Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

De la nécessité de l’enracinement – Conférence d’Alain Soral et Alain Escada à Lille

Le 18 septembre 2016, l’équipe d’E&R Nord-Pas-de-Calais a reçu Alain Soral, président d’Égalité & Réconciliation, et Alain Escada, président de l’institut Civitas, à Lille pour une conférence sur le thème de l’enracinement.

 

Première partie – Intervention d’Alain Escada

 

Seconde partie – Intervention d’Alain Soral

 

Pour suivre les prochains événements à Lille et alentour,
abonnez-vous à la page Facebook d’E&R Lille :

S’habiller intelligemment avec Kontre Kulture :

 

À ne pas manquer, pour éviter les pièges de l’oligarchie, sur E&R :

Découvrir les ouvrages fondamentaux d’Alain Soral
chez Kontre Kulture :

 

Retrouvez Alain Escada sur E&R :

 

Soutenir Alain Soral via la boutique E&R :

 

Soutenir Alain Soral dans les épreuves qui l’attendent
en faisant un don par PayPal :

Vous pouvez aussi effectuer un don par chèque à l'ordre d'Alain Soral, à envoyer à cette adresse :

Alain Soral
Égalité & Réconciliation
3 rue du Fort de la Briche
93200 Saint-Denis
 
 

Livres de Alain Soral (80)

 






Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Bonjour,

    Je ne partage pas du tout la ligne générale d’ER mais je rends hommage au travail réalisé en matière d’information (même s’il est souvent, et parfois bêtement, biaisé...) et au courage de ceux qui l’entreprennent contre vents et marées. Bref, un petit commentaire : les communautés non sédentarisées ne sont certes pas agricoles mais elles n’en sont pas pour autant prédatrices par définition : il est en effet compliqué de qualifier les Indiens du Mato Grosso de prédateurs. En revanche les agriculteurs qui les exterminent pour étendre leurs exploitations.... En résumé, je ne suis pas certain que la question se pose très précisément en ces termes.

    Bien à vous quand même ;

    Arnaud

     

    Répondre à ce message

    • Faites nous donc partager votre savoir.

       
    • un nomade ne devient prédateur vis à vis de sédentaires que quand il commence à manquer d’espace ou de nourriture,ce n’est qu’alors qu’il passe de la ponction sur la nature à la ponction sur l’homme puisqu’il ne produit rien de lui même.
      ce qui n’est absolument pas le cas des chasseurs cueilleurs de la fôret amazonienne qui sont d’ailleurs fort peu nombreux, les semi nomades agriculteurs étant la majorité (on se déplace après une saison de brûlis)
      quant à vos agriculteurs, ce n’est en rien une société agricole traditionnelle mais de gros colons. sans foi ni loi
      pour faire sérieusement de l’anthropologie il faut d’abord identifier précisément de quoi on parle.

       
    • Je me joins aux deux commentaires précédents. Dites-nous en plus Georgie Boy, dites-nous en plus. Vous vous êtes trompé pour la raison qu’évoque Paramesh à la fin de son commentaire, et j’ajouterais pour ma part à cette erreur de nature une erreur d’échelle et donc de mesure. Vous aurez bêtement biaisé, comme vous dites, ça peut arriver.

       
    • Je pense que cette petite digressions sur les indiens du Mato Grosso signale peut-être que le problème de l’argent est arrivé avec l’accumulation des biens en surplus donc donc avec l’agriculture sédentaire. Avec les chasseurs-ceuilleurs c’était une autre paire de manche. Les grand empires hydrauliques comme Angkor Vat avaient bien la division prêtres/guerrier/paysans mais c’était déjà des empires centralisés avec des Etats forts qui opprimaient leur peuples, ça préparait à la suite. Il y a une troisième voie entre le droit de l’hommisme à but purement marchand et les Etats-nations, mais ce ne sera évidemment pas la World Co globalisée et Talmudiste de Soros et consorts.Elle est à trouver dans la recréation de petite communautés productives et indépendantes à petite échelle. On ne fait que causer, se gausser avec des idéologies pendant ce temps là vie passe.

       
    • Aucun intérêt de venir tenter de nuancer le propos à grands coups d’exceptions. L’exception n’est pas la règle, question de logique pure.

      Ce culte de la petite contradiction typiquement français devrait cesser car toutes les grandes gueules qui essaient d’avoir raison en reprenant le 99% du développement et en en changeant d’infimes parties empêchent de faire corps et sèment la division.

       
  • #1642731

    Bravo M.soral

     

    Répondre à ce message

  • Les Migrants ne sont que les futurs mercenaires de Soros. D’où leur répartition dans nos campagnes. La bonne nouvelle est qu’ils n’y restent pas. Ils se sauvent quelquefois la nuit pour rejoindre Paris ou Calais

     

    Répondre à ce message

  • J’ais adoré ces deux vidéos.
    Je dis seulement que si le site de ER a beaucoup de fréquentations, d’internautes, on peut aussi partager ces vidéos sur les réseaux sociaux (facebook, twiter...).

    Il suffit de cliquer sur le nom "youtude" sur le lecteur. De là, on arrive sur Youtube, avec la vidéo de la conférence.
    En dessous du lecteur, il y a marqué "partager". On clique dessus. Et, là on peut partager la vidéo sur le réseaux social de son choix.
    Ca permet de rendre plus visible les conférences de Alain Soral, et aussi par exemple ici de Alain Escada.

     

    Répondre à ce message

    • Je plussoie !
      Notre premier rôle, en tant que militant ou sympathisant de base, est de propager le message d’ER au maximum.
      Ça coûte pas cher, c’est pas risqué, et avec le nombre, c’est redoutablement efficace.
      Le camp d’en face, le monde Marchand par exemple, fait exactement ça : occupation des espaces avec leurs produits.
      Si on fait monter la sauce, des vidéos et articles ER peuvent apparaître en suggestion Youtube ou Twitter chez des gens a priori pas "de chez nous". Un simple click suffit alors...

       
  • "On a pas le temps pour Michel Onfray" ! Je vais l’encadrer celle là !

     

    Répondre à ce message

  • Incidemment, l’intervention de Botulévi me fait souhaiter qu’il s’abstienne de chercher à toute force d’appliquer les valeurs d’universalisme et d’humanisme juif qu’il revendique et dont le monde entier a apprécié les effets lors de l’opération "plomb durci" et "barrière protectrice", ou alors qu’il se les applique à dose intensive pour qu’on en entende plus parler, je veux dire des valeurs.
    On est loin avec botul et ses valeurs décapantes partagée par samuel valls de Monsieur Soral, dont les analyses pointues engendrent toujours une étape décisive dans la réflexion de ses auditeurs. Je préfère nettement les valeurs de Monsieur Soral à celle de Botulévi, et ce n’est pas les Gazaouis qui me contrediront.

     

    Répondre à ce message

  • L’intervention de Soral est magistrale. Une synthèse.

     

    Répondre à ce message

  • Alain Escada est un bon orateur, assurément... et ouvert sur l’autre, contrairement à d’autres "tradis".
    Du bon sens, une logique simple et qui va de soi, une diction posée et sûre.
    Je crois également très fort en cette idée de "reconnexion" avec l’imaginaire de nos aïeux ;
    .... la globalisation veut tout massifier ? revenons au local, au convivial, à l’enraciné, donc.
    On voit bien, avec le recul, combien la révolution industrielle du XIXe a bouleversé le paysage, par la mécanisation est venue l’aliénation...

     

    Répondre à ce message

  • Encore une conférence fascinante. Bien heureusement nous avons des intellectuelles français au top niveau. Il y en à peut et on les empêche de s’étendre par la communication. Courage à vous les gars.

    La religion est le vecteur d’un savoir de l’esprit et du concepts qui fait prendre conscience aux gens de règles naturelles pour le bon fonctionnement de la société. La religion est garante de la morale car sont folklore et ces usages fidélise les gens. Donc même l’ignorant qui ne comprends pas le message de sa religion peut quand même le transmettre.
    La religion c’est nos valeurs. Une religion d’état ne veut pas dire croire en dieu ou pratiquer mais seulement garder une ligne de morale saine et constructive.
    Comparez les cathédrales, leurs conceptions, avec les bâtiments d’aujourd’hui. Les gens étaient zen avant, créatif, travailleur, patient.

     

    Répondre à ce message

  • Une pierre supplémentaire sur l’édifice de la lucidité... Merci pour cette synthèse qui fournit un grand nombre d’arguments au service d’une implacable démonstration...
    Courage à tous

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents