Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Danièle Obono, une synthèse

"Moi, une internationaliste anti-impérialiste, militante intersectionnelle afro-féministe et antiraciste"

« Black, confident, cocky ; my name, not yours ; my religion, not yours ; my goals, my own ; get used to me. » Ou dit autrement : j’y suis, j’y reste, je ne partirai pas ! J’y suis, j’y reste et je ne marcherai pas au pas. J’y suis, j’y reste et je ne me soumettrai pas. « Get. Used. To. Me. » Je suis la France insoumise. Je suis 17 autres, 7 millions d’autres, des millions d’autres.

En février dernier, quand Jean-Luc Mélenchon a présenté sa candidature à l’élection présidentielle et lancé le mouvement de « La France insoumise », j’avoue, j’avoue : j’ai tiqué. C’est mon côté gauche anti-impérialiste. Entre autres… Mais j’ai quand même signé, comme on dit. J’ai signé parce que j’ai été convaincue par la clarté de l’analyse et de la stratégie (ça c’est mon côté marxiste ;), par la perspective de se lancer, enfin, en campagne (le côté mouvementiste), et en gardant en tête les points, les questions, les contradictions qu’il faudrait débattre et dépasser pour construire ensemble. J’ai donc signé et je me suis lancée. J’ai contribué à l’élaboration du programme et participé à la première convention nationale. J’ai co-organisé un groupe d’appui local et l’élaboration des livrets thématiques. Je me suis rendue aux quatre coins du pays présenter « L’ Avenir en commun », discuter, débattre, convaincre... J’ai rencontré cette France insoumise. Elle est devenue « ma » France insoumise.

Certain•e•s, y compris parmi des ami•e•s et camarades, ne comprennent pas toujours bien pourquoi ou comment moi, une internationaliste anti-impérialiste, militante intersectionnelle afro-féministe et antiraciste, j’ai pu me retrouver candidate de la France insoumise élue à l’Assemblée nationale. D’autres, comme celles et ceux qui vomissent leurs tombereaux de haine sur les réseaux sociaux depuis ces derniers jours, en abhorrent l’idée même et refuseront toujours, de toute façon, d’en accepter la réalité. A ces dernier•e•s, comme l’avait déjà si bien dit le boxeur poète, mi abeille mi papillon, aux rageux de son temps, je n’ai qu’un seul message à adresser : « Black, confident, cocky ; my name, not yours ; my religion, not yours ; my goals, my own ; get used to me. » Ou dit autrement : j’y suis, j’y reste, je ne partirai pas ! J’y suis, j’y reste et je ne marcherai pas au pas. J’y suis, j’y reste et je ne me soumettrai pas. « Get. Used. To. Me. »

Je suis la France insoumise.

Celle des Parisiennes qui en 1789 marchèrent sur Versailles pour réclamer au roi du pain et des droits. Celle de Solitude, la Fanm Doubout, qui vécut libre et mourut pour la liberté. Celle de l’Union des femmes, de Louise l’institutrice, Nathalie l’ouvrière relieuse, Elisabeth l’aristocrate russe, des « pétroleuses », des communardes. Celle des ouvrier•e•s et syndicalistes qui arborèrent sur leurs vestes le premier triangle rouge pour exiger la journée de 8 heures.

Je suis la France insoumise comme l’étaient les tirailleurs africains, sujets de l’Empire, qui laissèrent leur vie dans les tranchées de la Grande guerre. Comme l’était Lamine Senghor, gazé à Verdun, docker à Marseille, dirigeant ouvrier, militant internationaliste et candidat communiste dans le 18e arrondissement de Paris. Comme l’étaient les militants indigènes de l’Union intercoloniale et du journal « Le Paria » précurseurs de la Tricontinentale.

Je suis la France insoumise revendiquant la mémoire et les luttes des grévistes de 1936 qui arrachèrent au Front populaire les congés payés ; de Missak Manouchian et des 22 autres membres des FTP-MOI exécutés par le régime de Vichy et les Nazis le 21 février 1944 ; des porteurs et porteuses de valise du réseau Jeanson et des manifestant•e•s du 17 octobre 61 ; des ouvrier•e•s qui occupèrent leurs usines et des étudiant•e•s qui lancèrent des pavés en mai 1968.

Je suis la France insoumise qui a marché contre le racisme et pour l’égalité en 1983 ; celle qui a bloqué le pays pour sauver la Sécu en 1995 ; celle qui a dit non au Traité constitutionnel et celle qui s’est révoltée dans les quartiers populaires en 2005 ; celle qui a fait abroger le CPE et celle qui s’est opposée à la loi travail.

Je suis 17 autres, 7 millions d’autres, des millions d’autres. Qui ne plieront pas. Qui ne se soumettront pas. La tête dure, le cœur tendre, poings levés, bras ouverts. Convaincu•e•s, déterminé•e•s. Pour que viennent les jours heureux et le goût du bonheur. Ca prendra le temps qu’il faudra, mais ça viendra.

A ’tôt,

D.

Sur l’antiracisme et le féminisme, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1754567
    Le 26 juin à 16:08 par taratata
    Danièle Obono, une synthèse

    Obono, si tu n’es française que depuis 2011, de quel droit est-ce que tu me représentes, moi qui suis né français plus d’un demi-siècle auparavant et qui ai toujours été contre l’immigration ?

     

    Répondre à ce message

    • #1754590
      Le 26 juin à 16:32 par Congolais
      Danièle Obono, une synthèse

      Du droit que lui confère vos lois, votées par vos représentants a l’assemblé, élus par une minorité d’entre vous (Français). Réveillez-vous ??!!

       
  • #1754634
    Le 26 juin à 17:34 par BlutchCaporal
    Danièle Obono, une synthèse

    "Moi, je suis la France insoumise" et je m’exprime en anglais, première incohérence.
    "Black, confident, cocky ; my name, not yours ; my religion, not yours ; my goals, my own ; get used to me. » Ou dit autrement : j’y suis, j’y reste (patati ragnagna)....."
    En gros c’est du "moi noir, moi moi moi, je vous impose mon idéologie et je vous emmerde" pas très social, ni collectif comme discours pour une communiste/internationaliste. On est plutôt dans l’archétype du liberal/mondialiste, deuxième incohérence. On pourrait passer toute la nuit à souligner les incohérence de cette godiche.

     

    Répondre à ce message

    • #1754753
      Le 26 juin à 19:53 par Marcello
      Danièle Obono, une synthèse

      Et c’est elle qui ricane avec Mélenchon sur la video de Jeanne d’Arc. Elle a les mêmes cerises aux oreilles.

       
  • #1754709
    Le 26 juin à 19:06 par Libre citoyen Français
    Danièle Obono, une synthèse

    Décidément Melle bono.. est beaucoup de choses à la fois ,
    un peu comme son mentor Mélenchon , très contradictoire
    dans ses choix politiques , normal qui s’assemble se ressemble,
    tous les deux n’ont pas la France au coeur mais l’nternationalisme
    au coeur , se qui ne donne pas du tout le même résultat mais plutôt
    tout son contraire

     

    Répondre à ce message

  • #1754743
    Le 26 juin à 19:41 par Héliographe
    Danièle Obono, une synthèse

    En fait, elle est parfaitement soumise : au mondialisme, à l’elgébétisme, au globish (ou global English, la version esclavagiste de la langue de nos maîtres), au rap, à la sauce gauchiste, au marxisme culturel, au féminisme, au trans- tous azimuts, à l’afrocentrisme — enfin, à toutes les tares inventées par les gauchistes blancs depuis au moins les immenses gauchistes Sartre et de Beauvoir.

    Et le rap, direz-vous ? Certes, cette prédication ultra-violente, misogyne et totalement cynique qu’est le rap est née dans les ghettos noirs américains. Toutefois, il n’aurait jamais pu devenir le phénomène planétaire qu’il est devenu s’il n’avait bénéficié du soutien enthousiaste des médias (par ex., pendant des années, le New York Times a publié des comptes-rendus quasiment hebdomadaires de disques et de groupes de rap, qu’on appelle aussi ‘hip-hop’ pour lui prêter plus de respectabilité, parce que le mot anglais ‘rap’ veut dire et ‘bavasser’ et ‘taper’), d’intérêts commerciaux considérables, et même d’administrations gouvernementales (à Paris, par exemple) ?

    Et l’afrocentrisme ? Certes. Mais, là aussi, il s’agit d’une doctrine qui puise dans le marxisme et l’anthropologie. Voir le rapport de Frantz Fanon à Sartre, et l’ethnomasochisme de Sartre dans sa description de la condition des noirs et de la négritude dans sa préface au livre de Fanon "Les Damnés de la terre" et sa préface "Orphée noir" à l’ "Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache".

     

    Répondre à ce message

  • #1754837
    Le 26 juin à 21:38 par Anonyme
    Danièle Obono, une synthèse

    En fait elle écrit exactement comme une pub Loréal.
    c’est super stylé. Non c’est peut-être une fille bien on ne sait dire. Le problème est que c’est tellement boursouflé de postures qu’il n’y a pas de message lisible ; il se noie dans une forme trop narcissique, du coup, effet Loréal (moi, moi, moi, Loréal…)

     

    Répondre à ce message

  • #1754927
    Le 27 juin à 00:03 par Olivier
    Danièle Obono, une synthèse

    Elle a le droit de penser ce qu’elle veut. Le problème c’est qu’elle n’est pas au niveau. C’est vraiment faiblard son argumentation, on se croirait dans un concours de vannes dans une cour de récré. C’est totalement vide. Députée, elle va devoir siéger en commission, bosser et voter sur des sujets super techniques. Si intellectuellement elle est au maximum avec ce texte, ça va être la catastrophe.

     

    Répondre à ce message

    • #1755178
      Le 27 juin à 14:05 par Congolais
      Danièle Obono, une synthèse

      "Le problème c’est qu’elle n’est pas au niveau".
      Rien à dire sur votre jugement, en deux trois phrases, votre intelligence "supérieure" vous a permis de comprendre et de déterminer le niveau de madame la député Obono. On présume que vous la comparez aux autres députés ou aux taches normalement dévolues aux députés. Dans les deux cas, il nous sera quasiment impossible de déterminer le niveau !!. Primo, il va falloir que l’on demande à tous les députés de nous pondre un texte sur le même sujet (Impossible !!) et secundo, les taches normalement dévolues aux députés nationaux Français ont changés depuis belle lurette. Actuellement ces taches se résument à recopier les lois édictées par certains organes administratif de l’Union Européenne autant dire que même les enfants à l’école primaire peuvent le faire et un peu plus difficile, devant les caméras, jouer à contredire la majorité en lisant un texte pondu par une commission de 12 personnes, membres du parti politique autorisé a parler devant les caméras. De quel niveau parle-t-on ?

       
  • #1754959
    Le 27 juin à 03:32 par Aiguiseur de guillotines
    Danièle Obono, une synthèse

    J’aime bien le titre. On peut plus faire "Le con du mois". On pourrait faire "LA SYNTHESE DU MOIS" !

     

    Répondre à ce message

  • #1755041
    Le 27 juin à 10:39 par Aryana
    Danièle Obono, une synthèse

    Elle est plutôt bonne Obono dans la synthèse utopiste a tendance radicale .

     

    Répondre à ce message

  • #1755160
    Le 27 juin à 13:43 par Mami Wata
    Danièle Obono, une synthèse

    C’est le Gabon qui a besoin d’être sauvé non la France. J’aurai aimé voir cette "féministe" dire devant Omar Bongo au temps de la présidence de ce dernier, à quel point elle est "insoumise" à quel point elle s’insurge contre la polygamie qui existe dans son pays, là j’allais bien rire. C’est ainsi la mentalité de certains de ces Africains ; dans leur pays d’origine ils sont muets comme une tombe parce qu’ils savent pertinemment que la moindre contestation conduit direct à la case prison ou bien pire ; mais lorsqu’ils arrivent en Occident d’un seul coup ils sont épris de liberté et s’autoproclament grands défenseurs des droits de l’homme, alors que là où il faut exactement mener le combat, ils sont abonnés absents. Obono rentre au Gabon ; le fils d’un ancien président en truquant les élections (avec l’aide du gouvernement français) a succédé à son père, vas y mener ton combat anti-impérialiste !

     

    Répondre à ce message

    • #1755321
      Le 27 juin à 18:11 par Congolais
      Danièle Obono, une synthèse

      Mami Wata, Pas le sujet, ce que vous aurez aimé voir n’a absolument rien à faire avec la députée Française. Agissez de votre côté pour que se réalise ce que vous aimerez voir se réaliser au Gabon !! La députée n’a absolument rien à voir avec vos souhaits et n’est pas responsable de tous les maux de la terre.
      D’après vous, quelque articles de presse au Gabon sur la Gabonaise d’origine qui a choisie de devenir Française et député de ce pays ou lieu de se battre pour le Gabon et contre Bongo, pourraient accrocher l’opinion publique Gabonaise ? Est-ce possible ensuite de dire qu’elle ne souhaite pas que "Vive le Gabon". Jugez les gens sur leurs actes pas sur base des sous-entendus des medias.

       
  • #1755195
    Le 27 juin à 14:30 par maceo parker
    Danièle Obono, une synthèse

    Combien de paysans français ont laissé leur vie sur les champs de bataille comparé aux tirailleurs sénégalais : Des statistiques svp car perso ras le bol de ces "chances pour la France" qui voudraient nous faire croire que leurs prétendues ancêtres étaient les seuls à faire preuve de courage.

    Donc député Kinder bueno fait comme dans l’infanterie : Tu te tires ailleurs !

     

    Répondre à ce message

    • #1755269
      Le 27 juin à 16:53 par Congolais
      Danièle Obono, une synthèse

      Pas besoin de courage pour laisser sa vie sur les champs de batailles, juste des circonstances malheureuses. Le courage aurait été de ne pas accepter de participer a la guerre pour le seul bénéfice des Banquiers qui l’on d’ailleurs financé de part et d’autre. La député "Kinder bueno" n’est pas sénégalaise mais Française, je ne vois pas bien ou elle devrait se tirer et pour quelles raisons

       
Afficher les commentaires précédents