Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Damien Viguier – La psychologie de masse du fascisme de Wilhelm Reich

En s’appuyant sur l’ouvrage La psychologie de masse du fascisme de Wilhelm Reich, Damien Viguier nous propose une réflexion sur l’importance politique de la famille.

 

 

Retrouvez Damien Viguier chez Kontre Kulture :

Damien Viguier, sur E&R :

 






Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1835093

    Camarades E&R
    Livre fondamentale. Obligatoire par ailleurs dans certains cursus universitaires.
    Ne varietur
    Lavrov.

     

    Répondre à ce message

  • #1835278

    deux remarques Viguier pourrait parler sur France Culture, oui sur France-Cu-cul euh euh .. ture, là où paarlent les intellolos euh .....

    deux les liens familiaux et les liens de propriété, oui parfois c’est liés, mais on peut aussi très bien donner beaucoup d’importance aux liens familiaux sans donner l’importance aux liens de propriété !

     

    Répondre à ce message

  • #1835303

    Cela nous ramène à C.G Jung et à ce propos ( effervescent ...) lisez en urgence " La guérison psychologique " et en particulier le chapitre intitulé ’ Des images parentales au totalitarisme étatique ’ dans lequel vous trouverez une très jolie définition de l’Etat.

     

    Répondre à ce message

  • #1835312

    Il faudrait préciser qu’il est difficile de comprendre Reich, comme Jung et d’autres d’ailleurs, sans avoir dans un premier temps lu et compris Freud, la base théorique sur laquelle ils élaborèrent leur propre travail.
    Je ne recommande pas forcément d’adhérer à Freud. Mais Reich et Jung furent tous deux disciples du bonhomme et se sont tous deux brouillé avec lui parce qu’ils avaient appliqué les outils freudiens à des domaines que Freud estimait trop "non scientifiques", à savoir l’ésotérisme (Jung) et la socio-politique (Reich). On pourrait tout autant reprocher à Nietzsche d’avoir esquissé la théorie de l’inconscient et inspiré Freud. Ca n’encourage pas les jeunes à les lire, pourtant notre monde est en partie le produit de leur réflexion.
    Donc, pour revenir à Reich, merci Me Viguier pour ce rappel. J’ajouterai qu’il y a beaucoup plus à apprendre chez Reich (du bon et du mauvais, sur le bien et sur le mal), notamment ses travaux basés sur l’anthropologue Malinowski : Reich pousse le freudisme dans ses retranchements, à savoir la société égalitaire idéale, le surhomme dépassant sa nature mais vivant en harmonie avec la Nature.
    Il reste beaucoup à dire / écrire à ce sujet, car malgré son côté un peu taré, Reich faisait peur à tout le monde : freudiens, nazis, stalinistes, maccarthystes, etc., pourtant son influence sur l’histoire des idées est indéniable. Inclassable. Un monstre incontournable.

     

    Répondre à ce message

    • #1835392

      Merci pour ce complément.

       
    • Très bien précisé.
      Reich est un monument qu’il faut savoir découvrir et digérer. Une intelligence au delà de la norme et une hypersensibilité. Sa lecture permet de nourrir incontestablement une réflexion politique, sociale et spirituelle. "Écoute petit Homme" est pour moi incontournable.

       
    • #1835527

      Une bonne fiche de lecture dans le genre de celles que publie Michel Drac suffirait. Il faudrait résolument sortir de tout ce qui a été inspiré par les écrits de Freud et les ranger à leur place dans l’histoire des idées.
      Un autre totalitarisme guette. La mondialisation semble nous y mène inexorablement.

      Petite provoc. : un BON totalitarisme est-il possible ?.

       
    • #1836922

      Camarades
      Je crois qu’on en fait un peu beaucoup sur Freud et son influence.
      Je pense que Kant, Hegel ont eu bien plus d’influences sur eux.
      De plus ces théories ne sont valides que dans un contexte, culturel ,anthropologique et politique particulier.
      Ne varietur
      Lavrov.

       
  • #1835604

    Reich ne veut déconstruire la famille non pas pour détruire la vie mais pour mettre la micro-structure sociale plus en accord et plus en harmonie avec la vie. Ceci dit : la famille et le patriarchat n’est pas en harmonie avec la biologie ; ce qui est en harmonie avec la biologie, c’est la matriarchat et l’absence du père (comme chez les animaux ou comme chez les habitant des Îles Trobriand auxquels Reich consacre un autre livre). Le matriarchat est donc PLUS vitale, plus vie que le patriarchat, il correspond plus aux émotions et aux besoins des femmes et hommes.
    Autrement dit, Reich critique/détruit/déconstruit la famille et le père EN FAVEUR d’un PLUS de vitalité, de stabilité et de bonheur pour les deux sexes et des enfants. Son approche ne veut pas dissoudre TOUTES structures sociales mais les mettre sur une AUTRE BASE – une bas plus “naturelle”.
    Souvent, on met Reich dans une ligne avec les idéologues anti-vie et destructeurs de l’École de Francfort ce qui est justement faux ! Il ne faut pas confondre les destructeur de la vie et de ses structures bio-sociales avec les protecteurs et affirmateurs ou bien avec les critiques d’un poit de vue productif.

     

    Répondre à ce message

  • "Les gens" sont tellement conditionnés par l’Individualisme, qu’ils ne voient plus que l’individu, Reich isolément, ou le père isolément, Trump ou Rothschild, le fasciste isolément (ou le terroriste)... mais le pouvoir fasciste c’est un système vaste et complexe avec une expertise millénaire compilée, pas une pulsion ou une pensée individuelle, aussi brutale et radicale soit-elle.

    L’Histoire officielle, nationaliste, c’est que Mussolini et Hitler incarnent ça, mais c’est un mensonge, évidemment, tous les pays européens étaient et sont toujours à l’initiative.

    Esclavage, servage, inquisition, alphabétisation, prohibition, égalité et progrès, l’universalisme, c’est ça le fascisme, et vous n’avez aucune prise là-dessus, conscient ou pas, mais il y a évidemment des degrés d’implication, et ce sont les revenus qui le déterminent.

    Le système projette ses vices sur les individus pour les contrôler en masse, c’est tout.

     

    Répondre à ce message