous aura tiré par les cheveux pour nous jeter dans la bataille il n’y aura pas moyen de retourner la donne, mais cela demande une structure solide politiquement et avec un bon niveau de hiérarchisation et un appui extérieur (les maquis ne s’auto-alimentent pas).
      Le mythe du patriot faisant sa propre révolution avec ses petits camarades c’est ce qui amène systématiquement des mai 68, Maïdan, Tharir... Un fiasco annoncé.


  • #1384332
    le 29/01/2016 par durandal
    Courrier des lecteurs

    Il y a tout ou presque dans ce courrier.
    Les paysans ont été enchainé à une dette sans retour, ceux qui se pendent dans le fond de leur grange le font parce qu’ils pensent que ces chaines sont impossibles à briser.
    C’est la solitude et la division qui est la norme dans nos campagnes aujourd’hui. Les gros devant digérer les petits pour prolonger leur propre survie. La Banque a réussi à insérer par mutation le gène du prédateur dans un être qui était avant tout symbiose avec son milieu.
    On doit cesser de jouer selon ces règles, créer des zones franches (de plusieurs centaines, voir de millier d’hectares) ou la Banque n’aura plus droit de citer et auto-déclarer un jubilé (annulation de la dette illégitime).
    A toi, fils de paysan auteur de ce courrier, je souhaites te proposer ceci :
    Ne crois pas que tu sois seul, et que ces solutions ne sont que vaines rêveries.
    Si vous acceptiez de partager vos terres (les exploitations agricoles modernes sont souvent énormes en surface) en les subdivisant, vous en garderiez la parcelle "historique" celle qui appartenait à vos pères et aux pères de vos pères avant eux ; et avant le remembrement. Ou bien un morceau suffisant en tout cas pour cultiver la terre et faire de l’élevage dans une logique vivrière (une quinzaine d’hectare me semble largement suffisant).
    Vous vendriez le reste en plusieurs parcelles à de jeunes couples cherchant à s’installer en faisant passer un genre d’entretien préalable histoire d’avoir de braves gens pour voisins et d’être dans la même logique. L’argent récolté vous ne le rendrez pas à la banque mais achèterez un équipement différent, diversifierez vos compétences et outils de travail (la monoculture et l’élevage intensif unique sont un maillon de ces chaines qui vous rendent esclaves).
    Incitez vos collègues et voisins actuels à faire de même et vous allez vite vous retrouver au centre d’une petite "province" potentiellement autonome ou tout le monde comprendra cette logique et sera solidaire à la foi pour valoriser les fruits du travail (coopératives, mutualisation,...) et pour résister à la Banque et à ses laquais (gouvernement, médiats,...). .../...

     

    • #1385720
      le 31/01/2016 par Marius
      Courrier des lecteurs

      Vous sous-entendez qu’il est (ou que ses parents sont) propriétaire des terres qu’il exploite ?


  • #1384340
    le 29/01/2016 par durandal
    Courrier des lecteurs

    (suite) Avec ce plan, en deux ou trois ans vous inversez le rapport de force des conflits avec le système, actuellement, vous pouvez au mieux espérer 1000 à 2000 (100 à 200 bien souvent) types en colère mais ayant des bêtes à soigner et des traites à payer, et ce à l’échelle d’une région, en re-ruralisant votre proximité avec des hommes et des femmes motivés vous pourriez comptez sur 1000 à 2000 types déterminés et calmes (sachant la femme et les enfants à l’abri du besoin, car vivant par et pour sa propre production) et ce à l’échelle d’un canton.
    Avec les moyens technologiques actuels autant dire qu’un effet boule de neige se créerait et que le pouvoir tenterait de vous faire taire mais comment exproprier 500 familles d’un coup ?...
    Je sais, l’idée de confier, vos terres pour lesquelles vous avez tant trimé, à des "étrangers" ça doit être dur. Mais est-ce mieux de les laisser tomber au mains des banques ? Liquider judiciairement, pour au finale retourner à un consortium agroalimentaire, ou à un voisin qui lui aura eu plus de chance avec le système. Songez y, il faut repeupler nos campagnes, les femmes et les enfants ce feront moins rare et il n’y aura plus ce mur actuel entre "vrais ruraux" et banlieusards chassés des villes par la spéculation, ne comprenant plus rien à la nature et à la terre et venus grappiller un minuscule bout d’air pure dans un pavillon acheter à crédit sur 40 ans. La vie des campagnes renaitrait d’elle même, le bals champêtres, les fêtes des moissons,... Dans des proportions proches de celles d’antan.
    Ma femme et moi cherchons à nous installer en tant que paysans depuis plus d’un an, on ne trouve pas de terre dans notre région à cause de la spéculation immobilière, l’entre sois et le système qui pousse les exploitations à devoir grossir toujours plus. Nous sommes des milliers dans ce cas...

     

    • #1384680
      le 30/01/2016 par laurent71
      Courrier des lecteurs

      @durandal, ça fait rêver, si tu es adhérent E&R, contactes moi sur le forum...


  • #1385402
    le 31/01/2016 par Car’hw’ann
    Courrier des lecteurs

    C’est une question complexe.

    D’un côté les agriculteurs ont cru bon à un moment donné de céder aux sirènes du crédit illimité, et sont finalement tombés pour cela dans les bras de la mono-activité pseudo-productiviste et se sont retrouvé piégés dans un produit unique avec un client unique, qui avait donc liberté à terme de fixer lui même les prix.

    C’est con mais il faut pourtant admettre que les agriculteurs sont en grande partie responsables de ce qui leur arrive aujourd’hui.

    Il y a 20-25 ans, tu les voyais tous en grosse Mercedes-Benz, BMW, ou Range Rover flambant neuves les nouveaux riches (à crédit) de l’agriculture. Aujourd’hui, ben ils ont toujours la même caisse... Un peu ridée certes... Et leur tracteur électronique aux protocoles obsolètes, qui leurs permettent, par chance, toujours de trainer une charette pour aller bloquer la voie expresse Rennes-Brest sur le pont autoroutier de Morlaix...

    Bon mon grand si tu compte reprendre un jour l’exploitation de ton père je te conseille fortement d’adopter une stratégie différente de la mono-activité (⟶ diversification de la production) et du mono-client (⟶ diversification aussi dans les modes de distribution, privilégier le local, et les circuits courts, limiter les intermédiaires). Privilégier la qualité (les gens sont prêts à payer plus cher directement au producteur pour un produit à la qualité exceptionnelle). Éviter de tomber dans les pièges des commerciaux et autres « partenaires » qui vous font avaler des couleuvres de 140... Bref. Bon courage et bonne chance !


  • #1385404
    le 31/01/2016 par Car’hw’ann
    Courrier des lecteurs

    Un truc qui me faisait « marrer » d’ailleurs durant les blocages de juillet à Morlaix...

    Les agriculteurs contrôlaient les poids lourds « paysan breton » sur l’axe Rennes-Brest... Ces derniers ce rendaient à l’usine de transformation pour livrer du lait... Hollandais ^^ Elle est pas belle, l’Europe ?


  • #1385493
    le 31/01/2016 par Lecteur
    Courrier des lecteurs

    Bravo à ce jeune homme , il a bien détaillé le système mis en place
    et ses conséquences , ils subissent le mondialisme plein pot , ils ne sont
    devenus que des producteurs exploitées par les filières financières mis
    en place par les mondialistes .

    Bien qu’étant " des indépendants" à leur compte , ils se retrouvent
    dans uns situation aussi grave que l’ouvrier d’usine hyper exploité,
    voir même pire puisqu’ils se retrouvent hyper-endettés pour les biens
    faits des banques et du système en général .

    Leur vie est évidemment exécrable , invivable , ce n’est pas étonnant
    que de nombreux agriculteurs éleveurs mettre fin à leur jour .

    Courage à tous ces gens , nous sommes de tout coeur avec vous !.

    Je vais adressé votre mail à quelques connaissances afin que votre
    situation soit bien connue....


  • #1385534
    le 31/01/2016 par BART
    Courrier des lecteurs

    A lui seul , le texte écrit par cet agriculteur résume l’état déliquescent des sociétés occidentales et européennes en matière de démocratie : Le secret total qui entoure les "négociations " sur le futur Traité Transatlantique appelé " TAFTA " en est la cerise sur le gâteau ! "TAFTA " est encore plus dictatorial que l’ U.E , ce qui n’est pas peu dire .... Désormais , ce qui caractérise nos états "démocratiques ( USA compris ) ç’est l’absence totale de .....démocratie ! Mais de partout , des rebellions apparaissent et aboutiront inévitablement à des INSURRECTIONS des peuples contre leurs dirigeants politiques et financiers . L’U.E connaitra inévitablement le même sort que l’ex URSS !


  • #1386537
    le 01/02/2016 par bob8365
    Courrier des lecteurs

    Et bien, il faudrait tout d’abord que le monde agricole lui-même ait envie de changer !! Et malheureusement, en votant FNSEA à chaque renouvellement, cela me paraît bien compromis.

    C’est là le paradoxe du monde agricole qui se plaint de la mondialisation et de la prise directe sur le marché et......... qui vote pour !!
    En conséquence, cela reflète finalement assez bien le fonctionnement du reste de la société où une toute petite élite (soit disant) décide contre le plus grand nombre...


  • #1389511
    le 05/02/2016 par REYES
    Courrier des lecteurs

    Rarement lu un article si simple et précis, tout y est.


  • #1391817
    le 08/02/2016 par jerry
    Courrier des lecteurs

    Un petit article sur les conseils municipaux ruraux et les "paysans" au pouvoir ?
    Oui les petits vont crever ... parce que les gros veulent les bouffer !
    Il n’y a pas de croissance organique en agriculture, seulement des fusions-acquisitions !
    La représentativité politique des agriculteurs est considérablement supérieure à celle des ouvriers.
    Le ratio des CSP des grands électeurs devrait nous éclairer ...


Commentaires suivants