Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

France Inter : Ovidie électrise Sonia Devillers avec son reportage porno

Le libéralisme vous entube bien fort !

Mercredi 18 janvier 2017, nous sommes sur France Inter, la radio officielle de la France libérale libertaire. Sonia Devillers, la spécialiste des médias (dominants, les autres ne sont que Mensonge & Complotisme), reçoit dans L’Instant M la réalisatrice Ovidie pour son documentaire contre la violence dans le X, diffusé le soir même sur Canal+, la chaîne qui perd 1 000 abonnés par jour.
Sonia, la voix tremblante d’émotion, cite quelques uns des commentaires les plus « hard » avec une complaisance qui frise la recherche d’audience. Sur une chaîne de service public, juste avant 10 heures du matin.

 

 

Dès la 5ème minute, Sonia envoie un sonore sur les tournages de hard extrême, en demandant d’éloigner les enfants. Heureusement, peu d’enfants écoutent sa chronique « médias », mais on ne sait jamais, ça sèche pas mal dans les écoles ces temps-ci, et la réforme du collège n’a rien arrangé. Il suffit de se balader dans un centre commercial pendant les heures de bahut pour apercevoir plein de petits groupes saliver devant les boutiques fashion. Les temples de la consommation sont faits pour ça : vider les écoles, et les cerveaux.

Ovidie, dans une posture morale inattendue, mais bienvenue, se fait le défenseur des « filles » contre une industrie de plus en plus axée sur l’humiliation et la violence dont le public serait demandeur. Tout est raccord : en détruisant l’immunité morale de chacun, on libère les instincts qui sont dès lors plus facilement manipulables. Manipuler un individu conscient et moral, c’est beaucoup plus compliqué. La dominance forge ainsi ses propres esclaves-soldats. La pornographie fait partie de l’arsenal oligarchique de rabaissement de l’individu et de l’éclatement du rapport social très résistant qu’on appelle l’amour. Ovidie, qui constate les dégâts, chez ceux qui font (tout sauf l’amour) comme chez ceux qui regardent, n’arrive pas à s’extraire conceptuellement d’une mécanique qui la dépasse.

« Et puis d’ailleurs elles choisissent pas forcément ce métier par fantasme, elles choisissent ce métier pasque c’est un métier »

Un argument léger pour du hard : personne ne peut croire qu’on choisit d’être prostituée, hardeuse, voire victime de snuff movie ! Seuls les naïfs croient encore au libre-arbitre dans ce domaine, qui mène à la destruction de son intimité, de son immunité, et in fine, de son humanité.

 

 

Si les arguments d’Ovidie sont justes, notamment sur l’augmentation de la violence dans le « métier », et sa dénonciation légitime, il n’est pas sûr que le documentaire atteigne sa cible, c’est-à-dire fasse prendre conscience de la destruction de l’intégrité physique et morale des « filles » par le public consommateur, constitué en majorité d’hommes... eux-mêmes victimes de frustration sexuelle.

Une frustration sexuelle encouragée par le libéralisme culturel et son soubassement pornographique, qui a depuis longtemps débordé du cadre du film X visionné chez soi. Le sexe est partout, c’est une banalité que de le dire, mais une réalité de plus en plus oppressante. Les affiches produites par la Publicité, ce fouet oligarchique qui entretient la surconsommation, sont de plus en plus hard. Au-dessus de la caste des producteurs de films porno, qu’ils soient amateurs ou organisés en multinationales, il y a des politiques qui donnent leur aval.

Un exemple frappant, le décret du ministre de la Culture Audrey Azoulay (qui vient de défendre Polanski, coupable d’un viol sur mineure !) pour mettre les scènes hard à la portée des moins de 16 ans. C’est tout frais, ça vient de tomber. L’industrie du porno est au cœur de l’entreprise de destruction des mœurs et de la Relation (homme/femme) dans la société occidentale. Le libéralisme anglo-saxon, débarrassé des affres de la morale chrétienne, s’engouffre dans la brèche pour modifier le comportement des individus, et en faire des consommateurs passifs, car mentalement violés. Les nouveaux esclaves y perdent l’Amour, mais y gagnent le plaisir... qui ne calme jamais sa propre soif. Pourtant, on peut avoir les deux. Mais il faut savoir résister à la tentation...

 

JPEG - 58 ko
Quand Ovidie invitait les abonnés de Canal+ à regarder ses films X préférés...

 

Entrer dans les cuisines du X 2.0 n’empêchera nullement la consommation de pornographie. C’est le côté pervers du documentaire, qui échappe naturellement à Ovidie. Ce drone de perversité plane sur la démonstration et en réduit la portée morale, réparatrice. À propos de moralité, c’est le consommateur de X qui se fait tirer les oreilles par Ovidie :

« Y a cet envers du décor qu’on ne voit pas forcément parce que les gens sont souvent dans le déni quand ils regardent une scène comme ça qui est un peu brutale, ils aiment bien imaginer que l’actrice de toute façon elle est excitée par ça, que ça lui plait etc. Mais je me dis faut vraiment être dans le déni ou stupide ou biberonner peut-être à la culture du viol aussi pour imaginer un quart de seconde que cette fille qui supporte des dilatations qui sont, on va dire vraiment hors normes et qui en prime se prend des claques, est vraiment excitée par ça. »

Quand on parle de morale, ce n’est pas seulement d’une morale de bonne sœur, qui pourrait faire rire les adeptes d’une société pornocratisée : il s’agit tout simplement du système immunitaire de la structure mentale d’un individu. Et là, ça rigole moins.

Contre la commercialisation des corps
et la destruction des barrières morales,
lire sur Kontre Kulture

 

La perversité des attaques contre la morale, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

63 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ovidie a milité chez les antifa du Scalp-No Pasaran... Ça veut tout dire sur cette actrice p..


  • Ce sont les pauvres qui visionnent du porno . Les riches baisent, les pauvres se branlent .

     

    • Rectification... les riches ont des prostituées et les pauvres de la pornographie...
      Dans les deux cas la même misère affective. Seul l’amour semble galvaniser et élever pauvres et riches...


    • N’importe quoi.
      Aucune preuves, aucune sources.

      Qu’est-ce qu’un pauvre ? A partir de quand est-on riche ?

      La solitude, qui plus est la solitude sexuelle, touche tout le monde, toutes les classes sociales, peut-être même plus les classes les plus riches.


    • @ Lycurgue

      Et c’est encore la classe moyenne qui est baisée dans l’histoire !


    • Bien vu, Janus. Je plussoie. Mais bon, on n’est pas tous évolués, certains sont toujours dans la “lutte des classes” (humou’ je p’écise)


    • Avoir un ordinateur et une connexion internet n’est il déjà pas un signe de richesse.
      Et si la prostitution pour riches existe bel et bien, la prostitution pour pauvre est largement répandue. A Paris, le bois de Vincennes ou de Boulogne, le faubourg Saint-Denis, le Boulevard MacDonald et le Boulevard de Belleville.

      Le porno sert surtout à detruire l’adolescent se construisant son identité et sa sexualité, et ce quelle que soit sa classe sociale.


    • @Lycurgue : Très bien résumé. Et comme il n’y a que la vérité qui blesse, on voit les réactions contre vous...
      Par ailleurs être riche ça veut dire pouvoir se payer une Porsche par exemple. Et un appart dans le coeur de Paris. Et avec ça oui tu baises plus et mieux que bien des gens sur Terre. Et sans aucune misère affective. Et oui la vie n’est pas juste. Beaucoup de Néo (Matrix) en herbe sur ce site. C’est beau.


    • Apparemment, il y a toujours des adolescents attardés qui n’ont pas compris qu’il y avait bien un monde matériel et un monde spirituel qui s’affrontaient en permanence en chacun de nous.
      C’est l’un ou l’autre.
      L’ombre contre la lumière, la possession contre le don, l’Amour face à l’envie, etc...
      Le Bien contre la Mal, la Vie contre la Mort.
      J’ai lu un jour un truc assez beau qui disait que “la Matière, c’était de la Lumière inerte” !
      Bien vu non ?


    • @ Bamala #1649083

      J’approuve à 100% . " l’argent est le viagra des femmes " , Eddy Barclay .( qui connaissait bien le sujet ) . On dirait que certains ici n’ont jamais lu Soral , Sociologie du dragueur , Misères du désir , etc... , c’est drôle ...


  • la bonne conscience d’une madame claude !


  • "Tout est raccord : en détruisant l’immunité morale de chacun, on libère les instincts qui sont dès lors plus facilement manipulables. Manipuler un individu conscient et moral, c’est beaucoup plus compliqué. La dominance forge ainsi ses propres esclaves-soldats ."

    Il est amusant de constater comment une phrase aussi absurde puisse être aussi populaire. La "réinformation" au sens large aime à présenter la morale religieuse comme l’idéal face au libéralisme qui rendrait les individus manipulables.

    Les personnes véhiculant ces propos ne sont même pas conscient que la religion a toujours été le meilleur outil pour contrôler les masses et pour leur faire faire tout et n’importe quoi. On a même réussi à leur faire croire que l’esclavage est naturellement bon parce que Dieu n’en dit rien de négatif..tout comme on a réussi à faire avaler aux croyants qu’il fallait aller égorger des païens pendant les croisades baltes au nom de Dieu. On a aussi réussi à faire en sorte que des individus pratiquent le bûcher…c’est à dire à faire bruler vif des individus.

     

  • Porno partout , amour ... nul part !!!

    Et avec toutes ces méga saloperiies exposées partout , une forme civilisée de polygamie ( voir de polyandrie ) , comme celle des Aryens védiques , reste strictement " verboten " !?!?

    On se fout vraiment de ma ( nos ) gueule(s) !!!

     

    • De nos gaules, tu veux dire !!! On se fout de nos gaules !

      Non mais, sinon c’est beau, c’est à travers un gang bang où une fausse couche made in Auchan, que tu peux voir que la femme s’est enfin émancipé du carcan de la société patriarcale...
      Libre de travailler et de jouir de son corps... sous capitaux patriarcaux... Mulliez, Woodman...

      L’avilissement, ça a quand même plus de gueule, seule, en écartant les cuisses sous des milliards, qu’en couple, en se serrant les coudes, sous un SMIC... Allons...

      Mais attention, le méchant Trump veille, un retour en arrière est possible. C’est Madonna, qui voulait faire une fellation à tous les électeurs de Hillary Clinton, épanouissement oblige, qui l’a dit.


    • Libres d’être des méga-putes ...

      Quel progrès !!!


  • #1648598

    Ce que vous appelez "système immunitaire de la structure mentale d’un individu", en ce qui me concerne (en tant qu’individu, donc), c’est l’imaginaire...

    Et là, votre Ovidie, elle peut toujours courir... elle rattrapera peut-être Pascal Mancini, lol, mais moi, sûrement pas : être invitée sur France Inter, quelle meilleure preuve de son absence totale de subversion ?
    Elle croit peut-être avoir un regard "intelligent" sur le sexe, je n’entends que le ronronnement du Système.
    On dira ce qu’on voudra du porno, mais en tous cas, il exige de la performance, et c’est là qu’elle échoue, partout où elle prétend.
    Tandis que t’as des petites pornies avec 2 neurones, qui trouveront toujours à dire 2-3 trucs frappés du sceau du bon sens, en te faisant bander dans la foulée.
    Merci à elles.

     


    • Elle croit peut-être avoir un regard "intelligent" sur le sexe, je n’entends que le ronronnement du Système.



      Disons plutôt que c’est le Système qui a cru bon de la promouvoir en tant qu’intellectuelle du porno sous prétexte qu’elle a été étudiante en philosophie.

      Mais bon, quand on voit que BHL a obtenu l’agrégation de philosophie...


  • Ovidie ne répond pas à la question : c’est le porno ou la violence dans le porno, qui pose problème ?
    (La question de la poule et de l’oeuf, en somme...) ; il y a le bon et le mauvais porno, nous dira-t-elle (comme le sketch "des chasseurs" des inconnus) ; elle ne voit pas le problème d’ensemble, à savoir que le porno massifié déforme notre imaginaire et nos moeurs, par là même.
    Quant aux actrices, on peut choisir d’être aliéné, c’est le paradoxe.
    Le problème de ces "tubes", planqués fiscalement, est donc bien secondaire : tout étant dérégulé, le porno n’allait pas se priver... nous vivons une époque tragique.

     

    • Tout est dérégulé comme tu dis pour les capitalistes ! car pour les autres c est le noeud coulant de la régulation ! alors le porno reste une sous pape masturbatoire à la vie de frustration ( on peut tout s ’ acheter mais on n ’ a pas les moyens ! ) et pire que ça un exutoire a la cruauté des frustrés (et qui ne l ’est pas un jour ou l ’autre ?) car le porno offre des visions de sévices et le mateur jouit en fait des douleurs des filles : il faut qu ’ elles aient très mal ! l ’ industrie le sait et répond à un besoin addictif , ça s appelle le sadisme ; comme du reste nombre de clients de prostituées avouent jouir de l ’ humiliation de la fille , déclic de leur jouissance ( et revanche des râteaux reçus de la part des filles " normales " en quête elles ,de l ’impossible car "je le vaux bien ! ). Derrière tout ça le sadisme de l ’ homo sapiens bien décrit par Céline accentué par la démolition des digues morales et l ’égoisme individualiste féroce dans une la société hyper matérialiste de consommation . Bref Dieu a été oblitéré et donc tout est permis ou plutôt tout est permis en réalité aux plus forts qui eux s ’ adjugent la part du lion dans le grand repas des fauves de ce monde carnivore qui s ’est voué à la mort , au néant .


  • C’est terrible côté symbolique que ces femmes soient sacrifiées pour des fonds de pension de Wall Street...

    Incroyable la réaction super basique de l’animatrice : Il faut contrôler internet ! Non, il faut déjà démanteler les réseaux qui torturent des humains...

    L’interview part un peu dans tous les sens, je suis assez d’accord avec l’article E&R : l’émission ne traite absolument pas du fond du problème... A qui tout cela profite-t-il ? Quel est le projet ? (on l’a bien compris mais France Inter non)...
    Le porno ca doit ressembler à une mafia... donc on trouve jamais les responsables, c’est un peu comme la finance sans visage...

    La conclusion de fin d’émission sur la sexualité des vieux est terrible aussi en pleine matinée... Bienvenue dans l’obscenité.


  • Ovidie veut être la bonne conscience de cette industrie putride ? cela ne marche pas avec moi ! Elle veut de la moralité dans le X ,c’est l’hôpital qui se moque de la charité !
    la pornographie morale et puis quoi encore ! Les excréments resteront toujours des excréments !


  • Culpabiliser le mec qui drague.

    Culpabiliser le mec qui mate du porno.

    Tout en glorifiant la liberté sexuelle absolue.

     

  • En corée du nord, la pornographie est strictement interdite, mais cultiver et consommer le cannabis est légal.


  • Visionner du porno c’est s’avouer son échec .

     

    • Un raccourci un peu facile qui témoignent dans manque de connaissances sur le sujet

      On prend il faut pas qu’on se moque de nous on demande de moraliser une industrie à la base immoral dans un monde capitaliste qui en plus marche grâce à l’immoralité

      C’est le problème des actrices françaises de seconde zone qui vont en Europe de l’Est voir des actrices meilleures qu elles entre guillemets et qui rêve d’être une actrice américaine avec des millions plein les poches ça vaut pour le porno comme pour le cinéma classique d’ailleurs


  • Je le dis sans gêne aucune : cette paumée, je la plains et elle me dégoûte.
    Elle n’aurait pas sa place dans une société équilibrée aussi évident que cela puisse paraître ! Si ces êtres-là s’exposent c’est qu’il y a de la demande psychopathologique.


  • "Les affiches produites par la Publicité, ce FOUET oligarchique qui entretient la surconsommation,..."

    "Pendant que des mortels la multitude vile,
    Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
    Va cueillir des remords dans la fête servile,..."

    Baudelaire, extrait du sonnet Recueillement


  • A 10 minutes il y a un montage. Elle a dit les femmes choisissent ce métier parce que c’est un métier... (coupure montage)... métier. Elle a probablement dit métier payant... Si elles n’aiment pas, qu’elles fassent autre chose et si elles aiment l’argent plus que leur culs, c’est leur problèmes...

     

    • Marrant, j’ai trouvé que ce passage sonnait faux justement.
      Merci.

      La phrase "parce que c’est un métier" n’est pas une justification admissible.
      C’est comme si elle disait : Je bois de la pisse. Je choisis de boire cette boisson parce que c’est une boisson. (?)
      Se faire prendre par 3 bites en même temps, est-ce réellement un métier ???


  • La différence entre Ovidie et une actrice porno actuelle est que cette féministe est moins hypocrite que l’autre qui devient pour le coup plus sympa.

    Bien sûr que le porno actuel a plus à voir avec un spectacle de freaks qu’à une plaisanterie entre adultes consentants (qui a d’ailleurs fait rire toute une génération) !

    Regardez d’ailleurs cette intéressante galerie de stars du porno avant et après la séance de maquillage : http://www.huffingtonpost.com/2013/...

    Le porno féministe d’Ovidie, c’est une bonne dose de branlette intellectuelle, des dialogues pas drôles du tout dans un mauvais drame avec des actrices en déclin d’attractivité qui veulent jouer comme Isabelle Huppert.

    Ça doit pas trop marcher...

    Elle s’essaye donc dans le documentaire.


  • Ovidie passe sur France Inter, mais on interrogera jamais Electre.

    Comprenne qui voudra.

     

    • Electre, l’actrice porno qui reprend les codes des femens et se dit natio... Et pire encore : que les "natios" adulent. Preuve absolue de la victoire totale du gauchisme sur le plan anthropologique.


    • #1649005

      Electre, Ovidie, Amarna Miller, Inna Shevchenko ...c’est la destruction de la femme mère, protectrice, donneuse d’amour et de réconfort, que l’on respecte !
      C’est la destruction de la femme épouse aimante !
      Ce sont des modèles de fantasme, des images du vil, du sale du malsain !
      C’est la destruction de la chrétienté de l’ordre & de la spiritualité mariale ??? de l’image de la Sainte Vierge Marie, c’est le symbole de la barbarie !
      C’est la destruction des codes moraux famille, patriarcat , amour au depend de violence, porno, matriarcat !
      Qui voudrait d’une mère comme Electre, ou d’une épouse comme Ovidie ?
      Une créature dont tout le monde peut voir sur un site porno les jambes écartées, en train de s’engouer d’un sexe étranger habillé comme une prostituée ,au service de tout les fantasme masculin ?
      Je prie pour toutes ces femmes en espérant qu’un jour elles puissent trouver la paix un maris aimant qui les aiment et les fait mère !!
      Que Dieu nous protège du vil, du sordide, et du sale le porno arme de destruction massive...
      Pensez vous que nos grand-pères et que nos arrière-grand-pères le siècle dernier ne jouissaient pas tout autant, si ce n’est plus ,avec leurs femmes durant leurs ébats amoureux !
      Croyez-vous qu’ils avaient besoin de porno violent ou pas d’ailleurs ?
      Ça c’est l’apanage des groupes barbares commandos Azov, Daesh, Antifas, j’en passe et des plus débile !


    • Tu n’as rien compris mon ami,arrête d’ecouter tout ce qu’on te dit.Ovidie n’est pas habillée comme une prostituée dans ces films,c’est une prostituée.Le porno c’est de la prostitution.


  • Le porno n’est pas un problème, ça fait de l’audience ! Il est vrai qu’une femme attend de l’amour, et que l’homme habitué au porno perd facilement de vue cette vérité, mais femmes et hommes intéressés l’un par l’autre finissent toujours pas s’adapter l’un à l’autre. La masturbation est antistress, consolatrice, addictive, sans plus. La vraie morale (laïque) n’a pas à s’en préoccuper. Il n’est pas prouvé qu’elle fasse perdre le goût de l’effort. Les banquiers préfèrent les familles aux célibataires car c’est des emprunts en perspective et en cela réside le pouvoir antisocial de la complaisance masturbatoire. Le problème du porno est comme dans la prostitution l’exploitation de la femme par l’homme (le proxénète, le producteur qui paie quedalle). Mais ça peut très bien payer aussi. Même les putes les plus mal payées gagnent plus qu’une caissière chez ochan, et en travaillant moins longtemps.


  • Enfin un bon article sur la pornographie, destructrice de toute humanité, " la morale des bonnes soeurs qui peut faire sourire" certes mais sourira bien qui sourira le dernier, la morale est devenu un gros mot, totalement proscrit de notre vocabulaire, pourtant c’est elle qui donne l’humanité, la dignité, le respect, la sensibilité, l’amour enfin et qui structure chaque individu, le reste est destruction totale, les dégâts, dont on parle peu, sur les enfants, les ados, les hommes les femmes sont de plus en plus patents, la pornographie n’existe pas dans un ordre naturel, c’est le symptôme d’une humanité malade qui s’auto mutile et s’autodetruit

     

  • Parler de sodomie en pleine élection socialiste est vraiment de bon aloi.

     

    • Sodomie pratique exclu et immoral dans les monothéismes par une logique naturelle flagrante pour le chercheur de vérité qui passe obligatoirement par la pureté du comportement qui fait l homme . Les satanistes qui promeuvent l homosexualité et la sodomie comme pratiques sexuelles normales ne le font que pour la simple raison du blasphème de la creation divine associé a l enfant ces gens souillent l innoncence de la vie don de dieu . Rien n est fait au hasard qui n existe pas soit dit en passant, idem pour la notion de l athéisme qui n est que du satanisme inconscient pour les descendants du singe darwiniste .


    • tu a fait ma journée merci camarade !!!!!



  • « Et puis d’ailleurs elles choisissent pas forcément ce métier par fantasme, elles choisissent ce métier pasque c’est un métier »



    Les femmes qui choisissent cette activité économique qui, entre parenthèse, n’est pas un métier, le font en raison de troubles psychologique majeurs. En effet une femme pour peu qu’elle ne soit pas d’une laideur rédhibitoire n’a absolument pas besoin d’avoir recours à cette activité dégradante pour avoir une vie sexuelle et encore moins pour survivre. Pour une femme il lui suffit d’être gentille, de faire les yeux doux avec un petit sourire pour se choper un lascar qui acceptera de prendre soin d’elle. Si elle est banale elle ne trouvera probablement pas un milliardaire, pas même un millionnaire...mais un smicard gentil et travailleur est-ce pire que de vivre en vendant ses orifices ? Une femme qui répond oui à cette question à des troubles psychologiques.


  • La pornographie cinématographique était depuis quelques années quasiment devenu marginale, mais une nouvelle clientèle venue d’ailleurs est très demandeuse.
    Les roles presque tenus à 100% par des femmes blanches européennes envoient un signal pouvant aboutir aux incidents (euphémisme) de Cologne et autres tournantes de nos caves de banlieue, ainsi que les insultes envers nos jeunes femmes dans les rues telles putes, salopes ou autres gentillesses.
    Nos féministes bobos ont encore beaucoup a faire !

     

    • Mais justement ce sont les féministes, grandes bourgeoises, qui sont à l’origine de la pornographie , ou en tout cas de sa grande promotion, il suffit de lire la biographie de Simone de Beauvoir et autres consoeurs de l’époque , et leur vie débridée que l’on nous vante d’ailleurs comme étant des exemples, la vie des travailleuses du sexe et même des jeunes femmes actuelles est à mon avis moins sympa et festive qu’il n’y paraît et au contraire certainement déprimante voire sordide , merci Mesdames De Beauvoir, Duras, Charleroux et autres Sagan par exemple, et ce mis à part le talent qu’on puisse éventuellement leur reconnaître. ..


  • En queue de peloton de cette misère humaine (dont la journaliste et son invitée parlent avec un sourire aussi intriguant que celui dont, selon elles, les actrices pornos ne se départissent JAMAIS) trainassent les grosses dondons en mal de baise(rs). Elles finissent de rendre "la profession" un peu grotesque mais sans doute pire que ça : triste au possible.


  • Nombre de sympathisants d’E&R sont hostiles à l’instauration du revenu de base que promeut Benoît Hamon. Pourtant, si le revenu de base était instauré en France, je pense que de nombreuses actrices de films porno mettraient fin à leur carrière délétère...

    Je ne voterai pas pour Benoît Hamon car il n’est pas souverainiste et crache sur Bachar al-Assad et Poutine, mais je souhaite que MLP intègre le revenu de base à son programme car, selon moi, c’est une étape vers l’instauration du salaire à vie que promeut Réseau Salariat.

     

    • Sachant que le revenu du travail tire à la baisse, " qu’il coûte trop cher" de toutes les façons, comment peux-tu imaginer un instant que le salaire à vie contre aucun travail en échange passe ?
      Ce thème est là pour faire du bruit, uniquement, comme ça on parle pour rien !I
      Qui te dit, en outre, que les actrices porno ont besoin d’argent ? Elles travaillent peut-être, ont par ailleurs un revenu - Rsa, Allocations diverses, Rente, Salaire ...
      Je pense que c’est pour faire un truc FUN !!!! Passer pour une femme libre, emmerder le copain ou le mari, ou les copines. Peut-être par gôut pour le C.. !


    • d’accord avec Eric
      Le revenu de base peut être une très bonne chose : reinjecter l’argent par le bas (creation monétaire) de façon équitable plutot que de le filer aux multinationales ou aux banques !
      Cela revaloriserait les postes difficiles (hausse de salaire) et les postes de journalistes de bas étage, pigiste, prostituée étudiante, actrices porno etc disparaitraient tout simplement.

      L’argent à créer n’est pas le problème, ca n’est qu’une équation, un système. On peut faire ce qu’on veut en réalité. L’important pour que le système tourne c’est qu’il y ait du cash en circulation... On peut aussi demander à ce que ce revenu de base ne puisse être utilisé que dans une économie de proximité (logement, bouffe locale, commerces locaux) pour éviter que ca ne parte dans des produits chinois. et instaurer donc une double monnaie (une de base pour les besoins de base)... bref, tout est possible, il faut simplement réinventer les choses.


  • L’éternel piège à con émotionnel ce genre d’émission radio.
    On reste en surface en poussant des cris d’orfraie.

    Une nana du porno qui vient nous parler de la décadence du monde porno. Nan mais sans blague ! Elle nous a épargné les lavements avant la sodomie pour pas qu’il y ait des images trop dégueu à la caméra.... (ca existait déjà à son époque pourtant).

    Dans la vraie vie l’impact du porno chez les plus jeunes, ca donne des trucs genre ; (raconté par une nana de 18 ans) : "L’autre jour je fais un trajet en stop avec un mec de son age et il m’a demandé si je voulais bien lui sucer la bite..."


  • La pornographie, ou plutôt le fait qu’elle soit gratuite et omniprésente, est une machine de guerre culturelle. Je pense que tout le monde ici en convient.
    Après quand je vois certains commentaires... visiblement certains vivent dans la peur du grand méchant sexe... avoir la foi et être courageux n’est pas la même chose. Comprenne qui pourra.


  • Ovidie n’est pas contre le porno. Elle se plaint des conditions de travail dans cette industrie.
    En GROS, elle veut juste qu’à la fin, on l’essuie...


  • Visiblement personne ici n’a encore vu dans le documentaire en question le passage sur MindGeek et la provenance des financements de ce dernier ; ça devrait vous plaire pourtant !

     

  • Il semblerait qu’il y ait un mauvais dosage de baise chez les deux, l’une l’est trop et l’autre plutôt mal !


Commentaires suivants