Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Goldman Sachs miserait sur un changement de régime au Venezuela

Étonnant

Pour avoir une idée des événements tragiques qui bouleversent le Venezuela post-chaviste, nous vous conseillons de suivre les conférences de Vincent Lapierre, qui propose une vision moins superficielle des choses.

 

 

Car vu de loin, le Venezuela de Maduro est un pays ruiné par le « pétro-socialisme » – pour reprendre la terminologie de l’article qui suit –, traversé par une crise sociale sans précédent et agité par une révolution populaire massive.

Tous ceux qui verraient dans le déclenchement et le déroulement de cette situation les crocs de l’empire US et la salive de Goldman Sachs ne seraient que vils complotistes anti-américains.

- La rédaction d’E&R -

 


 

Goldman Sachs a acheté pour près de 3 milliards de dollars d’obligations de la compagnie pétrolière du Venezuela (PDVSA) à un prix dérisoire. L’hypothèse la plus probable est que la banque américaine parie sur l’effondrement du gouvernement Maduro.

 

(Pour voir le sujet Adieu Chavez d’une durée de 14 minutes, cliquez ici)

 

« Ces trois milliards de dollars d’obligations ont été acquises à un prix évidemment très rentable pour la banque », souligne dans Géopolitis Juan Flores Zendejas, économiste et professeur à l’Université de Genève.

Pour une valeur nominale de 3 milliards de dollars d’obligations, Goldman Sachs a en effet déboursé 865 millions de dollars, informait récemment le Wall Street Journal. « Si le changement de gouvernement se produit, la valeur de ces obligations augmenterait et les gains pour la banque seraient énormes », juge l’économiste.

Avant Goldman Sachs, le dernier prêteur était Rosneft. Le géant russe vient d’accorder au pays 1,5 milliard de dollars et avance un peu plus ces pions dans le secteur pétrolier vénézuélien. Le Venezuela, en plein marasme, reste assis sur des réserves de pétrole estimées les plus importantes au monde, à 300 milliards de barils. La Russie est aussi le premier fournisseur d’armes du pays.

 

De la révolution bolivarienne à l’effondrement

Quatre ans après la mort de Hugo Chavez, le Venezuela s’enlise dans une crise politique, économique et sociale sans précédent. À peine arrivé au pouvoir, le nouveau président Nicolás Maduro a dû affronter la chute vertigineuse des prix du pétrole. Le marché pétrolier – 95% des exportations du pays – ne rapporte désormais plus assez pour redistribuer des milliards aux Vénézuéliens et pour financer les programmes sociaux en faveur des plus pauvres. Les caisses de l’État sont vides et le modèle de la révolution bolivarienne se lézarde de toutes parts.

[...]

Pain, riz ou médicaments, les biens de première nécessité sont de plus en plus difficiles à trouver au Venezuela, ou alors au marché noir à des prix inaccessibles pour la grande majorité. A Caracas et dans les principales villes du pays, les manifestations se succèdent. Les opposants réclament des élections anticipées et le départ de Nicolás Maduro, qui est de moins en moins populaire. Les affrontements de rue ont fait une soixantaine de morts depuis le mois d’avril.

Lire l’article entier sur rts.ch

 

Chávez, le socialisme national contre l’Empire,
à découvrir sur Kontre Kulture

 

Chávez par Lapierre, sur E&R :

 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article